Quelques questions à Mareike König

Mareike König est responsable de la section 19e siècle et de la bibliothèque de l’Institut historique allemand à Paris.

Après une maîtrise en histoire à l’université de Hambourg et un semestre passé à la Sorbonne en 1993, elle fait un séjour de recherche à Paris en 1996/1997. En 1999, elle soutient sa thèse d’histoire à l’université de Rostock intitulée « La perception de l’Allemagne et le débat sur l’intégration européenne dans Le Monde et Le Figaro 1950–1954 ». Chargée de recherche depuis 2001 à l’IHA, elle a également fait un master de sciences de l’information et des bibliothèques à l’université de Humboldt à Berlin.

Elle a contribué récemment à la mise en ligne du portail des carnets de recherches germanophones de.hypotheses.org (voir le bref compte rendu publié sur le carnet Digital humanities à l’IHA). Avec Annette Schläfer du CIERA, elle anime le carnet Germano-Fil : Accéder à la documentation et aux ressources scientifiques sur l’Allemagne.

Pour plus d’informations, voir sa page sur le site de l’IHA. Vous pouvez aussi la suivre sur twitter : @Mareike2405

– Pourquoi êtes-vous devenue historienne ?

L’histoire est une vraie passion pour moi. Déjà très jeune, je me suis intéressée à l’histoire, notamment à l’histoire de l’antiquité avec ses légendes et mythes. À dix ans, je passais mon temps à lire les mythes grecs et des livres sur l’histoire romaine que j’empruntais au hasard dans notre bibliothèque publique. En grandissant, je suis remontée dans le temps et maintenant je travaille sur le 19e siècle. Le moment clef dans ma décision de devenir historienne était le fameux discours de Richard von Weizsäcker le 8 mai 1985, alors qu’il était président de la République fédérale d’Allemagne. Pour la première fois, un homme politique allemand disait que la fin de la deuxième guerre mondiale était une libération pour l’Allemagne, une libération du système dédaigneux de la tyrannie national-socialiste. Je me rappelle que nous avons lu et analysé son texte à l’école. Depuis, j’ai voulu faire des études d’histoire, sans pour autant avoir une idée précise de ce que j’allais faire avec un tel diplôme. Je ne voulais pas devenir professeur à l’école, mais le reste était ouvert. Je m’imaginais aussi bien entamer une carrière dans le journalisme que dans le monde universitaire.

– Quel est le principal objet de vos recherches actuelles ?

Actuellement, je travaille sur l’histoire franco-allemande de 1870 à 1918. Avec Elise Julien, je suis en train de rédiger un manuel dans la série « Histoire franco-allemande en 11 volumes » publiée par l’Institut historique allemand. Ce livre ne traite pas les relations franco-allemandes dans un sens classique. Ce qui nous intéresse, ce sont les transferts culturels et les contacts entre les deux pays, des contacts qui ont bien existé malgré le fait que cette époque était fondamentalement marquée par l’hostilité entre les deux pays après la guerre de 1870/71, par la naissance de l’État-nation, par l’impérialisme et par le nationalisme. Ce livre sortira en 2014.

Avant de commencer cette synthèse, j’ai travaillé sur les immigrés allemands à Paris au 19e siècle. Ce projet d’histoire sociale visait notamment les travailleurs, les artisans et les domestiques germanophones qui migraient en masse dans la capitale française avant la guerre de 1870. Pendant quelques décennies, les Allemands formaient le groupe le plus important avec près de 80 000 personnes. Il est étonnant que cette migration soit presque complètement oubliée aujourd’hui.

En revanche, ma thèse portait sur les relations franco-allemandes des années 1950. Au début de mes études, je me suis intéressée aux processus de l’intégration européenne après la deuxième guerre mondiale. J’ai passé six mois à Paris avec une bourse Erasmus en 1993. Ce séjour m’a beaucoup marquée et a éveillé en moi le goût pour l’histoire de la France et pour les relations franco-allemandes et notamment pour la réconciliation entre les deux pays. Ceci dit, j’ai toujours été attirée par la France car ma grand-mère maternelle est née à Strasbourg en 1912. Elle a quitté l’Alsace avec ses parents après la Première Guerre mondiale. Nous sommes souvent allés en Alsace quand j’étais enfant et j’ai toujours voulu comprendre l’histoire de cette région.

– Quels sont, d’après vous, les trois titres incontournables de la bibliothèque de l’historien ?

C’est une question difficile, car en choisir trois veut dire négliger des milliers d’autres. En général, j’ai du mal avec ces canons de la littérature. Mais puisqu’il faut jouer le jeu, j’aimerais d’abord nommer un livre méthodologique pour les historiens en formation, un livre qu’on lit et relit. À l’université de Hambourg, nous avons appris les bases des outils de l’historien avec le fameux manuel de Peter Borwosky, Barbara Vogel et Heide Wunder : Einführung in die Geschichtswissenschaft, publié en 1989. Tous les trois étaient professeurs à Hambourg. Aujourd’hui, il y a d’autres livres similaires et surtout plus actuels. Ce qui est important en tout cas, c’est d’apprendre à citer correctement. Nous en discutons beaucoup actuellement en Allemagne, suite à la mise en examen de plusieurs politiciens accusés de plagiat.

Puis, je recommande aux historiens en formation de lire un livre de Reinhart Koselleck, l’initiateur de la Begriffsgeschichte en Allemagne (l’histoire des concepts), par exemple Le futur passé de 1979, traduit en français ou encore L’Expérience de l’histoire, édité par Michael Werner et traduit sous la direction d’Alexandre Escudier. Mon troisième choix tombe sur un livre de Ute Daniel que j’admire beaucoup. Elle est spécialiste, entre autre, de l’histoire des représentations et de la nouvelle histoire culturelle. Elle a édité le livre Kompendium Kulturgeschichte : Theorien, Praxis, Schlüsselwörter en 2001. Evidemment, il y a encore beaucoup d’autres livres à citer…

– Quelles sont, selon vous, les principales qualités requises pour devenir une bonne historienne ?

Il en faut plusieurs qui diffèrent selon l’étape de la recherche dans laquelle on se trouve. Une bonne historienne est d’abord curieuse, elle se pose des questions et elle aime peut-être plus chercher que trouver. En tout cas, il est important de ne pas se contenter trop rapidement des réponses qu’on a trouvées. Puis il faut une certaine endurance pendant le processus de la recherche. Il est, en outre, très souhaitable d’avoir le sens du travail en équipe, de se mettre en réseaux avec d’autres chercheurs, d’échanger, par exemple via les réseaux sociaux, de partager, de coopérer, de discuter. Et puis vers la fin, il faut avoir le courage de terminer son œuvre, de décider qu’on a fini, qu’on s’arrête là même si ce n’est jamais le dernier mot et qu’on pourrait continuer à travailler sur le même article ou livre toute sa vie. Donc une bonne historienne est aussi courageuse.


2 réflexions au sujet de « Quelques questions à Mareike König »

  1. Ping : [Ping] Mareike Königs Blogperlenspiel | Wissenschaft und neue Medien

  2. Équipe hypotheses.org

    Cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté en prenne plus rapidement connaissance, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypotheses.org.
    En espérant que ce billet suscite une dynamique de commentaires, nous vous remercions pour votre contribution.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *