Quelques questions à Kmar Bendana

26 novembre 2012
Par

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de la Manouba à Tunis, Kmar Bendana est chercheur associée à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain. Ses travaux portent sur l’histoire de la culture et des intellectuels en Tunisie aux XIXe et XXe siècles.

Parmi ses publications, citons Savoirs du lointain et sciences sociales, codirigé avec Alain Mahé et paru aux éditions Bouchene en 2004 ; Biographies et récits de vie, codirigé avec Katia Boissevain et Delphine Cavallo et publié par l’IRMC en 2005 ; et Chronique d’une transition, publié en 2011 aux éditions Script.

Sur Hypotheses.org elle tient un carnet de recherche intitulé HCTC. Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine, destiné à “partager des questionnements sur la Tunisie contemporaine au travers des relations entre la culture et l’histoire” et “créer un espace de discussion interdisciplinaire et de points de vue sur le passé et le présent de la société et de la culture en Tunisie”.

- Pourquoi êtes-vous devenue historienne ?

À vrai dire, je ne sais pas exactement pourquoi. Je peux revenir sur quelques bornes. Enfant, j’aimais lire des romans historiques, des biographies et j’ai beaucoup regardé des péplums et films à intrigue historique. Je lisais le magazine Historia que mon père achetait régulièrement comme il me fournissait Tout l’Univers où je suivais particulièrement l’histoire pharaonique… À l’école où j’étais bonne et régulière, je me souviens d’un plaisir particulier dans les cours d’histoire (mais pas en géographie) parce que je me sentais transportée dans d’autres mondes.

Après un baccalauréat littéraire, j’ai choisi de suivre les sciences économiques pour mieux comprendre le monde d’aujourd’hui mais mon niveau en mathématiques/statistiques m’a fait revenir vers l’histoire. A la faculté, j’ai pris le goût du contact avec les archives en effectuant des recherches pour les enseignants coopérants qui ne lisaient pas l’arabe. J’aimais aussi l’histoire littéraire et des idées (religieuses, politiques…), enseignée plutôt dans les départements de littérature. A la fin de ma licence, je n’ai pas voulu enseigner en lycée et suis partie en France en 1974 préparer un doctorat, l’université de Tunis ne préparant pas encore aux thèses.

Travailler sur les archives, écouter des conférences, assister à des cours d’agrégation (j’ai vite abandonné), des séminaires (Pierre Goubert, Maurice Agulhon, Michel Foucault) m’a introduite dans l’histoire française, même si je n’étais pas au fait de l’historiographie. Quand je suis rentrée en 1982 en Tunisie, on m’a nommée dans un centre de recherche sur « l’histoire du mouvement national », appellation alors abstraite pour moi. Je me souviens que je n’accrochais pas aux travaux et articles que je lisais. Le centre s’est créé autour des archives du protectorat « rapatriées » sous forme de microfilms à Tunis ; je devais renseigner les chercheurs et leurs demandes ont orienté mes entrées dans le fonds. Chargée aussi de concevoir une base documentaire (l’élaboration d’un thésaurus a avorté), je suis entrée dans les travaux historiens et fait l’effort de les situer. À côté du rôle d’information et du projet d’informatisation, j’ai dû confectionner avec un collègue un bulletin semestriel (Watha’iq = Documents), support d’une réflexion méthodologique appliquée alimentée par les sources disponibles, en fonction des questions posées et selon l’état de la recherche. C’est ainsi que j’ai pris le pli de l’historiographie, une posture de second degré qui m’a servi à digérer en parallèle production historique et archives sur l’histoire contemporaine/coloniale de la Tunisie.

- Quel est le principal objet de vos recherches actuelles ?

Avec mon HDR (2003), j’ai déclaré travailler sur l’histoire culturelle et celle des intellectuels tunisiens aux XIXème et XXème siècles. Comprendre les liens entre savoir et pouvoir en passant par la place de l’histoire dans la culture politique m’a servi à entrer dans « l’histoire du mouvement national ». Le nationalisme tunisien est imprégné d’histoire et le va-et-vient entre les deux est instructif, d’autant qu’il existe un fort courant d’histoire officielle. La question des vecteurs (presse, revues, traductions….) m’a bien occupée.

Depuis la Révolution tunisienne, j’ai l’impression de flotter. La rhétorique qui explose depuis janvier 2011 dans la vie médiatico-politique convoque l’histoire à tout bout de champ. Je me surprends à reconsidérer la place de la discipline dans le bouillon culturel, dans l’enseignement et dans la recherche. Les bouleversements politiques me font retourner sur la trame des faits contemporains. Cette période trouble en rappelle d’autres, en Tunisie et ailleurs. Elle me pousse à relire la façon dont les historiens les ont traitées. En même temps que je regarde vers d’autres cas, je note les creux, les reliefs et les points de vue adoptés dans les études sur la Tunisie. J’ai l’impression d’un grand déficit, perçois des blancs considérables dans la connaissance de l’histoire tunisienne.

Je continue pour le moment – sur le fil historiographique – à décrypter les usages de l’histoire, d’autant qu’avec l’explosion de la parole et de l’écrit, la mémoire déborde de partout : mémoires des militants, mémoires des régions défavorisées, mémoires des minorités, mémoires des femmes, mémoires des partis, mémoires des familles etc.

- Quels sont, d’après vous, les trois titres incontournables de la bibliothèque de l’historienne ?

Question difficile, la réponse pouvant changer à tout moment, en fonction du travail en cours ou du contexte d’une recherche. Mes lectures varient, je capte les suggestions de toutes parts et je relis souvent. En ce moment, je reviens sur des « classiques », sur des romans écrits pendant des « transitions » historiques (fin de la Russie tsariste, Espagne post-franquiste, le Pérou de Vargas Llosa….). Je vais essayer de jouer le jeu.

Avant et après la Révolution, Marc Bloch est pour moi inépuisable, pour l’ampleur de sa réflexion sur la société française au Moyen Age et son engagement civique à travers son métier. Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien est pour moi un livre important. A traduire en arabe, si ce n’est déjà fait.

Introduction à la pensée complexe d’Edgar Morin me semble être aussi un livre inépuisable qui ouvre non seulement sur une œuvre à forte inspiration mais permet de comprendre l’effort à faire pour avancer dans la compréhension des choses sans sacrifier aucun aspect et sans perdre de vue l’importance du facteur « temps ».

Plus que les livres, ce sont les articles qui m’attirent le plus et pas seulement en histoire. En dehors des romans, j’aime fréquenter les revues de sciences sociales en général : je suis assez versatile, passe d’une revue à l’autre, selon mes intérêts, les auteurs que je découvre, les questions que je traite, les comparaisons que je cherche. Mon espace de curiosité couvre en gros le Maghreb et la France : je navigue entre les titres en me laissant guider par les collègues, les rencontres, les recensions. En français, moins en arabe ou en anglais, je picore ce que je trouve, à condition que le jargon ne soit pas encombrant. Je préfère lire des textes courts qui me permettent d’être au diapason des courants de recherche, des choix méthodologiques ou de la bibliographie sur un thème.

Cet éclectisme est conforté par mes expériences de formation des étudiants à l’écriture d’articles et alimenté par mon travail au sein des comités de rédaction du bulletin Watha’iq puis dans les revues IBLA et Rawafid.

- Quelles sont, selon vous, les principales qualités requises pour devenir une bonne historienne ?

Probablement la capacité à ne rien prendre pour acquis, avoir une curiosité en éveil sur tout et une capacité à imaginer des situations, des époques, des individus dont on doit comprendre les ressorts spécifiques, alors qu’ils ne sont pas perçus sur le coup. Il faut avoir une sensibilité ouverte sur plusieurs mondes, être attiré par des gens différents, ne serait-ce que parce que les ancêtres le sont.

Être historien-ne, c’est saisir une époque à travers les traces qui en restent. L’imagination est donc utile car on n’a jamais tout et on doit pouvoir remonter la machine du temps pour restituer l’horizon et capter des signaux, en attendant que d’autres prennent la suite. Avec l’âge, il me semble que l’historien doit être comme le documentariste : assez proche de son sujet pour y pénétrer mais préoccupé surtout d’en référer aux autres -par définition plus éloignés- de façon à leur communiquer l’intérêt de le connaître, voire d’aller plus loin.


Émilien Ruiz

Docteur en histoire contemporaine (thèse intitulée "Trop de fonctionnaires ? Contribution à une histoire de l’État par ses effectifs (France, 1850-1950)"). Chercheur post-doctorant au CEE (Sciences Po)

More Posts - Website

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Entretiens, Quelques questions à...

Laisser un commentaire

Rappel de saison !

ProjetRecherche

Diacronie. Studi di storia contemporanea

Annonce

n°13 : Contrabbandieri, pirati e frontiere - coordonné par Elisa Grandi et Giovanni Venegoni


Carnets de recherche