Comment lire intelligemment une publication scientifique

Cette note est la version développée d’une fiche synthétique destinée aux étudiant-e-s de licence ou de master ayant à effectuer une lecture critique d’article scientifique – exercice qui me semble au moins aussi formateur que le traditionnel exposé, dans le cadre des TD notamment1 . Les premières années universitaires sont essentiellement vouées à l’acquisition de connaissances et de méthodes : on apprend beaucoup de choses, mais pas toujours comment se comporter face aux savoirs tels qu’ils sont élaborés par les auteur-e-s, mis à disposition par les bibliothèques et par le web, transmis par les enseignant-e-s. Or on pourrait presque soutenir que c’est lorsque l’on se met à décortiquer les produits (au sens premier du terme) académiques, lorsque l’on cherche à passer de « ce qui est dit » à « comment l’auteur-e a fait pour le dire », que l’on commence à devenir historien-ne, sociologue, économiste, géographe, démographe ou encore anthropologue2 . Dès le master, c’est vous qui serez en situation de produire de la connaissance, et, au fond, c’est sur le même type de critères que ceux qui s’imposent aux chercheurs-ses de métier que votre travail sera examiné.

L’enjeu n’est-il d’ailleurs qu’étroitement universitaire ? Évidemment pas. L’enseignement universitaire ne vise pas seulement à fabriquer des futurs savants ou enseignants ; il prétend former des esprits capables de discernement, aptes à ne pas confondre une thèse séduisante et une démonstration étayée. Pour que la lecture d’un texte scientifique soit vraiment profitable, il faut se déprendre de l’attitude passive du consommateur d’information (tendance tout-à-fait naturelle au demeurant) pour adopter une démarche active et critique au bon sens du mot : soumettre les « productions humaines à un examen éclairé et un jugement équitable » pour le dire comme dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Afin de percevoir l’importance de la discussion entre pairs dans la constitution des sciences sociales, rien de plus éclairant que de parcourir les « notices » publiées, dans les années 1900, dans L’Année sociologique, la revue fondée par Émile Durkheim.

Je propose de découper l’exercice en trois grandes étapes :

  1. présentation du cadre et du contexte de la publication ;
  2. analyse de la démarche scientifique ;
  3. discussion critique.

On pourrait presque se donner comme objectif, en tant qu’étudiant-e, de maîtriser le mieux possible l’un de ces trois savoir-faire à la fin de chaque année du premier cycle universitaire. Voici quelques indications pour comprendre de quoi il retourne. Pour illustrer mon propos, j’ai agrémenté les explications d’exemples puisés, assez arbitrairement, dans mes souvenirs de lectures. Il y aurait sans doute bien des façons de compléter ou d’amender ces diverses suggestions.

Présenter le cadre et le contexte de publication

Le premier point à aborder est simple : qui est l’auteur-e ? Cela paraît une évidence, mais on oublie souvent que la recherche est faite par des hommes et femmes et non par une abstraction lointaine (« des scientifiques ont montré que »…). Au-delà de l’identité du rédacteur, ce qui importe, c’est son statut (enseignant-e–chercheur-se (université), chercheur-se ou ingénieur-e3 (organismes de recherche, autres institutions ayant un département recherche), post-doctorant-e…) et son rattachement institutionnel précis (institution, laboratoire, équipe…), ses thèmes de recherche et surtout le fait qu’il/elle soit ou non spécialiste du domaine traité dans le texte étudié. Ces renseignements ne doivent pas biaiser votre lecture en vous chargeant d’a priori positifs (effet d’autorité) ou négatifs. Il s’agit surtout de savoir si l’auteur-e appartient à la communauté scientifique, avec ce que cette appartenance fournit comme garanties minimales de professionnalisme (possession de diplômes, recrutement et évaluation par les pairs, inscription dans une économie du « crédit académique », c’est-à-dire dans un milieu où le besoin de reconnaissance se traduit par la nécessité de faire du bon travail…)4 . Évidemment, cela ne suffit pas. Et évidemment, rien n’empêche par principe un-e chercheur-se non-professionnel-le d’offrir une contribution essentielle à un champ de connaissance donné. Songeons à Serge Klarsfeld à propos de la déportation des Juifs de France, à Jean-Luc Einaudi sur la guerre d’Algérie et le 17 octobre 1961, et rappelons-nous que l’ « historien du dimanche » Philippe Ariès, auteur de L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien régime l’un des ouvrages les plus influents des décennies 1960 et 1970 dans le champ de l’histoire de la famille et de la démographie historique – n’était ni en poste à la Sorbonne, ni à l’INED, ni à l’EHESS, mais documentaliste à l’Institut des fruits et agrumes coloniaux5 … Le critère essentiel reste bien la rigueur et la scientificité du travail mené.

Savoir de quel type de publication relève le texte est de la plus grande importance. A-t-on affaire à une étude empirique originale (article de recherche publié dans une revue scientifique, mémoire, thèse de doctorat…), nourrie de sources brutes et d’un rapport direct au « terrain » ? À un essai ou une synthèse critique, essentiellement appuyés sur des travaux préexistants (matériaux de seconde main) ? À une note (critique) de lecture6  ? À un manuel ou un ouvrage de synthèse destiné aux étudiant-e-s (cf. les collections du type « Que sais-je ? », « Repères », etc.) ? À un texte de vulgarisation scientifique ou visant un lectorat étendu (cf. les « quatre pages » comme Insee Première ou Population et sociétés) ?… On n’attend pas la même chose de ces différentes catégories d’écrits, et on n’apprécie pas non plus leur qualité de la même manière. Le genre « essai » est souvent déprécié par les chercheurs qui se méfient du manque d’ancrage empirique mais certains ouvrages de cette catégorie, parce qu’ils élargissent la réflexion et prennent de la hauteur, sont reconnus comme des livres majeurs7 . Le vrai problème concerne surtout les produits marketing dont les signataires peuvent être de pures créations médiatiques ou, parfois, de membres de la communauté académique délaissant le travail ingrat du « terrain » au profit de gains plus rapides et éventuellement plus matériels. Généralement, un rapide coup d’œil à la bibliographie permet de se faire une idée du temps passé à écrire l’ouvrage en question.

Venons-en au support éditorial : l’éditeur et la collection s’il s’agit d’un livre ; la revue s’il s’agit d’un article. Je vais insister ici sur le type « article ». Avec les colloques et les séminaires de recherche, les revues spécialisées sont les piliers de l’activité scientifique. Pour un-e chercheur-se, publier régulièrement dans de « bonnes revues » est une nécessité – le must en terme de visibilité, de diffusion et de prestige étant d’accéder aux plus cotées d’entre elles. L’une des raisons qui font qu’un énoncé scientifique est autre chose qu’une opinion déguisée ou qu’une poignée de considérations jetées à la va-vite réside précisément dans le fonctionnement de ces institutions8 . Un texte publié est en effet le résultat d’un processus collectif et itératif parfois très long. Il arrive fréquemment que le temps se compte en années entre le début d’une recherche et la parution finale. C’est souvent après avoir déjà présenté ses recherches dans différents cercles scientifiques (séminaires, colloques, conférences internationales…) que l’auteur-e soumet son « papier » à la revue ; lorsque celle-ci possède un comité de lecture, l’article proposé passe entre les mains de relecteurs désignés comme « experts » (referees ou peer reviewers), opérant généralement en double-aveugle (anonymat de l’auteur et des experts) et qui peuvent refuser un article jugé insatisfaisant ou exiger des révisions parfois substantielles et réitérées. Cette organisation du travail scientifique ne suffira jamais à l’établissement de « vérités absolues et définitives » mais limite au moins le risque d’affirmations grossièrement fausses ou malhonnêtes et de non-sens flagrants. Ce n’est déjà pas si mal.

Lorsque vous lisez un article et que vous le passez au crible, il est essentiel de bien identifier de quelle revue il est extrait. Vous acquerrez au fil de vos études une sorte de culture du paysage éditorial, et saurez par exemple que Sociologie, SociologieS et la Revue française de sociologie sont trois revues tout-à-fait distinctes. L’existence ou non d’un comité de lecture, le degré de légitimité de la revue, et surtout ses orientations théoriques sont autant d’éléments à prendre en considération. L’irruption depuis quelques années de l’open access fait l’objet de débats intenses : vous croyiez peut-être jusqu’ici que les auteur-e-s d’articles étaient payé-e-s pour leur tâche, un peu comme les pigistes, ou si vous préférez les feuilletonistes du XIXe siècle, ce qui n’est heureusement pas le cas. Vous saurez désormais que certain-e-s auteur-e-s payent, et parfois très cher (le coût étant en général supporté par le laboratoire), pour voir leurs articles publiés dans ces revues électroniques, avec des procédures d’expertise accélérées… et parfois pas d’expertise du tout. Connaître les différents modèles de libre accès, dont certains sont parfaitement légitimes, savoir ce qu’est une mise en ligne d’article sur le mode « archive ouverte » (ex : HAL-SHS), constituent une nécessité.

Les tours d’ivoire n’existent pas et toute publication s’inscrit, explicitement ou non, dans une époque traversée par des débats sociaux, sociétaux, politiques, dont les débats scientifiques sont pour la plupart indissociables. On ne comprend pas la curiosité de Pierre Vidal-Naquet pour l’historien Flavius Josèphe (37/38 – c.100) si l’on ne connaît pas la trajectoire et les engagements du premier. On ne comprend pas le sens de l’affrontement entre Roland Mousnier et Ernest Labrousse sur la stratification sociale de l’Ancien régime (« ordres ou classes ?»), les controverses violentes déchirant les historiens de la Révolution française à peu près à la même époque, ou encore l’apport théorique essentiel que représente un livre comme celui d’Edward P. Thompson, La Formation de la classe ouvrière (1963)9 , si l’on ignore tout de l’histoire du marxisme et de la guerre froide. Pour réaliser une analyse de lecture satisfaisante, vous serez donc souvent amené à effectuer quelques recherches sur ce contexte de publication – sans aller nécessairement jusqu’à transformer l’exercice en commentaire de document historique. Si par exemple vous avez à traiter une publication récente sur la Grande guerre, vous ne pourrez pas échapper aux controverses entre « école de Péronne » et historien-ne-s du Crid 14-18 : il ne s’agira pas d’avaler toute l’historiographie du sujet depuis vingt ans, encore moins de prendre parti, mais de résumer en quelques phrases le débat, en faisant état des enjeux idéologiques, générationnels et institutionnels sous-jacents. Cela amènera à mieux saisir le texte, parfois même à lire entre les lignes.

Résumer en un ou deux paragraphes le contenu de la publication, en mettant en relief son argument principal et/ou ses principaux résultats, est une bonne façon de conclure la première étape avant de passer à la seconde.

Analyser la démarche scientifique

On entre désormais dans le cœur de l’analyse, disons dans l’étude « interne » de la publication. Chaque auteur-e a son propre style malgré le caractère relativement codifié de l’écriture académique : l’exposition de la démarche adoptée et des ressources mobilisées est, selon les cas, plus ou moins formalisée. Le facteur disciplinaire est à cet égard assez déterminant : la santé publique et l’épidémiologie tendent à imposer la norme de rédaction dite « IMRAD » (pour Introduction, Method, Results and Discussion) mais les sciences humaines restent dans l’ensemble rétives à l’idée d’une telle standardisation des articles, propice au formatage de l’écriture sinon de la pensée. Il faut donc parfois, pour recomposer les étapes d’un raisonnement, être capable de s’abstraire de la lecture ligne à ligne. Notons qu’en général, les études de type « quantitatif » (surtout en économie et en démographie) reposent sur des protocoles un peu plus normés que les travaux « qualitatifs ».

Pour qu’une enquête scientifique soit digne d’intérêt il faut qu’elle repose sur un objet construit de manière raisonnée, une problématique féconde et, même si elles ne sont pas toujours indiquées noir sur blanc, sur des hypothèses de départ (le dispositif de recherche étant une mise à l’épreuve de leur validité). À vous de les repérer, et d’apprécier leur richesse et leur pertinence. Lorsque des économistes d’aujourd’hui cherchent à évaluer l’impact des cycles menstruels sur les comportements économiques ou les préférences sociales, vous êtes en droit de vous interroger, même si le protocole expérimental peut paraître impressionnant10 … Une problématique s’inscrit dans un cadre théorique de référence, ou tout au moins un cadre d’analyse lui-même issu d’un courant, d’une « école », au minimum d’un corps de concepts et/ou de méthodes. On parvient à deviner ce cadre via différents indices (auteur-e-s cité-e-s, vocabulaire utilisé…), le laboratoire d’appartenance étant pour les connaisseurs une indication forte, mais surtout en observant la liste des références bibliographiques. Pas de bon travail scientifique sans une « littérature secondaire » à la fois étoffée et à jour, laquelle atteste une maîtrise de l’acquis scientifique et garantit un minimum de cumulativité de la recherche.

La question des (res)sources empiriques (ou matériaux « primaires ») utilisées est sans conteste la plus importante à aborder. Si vous êtes en début de cursus, c’est sur cette dimension que vous focaliserez tout particulièrement votre attention. C’est pourquoi je m’étendrai un peu plus sur ce point qui, là encore, touche aux fondements de nos disciplines et à la crédibilité de nos démonstrations. Lisez simplement l’avant-propos du premier tome, ainsi que l’Annexe C du second tome de La destruction des Juifs d’Europe de Raul Hilberg (1985), et vous vous ferez une idée de ce que furent les trente années de travail ayant abouti à cette œuvre qu’il faut bien qualifier de monumentale11 . Contrairement au journaliste, l’auteur-e, en sciences humaines, cite ses sources. Il/elle le fait au fil du texte, généralement selon un système de notes (de bas de page ou de fin), souvent après avoir présenté ces sources en introduction ou en première partie. Ces dernières sont ensuite inventoriées en fin d’ouvrage. Les matériaux de base de la recherche peuvent être de plusieurs natures. Si je les présente d’un seul tenant, c’est que l’évolution de la transdisciplinarité a contribué à estomper les spécificités propres à chaque discipline ou sous-discipline (caricaturalement : archives pour les historiens, entretiens ou observation participante pour les socio-ethnographes, bases statistiques pour les démographes, les économistes ou les sociologues quantitativistes, etc.). De façon très synthétique et nécessairement incomplète on peut distinguer :

  • les sources imprimées (la « littérature primaire »), ainsi que les images, œuvres audiovisuelles, etc.
  • les archives, c’est-à-dire tous les documents bruts conservés sans finalité de publication (ajoutons, pour certaines époques, les matériaux archéologiques)
  • les entretiens oraux (témoignages, récits d’expérience ou de vie…) et observations in situ
  • les données statistiques (statistiques publiques, enquêtes originales)

Les approches quantitatives sont traditionnellement fondées sur des sources aussi homogènes que possible (y compris dans le cas d’études sur archives : v. le corpus-monstre d’archives judiciaires constitué par Anne-Marie Sohn dans sa thèse d’État12 ). La tendance à diversifier les matériaux d’enquête n’est pas si récente que cela (v. Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses (1958)13 ), mais l’actuel décloisonnement disciplinaire se traduit par l’existence désormais plus fréquente de travaux multipliant les terrains d’investigation (v. Alexis Spire, Étrangers à la carte : l’administration de l’immigration en France (1945-1975) ou encore Alain Dewerpe, Charonne, 8 février 1962 : anthropologie historique d’un massacre d’État14 ). Une fois le corpus identifié, intéressez-vous à la critique à laquelle les sources sont soumises par l’auteur-e. La « réflexivité » savante consiste notamment à s’interroger sur les écarts entre les sources et la réalité étudiée, de manière à ne pas être « dupe » des limites du corpus15 et à en tirer le meilleur parti possible (v. comment Thomas Piketty, dans Les hauts revenus en France au XX e siècle. Inégalités et redistributions 1901-1998, présente son matériel d’analyse16 ).

L’usage qui est fait de ce corpus relève-t-il bien d’une démonstration logique, conforme aux règles d’ « administration de la preuve » (l’auteur-e prouve-t-il/elle ce qu’il/elle affirme?) ? Cette question vous conduit à vous pencher attentivement sur la démarche mise en œuvre : analyse documentaire, croisement d’informations, classement ou élaboration d’une typologie, traitements statistiques, réalisation de cartes, etc. Il est difficile de détailler davantage cet aspect qui se prête moins aux remarques transversales. L’idée sur laquelle on pourrait insister est la suivante : nul n’est compétent sur tous les sujets, dans toutes les disciplines, capable d’émettre un avis sur toutes les techniques existant pour transformer des données en résultats… mais on ne doit jamais pour autant se laisser intimider par un texte. Le caractère rigoureux ou au contraire approximatif, limpide ou confus, riche ou creux d’une démonstration peut être assez facilement repéré par un-e non-spécialiste un tant soit peu exercé. L’honnêteté intellectuelle, la prudence quand elle s’impose, le refus des outrances et des règlements de compte, laissent généralement présumer le sérieux d’une étude. Un article publié par le sociologue Mathieu Ichou dans la Revue française de sociologie est selon moi un excellent exemple17 . La transparence de la démarche, la capacité à se situer dans un débat scientifique sensible (tout en le désamorçant) et à expliquer simplement une méthode sophistiquée, le sens de la nuance, n’ont pas pour seul effet de rendre un propos plus convaincant. Ils permettent aussi de clarifier les points d’opposition, de mieux poser les problèmes, de faire évoluer les controverses au lieu de les figer, etc. Cela nous amène au dernier stade, celui de la « discussion ».

Discuter le texte

J’ai évoqué en introduction le principe d’une acquisition graduelle des compétences. Il n’y a pas lieu d’exiger d’un-e étudiant-e en premier semestre de licence qu’il/elle se lance dans une « discussion » hyper-technique qui nécessiterait des années de spécialisation. Être capable de dire si le texte vous a paru clair, convaincant et surtout intéressant (et en quoi) est déjà une première forme d’appropriation. Mieux encore, vous pouvez indiquer ce que la lecture vous a apporté : vous sentez-vous un peu plus savant après cette lecture ? Avez-vous l’impression d’avoir revu grâce à celle-ci certaines idées reçues ou clichés (ou l’article reste-t-il lui-même prisonnier d’un certain nombre d’a priori ?) ? Dire en quoi le texte étudié s’insère dans votre enseignement ou peut le compléter est peut-être ce qu’il y a de plus utile.

Les questions plus pointues sont de divers ordres. Le texte est-il plutôt classique ou novateur sur plan empirique (connaissances), méthodologique ou théorique (questions générales) ? Y a-t-il des biais d’analyse flagrants ou des « oublis » évidents (ex : l’auteur-e n’a pas mentionné une thèse contradictoire, a évoqué mais déformé les arguments adverses, a occulté un fait établi qui fragiliserait ses arguments, etc.)? Des aspects factuels, méthodologiques, interprétatifs ou plus théoriques sont-ils en contradiction avec ce que l’on peut savoir par ailleurs ? Quelles sont les limites de l’étude et comment pourrait-on y remédier ? Ne pas développer ces éléments de discussion ne vous interdit pas d’y réfléchir de votre côté. En osant exprimer vos commentaires, même brefs, il n’est pas impossible que vous fassiez découvrir à vos enseignant-e-s des choses qu’ils/elles n’avaient pas vues.

  1. J’évite le terme de « fiche de lecture » qui, compris dans un sens trop scolaire, donne généralement lieu à un résumé-paraphrase suivi d’un « avis personnel » sans grand intérêt []
  2. Le lecteur aura noté que cette note embrasse différentes disciplines. Le but, en effet, n’est pas de faire un cours de méthodologie spécialisée, mais de fournir des clés valables pour toutes ces disciplines, celles-ci relevant de principes généraux identiques []
  3. Les ingénieur-e-s d’étude (recrutés au niveau licence au minimum) et de recherche (niveau doctorat) collaborent aux activités de recherche, sous des formes allant de l’appui technique et méthodologique à la réalisation de tâches analogues à celles des chercheur-se-s []
  4. Rappelons à ce sujet que les métiers de la recherche en sciences sociales ne sont pas des professions réglementées : l’usage du titre d’ « économiste » ou encore d’« historien-ne » n’est pas protégé par la loi. Bien des personnalités médiatiques savent en jouer et entretenir la confusion, au besoin en se réclamant de tel ou tel obscur « institut » ou « observatoire » []
  5. Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Plon, 1960 ;  Philippe Ariès, Un historien du dimanche, Paris, Seuil, 1980 []
  6. En voici un exemple : François-Joseph Ruggiu, « Histoire de la parenté ou anthropologie historique de la parenté ? Autour de Kinship in Europe. », Annales de démographie historique 1/2010 (n° 119) , p. 223-256 URL : www.cairn.info/revue-annales-de-demographie-historique-2010-1-page-223.htm []
  7. Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Fayard, 1995 []
  8. Cela suppose bien-sûr que l’on ait affaire à de véritables revues faisant correctement leur travail – voir ici et par exemple []
  9. Edward P. Thompson, La formation de la classe ouvrière, Paris, Le Seuil, 2012 [1ère ed. 1963] []
  10. L’éternel retour du déterminisme biologique – sous des visages sans cesse renouvelés : génétique des comportements, comportementalisme, psychologie évolutionniste, etc. – appelle une vigilance constante. Je remercie Yann Giraud de m’avoir indiqué l’existence de ces articles qui évoquent, en beaucoup moins drôle, les parodies de Georges Perec dans Cantatrix sopranica L. []
  11. Raul Hilberg, La Destruction des Juifs de France , Fayard, 1988, rééd. Gallimard, « Folio-Histoire », 2006, 3 vol []
  12. Anne-Marie Sohn, Chrysalides. Femmes dans la vie privée (XIXe-XXe siècles), Publications de la Sorbonne, 1, 1996 []
  13. Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXe siècle, Perrin, 1958, rééd. Plon, 2002 []
  14. Alexis Spire, Étrangers à la carte : l’administration de l’immigration en France (1945-1975), Grasset, 2005 ; Alain Dewerpe, Charonne, 8 février 1962 : anthropologie historique d’un massacre d’État, Gallimard, 2006 []
  15. V. Joanie Cayouette-Remblière, « Reconstituer une cohorte d’élèves à partir de dossiers scolaires. La construction d’une statistique ethnographique », Genèses, n°85, 2011, p. 115-133 []
  16. Thomas Piketty, Les hauts revenus en France au XX e siècle. Inégalités et redistributions 1901-1998, Grasset, 2001 []
  17. Mathieu Ichou, “Différences d’origine et origine des différences : les résultats scolaires des enfants d’émigrés/immigrés en France du début de l’école primaire à la fin du collège”, Revue française de sociologie, 54(1), 2013, p. 5-52 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *