Ma route du rock

519D8ENtkALOn the road again …

Sur ma route du rock, il y a longtemps eu les Inrockuptibles. Leur compagnie fut discontinue mais profondément marquante. Les traces matérielles de ce bout d’existence partagée se mesurent d’un regard panoptique porté sur ma discothèque. On pourrait presque en faire une étude de cas pour l’histoire quantitative en croisant ses rayonnages avec les chroniques de disques de la revue. Elle a posé en cet endroit précis de mon territoire domestique la postérité de son influence. J’ai en effet cessé de lire les Inrockuptibles au tournant du millénaire et je n’ai conservé aucun des exemplaires en ma possession, ne me doutant pas, à l’époque, que je reprendrai des recherches vingt ans après avoir passé une maîtrise d’histoire moderne.

J’ai énoncé le sujet sur lequel je travaille depuis plus d’un an dans le cadre d’un master 2 d’histoire culturelle du contemporain, de façon à pouvoir en développer les aspects musicaux : La fabrique d’un nouveau paysage musical autour des Inrockuptibles (1986-1998). J’envisageais de démontrer en quoi ce modeste fanzine, né en mars 1986, qui recycle les recettes des années punk1 pour parler de rock comme dans les Cahiers du cinéma, rencontre un succès assez inédit – mesurable, entre autres, à sa longévité, à sa capacité de prescription – fort de l’appui de réseaux pluri médiatiques qu’il étend de part et d’autres de la Manche. Les Inrockuptibles, entre 1986 et 1998 c’est un fanzine, puis un bimestriel, suivi d’un mensuel et à partir de mars 1995 d’un hebdomadaire : le support ne cesse de se renouveler. C’est également un festival qui débute en 1988 – il célèbre donc ses 10 ans en 1998 – et se tient tous les ans en novembre dans les salles intimistes de l’est parisien et de quelques villes de province ; c’est ensuite un label qui, associé à d’autres ou à des enseignes de la grande distribution propose des enregistrements inédits et des compilations thématiques ; c’est enfin un animateur de radio du service public, Bernard Lenoir, qui associa plusieurs chroniqueurs de ce magazine à ses émissions, s’inscrivant délibérément dans le même paysage musical pour alimenter ses sessions live au nom en forme de pirouette : les Black Sessions.

Cela posé, mon travail consistait aussi à montrer comment les acteurs engagés dans les Inrockuptibles avaient élaboré une grammaire, une façon d’écrire sur le rock, pour la mettre au service d’un paysage musical initialement positionné contre l’existant. Entre la fin des années 80 et le début des années 90, à force de longs entretiens, sérieux et cérébraux, accordés par des artistes souvent issus de la scène pop-rock anglaise et signés sur des labels indépendants, les Inrockuptibles prennent le contrepied de ce que proposent alors les deux concurrents de la presse musicale de langue française : Best et Rock and Folk. L’opposition va jusque dans l’épure visuelle des Inrockuptibles qui dénote face à la débauche de couleurs, et de publicités que l’on trouve à foison chez son principal concurrent.

Pour caractériser cette grammaire, j’ai été amenée à identifier différentes façons de renouveler les procédés d’écriture : par exemple les journalistes des Inrockuptibles se sont parfois effacés pour laisser dialoguer deux artistes issus du monde de la musique. Celles et ceux qui se prêtent à ce genre d’exercice occupent différentes postures. Ainsi, Neil Hannon, chanteur du groupe The Divine Comedy, se met dans la peau du fan qui interviewe son idole2 , Björk. Auparavant J-D Beauvallet et E. Tellier ont orchestré une rencontre entre Sonya, chanteuse d’Echobelly et Dolores, chanteuse des Cranberries qui ont deux regards totalement divergents sur leur métier3 .

Working-class-music-1-4Ces formats possèdent d’infinies possibilités de modulation. En effet, les Inrockuptibles ont aussi proposé à des cinéastes de dialoguer avec des musiciens, aussi Noël Gallagher et Ken Loach partagent-ils la une du magazine pour évoquer le Nord de l’Angleterre post-thatchérienne4 . Parfois ce sont des musiciens qui dialoguent avec des savants ce qui donne des rencontres inattendues mais fécondes comme celle entre MC Solaar et le médiéviste P. Zumthor5 . Les regards croisés des différents protagonistes embrassent l’actualité qui leur est spécifique, mais en tant qu’acteurs socialement situés, ils confient aussi leur vision forgée en fonctions de leurs identités, de leurs sensibilités, de leurs origines sociales ou familiales, des questions qui traversent l’actualité. Leur parole possède donc une autre portée qu’il me faut prendre ne compte tout comme il me faut réfléchir à cette singulière alchimie de paroles entremêlées.

La dernière partie de mon travail devait davantage s’intéresser aux questions de réception tant l’influence de ce magazine m’a semblée démesurée. Plutôt pointu et exclusif dans ses choix musicaux, plutôt austère dans sa prose et ses visuels – trop de couleur distrait le spectateur6 – il a mis, sous ses formats successifs, progressivement en difficulté la concurrence sans jamais parvenir à vendre autant qu’elle7 . Le jeu des réseaux et les procédés de légitimation qu’ils ont permis, l’inventivité mise dans les produits dérivés proposés (compilations de CD, enregistrements exclusifs, numéros spéciaux renouvellent passablement l’éternel poster en vigueur depuis Salut les copains et encore usité dans Rock and Folk) ou encore la circulation des plumes des Inrockuptibles dans différents médias me permettaient quasiment de conclure en « bouclant la boucle ». Je pouvais, ma discothèque à l’appui, mobiliser cet univers visuel et sonore né de l’investissement de différents territoires médiatiques par les Inrockuptibles. La route du rock s’envisageait alors avec sérénité.

Une route encore en travaux

Classée dans la catégorie des musiques populaires, le rock a du mal à trouver sa légitimité en tant qu’objet d’étude académique. L’histoire du rock s’écrit encore largement aux périphéries voire à l’extérieur de la sphère universitaire historienne. Il intéresse les musicologues (P. Gonin)8 , les sociologues (D. Hebdige)9 , voire les professeurs de littérature (M. Delville)10 mais son histoire a été essentiellement chroniquée de l’intérieur par les critiques et journalistes de la presse musicale. Ce sont eux qui de Nick Kent11 à Jerôme Soligny12 , de Greil Marcus13 à Philippe Manœuvre14 ont modelé l’écriture de l’histoire du rock. Outre-Manche, l’objet a été plus précocement pris au sérieux par la sphère académique dans le sillage des Cultural Studies. Différentes contributions de Simon Frith regroupées dans une publication dont le titre sonne comme un manifeste Taking popular music seriously15 l’attestent. La recherche intègre progressivement dans ses préoccupations des travaux d’historien.ne.s qui explorent les liens entre rock et politique (A. Benetollo, Y. Carlet)16 , entre rock et société par exemple (travaux sur le rock comme ciment d’une culture jeune)17

On dispose également de différentes études sur la presse magazine qu’elle soit féminine ou littéraire18 . Pour ce qui concerne la presse musicale, là encore, la prose des journalistes domine les références bibliographiques, l’étude de M.-C. Bonzom sur Rock and folk19 fait un peu figure d’exception. La thèse de T. Mansier20 se concentre davantage sur le rôle de médiateur de la presse rock envers les jeunes et du nécessaire renouvellement de son discours avec l’évolution sociologique de son lectorat.

Pour éclairer un travail sur les Inrockuptibles, il faut aussi mobiliser des ouvrages généraux d’histoire de la période, car le magazine s’inscrit dans la suite des années Lang qui sont une séquence au cours de laquelle le ministère de la culture mène des politiques volontaristes vis à vis des cultures populaires jusqu’alors considérées comme mineures. Leur légitimation s’accompagne de politiques culturelles publiques dont les Inrockuptibles vont pourvoir bénéficier directement ou indirectement (fête de la musique, FAIR, Etat du Rock etc)21 .

L’appareillage théorique universitaire vient éclairer un corpus de sources qui s’est resserré sur un échantillon de 3 fois deux années. Les numéros retenus sont ceux des périodes 1986-1988, puis 1994-1995 et enfin 1997-1998. Cet échantillon embrasse tous les rythmes et formats de publication des Inrockuptibles : le fanzine avec ses pâtés typographiques22 des débuts, distribué hors NMPP, le bimestriel puis le mensuel en 1994 auquel succède après 3 mois d’interruption la formule hebdomadaire qui est encore en vigueur en 1998.

L’échantillonnage retenu pouvait aussi dévoiler la succession des scènes musicales portées par les Inrockuptibles. En partant des « fondamentaux » (scènes du Nord-Ouest de l’Angleterre de la fin des années 80) pour poursuivre sur des courants en affrontement de part et d’autres de l’Atlantique : le grunge et la Brit pop qui revivifient considérablement l’intérêt pour les musiques populaires au mitan des années 90. Les années 1997-1998 permettent de mesurer la variété et l’élargissement des courants et artistes portés par les Inrockuptibles avec des figures féminines qui s’imposent dans le panthéon de la revue mais aussi une ouverture à d’autre styles musicaux (rap, électro par exemple) et d’autres territoires (Etats-Unis, Afrique, Scandinavie, Ouest de la France).

Du côté des acteurs et des réseaux, on voit apparaitre dans cet échantillon les prémices du festival (notamment les soirées hebdomadaires organisées dans de petites salles parisiennes come l’Erotika ou le passage du Nord-Ouest) la progressive élaboration d’outils prescripteurs en partenariat avec la Fnac (les palmarès « rock indé » Fnac/Inrockuptibles). Les palmarès annuels de la rédaction sont souvent doublés de ceux des invités de la rédaction dans lesquels journalistes de radio, de télévision, de la presse quotidienne nationale ou étrangère se prononcent. Ce sont des parenthèses dans lesquelles d’autres plumes issues des différents médias spécialisés ou non dans la musique s’insèrent pour dire ce qu’il convient d’écouter ou d’avoir écouté au cours de l’année écoulée. Enfin, dans la période tardive de mon échantillon se tissent des partenariats avec des titres dominants de la presse écrite, tels le journal Le Monde – avec lequel les Inrockuptibles publient le supplément Aden – qui ont pour but d’ébranler les positions de concurrents comme Télérama.

Les sources imprimées ne se limitent pas aux numéros de la revue. Elles sont bien plus diverses. Outre les numéros spéciaux et les compilations d’anniversaires des Inrockuptibles, il faut regarder les publications concurrentes – Best et rock and Folk pour y mener des investigations comparatives. Les livrets de CD qui accompagnent les enregistrements sonores publiés sous le label les Inrockuptibles sont également fort précieux. Certains concernent le festival, d’autres des courants musicaux spécifiques, voire des labels qui ont retenu l’attention de la revue. Réseaux de journalistes, réseaux de labels, réseaux de clubs apparaissent au tournant de courts mais riches textes.

On peut enfin mobiliser des sources audiovisuelles : celles issues de la télévision concernent peu les Inrockuptibles à l’exception notable des Enfants du rock puisque Bernard Lenoir y tint un moment une rubrique23 . Côté radio,  ses fameuses Black Sessions sont désormais disponibles en ligne. En effet, deux étudiants, fans de l’émission, les ont numérisées créant un site d’archives sonores24 . J’ai également la possibilité de faire des entretiens avec des journalistes des Inrockuptibles ; pour le moment cette option ne s’est concrétisée qu’une seule fois avec un des membres de l’équipe fondatrice, J.-M. Durand, qui travaille aujourd’hui encore pour le magazine et s’est longtemps chargé des pages consacrées aux médias. A bien y réfléchir, alors que je l’ai rencontré en mai 2014, c’est peut-être lors de notre entretien que la route s’est incurvée en un virage un peu délicat à négocier.

En chemin elle rencontre …

Jean-Marie Durand lors de notre entretien est revenu sur la mue opérée par le magazine lors de son passage à l’hebdomadaire. En décembre 1994, le dernier numéro du mensuel paraît. S’ensuit une interruption de 3 mois, puis en mars 1995 une renaissance annoncée sous la forme d’un hebdomadaire. Ce format constituerait à première vue une rupture forte dans l’histoire de la revue au moins pour deux raisons : la première consiste en l’élargissement des rubriques à d’autres domaines que le rock et le cinéma (musiques, théâtre, littérature, scène etc.). Les Inrockuptibles deviennent un magazine culturel généraliste proposant une alternative à Télérama. Les deux publications sont d’ailleurs mises en vente le même jour.

InrockH_8La seconde apparaît début mai 95, lorsqu’est disponible en kiosque le huitième numéro de l’hebdomadaire avec Michel Rocard en couverture. A l’intérieur, on y lit un entretien de sept pages mené par Sylvain Bourmeau et Christian Fevret, le fondateur des Inrockuptibles, illustré de photos signées Raymond Depardon. C’est la première fois qu’un homme politique fait la « une » du magazine. L’anecdote est assez connue mais J.-M. Durand me la confirme, ce choix a fait l’objet de débats très vifs à l’intérieur de la rédaction à tel point qu’ils furent tranchés par un vote à main levée. L’autre rupture serait donc l’arrivée de sujets strictement politiques et sociaux  dans les pages de la revue lorsqu’elle devint hebdomadaire. Partant de ce constat, je prévois un dégagement dans mon travail pour traiter de cette évolution qui me semble importante pour singulariser l’identité de mon objet d’étude.

Mais alors quelle place tiennent la politique et les faits de société ou les sujets d’actualité dans les Inrockuptibles  avant et après ce tournant ? Pour ce qui concerne les antécédents, les dépouillements des années 1994-1995 m’ont donné un aperçu des procédés utilisés par la rédaction. Les artistes rencontrés sont ponctuellement ou plus longuement interrogés sur divers thèmes tels que les ravages de la politique thatchérienne et post thatchérienne, la classe ouvrière ou ce qu’il en reste, les modèles sociaux anglais ou français et leurs rapports à l’immigration, les sexualités, l’écologie etc. Les premiers numéros de l’hebdomadaire couvrent la campagne électorale des présidentielles de 1995. Cette incursion sur le terrain purement politique qui précède de peu l’épisode M. Rocard, prend différentes formes. Tout d’abord, Michka Assayas signe plusieurs billets sur les déplacements de candidats en campagne (P. de Villiers, E. Balladur et L. Jospin). Il n’y a pas vraiment d’équivoque quant à la sensibilité politique du signataire ; en effet, tandis que Philippe de Villiers est comparé à un  Jack Lang en sabots et costume folklorique25 , le reportage suivant dresse un portrait au vitriol d’E. Balladur en déplacement à Clermont Ferrand :

« Qu’il voyage en avion ou en autocar, Balladur s’installe toujours à la même place : au 1er rang et seul… Rien ne doit perturber la solitude du roi dont toute l’essence de la dignité est contenue dans la parfaite immobilité26 . »

Lionel Jospin, pour sa part, fait l’objet d’un traitement bienveillant dans lequel le journaliste souligne le sérieux et l’engagement du candidat :

« Jospin a beau faire campagne il bosse. La  « table de négociation » semble d’ailleurs être son milieu naturel27 . »

Par la suite les nouvelles pages politiques recueillent l’avis de français sur le vote à venir et les candidats qui sollicitent les suffrages des électeurs ; dans une mise en forme très brute – façon Misère du monde de Bourdieu – S. Bourmeau et J-P Heurtin retranscrivent les propos de 6 personnes choisies en fonction de leur intérêt (faible) pour la politique, de leur préférence politique (2 à droite, 1 à l’extrême droite, 2 proches du PS, et une du PC), de leur âge (entre 20 et 35 ans). Les entretiens effectués dans la semaine du 3 au 8 avril à Paris ont été réalisés en face à face et ont duré trente minutes à une heure28 . L’enquête sociologique est convoquée pour éclairer les enjeux politiques de l’élection à venir.

f00e_35Une fois la campagne passée, en opérant un dépouillement sériel de mes sources, je suis assez rapidement à même de statuer sur le fait que les Inrockuptibles, ont maintenu, voire développé leur intérêt pour les questions politiques et sociales jusqu’au terme de ma période. Ainsi en 1997, se livrent-ils à un exercice sensiblement différent à la veille des élections générales en Grande-Bretagne : ils éditent un numéro spécial dans lequel les figures artistiques, intellectuelles voire politiques de l’île font un état des lieux du pays29 . Parallèlement, la revue développe toute une série de dossiers au long cours qui ventilent des opinions susceptibles d’alimenter le débat public sur différents sujets d’actualité : la précarité grandissante et le monde du travail (Manifeste du groupe « Raison d’Agir30 , Chronique du mouvement des chômeurs de l’hiver 1997-199831 , entretien et textes de P. Bourdieu32 ), les questions mémorielles vives (Guerre d’Algérie avec R. Vautier et B. Stora, Mémoire du génocide juif de la 2nde guerre mondiale avec C. Lanzman, mémoire de la collaboration avec M. Ophüls33 ) l’immigration, la société postcoloniale et les banlieues. Une étape supplémentaire est franchie avec la mobilisation orchestrée autour et par le magazine en faveur des sans-papiers qui prend une ampleur éditoriale remarquable.

Après l’évacuation violente de l’église St Bernard, occupée par deux cent dix personnes en attente de régularisation, le 23 août 1996 à 7h55 du matin, l’Assemblée Nationale examine à la mi-décembre un projet de loi obligeant les personnes qui hébergent un étranger chez elles à se munir d’un certificat d’hébergement en mairie et signaler le départ de leur hôte à la date d’expiration de leur autorisation de court séjour sur le territoire. Cette mesure a été adoptée par le Sénat le 5 février 1997. La veille, Jacqueline Deltombe, citoyenne lilloise était reconnue coupable d’avoir hébergé un ami zaïrois sur le point de se marier avec une française. La semaine suivante, Le Monde et Les Inrockuptibles publient conjointement un appel signé de 66 cinéastes qui déclarent eux aussi avoir accueilli des amis étrangers à leur domicile :

« Nous réalisateurs français déclarons :

Nous sommes coupables, chacun d’entre nous d’avoir hébergé récemment – pour des raisons ou professionnelles – des étrangers en situation irrégulière. Nous n’avons pas dénoncé nos amis étrangers. Et nous continuerons à héberger, à ne pas dénoncer, à sympathiser et à travailler sans vérifier les papiers de nos collègues et amis.
Suite au jugement rendu le 4 février 1997 à l’encontre de Mme Jacqueline Deltombe, « coupable » d’avoir hébergé un ami Zaïrois en situation irrégulière,
– et partant du principe que la loi est la même pour tous – nous demandons à être mis en examen et jugés nous aussi.

Enfin, nous appelons nos concitoyens à désobéir et à ne pas se soumettre à des lois inhumaines.

Nous refusons que nos libertés se voient ainsi restreintes.34 »

a6bc_35Les Inrockuptibles deviennent alors un pilier de la campagne menée contre les lois Debré. Elle s’amplifie35 et débouche à la fin du mois sur une grande manifestation parisienne qui réunit 150 000 personnes. Fin février, la couverture des Inrockuptibles appelle à la désobéissance ; Sylvain Bourmeau et Christian Fevret orchestrent une rencontre entre le réalisateur A. Desplechin et le sociologue Pierre Bourdieu36 . Début mars, les cinéastes P. Ferran et R. Guédiguian, le chanteur Dominique A. échangent avec Michel Rocard37 , puis Sylvain Bourmeau interviewe Stéphane Hessel qui servit de médiateur entre le gouvernement et les sans-papiers de Saint Bernard38 . En avril, Jacques Chirac dissout l’Assemblée Nationale, la France se retrouve à nouveau en situation de cohabitation, la majorité plurielle réunissant les Verts, les Socialistes, les Communistes, le mouvement des citoyens et le parti radical détient la majorité absolue. La séquence éditoriale n’est pas encore terminée pour la rédaction des Inrockuptibles, puisqu’en novembre 1997, la majorité plurielle se contente d’aménager les lois Debré, contrairement à ses engagements de campagne qui en prévoyait l’abrogation.

mlN6NC75aWsVKASQ0h0X5kALes Inrockuptibles, loin de lâcher prise, poursuivent leur campagne. Ils publient un numéro avec deux couvertures alternatives très emblématiques de ce qu’est devenu le magazine : elles détournent habilement un film de John Woo pour dénoncer la politique à l’œuvre39 .

Le dépouillement avancé du cœur de mon corpus m’amène de plus en plus à reconsidérer mes options initiales de travail. Désormais un simple dégagement dans l’architecture globale de mon plan ne me paraît plus tenable. Les Inrockuptibles deviennent un objet de presse magazine hybride caractérisé par une très grande porosité entre le domaine culturel – ses acteurs, ses contenus, ses enjeux économiques – et le champ politique et social. Ce premier équilibre rompu, un second se disloque dans la foulée.

Pour organiser mes recherches et me forcer à poser régulièrement par écrit et mes interrogations et mes réflexions, j’ai ouvert un carnet de recherche sur la plateforme hyptoheses.org. À parcourir des entretiens sur les questions d’immigration et de sociétés multiculturelles, je finis par m’intéresser à la présence du rap dans les Inrockuptibles. Ayant déjà compris que le choix initial de l’échantillonnage était, lui aussi, menacé par l’avancée de mes dépouillements, je mène dorénavant mes investigations sans en tenir compte. Le premier entretien effectué avec un rappeur pour les Inrockuptibles date de 1990 il est publié dans le format bimestriel ; Frank Owen – signature du Melody Maker – y questionne Chuck D., l’un des MC de Public Ennemy qui vient de sortir un album Fear of a Black Planet qui défraie alors la chronique en ce qu’il réactive une parole militante noire radicale. Quelques unes des conclusions de mes explorations sur la période qui s’ouvre avec cet entretien sont mises en ligne ici.

La route pour (re)devenir historienne s’avère beaucoup plus sinueuse que prévu, avec quelques impasses et des bifurcations inattendues. Au fil des dépouillements, mon sujet et la représentation initiale de mon objet d’étude se sont considérablement modifiés. Le traitement sériel des sources a joué un rôle fondamental dans cette évolution. Les Inrockuptibles n’ont pas été un fanzine/magazine musical féru de pop anglaise, en tous cas jamais exclusivement et ce très tôt, c’est à dire bien avant l’abandon du format mensuel qui sert très souvent de référence à ce discours qu’il m’incombera de déconstruire. C’est un objet de presse magazine assez étrange qui, s’il reste prescripteur en matière musicale, s’intéresse à de nombreuses productions culturelles, y compris celles qui pourraient souffrir a priori d’une certaine déconsidération auprès de leur lectorat. Il les envisage en partie comme une source d’intelligibilité du monde, qui vibre au rythme des décisions politiques, des évolutions sociales – parfois brusques, parfois souterraines – intellectuelles, géopolitiques, technologiques, et économiques. En différentes occasions qui se font de plus en plus nombreuses à la veille du changement de millénaire, la rédaction investit directement certains de ces champs pour y susciter, organiser, fédérer, relayer différentes formes de mobilisations citoyennes desquelles les artistes défendus par les Inrockuptibles ne sont pas absents. Aux notions de fabrique, de paysage musical, de réseaux inter-médiatiques, de réception qui étaient jusqu’alors l’ossature de ma réflexion s’ajoute cette piste complexe de la porosité entre les sphères politiques, sociologiques et artistiques qui semble davantage définir le magazine dans la 2ème moitié des années 90. Sur elle se greffent d’autres questionnements quant au rôle et à la place des intellectuels dans cette période, les formes de mobilisations choisies et leur articulation avec d’autres modalités d’action plus populaires et, le cas échéant, leur impact sur les rapports de force politiques à gauche.

La route initialement très balisée, s’enrichit d’itinéraires bis et de chemins buissonniers qui tissent un réseau dense dans lesquels se meuvent et se croisent des acteurs, des idées, des causes, les lieux qui reconfigurent l’enquête amorcée sur une étonnante entreprise éditoriale.

  1. Les 4 premiers numéros relèvent du « Do It Yourself » ou « Do it Together », fabrication artisanale, capitaux d’origine familiale, rédaction polyvalente, aucun journaliste professionnel, tirage limité, distribution hors NMPP. Outre cet aspect formel les premiers numéros font des clins d’œil appuyés à quelques figures du punk : C. Hynde, L. Mercier Descloux, ou encore le batteur de The Damned []
  2. Les Inrockuptibles n°14, 14 au 20 juin 1995 []
  3. Les Inrockuptibles n°61, Novembre 1994, J-D Beauvallet et E. Tellier p. 48 à 52 []
  4. Les Inrockuptibles n°26, 4 au 10 octobre 1995, p.18 à 28 []
  5. Les Inrockuptibles n°52, janvier 1994, p. 104 à 108 []
  6. Cette citation de Tati est longtemps apparue en incise sur la page de garde intérieure des Inrockuptibles []
  7. A titre indicatif, Rock and Folk diffuse par mois à 74 026 en 1986, mais seulement à 43244 unités en 1990, source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rock_%26_Folk. Entre ces mêmes dates le tirage des Inrockuptibles est passé de 3000 à 78000 exemplaires []
  8. The Cure Pornography, par P. Gonin, Discogonie, 2014, 72 p []
  9. Sous culture, le sens du style, de D. Hebdige, Zones, 2008, 154 p []
  10. Radiohead OK Computer, de M. Delville, Discogonie, 2015, 72 p []
  11. Longtemps journaliste au NME notamment durant la vague Punk, Nick Kent a collaboré aux Inrockuptibles dans les années 90 []
  12. Jerôme Soligny a collaboré à Rock and Folk dans les années 90, il a publié récemment une compilation d’écrits sur le rock : Writing on the Edge 25 ans d’écrits rock, de J. Soligny, La Table Ronde, Hors Collection, 2014, 1728 p []
  13. Le californien Greil Marcus est une des plumes les plus fameuses de l’histoire du rock notamment grâce à son ouvrage Lipstick Traces : une histoire secrète du XXème siècle, Gallimard, Folio actuel, 2000, 608 p []
  14. Philippe Manœuvre est rédacteur en chef de Rock and Folk depuis 1993. Outre son autobiographie L’enfant du Rock, Le livre de Poche, octobre 1990, il a publié de nombreuses biographies consacrées à M. Jackson, J. Brown, J. Starr ou M. Polnaref []
  15. Taking Popular music seriously, Selected essays by Simon Frith, Aldershot, Ashgate, 2007, 343p []
  16. Rock et politique : censure, opposition, intégration, d’A. Benetollo, L’Harmattan, 1999, 288 p., Stand down Margaret ! l’engagement de la musique pop britannique contre le gouvernement Thatcher, Y. Carlet, Mélanie Séteun éditions , 2004, 114 p []
  17. Rites, codes et culture rock, de B. Ricard, L’Harmattan, 2000, 276 p []
  18. Le Figaro, deux siècles d’histoire, Paris, Armand Colin, 2007 et Le Figaro littéraire. Vie d’un hebdomadaire politique et culturel (1946-1971), Paris, Nouveau monde éditions, 2010 []
  19. Rock and Folk, l’idéologie sous presse, de M-C Bonzom, mémoire de DEA études Politiques, Rennes 1, 1987, 299 p []
  20. Identité Rock et presse spécialisée, de T. Mansier, Thèse de doctorat, Lyon, 2004 []
  21. On consultera notamment Le discours culturel et le rock. L’expérience des limites de la politique culturelle de l’Etat, de P. Teillet, Thèse de doctorat en Science Politique, Rennes, 1992 []
  22. L’expression est utilisée par M. Assayas dans la préface de Les Inrockuptibles, 25 ans d’insoumission, Flammarion, 2011, p. 23 []
  23. Rockline est un espace dédié à la pop anglaise dans l’émission entre 1982 et 1985, donc avant les Inrockuptibles []
  24. Le site est consultable à l’adresse suivante : http://www.blacksessions.fr []
  25. Les Inrockuptibles n°5, du 12 au 18 avril 1995, Tranche de Campagne de M. Assayas, p. 12 à 13 []
  26. Les Inrockuptibles n°6, du 19 au 25 avril 1995, Tranche de Campagne de M. Assayas, p. 14 à 15 []
  27. Les Inrockuptibles n°7, du 25 avril au 2 mai 1995, Tranche de Campagne de M. Assayas, p. 14 à 15 []
  28. Les Inrockuptibles n°5, du 12 au 18 avril 1995, Misère des électeurs de S. Bourmeau et J.P Heurtin p.26 à 29 []
  29. Les Inrockuptibles n°101, du 23 au 29 avril 1997 []
  30. Les Inrockuptibles n°107, du 4 au 10 juin 1997, Nous sommes tous stagiaires de Raison d’agir et F. Lebaron p. 12 []
  31. Les Inrockuptibles n°134, du 14 au 20 janvier 1998 et Les Inrockuptibles n°136 du 28 janvier au 3 février 1998 []
  32. Les Inrockuptibles n°145, du 1er au 7 avril 1998, La précarité est aujourd’hui partout de P. Bourdieu, p.14-15 []
  33. Sur ce dossier voir : http://lafactory.hypotheses.org/date/2015/08 []
  34. Les Inrockuptibles n°91, du 12 au 18 février 1997, p.3 []
  35. Le numéro suivant (n°92) daté du 19 au 24 février 1997 publie le même appel signé cette fois par les journalistes []
  36. Les Inrockuptibles n°93, du 25 février au 4 mars 1997, p. 14 à 19 []
  37. Les Inrockuptibles n°94, du 5 au 11 mars 1997, p. 18 à 23 []
  38. Les Inrockuptibles n°95, du 12 au 18 mars 1997, p. 62 à 66 []
  39. Les Inrockuptibles n°127, du 19 au 25 novembre 1997 []

6 réflexions au sujet de « Ma route du rock »

  1. SLB

    Je reprends ici une discussion entamée sur Twitter.
    Je tiens avant toute chose à préciser que je n’interviens pas en tant qu’historien spécialisé sur le sujet (je n’en ai pas les compétences), mais plus en tant que passionné de metal, ayant écumé les salles de concerts depuis près de 25 ans et consommé une grosse quantité de magazines (sans jamais accrocher aux Inrocks, si ce n’est leurs papiers politiques).
    Tout d’abord, je trouve l’article remarquable, mettant particulièrement bien en perspective l’évolution et l’adaptation du magazine avec des logiques de développement particulièrement bien ciblées, expliquant la pérennité des Inrocks.

    Ma principale remarque concernait le contenu et l’orientation du traitement musical, élitiste à mon avis, expliquant le peu de succès des ventes du magazine. Vero m’a répondu (sur twitter) qu’elle n’était pas d’accord et m’a donné comme exemple Nirvana et le rap à ses débuts.
    Il me semble que ces exemples vont totalement dans mon sens. Quand les Inrocks se sont-ils intéressés à Nirvana ? Pour Bleech d’après Véro. Donc, avant le déferlement médiatique. Idem pour le rap français, semble-t-il. C’est là ce que je pense être une posture : on s’intéresse avant tout à ce qui n’est pas connu et une fois que cela l’est, on n’en parle plus, voire on méprise.
    Ca été le cas avec les White Stripes par exemple, cela l’est aujourd’hui avec PNL.
    Pour en revenir à Nirvana, je n’ai pas le souvenir d’un soutien de la revue aux albums suivants et quand je lis cet article (http://www.lesinrocks.com/musique/critique-album/nirvana-in-utero-fete-ses-20-ans/), je rigole doucement.
    On y retrouve tout ce qui me dérange dans les Inrocks : une forme de nostalgie surannée (qui fait qu’ils ont toujours supporté la brit-pop d’ailleurs, genre construit essentiellement sur ce sentiment de nostalgie ; avis très perso ici), des prises de position sans véritable fondement (les chutes de studios qui sont pourries (je parle d’expérience) mais qui ici « prennent un charme certain »), les affirmations à l’emporte-pièce qui font passer l’auteur pour un rigolo (Dire que Pearl Jam n’a pas d’élégance et surtout de précision, c’est juste se moquer du monde – ou pire, ne rien connaître à la musique – Idem pour Soundgarden d’ailleurs, à un degré moindre certes).
    Surtout, ce qui me gène (pour reprendre une argument plus haut), je n’ai pas le souvenir que le journal ait défendu en ces termes l’album (ou même son auteur) en 1993.
    Bref, les Inrocks ont toujours eu ce positionnement élitiste, valorisant, par une hiérarchisation artificielle (et impertinente) des goûts, certaines musiques et styles, par le biais d’une intellectualisation et d’une réécriture de l’histoire musicale parfois dérangeantes. Cela me parait expliquer pourquoi le magazine n’a pas eu de véritable succès populaire.
    Enfin, dans la même logique, je ne suis pas tout à fait d’accord quand tu dis que le journal a promu des musiques populaires. Pour moi, il y a toujours eu un mépris pour certains types de rock (le metal pour faire large), notamment les plus populaires (hard rock), préférant se positionner sur la mise en exergue de style marginaux (Glam) ou hyper-stylisé (Brit-pop surtout).
    En soi, je ne critique pas ce positionnement, souvent de niche ou avant-gardiste ; je regrette juste que cela ne soit pas totalement assumé et pense que c’est ce qui, pour en revenir à ton super article, fait que les Inrocks ne sont pas du tout appréciés dans certains milieux du monde rock.

    Bon, tout cela est un peu fouillis, mais tu vois ce que je veux dire, j’espère.
    Encore merci pour cette lecture.

    Répondre
    1. Véronique Servat Auteur de l’article

      Merci pour ses développements. En fait je vais aussi prendre le temps de préciser mon propos parce que sur twitter entre deux photocopies ce n’est pas idéal.
      Je crois qu’en fait on ne parle pas exactement de la même chose.
      Pour ce qui concerne la palette musicale des Inrocks elle est dans la mémoire collective plus que dans les faits centrée sur la pop anglaise. A dépouiller les 4 premiers numéros on y voit surtout des queues de comète du punk (LM Descloux, Chrissie Hynde) ou des artistes pas spécifiquement pointus (Rita Mitsouko, Stéphane Eicher). Puis dans le bimestriel qui vient ensuite, la revue s’intéresse étrangement très vite au rap, dès 1990. c’est d’une part à cause du sample de Lou Reed par PE mais aussi en raison de l’écho social et politique de ce courant musical. Je parle ici du rap US dont la place prend très vite de l’ampleur.

      Quand je dis que les Inrocks s’intéressent au grunge ce n’est pas qu’ils ont chroniqué la vie quotidienne d’Olympia au début des 90’s. C’est qu’ils ont fait quelques articles au sujet de Nirvana. les dater et en préciser le contenu nécessite pour moi vérification. Par contre je n’ai effectivement pas souvenir de voir passer du soundgarden ou du pearl jam. Hole tient une place plus importante nettement et plus tardive aussi. Et comme je le disais ce matin la revue s’intéresse aussi aux labels qui sont liés à cette scène. effectivement le hard rock ne suscite aucun intérêt de leur part. Est-ce un mépris de classe? est-ce une histoire de niche qui n’est pas la leur?
      Après je pense que nous avons un problème de vocabulaire qui brouille la discussion. Pour moi les « musiques populaires » s’opposent aux musiques nobles/académiques donc classiques. le rap, le rock, le hard, le punk, la pop en font partie. quand je dis que les Inrocks valorisent les musiques populaires c’est parce qu’ils usent à leur égard, en tous cas pour celles qu’ils chroniquent, de procédés de légitimation et d’anoblissement. parmi eux, simplement la longueur et le ton sérieux des entretiens (on ne retrouve pas du tout ça chez le concurrent Rockn folk plus gouailleur et nivelant aussi parfois) matinés de références , mais aussi des procédés plus inhabituels. A tire d’ex. ils font dialoguer MC solaar avec un médiéviste, P. Zumthor façon de dire que le rap est issu d’une longue filiation dans l’art de la rime. Ils questionnent aussi Toni Morrisson sur l’art de la punchline et elle ne tarit pas d’éloge sur ces artistes qui sont pourtant ni vraiment le coeur de cible des Inrocks, ni vraiment appréciés pour leur « respectabilité » disons.
      enfin, mais c’est peut être une question d’affects et de gouts, je ne suis pas certaine que la Brit Pop soit un mouvement hyper stylisé limité à un revival, tout comme je ne suis pas certaine que le glam rock se limite à la marginalité. Je ne pense pas non plus que leur présence dans les Inrocks relève d’un snobisme particulier. Il fait sens dans le paysage musical qu’ils défendent selon un manifeste qui fut le leur dès le départ et une généalogie qui prend sa source quelque part entre Joy Division, et le Velvet Underground. Ce n’est pas une revue qui a eu au départ une assise musicale très large. Cela dit cette assise s’est renouvelée, étendue en fonction d’impératifs économiques, sociétaux et musicaux en gardant une ossature d’origine dont les labels indépendants, par exemple, font partie.

      tout cela est aussi un peu fouillis, mais l’important est d’échanger.

      Répondre
  2. Patrick

    Bonjour. Au moment de la création des Inrockuptibles existait en France un magazine s’intéressant au rock « indépendant », comme on dirait de nos jours. Ce magazine, « Nineteen », était à l’origine un fanzine ; il est peu à peu devenu une publication sur papier glacé, à la riche pagination, et pressait même des 45 tours pour ses abonnés. Quand Nineteen est devenu un magazine, son équipe l’a augmenté d’un fanzine intitulé « Going Loco ».

    La rédaction était basée à Toulouse. Nineteen a cessé de paraître après son numéro de février 1988, mais il est possible d’accéder à l’ensemble des numéros à l’adresse .

    Parmi tant d’autres, Nineteen laisse de beaux papiers et interviews de Nikki Sudden, Willie Loco Alexander ou Alex Chilton.

    Espérant vous avoir été utile, je vous remercie pour votre article, dont la lecture est aussi plaisante qu’enrichissante.

    Répondre
    1. véronique servat

      Merci beaucoup de cette information précieuse et utile. J’ignore tout de l’existence de cette publication mais je vais regarder cela de près car évidemment c’est tout à fait susceptible d’éclairer mes recherches. Vraiment merci !

      Répondre
  3. Claire Blandin

    Bonjour,
    Votre post est tout à fait enthousiasmant, bravo et merci!
    Je vous signale la traduction récente du livre de Philip Auslander, Glam rock, qui développe une méthode de recherche très intéressante.

    Répondre
    1. Veronique servat

      Merci beaucoup ! Je me suis régalée lors de votre intervention au séminaire de F. tamagne et A. Bauberot. Merci du conseil de lecture. Le Glam d’origine ou revisité j’aime beaucoup.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *