Quelques questions à Alain Chatriot

chatriotHistorien, Alain Chatriot est chargé de recherche au CNRS, membre de l’équipe ERHIMOR du Centre de recherches historiques. Ses travaux portent sur l’histoire des formes de représentation de la société civile, l’histoire de l’État et de l’administration à travers une attention particulière aux politiques économiques et sociales dans la France des XIXe et XXe siècles. Il a soutenu, lundi 18 novembre 2013, un dossier d’habilitation à diriger les recherches sur L’État et les groupes sociaux dans l’élaboration des politiques économiques et sociales en France au XXe siècle, dont le volume original est intitulé La politique du blé. Histoire d’un marché en France dans la première moitié du XXe siècle.

Parmi ses publications, citons d’abord l’ouvrage tiré de sa thèse, La démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil National Économique, 1924-1940, paru à La Découverte en 2002. Il a codirigé plusieurs ouvrages collectifs, dont Au nom du consommateur. Consommation et politique en Europe et aux États-Unis au XXe siècle (avec Marie-Emmanuelle Chessel et Matthew Hilton) publié par La Découverte en 2004 ;  Figurationen des Staates in Deutschland und Frankreich, 1870-1945 [Les figures de l’État en Allemagne et en France] (avec Dieter Gosewinkel) publié en 2006 ;  et le plus récent Organiser les marchés agricoles. Le temps des fondateurs, des années 1930 aux années 1950 (avec Edgar Leblanc, Édouard Lynch), paru aux éditions Armand Colin en 2012. Notons enfin qu’il dirige les Cahiers Jaurès.

Pour plus d’informations, voir sa page institutionnelle.

– Pourquoi êtes-vous devenu historien ?

Répondre à cette question me laisse un peu perplexe. Le goût pour l’histoire que j’avais enfant et adolescent ne présumait en rien que j’en ferai mon métier. La sédimentation au cours de mes études supérieures s’est faite sans doute en lien avec les enseignants que j’ai eu et un certain goût pour les débats intellectuels. Le choix de faire de l’histoire plutôt que de la philosophie politique ou de la science politique s’est déterminé pour une large part dans la rencontre des travaux et de la personne de Pierre Rosanvallon qui a dirigé ma thèse. Je me sens parfaitement en accord avec son idée que l’appréhension des questions du politique ne peut se faire sans une réflexion historique. Dès lors, je dois aussi avouer que j’aurai sans doute eu du mal à faire de l’histoire autre que contemporaine. Par ailleurs, j’ai également une vision de l’histoire qui ne se réduit pas à l’érudition mais inscrit la discipline parmi les sciences sociales, ma formation à l’EHESS a sans doute compté sur ce point.

Mais rétrospectivement, pourquoi avoir passé l’agrégation d’histoire après SciencesPo plutôt que des concours administratifs… je ne sais pas vraiment répondre mais je sais juste que je ne l’ai pas regretté – j’avais sans doute certes plus de chance d’avoir ce concours… Cette impression a d’ailleurs été renforcée quand le hasard a fait que je me suis retrouvé à siéger dans un jury d’un concours d’entrée dans une école de la haute fonction publique. Je n’avais pourtant à l’époque qu’une vision très floue de ce que voulait dire faire une thèse et je n’imaginais même pas qu’il était possible pour un historien de travailler au CNRS. Les années de thèse ont sans doute été cruciales, j’ai aimé ce travail d’archives, ces questionnements de recherche, le travail tantôt solitaire tantôt collectif, les bibliothèques nombreuses que l’on découvre.

– Quel est le principal objet de vos recherches actuelles ?

J’ai toujours aimé travailler sur des objets divers qui se relient tous par plusieurs fils : l’histoire de l’État, des politiques économiques et sociales et des acteurs individuels et collectifs. Après des travaux sur la représentation institutionnelle des groupes sociaux, sur la consommation, sur les politiques de recherche, sur le droit du travail, sur le syndicalisme patronal, sur la réforme de l’État, je poursuis ces chantiers mais je me consacre plus massivement à des recherches sur les politiques agricoles. Le thème n’est plus à la mode, or, il mérite encore de nombreux travaux car c’est un sujet sur lequel nos connaissances sont très parcellaires. J’ai l’habitude de dire que l’on connaît mieux les marchés du blé dans l’Antiquité que pour les années 1930.

Dans le cadre du volume original présenté pour mon habilitation et intitulé La politique du blé. Histoire d’un marché en France dans la première moitié du XXe siècle, j’ai voulu comprendre les politiques menées alors et en partant d’un objet en apparence classique de l’histoire économique, j’ai tenté de déployer tout à la fois une histoire sociale des acteurs de ce marché (producteurs, intermédiaires, négociants, syndicalistes…) et une histoire politique de cette régulation. Outre le caractère stratégique du blé avec cette éternelle quadrature du cercle : un prix du blé haut pour aider les agriculteurs soutiens de la IIIe République mais un prix du pain bas pour éviter la colère des ouvriers et des villes, il faut souligner que ce sujet permet en fait de reconsidérer le fonctionnement institutionnel du régime et de porter un regard quelque peu décalé par rapport à ce qu’on écrit encore parfois sur la France des années 1930. Dans ce cadre, j’ai aussi regardé de près la Première Guerre mondiale puis la Seconde car la politique du blé affronte alors les questions du ravitaillement des populations et je faisais ainsi le lien avec mon intérêt pour les questions de consommation et pour les formes d’intervention de l’État dans l’économie.

Enfin, la question des interventions pour déterminer le prix du blé ne se pose pas bien sûr que dans le cadre national. Le sujet est alors posé à l’échelle mondiale et cela constitue sans doute une piste de recherche future.

– Quels sont, d’après vous, les trois titres incontournables de la bibliothèque de l’historien ?

Comme tous ceux à qui vous avez posé la question avant moi, je suis bien en peine de répondre. Des auteurs très divers ont marqué ma formation et quand bien même j’écris une histoire très différente d’eux, il me semble être des lectures très recommandables. Dans une telle liste, j’inclurai aussi bien Maurice Agulhon, Marc Bloch, Georges Duby, Michel Foucault, François Furet, Carlo Ginzburg, Jacques Le Goff, Jean-Pierre Vernant, Paul Veyne… Mais sélectionner trois titres est une tâche plus périlleuse… Plutôt que des classiques de la réflexion historiographique – certains livres ont bien sûr particulièrement compté dans ma formation comme les collectifs Les formes de l’expérience et Jeux d’échelles ou ceux auxquels j’ai participé comme Serviteurs de l’État ou le Dictionnaire critique de la République, je pense qu’il faut lire de bons articles ou de bons livres qui prennent à bras le corps des sujets difficiles et des questions complexes – lire de mauvais livres d’histoire est aussi très formateur mais je ne suis pas sûr de devoir en faire un conseil !

Pour me limiter à l’histoire contemporaine de la France, quelques livres parus dans les dix dernières années m’ont marqué par leur ambition et leurs réussites, j’en citerai trois dans des genres assez différents mais qui ont tous la spécificité de refuser les frontières sous-disciplinaires habituelles qui opposent à tort histoire politique, sociale, économique, culturelle, etc. :

Trois livres difficiles et denses, mais trois livres magistraux !

– Quelles sont, selon vous, les principales qualités requises pour devenir un bon historien ?

Là encore, la réponse ne peut en aucun cas être normative et je ne sais pas ce qu’est un « bon historien » (je vois déjà davantage ce que peut être un « mauvais historien »… mais je ne citerai pas de noms !).

Je pense qu’il faut être curieux à la fois dans son processus de recherche mais aussi des travaux de ses collègues français et étrangers, historiens et non historiens.

Il faut aimer aussi cette alternance dans les études de projets individuels et d’enquêtes collectives.

De la rigueur est aussi particulièrement nécessaire car le métier ne supporte pas les approximations.

Enfin, j’ai peur qu’il faille aimer tout à la fois beaucoup lire bien sûr, mais aussi écrire. Je ne me reconnais pas dans une vision du métier trop proche de la chose littéraire mais indéniablement, il faut un minimum avoir le goût de restituer les connaissances que l’on produit que ce soit dans l’enseignement ou dans des supports variés qui passent toujours par des formes de mise en récit.


4 réflexions au sujet de « Quelques questions à Alain Chatriot »

  1. Ping : [Ego trip] Pourquoi je fais de l'histoire ? Brève tentative d'introspection historique | L'histoire est un combat

  2. Ping : [Popularisation] L'histoire vendue comme des histoires - L'histoire est un combat

  3. Ping : Controverse autour des missions du CVUH. Le syndrome du social-traître ? « l'histoire est un combat

  4. Ping : [Ping] l'histoire est un combat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *