Comment (et pourquoi) écrire un projet de recherche ?

22 août 2011
Par

Écrire un projet de recherche est un exercice auquel vous serez confrontés avant même de commencer votre master et, si vous poursuivez dans cette voie, bien après l’avoir soutenu.

Projet de master, projet de thèse, projet de recherche pour l’obtention d’une bourse, d’un prix ou de tout autre financement : il n’y a pas de modèle unique. Sa forme dépendra ainsi de la nature de la recherche, du format imposé (nombre de pages, de signes, etc.) et, comme pour tout écrit (universitaire ou non), du lectorat auquel le projet s’adresse.

Ce billet a pour objectif de vous donner quelques conseils relatifs au contenu d’un projet de recherche, mais il espère aussi vous convaincre de l’intérêt d’un tel exercice, au delà de la seule constitution de vos dossiers administratifs.

Une étape fondamentale pour bien construire son objet

Commençons par le pourquoi… Écrire un projet de recherche ne relève pas du simple exercice de style, de prolégomènes dont il faudrait se débarrasser afin de pouvoir ensuite véritablement commencer à travailler. Il constitue une composante essentielle du processus de construction de l’objet.

En dehors des figures imposées, cet exercice peut s’avérer très utile pour se forcer à adopter une démarche réflexive. Réécrire le projet à plusieurs reprises, à mesure que la recherche avance, permet de l’étoffer, de le préciser et, souvent, de réorienter l’approche initiale. Il s’agit de se donner les moyens de « savoir où l’on en est » en replaçant ponctuellement les travaux en cours – lectures, dépouillements de sources, etc. – dans la perspective du projet global.

Dans le cadre du séminaire de méthodologie, le principal exercice sur lequel ont travaillé les étudiants qui ont suivi mon cours ces quatre dernières années consistait en la rédaction d’une présentation argumentée de leur sujet en cinq pages. J’avais choisi ce format car il correspond à celui qui est demandé à l’EHESS dans le cadre de l’inscription en doctorat et, surtout, à celui de la candidature à une allocation de recherche (devenue « contrat doctoral » depuis). L’objectif n’était pas pour autant de pousser les étudiants à se préparer dès la première année de master à de telles échéances : ce texte, repris à deux ou trois reprises à quelques semaines d’intervalles, leur permettait de mieux définir l’objet de leur recherche et de faire régulièrement le point sur leur approche.

Quelques éléments incontournables

Venons-en au comment… S’il n’existe pas de modèle unique, un certain nombre d’éléments n’en sont pas moins incontournables. Ils doivent donc généralement (il existe toujours des exceptions…) figurer dans tout projet de recherche. La place que chacun d’eux occupera ensuite dans le texte final dépendra de deux principaux facteurs : les consignes qui vous auront été données (tant en termes de forme que de contenu) et le stade où vous en êtes au moment de l’écriture du projet.

  • Énoncé du sujet

Cela paraît aller de soi, mais c’est un oubli très fréquent : indiquer le sujet choisi en titre du document est indispensable mais insuffisant. Il faut en effet placer l’énoncé du sujet de la recherche dans le corps du texte en évitant, si possible, de commencer directement par « La recherche que je souhaite mener porte sur [titre provisoire du master]. »

L’idéal est d’amener cette énoncé de façon « fluide » après une entrée en matière puisée dans ce qui vous semblera le plus pertinent : une citation, un commentaire sur l’historiographie ou, éventuellement, par une accroche sur l’actualité. Dans tous les cas, il faut éviter que cela paraisse artificiel, l’entrée en matière doit vous conduire à énoncer naturellement le sujet sur lequel porte votre recherche.

  • Définition et justification des termes employés

Il ne s’agit pas forcément (et j’aurais tendance à dire qu’au départ, il ne s’agit certainement pas) d’une définition définitive – d’autant qu’il est possible qu’une partie de la recherche relève justement d’une tentative de définition d’un phénomène. L’objectif de ces définitions provisoires est double :

- montrer que les termes utilisés ne sont pas pris au hasard et que vous savez, au moins en partie, de quoi vous parlez ;

- commencer à amorcer une réflexion sur l’objet même de la recherche : définir les termes implique de commencer à réfléchir à leur signification pour les contemporains, pour nous même, etc.

Il n’existe pas de définition qui soit naturelle : choisirez-vous une définition usuelle, et probablement anachronique, une définition sociologique, juridique, économique, qui correspond à celle des contemporains et non à « la nôtre » ? Vous pouvez, bien entendu, selon le stade où vous en êtes, décider de ne pas choisir entre plusieurs possibilités. Le plus important est d’avoir connaissance de celles qui s’offrent à vous, de les exposer et de justifier votre choix.

  • Énoncé et justification des bornes chronologiques

À l’instar des termes que vous utiliserez pour énoncer votre sujet, les bornes chronologiques au sein desquelles vous l’insérerez ne vont pas forcément de soi – et si elles vont de soi pour vous, ce n’est probablement pas le cas pour vos lecteurs. Ici encore, les choix et justifications peuvent être provisoires : le plus souvent, le découpage chronologique ne devient évident qu’à mesure que la recherche avance.

Que vous ayez déjà un découpage précis en tête ou seulement une idée vague de la période qui vous intéresse (quelques jours, mois, années, décennies, siècles, peu importe), il vous faut l’énoncer et expliquer en quoi ce choix vous semble pertinent au stade où vous en êtes.

Justifier ses bornes chronologiques, c’est d’abord expliquer en quoi il semble pertinent d’étudier tel phénomène pour une période donnée et pas une autre ; mais c’est aussi tenir compte des conditions dans lesquelles on mène la recherche. Vous disposez théoriquement de deux années pour mener à bien votre master : il est impératif de tenir compte de ce délai lorsque vous en choisissez le sujet et, donc, la période étudiée.

  • Définition et justification des bornes géographiques

Dans un même ordre d’idée, il est nécessaire d’exposer et de justifier l’espace géographique au sein duquel vous situez votre objet.

Il s’agit d’abord, tout simplement, de bien situer votre analyse – travaillerez-vous sur un continent, un pays, une région, une ville, etc. ? Dès le projet de recherche, envisagez l’ajout d’une carte en annexe si cela vous semble nécessaire. Dans le cadre du mémoire, il sera indispensable de proposer une carte qui fasse apparaître, au minimum, les toponymes cités. Bien sûr, il existe un grand nombre de sujets où des cartes seraient inutiles, mais ayez le réflexe de vous demander si elle n’apporterait pas des précisions utiles à vos lecteurs.

Il s’agit, ensuite, de réfléchir à la question de l’échelle d’analyse : situerez-vous votre analyse au niveau local, national, transnational ? Envisagez-vous une comparaison entre plusieurs terrains (villes, pays, etc.) ? Il faut systématiquement expliciter et motiver vos choix, mais ici encore, ils peuvent être provisoires : vous pouvez annoncer que vous souhaitez mener une analyse comparative, et y renoncer en constatant qu’une telle recherche est impossible, ou supposerait un investissement qu’il ne vous est pas possible d’engager dans le cadre d’un master ou d’un doctorat.

L’essentiel est de montrer en quoi le point de vue adopté vous apparaît pertinent à ce stade de vos réflexions quant à l’objet de votre recherche. Il ne s’agit pas de dire que c’est le meilleur ou le seul point de vue possible, mais bien de dégager ce qu’il a d’intéressant en lui-même.

  • Définition et justification de l’approche envisagée

Il est possible que dès le choix de votre sujet, vous ayez déjà une idée de l’approche que vous souhaiteriez adopter : histoire culturelle, politique, économique, sociale, intellectuelle ? Approche nationale, transnationale, globale ?  Histoire comparative, croisée, connectée ? Si vous vous orientez dès le départ vers une approche particulière, celle-ci aura forcément des conséquences sur vos méthodes de travail et sur les sources que vous penserez à mobiliser. Dès lors, il faut expliciter vos choix le plus tôt possible.

À mon sens, les découpages « sous-disciplinaires » a priori n’ont pas véritablement de sens. J’aurais probablement l’occasion de développer ce point dans un billet ultérieur, mais je peux le résumer ici en cette formule : c’est l’objet qui doit guider l’approche.

Cela signifie que, quels que soient vos a priori, vous devrez adopter et mobiliser les sources, les méthodes et raisonnements qui s’imposent à une meilleure compréhension de votre objet. Bien entendu, ici encore il faudra tenir compte des conditions matérielles de la recherche, et du temps dont vous disposez… Se lancer dans l’analyse quantitative d’un corpus d’un millier de documents textuels qu’il faudra d’abord saisir, puis encoder, sans aucune assurance concernant l’obtention de résultats exploitables n’est pas forcément un choix pertinent en première année de master.

  • Position par rapport à l’historiographie du sujet

Connaitre l’historiographie du sujet fait partie intégrante du travail du chercheur. Ce n’est pas une étape préalable mais bien une démarche qu’il vous faudra poursuivre tout au long de la recherche. C’est donc une partie qui, elle aussi, est susceptible d’évoluer en fonction du moment où vous écrirez ou réécrirez le projet.

Il vous faudra toutefois, dès le départ, avoir une petite idée de ce qui existe sur le sujet, de façon à pouvoir réfléchir à ce que vous pensez apporter de nouveau à la connaissance de l’objet que vous avez choisi d’étudier. Un mémoire de master doit être le fruit d’une recherche inédite : cela n’implique pas que rien n’ait jamais été écrit sur le sujet, mais cela suppose que vous apportiez (par votre approche, les questionnements posés ou encore les sources mobilisées, etc.) quelque chose de neuf.

Sur ce point, pour plus de détails, je me permets de vous renvoyer à un billet précédant qui expose les principaux enjeux de la démarche historiographique.

  • Présentation des sources et de leur mode d’exploitation

Notez dès à présent qu’il est indispensable de préciser, dès le projet de recherche, sur quelles bases vous envisagez de mener votre recherche.

Il ne s’agit toujours pas d’être exhaustif et définitif, mais de montrer que vous avez au moins une petite idée (pour les projets écrits très tôt) du type de documentation que vous pensez pouvoir exploiter.

En fonction du stade d’avancement de la recherche, ce point peut se limiter à une première énonciation des sources potentielles ; ou relever de la présentation succincte ou détaillée de chaque type de source mobilisé, de sa nature à son (ou ses) mode(s) d’exploitation, en passant par son lieu de conservation et ses modalités de consultation.

Un exercice utile à l’élaboration du mémoire

Revenons une dernière fois sur le pourquoi… Je l’écrivais déjà supra : un tel exercice constitue une étape fondamentale du processus de construction de l’objet même de la recherche. Vous trouverez ainsi de nombreux intérêts à le pratiquer régulièrement au cours de votre cursus de master.

En donnant un tel exercice aux étudiants en méthodologie de la recherche en histoire, j’en ai identifié au moins quatre. En effet, reprendre à plusieurs reprises un tel texte constitue :

- une incitation à une réflexion continue sur l’objet de la recherche, destinée à faciliter l’élaboration d’une véritable problématique de recherche ;

- un entrainement à l’écriture : tant pour la forme (notes de bas de pages, etc.) que pour le fond (définir précisément son approche, étayer ses arguments, etc.) ;

- un occasion de produire un texte qui puisse servir de base de discussion avec un directeur ou une directrice de recherche, mais aussi entre étudiants, ou dans le cadre d’exposés destinés à présenter vos travaux ;

- une élaboration progressive de l’introduction du mémoire de master : la dernière version du texte ainsi produit pourra servir de trame à l’introduction du mémoire de M1, voire de M2.

Partant de là, même si cela ne vous est pas demandé dans le cadre d’un éventuel cours de méthodologie, je ne saurais trop vous conseiller de pratiquer cet exercice à plusieurs reprises au fur et à mesure de votre recherche, en vous faisant relire d’abord par des collègues, puis par votre directeur ou directrice de mémoire. Cela pourrait ainsi vous inciter à former un petit groupe d’écriture, qui s’avèrera très utile au moment de rédiger le mémoire.

Dans le même temps, vous aurez ainsi un point de départ « sous le coude » dans le cas où vous devriez produire un projet de recherche (pour un financement, une inscription en thèse, etc.).

C’est, enfin, un bon garde-fou : il n’est pas impossible qu’une fois lancé dans le dépouillement de vos sources, vous vous laissiez emportez par « le goût de l’archive ». Il pourrait lui-même vous conduire à celui de l’annotation (ou de la photocopie/photographie) exhaustive de la quasi-totalité des sources passant entre vos mains… pour parfois (douloureusement) découvrir que la moitié de vos notes ne seront pas utiles à votre recherche en cours.

Reprendre son projet de recherche pour faire régulièrement le point sur son avancement permet de ne pas perdre de vue le fait que le dépouillement n’est pas une fin en soi : au bout du chemin il y a un mémoire à écrire…

*

Des critiques, remarques ou compléments ? N’hésitez pas à utiliser les commentaires !


Émilien Ruiz

Docteur en histoire contemporaine (thèse intitulée "Trop de fonctionnaires ? Contribution à une histoire de l’État par ses effectifs (France, 1850-1950)"). Chercheur post-doctorant au CEE (Sciences Po)

More Posts - Website

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Écritures, Autres écrits, Écritures

44 commentaires pour “ Comment (et pourquoi) écrire un projet de recherche ? ”

  1. BIFU le 27/02/2014 à 18:29

    j’aimerai avoir l’idée sur la manière de bien présenter un projet de recherche surtout en ce qui concerne l’approche méthodologique.

    • Émilien Ruiz le 28/02/2014 à 11:22

      Bonjour, Vous trouverez tout cela… dans le billet ci-dessus que vous commentez.
      Bonne continuation. E.R.

  2. diangouaya marie merveilles le 18/02/2014 à 11:22

    je suis ravi de découvrir ce site.en effet je suis en master2 d’histoire des relations internationales,j’ai choisi pour thème:laCOMIFAC(commission des forets d’Afrique centrale)et la lutte contre le changement climatique dans le bassin du Congo:cas de la république du Congo.ainsi mon directeur de mémoire me demande de faire un projet de recherche j’ai essayer de faire des recherches mais je ne comprends pas encore.si vous pouvez m’apportez des éclaircissements cela pourra me permettre de mieux élaborer ce projet j’attends votre réponse le plus tôt possible.MERCI.

    • Émilien Ruiz le 24/02/2014 à 11:08

      Bonjour. Je vous invite à relire le billet que vous commentez, qui donne les principaux éléments nécessaire à la rédaction d’un tel projet. Ceci dit, rien de remplacera un échange direct avec votre directeur de mémoire si les consignes de l’exercice ne vous semblent pas claires. Bonne continuation

  3. Amélie le 07/01/2014 à 13:56

    Bonjour,

    Merci pour ces bons conseils qui permettent d’y voir plus clair ! Simples mais efficaces.

  4. B. CHERIF le 25/12/2013 à 22:28

    Quels sont les différents points qu’on doit nécessairement évoquer lors du descriptif d’un projet de recherche.Merci de donner une brève explication pour chaque point.
    Cordialement.

    • Émilien Ruiz le 26/12/2013 à 14:47

      Bonjour, Je vous invite à relire le billet ci-dessus où vous trouverez probablement les réponses à vos questions, ainsi que les commentaires (toujours ci-dessus) en complément. Bonne continuation.

  5. manon le 07/09/2013 à 14:28

    Bonjour,

    J’aurais voulu savoir si un projet se rédige usuellement à la première personne ou de manière impersonnelle.
    C’est de la pure mise en forme, mais ça change tout de même la manière de dire les choses.

    Merci pour vos conseils.

    • Émilien Ruiz le 13/09/2013 à 09:44

      Bonjour, Traditionnellement les écrits universitaires s’écrivaient plutôt de façon impersonnelle ou, encore plus souvent, en utilisant le “nous de majesté”. Néanmoins, depuis plusieurs années, l’utilisation du “Je” s’est rependue et semble entrée dans les mœurs universitaires… Je ne saurais vous en dire plus, si ce n’est vous conseiller d’en parler avec votre directeur/directrice afin qu’il ou elle vous informe sur les attendus du jury éventuel qui prendra connaissance du projet. Bon courage!

  6. monesso le 26/08/2013 à 20:49

    bonjour,merci pour vos effort dans l’avancée de la coonnaissance.
    moi c’est Monesso,je suis apprenti chercheur en STAPS et passioné de musique et j’aimmerais travailler sur l’influence de la musique sur la performance sportive.cependan j’ai du mal à trouver une bonne documentation pour meubler ma revue de littérature et fonder mon travail.
    j’aimerais que vous m’appotier quelques apuis à ce sujet.

  7. kahina le 14/07/2013 à 21:09

    Bonjour j’ai fait une demande d’admission en master 2 à l’université de paris7. on m’a demandé de joindre un projet de recherche à mon dossier.
    là je suis entrain de le préparer, j’ai suivi vos conseils et j’ai pu constituer ce dont j’ai besoin: une problématique, des hypothèses, … mais là je suis bloquée je ne sais pas comment je doit présenter le tt, je ne sais pas si je doit mettre des sous titre avant chaque étape? par exemp: problématique: puis j’expose ma problématique (ce qui es plus facile pour moi, vu mon niveau insuffisant dan la langue française), ou si je doit rédiger un seul texte et passer d’un point à l’autre d’une manière disant littéraire. aidez moi svp

    • Émilien Ruiz le 15/07/2013 à 20:19

      Bonjour, En théorie, il vaut mieux éviter d’utiliser des sous-titres dans un projet de recherche court. Mais je ne pense pas qu’il existe de véritable règle à ce sujet. Je vous conseille de demander à votre futur(e) directeur ou directrice de recherche ce qu’il ou elle en pense. À défaut de conseils précis de ce côté, je adoptez la méthode qui vous mettra la plus à l’aise. Si l’utilisation des sous-titres facilite l’écriture du projet, n’hésitez pas. Rien ne vous empêchera ensuite de les supprimer ci nécessaire en reprenant un peu les transitions.

  8. Russeau le 19/05/2013 à 19:20

    Bonjour, je voudrais entrer a l’Universite Didreot, au master, ej je viens de decouvrir qu’il faut presenter, entre autres pieces a joindre, un projet de mémoire d’études et de recherche.
    Mais je n’ai pas tres bien compris ce que c’est.

    Pourriez-vous m’expliquer ce que doit comprendre ce projet en lui?

    • Émilien Ruiz le 05/06/2013 à 10:07

      Bonjour, Je vous invite à lire le billet que vous commentez. Vous y trouverez des indications concernant le contenu d’un projet de recherche. Bonne continuation.

  9. Guillaume le 04/05/2013 à 13:17

    Bonjour Emilien,

    Agreable surprise et pertinent ecrit pour aider les etudiants.

    Je poste ce message pour expliquer mon projet de recherche (bien qu’il ne soit pas en rapport avec votre thematique) pour peut etre donner une aspiration aux lecteurs, tout comme vous m’en avez donnez.

    Etudiant en licence de commerce equitable, je souhaiterai etudier l’impact d’un eco-village.
    Je voudrai etudier cet impact, positif ou negatif,sous deux angles differents:
    A l’echelle meme d’une communaute en particulier, cela implique la facon de vivre, la satisfaction du bien etre, l’ouverture d’esprit au sein du village, ses limites et a quels niveaux ?…
    Je pensais m’appuyer d’une experience sur le terrain d’une periode de 3 mois.
    Dans le meme temps, a l’echelle d’une ville entiere , l’impact d’un eco village dans une ville implique de determiner l’impact du developpement durable a travers le nombre de dechets, l’auto-consommation, le rejet en Co2, l’utilisation d’une eau “propre”, la vision externe d’un eco village percut par les autochtones de la ville, l’effet du green marketing… Est-il possible de batir un eco village a l’echelle d’une metropole ?

    Cette recherche impliquera egalement des notions de psychologie (pourquoi/comment les eco-villageois sont eco-villageois ?), de sociologie (nouveaux besoins ?) d’economie (auto-consommation suffisant ? green marketing efficace ? a quels couts ?).

    Je pense m’appuyer d’une collecte de donnees a travers un livre, un questionnaire pour 40 personnes environ, la vie quotidienne pendant 3 mois et d’autres trucs mais je dois encore y reflechir hihi.

    J’espere que certains seront inspire apres cette lecture, bon courage a tous.

    PS: desole je n’ai pas d’accents sur le clavier.

  10. Konté Abou le 26/04/2013 à 15:50

    J’envisage de faire un projet de recherche sur: l’impact sur nos sociétés des nouvelles technologies de l’information et de la communication. je veux des conseils pour aborder un projet stimulant qui traite les apports et les inconvénients, en commençant par retracer l’historiographie.

  11. Konté Abou le 26/04/2013 à 15:45

    je suis ravit, d’acquérir des connaissances sur ce site qui seront nécessaire dans mes futures projets de de recherche en tant Étudiant en master première année.

  12. Konté Abou le 26/04/2013 à 15:41

    Je suis ravit, de tirer des enseignements nécessaires sur ce site pour mes futures projets de recherche en tant que Étudiant en master première année.

  13. Henri SAFARI le 14/04/2013 à 12:00

    Je suis entrain de mener ma recherche de Master sur L’IMPACT DE LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS SUR L’ENVIRONNEMENT ET LE REVENU DES MENAGES RURAUX.
    Je suis SAFARI de la RD Congo
    Voudriez-vous m’orienter comment faire la présentation de ce projet de Recherche en me donnant quelques orientations?
    J’étudie à l’INSTITUT SUPERIEUR DE DEVELOPPEMENT RURAL DE BUKAVU à l’Est de la R.D.Congo.
    Merci et à bientot.

  14. SAWADOGO JONAS le 13/04/2013 à 10:40

    salu a tous je travail sur la diffusion d une confrerie islamique la tidjania qui est un islam soufi
    aidez moi a posez un probleme pertinent

  15. nji mfout le 09/02/2013 à 20:27

    Bonsoir, je suis très ravie de découvrir ce site. je suis doctorante en psychologie à l’Université de Yaoundé I au Cameroun.

    • magagi le 14/02/2013 à 10:46

      bonjour,je suis magagi yacouba à l’université de Niamey(Niger), mon thème de mémoire de Master2 porte sur la problematique de l’organisation des élections:approche fonctionnelle de la commission électorale2010-2011 du Niger, force et faiblesse.COMMENT poser le probléme et surtout l’hypothèse?

  16. ornella kwakep le 25/01/2013 à 23:24

    s il vous plait je fait dans le marketing, j aimerai que vous me donner des idée sur un projets de recherche lié au marketing

  17. magagi le 14/01/2013 à 11:12

    bonjours, je suis entrain de travailler sur :problématique de l’organisation des élections:approche fonctionnelle de la commission électorale du niger2010-2011, forces et faiblesses.je demande des conseils sur les le problème central, hypothèses possibles et une proposition de projet de recherche.merci

    • Émilien Ruiz le 14/01/2013 à 12:18

      Bonjour, je vous invite à prendre connaissance de mes réponses à de telles sollicitations dans les commentaires précédents de ce même billet. Bonne continuation et bon courage.

  18. jean vincent le 28/11/2012 à 01:15

    je fais des recherches sur le theme” la certification des processus electoraux dans les situations post conflictuelles par les nations unies” pouvez vous me proposer une problématique? et quelles peut etre la methodologie etant donné j’ai une formation de juriste a la base

    • Émilien Ruiz le 03/12/2012 à 14:53

      Bonjour, Je crains que vous n’ayez pas compris l’objectif de ce carnet qui est de proposer quelques pistes de réflexion et des conseils méthodologiques, mais en aucun cas de faire le travail à votre place… En l’occurrence, l’élaboration d’une problématique relève de ces opérations que personne ne pourra faire à votre place si vous souhaitez mener à bien votre recherche. Bonne continuation et bon courage.

  19. DEISMAS Jean kely le 27/11/2012 à 01:59

    Merci bcp pour vos informations. Mais je suis titulaire d’une licence en Science Econo. j’aimerais voir un exemplaire pour mieux suivre vos conseils.mé

    • Émilien Ruiz le 03/12/2012 à 14:54

      Bonjour, Je vous encourage à contacter vos enseignants et/ou des étudiants plus avancés qui pourraient vous donner des exemples pertinents pour votre discipline au sein de l’institution au sein de laquelle vous étudiez. Bonne continuation.

  20. myriam le 15/11/2012 à 13:10

    Je tiens à vous remercier pour vos efforts et vos initiatives,un grand merci pour vous, svp pouvez vous me donner un exemple d’un projet de recherche rédigé sur le quel je vais me basé pour me faciliter la tache , merci d’avance

    • Émilien Ruiz le 15/11/2012 à 13:54

      Merci. L’objectif de ce billet est justement de vous donner quelques conseils afin de vous permettre de rédiger votre projet sans avoir besoin de recourir à un modèle sur lequel baser votre propos. Si toutefois vous avez réellement besoin d’un projet existant comme source d’inspiration, je vous encourage à en demander à votre directeur ou directrice de recherche ou, le cas échéant, de passer par le secrétariat de votre département ou mention. Le meilleur modèle sera celui qui aura fait ses preuves pour ceux qui par la suite jugeront de la qualité de votre travail. Bonne continuation.

  21. BARRY Amadou diouldé le 17/10/2012 à 21:16

    Bonjour!
    Je suis titulaire de la licence en sciences économiques et je souhaiterais me spécialiser en Analyse et Evaluation de Projet en Master. Pour cela, il faut une sélection qui exige la présentation d’un projet de recherche. Merci de m’aider à monter mon projet!
    Cordialement!

    • Émilien Ruiz le 22/10/2012 à 12:47

      Bonjour, très heureux que le carnet vous soit utile ! Bonne continuation.

  22. NDJOM JOSEPH le 01/10/2012 à 19:34

    merci pour cette contribution à l’amélioration de la qualité de rédaction de nos mémoires, nous étudiants. mais mon problème est beaucoup plus celui de savoir comment aborder un thème qui a déjà été traité dans sa globalité? comment trouver un angle qui le rende différent? merci

    • Émilien Ruiz le 07/10/2012 à 12:44

      Bonjour,
      Il n’y a pas vraiment de réponse unique à votre question car tout dépend de votre sujet. Je n’ai pas connaissance d’un objet d’étude en histoire dont toutes les approches possibles aient été épuisées.
      Ce que vous apporterez de nouveau peut reposer sur différentes choses : un ou plusieurs fonds documentaires qui n’auraient pas été exploités auparavant ; une échelle d’analyse qui n’aurait pas été mobilisée ; une catégorie d’acteurs qui n’aurait pas été suffisamment prise en compte ; etc.
      Si votre objet de recherche a déjà fait l’objet de nombreux travaux, l’idéal est de commencer par tout lire de façon à bien connaître les approches déjà mobilisées. Profitez de cette lecture pour tenter d’identifier des angles morts : à la lecture de tel classique sur le sujet, quelles questions vous semblent rester en suspens ? Surtout, dépouillez l’ensemble des comptes rendus qui ont été faits des travaux en question : vous y trouverez des critiques sur des points que vous pourrez éventuellement tenter d’approfondir.
      Enfin, et c’est probablement le plus important, discutez de tout cela avec votre directeur ou votre directrice de recherche qui, j’en suis sûr, devrait pouvoir vous proposer des orientations novatrices.
      J’espère avoir au moins en partie répondu à votre question.

  23. hamid le 01/09/2012 à 19:13

    je viens par ses mots vous féliciter………j’aimerais avoir un plan pour un projet de recherche en télécommunication

    • Émilien Ruiz le 17/09/2012 à 22:00

      Merci. Malheureusement, bien que je pense que les conseils que nous fournissons ici pour les historiens s’appliquent à quasiment toutes les sciences sociales, je ne peux que vous recommander de contacter des enseignants spécialisés en télécommunication.

  24. Alseny BARRY le 01/08/2012 à 16:31

    Bonjour je souhaite avoir des information sur un site ou un document sur un PLAN D’ELABORATION D’UNE DECLARATION D’OBJECTIF avec une la méthodologie suivante :
    1- LE THEME DE RECHERCHE ;
    2- LA DEFINITION ;
    3- LA PROBLEMATIQUE ;
    4- LA METHODOLOGIE ;
    5- LA CONCLUSION ;
    6- LA BIBLIOGRAPHIE ;
    NB : NOMBRE TOTAL DE PAGE 3 à 4 PAGES ;
    dans l’attente d’une suite qui me sera favorable.
    cordialement

    • Émilien Ruiz le 01/08/2012 à 17:22

      Bonjour,
      Je ne suis pas sur de bien comprendre votre question. Vous souhaiteriez trouver quelques conseils relatifs au contenu de chaque rubrique ?
      Si c’est bien ça, il me semble que les intitulés sont relativement précis, mais voici quelques éléments :
      - 1. Thème de la recherche : décrivez votre sujet, en développant un petit peu l’intitulé – sur quoi envisagez-vous de travailler ? Quels sont les acteurs / aires culturelles / etc. que vous souhaitez prendre en compte ? Sur quelle période ?
      - 2. Définition : définissez les termes utilisez en 1 qui méritent des précisions conceptuelles. Expliquez ce que vous entendez exactement par tel ou tel terme, d’autant plus lorsqu’il s’agit de questions ayant fait l’objet de débats historiographiques
      - 3. La problématique devrait découler de 1 et 2. Quelles sont les questions auxquelles il vous faudra répondre pour analyser et comprendre les grands enjeux soulevés par votre sujet ?
      - 4. La méthodologie : afin d’étudier un tel sujet et en vue de répondre à la problématique posée en 3, quelles sont les sources que vous envisagez de mobiliser ? De quelle façon, selon quelles méthodes, envisagez-vous de les exploiter ?
      - 5. Conclusion. Je pense que pour ce passage vous pouvez vous interroger sur les perspectives de faisabilité de votre recherche, et terminer sur ce que vous pensez apporter à l’historiographie de votre sujet.
      - 6. Bibliographie : ouvrages et articles utilisés en vue de la rédaction de ce projet (notamment ceux qui traitent déjà de la question ; ceux dans lesquels vous avez trouvé des conseils méthodologiques, etc.)
      Sur l’ensemble de ces questions vous trouverez plusieurs billets ici même :

      « Comment (et pourquoi) écrire un projet de recherche ? »
      « “Mais par quoi vais-je bien pouvoir commencer ?” »
      « De l’utilité des définitions provisoires »
      « Une bibliographie : pourquoi ? Comment ? [1/2] »
      « Une bibliographie : pourquoi ? Comment ? [2/2] »

      J’espère vous avoir aidé et vous souhaite bon courage pour la suite.

  25. florent le 24/06/2012 à 22:48

    merci beaucoup

  26. florent le 24/06/2012 à 18:07

    bonjour
    avez vous connaissance de sites ou logiciels permettant d’organiser, classer, archiver, construire une biblio etc pour une recherche (a base de dotclear ou autre systemes ?).
    merci et cordialement

  27. Makosso Rey le 08/06/2012 à 17:49

    Merci

  28. Makosso Rey le 08/06/2012 à 17:48

    Je viens par ses mots vous féliciter,parce que je suis en master et j’airais monter mon “projet de recherche.

Laisser un commentaire

Rappel de saison !

ProjetRecherche

Diacronie. Studi di storia contemporanea

Annonce

n°13 : Contrabbandieri, pirati e frontiere - coordonné par Elisa Grandi et Giovanni Venegoni


Carnets de recherche