Le jour où j’ai voulu coordonner un numéro de revue…

Il est parfois des idées qu’on aurait aimé ne pas avoir parce qu’elles ont l’air sympa sur papier, mais en réalité c’est une autre affaire… Me voilà donc prêt à vous raconter mon expérience en tant que coordinateur d’un numéro de la revue du centre de recherches dans lequel je travaille à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Comme je ne réalise pas très bien si beaucoup de doctorants ont l’occasion de se frotter à pareille expérience avant leur soutenance/défense, il s’agira ici d’une espèce de « retour d’expérience ».

C’est une riche idée !

Je dois d’abord vous expliquer en deux mots le sujet de ma thèse sinon mon propos perdra un peu de sa substance. Mes recherches doctorales portent sur l’étude du processus législatif dans les Pays-Bas espagnols pour la période allant de 1580 à 1610. Le but principal est d’analyser les différents facteurs qui pouvaient influencer la prise de décision au niveau législatif. Cela revient à étudier les relations entre gouvernants et gouvernés dans la mesure où un projet d’acte législatif peut être soumis tant par un marchand influent que par plusieurs villes qui se sont préalablement consultées en vue de rédiger une requête, par exemple. Il y a donc moyen d’étudier les mécanismes de fonctionnement interne des institutions et, par extension, une certaine quotidienneté du travail de celles-ci. Étudier le processus législatif ne revient pas seulement à voir s’il y a eu des avis, des rapports, des projets et si ceux-ci ont été pris en compte par le gouvernement central. C’est également envisager la publication des actes et donc la « vie » de ceux-ci après promulgation (Y a-t-il des problèmes dans l’application ? Doit-on interpréter certains articles de l’acte à la suite de différends entre parties?)1 . Bref, c’est un sujet un peu hybride entre l’histoire du droit (vu que je traite de législation) et des institutions (vu que je dois un peu maîtriser l’organisation institutionnelle des Pays-Bas espagnols).

Revenons à la revue… Pourquoi diable avoir l’idée de se lancer dans la coordination d’un numéro de revue alors qu’on a déjà une thèse à rédiger ? Il y a grosso modo deux explications. L’une est conjoncturelle, l’autre est davantage historiographique.

L’idée de proposer au sein de mon centre de recherche – le Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHiDI) – un numéro centré sur le phénomène législatif au début des temps modernes s’inscrivait dans la logique de réorganisation de la revue. On allait faire table rase du format papier (initiée dès la création du centre en 1992) pour passer à un format de revue en ligne. Il fallait pouvoir proposer des thématiques pour les premiers numéros de ce qui s’appellerait désormais Les C@hiers du CRHiDI. Histoire, droit, institutions. Après en avoir discuté avec mon directeur de thèse (en même temps secrétaire du centre), j’ai donc décidé de proposer un numéro sur la thématique du processus législatif en espérant avoir des contributions pouvant couvrir les 16e et 17e siècles.

La seconde raison qui m’a poussé à me lancer dans cette entreprise vise à s’inscrire dans une approche historiographique qui fait désormais la part belle aux activités de lobbying, aux requêtes et autres pétitions pouvant influencer la prise de décision. En 2009, un ouvrage important recourait même au concept en vogue d’empowerment2 . Alors que j’avais déjà contacté les contributeurs au numéro que je coordonne, l’association regroupant les modernistes flamands de Belgique et néerlandais publiait un ouvrage exclusivement consacré à cette thématique3 . Il ne m’a donc pas paru saugrenu, compte tenu de ce contexte historiographique, de proposer une thématique un peu similaire pour la revue de mon centre de recherches. Qui plus est, le dernier numéro des Cahiers du CRHiDI (version papier) traitant un tant soit peu de la législation aux temps modernes remontait à 1994. Il s’agissait d’un numéro co-rédigé par Jean-Marie Cauchies (mon co-directeur de thèse) et Hugo De Schepper où les auteurs abordaient certes la législation mais aussi la justice et le droit de grâce4 .

Il y avait donc plusieurs facteurs qui m’ont poussé à me jeter à l’eau… Le but était évidemment de ne pas se noyer en cours de traversée.

Constitue ton équipe et ta tactique de jeu !

Une fois qu’on m’avait dit « C’est bon, tu peux y aller » s’en suivit évidemment la question suivante : que faire en premier lieu ? Fallait-il dresser une liste de contributeurs potentiels ? Rédiger un argumentaire en béton armé ? Discuter les deadlines avec le comité de rédaction de la revue (qui se résume évidemment aux académiques du CRHiDI) ? En gros… c’est un peu tout à la fois dans la mesure où sans deadline claire il est difficile de contacter un futur contributeur et vous ne pouvez pas le contacter si vous n’avez pas d’argumentaire. CQFD.

J’ai d’abord pris le parti de rédiger un argumentaire en me disant que ça irait relativement vite puisqu’il s’agissait de parler du sujet de ma thèse. Tant qu’on est sur la question de l’argumentaire… On a tous déjà lu des argumentaires ou un call for papers kilométriques et faisant 3-4 pages. Personnellement, ça me décourage toujours d’en commencer la lecture (c’est un peu la même intolérance qu’on développe à force de recevoir quantité de mails). J’avais donc décidé de rédiger un argumentaire relativement court (ca. 1 page) proposant 3 voies d’entrée pour contribuer au numéro de la revue. En suivant cette logique, je me suis dit deux choses :

  • les éventuels chercheurs que je contracterai et qui ne me connaîtront pas ne seront pas nécessairement découragés par un argumentaire trop long ;
  • en proposant plusieurs pistes pour les contributions, cela allait peut-être faciliter la vie de certains chercheurs contactés qui pourraient rapidement envisager de participer ou non au numéro. Si on montre qu’on sait ce qu’on veut comme publication, ça paraîtra plus encourageant que quelque chose qui apparait vague et sans réel fondement.

Le gros du travail est ensuite de prendre contact avec des contributeurs. Évidemment je connais les noms de chercheurs influents ou importants pour la thématique que j’étudie. C’est un peu le b.a.-ba du chercheur. Toutefois je voulais essayer de trouver aussi des jeunes chercheurs (jeunes docteurs, post-doctorants ou frais émoulus professeurs) pour montrer que l’histoire du droit ou des institutions n’est pas une affaire de vieux académiques qui auraient encore eu cours avec Langlois et Seignobos.

J’ai toutefois tenté d’hameçonner quelques académiques connus et reconnus issus de France, d’Espagne, d’Allemagne et même de Finlande. Certains d’entre eux étaient des professeurs que j’avais déjà eu l’occasion de croiser lors de colloques, voire de discuter avec eux. Disons toutefois que la moisson n’a guère été fructueuse puisque l’un m’a légitimement fait valoir des problèmes de santé et d’autres mettaient en avant un agenda de publications déjà trop chargé que pour accepter ma proposition. Il y avait sans doute une part de sincérité dans tous ces refus, mais peut-être que le fait d’annoncer une revue entièrement en ligne ou de constater que je n’étais qu’un « simple » doctorant n’a pas spécialement joué en ma faveur. Quoi qu’il en soit j’ai pu compter sur l’un d’entre eux au moment d’effectuer le peer-reviewing.

L’idée de constituer un numéro composé exclusivement de contributions rédigées par des jeunes chercheurs s’imposait ainsi avec plus d’insistance. Après un nouveau round de consultation avec mon co-directeur de thèse, j’ai finalement pu contacter deux chercheurs belges, un membre de la Casa de Velázquez, un maître de conférences français et un chercheur post-doctorant anglais. Le plus âgé des contributeurs a 40 ans et je suis le plus jeune (27 ans). Le panel devait également représenter les réalités institutionnelles et juridiques diverses pour la période envisagée. Ceci explique qu’à côté de chercheurs belges focalisés sur les anciens Pays-Bas, je souhaitais avoir des articles sur les monarchies française, espagnole et anglaise.

Concrètement, il ne suffit pas d’envoyer l’argumentaire avec une phrase du type « Help me ! », « The CRHiDI needs you ! », voire « We are in-CRHiDI-ble ! ». Il est évident qu’il faut avoir en tête un calendrier plus ou moins précis – même si on sait bien que la flexibilité est parfois la mère des vertus – puisqu’il faut envisager 1) la date de remise du texte, 2) la période de peer-reviewing, 3) la période éventuellement laissée aux auteurs pour effectuer certaines modifications suite au peer-reviewing, 4) une nouvelle date de remise des textes et 5) la période qui comprend l’intégration des articles sur la plateforme de la revue et la mise en ligne officielle. En clair, ça fait presque une petite année que je suis en contact plus ou moins régulier avec les contributeurs et les reviewers.

Never give up !

Simultanément à ceci, j’ai eu la joie de co-organiser un colloque à l’Université Saint-Louis où deux orateurs nous ont fait le plaisir de se désister (#sarcasme). Ce sont les risques du métier, je suis bien d’accord. Et c’est exactement ce qui m’est aussi arrivé au cours de la préparation du numéro des C@hiers du CRHiDI que je coordonne ! Le proverbe « Un malheur ne vient jamais seul » était vraiment de circonstance… En cours d’année, un des contributeurs qui s’était engagé des mois auparavant m’a signifié qu’il ne pouvait plus envisager de rédiger un article dans les délais fixés. Nous étions à environ 3-4 mois de la deadline… ça fait toujours un peu mal au moral surtout que ce désistement est arrivé plus ou moins en même temps que ceux pour le colloque cité plus haut. Bien sûr, dans l’urgence, j’ai contacté un autre chercheur qui aurait vraiment pu apporter une contribution intéressante à la thématique, mais je le savais surchargé. Je priais pour un miracle. Il a décliné la proposition en me disant qu’il se demandait déjà dans quel état il allait tenir jusqu’au bout du printemps… Il m’a redirigé vers un autre chercheur. Celui-ci a très rapidement répondu à mon message – cette fois c’était presque un appel du type « I need you ! » – mais a décliné lui aussi. Bref, je me suis dis que ça ne servait à rien de se faire des cheveux gris et qu’il valait mieux avoir des contributions de bonne facture (produites par des chercheurs qui y avaient consacré du temps) plutôt que de risquer de mettre la pression sur quelqu’un qui aurait du bâcler son article. Cette situation aurait été préjudiciable à la fois pour la personne qui aurait accepté de rédiger un article en 2-3 mois et pour le numéro des C@hiers du CRHiDI (et donc par extension ça rejaillissait sur moi…).

Ce qui est intéressant à constater c’est que la coordination d’un numéro de revue ou l’organisation d’un colloque sont loin d’être des choses linéaires. Je serais donc d’avis d’y être habitué dès le doctorat. On sera moins surpris ou nerveux dans le futur, qu’on ait continué dans le monde académique ou pas. L’expérience est certes enrichissante au niveau intellectuel puisque je vais pouvoir apporter une modeste contribution à l’étude du processus législation aux temps modernes5 . Il faut encore reconnaître que ce fut aussi l’occasion d’acquérir quelques compétences dans l’organisation d’événements scientifiques. Comme je l’ai déjà précisé, j’ai été impliqué (simultanément à la coordination du numéro de la revue) dans l’organisation d’un colloque à Saint-Louis et mêlé – de manière un peu moins directe – à l’après-midi inaugural du réseau ModerNum qui vise à promouvoir la recherche autour des temps modernes en Belgique francophone. Ce n’était peut-être pas de tout repos, mais ça donne l’impression grisante de participer activement à la recherche historique6 .

À titre personnel, je trouve toujours que les meilleurs moments c’est quand on reçoit un mail positif d’un collègue qu’on a contacté ou que celui-ci demande s’il ne peut pas publier son article avec un autre jeune chercheur parce qu’ils ont mené une étude ensemble. Quand vous recevez les articles fraîchement rédigés, il y a ce petit plaisir de pouvoir le lire avant tout le monde tout en réalisant qu’il répond parfaitement aux attentes et qu’en plus il sera utile pour la thèse. Ce sentiment est d’autant plus grand quand un reviewer indique qu’il a pris plaisir à lire la contribution pour laquelle je le sollicitais et en précisant que ça faisait longtemps qu’il n’avait pas lu quelque chose de bien construit (véridique !). Bref, je n’ai pas l’impression à ce moment-là que le doctorant doit se sentir seul et meurtri par sa thèse. Je ne peux qu’inciter à essayer de se lancer dans des aventures telles que celle que je viens d’expliquer. En même temps, je suis bien conscient que tous les doctorants n’évoluent pas dans des environnements où on leur laisse beaucoup de marges de manœuvre et tous n’ont sans doute pas la même liberté que moi pour organiser leur temps de travail. Comme je dispose d’une bourse du Fonds national de la recherche scientifique (1 mandat de 2 ans renouvelable une fois pour réaliser un doctorat), je suis full time sur ma thèse. Si j’avais du être assistant (ça correspond grosso modo à ATER en France) je n’aurais sans doute jamais pu m’impliquer, au cours de la même année, dans la coordination d’un numéro de revue, dans l’organisation d’un colloque et le lancement d’un réseau de chercheurs.

N’oubliez toutefois pas que la balle est toujours (partiellement) dans votre camp… Il ne faut pas hésiter à se lancer dans certaines aventures car les externalités positives l’emporteront sûrement sur celles négatives – si on m’autorise à jargonner comme les économistes – : vous avez l’impression de contribuer activement à la recherche, vous entrez en contact avec d’autres chercheurs qui en retour vous contacteront peut-être pour leur propre projet, vous participez à la valorisation de votre centre et de votre université, etc.

Bref, vous vous amuserez !

  1. Sur la distinction entre promulgation et publication, c’est assez facile à comprendre. Tout d’abord, ce ne sont donc pas des synonymes. Promulguer un acte revient à qualifier le moment du processus décisionnel où l’acte est mis en forme par l’autorité compétente pour légiférer (rédaction et émission de l’acte). L’acte a donc une valeur juridique officiellement reconnue en quelque sorte. Il faut que dans un second temps l’acte soit publié c’est-à-dire porté à la connaissance des sujets. Ce n’est qu’avec la publication qu’un acte devient applicable et obligatoire ; ce n’est qu’à partir de ce moment qu’on peut parler d’une entrée en vigueur effective []
  2. Blockmans W., Holenstein A., Mathieu J., avec la collaboration de D. Schäppi, Empowering Interactions. Political Culture and the Emergence of the State in Europe 1300-1900, Aldershot, Ashgate, 2009; Sur la notion d’empowerment voir Bacqué M.-H. et Biewener C., L’empowerment : une pratique émancipatrice, Paris, La Découverte, 2013 []
  3. Vermeesch G. et Geevers L. (dir.), Politieke belangenbehartiging in de vroegmoderne Nederlanden. De rol van lobby, petities, en officiële delegaties in de politieke besluitvorming, Maastricht, Shaker, 2014 []
  4. Ces deux auteurs avaient travaillé ensemble car ils étaient alors impliqués dans le projet bien connu sur la genèse de l’État moderne dirigé par Jean-Philippe Genet et Wim Blockmans entre les années 1980 et 1990. Voir Cauchies J.-M et De Schepper H., Justice, grâce et législation. Genèse de l’état et moyens juridiques dans les Pays-Bas, 1200-1600, Bruxelles, CRHiDI, Cahiers, n°2, 1994 – table des matières accessible en ligne []
  5. Le numéro n’est pas encore en ligne. Vous serez de toute façon tenus au courant… Soyez sans crainte []
  6. Vous vous demandez peut-être « mais quand va-t-il consulter des archives pour sa thèse ? » à vrai dire je me suis posé la même question… []

Une réflexion au sujet de « Le jour où j’ai voulu coordonner un numéro de revue… »

  1. Ping : In Blogs We Trust ! | ParenThèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *