La longue durée : une histoire sans histoire ?

La récente publication, en libre accès (et pourtant par Cambridge University Press) d’un History Manifesto court et fertile en slogans par David Armitage et Jo Guldi fait du bruit en ligne. Les auteurs avaient auparavant lancé le débat en présentant dans de nombreux séminaires un texte plus court appelant à un « retour de la longue durée » depuis une perspective « anglo-américaine ». Ce texte sera publié en français en 2015 dans les Annales HSS (seule une version anglaise préliminaire a été mise en ligne par les auteurs). Les auteurs y défendent une alliance, qu’ils présentent comme toute naturelle, entre longue durée, sujets « sérieux » tels que l’histoire politique, économique et environnementale, histoire s’adressant aux décideurs et outils de l’histoire numérique. Avec d’autres collègues, j’ai été sollicitée par la revue pour y répondre. Cette réponse dans les Annales sera centrée sur les enjeux de l’article vis-à-vis de l’histoire numérique et sur les problèmes que pose son silence pesant quant au rapport aux sciences sociales et aux questions de causalité. J’avais au départ envisagé deux autres parties pour cet article, plus directement fondées sur un petit travail empirique qui remet en cause deux éléments centraux de la démonstration de D. Armitage et J. Guldi : l’idée même d’un reflux de la longue durée (qu’ils attribuent aux coups de boutoir de la micro-histoire) et celle d’une association entre longue durée, sujets sérieux et audience non limitée à la profession historienne (voir ce second billet ici). Émilien Ruiz a accepté de les publier sur Devenir historien-ne et je l’en remercie vivement, comme je remercie Étienne Anheim aux Annales pour sa commande initiale, ses commentaires et son acceptation de cette publication répartie entre deux supports.

D. Armitage et J. Guldi contredits par leurs propres données

La « longue durée » dans les travaux d’histoire a-t-elle, comme D. Armitage et J. Guldi l’affirment, connu un reflux récent (qu’ils ne datent d’ailleurs pas très précisément) ? À la première lecture de leur texte, je me suis dit qu’il s’agissait du seul point sur lequel ils avançaient, à l’appui, un argument empirique selon leur cœur (chiffré et fondé sur une large base de données, sur un gros siècle). En effet, de manière quelque peu ironique, l’essentiel de leur très longue démonstration se fonde par ailleurs sur des citations ponctuelles de textes, réparties sur quelques décennies seulement. En réalité, un clic renvoyant au billet qui leur sert de source pour parler des thèses états-uniennes m’a montré non seulement les limites de la base de données utilisée, mais aussi le caractère erroné de leur interprétation.

En effet, pour évoquer la domination des « échelles temporelles biologiques, comprises entre cinq et cinquante années », ils citent une enquête sur 8 000 thèses d’histoire écrites aux États-Unis depuis les années 18801. Or, en réalité, cette enquête exploratoire n’appuie pas leur thèse : son auteur lui-même écrit, en gras, que « les périodes couvertes par les historiens se sont allongées », en particulier depuis 1965 environ. À ce moment, la médiane, bien plus pertinente que la moyenne (seule utilisée par D. Armitage et J. Guldi) pour des données de ce type, était descendue à 20 ans, alors que depuis 1890, elle fluctuait (sur les petits nombres de thèses recensés) entre 20 et 30 ans. En revanche, depuis les années 1970, une augmentation régulière a conduit à dépasser les 70 ans. Et rien dans l’enquête ne permet de trouver une inflexion après 2000, alors que D. Armitage et J. Guldi affirment observer alors un début de retour à la longue durée.

Graph

Graphique tiré de Benjamin Schmidt, « What Years Do Historians Write About ? », Sapping Attention, 9 mai 2013

Comme pour toute quantification en histoire, il serait de toute façon bien plus intéressant de ne pas se contenter d’une tendance d’ensemble et d’explorer la diversité, manifestement très forte, de ces périodes couvertes par les thèses états-uniennes. La plupart de celles écrites dans les années 1960 à 1995 couvrent ainsi entre 5 et 100 ans, la plupart des plus récentes entre 10 et 500 ans : on voit bien une inflexion des valeurs extrêmes, mais entre elles, toute la distribution est représentée. Pour aller plus loin, il faudrait donc surtout mettre en relation la durée couverte avec la période traitée, les thèmes ou les méthodes – ce qui permettrait de mieux discuter les affirmations de D. Armitage et J. Guldi sur les affinités de la courte durée avec la micro-histoire, ou bien avec les thèmes du quotidien, par opposition aux questions politiques, économiques ou d’environnement. En tout cas, il n’est pas vrai qu’aux États-Unis, la longue durée ait connu un premier âge d’or « dans les premières années de la profession », ou à l’époque de Braudel (les deux idées avancées par nos auteurs, assez différentes), ni un reflux depuis.

Lorsque j’ai fait ce constat, j’avais déjà commencé à chercher des éléments empiriques sur la France. En effet, D. Armitage et J. Guldi revendiquent une perspective « anglo-américaine » (quelque peu mystérieuse d’ailleurs, à une époque où des chercheurs du monde entier écrivent en anglais et où les systèmes universitaires britannique et états-unien semblent très différents). C’est sans doute le seul élément relativement modeste de leur texte, qui peut sembler inviter à présenter d’autres « perspectives ». J’ai donc essayé d’établir un contrepoint français pour réfléchir à la généralisation possible de leurs constats.

Je l’ai fait à une échelle moins large que B. Schmidt, mais à partir de données plus solides et plus riches en possibilités d’interprétation, selon la tradition d’histoire quantitative que je défends2 . Ce travail dépend évidemment de l’ordinateur pour l’accès aux données et à leur traitement, et il reste limité et exploratoire, comme celui que citent D. Armitage et J. Guldi. En revanche, contrairement à son auteur, je n’ai pas choisi d’extraire automatiquement des dates d’un très grand corpus. Je me suis fondée sur des bases de données plus restreintes et sur un codage manuel. Celui-ci a l’avantage de prendre en compte les durées formulées comme des intervalles (1939-1945 par exemple), mais aussi sous forme de siècles ou d’autres désignations, comme « Ancien régime », « IIe République » ou « époque coloniale ». C’est une démarche légèrement plus longue, mais elle est cruciale pour l’objet qui nous occupe : c’est loin d’être seulement une affaire de précision. En effet, il s’avère qu’une bonne partie des titres de thèses et d’articles qui renvoient à des durées plus longues qu’un gros siècle (ce que j’appellerai par commodité « longue durée ») ne contiennent aucune date (ou même mention de siècle) : ils échappent donc aux traitements automatiques, qui vont ainsi systématiquement sous-estimer la durée couverte par les thèses. Assez logiquement, lorsqu’on traite trois siècles, on les formule rarement sous une forme comme « 1421-1743 », et bien plus souvent par le biais de formules plus générales comme « à l’époque moderne ». Par ailleurs, j’ai essayé de rapporter la durée à quelques autres variables pour commencer à comprendre d’où venaient les chiffres bruts.

Les thèses françaises d’histoire moderne et contemporaine : des travaux sur quelques décennies

Commençons donc par les thèses. Ici, je ne me suis pas lancée dans un travail rétrospectif, mais me suis contentée d’une photographie très récente, depuis un point d’observation institutionnel, le Conseil national des universités (CNU)3 . Le découpage de cette instance regroupe l’histoire moderne et contemporaine avec l’histoire de l’art et la musicologie pour les mêmes périodes (les thèses de ces domaines sont assez peu nombreuses et assez historiennes pour ne pas tellement changer mes mesures, même si, souvent biographiques, elles couvrent de ce fait fréquemment moins d’un siècle). Les jeunes docteur.e.s souhaitant postuler dans les Universités françaises doivent envoyer leur thèse au CNU : c’est donc le cas d’une grande partie, mais en aucun cas de la totalité, des thèses soutenues ; certaines n’ont pas été soutenues en histoire, mais leurs auteur.e.s pensent qu’elles peuvent intéresser la discipline. Un fichier du début de 2014, aimablement communiqué par un collègue, m’a permis de déduire (dans 545 cas sur 586) de son titre la durée couverte par la thèse et la période à laquelle commence cette durée, et de mettre ces éléments en rapport avec l’université de soutenance (au prix de très nombreux recodages) et avec la date de soutenance (ce qui permet de vérifier que les thèses de 2013 ne diffèrent en rien, pour ce qui nous occupe ici, des thèses plus anciennes également soumises au CNU en 2014 pour diverses raisons).

TitreTheses

Quelques titres de thèses couvrant une longue durée, mais n’indiquant pas souvent des années comme bornes – sous leur forme à l’arrivée sur mon ordinateur

On peut ainsi constater que 20 % des thèses couvrent une période inférieure à 20 ans ; un peu plus de la moitié couvrent d’une vingtaine d’années à un petit siècle ; et le dernier quart se répartit à égalité entre des thèses traitant d’environ un siècle et des travaux embrassant une durée plus longue. Si l’on resserre l’analyse sur les trois établissements envoyant le plus de thèses d’histoire moderne et contemporaine au CNU, les Universités de Paris 1, Paris 4 et l’EHESS, qui ont pu incarner des manières de faire de l’histoire un peu différentes les unes des autres, on constate que la répartition est identique au sein de chacune (Paris 4 privilégie seulement encore un peu plus les thèses couvrant plusieurs décennies). Les thèses qui couvrent moins de 20 ans relèvent presque toutes de l’histoire contemporaine, mais ne sont en rien focalisées sur les guerres mondiales, par exemple, auxquelles on peut facilement penser en la matière : le XIXe siècle est ainsi représenté, à la faveur de révolutions, mais aussi de focales d’histoire culturelle sur des œuvres et leur réception. L’histoire politique domine tout de même la courte durée. Les thèses envisageant plus de cent ans, elles, couvrent parfois les XIXe et XXe siècle (12 cas sur 73) mais commencent plus souvent à l’époque moderne, voire médiévale – tout en dépassant rarement deux siècles. Loin de s’en tenir aux clichés souvent associés à la longue durée (histoire économique ou sociale sérielle, ou histoires de mentalités immuables), elles semblent couvrir toutes les thématiques imaginables, du climat aux relations sociales, de l’architecture à la justice, de la médecine au statut des reines.

Annales et Revue historique : des préférences pérennes en termes de longue et courte durée

Il ne s’agit là que d’un instantané de sujets choisis dans les années 2000. Il est possible que dans le passé, des durées plus courtes ou plus longues aient été privilégiées. On peut, pour aborder cette question de la diachronie, cruciale pour D. Armitage et J. Guldi, changer de point d’observation et profiter d’un travail en cours avec Paul-André Rosental et Marie Thébaud-Sorger sur les articles publiés dans les Annales ESC, puis HSS, et dans la Revue historique depuis les années 1960. La base de données ne couvre pour l’instant que les années 1964-1966, 1974-1976, 1984, 1994 et 2004 pour les Annales et seulement les années en « 4 » pour la Revue historique, mais cela représente déjà 655 articles (incluant quelques long comptes rendus), qui ont été décrits (auteur, taille, présence d’illustrations, etc., ainsi qu’un codage de la durée couverte, selon les principes précédents), mais aussi copiés-collés en partie pour pouvoir se prêter à une analyse du vocabulaire de leurs introductions et conclusions – un processus long et compliqué, car ces articles sont disponibles en ligne, mais sous des formats qui se prêtent plus ou moins à cette opération4 . Pour ce qui nous occupe, ce corpus offre quatre enseignements très clairs.

Tout d’abord, il n’y a aucune évolution dans le temps en ce qui concerne les durées couvertes par les articles au sein de chaque revue, alors même que ces revues ont parallèlement beaucoup changé de centres d’intérêt et d’approches privilégiées : les pourcentages pour chaque durée restent exactement dans les mêmes fourchettes.

RevuesDurees

Synthèse des résultats croisant revues (par date de publication) et durées couvertes par les articles

L’étude du vocabulaire des introductions et conclusions, elle, souligne du côté des Annales l’ampleur d’autres changements historiographiques5

Les classes de vocabulaire détectées par IRaMuTeQ (cliquer pour agrandir)

Les classes de vocabulaire détectées par IRaMuTeQ (cliquer pour agrandir) 

 Il s’agit bien là d’une chronologie des travaux empiriques, et non pas des proclamations historiographiques : ces dernières sont souvent très antérieures, ce que négligent aussi D. Armitage et J. Guldi. Dans les Annales, un courant d’articles plus théoriques et/ou portant sur les sciences et la littérature (auxquels il est souvent impossible d’assigner une durée couverte) est régulièrement présent des années 1974 à 1994. Dans les années 1964 à 1976, on distingue aussi, avec un vocabulaire assez différent, un groupe d’articles explicitement réflexifs sur l’historiographie. Dans cet échantillon d’introductions et de conclusions, ce par quoi on caractérise habituellement les Annales, l’histoire économique et sociale, notamment rurale, industrielle, démographique, apparaît bien comme relevant d’un vocabulaire à part, particulièrement présent en 1964-1966 et 1984, nettement moins en 1974-1976, 1994 et 2004. Les articles publiés en 1994 et 2004, eux, utilisent un vocabulaire nettement plus politique, qui se rapproche ainsi de celui de la Revue historique – qui, lui, ne paraît pas se modifier notablement entre décennies. Ce qui est important ici est que l’évolution historiographique très nette des Annales, bien marquée dans le langage des introductions et conclusions, n’apparaît en rien corrélée avec les durées couvertes par les articles qui, elles, ne changent pas.

Troisième constat : ces durées sont assez différentes de celles envisagées pour les thèses. Les articles ne privilégient pas l’échelle de quelques décennies (un article sur six seulement aux Annales, un petit tiers à la Revue historique) qui est, on l’a vu, celle de la majorité des thèses. Il y a là un processus qui serait intéressant à étudier de plus près, puisqu’il paraît conduire, lorsqu’on tire un article d’une thèse ou qu’on se lance dans des recherches ultérieures, soit à resserrer, soit à élargir la focale – selon la revue visée.

En effet, et c’est le dernier point notable, il existe un contraste persistant entre les deux revues, les Annales donnant une plus large place à la longue durée, la Revue historique à des articles plus événementiels. Si cette nuance est loin de constituer une règle absolue, les proclamations historiographiques ont ici leur part d’effectivité. Tous les articles des Annales sont loin de couvrir un siècle ou plus, mais c’est le cas d’une moitié d’entre eux, et un tiers dépasse le siècle. Tous les articles de la Revue historique sont loin de se focaliser sur un seul événement, mais les deux tiers couvrent moins d’un siècle, plus de 40 % couvrent moins de vingt ans, et près du quart une seule année ou moins (du moins dans la mesure où on peut le déduire de leur titre). Les raisons de ce contraste relèvent sans doute pour partie de la préférence de la Revue historique pour les périodes plus récentes, mais celle-ci n’apparaît pas d’une ampleur suffisante pour expliquer l’écart ; les articles des Annales sur la longue durée sont d’ailleurs bien plus concentrés sur l’histoire moderne que sur l’histoire ancienne ou médiévale. Les terrains géographiques couverts jouent en revanche certainement : la Revue historique se concentre sur la France et l’Europe, notamment l’Allemagne, quand les Annales traitent plus d’autres régions du monde, à propos desquelles les titres des articles évoquent des durées plus longues. Il serait intéressant de mieux comprendre ces corrélations. Attrait pour la longue durée d’approches se revendiquant comme anthropologiques, plus fréquentes à propos des autres continents, et/ou intégration par les auteurs d’une demande de couvrir des temporalités plus larges lorsqu’ils parlent de lieux moins familiers du lectorat ? Enfin, si l’on entre dans le vocabulaire des introductions et conclusions, les Annales se distinguent aussi de la Revue historique, dans l’ensemble, par leur intérêt pour les « structures », la « tradition », le « rural » ou l’« économie », plutôt que pour l’« Église », la « presse », la « défense » ou la « politique » (parmi les mots les plus sur-représentés statistiquement dans chacune, si l’on compare nos échantillons d’introductions et conclusions des deux revues) ; mais, comme on l’a vu, le tournant des Annales vers des questions plus politiques après 1990 ne s’est pas accompagné d’un changement des durées couvertes par les articles.

Une question de carrières et non de modes historiographiques ?

Ce détour par les revues démontre deux choses : l’absence d’indice de changement dans le rapport à la longue durée sur ce corpus, et la différence entre thèses et articles. Les raisons historiographiques du choix de la longue durée par une minorité dans les thèses d’aujourd’hui, et du choix différent fait par la majorité (à l’EHESS comme ailleurs), n’ont donc rien d’évident. La domination du format « quelques décennies », en tout cas en histoire moderne et contemporaine, naît sans doute surtout de représentations partagées sur le travail qu’il est raisonnable d’accomplir en quelques années, tant en termes de quantité de sources à voir (celles qui sont accessibles étant plus volumineuses en histoire contemporaine, notamment sur le XXe siècle) qu’en termes de maîtrise d’un contexte, acquise aussi par la lecture de la bibliographie. J’ai moi-même soutenu une thèse portant sur cinquante ans, et principalement sur Paris ; j’avais prévu de travailler sur soixante-dix ans, mais ai reculé devant la masse d’archives en même temps que je constatais qu’une période plus courte présentait plus d’unité. Dix ans après, j’ai traité pour mon habilitation à diriger des recherches d’un petit siècle (en intégrant des comparaisons ailleurs en France et dans le monde) ; les opérations de recherche collective dans lesquelles je suis engagée maintenant couvrent un à deux siècles, et j’enseigne avec un collègue un cours, que nous devons transformer en ouvrage de synthèse, qui va de la mi-XVIIIe siècle à nos jours. Je n’ai pas d’éléments empiriques solides pour généraliser à partir de mon cas, mais il ne me semble pas très original : l’idée qu’avec l’expérience, on peut, par de nouvelles lectures tant de sources que de travaux d’historien.ne.s, construire une compétence sur une période plus longue, à partir d’une base réduite maîtrisée au départ, me semble bien répandue dans la profession. D. Armitage et J. Guldi eux-mêmes ont du reste étendu récemment leurs périodes d’investigation, et les 17 thèses dirigées par le premier (selon son CV en ligne, consulté en septembre 2014) couvrent de 27 à 200 ans (dont deux tiers nettement moins d’un siècle), avec une médiane de 63 ans.

Les intitulés des postes offerts par les universités françaises permettent aussi d’appuyer l’idée que des durées couvertes différentes sont associées, par une convention relativement partagée dans la profession, à des moments de carrière différents, et à des tâches différentes (on enseigne sur des périodes plus longues que celles sur lesquelles on cherche, en gros). Emmanuelle Picard m’a permis de collecter les intitulés des postes publiés en histoire moderne et contemporaine, mais aussi ancienne et médiévale, en 2009-2013, soit 239 postes de maîtres de conférences et 196 de professeurs (j’exclus ici l’histoire de l’art)6. Ces intitulés sont à considérer avec précautions, car ils sont accompagnés de fiches détaillées qui peuvent les restreindre, mais ils donnent une idée des périodisations sur lesquelles il est demandé aux futur.e.s recruté.e.s d’enseigner et à l’intérieur desquelles ils et elles doivent placer leurs recherches (même s’il est admis que ces dernières puissent couvrir une période plus restreinte). En histoire moderne et contemporaine, le cas le plus fréquent (autour de 60 %) est l’intitulé « histoire moderne » ou « histoire contemporaine » ; sinon, on précise un siècle (un peu plus souvent en contemporaine), ou on ne précise pas ; on retrouve le même pourcentage pour les intitulés d’histoire « ancienne », « grecque », « romaine » ou « médiévale » sans plus de précision temporelle. On peut donc imaginer qu’au moins à travers leurs enseignements, les collègues doivent acquérir une compétence minimale sur un siècle, plus souvent deux ou trois, voire bien plus pour les périodes ancienne et médiévale, qui peut les inciter à étendre ou au moins contextualiser leur recherche.

Comme souvent les textes qui ambitionnent de donner une vue d’ensemble sur l’historiographie, celui de D. Armitage et J. Guldi pèche ainsi par une absence d’appui empirique lié à un désintérêt manifeste pour les pratiques de l’histoire, par opposition aux proclamations – la leur vient ainsi répondre à celles qui l’ont précédée, sans trop s’embarrasser de leurs conséquences concrètes, ou plutôt en leur en imputant sans trop s’embarrasser de les prouver. Ils n’en laissent que plus d’espace pour un carnet comme Devhist qui, de bien des manières différentes, s’attache plutôt à l’histoire telle qu’elle se fait réellement. Avec moins d’impact ? Il est certainement moins chic, mais pas nécessairement moins lu… (transition rêvée pour mon second billet, qui touchera aux publics des historien.ne.s).

  1. Elle repose sur un traitement automatisé des années exactes mentionnées dans les titres de thèses rassemblés dans les fichiers de l’American Historical Association (nettement plus fournis depuis les années 1990 que pour les périodes précédentes). Benjamin Schmidt, « What Years Do Historians Write About ? », Sapping Attention, 9 mai 2013 []
  2. Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2008 []
  3. Il serait envisageable d’extraire les thèses répertoriées dans Sudoc ; cela poserait, comme dans le cas états-unien, des questions de biais changeants dans le temps quant à la couverture de cette base, et le fait de se limiter aux thèses décrites comme d’« histoire » compliquerait sans doute ce problème – cela reste toutefois à tenter []
  4. C’est dire – à nouveau en contradiction directe avec les affirmations de D. Armitage et J. Guldi – que le nettoyage des données reste, numérisation ou pas, une opération à la fois longue et intellectuellement importante, qu’il est impossible de négliger ou de simplement sous-traiter []
  5. Les traitements sur les textes des introductions et conclusions dont une idée très superficielle est donnée ici ont été réalisés avec la bibliothèque IRaMuTeQ pour R, créée par Pierre Ratinaud. Les différentes classes de vocabulaire mentionnées (articles plus théoriques, histoire économique et sociale, etc.) ont été constituées par le logiciel sur la base des proximités entre mots dans les mêmes phrases : elles n’ont pas été fixées au préalable par moi, même si j’ai choisi a posteriori de les résumer par ces expressions []
  6. Pour se faire une idée sur 2014 (moins commode certes qu’un tableau) et dans l’avenir pour les années suivantes, on peut consulter la page de suivi des recrutements en histoire []

6 réflexions au sujet de « La longue durée : une histoire sans histoire ? »

  1. Ping : Quel est le problème de l’History Manifesto ? | ParenThèses

  2. Claire Lemercier Auteur de l’article

    Sur l’histoire environnementale spécifiquement, je recommande le récent Repères introductif (conflit d’intérêts : j’ai participé à son édition). Je ne connaissais pas grand chose à ce domaine avant de le lire, mais il me semble démontrer excellemment qu’il ne s’agit pas que de « big history » et que les travaux plus micro (ou autrement disqualifiés par Armitage et Guldi : tout ce qui relève de l’agency, des subaltern studies, etc.) ont un sens politique tout aussi grand, et peuvent être mis en synthèse. Même si j’admets que c’est une synthèse sans doute trop dense pour un décideur fatigué…
    http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Introduction_a_l_histoire_environnementale-9782707165756.html

    Répondre
  3. Frédéric Clavert

    Merci, Claire, pour les deux billets sur le History Manifesto.

    J’ai lu le livre de manière très attentive. J’ai même animé une session d’un THATCamp (Lyon) sur le sujet (mais la session s’est vite éloignée du sujet). Le fait d’avoir revu leur évaluation quantitative qui est l’un des fondements de leurs propos apporte beaucoup au débat. Il est dommage que les deux auteurs se soient contentés d’une analyse quantitative qui semblent n’être que de surface.

    Il y a des éléments très énervants dans ce livre: leurs propos sur les économistes (« tous des méchants néo-libéraux » sauf Piketty) et les sociologues (« ces dangereux court-termistes ») et qui desservent leurs propos. Le passage sur paper machines est aussi un peu lassant car c’est un logiciel qui ne tient qu’à moitié ses promesses – s’il gère très bien l’anglais, il n’est pas capable de gérer l’apostrophe pour les textes français par exemple, c’est un poil gênant – même s’il est prometteur parce qu’il se repose sur zotero donc pourra être utilisé sur les corpus de facto que sont nos bibliothèques zotero.

    La confusion entre court-terme et micro-histoire est également beaucoup trop rapide, mais il y a plus de finesses dans leur propos que ce qu’ils semblent avoir écrit pour leurs articles dans les Annales sur ce point.

    Toutefois, j’ai été touché par certaines des questions posées par le livre. Par exemple, lorsqu’ils avancent que le discours catastrophiste sur le changement climatique aurait dû évoluer au fur et à mesure de l’approfondissement de nos connaissances sur le phénomène. Après, est-ce que cela est dû au fait que nous aurions sombré dans le court-termisme ou que les historiens ne sont plus assez présents dans les médias, je ne sais pas. Et quelle est la raison fondamentale de notre impression de ne plus être présent dans les médias (est-ce réel, d’ailleurs, ou n’est-ce strictement qu’une impression?), je ne le sais pas non plus.

    Il me semble aussi que nous devrions plus nous poser la question de notre utilité – bien sûr beaucoup d’entre nous se la posent (et que ces billets soient posés sur devhist n’est pas un hasard) – et que la sortie de plusieurs livres dont ce Manifesto (mais aussi le bouquin de Manning, Big Data in History) est un symptôme de ce manque de réflexion sur la place des historiens dans la société (je devrais trouver une meilleure expression).

    J’ai parfois l’impression que les préoccupations les plus discutées par les historien.ne.s sont des questions internes aux universités/labos de recherche, ou des rivalités historiographiques, parfois sans grande importance, souvent mauvais masques de rivalités personnelles entre historien.ne.s. Poser la question de l’utilité de l’histoire est considérée comme vulgaire, mais je ne vois pas pourquoi on ne la poserait pas, car la réponse est à l’avantage des sciences historiques.

    Sur le Manifesto et d’autres ouvrages autour du thème du ‘macroscope’, je signale le billet de Tim Hitchcock, d’autant plus percutant que Tim Hitchcock, avec la numérisation des archives de l’Old Bailey, a beaucoup utilisé les technologies de lecture distante dans sa pratique d’historien.

    Répondre
    1. Émilien Ruiz

      Sans être un spécialiste du sujet, je trouve que justement il est possible contester certains de leurs arguments sur la base de travaux d’histoire environnementale. Il se trouve que j’étais hier à une demi-journée d’étude où Laurence Lestel a présenté ses travaux de reconstitution d’états environnementaux passés. Ses recherches, passionnantes, relèvent certes à la longue durée (ici le cas présenté concernait « les métaux non-ferreux dans le bassin de la Seine (1815-2009) ») mais certainement pas de la « big history » qu’ils semblent recommander. On est plutôt dans une démarche micro, et cela n’empêche pas ces projets d’être vraiment pluridisciplinaires et d’être liés à une forte demande sociale. Par ailleurs, je m’éloigne un peu de ton commentaire, mais sur l’influence du développement des connaissances historiques concernant le changement climatique, je crois que certains auteurs ont montré que l’un des facteurs de blocage les plus importants relève moins du silence des historiens que de la productivité des « marchands de doute ». Voir à ce propos le livre de Naomi Oreskes et Erik Conway ainsi que celui de Robert N. Proctor sur la cigarette

      Répondre
      1. Frédéric Clavert

        Proctor est très bon sur le sujet, effectivement. Je ne peux savoir si Armitage et Guldi ont raison sur l’histoire environnementale – manifestement, non. Mais ils touchent un point sensible. C’est un peu le problème de ce livre: toucher des points sensibles, répondre par des slogans.

        Répondre
  4. Ping : La longue durée : une histoire sans hist...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *