L’Agenda du médiéviste : le Moyen Âge en réseau

Billet co-écrit par Nicolas Ruffini-Ronzani (FNRS/UNamur) & Marie Van Eeckenrode (Archives de l’État/UCL)

L’Agenda du médiéviste a vu le jour au printemps 2011 suite à un remaniement du comité de coordination du Réseau des médiévistes belges de langue française (RMBLF)1 .

Pour des raisons qui leur appartenaient, les membres fondateurs du RMBLF souhaitaient transmettre le flambeau à une équipe de jeunes doctorants et post-doctorants, équipe dont nous faisions tous deux partie. Issus d’horizons scientifiques et institutionnels différents, les nouveaux responsables avaient pour tâche de perpétuer certaines (bonnes) traditions instaurées par leurs aînés – l’organisation de journées d’étude selon un rythme biannuel, en particulier –, de mener à bien des dossiers qui n’avaient pu aboutir, et, surtout, de développer leurs propres projets2 . Carte blanche nous était donc donnée pour innover.RMBLF - DEV-HIst 1

L’Agenda du médiéviste : une vitrine pour le RMBLF

D’emblée, la jeune garde a senti la nécessité d’insuffler une nouvelle dynamique au RMBLF en concevant un outil informatique susceptible d’être quotidiennement utile à l’ensemble de la communauté des médiévistes. C’est dans ce contexte qu’a émergé l’idée de créer une sorte de « Calenda du Moyen Âge » : l’Agenda du médiéviste.

Ce blog – car, selon nous, la forme du blog s’imposait – se concevait, et se conçoit toujours, comme une caisse de résonnance, c’est-à-dire comme un moyen de rassembler sur une même plateforme des appels à contribution, des programmes de colloque, des offres d’emploi, des annonces d’exposition et tant d’autres informations dispersées sur un peu plus d’une centaine de sites différents. La recherche de données à publier occupe donc une part considérable du temps que nous consacrons à la gestion du blog. Néanmoins, nous diffusons également des annonces directement transmises par nos lecteurs3 . Concrètement, nous avons fait le choix de nous limiter à la publication de deux annonces par jour (une seule en période estivale). Derrière cette décision, se cachent deux raisons pratiques : primo, la volonté de ne pas noyer nos lecteurs sous un flot de publications ; secundo, celle de ne pas, nous-mêmes, consacrer un temps déraisonnable à la mise en page des annonces.

Initialement développé sous Blogger, avant de passer sous format WordPress (même si la version Blogger n’a pas disparu, pas encore du moins…), le blog a été rapidement couplé à un compte Facebook et à un compte Twitter afin de lui assurer une audience maximale4 . Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ Agenda du médiéviste a rapidement trouvé son public, preuve qu’il comblait un vide dans le paysage scientifique du début des années 2010. Depuis sa création, les statistiques augmentent sans discontinuer. Un tel succès était assez inattendu, il faut le reconnaître. À l’heure où nous écrivons ces lignes – c’est-à-dire durant la seconde quinzaine du mois de septembre 2015 –, nous comptons environ 1100 followers sur Twitter et plus du double sur Facebook. La plupart d’entre eux sont évidemment francophones, mais nous constatons sans déplaisir que le blog est de plus en plus régulièrement consulté en Angleterre et aux États-Unis. Les pays de langue germanique semblent par contre plus rétifs, sans doute parce qu’avec le très efficace H-Soz-Kult, ils disposent de leur propre plateforme. Quant aux annonces, leur succès dépend évidemment de leur potentiel de séduction.
L’Agenda du médiéviste se veut donc un vecteur d’informations, et non un forum entre chercheurs. C’est un regret. Peut-être, sans doute même, aurait-il fallu envisager dès le départ d’ouvrir un espace de débats, que ce soit sur le blog ou en recourant aux outils Facebook et Twitter. Parmi les grands chantiers que nous devrons ouvrir au cours des prochains mois, il faudra nécessairement travailler sur la question de l’interactivité. Dans un contexte politique où les sciences sociales sont de plus en plus menacées, le RMBLF ne doit pas, ne doit plus, à notre sens, se cantonner dans son trop confortable rôle de catalyseur d’informations. Il nous faut désormais prendre position dans les grands débats autour de l’avenir de la médiévistique. Ce sera chose faite prochainement, puisque deux des prochaines rencontres que nous organiserons seront consacrées à des sujets d’une actualité brûlante. L’une, organisée en deux volets avec la collaboration de l’École doctorale HISTAR, se tiendra à Bruxelles en décembre 2015. Elle portera sur la question du financement et de l’évaluation de la recherche ainsi que sur les enjeux de l’édition scientifique en sciences humaines et sociales. L’autre, prévue à Liège en septembre 2016, s’interrogera sur le rôle que les médiévistes doivent jouer dans les (nouveaux) médias.

Bloguer : une activité parmi d’autres au sein du RMBLF

Sans chercher à nous pousser du col, on peut écrire, nous semble-t-il, que l’Agenda du médiéviste a permis de faire connaître le Réseau des médiévistes belges de langue française au-delà des frontières du Plat Pays. Mais, si le blog est une belle vitrine visible depuis l’étranger, il ne constitue qu’une part des activités développées par le RMBLF. À l’échelle nationale, nous organisons tous les six mois des journées d’études, dont les actes ne sont que très rarement publiés. En fait, à travers ces rencontres, notre objectif est avant tout de permettre à des doctorants de « tester » leurs hypothèses de travail devant un public bienveillant. Dans ces circonstances, il n’est pas rare que de jeunes chercheurs fassent chez nous leur première expérience de colloque. Comme nos prédécesseurs, nous avons souhaité donner à ces journées une tonalité très interdisciplinaire, ce qui suppose d’aborder des thématiques relativement vastes (la question de la périodisation, celle du remploi et de la réécriture, etc.) qui reflètent les recherches en cours plutôt qu’elles n’en suscitent.

Dev-Hist - RMBLF 2

Par son dynamisme, la nouvelle équipe dirigeante du Réseau des Médiévistes est parvenue à tisser des liens avec d’autres groupes de recherche ou à renforcer les relations qui l’unissaient déjà avec d’autres sociétés belges ou étrangères. C’est dans ce contexte que des journées d’étude ont été organisées en collaboration avec l’ARC Speculum arabicum de l’Université catholique de Louvain et avec le centre de recherche Pratiques médiévales de l’écrit de l’Université de Namur. Des collaborations plus structurelles ont également vu le jour récemment. Avec nos homologues néerlandophones du Vlaamse Werkgroep Mediëvistiek, tout d’abord. Ensemble, nous organisons périodiquement des activités. Avec le réseau français Ménestrel, ensuite. Nous publions régulièrement des actualités sur leur site Internet, en particulier dans la rubrique consacrée aux prix et aux offres d’emploi. Sauf imprévu, le point d’orgue de notre collaboration avec Ménestrel devrait avoir lieu en septembre 2016, lorsque nous organiserons une rencontre commune autour du thème « Le Moyen Âge dans les (nouveaux) médias : quelle place pour les médiévistes ? ». Il est fort probable que cette collaboration en augure d’autres avec nos collègues français.

RMBLF - Dev-Hist 3

Au printemps et à l’automne, soit peu avant l’organisation de nos journées d’étude, nous publions également une newsletter, la Lettre du Réseau, plutôt à destination du public belge. Au sommaire, nos lecteurs y trouvent généralement l’actualité des dépôts d’archives, les résumés des thèses et une liste des mémoires de fin d’études soutenus durant l’année académique précédente, la présentation d’un groupe de recherche belge ou étranger, ainsi que le résumé des communications des journées d’étude que nous avons organisées. À la différence du blog, il est malheureusement très difficile de mesurer à quel point cette Lettre est réellement lue par le public auquel elle s’adresse… En effet, le RMBLF ne compte pas de membres affiliés, qui s’acquitteraient annuellement d’une cotisation en échange de cette newsletter. La Lettre est librement téléchargeable sur le site Internet du Réseau, et envoyée périodiquement par mail à tous ceux qui en feraient la demande.

Bilan

Il y a cinq ans, le RMBLF entamait sa mue en renouvelant son équipe de coordinateurs. Si, le Réseau a depuis quelque peu évolué, il a surtout gagné en visibilité, grâce, notamment, à la vitrine que constitue son blog. S’investir dans la gestion de l’Agenda du médiéviste est pour nous, ses deux administrateurs, une belle expérience qui offre d’indéniables satisfactions sur le plan personnel. Il y a d’abord celle d’entrer régulièrement en contact avec des médiévistes des quatre coins de l’Europe, lorsque ceux-ci nous sollicitent pour que nous publiions leurs annonces. Les échanges de courriels sont généralement fort brefs, mais ils ont parfois permis d’aboutir à des rencontres qui n’avaient plus rien de virtuel. Il y a, ensuite, la satisfaction d’être utile à la communauté des médiévistes. Le blog ajoute alors une petite tonalité collective à notre travail d’historien, qui, force est de le reconnaître, demeure souvent solitaire. Si l’aventure du blog devait s’arrêter demain, c’est sans doute de cette capacité à avoir fait œuvre d’utilité publique dont nous serions le plus fiers.

  1. Sur un plan institutionnel, le RMBLF se définit comme un « groupe de contact du Fonds National de la Recherche Scientifique». Plomberie institutionnelle à la belge oblige, le RMBLF – francophone comme son nom l’indique – se distingue de son pendant flamand, le Vlaamse Werkgroep Mediëvistiek, avec lequel il collabore très régulièrement []
  2. Dans la pratique, l’un des membres fondateurs du RMBLF a tout de même conservé sa place au sein de l’organigramme. Il s’agit de notre président, Alain Marchandisse (FNRS/Université de Liège), qui continue à jouer le rôle de responsable vis-à-vis du FNRS, notre principal soutien financier []
  3. Pour ce faire, il suffit de nous contacter à l’adresse suivante : info.rmblf [*at] gmail [point*] com []
  4. Le passage de Blogger (gratuit) à WordPress (payant) a demandé un investissement financier de notre part. En optant pour WordPress, nous souhaitions apporter un certain nombre d’évolutions à notre blog. Nous sommes néanmoins conscients que l’outil actuel demeure perfectible. Son format découle en partie du financement minime dont nous disposons []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *