Digital History. La storia nell’era dell’accesso (Diacronie n°10)

Comme je vous l’indiquais dans le billet d’hier, Devenir historien-ne se lance dans un partenariat avec la revue Diacronie. Studi di storia contemporanea. Et comme le hasard (ou presque) fait bien les choses, celui-ci commence à l’occasion de la parution du n°10 intitulé : Digital History. La storia nell’era dell’accesso que j’ai le plaisir de co-diriger avec Elisa Grandi, doctorante en histoire contemporaine et histoire de l’Amérique Latine à l’Université Paris Diderot, membre du laboratoire SEDET et Deborah Paci doctorante en histoire en co-tutelle à l’université de Padoue et de Nice Sophia-Antipolis, directrice de la rédaction de Diacronie.

Pour découvrir ce numéro, je vous propose de lire ici la version française de la note introductive que je co-signe avec Elisa Grandi (publiée en italien sur Diacronie) ainsi que le sommaire où vous retrouverez quelques noms qui ne vous sont pas totalement inconnus. Bonne lecture, et n’hésitez surtout pas à nous faire part de vos remarques…

Note introductive

par Elisa Grandi et Émilien Ruiz

Sans être totalement inédites, les réflexions collectives autour des transformations numériques du métier d’historien se sont multipliées ces dernières années1, en parallèle de travaux relatifs aux « Digital humanities »2, voire à l’ « humanisme numérique »3. Avec ce dixième numéro, Diacronie propose d’apporter sa pierre à un édifice en cours de construction. Il est aujourd’hui de plus en plus courant de voir employer le terme « Digital History » pour qualifier l’utilisation d’outils numériques appliqués à la recherche historique, de l’analyse des sources à la diffusion des résultats ; des postes d’enseignants-chercheurs sont même créés sous ce label4, qui trouve son origine principale aux États-Unis5, où plusieurs centres de recherche se réclament de cette spécialité6.

L’expression « Digital History » n’est donc pas nouvelle mais les conséquences concrètes d’un recours croissant aux outils numériques sur les pratiques historiennes restent encore à définir. Comme le rappelaient récemment Nicolas Delalande et Julien Vincent, « les discours tenus sur Internet et ses conséquences sur l’élaboration du savoir historique oscillent généralement entre l’enthousiasme, l’inquiétude ou le désintérêt », cette dernière position étant considérée par les deux historiens comme « la plus fréquente » et probablement pas « la moins dommageable »7. Avec ce numéro, Diacronie souhaite contribuer à une prise de conscience par les historiens et historiennes des mutations occasionnées par le numérique sur leurs pratiques quotidiennes.

Plusieurs contributions à ce numéro prennent en considération cette question d’un point de vue à la fois pratique et global. Toutefois, en l’absence de véritable enquête de grande ampleur, celles-ci ne peuvent que s’inspirer d’expériences personnelles concrètes. Ainsi, les contributions de Brian Sarnacki8, Franziska Heimburger et Émilien Ruiz9 et l’entretien que nous avons réalisé avec Claire Lemercier10 proposent, à partir des expériences d’enseignement et de recherche de leurs auteurs, un tour d’horizon des transformations du métier d’historien à l’ère numérique. Celles-ci concernent tout à la fois les pratiques documentaires (de la recherche au traitement des sources en passant par le travail bibliographique), les modes de diffusion de la recherche (du blog à la revue scientifique en ligne) et les échanges scientifiques et pédagogiques (facilités, notamment, par des outils collaboratifs). Trois dimensions que la suite du dossier permet d’illustrer à travers des exemples très concrets.

Dans ce numéro de Diacronie, nous souhaitions aussi souligner la diversité des approches possibles de la « Digital History ». Plusieurs contributions sont ainsi consacrées à des outils informatiques spécifiques comme les systèmes d’information géographiques (articles de Cécile Burel, Josep Sitjàr et Jordi Rubió11 ainsi que de Nicolas Ferrand12), les bases de données (article de Lisa Valli13) et le logiciel de gestion de données bibliographiques Zotero (article de Frédéric Clavert14) ; mais aussi à des ressources numériques particulières, utiles à l’étude de l’histoire économique de l’Italie contemporaine (article de Matteo Troilo15), à celle de l’antiquité classique (article de Gianluca Canè16) ou à l’histoire environnementale (article de Wilko Graf von Hardenberg et Kimberly Coulter17)

Toutes ces contributions témoignent d’une double urgence. La diversité des approches et des outils présentés ici, comme dans d’autres publications, invitent la communauté des historiens à mieux définir ce que désignent les termes « Digital History » : une simple, mais profonde, évolution du métier d’historien ? Un nouveau champ disciplinaire à part entière ? Autre chose ? En ce qui nous concerne, nous souscrivons tout à fait à l’idée énoncée par Claire Lemercier dans ce numéro, selon laquelle une normalisation s’impose pour qu’un tel label ne soit plus nécessaire. Plutôt que d’œuvrer à la constitution d’une nouvelle sous-discipline (comme d’autres ont tenté de le faire, avec plus ou moins de succès, pour l’histoire culturelle ou la sociohistoire) il nous semble important de partir du principe qu’à l’heure numérique, toute histoire est, au moins en partie, digitale. Cela nous conduit à la seconde urgence : celle de la formation des futurs historiennes et historiens à l’usage d’outils informatiques et de ressources numériques indispensables à de nombreuses, sinon toutes, recherches historiques. En effet, c’est aujourd’hui un défi qui n’est probablement pas assez pris à sa juste valeur par les institutions d’enseignement supérieur que d’offrir aux historiens en formation les moyens de se repérer dans ce nouveau monde numérique. Ce numéro de Diacronie ne saurait répondre à lui seul à de si vastes questions mais nous espérons qu’il contribuera à susciter des réflexions sur les transformations en cours de notre métier.

Sommaire du numéro :

  1. Voir, pour les plus récentes parutions : GENET, Jean-Philippe, ZORZI, Andrea (a cura di), Les historiens et l’informatique : un métier à réinventer, Rome, École française de Rome, 2011, 350 p ; GALLINI, Stefania, NOIRET, Serge (a cura di), « Dossier : Historia Digital », Historia Critica, enero-abril/2011, vol. 43 ; DELALANDE, Nicolas, VINCENT, Julien (a cura di), « Le métier d’historien à l’ère numérique : nouveaux outils, nouvelle épistémologie ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, supplément/2011, vol. 58, n° 4bis ; CLAVERT, Frédéric, NOIRET, Serge (a cura di), L’histoire contemporaine à l’ère digitale, Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2012 [ouvrage à paraître, tiré du colloque éponyme tenu en octobre 2009 à l’université du Luxembourg]. []
  2. DACOS, Marin, « Manifeste des Digital humanities », ThatCamp Paris 2010, URL: <http://tcp.hypotheses.org/318>, accesso del 26 Giugno 2012. []
  3. DOUEIHI, Milad, Pour un humanisme numérique, Paris, Le Seuil, 2011, 177 p ; FIORMONTE, Domenico et al., L’umanista digitale, Bologna, Il Mulino, 2010, 236 p. []
  4. Voir, par exemple, l’annonce récemment diffusée très largement par l’Université du Luxembourg : « The University of Luxembourg is recruiting an Associate Professor or Professor in Digital History », Calenda, 26 juin 2012, http://calenda.revues.org/nouvelle24595.html []
  5. L’expression semble naître à la fin des années 1990 avec la fondation du Virginia Center for Digital History en 1998, sous l’égide d’Edward L. Ayers (président de l’université de Richmond depuis 2007). Sa première mention dans une publication semble dater de 1999 avec : AYERS, Edward L., « The Pasts and Futures of Digital History », Virginia Center for Digital History, URL: <http://www.vcdh.virginia.edu/PastsFutures.html>, accesso del 26 Giugno 2012. Voir aussi COHEN, Daniel, ROSENZWEIG, Roy, Digital History: A Guide to Gathering, Preserving, and Presenting the Past on the Web, University of Pennsylvania Press, 2005, 328 p. []
  6. Comme le Roy Rosenzweig Center for History and New Media de l’université Georges Mason <http://chnm.gmu.edu/> ou le Virginia Center for Digital History précité, de l’Université de Virginie < http://www.vcdh.virginia.edu/>. Pour d’autres exemples, voir les sections « Digital history center » et « Digital history projects » dans « Digital history », Wikipedia, the free encyclopedia, URL :<http://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Digital_history&oldid=487667117>, accesso del 26 Giugno 2012. []
  7. DELALANDE, Nicolas, VINCENT, Julien, « Portrait de l’historien-ne en cyborg », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2011, vol. 58, n° 4bis. []
  8. SARNACKI, Brian, «Digitizing the Seminar Paper. A graduate student perspective on how digital tools shape scholarship», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/sarnacki_numero_10/ []
  9. HEIMBURGER, Franziska, RUIZ, Émilien, «Has the Historian’s craft gone digital? Some observations from France», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/heimburger-ruiz_numero_10/ []
  10. GRANDI, Elisa, RUIZ, Émilien, «Ce que le numérique fait à l’historien.ne. Entretien avec Claire Lemercier», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/grandi_numero_10/. []
  11. BUREL, Cécile, RUBIÓ, Jordi, SITJAR, Josep, «Los SIG como instrumento para el análisis de las migraciones: el ejemplo del éxodo catalán de 1936», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/burel-rubio-sitjar_numero_10/ []
  12. FERRAND, Nicolas, «Développement et mise en œuvre d’un Système d’Information Géographique pour l’étude de l’expansion pavillonnaire dans l’agglomération lyonnaise depuis 1950», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/ferrand_numero_10/ []
  13. VALLI, Lisa, «Vecchie abitudini e nuovi strumenti. Un sistema informativo per lo studio delle vicende architettoniche del Palazzo Ducale di Mantova», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/valli_numero_10/ []
  14. CLAVERT, Frédéric, «Au-delà de la gestion des références bibliographiques : Zotero», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/clavert_numero_10/ []
  15. TROILO, Matteo, «Il digitale che diventa archivio. Le fonti on-line per la storia economica italiana», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/troilo_numero_10/ []
  16. CANÈ, Gianluca, «La lezione di Prometeo e il filologo nell’era digitale. Rassegna di risorse informatiche per lo studio dell’antichità classica», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/cane_numero_10/ []
  17. GRAF VON HARDENBERG, Wilko, COULTER, Kimberly, «Navigare la storia: considerazioni sulla creazione di un portale di storia ambientale», Diacronie. Studi di Storia Contemporanea : Digital History: la storia nell’era dell’accesso, N. 10, 2|2012, URL: http://www.studistorici.com/2012/06/29/grafvonhardenberg-coulter_numero_10/ []

2 réflexions au sujet de « Digital History. La storia nell’era dell’accesso (Diacronie n°10) »

  1. Ping : [Ping] Table ronde “Le numérique : de nouvelles façons d’écrire l’histoire ?” | Association française d'histoire économique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *