Fragments sur les temps présents par… FTP

FTP (version actuelle)

FTP (version actuelle)

[Fragments sur les temps présents fête ses 6 ans. Pour l’occasion, le collectif a décidé de questionner d’autres chercheurs sur leurs activités en ligne, sur leur conception du rôle social des sciences sociales et la place qu’elles occupent sur le web, etc.

Un premier billet, « pour un humanisme numérique« , a été publié le 22 octobre par Fabien Escalona, politiste, spécialiste des évolutions de la social-démocratie et de la gauche en général.

Pour le deuxième, « entre extimité et éducation populaire » c’est votre serviteur qui s’y est collé à la demande Nicolas Lebourg ; qui publie ici en simultané ce billet visant à dresser un bilan de six années de présence en ligne…]

Comment est né FTP ?

À l’automne 2008, dans la cuisine du juriste Dominique Sistach. Depuis longtemps, j’avais l’idée de faire un site, l’idée d’une production non-marchande me plaisant, et ayant encore un grand et naïf espoir quant à l’outil de formation démocratique que pouvait être le web. Avec Dominique, on avait déjà fait diverses choses qui se voulaient d’intervention sociale du chercheur. On avait participé à monter une université populaire dans notre ville de Perpignan, fait des conférences le soir à l’œil en milieu associatif, commencé à blogger etc.  J’avais signé la pétition « Liberté pour l’histoire« , qui me paraissait avoir pour conséquence éthique une obligation d’intervention sociale gratuite dans la société – en étant conséquent, on ne peut pas dire aux gens « laissez nous vos récits, empêchez les politiques élus de s’en saisir » et se rasseoir ensuite… Et puis, en gros, on avait un problème avec le niveau éthique de bien des gens rencontrés en milieu « culturel ». On a donc décidé qu’on n’allait plus avoir d’intermédiaire et faire un site. Je me suis porté volontaire et, partant travailler une semaine à Paris, dans le cadre de la biographie de François Duprat que l’on faisait avec Joseph Beauregard, j’ai commencé à faire le site le soir.

C’est aussi logique que ce soit fait là, car, quelques mois avant, face au stock de documents que l’on avait, je disais à Joseph qu’il faudrait faire un site pour donner à voir des documents que l’on ne pourrait utiliser. Et la biographie de Duprat s »est finalement déclinée en un livre et en un webdocumentaire réalisé par Joseph.

WebdocDuprat

On s’est retrouvé très vite dans une conception multimédia. D’ailleurs, sur FTP, on a relayé aussi des docs faits par Joseph pour des radios, accompagnés d’un texte inédit. On a aussi mélangé des textes avec des interventions des uns et des autres à la radio ou la télé, etc. Finalement, on est très vite passé au transmédia, ce fameux transmédia dont on parle dorénavant. Je n’ai juste pas été fichu de le théoriser, tant ce média est aisé d’utilisation !

Quel bilan peut faire le site au bout de six ans d’exercice ?

L’usage du web a aidé à produire une analyse, par homologie. Ces textes sont des fragments, des bouts de réflexions. L’intitulé du site mêle quatre références. Il évoque l’œuvre de Saint-Just, le protocole informatique, la Résistance, et l’idée historiographique de « temps présents ».   Mais ils traitent bien d’un monde en fragments, le nôtre. C’est le cinquième sens. Toute idée est devenue liquide jusqu’à s’épandre. S’épandant, elle en rencontre d’autres, s’hybrident, et elles forment un nouveau petit flux, etc. Cette forme de la postmodernité, c’est aussi celle du surf sur internet. Et chacun de ces textes, en dévoilant des bouts de marges, a fonctionné de la même façon, en venant rencontrer les autres, mais c’est une forme globale supérieure à l’addition de ses parts (il est vrai que j’avais utilisé les concepts de rhizome et de gestaltheorie dans ma thèse, ça marque…).

Après, on s’est rendu compte que le site était très fréquenté par les militants politiques radicaux, les journalistes, les étudiants. Sincèrement ce n’était pas pensé au départ : c’était une perspective dans la lignée de « l’éducation populaire », pas du « combat culturel ». En revanche, les étudiants je n’y ai pas pensé comme cible, mais je me suis dit souvent qu’à leur âge j’aurais été heureux qu’il y ait internet comme aujourd’hui, avec un site m’apportant un maximum d’informations sur mon sujet. C’est d’ailleurs pour cela que je suis très heureux et fier qu’il y ait Jean-Yves Camus et Olivier Dard, dont je me suis pour ma pomme échiné à chercher les articles dans des bibliothèques ! On a des articles de revues, des billets inédits et des entretiens de Jean-Yves Camus : avoir une pluralité d’offres pour une pluralité de publics par un chercheur de premier plan, c’est permettre à quelqu’un d’arriver par le moteur de recherches sur la reprise d’un entretien presse, et l’amener à lire un article de recherches tout naturellement, sans cloisonnement, sans qu’il se dise que ça, ça ne serait pas pour lui. On a aussi tenté de faire des synthèses pratiques : des « qu’est ce que… ? » et des « où va… ? », et, au vu des flux entrants, c’est manifestement utile aux étudiants.

Enfin, le site a amené d’autres choses inattendues : des répercussions dans le domaine académique. On s’est mis à travailler les uns avec les autres, à se nourrir intellectuellement tout autant. J’ai fait des publications académiques avec l’essentiel des contributeurs, pense bien en faire encore avec quelques autres. On se retrouve dans un collectif de recherches où les idées circulent, s’enrichissent. Et ça ne vaut pas que pour nous, puisque je croise désormais le site diverses fois en note de bas de page d’ouvrages. Le circuit entre intervention sociale et réflexion académique est quand même joli et plaisant comme ça. L’intervention sociale permet de tester des idées, ce que l’on ne peut faire dans un programme de recherches.

Il y a une marge, importante sur FTP, qui en est de moins en moins une, c’est le Front national.

FTP version 1.0 (capture de la une du 3/10/2014 via la WaybackMachine)

FTP v. 1.0 (une du 3/10/2014 via WaybackMachine)

C’est vrai.  J’ai même enlevé le sous-titre « marges politiques et radicalités sociales », car ça n’était plus intelligible. Cela s’explique d’abord par la forte présence de chercheurs dont c’est l’objet principal : Jean-Yves Camus, Sylvain Crépon, Cyril Crespin, Alexandre Dézé, Joël Gombin, etc. Il y a aussi des textes sur d’autres extrêmes droites, grâce à Stéphane François ou Jonathan Preda. FTP a accompagné l’évolution de la place du FN. Comme pendant un temps plus personne ne s’intéressait à l’extrême droite, ceux qui s’y intéressaient n’étaient pas vus comme des empêcheurs de dédiaboliser en rond, mais comme des gens assez honnêtes pour s’occuper de ce que vous êtes. Quelqu’un qui arpente le terrain frontiste comme Sylvain Crépon trouve que les années 2010-2012 furent bénites, les militants, les chefs, tout le monde parlant tranquillement. La réception du site est aussi forte à ce moment par les sites d’information (Le Monde, Médiapart entre autres) comme par les sites d’extrême droite, qui relayent pas mal d’articles historiques. Après, avec le développement du FN et du site peut-être en conséquence, on a une génération de militants politiques internautes qui voient le site avec des lunettes de jeunes zélotes. Je pouffe de ces antifas du virtuel ; selon les surfs j’en ai vu dénonçant un site « royaliste » (en confondant le portrait de Saint-Just avec celui de je ne sais quel monarque) ou « stalinien » (à cause d’un portrait de Staline). Idem côté extrême droite, où je souris d’un édito du site voxnr nous allumant comme d’affreux gauchistes déguisés en chercheurs, alors qu’ils ont dû recopier cinquante articles historiques avant. Dans tous les cas, c’est lié au mode de consommation du web : aller trop vite, s’arrêter à  une illustration, ne pas comprendre qu’il y a une distance entre un chercheur et son objet, etc. Mais, bon, c’est l’effet web – j’ai eu le droit à un merveilleux portrait dans Boulevard Voltaire où la totalité des informations sont fausses : moi qui n’ai jamais été membre d’un parti, ça me paraît inconciliable avec ce que je fais comme recherches, je m’y retrouvais désigné membre d’un courant du PS… qui n’existe pas !

Le net n’est pas que virtuel : FTP a des conséquences pratiques ?

ORAP-LogoOui, et outre la diffusion de grilles d’analyse, il a des répercussions académiques. Dans Le Figaro, Julien Licourt avait noté que l’Observatoire des radicalités politiques (ORAP) que nous sommes quelques uns à avoir fondé à la Fondation Jean Jaurès, représentait une institutionnalisation de FTP. Et là aussi on peut utiliser le potentiel du web : en huit mois on a fait une dizaine de petites notes qui sont en ligne, et deux soirées de conférence qui le sont également. Dans quelques semaines sera même librement disponible sur le site de la FJJ, un petit livre analysant le mouvement Ordre nouveau à travers sa documentation interne, les archives de police, les témoignages. Cela peut toucher des publics qui n’iront jamais lire ce type de documents avec ce souci méthodologique. Soit dit au passage, ce livre est fait par Jonathan, Joseph, et moi-même, on a publié il y a quelques mois un hors-série de Charlie avec Jean-Yves, qui représente en volume un petit bouquin, je publie bientôt une histoire du camp de Rivesaltes avec Abderahmen et une de l’altérophobie avec Stéphane, avec une préface d’Olivier, etc. : on voit très bien l’impact de FTP au sein de la production académique. De manière complémentaire, on a rationalisé nos participations à l’information en allant conjointement participer au pure player Slate.

Mais l’intervention sociale du chercheur ne doit-elle pas avoir une limite ?

Oui, et même plusieurs. Il ne faut pas intervenir sur des sujets sur lesquels on ne fait pas de recherches, sinon c’est de l’éditorialisme et de la revente de capital social. Après, le puritanisme vis-à-vis de l’intervention médiatique est souvent porté par des enseignants-chercheurs dont le dossier de recherches est assez léger… Être enseignant-chercheur, dans les conditions du XXIe siècle,cela doit faire réfléchir à une intervention d’enseignement hors des murs scolaires (c’est, bien sûr, plus ou moins possible selon les sujets ou les responsabilités administratives).Et cela n’est légitime que quand on fait de la recherche. C’est-à-dire qu’on ne peut pas juste faire un bouquin puis sa promotion média, en disant « j’ai fait la recherche et l’intervention sociale ». Un chercheur est jugé par ses pairs : donc il n’est pas légitime s’il ne participe pas d’abord aux revues académiques, aux colloques, aux programmes de recherches institutionnels. Quand je vois quelqu’un qualifié de « chercheur » et qui ne publie pas sur des espaces de jugement par les pairs, je trouve que son intervention sociale est illégitime. C’est un  univers social darwinien, il faut l’assumer.

Comment fonctionne FTP ?

C’est un collectif. Pour l’intendance, j’anime le site : je publie, relis, peux proposer, relancer. Mais c’est juste à ce niveau de production. Je refusais d’ailleurs durant des années de dire que c’était moi qui faisais cela, jusqu’à ce que je me rende compte que les gens qui suivaient le site en étaient conscients. On a parfois peut-être des pudeurs excessives. Mais c’est clair que c’est un bateau, où chacun compte, c’est un projet commun, pas un outil personnel. Je ne suis même pas capable de dire combien et qui sont les personnes à qui j’ai donné les codes du site, de son compte twitter et de sa page facebook. Quand on a eu deux, trois fois, des décisions à prendre, ce sont les contributeurs impliqués qui ont voté. Une fois embarqués, on amène ses sujets, ses analyses. On est libres et responsables de ses textes, la relecture étant consultative et amicale. Les contributeurs ont amené des choses sur l’ésotérisme, les gauches, le droit, les migrations, les arts, la religion, l’économie, etc. tout à fait hors de mes capacités et attentes préliminaires. Je serais bien incapable d’écrire ce que font Romain Ducoulombier, Abderahmen Moumen, Guillaume Origoni, Jean-Baptiste Pointel, Dominique Sistach ou Alain Tarrius. À mon sens c’est très important que FTP ne se limite pas à un site de « fafologues », car sinon l’analyse structurelle que j’évoquais s’évanouit. On ne crée pas une production commune sans être un collectif, où alors on rentre dans des schémas verticaux très vains. Chaque élément se lie aux autres, décrivant une société par toutes ses petites facettes.

Mais ce côté libertaire, horizontal, ne doit pas faire croire que FTP est un site politiquement aligné. En fait, il y a une large palette politique dans ses contributeurs. C’est logique : notre but n’est pas d’imposer un jugement moral, mais de fournir aux citoyens qui les veulent des éléments d’information. Cela implique une certaine conception des rapports entre l’homme et la société, mais pas un alignement partisan ou un camp prédéterminé.

FTP a un aspect graphique singulier, pourquoi ?

FTP_Capture 15 novembre 2012

FTP v. 2.0 (une du 15/11/2012 via WaybackMachine)

Au départ c’est un peu austère, je me laisse déborder par mon côté janséniste (très refoulé, mais présent…). Ensuite, pour ne pas trop violer les droits d’image, l’idée a été de chercher des images libres de vieux tableaux, d’affiches politiques, d’œuvres placées volontairement en reproduction libre, etc. De là il est apparu qu’autant jouer sur les décalages, les niveaux de sens, et réaliser un autre travail de divulgation culturelle, en faisant peut-être découvrir des œuvres d’arts. Cela permet aussi à l’internaute de s’obliger à réfléchir au sens de l’image, du rapport avec son contexte et ses multiples sens. Il n’est plus dans le temps rapide du surf, mais invité à prendre son temps pour comprendre ce qu’est le document face à lui. Cela parle d’histoire de l’art, mais c’est peut-être aussi placer le lecteur dans la position de l’historien face à ses archives.  Dès le départ, ceci dit, mon idée était qu’il fallait faire l’exacte inverse des sites universitaires. Souvent, ils veulent à la fois « être présent sur le web » et « ne pas avoir l’air frivole ». Résultat les sites sont moches, austères, ont l’air de crier au brave homme qui est venu chercher une information « regarde, ici c’est triste, laid, il faut bac + 43 pour apprécier, ce n’est pas pour toi ! ». Donc, surtout, l’idée c’est de ne pas faire comme les autres, pour créer du commun. C’est un peu paradoxal, mais c’est mon idée directrice.


Une réflexion au sujet de « Fragments sur les temps présents par… FTP »

  1. Ping : Fragments sur les temps présents par… #FTP | Fragments sur les Temps Présents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *