Quelques questions à Nicolas Beaupré

Né en 1970, Nicolas Beaupré est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Blaise Pascal et au Centre d’Histoire Espaces et Cultures de Clermont-Ferrand, membre junior de l’Institut Universitaire de France (promotion 2010) et membre du comité directeur du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne. Il a fait ses études à Nancy, Lille, Nanterre et Berlin où il fut membre du Centre Marc Bloch pendant quatre années.

Ses travaux portent essentiellement sur l’histoire de la Grande Guerre et ses conséquences, l’histoire culturelle des littératures de guerre, l’histoire franco-allemande et, en particulier, celle des occupations de l’entre-deux-guerres.

Il a notamment publié : Le Rhin, une géohistoire, La documentation française, 2005 ; Écrire en guerre, écrire la guerre. (France, Allemagne 1914-1920), CNRS éditions, 2006 (ouvrage couronné par trois prix) ; Das Trauma des Krieges (1918-1932/33) Deutsch-französische Geschichte Band VIII, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2009. En collaboration avec Christian Ingrao et Anne Duménil, il a publié 1914-1945 : L’ère de la guerre, Agnès Viénot éditions, 2004 et, avec Caroline Moine, L’Europe de Versailles à Maastricht. Visions, acteurs et moments du projet européen, Seli Arslan, 2007.

En avril 2012, il a publié 1914-1945. Les Grandes Guerres, ouvrage de plus de 1000 pages dans la collection “Histoire de France” des éditions Belin. En septembre 2012 est sorti Le traumatisme de la Grande Guerre (1918-1933), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2012 qui est un essai d’histoire croisée franco-allemande.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter sa page institutionnelle sur le site du CHEC.  Vous pouvez aussi le suivre sur Twitter : @nicolas_beaupre

- Pourquoi êtes-vous devenu historien ?

Il serait sans doute beaucoup plus facile de répondre à la question : « Comment êtes-vous devenu historien ? ». Ou encore à celle-ci : « Pour quoi êtes-vous devenu historien ? ». Répondre à « pourquoi ? » me semble plus difficile. Aujourd’hui, la psychanalyse, la sociologie bourdieusienne, le linguistic turn, les approches « post-modernes » d’une manière générale, chacune à leur manière et pour des raisons parfois contradictoires, nous invitent à nous méfier des reconstructions biographiques et autobiographiques. En même temps la question est légitime et elle rejoint du reste celle qui est posée implicitement en France aux candidats à l’habilitation à diriger des recherches. On leur demande alors « Pourquoi et comment ils sont devenus les historiens de tel sujet, et de telle période ? » en les invitant à retracer leur parcours scientifique. Quand on est historien, on n’est en effet pas simplement historien. On est historien des périodes sur lesquelles on travaille et des sujets et approches que l’on s’est choisis.

Je vais tout de même essayer de répondre de manière très générale à votre question. Entre les déterminants sociaux, les prédispositions individuelles et les effets de la contingence, où placer le curseur ? Les facteurs sociaux méritent d’être évoqués pour montrer leur complexité. A priori, je n’étais pas prédestiné à faire une carrière universitaire, mes parents n’ayant pas fait d’études supérieures et n’étant pas titulaires du baccalauréat. Contrairement à de nombreux collègues, je ne suis pas « tombé dedans étant petit » ; et pourtant, d’une certaine manière, si ! Cela m’amène à évoquer d’autres configurations et rencontres qui ont stimulé ma sensibilité à l’histoire.

Rencontres dans ma famille d’abord. Du côté maternel, je suis issu d’une famille allemande et mon grand-père avait fait les deux guerres mondiales. S’il en parlait peu, je savais cela bien entendu et le peu qu’il en disait et que j’en savais m’intriguait. Du côté paternel, mon arrière grand-père, que je n’ai pas connu, a fait la Grande Guerre tandis que mon grand-père avait fait la Campagne de France de 1940 dans le génie et avait été fait prisonnier. Lui parlait davantage de sa captivité. Pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que mon grand-père allemand se trouvait à Paris, mon grand-père français était, lui, à Berlin. Mon père a, pour sa part, fait la guerre d’Algérie. J’appartiens donc à la première génération d’hommes de ma famille qui depuis plus d’un siècle qui n’a pas porté les armes et fait la guerre. Mais cela n’explique bien sûr pas tout puisque je suis le seul historien de ma famille.

Mes parents diraient que je suis devenu historien car j’étais un enfant curieux. Il y a sans doute une part de vrai. Mais, je pense que ce qui fut déterminant dans mon parcours, avant que ce choix deviennent non seulement conscient – ce qui fut relativement précoce – mais aussi assumé – ce qui fut plus tardif –, ce sont bel et bien les rencontres. Hormis ces ‘rencontres familiales’, j’ai eu la chance d’avoir des maîtres et professeurs qui m’ont donné le goût de l’histoire. Je me souviens de mes cours d’histoire de CE1 avec une institutrice ‘à l’ancienne’ qui nous faisait commenter des tableaux illustrés montrant des scènes du passé. Je pense que c’est dans cette classe que l’idée de devenir « prof d’histoire » ou enseignant m’a effleuré pour la première fois sans pour autant qu’elle ne se cristallise de manière définitive.

Je me souviens aussi de mes cours d’histoire de 5ème, de 4ème, du Lycée et de classe prépa. Aujourd’hui, les enseignants en histoire sont souvent les seuls dont je me rappelle le nom ce qui montre bien aussi le rôle des affects dans les choix professionnels. L’histoire est vite devenue ma matière favorite. Mais rien n’était joué et la contingence a eu sa place puisque j’ai été par exemple refusé à l’admission en classe préparatoire commerciale ou encore en magistère d’urbanisme. À l’université de Lille, après ma classe préparatoire, j’ai mené en parallèle un cursus d’histoire et un autre de « patrimoine et cultures » qui ne débouchait en rien sur le métier d’historien. C’est aussi à Lille que j’ai trouvé ce qui allait devenir mon sujet de thèse : la Grande Guerre, la littérature et le témoignage combattant. J’ai d’abord fait un mini mémoire de licence sur les souvenirs de Marguerite Yourcenar puis une maîtrise avec Jean-François Sirinelli sur l’itinéraire politique de Louis Guilloux, travaux qui m’ont à la fois montré l’intérêt qu’il pouvait y avoir à travailler la littérature comme historien mais qui m’ont aussi fait prendre conscience de la césure biographique radicale que représentait la Grande Guerre.

Les cours d’Annette Becker sur 1914-1918 et sa mémoire et deux stages effectués à l’Historial de la Grande Guerre qui venait d’ouvrir – pour réaliser un circuit littéraire sur les champs de bataille de la Somme – ont achevé de me ‘convertir’ à l’histoire de la Grande Guerre – mais également à l’histoire culturelle comparée – et sans doute à l’histoire tout court. Je ne suis donc pas devenu historien pour devenir historien mais pour écrire d’une certaine façon sur un sujet précis qui m’a choisi autant que je l’ai choisi. Voilà à grands traits pourquoi – et comment – je suis devenu historien.

- Quel est le principal objet de vos recherches actuelles ?

Je ne travaille pas sur un seul sujet. Je continue mes réflexions sur la Grande Guerre et notamment sur la question du témoignage combattant, sur les différentes manières – littéraires, artistiques mais aussi quotidiennes (à travers la correspondance, les journaux de front, les objets de la vie quotidienne) – de rendre compte de l’expérience du front et notamment celle de la violence qui demeure, malgré tous les dénis, la question centrale pour qui s’intéresse à l’expérience de guerre dans toutes ses dimensions.

Je m’intéresse aussi à la problématique des occupations et plus particulièrement des occupations de temps de paix, notamment de celles de l’entre-deux-guerres, expérience où la violence est cette fois davantage cachée, prend d’autres formes et notamment celle de la domination. Je travaille actuellement sur le cas de la Sarre et du mandat de la SDN (1920-1935) qui ne constitue pas, à proprement parler, une occupation. Ce qui m’intéresse dans ce sujet c’est à la fois la possibilité d’expérimenter – après l’histoire comparée – une histoire croisée franco-allemande et d’étudier l’une de ces situations brouillées où paix et guerre sont si étroitement intriquées.

Pourquoi ces sujets ? Depuis ma thèse, j’ai pris l’habitude de travailler avec des spécialistes des différentes périodes – de la Seconde Guerre mondiale, du nazisme, de l’entre-deux-guerres – et privilégiant différentes approches des sciences sociales. L’attention portée aux dimensions socio-historiques (les trajectoires sociales), culturelles, anthropologiques expliquent en partie mon intérêt pour ces questions qui permettent en outre de varier et d’emboiter les échelles d’analyse.

- Quels sont, d’après vous, les trois titres incontournables de la bibliothèque de l’historien ?

Le premier livre d’histoire que l’on a lu parce qu’il vous a donné envie d’en ouvrir un autre. Le dernier livre d’histoire que l’on a lu parce qu’il était nécessaire à ce moment précis et vous rappelle que vous êtes toujours un historien et, enfin, L’Apologie pour l’histoire ou métier d’historien de Marc Bloch. Parce que, si vous êtes historien, vous savez pourquoi.

- Quelles sont, selon vous, les principales qualités requises pour devenir un bon historien ?

Poser les bonnes questions et tenter d’y répondre avec rigueur et honnêteté.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 thoughts on “Quelques questions à Nicolas Beaupré

  1. Pingback: [Ping] ifre | Scoop.it

  2. Pingback: [Ping] La Gazette des ancêtres | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">