Des dossiers de carrière aux sources construites : les entretiens biographiques

Ce billet méthodologique prolonge une récente contribution à Devenir historien-ne, centrée sur l’usage des dossiers de carrière dans l’histoire des enseignantes d’Éducation physique et sportive. Après l’étude de dossiers administratifs, notre recherche s’est en effet poursuivie sur la base de questionnaires mais aussi et surtout, d’entretiens biographiques.

Un corpus oral construit en plusieurs temps

Lettre de présentation, Questionnaire parcours d'enseignant-e-s

Lettre de présentation, Questionnaire parcours d’enseignant-e-s (cliquez pour agrandir)

Pour construire notre corpus oral, nous avons bénéficié, au-delà des contacts personnels noués lors d’un travail de master1 , du soutien du Syndicat National de l’Éducation Physique (SNEP) ainsi que de l’Association des Enseignants d’EPS (AEEPS)2. Ce syndicat disciplinaire ainsi que cette association de spécialistes ont diffusé par le biais de leurs listes privées, sites internet, fils d’informations et bulletins retraité-e-s – et ce à plusieurs reprises – un appel à compléter un questionnaire.

Au regard des modes de diffusion utilisés, quelques précautions s’imposent concernant la représentativité du corpus. Avant même de recevoir les éventuelles réponses, plusieurs hypothèses pouvaient être avancées sur les caractéristiques du public touché : plutôt syndiqué et donc masculin, plutôt passé par une formation dans les Écoles Normales Supérieures d’EPS (ENSEPS) et donc professeur, ayant l’habitude de l’outil internet et donc plutôt jeune, ou parmi les plus ancien-ne-s plutôt diplômé. Ce public risquait donc de minorer les statuts enseignants les moins favorisés, les individus les plus âgés et, problématique pour notre objet d’étude, les femmes.

Pour limiter ces biais, outre la diffusion numérique de l’appel, nous avons réalisé 202 envois manuscrits auprès de 151 femmes et 51 hommes de plus de 25 ans d’ancienneté sur les listes de l’AEEPS, à l’aide d’un échantillonnage aléatoire au sens statistique3 . Les biais liés à la prédominance d’un corps professoral formé à l’ENSEPS n’étaient pas ici dépassés, mais l’attention portée aux femmes permettait de réduire leur invisibilité. Au terme de ces différents appels, nous avons récolté 260 questionnaires, à raison de 145 femmes pour 115 hommes, motivés par la perspective de partager leur mémoire au service d’une histoire de l’EPS à l’intérieur de laquelle acteurs et actrices prennent toute leur place.

La constitution du corpus oral, suivant la règle de diversification sans dispersion4, a alors privilégié le représentant au représentatif. Ainsi le parti pris a-t-il été de solliciter une entrevue avec des individus dont les informations sociales, professionnelles et familiales laissaient transparaître des expériences contrastées. Nous avons mené plusieurs entretiens approfondis – un à cinq, deux le plus souvent, pour chaque personne rencontrée – avec 16 enseignant-e-s d’EPS : 12 femmes et 4 hommes5 .

Au final, le corpus oral est constitué de 35 entretiens individuels, dont la durée globale représente près de 72 heures d’enregistrement, pour 1 387 pages de retranscription qui respectent à la fois la parole immédiate et l’orthodoxie grammaticale du matériau produit.

La conduite des entretiens : une « improvisation réglée »

Certes, il ne s’agit ici que d’une poignée d’individus, ce qui peut faire douter de leur représentativité. Mais en faisant du « retour de l’acteur »6 le cœur de nos préoccupations, nous souhaitions avant tout rendre compte de la complexité des parcours, au sein d’une « histoire vue d’en bas ».

Carnet d'entretien, Guide pour amorcer l'entretien

Carnet d’entretien, Guide pour amorcer l’entretien (cliquez pour agrandir)

La conduite des entretiens s’est ainsi fondée sur la volonté de dépasser certains biais, propres à la méthodologie employée, soumettant en partie les interlocutrices à l’influence de l’enquêteur. Aussi avons-nous opté pour une interaction la moins directive possible, loin des guides d’entretiens stricts, mais à partir de quatre questions centrées sur l’environnement familial7 , le temps des études8 , le parcours professionnel9 et le bilan d’une vie10 . De cette façon, nous espérions avancer selon une approche inductive guidée par le principe d’étonnement et l’attrait des informations inattendues. Les manifestations de surprise à l’issue des entretiens étaient régulières de la part des enquêtées, d’abord satisfaites d’avoir pu « se » raconter, puis inquiètes de n’avoir pu déceler dans nos relances des préoccupations figées auxquelles elles auraient dû se conformer. Or notre obsession était justement d’atteindre cet état d’introspection, duquel ni l’interlocutrice ni l’enquêteur ne ressortent véritablement indemnes. Il est vrai que la réalisation d’un second entretien, voire davantage, a favorisé le retour, par le passage du non-directif au semi-directif, sur des éléments délivrés trop rapidement ou sur des expériences sociales et sexuées tout juste esquissées. Au final, la « liberté » de discours souhaitée a permis de tisser des liens insoupçonnés, notamment entre les parcours professionnels et les parcours familiaux, auxquels des hypothèses « plaquées » a priori n’auraient probablement pas permis d’accéder.

Conçu comme un rapport interpersonnel, chaque entretien ne pouvait donc être que variable au gré des rencontres, telle une « improvisation réglée » susceptible de produire des effets de connaissance particuliers11 . En effet, la validité du matériau exige qu’il corresponde à l’objet étudié, sans qu’il n’y ait de trop grandes variations entre les interlocutrices. Plutôt que d’ignorer les schémas à l’œuvre dans la structure de l’entretien, il est ainsi nécessaire d’en avoir conscience. Simultanément, la fiabilité suppose que le matériau corresponde à ce qui est réellement pensé, d’où la liberté discursive prônée et l’invitation à « se » raconter. Chaque entretien a été conduit selon une démarche interactive, sur le ton de la conversation, tout en veillant à maintenir les rôles complémentaires : l’enquêteur pose des questions, l’interlocutrice livre ses représentations. Mais indépendamment de la technique, les entretiens les plus riches sont davantage liés à la capacité de susciter la confiance des témoins12 . Tel a été notre souci, chaque détail étant réfléchi : se présenter en tant que jeune collègue enseignant d’EPS13 , être disponible au moment et lieu désiré, prendre le temps de la discussion, être patient pour lancer l’enregistrement, adopter une attitude détendue, se positionner de trois-quarts pour ne pas symboliser le défi, écouter attentivement, parler sincèrement, chercher l’empathie, rire, sourire, rassurer quand la mémoire faisait défaut. Car tout dépend de la nature du rapport instauré : « Une certaine familiarité peut vaincre les résistances et libérer au contraire un désir refoulé de parler de soi, dans le plaisir d’être prise au sérieux et, enfin, sujet d’histoire »14 .

Des parcours de vie reconstruits a posteriori

Carnet d'entretien, Guide du premier entretien avec Annick Davisse, Questions prioritaires, p. 1

Carnet d’entretien, Guide du premier entretien avec Annick Davisse, Questions prioritaires, p. 1 (cliquez pour agrandir)

L’espace temporel ouvert par la mémoire de nos interlocutrices s’étend bien au-delà des bornes chronologiques (1941-1989) de notre thèse. Par l’oralité, nos interlocutrices ont en effet confié des représentations présentes sur leur vie passée, qu’elles reconstruisaient a posteriori.

L’ordre des questions, du milieu d’origine à la carrière menée, a d’ailleurs invité au retour sur soi par l’approche biographique. Mais peut-on raconter une vie autrement que dans son déroulement, en commençant fatalement par l’enfance ? Philippe Lejeune répond par l’affirmative. Selon lui, le sens du récit n’est pas seulement à chercher du côté de la chronologie, mais également dans les liens logiques développés par un projet personnalisé15 . L’analyse des sources orales devait donc permettre de comprendre la façon dont les enseignantes d’EPS assumaient ou suggéraient, de façon variée, une capacité d’action que nous leur reconnaissons. Ainsi notre réflexion s’est-elle centrée sur des pensées flottantes ou fixées, révélatrices de rôles choisis ou assignés, mais aussi de mémoires diversifiées.

Or les mémoires se heurtent à la conception scientiste des sources écrites. Alors que la discipline historique s’établit sur le passé, la confrontation, la rationalité, l’objectivité, les sources orales suscitent la méfiance par la mise en jeu de mémoires présentes, sélectives, individualisées, chargées d’affectivité et de subjectivité. Il est vrai que toute expérience vécue interfère sur la manière de restituer le passé, les témoignages traduisant moins du factuel que des représentations portées sur les parcours. Pour satisfaire l’objectivité historique, nous avons eu recours aux dossiers de carrière comme autant de contrepoids. Le croisement des sources a ainsi favorisé l’élaboration d’un raisonnement structuré par une seule et même réalité, appréhendée sous des éclairages confrontés.

L’usage de trois carnets d’entretien, entièrement noircis par notre plume et dans lesquels sont consignées nos impressions – « avant », « pendant » et « après » chaque entretien –, a également participé de cette ambition critique. Pour chaque entretien, nos impressions ont été soigneusement notées, du premier contact noué par téléphone au dernier signe d’au-revoir sur le pas de la porte. Outre l’approche critique du rapport entre enquêteur et enquêtée, ces carnets ont facilité la confrontation de la parole enregistrée et de l’expression corporelle observée durant les entretiens. Il ne s’agissait pas de déposséder de leurs paroles les enseignantes d’EPS rencontrées, mais de lever les possibles conflits d’interprétation de leurs propres histoires. À plus d’un titre, ces carnets d’entretien constituent un matériau riche, dont le précieux contenu pourra être revisité au-delà de notre travail de doctorat.

La critique méthodologique, pour l’objectivité scientifique

Au terme de notre précédente contribution, nous présentions quelques exemples tirés des encarts méthodologiques qui parcourent notre manuscrit de thèse. Nous souhaitons ici renouveler la démarche, en centrant cette fois notre propos sur les années 1960 et 1970.

Carnet d'entretien, Impressions « pendant l’entretien », Les relances

Carnet d’entretien, Impressions « pendant l’entretien », Les relances (cliquez pour agrandir)

Concernant l’analyse des parcours sociaux, notre recherche a dévoilé des représentations distinguées en deux ensembles. Pendant qu’Annick Davisse et Henri V. ont souligné la prégnance de la guerre d’Algérie dans leurs expériences sociales, étudiantes et politiques, Josiane B. a de son côté insisté sur des revendications sexuées inscrites dans la mouvance de mai-juin 1968. Dans les deux cas, il s’agissait d’appréhender des représentations sélectives, voire passionnelles eu égard à la teneur mémorielle des séquences historiques. Les ruptures pointées, hétérogènes et individualisées, ont ainsi permis de reconstruire un passé non linéaire, au fondement de mémoires « générationnelles ». Parallèlement, les entretiens ont mis en lumière des parcours sociaux ascendants, à contre-courant des analyses faisant du milieu d’origine et de l’institution scolaire deux piliers de la reproduction sociale et culturelle. Ayant en commun une formation passée par l’ENSEPS, Monique D., Mireille Avisse et Chantalle16 M. n’ignorent pas le prestige de cette structure. Aussi ont-elles pu insister sur la modestie de leurs origines sociales pour mettre en exergue leurs tournants biographiques. Leurs parcours ont ainsi rappelé, face au processus d’« embourgeoisement » traditionnellement décrit à compter des années 1960, l’histoire d’une corporation originellement populaire. Il n’en reste pas moins que le récit de leurs mobilités sociales alimente la construction d’une mémoire professionnelle, dont l’écueil est de flirter avec les mécanismes constitutifs d’un récit « corporatiste » fait de croyances collectives.

Pour ce qui est des parcours professionnels, leur analyse a souligné l’importance de varier les angles d’approche. Utiles pour l’analyse du métier tel qu’il est représenté, les entretiens se sont avérés indispensables pour atteindre l’espace des ambitions intimes. Capital pour comprendre les choix comme les contingences, le corpus oral a également constitué un matériau privilégié pour extraire de la chape de plomb des enseignantes d’EPS connues pour leurs travaux, ordinaires par leurs silences, mais aussi incompréhensiblement demeurées invisibles au regard de leurs parcours. Sans redondance avec ses écrits qui font aujourd’hui autorité en EPS, Annick Davisse a livré d’inédites informations sur la prise en compte des filles et des garçons au début de sa carrière. Jacqueline B. a de son côté apporté des regards nuancés sur la mixité, tel un écho aux opinions restées enfermées dans l’anonymat de la communauté. Odette Jullien et Yvonne De Rette, entre autres, ont confié ces précieux témoignages de femmes directrices, inspectrices ou formatrices, ayant évolué dans des domaines masculins. Mais le risque était grand d’adopter un regard complaisant, forme de subjectivité dépassée par les affinités tissées durant les entretiens. Aussi l’étude des dossiers de carrière s’est-elle imposée pour confronter les représentations sur la réalité du métier et des carrières. Ce contrepoids administratif s’est révélé pertinent pour renverser la perspective, ainsi que l’illustrent les « rapports d’inspection » qui, selon l’angle, peuvent être entendus comme le point d’arrivée d’un avis reçu, ou comme le point de départ d’un jugement donné.

Carnet d'entretien, Impressions « après l’entretien », Le microphone s’éteint

Carnet d’entretien, Impressions « après l’entretien », Le microphone s’éteint (cliquez pour agrandir)

De même pour les parcours familiaux, les entretiens ont introduit le point de vue des enseignantes d’EPS, dont les représentations témoignaient à la fois de volontés personnelles et de stéréotypes sexués. Parmi d’autres, Chantalle M., Mireille Avisse, Françoise L., Henri V. ont abordé les leviers de l’appropriation d’une vie à soi. Jacqueline B., Yvonne De Rette, Jean Zoro ont simultanément interrogé la prégnance d’une vie pour autrui. Chaque individu, selon des configurations propres, a ainsi montré comment se construisait l’expérience familiale, entre des choix intrinsèques et des structures pesantes. Or en terme d’intimité, regarder en arrière est une entreprise difficile, douloureuse parfois et, à bien des égards, délicate à communiquer. Aussi la reconstruction a posteriori des parcours familiaux a-t-elle laissé dans l’ombre des contraintes trop peu dicibles pour être confiées. Le rapport de confiance instauré avec le témoin n’y change rien. L’intime profond est susceptible de demeurer tu, ancré en soi à tout jamais. Tracer le bilan d’une vie familiale n’a d’ailleurs rien de gratifiant pour l’estime de soi, quand il s’agit de dévoiler des situations ressenties comme des échecs. Afin de ne pas glisser vers l’illusion de représentations enjolivées durant les entretiens, les dossiers de carrière se sont imposés comme sources complémentaires. Les « correspondances » d’enseignantes d’EPS ont alors modéré les traits de l’émancipation et rappelé la permanence des assignations de genre. Les « correspondances » administratives, de même que les rapports sur des enseignantes d’EPS « marginalisées », ont également montré combien l’encadrement moral restait marqué – et marquant – au cours des années 68.

 *

*      *

C’est finalement par la confrontation de multiples représentations, celles des entretiens, des dossiers et de leurs langages respectifs, que les choix singuliers de femmes actrices de leurs propres carrières tout comme la réalité de parcours hétéroclites ont émergé dans notre travail de thèse. Derrière le discours « orienté », l’« impartialité » et l’« objectivité » administrative des dossiers de carrière a ainsi surgi le vécu de femmes tel qu’elles le livraient oralement, avec « spontanéité », « authenticité » et « subjectivité ». En somme, les entretiens biographiques ont révélé des représentations communes ou divergentes, d’expériences individuelles et collectives, reconstruites a posteriori. Notre corpus de sources examiné, les diverses approches de notre sujet ayant par ailleurs été dessinées, le récit de l’histoire des enseignantes d’EPS entre 1941 et 1989, de la séparation à la mixité des recrutements, peut maintenant commencer. Gageons que notre travail de doctorat, récemment soutenu, se transforme prochainement en ouvrage…

  1. SZERDAHELYI Loïc (2007), La mixité en EPS. Regards de professeures d’EPS sur les années 1960 et 1970, Mémoire de master 2 recherche en sciences du sport, Université Lyon 1 []
  2. Aujourd’hui nommée : Association pour l’Enseignement de l’EPS. Cette association est historiquement issue de l’Amicale des anciens élèves de l’École Normale Supérieure d’Éducation Physique []
  3. LEMERCIER Claire et Claire ZALC (2008), Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, pp. 24-33 []
  4. BLANCHET Alain et Anne GOTMAN (2005, 1992), L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Paris, Armand Colin, pp. 54-55 []
  5. Ces femmes et ces hommes sont connus dans le champ professionnel de l’EPS, anonymes ou souhaitent le demeurer. Un « pacte d’entretien » a été co-signé pour toute citation nominative []
  6. TOURAINE Alain (1984), Le retour de l’acteur, Paris, Fayard []
  7. « Avant que l’on aborde votre parcours professionnel, j’aimerais que vous me racontiez votre environnement familial, votre vie dans votre famille » []
  8. « Pour continuer, j’aimerais que vous me parliez de votre parcours scolaire, de vos études » []
  9. « Si vous le voulez bien, nous pouvons maintenant échanger sur votre parcours professionnel. Racontez-moi les différentes étapes de votre carrière » []
  10. « Aujourd’hui, que pensez-vous de votre parcours ? » []
  11. BLANCHET Alain et Anne GOTMAN (2005, 1992), op. cit., p. 22 []
  12. BEAUD Stéphane et Florence WEBER (2003, 1997), Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte, p. 208 []
  13. « La représentation que l’interviewé a de l’interviewer est plus rassurante quand ce dernier peut être considéré simultanément comme quelqu’un de différent et de proche, quand par exemple, interviewer et interviewé sont de sexe et d’âge différents et que par ailleurs l’interviewer est comparé ou assimilé à une personne proche de l’interviewé » : BEZILLE Hélène (1985), « Les interviewés parlent », in BLANCHET Alain et al. (dir.), L’entretien dans les sciences sociales. L’écoute, la parole et le sens, Paris, Dunod, p. 127 []
  14. PERROT Michelle (1998), Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, p. 19 []
  15. LEJEUNE Philippe (1996, 1975), Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, pp. 204-207 []
  16. Orthographe de son prénom à l’état-civil []

Cette entrée a été publiée dans Éducation physique et sportive, Genre, Histoire des femmes, Histoire Orale, Orales, Sources, et marquée avec , , , , , , le par .

À propos Loïc Szerdahelyi

Professeur d’EPS en Seine-Saint-Denis, Loïc Szerdahelyi a soutenu le 11 juin 2014 une thèse de doctorat en STAPS et Histoire, à l'Université Lyon 1, sous la co-direction de Michelle Zancarini-Fournel et Philippe Liotard. Ses travaux se centrent sur les femmes enseignantes d’EPS, en France, de la séparation à la mixité des concours de recrutement (1941-1989). Au-delà de questionnements portés sur les processus d’adhésion et d’intégration des femmes à un métier historiquement masculin, il propose d'appréhender la diversité des parcours de vie au regard d'expériences sociales, professionnelles et familiales. Il met ainsi en récit une histoire sociale genrée des enseignantes d’EPS, à l’interface de plusieurs historiographies : histoire du sport et de l’éducation physique, histoire des femmes et du genre, histoire de l’éducation et de la mixité.

Une réflexion au sujet de « Des dossiers de carrière aux sources construites : les entretiens biographiques »

  1. Saint-Martin Jean

    Bonjour Loïc,
    Je cherche à te joindre pour te proposer une conférence à Strasbourg.
    Peux-tu me donner ton mail, STP ?
    Je pars le 2 août prochain pour les USA et je n’en rentre que le 22 août.
    L’idée serait de t’inviter à Strasbourg en décembre dans le cadre de la prépa CAPEPS et AGREG externe d’EPS.
    Bien à toi

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *