La bibliothèque du CEDIAS-Musée social

Façade du Musée social en 1898

Façade du Musée social en 1898 (coll. CEDIAS-Musée social)*

Établissement privé, installé depuis sa fondation au 5 rue Las Cases dans le VIIe arrondissement de Paris, la bibliothèque du CEDIAS-Musée social est l’héritière d’un centre de documentation pionnier dédié aux multiples expressions de la « question sociale » dans le monde occidental contemporain. Cette orientation première, qui conditionne toujours la politique d’acquisition de la bibliothèque et en structure largement l’identité, se double aujourd’hui  d’un rôle documentaire et interventionnel de premier plan dans les domaines du travail social et de l’action sociale, assumé sous la tutelle du Centre d’études, de documentation, d’information et d’action sociales (CEDIAS).

Les collections de la bibliothèque intéresseront en priorité les apprentis historiens et historiennes dont le sujet de recherche croise le large spectre des déclinaisons du « social » aux XIXe et XXe siècles : histoire du travail, du monde ouvrier, des politiques sociales, de l’urbanisme et du logement social, de la philanthropie et des institutions patronales, du syndicalisme et des grèves, de l’économie sociale et solidaire, de la santé publique, de la démographie, et enfin, bien entendu, de l’ensemble des doctrines philosophiques, des attitudes et des mouvements politiques attachés à ces thématiques – socialismes, anarchismes, communismes principalement.

"Grève de Limoges : Le personnel du restaurant communiste", 1905, coll. CEDIAS-Musée social

Carte postale. "Grève de Limoges : Le personnel du restaurant communiste", 1905

Si la spécificité de ses collections en fait à l’évidence une bibliothèque « spécialisée », la bibliothèque du CEDIAS-Musée social rend aussi les grands et menus services d’une bibliothèque d’étude, située de surcroît non loin du Quartier latin : salle de lecture, outils de recherche, revues généralistes en libre accès, encyclopédies et usuels, ouvrages de référence en histoire et sciences sociales. La rapide présentation de la bibliothèque qui suit, si elle s’appuie prioritairement sur le lieu et son histoire pour mieux en éclairer les collections, n’en délaisse pas pour autant les questions « pratiques » relatives à l’accessibilité et à la fréquentation des salles de lecture. Elle vise à faire connaître un lieu d’étude et de recherche méconnu mais utile à bien des recherches en histoire et sciences sociales, et un lieu de sociabilité intellectuelle central pour les historiens, apprentis ou confirmés, dont le travail touche aux problématiques du social [1].

Histoire [2]

Projet de laboratoire des réformes sociales de la IIIe République mûri par Jules Siegfried, Émile Cheysson et Léon Say à l’issue de l’Exposition universelle de 1889, le Musée social est fondé en 1895 grâce aux fonds d’un riche mécène sensible à la question sociale, le comte Aldebert de Chambrun. Selon l’acception de l’époque, le « musée » se conçoit moins comme un lieu de conservation que comme un centre de recherche, d’étude et de documentation. Il se dote d’une bibliothèque, dont la tâche initiale est de rassembler et de mettre à la libre disposition de toute personne intéressée la production documentaire relative aux questions et aux réformes sociales.

"Assurances sociales, organisation libre", affiche de la Fédération nationale catholique (1928?)

Affiche. "Assurances sociales, organisation libre", Fédération nationale catholique

Sous l’égide de son premier bibliothécaire, Étienne Martin-Saint-Léon, la bibliothèque se soumet d’emblée à deux  principes directeurs qui font aujourd’hui la richesse de ses collections. Le premier, la neutralité, implique la collecte de tous les documents relatifs aux questions sociales, quels qu’en soient les émissaires ou la nature. Le second, l’ouverture internationale, découle du caractère transnational des « réseaux réformateurs » et s’appuie sur toute une équipe d’enquêteurs rémunérés et de correspondants disséminés en Europe et aux États-Unis. La fidélité de l’institution à ces principes initiaux, malgré l’inspiration nettement anti-révolutionnaire de ses fondateurs, explique largement que l’on puisse aujourd’hui y trouver aussi bien les comptes rendus de congrès des trade-unions anglais, des dossiers documentaires sur les coopératives belges ou les jardins ouvriers américains, des pamphlets anti-socialistes et des tracts anarchistes.

De sa création à la Seconde Guerre mondiale, la bibliothèque connaît son âge d’or. La salle de lecture, à deux pas de l’Assemblée Nationale, est fréquentée par des parlementaires aussi bien que par des professeurs d’université, par des militants instruits aussi bien que par des socialistes étrangers ; Jean Jaurès, Georges Sorel, Lénine, parmi bien d’autres, font partie de ces lecteurs. Durant l’entre-deux-guerres, l’institution connaît néanmoins des difficultés financières et des vicissitudes internes qui atteignent la dynamique d’expansion de la bibliothèque. L’importance des fondateurs, véritables notables de la Troisième République – plusieurs projets de loi furent élaborés au sein du Musée social[3] – décline avec leurs disparitions successives. La bibliothèque poursuit son œuvre de collecte, mais avec des moyens plus restreints.

Dans la deuxième partie du XXe siècle, elle resserre sa politique d’acquisitions et affirme certains partis pris documentaires, avec par exemple un accent mis sur les politiques sociales et le champ de l’action sociale. Sous l’impulsion de Colette Chambelland, elle devient à partir des années soixante un lieu d’étude, de rencontre et d’échanges pour de nombreux historiens du mouvement ouvrier et du socialisme. Depuis le début des années 2000, elle mène une politique de modernisation de ses outils et de valorisation de ses fonds, reconnue sur le plan institutionnel par l’intégration du réseau des « pôles associés documentaires » de la BnF (qui alimente Gallica) et par le classement comme « archives historiques » d’une part importante de ses collections par le Ministère de la Culture et de la Communication (par arrêté du 8 avril 2008).

Collections

Les collections constituées par la bibliothèque portent la marque de cette riche histoire : variété des supports, coexistence de l’imprimé et de l’archive, pluralité linguistique et, surtout, fonds exceptionnel pour la période 1880-1914. Sans chercher à en donner une recension aussi vaine qu’inutile, il semble pertinent d’en esquisser à grands traits les principales ressources et composantes[4].

"Conscrit", février 1906 : "L'Armée est le chien de garde du coffre-fort"

Périodique. "Le Conscrit", février 1906

L’un des points forts de la bibliothèque est sa collection de périodiques, particulièrement dans les domaines de l’économie sociale et solidaire et de l’action sociale ; sa vocation patrimoniale est affirmée dans ce domaine (c’est l’essentiel de sa contribution à la bibliothèque numérique de la BnF, Gallica) et elle conserve des titres rares voire uniques.

La littérature grise – brochures, tracts, feuilles militantes – y est abondante et en plusieurs langues, reflet des envois réguliers des correspondants du Musée social ou des dépôts de militants. Les dossiers documentaires réalisés par les sections d’étude du Musée – sur les coopératives, les grèves, les jardins ouvriers, l’hygiène, l’urbanisme… – sont encore consultables et constituent une source de première main pour les historiens du réformisme social. Il serait dérisoire de prétendre offrir un panorama de l’offre de monographies. On se contentera donc d’indiquer qu’outre les « classiques » du socialisme, du christianisme social ou du communisme, la bibliothèque du CEDIAS-Musée social offre l’accès à une riche collection d’ouvrages de référence en historiographie et sciences humaines, de Marc Bloch aux Lieux de mémoire, complétée d’usuels comme le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, dit « Maitron ».

Bibliothèque d’étude clairement tournée vers l’histoire et les sciences humaines, la bibliothèque du Musée social est aussi une bibliothèque de recherche qui assume la conservation de plusieurs fonds d’archive. Outre ceux de la Fédération nationale des coopératives de consommation, en cours de traitement, on peut citer en exemples les archives de l’Alliance d’hygiène sociale, de l’association L’Hygiène par l’exemple, celles du sociologue du travail, ancien surréaliste et compagnon de Trotsky, Pierre Naville, ou encore celles des militants syndicalistes-révolutionnaires Pierre Monatte et Alfred Rosmer. Il faut enfin signaler l’exceptionnelle documentation recueillie et déposée à l’issue des expositions universelles de Paris de 1889 et de 1900 – catalogues, brochures, rapports, livrets – qui demeurent un matériau précieux pour toute recherche sur l’histoire du travail et de ses représentations au tournant du XIXe siècle.

Étude

La bibliothèque du CEDIAS-Musée social est petite : à la salle d’accueil et des périodiques succède une salle d’étude pouvant recevoir une vingtaine de lecteurs simultanément. L’apprenti historien peut préparer utilement sa visite en consultant le catalogue en ligne de la bibliothèque, désormais informatisé dans sa quasi-intégralité. Préalablement à toute consultation de document, il est accueilli par l’un des bibliothécaires qui s’enquiert de ses besoins et qui, s’il le souhaite, l’informe et le guide dans sa recherche. On aurait tort de se priver de ce temps de dialogue : les bibliothécaires étant eux-mêmes historiens et au contact permanent de nombreux chercheurs, l’apprenti historien aura tout intérêt à se laisser prodiguer conseils de lecture, estimation de l’état des recherches et des ressources sur une question ou sollicitation à la prise de contacts avec chercheurs, collègues ou institutions. Si sa recherche est concluante, le lecteur sera invité à s’inscrire, sur la base de divers tarifs : 3€ pour la journée, 10€ pour cinq entrées, 20€ à l’année s’il est en mesure de produire un justificatif étudiant (carte d’étudiant, attestation d’inscription en master ou en thèse).

Salle de lecture en 1898 - Salle des catalogues aujourd'hui (bibliothèque du Musée social)

La salle de lecture en 1898 et la salle du catalogue aujourd'hui

L’accès aux périodiques vivants déposés sur les présentoirs – parmi lesquels Le Débat, Esprit, Actes de la recherche en sciences sociales, Annales, Commentaire, Revue d’histoire moderne et contemporaine, Genèses… – est libre et ne nécessite pas d’inscription, mais ces ressources sont consultables sur place uniquement. La bibliothèque du CEDIAS-Musée social est une bibliothèque d’étude qui ne propose du reste aucun document au prêt, à de rares exceptions que sont les mémoires de travail social déposés en double par leurs auteurs. Cette restriction, couplée à des horaires d’ouverture restreints – 13h-18h du lundi au jeudi, 13h-17h le vendredi – ne facilite pas l’accès aux collections conservées et impose à chacun d’organiser sa journée (et sa semaine) de travail en conséquence.

Années 1930 : enfants de la "zone" aux portes de Paris

Photographie. "Années 1930 : enfant de la 'zone' aux portes de Paris", s.d.

Ces conditions d’accès sont celles d’une petite structure, animée par un personnel restreint, et sans dotation publique directe. S’il est à certains égards contraignant, le fonctionnement général de la bibliothèque n’en présente pas moins certains avantages. Outre la qualité de l’environnement de travail et du conseil prodigué, le système de communication « de la main à la main » des documents, dont la demande est effectuée par un bulletin papier remis au bibliothécaire, présente l’avantage de temps d’attente extrêmement courts entre la demande et la réception du ou des documents, de l’ordre de cinq à dix minutes. Ces documents, une fois la séance de travail terminée, sont « mis de côté » par les bibliothécaires sur simple demande. Comme dans la plupart des bibliothèques, les photocopies et les photographies sont possibles, sous réserve de l’accord préalable des bibliothécaires. Enfin, la salle de lecture est un espace et un outil de travail précieux : les historiens du politique (et d’autres) seront heureux d’y trouver, en libre accès, la collection papier complète de l’Humanité.

 


* Toutes les illustrations de ce billet sont extraites de la photothèque de la bibliothèque et reproduites avec l’aimable autorisation du CEDIAS-Musée social

[1] Ancien usager de la bibliothèque, l’auteur de ce billet y a aussi travaillé entre 2010 et 2011.

[2] Outre l’historique proposé par la bibliothèque sur son site, ont été consultés les ouvrages suivants : Colette Chambelland (dir.), Le Musée social en son temps. Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1998 ; Janet Horne, Le Musée social. Aux origines de l’État providence. Préface de Pierre Rosanvallon. Paris, Belin, 2004.

[3] Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914. Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

[4] Pour plus de précisions, on se reportera à la présentation rédigée par la bibliothèque : http://cediasbibli.org/opac/index.php?lvl=infopages&pagesid=13


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">