L’histoire à travers champs

­Retour sur la conférence de Dan WADHWANI (Lille, 14 janvier 2016)

La corporation des historiens serait bien avisée de regarder comment se fait l’histoire en dehors de ses ateliers. Dans les champs de la science politique, de la sociologie ou de l’économie, elle y découvrira des tours de main et des usages variés et peut-être même un rapport nouveau au savoir historique.

La conférence donnée à Lille par Dan Wadhwani était le moment de discuter de la place qu’occupe aujourd’hui l’histoire dans les sciences du management et des organisations en revenant sur l’ouvrage qu’il a publié en 2014 avec Marcelo Bucheli chez Oxford University Press1 . Organizations in Time : History, Theory, Methods ne semble pas avoir encore suscité beaucoup d’échos en France et plus particulièrement chez les historiens français. L’alchimie de la réception des ouvrages étrangers est toujours très mystérieuse et il serait dommage que ce livre connaisse un sort similaire à celui d’un autre livre important The Logics of History, de William Sewell, auquel les auteurs d’Organizations in Time renvoient d’ailleurs souvent et dont la réception en France a été plutôt tardive2 .

Il n’est pas question de fournir ici un compte rendu exhaustif d’Organizations in Time mais il s’agit plutôt d’insister sur certains de ses apports essentiels et sur la discussion que les participants à la conférence du 14 janvier ont pu avoir. Disons d’emblée, toutefois, que ce qui fait la force de l’ouvrage tient à la fois à la familiarité de son contenu, pour quiconque s’intéresse un peu à l’épistémologie de l’histoire, mais aussi, et surtout, à l’originalité de la perspective. En effet, le public auquel s’adressent les auteurs et le lieu d’où parlent ces derniers confère au contenu théorique un éclairage singulier qui permet d’appréhender à nouveaux frais des éléments déjà fort bien connus par ailleurs.

Organizations in Time

Organizations in Time part du constat d’un regain d’intérêt pour l’histoire dans les écoles de commerce et les départements de management. Cet essor fait suite à une longue période de refoulement de l’histoire qui correspond, quant à elle, à l’affirmation et à la professionnalisation du management dans les structures d’enseignement supérieur. À ce moment, dans les années 1950-1960, le management en voie d’institutionnalisation s’inspire de modèles scientistes caractérisés, en autres, par le recours à des méthodes quantitatives. Dès les années 1980 cependant, le champ des organizations studies devient plus éclectique, favorisant ainsi l’émergence de travaux critiques où l’histoire tient une place importante. Ce retour de l’histoire, d’abord timide, semble s’affirmer dans les années 2000 avec la création, notamment, d’un certain nombre de revues. Bien entendu, comme le précisent Behlül Uskidin et Matthias Kipping dans l’ouvrage, le futur de cette évolution est tout à fait incertain. Il n’en demeure pas moins que le savoir historique est désormais installé dans ce domaine.

Encore faut-il savoir de quelle histoire l’on parle. Tout l’intérêt de l’ouvrage est précisément de ne pas faire l’économie d’une réflexion épistémologique et méthodologique sur la connaissance historique. Trois caractéristiques de cette dernière sont ainsi mises en avant :

Son caractère constructiviste qui conduit l’historien à se demander comment les actions sont formées dans le temps mais aussi par le temps. La question des temporalités est ici primordiale. Les acteurs progressent dans des contextes qui les dépassent et qui n’évoluent pas au même rythme qu’eux ; leur historicité fait que les expériences passées et leur représentations ont une incidence sur les attentes quant au futur ; les acteurs agissent de manière séquentielle – s’il est vrai qu’ils associent des ressources hétérogènes, ils le font dans un certain ordre qui n’est pas neutre quant à l’action elle-même.

  • Son caractère cognitif qui incite l’historien à s’intéresser aux motivations, aux représentations et aux significations dont les acteurs s’inspirent et qu’ils confèrent à leurs propres actions.
  • Son caractère critique dans la mesure où l’histoire ne tient jamais une généralisation pour acquise.
  • Enfin le savoir historique peut s’appliquer toutes ces caractéristiques à lui-même, il est de fait réflexif et doit donc s’attarder sur les conditions de sa propre production.

Bien entendu, répétons-le, tout cela pourra paraître connu à tout historien intéressé par la théorie de sa propre discipline3 . Mais tout l’intérêt d’Organizations in Time est de réactiver tout un fonds de réflexion théorique sur l’histoire dans un dialogue particulier avec les sciences du management et des organisations.

En effet, les auteurs d’Organizations in Time assument le fait que leur réflexion théorique s’inscrit dans un débat particulier qui nécessite de prendre en compte les attentes des interlocuteurs. Ainsi, lorsqu’ils veulent collaborer avec des collègues d’autres disciplines, il est nécessaire que les historiens expliquent un certain nombre d’attendus qui restent chez eux trop souvent implicites. En dehors des ateliers de la corporation, il n’est pas possible de garder les savoir-faire secrets. Dans le dialogue interdisciplinaire, il est ainsi nécessaire d’expliciter ses fondements théoriques et méthodologiques, ce qui suppose, bien entendu, de les connaître. Mais il faut tenir compte, en même temps, de la spécificité du dialogue : expliquer les fondements théoriques et épistémologiques de l’histoire ne peut se faire de la même manière selon que l’on s’adresse à des philosophes ou à des économistes.

Lors de la conférence, une bonne partie des questions a précisément porté sur le caractère dialogique de l’histoire. Que l’histoire soit un dialogue reposant sur le rapport du Même à l’Autre est une idée souvent admise et certainement juste. Pour Dan Wadhwani, cette caractéristique de l’histoire explique la réinvention permanente de la connaissance historique qui ne cesse d’être marquée par des tournants – tournant structuraliste, linguistique, pragmatique, … Doit-on toutefois déduire de ce dialogue que l’histoire entretient avec elle-même le fait qu’elle doive toujours être impliquée dans un dialogue avec d’autres disciplines ? Ne risque-t-elle pas alors d’en devenir une science auxiliaire ? Posée en ces termes (par l’auteur de ces lignes), la question est sans doute caricaturale mais elle renvoie à des débats parfois vifs entre les historiens qui appartiennent à la discipline historique et ceux qui appartiennent à des disciplines différentes. Les premiers reprochant parfois aux seconds de ne pas être assez fidèles à la méthodologie traditionnelle, notamment quant à l’étude des sources ; les seconds, d’autant plus sûrs d’eux qu’ils vont aussi aux archives, quoiqu’on en dise, reprochant aux premiers un splendide isolement d’autant plus dérisoire qu’il va souvent de pair avec une absence totale de réflexivité théorique.

Concluons par quelques remarques plus personnelles. L’histoire comme discipline ne peut plus conserver la nostalgie fantasmée d’avoir le monopole du passé voire de la connaissance historique elle-même. Quand elle joue de cette nostalgie, elle le fait parfois au prix d’associations malheureuses. Elle ne peut certainement plus se rêver comme la reine des sciences humaines et sociales qu’elle n’a jamais été. La fragmentation incontestable du champ des sciences sociales et des humanités rend cette perspective tout à fait vaine. Elle nous conduit à penser nos disciplines non pas comme des territoires bien délimités d’un vaste continent mais comme un archipel où l’on circule d’île en île. Dans leur esquif, les historiens ont pourtant bien des choses à échanger : leur intérêt pour les périodes lointaines, leur rapport à la longue durée et même leur rêve un peu fou d’une histoire totale ou d’une résurrection totale du passé. Loin de nous perdre, le dialogue et l’échange nous permettent de nous retrouver. Remercions les auteurs d’Organizations in Time de nous avoir donné l’occasion de nous le rappeler.

  1. Dan Wadhwani est professeur de management à l’Université du Pacifique (Californie) []
  2. Nous n’avons trouvé sur Cairn que 22 articles mentionnant l’ouvrage de William Sewell et, bizarrement, aucun compte rendu. La même recherche sur Persée ne permet d’obtenir aucun résultat []
  3. Parmi les nombreux ouvrages traitant ce type de question, notons : Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, Nicolas Offenstadt (dir.), Historiographies, 2 vol. ?, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2010 []

Une réflexion au sujet de « L’histoire à travers champs »

  1. Ping : Faire de l'histoire à l'heure du numérique | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *