L’histoire et ses publics : une question d’historiographie ou de modes de diffusion ?

HistManifLa récente publication, en libre accès (et pourtant par Cambridge University Press) d’un History Manifesto court et fertile en slogans par David Armitage et Jo Guldi fait du bruit en ligne.  Les auteurs avaient auparavant lancé le débat en présentant dans de nombreux séminaires un texte plus court appelant à un « retour de la longue durée » depuis une perspective « anglo-américaine ». Ce texte sera publié en français en 2015 dans les Annales HSS (seule une version anglaise préliminaire a été mise en ligne par les auteurs).  Les auteurs y défendent une alliance, qu’ils présentent comme toute naturelle, entre longue durée, sujets « sérieux » tels que l’histoire
politique, économique et environnementale, histoire s’adressant aux décideurs et outils de l’histoire numérique. Avec d’autres collègues, j’ai été sollicitée par la revue pour y répondre. Cette réponse dans les Annales sera centrée sur les enjeux de l’article vis-à-vis de l’histoire numérique et sur les problèmes que pose son silence pesant quant au rapport aux sciences sociales et aux questions de causalité.
J’avais au départ envisagé deux autres parties pour cet article, plus directement fondées sur un petit travail empirique qui remet en cause deux éléments centraux de la démonstration de D. Armitage et J. Guldi : l’idée même d’un reflux de la longue durée (qu’ils attribuent aux coups de boutoir de la micro-histoire), qui a fait l’objet d’une premier billet ici, et celle d’une association entre longue durée, sujets sérieux et audience non limitée à la profession historienne. Émilien Ruiz a accepté de les publier sur Devenir historien-ne et je l’en remercie vivement, comme je remercie Étienne Anheim aux Annales pour sa commande initiale, ses commentaires et son acceptation de cette publication répartie entre deux supports.

Si les historien.ne.s sont moins lu.e.s, notamment par les « décideurs », est-ce la faute de la micro-histoire ?

La question de la vulgarisation, ou de la diffusion de la recherche, me paraît cruciale pour le propos de D. Armitage et J. Guldi, qui souhaitent que les décideurs politiques et les mouvements sociaux écoutent les historien.ne.s, alors qu’elle est étrangement en retrait dans leur texte (l’article des Annales, et le livre me semble-t-il, mais j’avoue que je n’ai pas encore repris celui-ci ligne à ligne). Ils regrettent qu’il y ait trop peu d’émules de Howard Zinn ; mais, s’il y en a, ce n’est certainement pas dans les thèses ou les collections de monographies universitaires qu’il faut aller les chercher, de même que l’Histoire populaire des États-Unis n’était pas la thèse de Zinn.
Leur article donne à penser (on aimerait avoir plus d’informations empiriques à l’appui) que les universitaires de leurs deux pays sont incité.e.s, non seulement à produire des thèses portant sur des sujets, et singulièrement des périodes, trop restreints (de même pour les livres ou articles issus de ces thèses), mais aussi, voire surtout, qu’ils et elles sont incité.e.s à ne rien produire d’autre. Si tel est bien le cas dans d’autres pays, je ne suis pas sûre qu’on puisse dire la même chose de la France. S’il existe certes des historien.ne.s médiatiques qui ne sont pas considéré.e.s comme faisant vraiment partie de la profession par leurs collègues, on peut trouver une abondance d’indices de percolation de la recherche de première main vers des publics bien plus larges que ceux des monographies tirées de thèses. L’intérêt pour la Seconde Guerre mondiale, mais vue à hauteur d’hommes et de femmes, permet à un historien professionnel de conseiller une série télévisée (Jean-Pierre Azéma pour Un village français), à un autre de multiplier les prix, les commentaires enthousiastes d’internautes profanes, et manifestement les ventes, pour un ouvrage issu de son habilitation à diriger des recherches1 . En histoire moderne, les thèmes de la rencontre coloniale et la célébrité, traités sur des durées d’un siècle ou deux, offrent la même possibilité à deux autres historiens, une dizaine d’années après leur thèse – sans doute autant en vertu de leur écriture que de la longue durée qu’ils traitent, ou de l’importance des objets traités, dont il n’est pas sûr qu’elle convaincrait D. Armitage et J. Guldi2 .

FabriqueHistoireFrance Culture, dont l’audience, pour réduite qu’elle puisse sembler, dépasse très largement les milieux universitaires, reçoit nombre d’historien.ne.s, parfois encore en thèse, notamment dans son émission dédiée. En juin 2014, celle-ci a traité de la bataille des Dardanelles, du paysage dans la peinture romantique, des poilus néo-calédoniens, du génocide au Rwanda, de la « fabrique de l’histoire mondiale » avec Lynn Hunt, ou encore de la volonté d’Iba Der Thiam, Hamady Bocoum et Buuba Diop d’écrire une histoire du Sénégal des origines à nos jours3 . Là encore, il semble difficile de ranger tous ces thèmes dans la case « sérieuse » délimitée par nos auteurs – ou même dans celle des succès littéraires de la micro-histoire qui leurs semblent immérités

Et si on parlait plutôt du libre accès aux productions scientifiques…

Enfin, les historien.ne.s français.e.s ont peut-être plus que leurs homologues états-unien.ne.s ou britanniques saisi les occasions offertes par Internet de toucher de nouveaux publics, même si d’autres disciplines sont encore plus avancées de ce point de vue. Tout d’abord parce que la mise en ligne des revues françaises s’est pour l’essentiel faite sous le signe du libre accès, soit complet (sur les portails Revues.org et Persée), soit quelques années après parution (sur le portail Cairn). oa-badge-2-150x150Contrairement à Jstor, Muse ou les portails d’éditeurs anglophones, ces sites ne sont donc pas fréquentés uniquement par des universitaires ou leurs étudiant.e.s. Il s’agit au départ, comme pour le portail Scielo en Amérique latine, pour partie d’un choix du pauvre : les revues françaises n’avaient pas été sollicitées au départ par Jstor ou Muse, et il n’est pas sûr qu’un modèle fermé et payant aurait été viable. Ce choix a en tout cas donné à des revues qui ne l’avaient pas nécessairement sur papier une visibilité au-delà du monde universitaire, et surtout la possibilité que certains articles soient lus par sérendipité, à partir de moteurs de recherche ou de liens depuis des sites personnels ou de médias grand public. Il est très étonnant que D. Armitage et J. Guldi n’envisagent pas du tout ce point, puisque eux-mêmes ont veillé à ce que leur livre soit publié en libre accès (et même avec une licence Creative Commons, ce qui prouve un rare intérêt pour les enjeux du web) et relaient tous les commentaires qui en sont faits sur les blogs scientifiques.

L’existence de ce type de lecture est manifeste dans les statistiques de consultation, qui montrent, pour Cairn, des multiplications énormes des flux lorsque les contenus passent en libre accès et, pour tous les portails, des préférences pour des thématiques que l’on peut relier à un air du temps non universitaire, ou à un intérêt militant, professionnel ou de loisir particulier – mais qui ne renvoient pas particulièrement à la longue durée, ou aux objets sérieux selon D. Armitage et J. Guldi. Par exemple, en 2012, selon les statistiques transmises par le portail Cairn au comité de rédaction de la revue d’histoire contemporaine Le Mouvement social, trois articles se détachaient nettement avec plus de 2 000 consultations : ils portent sur « les mutations du travail social au XXe siècle », « les grèves de mai-juin 1936 revisitées » et « l’inégalité homme-femme au cœur de la segmentation du marché du travail japonais ». La suite du palmarès confirme les mêmes logiques militantes et d’intérêt pour le travail social. Un seul article non encore en accès libre a soulevé un très grand intérêt, avec plus de 1 500 consultations de son résumé (conduisant à seulement 13 achats à l’unité et un peu plus de 500 consultations dans des Universités, ce qui confirme l’enjeu de l’accès libre pour l’ouverture à d’autres publics) : titré « une lecture de la révolution tunisienne », il était donc en prise directe sur l’actualité, proposant le type de mise en perspective historienne que D. Armitage et J. Guldi semblent appeler de leurs vœux.

En janvier-août 2014, sur l’ensemble du portail en accès libre Revues.org, qui comprend des revues de sciences humaines et sociales de moins en moins exclusivement francophones, le deuxième article le plus consulté (presque 28 000 fois en anglais et presque 6 000 en traduction française) était dû à un historien, même s’il avait été publié dans la Revue annuelle de politique de développement : Gareth Austin y faisait le point sur les controverses sur les liens entre colonisation et développement économique, dans le cadre d’un dossier consacré aux 50 ans d’indépendance de l’Afrique4 . Les lecteurs et lectrices semblent aboutir à cette revue via des moteurs de recherche ou par des recommandations sur Facebook ou Twitter plutôt que par des liens depuis d’autres sites.

Le quatorzième article de langue française (en l’occurrence traduit du russe et daté de 1997) le plus consulté était plus surprenant, puisqu’il portait sur « Le rôle de la femme dans la société de l’Asie centrale sous les Timourides et les Sheybanides », au sein d’un dossier consacré à « L’héritage timouride : Iran-Asie centrale-Inde, XVe-XVIIIe siècles ».

CAS_Rôle des femmesUne bonne indexation par les moteurs de recherche explique certainement l’arrivée de près de 13 000 internautes sur cette page, à partir de recherches comme « femme dans la société ». Il n’est pas dit qu’ils et elles sont repartis aussitôt : l’introduction tout à fait générale de l’article, qui oppose notamment au cliché de la femme musulmane confinée dans un harem une relative protection juridique, a pu pousser certain.e.s à poursuivre la lecture. Si on se tourne cette fois vers les articles les plus lus au sein des revues publiées en France, on retrouve entre la 10e et la 20e place d’autres articles historiques, ou plus exactement portant sur le patrimoine rural. Dus à une historienne de l’architecture et un architecte, portant sur les habitations coloniales des anciens territoires français d’Amérique et sur les charpentes comme élément de datation dans le cas de Genève, ils ont été publiés sous l’égide du ministère français de la Culture, dans In Situ, Revue des patrimoines, qui se présente comme une revue de recherche appliquée. Ses lecteurs lui viennent du site du ministère ou de blogs sur le sujet, mais surtout de recherches souvent bien précises dans les moteurs, portant sur une lieu, une technique ou une forme d’habitat.

Il existe donc des historien.ne.s qui trouvent un public large pour des articles de revues au sujeta priori très restreint (et réalisés à partir d’un travail minutieux en archives), par la double vertu de l’accès libre et de l’intérêt de certains publics pour divers thèmes, qu’ils soient militants ou liés aux loisirs. Si D. Armitage et J. Guldi préféreraient peut-être des lecteurs plus proches des lieux de décisions (que les statistiques ne permettent pas de distinguer), et certainement des thèmes plus sérieux, en tout cas, ces exemples montrent que ce n’est pas le choix de la durée traitée ou même de la proximité avec les sources qui coupe nécessairement les historien.ne.s d’un public autre que leurs pairs.

… et des carnets de recherche (et quel meilleur lieu qu’un carnet très lu pour cela ?)

Une dernière confirmation, peut-être encore plus éclatante, en est donnée par le développement du blogging scientifique, notamment en France (et de plus en plus au-delà) à travers les centaines de « carnets de recherche » d’OpenEdition, qui rencontrent un vrai succès de lectorat, et notamment cette fois de lectorat fidèle, qui revient régulièrement sur le même carnet. On aimerait apprendre de D. Armitage et J. Guldi ce qui se passe de ce point de vue dans le monde qu’ils appellent « anglo-américain ». Les économistes, du reste, ont utilisé ce medium bien avant les historien.ne.s en France – souvent les mêmes économistes qui écrivent aussi des « Repères », une collection de courtes synthèses proches de la recherche. Ces deux activités restent peu légitimes dans un monde de la recherche en économie axé sur les publications dans les revues majeures, toutes anglophones ; mais elles font à coup sûr beaucoup pour que l’économie arrive jusqu’aux décideurs ou aux mouvements sociaux5 .

Que font les historien.ne.s de ce moyen de diffusion ? Parmi les plus fréquentés des carnets Hypothèses, deux parlent d’histoire, mais en s’adressant de l’intérieur du métier d’une part aux enseignant.e.s du secondaire (Aggiornamento hist-geo, près de 70 000 visiteurs différents en janvier-août 2014), d’autre part aux chercheur.se.s en formation (Devenir historien-ne, presque 83 000). Mais un carnet plus récent a connu un succès plus net encore (plus de 97 000) : rédigé en anglais, édité par trois historiennes en poste aux États-Unis, en Allemagne et au Canada avec de nombreux autres contributeurs, The Recipes Project a beau être sous-titré de façon attirante « Food, Magic, Science, and Medicine », il s’agit bien d’un carnet d’histoire. Le public est certainement composé en bonne partie de personnes souhaitant mettre ces recettes en pratique, mais les renvois bibliographiques et présentations précises de manuscrits sont là aussi pour qui s’y intéresse. Le billet le plus lu pour la période (près de 45 000 vues) ne contient d’ailleurs pas de recette, mais se présente comme… un exercice de critique des sources à propos d’Attalus III, roi de Pergame connu pour ses compétences pharmacologiques. Un peu moins fréquenté (plus de 42 000 visiteurs différents tout de même), Criminocorpus relaie un effort important, soutenu par le CNRS, pour regrouper guides et éditions de sources, bibliographies et actualité de la recherche sur l’« histoire de la justice, des crimes et des peines ». Ici, le lectorat est différent : plutôt régulier qu’amené vers un billet en particulier par des moteurs de recherche (aucun billet n’est vu plus de 2 000 fois), il revient même aux billets anciens. Il est sans doute plus proche de la recherche, mais sans doute pas uniquement en histoire – on imagine par exemple qu’on y retrouve des praticiens ou formateurs du monde de la justice.

billetHomosexusParmi les billets les plus consultés, toutes disciplines confondues, sur le portail Hypothèses entre septembre 2013 et août 2014, on trouve, avec plus de 22 000 consultations, un billet datant pourtant de 2009 du carnet Homosexus. Histoire, sociologie et pensée politiques des rapports sociaux de sexe, qui renvoie en réalité lui-même à un article de la revue Clio (également disponible en libre accès) reproduisant le débat sur le droit de vote des femmes en 1944 : anniversaire et militantisme se conjuguent sans doute pour expliquer l’intérêt renouvelé pour ce billet, qui est, encore une fois, la présentation d’une source. Un billet sur la recherche concernant les journaux anciens, en anglais, riche en conseils pratiques et en liens, a reçu plus de 12 000 consultations – à peine plus qu’un troisième billet, très universitaire dans sa forme, qui présentait en anglais un résumé des conclusions d’un livre en français sur la religion hellénistique6 .

On pourrait encore poursuivre ces énumérations en s’intéressant à la mise en ligne d’ouvrages ou chapitres d’ouvrages collectifs, qui commence avec le même succès, mais il n’est sans doute pas nécessaire d’appuyer plus le propos : la micro-histoire n’a pas éloigné les historien.ne.s des publics non universitaires, même si c’est le raccourci que D. Armitage et J. Guldi mettent en avant. Non seulement on peut douter que « la micro-histoire » en soi ait eu un impact aussi large que celui qu’ils lui imputent, mais surtout les focales réduites comme les sujets liés à la vie quotidienne font recette – du moins lorsque leurs auteur.e.s se préoccupent de rendre leurs recherches accessibles, et l’accès concret au texte compte autant ici que la simplification de l’écriture.

Pour comprendre le rapport entre historien.ne.s et publics, il serait surtout intéressant de mieux discuter les incitations différentes, selon les pays et notamment les étapes de la carrière après la thèse, à publier des ouvrages de synthèse ou des blogs. En tout cas, s’il est possible que ces activités soient moins dévalorisées en France qu’ailleurs, elles ne sont certainement pas une obligation de carrière. Force est donc de constater que des collègues s’en saisissent pourtant et rencontrent des publics, entre autres militants, sur des thèmes et en prenant en compte des durées qui défient toute catégorisation simple. L’accès direct aux publications scientifiques et les blogs permettent en outre que ce public soit de plus en plus confronté directement à des sources éditées ou à des monographies très proches des sources, et les statistiques de fréquentation ne montrent pas de sa part une préférence univoque pour les synthèses.

  1. Jablonka Ivan, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus : une enquête, Paris, Le Seuil, 2012. L’accès aux chiffres de ventes des ouvrages en France, au-delà de la pointe des palmarès inaccessible aux sciences humaines et sociales, semble réservé aux professionnels. Les rangs de vente sur Amazon.fr peuvent constituer un indice, mais sont manifestement calculés sur une période très courte []
  2. Bertrand Romain, L’histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident, XVIe-XVIIe siècle, Paris, Le Seuil, 2011, qui a notamment obtenu le grand prix des Rendez-vous de l’Histoire et est rapidement paru en poche ; Lilti Antoine, Figures publiques. L’invention de la célébrité́ 1750-1850, Paris, Fayard, 2014, qui a notamment bénéficié d’une très forte mise en avant dans Télérama []
  3. Il s’agit de thèmes traités en juin 2014. Même si la production et la lecture de ces chiffres mériteraient de longs commentaires, on peut noter que France Culture revendique environ 2 % d’audience et paraît avoir fortement élargi celle-ci à la faveur des podcasts, La fabrique de l’histoire faisant partie des émissions qui en bénéficient le plus, avec près de 250 000 téléchargements revendiqués en 2012, soit 5 % de ceux de la chaîne. []
  4. Les statistiques d’OpenEdition sont publiquement accessibles à l’adresse http://logs.openedition.org/ ; j’ai utilisé ici en complément un accès à des statistiques plus fines qui m’a été ouvert par l’équipe (je dois préciser que je suis présidente du conseil scientifique d’OpenEdition). Les modes de calcul étant différents, il n’est pas pertinent de les comparer directement à celles de Cairn. La question reste évidemment de ce que veut dire la « consultation » d’un article universitaire sur lequel une lectrice arrive depuis un moteur de recherche (même si on met une barre, par exemple à 30 secondes au moins passées sur la page) : on ignore à quel point elle aura lu, compris, etc. – on peut du reste dire la même chose des livres achetés ou empruntés… C’est plutôt de chances de rencontre entre des lecteurs et des textes que l’on parle ici. Les articles cités dans ce paragraphe sont : Austin Gareth, « Développement économique et legs coloniaux en Afrique », Revue internationale de politique de développement, traduit par Emmanuelle Chauvet, 2010, n° 1, pp. 11 36 ; Mukminova Raziya, « Le rôle de la femme dans la société de l’Asie centrale sous les Timourides et les Sheybanides », Cahiers d’Asie centrale, traduit par Alié Akimova, 1997, n° 3/4, pp. 203 212 ; Charlery Christophe, « Maisons de maître et habitations coloniales dans les anciens territoires français de l’Amérique tropicale », In Situ. Revue des patrimoines, 2004, n° 5 ; Roland Isabelle, « L’étude des charpentes comme élément de datation du patrimoine rural : l’exemple genevois », In Situ. Revue des patrimoines, 2008, n° 9. []
  5. Sur la pratique du blogging en général et ses liens avec la vulgarisation, voir ce billet particulièrement riche d’un professeur d’économétrie : Charpentier Arthur, « Πάντες ἄνθρωποι τοῦ εἰδέναι ὀρέγονται φύσει », Freakonometrics, 13 mai 2014. []
  6. Hillgaertner Jan, « Being new in the field: Current projects in newspaper history », newspaperhistory, 20 juin 2013 ; Paul Stéphanie, « Cos: A Typical Example of Hellenistic Religion? », Anathema, 9 octobre 2013. []

7 réflexions au sujet de « L’histoire et ses publics : une question d’historiographie ou de modes de diffusion ? »

  1. Ping : Pourquoi il faut distinguer clairement les archives ouvertes et l’édition électronique ouverte | L’Édition électronique ouverte

  2. Ping : Quel est le problème de l’History Manifesto ? | ParenThèses

  3. Eliane Daphy

    Il existe une collection « Archives ouvertes de l’Histoire » sur Hal. Elle moissonne automatiquement les documents et références tagués par les déposants comme étant des publications rattachées à la discipline « histoire », depuis les différentes sous-archives de Hal.

    https://hal.archives-ouvertes.fr/AO-HISTOIRE

    Avec la mise en place de « Hal-V2 », la collection rencontre quelques (petits) soucis de moissonnage et présentation… mais il est cependant possible d’y trouver de nombreuses publications en accès libre (thèses, chapitres d’ouvrages, articles dans les revues, ouvrages, etc.).

    Bonnes recherches

    Eliane Daphy

    Répondre
  4. Émilien Ruiz

    Paul « Médiévizmes » Bertrand revient lui aussi sur ces questions dans une série de trois billets :

    – Autour de « History Manifesto » – 1. une affaire de « comm »

    En octobre 2014, est donc paru aux Etats-Unis, aux prestigieuses Cambridge University Press, un petit brûlot –ou du moins un ouvrage qui se veut tel- intitulé avec une certaine audace History Manifesto, par deux historiens contemporanéistes, David Armitage et Jo Guldi1. C’est un essai court et percutant, comme savent en écrire les savants américains, construit autour de quelques idées-clé : l’historien n’est plus écouté par le monde des décideurs qui tendent désormais l’oreille vers les économistes et les sociologues. Or…(Lire le billet)

    – Autour de « History Manifesto » – 2. caricaturer ou catalyser?

    Je n’ai pas l’intention de clouer au pilori History Manifesto en l’accusant à mon tour des défauts déjà relevés par les autres recenseurs, même si une lecture attentive m’a convaincu de leur pertinence. J’en évoquerai quelques-uns, me contentant de suivre les réflexions francophones. Claire Lemercier a ainsi évoqué les problèmes liés à l’interprétation des corpus de données utilisés (ou non) par les auteurs pour nuancer fortement le discours de Guldi et Armitage sur la longue durée, soi-disant délaissée selon eux: cet abandon de la longue durée est tout sauf évident pour elle et les raisons pour lesquelles certaines enquêtes sont plus sévèrement délimitées chronologiquement que d’autres tiennent avant tout à des contingences multiples et non à une adhésion à une forme de « micro-histoire »… (Lire le billet)

    – Autour de « History Manifesto » – 3. les données sont-elles « le pain de l’historien »?

    La masse des archives est une des justifications sur lesquelles Guldi et Armitage construisent leur argumentation. « Archives » est un mot qui revient sans arrêt de manière négative, dans History Manifesto, tandis que « data » est son pendant positif. Les deux faces de Janus. Les archives semblent une déclinaison péjorative de la source, pour les deux auteurs. Selon eux, c’est parce que les étudiants vont se perdre dans leurs sources –dans leurs « archival sources » donc– qu’ils ne pourront avoir cette big picture tellement importante (p. 38). Un historien qui approfondit une source d’archive à la fois, comme Geoff Eley et tous ceux de sa génération, dans les années soixante-dix, cela sonne comme un glas désespérant, à lire Guldi et Armitage…(Lire le billet)

    Répondre
  5. Serge Noiret

    Merci Claire d’avoir commenté à chaud ce pamphlet D’Armitage et Guldi du point de vue de l’ouverture potentiellement publique de l’histoire grâce au monde de l’accès ouvert et des blogs. Néanmoins ce qui manque totalement dans ce manifeste américain -et c’est très certainement une critique majeure- c’est l’absence totale d’une quelconque référence à la discipline académique et publique de la « public history » née en Grande-Bretagne à Oxford fin des années ’60 et ensuite institutionnalisée aux USA à l’UCLA Santa Barbara dans la seconde moitié des années ’70. La Public History n’est pas seulement les historiens dans les médias, c’est beaucoup plus. Ce sont des réflexions théoriques qui se développent sur des pratiques -parfois appelée « applied history » ou histoire appliquée- aujourd’hui touchent beaucoup le domaine de l’histoire digitale ou de la digital public history. On peut accepter que les Français ou les Européens continentaux oublient cette discipline ou ne la connaissent pas, mais il est incroyable que des américains puissent parler du rôle public de l’histoire et des historiens sans se référer aux très nombreux programmes académiques made in USA et aux activités, depuis presque quarante ans, de la National Coalition for Public History pour promouvoir l’histoire publique. Aujourd’hui il existe même une Fédération Internationale pour l’Histoire Publique (IFPH-FIHP) qui a migré son blog sur hypothèses.org et a dédié sa première conférence internationale à l’Université d’Amsterdam en octobre 2014 à la Digital Public History et qui sera présente à Jinan en aout 2015 pour sa 2ème conférence internationale avec ses propres ateliers et table-rondes organisés comme commission interne de la CISH (Commissione Internationale des Sciences Historiques).
    Il y a eu une importante conférence à l’Université Catholique de Louvain sur l’Histoire Publique, un champ disciplinaire discuté dans la revue Le Débat fin 2013 et en français dans le livre ainsi intitulé et dirigé par Guy Zelis en 2005. La conférence a eu lieu en mai dernier –annonce Calenda– avec la participation d’éminents historiens français comme Henry Rousso et Pierre Nora et d’un historien public parisien qui fait de la « public histoire » depuis plus de trente ans come Félix Torres. (http://www.uclouvain.be/cps/ucl/doc/ir-inca/images/dEpliant_web.pdf) Des programmes de Public History sont nés en Suisse, en Allemagne, en Belgique, en Hollande outre bien entendu en Irlande et Grande Bretagne. Bientôt ils seront créés en Italie et, on l’espère, aussi en France. Donc, au-delà de certaines réflexions sur histoire globale-micro-histoire-histoire locale, ce petit livre est biaisé dès le départ et ne tient compte nullement des nombreuses discussions épistémologiques sur usages publics du passé et surtout histoire publique comme capacité de rencontrer des publics différents et de travailler avec eux à la reconstruction du passé. Donc élargissons le débat à des acquis décennaux de la public history et à des champs disciplinaires en pleine croissance et qui mettent les préoccupations mentionnées dans votre billet au centre meme de leurs activités. D’ailleurs une récente table-ronde à l’EHESS a questionné le rôle public de l’histoire (publique) digitale et son influence sur l’histoire tout court sans que, bien entendu, on ne définisse là aussi la présence épistémologique et pratique de la « public history ». (Je renvoie au blog « La boîte à outils des historiens » : http://www.boiteaoutils.info/2014/11/le-numerique-un-defi-pour-lhistoriographie/)

    Serge Noiret
    Président de la IFPH-FIHP
    dph.hypothèses.org

    Répondre
    1. Claire Lemercier

      Merci Serge – je n’en ai pas parlé en effet mais ce n’est pas par manque d’intérêt. (c’est juste qu’il y aurait tellement à écrire sur tous les points de ce « manifeste »…). C’est en effet particulièrement étonnant que quelque chose qui se définit comme « anglo-américain » (et même « anglo-saxon » avant que les Annales leur suggèrent d’enlever ces mots dépourvus de sens) ignore la public history…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *