Quelques questions à Christian Jacob

Directeur de recherche au CNRS, Christian Jacob est directeur d’études à l’EHESS, membre de l’UMR8210 Anthropologie et histoire des mondes antiques (ANHIMA), laboratoire situé à l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), et placé sous la tutelle des Universités Paris 1 et Paris Diderot – Paris 7, de l’EPHE et de l’EHESS (voir le site de l’unité pour plus d’informations).

Agrégé de lettres classiques et docteur en histoire, il est spécialiste d’anthropologie historique et comparée des savoirs, ses recherches portent plus spécifiquement sur l’histoire de la géographie, de la cartographie, des bibliothèques, des pratiques savantes et de la transmission des savoirs dans l’Antiquité gréco-romaine.

Parmi ses publications (dont on pourra trouver une liste sur sa page institutionnelle), signalons ici L’Empire des Cartes. Approche théorique des cartes à travers l’histoire publié dans la bibliothèque histoire des éditions Albin Michel en 1992, dont une traduction a paru aux presses de l’université de Chicago en 2006 sous le titre : The Sovereign Map. Theoretical Approaches in Cartography Throughout History. Entre 2001 et 2003, il a dirigé (en collaboration avec Luce Giard pour le vol. 1)  la publication du collectif Des Alexandries, I : Du livre au texte, II : Les métamorphoses du lecteur aux éditions de la bibliothèque nationale de France (voir l’entretien publié par Chroniques, mensuel de la BnF, à cette occasion).

Christian Jacob dirige la publication d’une série de volumes réalisés par un réseau international de chercheurs offrant une anthropologie historique comparée des pratiques savantes : les Lieux de savoirs. Les deux premiers volumes sont parus chez Albin Michel en 2007 : Espaces et communautés, et 2011: Les mains de l’intellect. Un carnet de recherche éponyme en accompagne « la construction intellectuelle, la publication et la réception critique« . Vous pouvez suivre Christian Jacob sur twitter : @LieuxDeSavoir

– Pourquoi êtes-vous devenu historien ?

Votre question est intéressante. Vous auriez pu aussi me demander « comment êtes-vous devenu historien ? » Donc, pourquoi ? Mais est-ce qu’il y a un moment où l’on décide, délibérément, de devenir historien ? A quel stade ? Vocation précoce ? Ou restriction du champ des possibles au fur et à mesure des études ? Ou orientation déterminée par des rencontres, par un style de quête intellectuelle qui se dessine au fur et à mesure ? Vous semblez aussi admettre qu’historien correspond à un profil intellectuel, à un type professionnel bien défini. Qu’est-ce qu’un historien ? Celui qui enseigne l’histoire ? Celui qui écrit l’histoire ? Il y a -t-il seulement un type d’historien ou différentes formes de pratiquer l’histoire, selon les périodes, les objets étudiés ?

Dans mon cas, je ne sais pas si j’ai jamais eu l’objectif de devenir historien. En revanche, dès mes années de lycée, la découverte du grec et du latin (on pouvait encore apprendre les deux langues) fut une révélation, s’appuyant sur un héritage matériel, la bibliothèque d’un grand-père professeur de lettres classiques, que je n’ai pas connu. Très vite, la lecture dans le texte même d’Homère ou d’Euripide, d’Hérodote ou de Thucydide m’a ouvert de multiples horizons, je découvrais un monde résistant à la compréhension immédiate, le déchiffrement linguistique s’accompagnait de la découverte de formes de pensée, d’une culture fascinantes, à la fois proches et lointaines.

Il était clair que je voulais me consacrer à l’étude de cette civilisation, et plus généralement à l’étude du passé. J’ai d’abord voulu devenir archéologue et travailler sur les vestiges matériels du passé. Encore lycéen, je participais à différents chantiers de fouilles, et les éclats levalloisiens comme les tessons de céramique phocéenne, campanienne ou sigillée n’eurent bientôt plus de secrets pour moi. Je rêvais d’aller fouiller le sol du sanctuaire de Delphes ou les alentours du temple de Bassae.  Un jeune professeur de lettres, sortant précisément de l’École française d’Athènes et affecté dans mon lycée, me donna une feuille de route : décrocher mon bac, faire une classe préparatoire, entrer à l’Ens, puis à l’École d’Athènes, soit un cheminement entre 8 et 10 ans qui sembla fort long à l’adolescent passionné que j’étais. J’eus la sagesse de suivre son conseil. Les classes prépa, puis l’Ens me donnèrent une formation structurante, où la technicité des langues anciennes était entourée par les cours d’histoire moderne et contemporaine, la philosophie, la littérature. Un prof de philosophie éveilleur, André Pessel, me fit découvrir les écrits de Jean-Pierre Vernant, et j’ai encore les petits volumes rouge et orange de Mythe et Pensée chez les Grecs dans la collection Maspero, qui furent pour moi une révélation. La Grèce de Vernant ne ressemblait pas à la Grèce des versions et des thèmes, ni à celle des exercices formatés du commentaire littéraire. Il y avait une démarche exploratoire, un style d’enquête qui révélait un monde beaucoup plus complexe et étendu que je ne l’avais soupçonné. Je découvrais aussi une méthode de questionnement des sources tout à fait nouvelle, dépassant la technicité des études anciennes pour élaborer des questionnements fondamentaux : qu’est-ce que la raison ? Comment est née la philosophie ? Qu’est-ce qu’une agora ? Qu’est-ce que la cité grecque ? Qu’est-ce que le temps et la mémoire des Grecs ?

Mes années à l’École normale supérieure furent une période de mutation intellectuelle. Je me détournais peu à peu de mes objectifs initiaux, l’École d’Athènes, en partie en raison de la déception ressentie en commençant à fréquenter ce milieu, qui voulait être l’aristocratie des études grecques et faisait sentir aux nouveaux venus les règles d’accès au club.  Les noms de Vernant, Detienne et Pierre Vidal-Naquet étaient tabous, et provoquaient des sourires ironiques ou l’attaque des voltigeurs chargés de les critiquer dans la Revue des Études Grecques.

Je me souviens de ce jour de 1977 où j’ai franchi pour la première fois le seuil du Centre de recherches comparées sur les sociétés anciennes, pour rencontrer Marcel Detienne. Dès les premiers séminaires de Detienne et Vernant, je décidais de cheminer avec ces maîtres et leurs compagnons de route, doctorants et jeunes chercheurs. J’appartenais à la troisième génération de disciples, et mes aînés de quelques années étaient des chercheurs comme Françoise Frontisi, Nicole Loraux, François Hartog, François Lissarrague, Jesper Svenbro, Alain Schnapp. Ce qu’ils m’ont apporté est à la fois une grande rigueur dans le travail sur les sources et une ouverture sur des questionnements fondamentaux, exigeants, sur le travail concret de la recherche, avec sa part de découvertes, sa part d’explorations. Les leçons de Vernant, Detienne, Vidal-Naquet ouvraient et balisaient un champ immense, entre philologie, histoire, anthropologie : c’était une démarche inclassable, obéissant à l’exigence intellectuelle de la construction de ses objets, bâtissant peu à peu une œuvre collective sous la forme d’enquêtes transversales et interdisciplinaires, sur les problèmes de la terre, de la guerre, de la personne, du sacrifice… Problèmes… Là où les hellénistes traditionnels prônaient la transparence des textes et l’immédiateté de notre relation aux Grecs, le groupe de Vernant cultivait leur différence, leur altérité, et les problématisait.

Parallèlement, j’ai rencontré des chercheurs comme Louis Marin et Michel de Certeau, eux aussi inclassables : historiens, sociologues et sémiologues, à la croisée des domaines, art, spiritualité, historiographie, mystique… Je garde le souvenir ému et reconnaissant de l’attention et du temps qu’ils m’ont consacré, des conseils qu’ils m’ont donnés, du modèle de liberté et d’exigence intellectuelles qu’ils m’ont offert.

Donc voilà, ces rencontres intellectuelles, humaines, éthiques, politiques ont été décisives pour moi et j’ai pu tracer, dans ce cadre, en toute liberté, mes propres cheminements, sur les voyageurs et les géographes antiques, sur Alexandrie, sa bibliothèque et ses érudits. Ceci dit, j’ai du mal à me définir en termes disciplinaires. Agrégé de lettres classiques, ce qui est l’une des voies possibles pour maîtriser les sources anciennes dans leur technicité, j’ai soutenu un doctorat d’état d’histoire à l’Ehess. Je me situe aujourd’hui entre l’histoire culturelle, l’histoire des sciences, l’anthropologie historique des savoirs. Je crois qu’il n’y a qu’au CNRS et à l’Ehess qu’on peut avoir une telle liberté de positionnements et de circulation entre des champs et des objets.

– Quel est le principal objet de vos recherches actuelles ?

Mon travail de recherche a toujours suivi une double trajectoire, en passant constamment de l’une à l’autre. L’une de ces voies traverse l’Antiquité classique, et j’ai travaillé sur des objets comme la géographie, la cartographie, l’ethnographie, les savoirs lettrés, les bibliothèques et les milieux érudits. L’autre voie porte sur les mêmes objets, mais dans une perspective théorique, épistémologique, comparative et interdisciplinaire. Cet aspect de mon travail peut prendre la forme d’enquêtes personnelles, comme mon livre L’Empire des cartes, ou de chantiers collectifs où je coordonne des collectifs de chercheurs, comme dans les Lieux de savoir. Les savoirs ont toujours été au centre de mes recherches : les savoirs comme champ constitutif de l’expérience humaine, comme pratiques sociales, comme institutions, comme dispositifs objectivés. Je suis plongé en ce moment dans un questionnement très fondamental sur la nature des savoirs, sur leurs formes de matérialisation et d’incorporation, sur la manière dont ils passent de l’un à l’autre, dont ils peuvent circuler entre les langues , les lieux, les époques, les cultures. J’ai terminé en juin 2012 un livre sur un polymathe grec du IIe siècle de notre ère, Athénée de Naucratis, auteur d’un livre-bibliothèque, les Deipnosophistes, où il met en scène un club de lettrés et d’érudits se réunissant chez un riche Romain pour des banquets savants, entre mets et mots. Je termine actuellement un petit livre pour l’Encyclopédie numérique du Cleo, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ? Je suis donc dans la phase réflexive et théorique, qui me conduira sans doute dans quelques mois à revenir sur mon terrain antique. Mes recherches actuelles visent donc à expliciter pleinement les implications théoriques de mon travail, en me situant par rapport à la micro-histoire, par rapport au practical turn et au spatial turn dans les sciences sociales, par rapport à l’anthropologie des savoirs et à la sociologie des sciences. Je suis donc actuellement dans une phase de lectures et de relectures, de clarification et de prospective, et ce petit livre définit aussi une feuille de route pour de nouvelles aventures intellectuelles, à la fois personnelles et collectives…

– Quels sont, d’après vous, les trois titres incontournables de la bibliothèque de l’historien ?

Il me semble impossible de répondre à cette question, car je ne pense pas qu’il y ait un profil-type de l’historien. Il y a des médiévistes, des historiens des sciences ou des religions, des historiens de la Chine, des historiens du contemporain, de l’économie, du droit. L’idée de livres incontournables laisse entendre que tous les parcours d’historiens doivent nécessairement passer par les mêmes carrefours. Je pense que la rencontre avec un livre est aussi le fruit du hasard, ou d’une nécessité implicite où l’on prendra tel livre à un moment donné, parce qu’il y a une logique intellectuelle à s’en saisir. S’ajoute à cela le fait que les livres les plus féconds et les plus suggestifs sont souvent ceux qui n’appartiennent pas directement à notre domaine d’étude, mais ont le pouvoir d’élargir notre champ de vision et de réflexion. C’est ce que j’ai appris de mes maîtres, Vernant, Detienne, Vidal-Naquet : il faut essayer de lire le plus possible, dans d’autres champs historiques que le sien, mais aussi en philosophie, en anthropologie, en sociologie et en littérature. Comme nous privilégions les questionnements sur l’érudition pure, il y a un réel enjeu à être un lecteur braconnier, à se situer comme un chercheur en sciences sociales  plus que comme le spécialiste d’un corpus ou d’une époque, à circuler entre les traditions intellectuelles, à s’approprier les travaux innovants et à revisiter des classiques…

Je ne peux donc vous répondre qu’en évoquant des lectures récentes qui m’ont particulièrement inspiré… L’Oeuvre au noir et les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar, que je relis régulièrement pour redonner chair et vie à des mondes sur lesquels je travaille et pour la beauté d’une écriture qui me bouleverse autant à chaque fois ; The SAGE Handbook of Geographical Knowledge, dirigé par John A. Agnew et David N. Livingstone (Los Angeles et London, 2011), qui regroupe un ensemble de réflexions théoriques et d’études de cas sur la géographie des savoirs comme sur la géographie comme savoir ; et enfin l’œuvre de l’anthropologue Fredrik Barth, que je n’ai découverte que récemment : je lis Cosmologies in the Making. A Generative Approach to Cultural Variation in Inner Guinea (Cambridge, 1987).

– Quelles sont, selon vous, les principales qualités requises pour devenir un bon historien ?

Il faudrait à nouveau s’entendre sur ce qu’est un historien, puis sur ce qu’est un bon historien. Mais essayons de répondre quand même: la modestie par rapport à ses objets, la persévérance, le travail, l’exigence intellectuelle – ne jamais être satisfait de ce que l’on écrit, de que l’on pense, des résultats atteints, mais toujours considérer qu’on peut faire mieux et aller plus loin… Cultiver l’imagination comme une discipline de l’hypothèse. Ne jamais considérer aucune question comme naïve, aucune réponse comme définitive. Ne pas avoir peur de revenir sur ses pas, pour reprendre un travail passé en l’enrichissant de quelques idées nouvelles, voire simplement d’une plus grande acuité de l’expression… Et pour reprendre une image chère à Michel de Certeau, se comporter comme un braconnier : en suivant le lièvre qu’on a déniché, s’arroger le droit de sauter par-dessus toutes les clôtures, les barrières disciplinaires : c’est ainsi que doit circuler un chercheur en sciences humaines et sociales…

J’ajouterai aussi une éthique du travail intellectuel, du respect des faits. J’ai été très marqué, durant mes années de thèse, par les séminaires de Pierre Vidal-Naquet sur le négationnisme, par les grandes leçons qu’il nous a données en disséquant les argumentaires des révisionnistes. Il y a là une exigence absolue de vérité, la nécessité d’un engagement total pour préserver la réalité des faits. J’ai lu récemment les beaux livres d’Annette Wieviorka qui poursuit avec la même exigence le combat contre ceux qui nient la réalité et l’ampleur de la Shoah.


5 réflexions au sujet de « Quelques questions à Christian Jacob »

  1. Leclerc Romane

    Bonsoir.
    Je vous remercie également d’avoir partagé votre parcours parce que je commençais à désespérer, de ne trouver une réponse précise… J’aimerai énormément être historienne spécialisée dans l’Antiquité grecque (ou latine), mais les débouchés et métiers proposés ne sont pas nombreux sur les sites… J’aimerai vous demander (ma question peut paraître ridicule) s’il faut obligatoirement croiser plusieurs formations pour faire ce métier ou encore celui de mythologue, que je n’ai malheureusement trouvé nulle part ?
    Merci beaucoup et bonne soirée.

    Répondre
  2. Ping : [Ping] Bibliothèque des sciences de l'Antiquité | Scoop.it

  3. Anne Onime

    Merci beaucoup d’avoir pris le temps d’écrire cette réponse précise et circonstanciée. C’est très intéressant d’entendre un chercheur se dévoiler un peu, retracer son parcours et son cheminement intellectuel. C’est assez rare et c’est bien dommage : pour ma part il aura fallu attendre la maîtrise voire le DEA pour commencer à entrevoir au travers d’une étroite fente de visée les travaux de recherche des professeurs qui nous faisaient cours.

    Répondre
  4. Anne Onime

    « la déception ressentie en commençant à fréquenter ce milieu, qui voulait être l’aristocratie des études grecques et faisait sentir aux nouveaux venus les règles d’accès au club » : cette remarque, qui fait référence à une situation passée, est intéressante et assez signifiante. De votre point de vue, ce côté ultra élitiste de l’EFA, sorte de « chasse gardée » des études helléniques, est-il encore prégnant aujourd’hui ou bien y a-t-il une tendance à l’ouverture, un esprit un peu moins « aristo » et « vieille France » ? La réponse est peut-être dans la question mais j’aimerais avoir votre ressenti personnel sur l’évolution possible de ce qui a été la source de votre déception à l’époque.

    Répondre
    1. Christian Jacob

      Les choses ont bien sûr changé… La situation que j’évoque date de la fin des années 70… Les travaux de Jean-Pierre Vernant et de son équipe ont fait école et le temps est loin où il ne fallait pas prononcer ce nom dans un oral de licence ou d’agrégation… Quand j’étais étudiant, les archéologues les plus ouverts (et aussi les plus compétents sur le terrain de fouilles) étaient les préhistoriens et les protohistoriens, travaillant sur le monde mycénien et sur la Crète. Le jeune prof. de lettres classiques que j’ai évoqué s’appelle Gilles Touchais, il était notamment responsable des fouilles de l’Aspis d’Argos, et je suis allé faire un stage avec lui, après mon entrée à l’Ens. Un autre protohistorien remarquable était René Treuil, qui m’a beaucoup apporté par son ouverture méthodologique et intellectuelle. Donc si j’avais persévéré sur la voie archéologique, je serai sans doute devenu spécialiste d’Argos ou de Malia en Crète. Je mentionnerai aussi un prof d’archéologie grecque atypique, Philippe Bruneau, spécialiste de Délos, qui accepta de co-diriger mon mémoire de maîtrise avec Marcel Detienne, et à qui je dois beaucoup également sur le plan intellectuel. Il était lui-même marginal, par l’orientation épistémologique et même cognitiviste avant l’heure de son travail… La communauté intellectuelle créée par Vernant et ses disciples constituait une alternative enthousiasmante pour un jeune chercheur, même si, à l’époque, ce choix impliquait une prise de risque institutionnelle et professionnelle. L’École d’Athènes a évolué, comme l’École de Rome, et je compte plusieurs amis parmi ses anciens membres. J’ai eu des relations cordiales avec son directeur récent Dominique Mulliez (un camarade d’études): j’ai pu y envoyer mes étudiants pour des séjours de travail, et ils ont toujours été bien accueillis.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *