3 ans et demi, 100 billets, 726 000 visites

Devenir historien-ne a eu trois ans et demi le 25 janvier 2015. Depuis le premier bilan et le « sommaire – v.1 » au terme de la première année, le temps est venu d’en dresser un nouveau.

Fréquentation du blog et contenus les plus visités

L’accroissement quasi exponentiel du nombre de visites et de visiteurs uniques est un véritable encouragement :

Fréquentation 2011-2015

Fréquentation du carnet depuis sa création (source : données AWstat)

Alors que la régularité des publications des billets a sans conteste laissé un peu à désirer, thèse/post-doc/campagnes de recrutement obligent…, votre fidélité au carnet ne s’est pas démentie.

Ce sont au total 100 billets qui ont été publiés à ce jour, tout types confondus (y compris les annonces diverses et les brèves).

De janvier 2014 à janvier 2015, l’examen du trio de tête mensuel des billets les plus lus fait apparaître une certaine permanence du succès des conseils méthodologiques :

1)  « Comment citer un ouvrage, un article ou un chapitre d’ouvrage collectif ? » se place en tête des visites douze mois sur treize (il passe 2e une fois).

2) « Comment (et pourquoi) écrire un projet de recherche ? » est le second billet le plus lu dix mois sur les treize (il passe 1er une fois, et 3e deux fois).

Moins régulièrement, mais à plusieurs reprises, on trouve :

3) « Comment (et pourquoi) écrire un compte rendu de lecture ? » à trois reprises (une fois 2e, deux fois 3e)

 4) « Vous l’avez écrit ? Eh bien soutenez-le maintenant… » à deux reprises (une fois 2e, une fois 3e)

5) « Comment citer un document d’archives, une thèse ou un mémoire ? », 3e à deux reprises

Enfin, les nouveaux billets se hissent généralement parmi les trois billets les plus lus de leur mois de publication. En 2014, par ordre chronologique cette fois :

6) « Premiers pas à la Bibliothèque nationale de France » (3e en mars)

7) « Ce que la mise en ligne fait aux archives : à propos d’un MOOC » (3e en avril)

8) « Devenir carnetiers ? Premier retour d’expérience » (3e en juillet)

9) « Les historiens, Vichy, Gramsci et Zemmour : l’erreur de perspective » (2e en octobre)

10) « Y aller ou pas ? Retours sur une expérience télévisuelle » (3e en novembre)

11) « L’histoire et ses publics : une question d’historiographie ou de modes de diffusion ? » (3e en décembre)

Contributrices et contributeurs

L’une des principales évolutions du carnet à consisté en une croissance importante du nombre de contributrices et de contributeurs du carnet. Hors « quelques question à… », à ce jour ils sont 32 à avoir rédigé au moins un billet, seuls ou à plusieurs, pour Devenir historien-ne. Vous en trouverez la liste à la page « Qui sommes-nous ? ».

C’est une évolution notable du carnet, non seulement pour le nombre, mais aussi pour la diversité des profils. À sa naissance, Devenir historien-ne ambitionnait principalement de faire intervenir des étudiants en Master et doctorants. Aujourd’hui on trouve tout type de profils, des post-docs aux chercheurs confirmés, mais peut-être un peu moins de masterant-es – probable effet de mon éloignement (provisoire) des enseignements à ce niveau depuis 2013.

Il faudra y remédier d’ici le prochain bilan… Avis aux volontaires !

Évolution des contenus

Depuis le dernier bilan, deux rubriques ont fait leur apparition dans les colonnes de Devenir historien-ne.

La première « Blog & Carnets » est née en décembre 2012 pour vous faire découvrir la variété des possibilités offertes par le blogging scientifique en histoire. Rédigés par les auteurs des carnets présentés, ces billets visent à dépasser le simple signalement ou compte-rendu par des retours d’expériences sur l’utilisation des blogs pour l’enseignement et/ou la recherche en histoire.

La seconde, « Interventions/Débats » est nettement plus récente. Née à l’occasion d’une polémique médiatique autour d’un ouvrage – dont je m’économise la citation et donc vous pouvez vous économiser la lecture… – elle a été l’occasion de poser quelques (modestes) jalons d’une réflexion sur le rôle des historiennes et historiens dans le débat public, à l’opportunité de leur participation à des émissions de télévision et plus généralement, à l’importance de la vulgarisation… Débats parfois amorcés et/ou poursuivis sur Twitter autour du rôle que jouent ou devraient jouer les carnets de recherche à ce propos (voir par exemple ici, par votre serviteur, et par Thomas Reyser).

On en parle / Médias sociaux

Plusieurs services de documentation, bibliothèques universitaires ou cours de méthodologie nous font l’honneur de référencer Devenir historien-ne – souvent aux côtés de sa grande sœur… La boîte à outils des historiens – parmi les ressources utiles à leurs étudiants (à Besançon, Bordeaux, Lyon, Pau, Paris 1, Rouen, Toulouse, etc.). Je l’avais déjà signalé en 2012 : le carnet figure aussi parmi les signets de la BnF. Il faut ajouter les signets du Cerimes (qui recense les liens sélectionnés par les bibliothèques universitaires) et l’URFIST de Paris dans le cadre de l’atelier « Les boudoirs de l’historien(ne) ».

AnthologieASP-2013En 2013, un billet du carnet (« à propos des sources« ) a été sélectionné pour figurer dans l’anthologie de blogues francophone publiée par l’Agence Science-Presse aux éditions multimondes.

Créés depuis peu à l’occasion de la publication du premier bilan, les comptes de Devenir historien-ne se sont bien développés sur Twitter et Facebook, plus ponctuellement sur Google Plus…). Vous pouvez donc rejoindre les 1 855 followers de @devhist et/ou ajouter votre like aux 1 023 précédents… Sur ces comptes, vous pourrez non seulement suivre l’actualité du carnet, mais aussi une veille plus générale sur l’histoire, la méthodologie de la recherche, l’historiographie, etc.

L’avenir…

Eh bien il s’agit d’abord de continuer sur cette lancée…

En 2012, j’annonçais le lancement d’une rubrique concernant les parcours « hors-académie » offerts par une formation à la recherche en histoire. Elle n’a toujours pas vu le jour mais reste dans les tuyaux !

Plusieurs billets sont en projet ou déjà en cours d’écriture concernant quelques questions méthodologiques (de la soutenance de thèse à la citation de documents audiovisuels…) et les conditions de recherche (thèses co-tutelle, à l’étranger, etc.).

Je souhaiterais par ailleurs approfondir les publications relatives aux historiographies et sources concernant des objets d’histoire ancienne ou médiévale…. Avis aux volontaires (bis) !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *