Enklask / Enquête, guerre, violences et socialisme (Bretagne, 1900-1940)

Mon carnet de recherche est avant tout un accompagnement à la rédaction en cours d’une thèse portant sur l’histoire des pratiques militantes socialistes, qui place au centre de l’analyse la question du rapport à la violence, en temps de paix mais aussi en temps de guerre. L’ambition est d’arriver à une sorte d’ethnographie historique du socialisme, ce qui a impliqué de circonscrire l’étude à un terrain limité, la Bretagne entre le début du XXe siècle et la défaite française de 1940.

Page d’accueil d’Enklask/Enquête au 3 janvier 2013

Pour accompagner cette recherche, il m’a paru utile d’ouvrir il y a un peu plus de deux ans sur la plateforme hypothèses.org un carnet de thèse. C’était à un moment où le travail de thèse s’enlisait un peu, après plusieurs années de consultation d’archives, de lectures assidues et de tentatives d’élaboration d’une feuille de route pour la suite. Dans une telle phase, le passage à l’écriture peut s’avérer plus difficile, et en conséquence disposer d’un carnet de thèse me paraissait une solution adéquate afin de poursuivre mon travail. Il s’agissait de disposer d’un journal de recherches en ligne qui ne soit ni un carnet de brouillon personnel ni une série d’études historiques abouties et définitives. Cette forme hybride, peut-être inconfortable mais se situant entre l’écrit personnel et une forme publique d’énonciation d’une opération de recherche, apporte de plus un format visant à suivre les conseils d’historiens comme Gérard Noiriel qui conseille la tenue d’un journal de recherche.On peut également rapprocher cette démarche des journaux de terrain tenus par les anthropologues lors de leurs recherches, et la lecture du journal d’ethnographe de Malinowski m’avait sur ce point profondément marqué.

Pourquoi ce titre ? L’influence de Carlo Ginzburg

Le titre de mon carnet «Enklask/ Enquête » ( enklask signifiant « enquête » en breton) s’inscrit dans un courant historiographique dont l’influence fut grandissante sur mon sujet d’étude. Il s’agit des travaux de la micro-histoire développés par Carlo Ginzburg. Le titre choisi est donc en quelque sorte un clin d’oeil au « paradigme indiciaire », matrice des travaux de l’historien italien qui a développé ce concept dans plusieurs  de ses écrits. Il y a aussi, et peut-être surtout, dans la création de ce carnet , une tentative d’expérimentation, non préparée et non conceptualisée a priori, de mise en forme de la recherche en histoire selon des caractéristiques différentes des règles de la pratique historique que j’avais pu apprendre depuis mes années d’études universitaires. Là encore, il me faut reconnaître l’influence de Ginzburg : j’avais en particulier assisté à une de ses conférences  où après avoir fait l’historique des déclinaisons de l’affiche de mobilisation de Kitchener, l’historien expérimentait une pratique assez osée de faire de l’histoire en découvrant avec le public une série d’extraits de films et en se lançant par la suite à un commentaire historique non préparé.

Un carnet de thèse, pour aller au delà du « n’importe quoi… »

Je pense que beaucoup d’historien-ne-s peuvent penser que tenir un carnet de recherche, qui plus est un carnet de thèse, c’est vraiment « n’importe quoi… » comme j’avais pu l’entendre dans le public à propos de la conférence de Ginzburg. Pourtant, ce projet me semble utile afin de reconsidérer la pratique de l’histoire, mais aussi de l’écriture historique, à l’aune des apports du numérique. Comme l’écrit Paul Veyne « on n’écrit pas l’histoire politique, sociale ou religieuse avec les opinions respectables, réalistes ou avancées qu’on a sur ces matières à titre privé. Il y a des vieilleries que l’on doit mettre au rancart »[1]. Plus récemment l’historien Romain Bertrand, auteur d’un remarqué L’Histoire à parts égales affirme dans un entretien que «  la question de l’écriture est donc centrale. Non pas au sens de beau style, mais en termes d’écriture filmique, dans le choix de la focale de cadrage, de la scénographie, dans la façon dont on déploie une intrigue »[2] et précise qu’il faut s’intéresser aussi dans le cadre d’une recherche en histoire aux lecteurs. Comme j’utilise très régulièrement des ressources numériques (archives en ligne, presse ancienne numérisée, etc.), et que d’autre part, dans mon activité d’enseignement, j’ai aussi l’occasion d’utiliser un blog de travail avec les élèves, la tenue d’un carnet de recherche s’est peu à peu imposée comme une évidence.

Quel contenu ?

Après une période de tâtonnements, plusieurs catégories de billets se sont imposées d’elles-mêmes, sans que cela soit prévu au départ.

Tout d’abord une forme ressemblante à un article que l’on pourrait trouver par exemple dans une revue. Il s’agit dans de rares cas de billets dont l’objet est justement de déployer une dynamique identique à ce que l’on peut trouver sur d’autres supports de la recherche « Un deuil de guerre : A.Durkheim, décembre 1915 »  Mais ce type de billets est en réalité relativement rare dans mon carnet et si j’ai commencé par celui là c’est avant tout pour montrer que l’on peut « faire comme » pour les autres supports. Cela donne d’ailleurs une certaine facilité à l’apprenti chercheur, comme une sorte d’entraînement où l’erreur est toujours possible et moins dommageable.

Ensuite des billets liés à des aspects de l’actualité, dont la résonance trouve un écho dans le terrain de recherches. Il ne s’agit pas de commenter l’actualité, mais de partir de celle-ci pour aborder tel ou tel thème de la recherche en cours en lien avec l’idée que la concordance des temps peut aider à mieux cerner son sujet de recherche .

Des esquisses des travaux en cours pour illustrer le travail de l’apprenti historien à l’œuvre : ces  derniers temps  j’ai ainsi rédigé de nombreux billets en lien avec la 1GM tout simplement parce que j’étais dans la rédaction de la partie qui correspondait à ce thème et que j’utilisais beaucoup les archives consultées, par exemple « Louis Guilloux père, février 1917 : voulez -vous la paix ?»

Des billets plus personnels dont le but est de confronter les thèmes de recherche avec sa propre individualité dans une volonté de démarche plus réflexive « 48 rue Jean-Louis Rolland ». Cette dernière catégorie oblige à mentionner que dans la tenue de mon carnet, il y a une grande part de «  je » et de « moi » alors que traditionnellement dans la recherche historique, de tels sujets ont tendance à être estompés. Il ne s’agit pas de placer avant tout son ego au cœur du processus de recherche, mais ne pas non plus l’exclure au profit d’une scientificité absolue sensée exclure le «soi » du chercheur au profit d’une  stricte objectivité. La rédaction de billets apprend d’ailleurs à trouver peu à peu la bonne distance à ce sujet, d’autant que mon sujet mobilise également des aspects qui posent la question de l’engagement militant. (Voir à ce sujet les billets publiés dans un carnet collectif Espaces réflexifs  où j’ai essayé d’entamer une étude sur ce point.)

C’est d’ailleurs ce qui dans un premier temps peut rencontrer le plus de résistance dans la tenue d’un carnet personnel ouvert à la lecture des autres. Mais de nombreux chercheurs incluent dorénavant  leurs expériences personnelles dans leur rapport à l’histoire et au métier d’historien ; on peut ainsi penser aux travaux de Philippe Artières que j’utilise régulièrement.

Quelle plus-value ?

Question à la fois souvent présente et aussi embarrassante : « mais à quoi cela sert au final ? ». Je ne peux apporter que quelques éléments de réponse à ce sujet, provenant tous de cette expérience personnelle en cours. Cela m’a tout d’abord permis d’être en relation avec d’autres chercheurs en sciences sociales, dont beaucoup sont présents dans l’espace numérique, ce qui entraîne une reconnaissance par les pairs d’une part et d’autre part permet des échanges avec des chercheurs qui travaillent sur les mêmes domaines ou sur des domaines approchants. Là encore le bénéfice est important, et cela rompt avec un isolement de l’apprenti chercheur qui est trop souvent une constante lorsqu’on rédige une thèse. C’est donc une sorte d’écriture publique, d’ «ouverture de capot » de la recherche en cours pour employer une métaphore mécanique qui permet d’accéder à la recherche en cours. Mais si on poursuit la métaphore mécanique, ce n’est toutefois pas parce que l’on a accès au  moteur, à des éléments cachés auparavant, que l’on sait forcément comment cela fonctionne et qu’on a une vision d’ensemble de la voiture. En clair, ce carnet accompagne ma thèse, mais ce n’est pas le compte rendu unique  et définitif de ma recherche.

Enfin par la tenue de ce carnet de thèse, je me suis davantage intéressé à ce que l’on peut appeler l’histoire numérique ou la digital history .Je dois dire que pendant une période assez longue ce domaine d’étude ne m’a pas paru essentiel ; mais sur les conseils de plusieurs chercheurs, j’ai commencé à mieux comprendre ce domaine d’activités, avec en particulier la lecture d’un des tenants les plus importants de l’histoire numérique, à savoir Dan Cohen qui a écrit un billet sur  son blog intitulé «The Blessay»  expliquant parfaitement ce que l’on peut faire dans un blog de recherches.

Enfin, écrire en ligne un carnet de thèse, c’est aussi s’exposer, prendre le risque de voir son travail en cours contesté ou plagié. Plus ma pratique s’étend dans le temps, plus je mesure aussi toutes les critiques potentielles que la tenue d’un carnet de thèse en ligne peut entraîner. Mais sur ce point je ne pourrais sans doute avoir d’avis plus précis que lorsque ma thèse sera terminée et soutenue. Je sais déjà que le dernier billet du carnet s’intitulera «  Enklask est mort, vive Enklask ! ».

 


[1] P.Veyne, Comment on écrit l’histoire, Seuil, Points Histoire, 1978, p.152.

[2] R.Bertrand «  Inquiéter les certitudes » Le Monde des livres, 18 octobre 2012, en ligne


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">