Quelques questions à Anne Grynberg

Anne GrynbergHistorienne, Anne Grynberg est Professeure des Universités à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), directrice de recherche associée à l’université Paris I-Sorbonne et chercheuse associée à l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP). Spécialiste de l’histoire des Juifs à l’époque contemporaine, elle a, notamment, publié Vers la terre d’Israël aux éditions Gallimard en 2008 (1e éd. 1998, traduit en espagnol en 1999) ; La Shoah, l’impossible oubli, chez le même éditeur en 2006 (1e éd. 1995, traduit en suédois en 1997) ; ainsi que Les Camps de la honte. Les internés juifs des camps français, 1939-1944, édité par La Découverte en 1991, et réédité en poche en 1999. L’Irréparable. Itinéraires d’artistes juifs allemands et autrichiens réfugiés en France, en collaboration avec Johanna Linsler, paraîtra en mai 2012 (édition franco-allemande, Magdeburg, KST).

Anne Grynberg est directrice scientifique du Comité d’histoire auprès de la Commission d’indemnisation des victimes des spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur sous l’Occupation (CIVS). Pour plus d’informations, voir sa page sur le site de l’IHTP.

- Pourquoi êtes-vous devenue historienne ?

J’appartiens à la génération de l’après-guerre, pour laquelle le poids de l’Occupation et du régime de Vichy était d’autant plus lourd que la question n’était guère abordée dans les programmes scolaires et que nos parents n’en parlaient pas beaucoup non plus alors même que leur vie personnelle avait été bouleversée. J’ai eu très vite le sentiment qu’il y avait là une exploration à mener, une chape de plomb à essayer de soulever. Par ailleurs, j’avais une dizaine d’années au moment de la guerre d’Algérie, ma famille était très politisée, j’entendais des conversations dont je ne saisissais pas le sens évidemment, je voyais passer des manifestations dont les slogans restaient pour moi mystérieux mais là encore, je percevais des enjeux très importants. Et il m’est apparu assez tôt que pour essayer de comprendre le monde dans lequel je vivais, le questionnement de l’historien était indispensable.

Cela étant, ma réflexion n’a pas été tout à fait linéaire et après avoir d’abord suivi un cursus universitaire des plus classique,  j’ai eu un parcours atypique puisque je suis partie vivre plusieurs années dans un kibboutz en Israël. Et d’une manière qui peut paraître paradoxale, l’histoire m’a rattrapée là-bas car j’ai ressenti l’urgence de mieux connaître la situation complexe de ce pays, en la resituant dans le temps long. D’où la nécessité d’en savoir davantage sur l’histoire des Juifs, qui est devenue mon champ d’étude.

- Quel est le principal objet de vos recherches actuelles ?

Je suis depuis quatre ans la directrice scientifique du Comité d’histoire auprès de la CIVS, la Commission d’indemnisation des victimes de spoliations. Dans un peu plus d’un an, nous publierons deux volumes : l’un sera une histoire de la CIVS, replacée dans le contexte de la politique française de « réparation » depuis la fin de la guerre ; et l’autre réunira des récits de vie familiaux de Juifs ayant été spoliés et persécutés en France, sous l’angle de leur « reconstruction » et de leur rapport évolutif à la France. Ce double projet sous-tend aussi un questionnement sur l’articulation entre la micro-histoire et l’Histoire « avec sa grande hache » comme disait Georges Perec.

Mes recherches personnelles sont directement liées, au moins en partie, à cette thématique. Je m’intéresse en particulier aux diverses questions — historiques, politiques, éthiques — soulevées par ce processus de reconnaissance d’une ou de catégorie(s) de victimes, de réconciliation et de reconstruction d’un « vivre ensemble ». Ce qui recouvre une analyse de l’évolution mémorielle de la France par rapport à certains épisodes difficiles de son histoire et, au-delà, du regard porté sur ses minorités.

En liaison avec ces thématiques, je termine actuellement une recherche sur les Juifs de France dans l’immédiat après-guerre.

Je travaille aussi depuis plusieurs années sur les musées d’histoire de la Shoah — qui, depuis quelque temps, font place en divers endroits à des musées sur l’histoire des Juifs, différence qui fait évidemment sens.

- Quels sont, d’après vous, les trois titres incontournables de la bibliothèque de l’historien ?

Pourquoi trois ? Et que veut dire « incontournables » ? Il y a des ouvrages essentiels pour la compréhension historienne en général, d’autres pour les questionnements sur lesquels on travaille, d’autres qu’on lit et relit parce qu’ils trouvent un écho particulier ou procurent un infini plaisir. Ce ne sont pas nécessairement les mêmes. Mais je vais essayer de « jouer le jeu » en choisissant trois titres :

  • Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, pour veiller à ne pas oublier la part du hasard et se garder de reconstruire le passé comme si l’histoire était toujours cohérente et de ce fait, presque « attendue ».
  • Pierre Nora (dir.), Essais d’ego histoire, pour ne pas se leurrer sur l’absolue objectivité de l’historien, même si celui-ci doit évidemment se préoccuper de maintenir distance et rigueur. J’ajoute que j’admire les historiens qui se sont ainsi ‘livrés’, jamais je n’aurais pu accepter de le faire de manière aussi personnelle.

J’ai choisi spontanément ces trois ouvrages, mais immédiatement après avoir dressé cette courte liste, beaucoup d’autres titres ont surgi. Si vous le permettez, je vais donc m’en accorder deux autres : Le Goût de l’archive d’Arlette Farge ; et Walter Benjamin et son ange de Gershom Scholem.

- Quelles sont, selon vous, les principales qualités requises pour devenir un bon historien ?

La curiosité.

Le souci de maintenir l’équilibre entre l’empathie et l’approche scientifique.

Le goût du travail solitaire et également le sens du travail en équipe.

La distance vis-à-vis de la « demande sociale » et des média.


Print This Post Print This Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">