“C’est en hiver que les jours rallongent” – Joseph Bialot est mort

Premiers résultats d’une recherche “Joseph Bialot” dans Google images le 27-11-2012

Dans mon entourage, je fais probablement partie des personnes les plus connectées… et dans le flux continu d’informations dans lequel je consent à me plonger chaque jour, l’une d’entre elles semble pourtant m’avoir échappée car je la découvre dans Le Monde, édition de mardi soir (pas encore disponible en ligne au moment où j’écris ces quelques lignes) :

Joseph Bialot est mort dimanche à l’âge de 89 ans.

Pourquoi en parler ici ? D’abord parce que la faible couverture médiatico-réso-socialèsque de cet évènement qui me touche m’a frappé. Ensuite parce que j’envisage de lancer sur ce carnet une nouvelle rubrique relative aux relations entre fiction et histoire et que Joseph Bialot a été à la fois un grand auteur de polars et un acteur/témoin de l’histoire. Son récit de déportation est à la fois un témoignage important et une œuvre littéraire exceptionnelle : C’est en hiver que les jours rallongent.

Voici ce que l’on trouve sur Wikipédia concernant sa biographie :

Juif polonais d’origine, sa famille s’installe en France en 1930 dans le quartier de Belleville. En 1940, il est victime de l’exode et se réfugie à Bordeaux, à Pau, puis dans la région lyonnaise où il deviendra résistant anti-nazi. Mais piégé par un contrôle d’identité, il sera arrêté à Grenoble le 25 juillet 1944, déporté depuis la gare de Bobigny vers Auschwitz par le Convoi No. 78 en date 11  août  1944, puis libéré par l’Armée rouge en janvier 1945.

De retour à Paris en mai 1945, il rejoint l’entreprise de prêt-à-porter de ses parents, miraculeusement retrouvés. En 1969, il passe une licence de psychologie à l’Université de Paris VIII (Vincennes). Son premier roman, il l’écrit à l’âge de 55 ans. Le Salon du prêt-à-saigner, obtient le Grand Prix de littérature policière en 1979.

Ses récits respirent le vécu, ses personnages sont des êtres simples. Piéton de Paris Joseph Bialot fait de la ville l’héroïne de ses romans avec le quartier du Sentier (Le Salon du prêt-à-saigner) ou Belleville (Babel-ville).

S’il est connu pour son humour noir et aussi dévastateur que la violence de certains de ses personnages, Bialot dépeint avec beaucoup de tendresse et d’émotion les petites gens dans leur vie quotidienne.

Après avoir attendu plus de cinquante ans pour le faire – « Il m’a fallu plus de vingt-cinq ans et une psychanalyse pour réussir à sortir du camp », dit-il lui-même -, Joseph Bialot publie en 2002 le témoignage de sa déportation C’est en hiver que les jours rallongent, devenant ainsi l’un de ceux qui ont le mieux su rendre compte du traumatisme laissé par l’expérience concentrationnaire. Qui donc a écrit que les « rescapés des camps hitlériens étaient des revenants, dans le sens du mot “spectres” »?

Deux des livres qu’il a publiés, La station Saint-Martin est fermée au public et C’est en hiver que les jours rallongent, sont des textes écrits en hommage à ceux qui n’ont pas su “re-vivre”, une fois revenus des camps de la mort.

En 2009 paraît son ouvrage 186 marches vers les nuages qui évoque des événements peu connus de la Seconde Guerre mondiale comme la mort de milliers de déportés des camps de Neuengamme et du Stuthof embarqués de force par les SS sur des navires qui seront coulés par la Royal Air Force. Il rappelle aussi les crimes de guerre nazis commis contre des prisonniers de guerre à Mauthausen, captifs assassinés sur les 186 marches de la carrière de granit du camp. Son personnage central, Bert Waldeck, fait partie des antinazis qui par leur attitude ont sauvegardé un peu d’humain dans l’Allemagne des années 1933-1945.

Son dernier roman À la vie ! est une saga se déroulant de 1871 à 1948, retraçant l’histoire d’une famille d’imprimeurs de Belleville, les Mongeon, au travers des grands événements de la fin du XIXe – début du XXe siècle, des assauts versaillais contre la commune de Paris à la fin de la Seconde Guerre mondiale, en passant par les tranchées de la Première Guerre mondiale, la révolution russe, les années folles, la montée du nazisme et la Guerre d’Espagne.

(source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Bialot)

Il y a ce que je pensais être à peine quelques mois (et finalement c’était il y a plus d’un an!), j’étais allé au Mémorial de la Shoah pour l’entendre parler de C’est en hiver que les jour rallongent, réédité chez un autre éditeur sous le titre (beaucoup moins beau) : Votre fumée montera vers le ciel. Souffrant, il n’avait pas pu venir, et j’avais assisté à une magnifique projection d’extraits du documentaire éponyme d’Arte et à une belle lecture d’extraits du livre par Philippe Weissert suivies d’un commentaire donné par un Éric Fottorino, écrivain et ancien directeur du Monde, très en retard mais arrivant juste avant le moment prévu pour sa prise de parole et, comme si de rien n’était, relisant quelques extraits que P. Weissert venait de lire…

J’avais passé ce moment agréable avec le regret de n’avoir pas pu rencontrer Joseph Bialot. Le regret restera, mais bien heureusement les écrits restent, et je ne peux que vous encourager très vivement à lire ce très beau livre C’est en hiver que les jours rallongent témoignage littéraire de ce que fut la déportation à Auschwitz, mais aussi ses polars, non parce que cela aurait un rapport avec ce carnet, mais parce que l’auteur de ce billet est un amateur invétéré de polars, et que ceux-ci sont d’un très grand secours pendant la rédaction de sa thèse…


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Une réflexion au sujet de « “C’est en hiver que les jours rallongent” – Joseph Bialot est mort »

  1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

    Demain, 30 novembre 2012, vous pouvez écouter – outre la semaine historique d’Emmanuel Laurentin – un hommage à Joseph Bialot dans La fabrique de l’histoire.

    Il y sera diffusé un extrait de l’entretien qu’il avait accordé à Emmanuel Laurentin en janvier 2005, que vous pourrez écouter en intégralité sur le site de France Culture :

    Sont aussi au programme : une rencontre avec Hugues Tertrais, président de la Société française d’histoire des outre-mers, un entretien avec Séverine Nickel du magazine L’Histoire et Antoine Lilti, directeur d’études à l’EHESS, sur Rousseau et les pièges de la célébrité. La chronique «Biographie» de Séverine Liatard portera sur le tome 8 du “Nouveau Maitron”

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">