De l’usage des dossiers de carrière dans l’histoire des enseignantes d’Éducation physique et sportive

Ce billet méthodologique s’appuie sur un travail de doctorat, soutenu en juin 2014 et intitulé : « Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements séparés à la mixité des concours (1941-1989)1 . Pour mener à bien ce projet d’histoire sociale, au sein duquel le genre constitue une catégorie utile d’analyse critique, les dossiers de carrière ont constitué, au début de notre recherche, les sources privilégiées.

Des dossiers de carrière conservés aux Archives nationales

Versés par le Ministère de la Jeunesse et des Sports pour la période considérée, les dossiers de carrière des enseignant-e-s d’EPS sont conservés aux Archives nationales (AN). Les versements concernent différents statuts de personnels : professeurs hommes et femmes, moniteurs et monitrices, maîtres et maîtresses, professeurs-adjoints hommes et femmes, chargé-e-s d’enseignement, agents contractuels, auxiliaires. Classés alphabétiquement en fonction du cadre de fin de carrière, les dossiers sont en revanche rarement différenciés selon le sexe, femmes et hommes étant regroupés sous les mêmes cotes.

Capture

Couverture de thèse, Manuscrit Loïc Szerdahelyi

Après l’obtention des dérogations nécessaires2 , 1 920 dossiers d’enseignant-e-s d’EPS ont été consultés, la moitié concernant des femmes, l’autre moitié des hommes. Lors de « l’ouverture des cartons », la plupart des dossiers étaient encore encordés – davantage chez les femmes que chez les hommes – par une ficelle autour d’une grande feuille de papier brun, signe d’une première utilisation nécessitant symboliquement de « couper le cordon ». Si le dépouillement apparaît quantitativement conséquent, un certain nombre de précautions s’imposent quant à la représentativité du corpus.

Il faut savoir que les dossiers de carrière de l’ensemble des enseignant-e-s d’EPS ne sont pas accessibles aux AN, bien que devant théoriquement l’être. Regroupés à l’échelon national – sur le site de Fontainebleau durant notre thèse –, les versements sont en réalité le fruit de situations locales, effectués à partir du moment où le bureau gestionnaire le décide. Aussi est-il devenu nécessaire, dans un souci de rigueur méthodologique, de connaître l’origine exacte des versements consultés.

Identifier les conditions de versement des sources manipulées

À ce stade de notre thèse, l’ambition était de réaliser une analyse critique des sources manipulées. Il s’agissait donc d’appréhender leurs conditions de versements, cette information n’étant pas consignée dans les inventaires. Pour surprenant que cela puisse paraître, il n’existe pas de critères de choix spécifiques et uniformes.

Image2-DossiersSzerdahelyi

Dossier de carrière, AN, versement 19770252, art. 118

Les versements sont en fait constitués de la libération du trop-plein de dossiers par le bureau gestionnaire des enseignant-e-s d’EPS, celui-ci variant dans son organisation et son fonctionnement au fil des restructurations politiques et administratives. Autrement dit, les versements de dossiers de carrière sont constitués par tout ce que le bureau gestionnaire a versé… et pourraient être complétés par tout ce que le bureau gestionnaire n’a pas versé ! Seuls les dossiers récupérés par la Mission des AN auprès du ministère de la Jeunesse et des Sports sont ainsi conservés. Or la « Mission Jeunesse et Sports » n’existe que depuis 1971. Malgré cette structure, les archives ne sont pas faciles à récupérer pendant les années 1970, les versements dépendant d’initiatives individuelles. Si la loi du 3 janvier 1979 réglemente et impulse le versement des archives aux AN, il est probable qu’un certain nombre de dossiers aient disparu auparavant. De fait, les versements consultés ne regroupent pas l’ensemble des dossiers de carrière des enseignant-e-s d’EPS, ce qui nous a interdit toute illusion d’échantillon statistique rigoureux et toute velléité de généralisation des résultats.

Pour expliquer que l’ensemble des dossiers ne soient pas versés, plusieurs hypothèses ont cependant été avancées. Tout d’abord, certains dossiers peuvent avoir pris la direction du service des retraites de l’État afin de liquider des pensions, selon un circuit initié par le bureau gestionnaire sans passer par le service archives. Par ailleurs, des dossiers peuvent avoir été transférés à d’autres services, notamment pour les carrières avec changement de cadre : enseignant-e-s d’EPS ayant intégré l’administration par exemple, ou étant devenus inspecteurs-rices, « chefs » d’établissement… En théorie, il devrait exister plusieurs dossiers de carrière pour une même personne, selon ses statuts occupés longitudinalement. Cela ne semble pourtant pas la norme : il se peut que certains dossiers aient été transmis au bureau gestionnaire propre au nouveau statut, par commodité au regard du suivi complet de la carrière. Dès lors, le cadre de fin de carrière s’efface au profit du nouveau statut – non connu –, ce qui rend toute traçabilité délicate. Enfin, certains versements apparaissant dans les listings se sont parfois révélés inaccessibles, déclarés détruits ; d’autres sont devenus temporairement « non consultables », repris par la Mission suite à des opérations de refonte des dossiers de personnels.

Au final, ce parcours chaotique invite à la prudence méthodologique quant à l’exhaustivité comme à la représentativité des versements consultés. La richesse du réel ne pouvant être épuisée – le peut-elle d’ailleurs quel que soit le corpus constitué ? –, priorité a donc été donnée à une analyse qualitative, orientée selon le contenu des dossiers.

Les dossiers de carrière, des sources avant tout administratives

Dans cette perspective, chaque dossier de carrière est généralement constitué de quatre liasses : « notices », « ampliations », « congés » et « correspondances ».

Image3-DossiersSzerdahelyi

Liasse « notices », Bulletin individuel de notes, Recto, AN, versement 19940574, art. 1

Les « notices » mettent en lumière de précieuses informations civiles, administratives et pédagogiques, grâce aux fiches de renseignements, notations et rapports d’inspection qui les composent. Les notices permettent de connaître le regard porté par les supérieurs hiérarchiques. Les notations administratives et pédagogiques abordent ainsi l’exercice du métier, la qualité professionnelle, le caractère voire même l’apparence des personnels. Année après année, elles donnent à voir une image longitudinalement nuancée du parcours des enseignant-e-s d’EPS. Mais ces notices permettent aussi de savoir qui sont ces femmes et ces hommes puisqu’elles dévoilent l’état civil, la date et le lieu de naissance, le statut matrimonial, la profession du conjoint-e, le nombre d’enfant-s, les titres universitaires, les distinctions honorifiques, les modalités de recrutement, les fonctions occupées, les stages de perfectionnement suivis, les vœux exprimés.

Second volet capital pour notre recherche, les « correspondances » contiennent une diversité d’informations intéressantes. Tous les échanges de l’enseignant-e avec ses supérieurs hiérarchiques sont ici regroupés, de même que les courriers internes de l’administration au sujet des requêtes formulées, voire des enquêtes sur les intéressé-e-s. Des correspondances émanent parfois du conjoint-e ou des parents. On y trouve des photos, des lettres expliquant les motivations d’une démission, d’un vœu de mutation, d’une demande de reclassement, mais aussi des contentieux et des pièces administratives de dossiers disciplinaires. Au-delà du regard des supérieurs hiérarchiques, les correspondances introduisent donc le point de vue des enseignant-e-s d’EPS, voire de leurs proches, quant aux affaires qui les concernent. Les décisions personnelles émergent ici « par le bas », en contrepoids de la teneur avant tout administrative des dossiers de carrière.

Autre liasse permettant de croiser les informations, les « ampliations » regroupent tous les actes officiels concernant la carrière de l’enseignant-e d’EPS. De même, la liasse « congés » comporte les justificatifs d’absence et les certificats médicaux correspondants. Finalement, « dans les dossiers personnels, professeurs et administrateurs se confrontent, se mesurent, mais avant tout, coexistent »3 .

Réduire les risques de sur-interprétation par la critique méthodologique

Ayant structuré notre histoire des enseignantes d’EPS autour des parcours sociaux, professionnels et familiaux de ces femmes, nous souhaitons maintenant présenter quelques exemples tirés d’encarts méthodologiques introduits au fil de notre manuscrit de thèse.

C’est le cas de la mise en récit des parcours sociaux durant les années 1940 et 1950, grâce à l’analyse prioritaire des « notices ». En dévoilant des propriétés « objectivées », comme par exemple une participation à la Résistance, les notices ont permis de savoir qui étaient ces femmes engagées dans les carrières de l’EPS. L’ambition était d’atteindre ce qui constitue à la fois les racines et la sève de destins multiples, que des recoupements collectifs et chiffrés ont permis de mieux appréhender. Cela ne signifie pas que « compter » les enseignantes d’EPS dans les à-côtés de leurs carrières a apporté cette objectivité attendue du discours historique. Des lacunes méthodologiques ayant été pointées, seules des tendances ont été présentées. Les notices ont cependant mis en lumière d’autres informations, par le truchement des notations administratives et des rapports d’inspection. Ici, ce sont les appréciations portées par les supérieurs hiérarchiques sur les expériences sociales qui ont retenu notre attention. En filigrane de subjectivités dévoilées, des normes sociales et institutionnelles ont émergé, au regard au système de genre à l’œuvre dans la société française sur la conjoncture considérée d’une part, des orientations disciplinaires de l’EPS au sein du système scolaire d’autre part. Si la hiérarchisation statutaire et sexuée s’est imposée à l’analyse, des crispations administratives sont apparues, révélant la nécessité de contrôler une corporation en perpétuelle (re)construction.

Image4-DossiersSzerdahelyi

Liasse « notices », Notice individuelle, p. 4, AN, versement 19940574, art. 16

Pour ce qui est de l’approche des parcours professionnels durant les années 1940 et 1950, l’usage des dossiers de carrière a distingué une lecture « par en haut » d’une lecture « par en bas ». Les « bulletins individuels de notes » durant la Seconde Guerre mondiale, remplacés par les « notices individuelles » à la Libération, se sont ici imposés comme le versant administratif privilégié pour saisir la construction sociale de « la » femme enseignante d’EPS. Sur le versant pédagogique, ce sont les « rapports d’inspection » qui ont mis en lumière cette figure normalisée. Dans les deux cas, seule la construction de l’objet par le regard était interrogé. En s’en tenant au sexe des supérieurs hiérarchiques, en grande majorité des hommes, l’historicisation des représentations des catégories « enseignante » ou « femme » a révélé des schèmes de perception masculins, à la croisée du réel et de l’imaginaire ; la comparaison ponctuelle avec des appréciations ou rapports concernant des hommes ayant permis de réduire le risque de sur-interprétation. Inversement, les « correspondances » des enseignantes d’EPS ainsi que leurs « vœux » sur les notices ont permis d’introduire le point de vue des intéressées. Par cette approche, la construction des carrières par les enseignantes d’EPS elles-mêmes devenait première, avec des nuances toutefois. Les ambitions statutaires ont par exemple été relativisées par les justifications de santé qui, si elles répondent aux fantasmes administratifs d’une fragilité féminine, apparaissent simultanément opportunes dans une conjoncture où les situations de vulnérabilités s’accumulent. C’est l’espace entre ambitions personnelles et concrétude des carrières qui se trouve alors en jeu, entre subjectivité et objectivité quant aux possibles professionnels.

Enfin, le contenu des dossiers principalement utilisé pour l’analyse des parcours familiaux a révélé deux grands ensembles : celui qui touche à la mise en tension du métier et du foyer, celui qui s’inscrit dans le cadre moralisateur. Si les « correspondances » rédigées de la plume des intéressées permettent d’expliquer les motivations singulières d’une mutation, d’une disponibilité ou d’une démission, le biais de ces sources doit être souligné : au-delà de ce qui est dit, les fonctionnaires ont pu se conformer dans le style et les raisons invoquées à ce qu’elles pensaient être la logique de l’administration. Il est en effet indéniable, de Vichy à la République, que la famille comme la maternité ont constitué des arguments « bien vus » par les supérieurs hiérarchiques, susceptibles de peser favorablement sur les décisions prises concernant les demandes. C’est probablement ce système qui explique l’abondance des correspondances en lien avec la famille au cours des années 1940 et 1950. Au sujet de l’appréhension de la morale, notre attention s’est davantage portée sur les « correspondances » de l’administration. Ici, les courriers n’émanent plus de femmes « ordinaires », mais de supérieurs hiérarchiques amenés à échanger transversalement, en interne, le plus souvent officieusement, sur le cas d’enseignantes « marginales » eu égard aux comportements attendus. L’encadrement moral a de fait ramené la transgression des normes de genre, d’intimité et de conjugalité au centre de l’analyse. Les enquêtes internes, dressant le plus souvent des portraits à charge, ont donné à lire entre les lignes le poids des normes morales à l’œuvre dans la société française des années 1940 et 1950.

 **********

 Au terme de ce billet méthodologique, il va de soi que les dossiers de carrière ont projeté une lumière avant tout administrative sur notre objet d’étude. Leur analyse restait susceptible de laisser dans l’ombre les voix singulières des actrices elles-mêmes, si ce n’est dans l’écriture des correspondances professionnelles. Par ailleurs, les dossiers de carrière n’ont pas permis de couvrir l’ensemble de la période étudiée, les carrières présentées n’allant généralement pas au-delà des années 1970. Aussi a-t-il été choisi de poursuivre nos recherches sur la base de questionnaires mais aussi et surtout, d’entretiens biographiques. De l’usage des sources écrites dans l’histoire des enseignantes d’EPS à l’usage des sources orales, d’autres questionnements méthodologiques se sont donc imposés. Mais ça, c’est une autre histoire…

  1. SZERDAHELYI Loïc (2014), « Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements séparés à la mixité des concours (1941-1989), Thèse de doctorat en STAPS et Histoire, sous la co-direction de Michelle ZANCARINI-FOURNEL et Philippe LIOTARD, Université Lyon 1. Thierry TERRET a également été co-directeur de cette thèse, avec Michelle ZANCARINI-FOURNEL, jusqu’à sa nomination comme recteur de l’académie de la Réunion en janvier 2013 []
  2. En raison de la communicabilité fixée à 120 ans à compter de la naissance de la personne concernée, puis à 50 ans après la fin de sa carrière depuis la loi n° 2008-696 du 15 juillet 2008 relative aux archives []
  3. EFTHYMIOU Loukia (2002), Identités d’enseignantes-identités de femmes. Les femmes professeurs dans l’enseignement secondaire public en France, 1914-1939, Thèse de doctorat d’histoire, Université Paris 7, p. 27 []

3 réflexions au sujet de « De l’usage des dossiers de carrière dans l’histoire des enseignantes d’Éducation physique et sportive »

  1. Claire Lemercier

    Merci pour cette présentation vraiment très intéressante. Elle me laisse toutefois l’envie de vous embêter sur un point (déformation professionnelle, on en discute souvent dans des ateliers que je co-organise) : est-ce que le fait que la source comporte des biais empêche vraiment de généraliser ? Et est-ce qu’en choisissant de ne pas quantifier, vous vous empêchez vraiment de généraliser ? Il me semble pourtant que vous proposez des conclusions assez générales (et c’est bien normal pour une thèse). Mais alors pourquoi ne pas en avoir fondé au moins une partie sur des quantifications ? (c’est peut-être le cas en fait, mais vous semblez dire que non) En substance, ceci est un appel à quantifier a posteriori si votre statut vous en donne le temps !

    Répondre
    1. Loïc Szerdahelyi

      Votre commentaire aborde un sujet qui m’intéresse vivement, merci beaucoup. Je profite de vos interrogations pour vous souhaiter une heureuse année 2015 (et vous prie de m’excuser pour mon délai de réponse… ma fin 2014 ayant été très très chargée). Cet appel à quantifier résonne avec un écho particulier : des quantifications ont en effet été menées dans le cadre de cette thèse, même si la priorité a été donnée à une analyse qualitative (pour les raisons évoquées dans ce billet, mais aussi en raison de mon approche conceptuelle des parcours de vie). Il n’en reste pas moins que je me suis intéressé de près aux méthodes quantitatives tout au long de ce doctorat (j’ai dévoré votre ouvrage co-écrit avec Claire Zalc chez La Découverte ; j’ai également eu le plaisir de participer à votre séminaire Quanti IHMC, lors d’une séance consacrée aux trajectoires personnelles en janvier 2012 ; trajectoires, parcours…). J’en suis pour l’heure resté aux tris croisés, même si mon souhait est prochainement d’aborder, maîtriser et restituer d’autres méthodes quantitatives, pour aller encore plus loin dans l’analyse de mon corpus. En substance, ceci est donc un appel à prolonger les échanges, peut-être lors des ateliers que vous organisez !

      Répondre
  2. Ping : De l’usage des dossiers de carrièr...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *