Pour une histoire économique du politique

L’une des ambitions principales de notre ouvrage, publié récemment aux Presses de Sciences Po, est de souligner l’intérêt d’une approche du politique par l’économie. L’histoire économique du politique, telle que nous la concevons, étudie la fabrique du discours économique d’organisations politiques – en l’occurrence les partis socialistes français entre 1944 et 1981 – de son élaboration par des « experts » à sa publicisation par les dirigeants et les propagandistes. Il s’agit, en somme, de saisir les évolutions – ou involutions – de l’usage politique que font les partis socialistes de l’économie et, simultanément, d’évaluer leur attitude face aux avancées conceptuelles de la théorie économique (keynésianisme, marxisme, « école de la Régulation »). Cette approche épistémologique permet de réinsérer les partis dans une histoire économique dont ils sont trop souvent exclus sans justification et, réciproquement, de mettre en lumière l’importance de la thématique économique dans l’élaboration des stratégies partisanes, notamment en temps de crise.

Cette appréhension du politique par l’économie dynamise des champs de recherche que l’on croyait bien connus. Les travaux d’Adam Tooze en ont fourni un exemple magistral en 2006. En remettant l’économique au centre de la compréhension du régime nazi, l’historien britannique éclaire d’un jour nouveau les motifs de l’agression hitlérienne et les causes de son échec1. Dans le cas français, les recherches de Michel Margairaz ont prouvé l’importance du message économique et social de la Résistance dans la construction d’une culture politique de régulation transpartisane, socle de la croissance forte et continue des années 1950-19602. Cette grille de lecture reste pertinente pour des périodes plus récentes. Évoquant l’exemple de la perestroïka soviétique, Mark Mazower montre combien une réforme économique d’envergure peut influer sur la transformation du cadre politique d’une société. Dans l’esprit de Mikhaïl Gorbatchev, la restructuration de l’économie russe devait entraîner l’abandon du socialisme d’État et, in fine, la « démocratisation de toutes les parties de la société3 ».

Mathieu-FULLA_2016L’histoire économique du politique promue dans l’ouvrage s’oppose ainsi à la conviction des économistes « néoclassiques » et « néokeynésiens », selon laquelle les instruments forgés par la « science économique » expliqueraient à eux seuls la dynamique du capitalisme. Elle rejoint en cela les tenants de l’« approche institutionnaliste4 » défendue par quelques économistes hétérodoxes. À la suite des premiers régulationnistes des années 1970 (Michel Aglietta, Robert Boyer, Benjamin Coriat), ces derniers plaident, aux côtés de Karl Polanyi, pour une économie politique plongée dans l’histoire5. Les travaux des économistes Bruno Amable et Stefano Palombarini entretiennent également de fortes résonances avec notre préoccupation première, celle de souligner l’interrelation constante entre le politique et l’économique, « champs autonomes, répondant [certes] à des logiques irréductibles l’une à l’autre », mais qui évoluent en « se conditionnant réciproquement sans qu’aucun des deux ne détermine strictement la dynamique de l’autre6 ». Ce plaidoyer rejoint dans sa finalité les préoccupations de Thomas Piketty appelant dans la conclusion de son best-seller à une « économie politique et historique » étudiant de concert les évolutions politiques et économiques sur la longue durée7. Étudier les relations complexes entre les lois économiques et la manière dont les élites partisanes pensent et pratiquent la politique est une nécessité pour écrire cette « histoire multidimensionnelle du capital et des relations de pouvoir » que l’économiste et à sa suite plusieurs historiens appellent de leurs vœux dans une livraison stimulante de la revue des Annales8.

Le respect de la théorie ne joue en effet qu’à la marge dans l’élaboration de la politique économique. Dans une démocratie libérale pluraliste, la question économique est surdéterminée par les enjeux liés à la compétition pour le pouvoir. Lorsque l’union de la gauche entre le PS et le PCF se fonde, en juin 1972, sur un programme commun considérant l’extension du secteur public bancaire et industriel comme la clé de voûte de son projet économique, les nationalisations deviennent de facto une arène privilégiée du combat politique, non seulement entre la droite et la gauche mais aussi entre les gauches. En 1977, les passes d’armes entre socialistes et communistes sur les nationalisations industrielles atteignent ainsi un degré de violence verbale égal voire supérieur à celui opposant le gouvernement Barre à ses adversaires sur le même sujet.

Réduire l’histoire du socialisme économique aux programmes officiels des partis conduirait toutefois à omettre une dimension décisive à sa compréhension, celle du processus et des procédés de fabrication de ce discours public. Le marxisme et l’anticapitalisme dont se réclament toutes les déclarations de principes des partis socialistes de 1905 à 1990 masquent la pluralité des cultures économiques tantôt rivales, tantôt complices, irriguant le socialisme politique. Percer les secrets de fabrication de son discours économique implique de resserrer la focale sur l’acteur clé de la « salle des machines » l’expert engagé.

L’expert engagé, figure centrale d’une histoire économique du politique

Entre l’économique et le politique, il y a l’expert engagé. L’étude approfondie de cet acteur est essentielle pour dépasser le stade d’une simple histoire des programmes économiques partisans. L’extrême diversité des profils d’experts socialistes dans l’espace et dans le temps implique qu’on ne puisse les qualifier d’« économistes » sans recourir aux guillemets9. Car la plupart de ceux qui se définissent comme tels ne sont pas des universitaires, agrégés et/ou docteurs en économie. Parlementaires et syndicalistes Force ouvrière au temps de la SFIO puis, à partir du milieu des années 1960, hauts fonctionnaires, banquiers et cadres du secteur privé sont mieux représentés que les universitaires dans les multiples structures d’expertise sécrétées par les différentes organisations socialistes tout au long de la période. Le rôle de ces experts est plus décisif encore en temps de crise pour un parti en situation d’opposition comme l’est le PS. Après le premier choc pétrolier d’octobre 1973, ses dirigeants s’affichent publiquement avec les plus médiatiques d’entre eux afin de souligner la crédibilité économique de leur formation et leur capacité à construire une alternative crédible aux politiques de droite incapables de juguler la hausse combinée de l’inflation et du chômage.

La multipositionnalité des principaux experts économiques socialistes rend vaines les tentatives de classification par le seul critère socioprofessionnel : en milieu socialiste, est expert celui perçu comme tel par les instances dirigeantes du parti, fort de sa capacité à traduire le langage technique de l’économie en une langue plus commune, celle du politique. Les principaux « économistes » socialistes sont pour la plupart des « politiques-experts », professionnels de la politique disposant d’une culture suffisamment solide pour superviser les travaux des commissions d’études et veiller à leur adéquation avec la stratégie de l’organisation. Jules Moch, Paul Ramadier et André Philip sous la Quatrième République, Jacques Delors, Laurent Fabius et Michel Rocard dans les décennies suivantes illustrent la trajectoire de ces acteurs transformant progressivement leur compétence économique initiale en autorité sociale et, pourrait-on ajouter en prolongeant la réflexion de Michel de Certeau, politique10. Sortis – parfois depuis longtemps – de leur laboratoire ou de leur administration, ils assurent la conversion des notes produites par des experts plus jeunes en ressources politiques exploitables par les leaders socialistes, dont la culture économique reste pour les plus importants d’entre eux – Léon Blum, Guy Mollet, François Mitterrand – rudimentaire.

La focale de l’expertise permet en outre d’aborder la question des liens entre socialisme politique et théorie économique. Sous la Quatrième République, de fortes personnalités comme Jules Moch ou André Philip appellent à confronter le marxisme de la SFIO à la révolution keynésienne saisissant les États d’Europe occidentale après-guerre ; ils ne sont pas entendus. La situation évolue dans les premières années de la République gaullienne. Trois pôles émergent entre les années 1960 et la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle de 1981.

Le premier, marxisant, se revendique de la théorie léniniste du capitalisme monopoliste d’État (CME), redécouverte par le monde communiste dans les années 1960 et adoptée par le PCF à l’issue de la conférence internationale de Choisy-le-Roi des 26-29 mai 1966. De nombreux « économistes » proches de Jean-Pierre Chevènement ainsi que quelques experts mitterrandistes ne tarissent pas d’éloge à l’égard de cette analyse qui présente nombre de traits communs avec les travaux de la branche grenobloise de ce que l’on appelle communément – et improprement – à partir des années 1980 « l’école de la régulation11 ».

Ce premier pôle cohabite avec des « économistes » soucieux de dépasser l’alternative entre marxisme et keynésianisme. Rejetant le CME jugé trop schématique pour saisir la dynamique subtile du capitalisme, ils critiquent également la macroéconomie keynésienne traditionnelle. Rompus aux techniques de planification en vigueur au ministère des Finances – au sein duquel beaucoup d’entre eux exercent ou ont exercé –, ces experts partagent les analyses de la branche parisienne de « l’école de la régulation » marquée par les travaux pionniers de Michel Aglietta et de Robert Boyer. Les proches de Jacques Attali, de Jacques Delors et de Michel Rocard peuvent être regroupés dans cette mouvance transcourant que nous qualifions de « régulationniste keynésienne ». Ces « économistes » plaident pour un nouveau modèle de croissance et la construction de nouveaux indicateurs socio-économiques. Certains d’entre eux se revendiquent même d’un socialisme autogestionnaire, popularisé par le PSU et la CFDT en 1968.

Du congrès d’Épinay du PS de juin 1971 à la rupture de l’union de la gauche en septembre 1977, ces « régulationnistes keynésiens » cohabitent en bonne intelligence avec un troisième pôle théorique plus ancien mais déclinant, celui des « keynésiano-mendésistes ». Sceptiques à l’égard du marxisme comme de l’autogestion, ces héritiers de Pierre Mendès France plaident, dès la fin des années 1950, pour une économie mixte, où le marché serait régulé par un plan élaboré démocratiquement. Promouvant une forme de « néoplanisme », lointaine héritière des travaux de la Confédération générale du travail (CGT) des années 1930, ces « économistes » aspirent à réformer la doctrine socialiste sur le modèle du SPD allemand lors de son congrès de Bad Godesberg en 1959. Ils défendent un réformisme qu’ils jugent « révolutionnaire » car seul à même de concilier à court terme efficacité économique et justice sociale. Dans les années 1970, la plupart des « keynésiano-mendésistes » se regroupe autour de Pierre Mauroy. Leurs affinités évidentes avec les « régulationnistes keynésiens » leur permettent de constituer un front relativement uni face aux foucades marxistes du CERES chevènementiste et de la section économique du PCF.

Les joutes verbales entre « économistes » de gauche, récurrentes après 1977, relèvent cependant bien davantage de rivalités politiques que d’une divergence radicale sur la manière de penser l’économie. Sans souscrire à la thèse excessive d’une parfaite communauté de vues entre « économistes » de l’opposition, ces derniers puisent à partir de la deuxième moitié des années 1960 dans un fonds culturel commun structuré par trois convictions : les dysfonctionnements du capitalisme sont d’ordre structurel et non conjoncturel ; la nation est le cadre pertinent de la politique macroéconomique ; l’utilisation différente des instruments aux mains de l’État permettra d’obtenir des taux de croissance supérieurs à ceux de la droite. La majorité de ces « économistes », y compris les marxistes, sont en revanche sceptiques sur la capacité d’un pouvoir socialiste à rompre avec le capitalisme, réduisant l’objectif révolutionnaire énoncé par François Mitterrand à Épinay à une envolée lyrique de congrès.

Dépasser l’explication courte de l’incompétence pour comprendre la dynamique sinueuse du socialisme économique du second vingtième siècle exige des va-et-vient constants entre l’idéologie officielle des partis socialistes et les cultures économiques que leurs experts diffusent en leur sein. Ce procédé est le seul à même de dévoiler les ressorts politiques du décalage, plus ou moins important selon la période, entre le bricolage idéologique marxiste-keynésien du discours officiel et l’approche « keynésiano-mendésiste » ou « régulationniste keynésienne » des problèmes développée dans le huis clos des commissions d’études. Ce constat nous conduit à proposer une modélisation du processus de fabrication du discours économique socialiste.

« Captation-intégration-conversion » : la fabrique du discours économique socialiste

L’histoire du socialisme économique au vingtième siècle met en lumière la relation inégale entre le politique et l’économique dans un régime démocratique pluraliste et libéral. Tout au long de la période, la ligne économique des organisations socialistes, le plus souvent dans l’opposition, est surdéterminée par les intérêts stratégiques de leurs dirigeants. Surdétermination n’est cependant pas synonyme d’univocité. Un gain d’expertise sur une thématique économique favorise sa valorisation par le parti. Les négociations délicates sur l’actualisation du programme commun en offrent un exemple probant : à partir de l’automne 1976, le socialisme industriel trouve sa place sur l’agenda du PS car il est impensable de s’engager dans une négociation aussi délicate sans maîtriser la structure des holdings dont le programme commun prévoit la nationalisation en cas d’arrivée de la gauche au pouvoir. Un embryon de politique de l’offre fait son entrée dans les programmes électoraux du parti. Cette manière de procéder n’est pas propre au parti de François Mitterrand. Tout au long de la période, la fabrique du discours économique socialiste (voire de l’ensemble des partis républicains ?) suit un processus de production en trois temps.

Le premier temps est celui de la « captation ». À l’initiative d’un groupe d’études, d’un leader ou d’un de ses conseillers, les formations socialistes se saisissent d’un ouvrage théorique, d’une revendication portée par les confédérations syndicales et/ou le mouvement social. Elles peuvent aussi décider de réagir à une mesure économique ou socio-économique gouvernementale ou, tout simplement, à un événement (choc pétrolier, licenciements industriels, etc.) dont ses dirigeants pourraient tirer un profit politique.

Si l’idée « captée » est jugée utile à la stratégie du parti, celle-ci est mise en conformité avec sa doctrine économique, donc enrichie des références (révérences ?) marxistes obligées et nettoyées de ses éventuelles scories libérales. Ce second temps de la conversion idéologique révèle nettement la surdétermination de l’économique par le politique. Le pamphlétaire Guy Sitbon relève ainsi l’évolution brutale de Jacques Attali une fois celui-ci nommé responsable du programme présidentiel de François Mitterrand en 1974 : « Coiffé de responsabilités, l’intellectuel d’hier tourna instantanément au politique. Une proposition n’est plus vraie ou fausse, elle est bonne ou mauvaise pour nous. Il valait mieux que le bon pour nous soit vrai mais ce n’était pas l’essentiel. On partait pour gagner des voix, pas pour décrire le monde tel qu’il est12. » Avec plus de hauteur, l’anthropologue Georges Balandier défend une thèse comparable lorsqu’il relève le risque pour les intellectuels trop proches du Prince de se voir réduits à un rôle d’habillage des décisions politiques13.

Le troisième temps de la production est celui de l’intégration de l’idéologie économique dans la propagande de l’organisation. La mobilisation de la ressource dans la compétition électorale varie en fonction de la conjoncture politique, économique et sociale du moment, et ne va pas toujours de soi. Au temps de la croissance forte et durable des années 1950-1960, le plaidoyer pour une alternative radicale à la politique gouvernementale est maladroit voire suicidaire. À partir de 1974, en revanche, la crise pousse le PS à dénoncer inlassablement le bilan gouvernemental et à se poser, à l’instar du candidat Mitterrand en 1981, en défenseur le plus ardent du plein-emploi par la mise en œuvre d’une « autre politique ».

Ce modèle en trois temps – « captation-conversion-intégration » – souligne la dialectique subtile qui se noue entre le politique et l’économique dans les organisations socialistes. En leur sein, comme probablement chez leurs adversaires, stratégie politique et convictions économiques sont inextricablement liées, et discerner ce qui relève précisément de la culture ou de l’idéologie n’est pas toujours aisé. Dans l’opposition comme au pouvoir, le responsable politique habile et bien conseillé sait jouer de la plasticité offerte par le discours pour légitimer ses changements d’orientation, en économie comme d’ailleurs dans tout autre domaine relevant de sa compétence. Car en dernier ressort, le politique reste bien le domaine où, pour reprendre le mot de Paul Valéry, tout ne tient que par magie. Saisir les hybridités et les décalages entre culture des experts et stratégie politique des dirigeants socialistes au cours de ce processus de fabrication du discours économique induisait de recourir à des sources plurielles dont il convient maintenant de dire un mot.

Appréhender le politique par l’économie, écrire une histoire du temps présent

Les archives de la gauche non communiste se caractérisent par leur multiplicité et leur extrême dispersion. Face à cette démultiplication des traces, l’approche des sources fut soumise à une double exigence : éviter de considérer le parti comme un espace de production économique clos ; inscrire la recherche dans une histoire du temps présent par la confrontation des archives partisanes et personnelles avec les témoignages des acteurs de la période.

Forte de ces principes, notre lecture des sources suit le cheminement des idées économiques socialistes du stade de leur production à celui de leur publicisation en passant par leur idéologisation. Les fonds conservés à l’Office universitaire de recherche socialiste (OURS) et au Centre d’archives socialistes (CAS-FJJ) de la Fondation Jean-Jaurès constituent le socle de ce travail. Elles révèlent la forte politisation dont l’économie fait l’objet au sein des instances dirigeantes du Parti socialiste entre le temps de la captation et celui de la publicisation.

Les lacunes des archives partisanes ont été comblées par le recours à de nombreux fonds personnels de militants et de responsables socialistes. Conservées aux Archives départementales de l’Aveyron, les archives de Paul Ramadier, président du Conseil en 1947 et ministre des Affaires économiques et financières en 1956-1957, ont aidé à saisir les relations conflictuelles entre l’exécutif socialiste et les différents pôles influant à des degrés divers sur les orientations de la politique économique : l’administration des Finances, le Parti socialiste SFIO et les syndicats ouvriers. Au Centre d’histoire de Sciences Po (CHSP), les papiers d’Alain Savary, successeur de Guy Mollet à la tête du parti (1969-1971), et de Gilles Martinet, secrétaire national adjoint du PSU (1960-1967), contiennent de précieux renseignements sur le rôle de l’économie dans la construction identitaire des marges du socialisme avant Mai 1968. Pour le PS, les archives d’André Boulloche, déposées aux Archives municipales de Montbéliard, sont riches d’enseignement. Archétype du « politique-expert », soit un professionnel de la politique disposant d’une culture économique suffisamment solide pour superviser les travaux des experts et veiller à leur conformité avec la ligne de la direction ou du courant, il joue un rôle majeur dans l’élaboration et la diffusion de la pensée économique du parti jusqu’à son décès tragique au cours de la campagne électorale de 1978.

Archives partisanes et personnelles offrent un bon aperçu des sources et des acteurs clés du processus de production et de diffusion des programmes économiques socialistes. Elles dévoilent également les influences politiques, syndicales et clubistes ayant nourri les textes produits par l’organisation. Dans les années 1960, en effet, la circulation des idées entre la SFIO, la Fédération de la gauche démocrate et socialiste (FGDS) et les marges de la gauche non communiste est relativement fluide. Une attention particulière a donc été accordée aux archives du Parti socialiste autonome (PSA) et du Parti socialiste unifié (PSU), conservées aux Archives nationales, et, pour la période 1974-1988, au Centre d’histoire du travail de Nantes (CHT). De même, l’alliance avec le PCF constituant la priorité des priorités du PS après le congrès d’Épinay, les papiers de son secrétariat aux Relations extérieures ont été croisés avec ceux du PCF déposées aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis.

Une démarche comparable a guidé l’exploration des sources syndicales. En raison de la double affiliation, socialiste et syndicale, d’un nombre important d’experts, Force ouvrière (FO), la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) puis la CFDT, exercent une influence certaine sur les programmes économiques partisans. Les archives confédérales et fédérales de la CFTC/CFDT témoignent ainsi du rapprochement idéologique, culturel et humain se nouant entre le syndicat et le socialisme politique à partir des années 1960. Les résultats furent moins fructueux pour FO et la CGT, essentiellement en raison de la rareté des documents pertinents ouverts à la consultation. La difficulté fut en partie contournée pour FO par le recours aux archives d’Albert Gazier, de Guy Mollet et de la SFIO (OURS), aux mémoires (décevantes) de son secrétaire général André Bergeron et à la littérature grise. Quant à la CGT, sa proximité culturelle en matière économique avec le socialisme politique paraissait peu évidente avant les années 1970 en raison de son lien privilégié avec le PCF. Après la signature du programme commun, on aurait pu croire en revanche à une syndicalisation plus massive des experts socialistes dans la confédération de Georges Séguy. Or notre étude quantitative de notre corpus de 196 experts par une analyse des correspondances multiples (ACM) révèle que la CFDT reste le pôle de syndicalisation dominant des experts socialistes – quand syndicalisation il y a – quel que soit leur courant d’appartenance (mitterrandiste, mauroyiste, rocardien, CERES pour ne citer que les plus importants).

Dans une perspective d’histoire du temps présent, une quarantaine d’entretiens semi-directifs portant, pour l’essentiel, sur les années 1960 et la période Épinay ont été réalisés auprès d’experts et de responsables politiques de la période. Le choix des témoins visait à ne pas privilégier un courant par rapport à un autre, à éviter la surreprésentation des spécialistes de macroéconomie par rapport à leurs homologues de politique industrielle ou de socio-économie, et, dans une perspective comparatiste, à recueillir la parole des experts du PSU et du PCF. Il s’agissait également de croiser les témoignages de « politiques-experts » avec ceux d’experts moins connus mais représentatifs des trois principaux profils socio-professionnels – hauts fonctionnaires, universitaires, cadres du secteur privé – mis en valeur par l’ACM. Une logique similaire a conduit à confronter la parole d’acteurs connus du grand public (Jacques Attali, Michel Rocard) avec celle de bons connaisseurs des rouages internes du PS d’Épinay (Jean-Marcel Bichat, Claude Bernet, Georges Gelly). Cette histoire orale a permis de donner chair à une « salle des machines » dont les organigrammes des commissions d’études ne décrivent qu’imparfaitement les subtilités de fonctionnement. Des questionnaires écrits centrés sur le rôle de l’expert en milieu partisan complètent ce matériau. Les « économistes » du PCF et du PSU des années 1970 en furent les principales cibles.

Cette approche des sources couplée au choix d’étudier le socialisme économique dans la longue durée, ont mis en lumière la superposition imparfaite des temps du politique et de l’économique.

Économie et politique : la discordance des temps

La chronologie du socialisme économique de l’après-guerre se présente en effet comme un décalque imparfait des cycles politiques mis en valeur par Alain Bergounioux et Gérard Grunberg dans leur histoire du socialisme français14. Quatre périodes peuvent être distinguées.

La première court de la Libération à la chute de la Quatrième République. Après une brève période (1944-1946), où le dirigisme est le maître mot du discours et de la politique économique socialistes, la pression communiste, le choix des alliances au centre au nom de la défense républicaine et l’influence croissante des syndicalistes FO dans le processus d’expertise creusent le décalage entre une idéologie marxiste et une culture « réformiste », soucieuse de réformes socio-économiques immédiates plus que d’extension de l’État industriel et banquier. La politique économique de Guy Mollet et de Paul Ramadier au temps du Front républicain révèle les fragilités d’un amalgame qui se heurte à l’hostilité de la haute fonction publique et du patronat. Ce bref passage aux responsabilités dégrade encore l’image du socialisme économique ; les successeurs de Guy Mollet sont contraints de solliciter l’aide des États-Unis et du Fonds monétaire international (FMI) pour financer le déficit de la balance des paiements, ce que l’opinion perçoit comme une humiliation supplémentaire dans le contexte douloureux de la guerre d’Algérie15.

S’ouvre ensuite une décennie (1958-1968), où les marges du socialisme et la minorité de la SFIO opposée à Guy Mollet tentent de convertir le parti à une approche « keynésiano-mendésiste » des problèmes économiques. À partir de 1965, leur initiative se heurte aux tentatives de rapprochement de la Fédération de la gauche démocrate et socialiste (FGDS) – soutenues avec vigueur par François Mitterrand et par Guy Mollet – avec les communistes. La raison politique reprend ses droits dans les programmes ; la mue « réformiste » du socialisme économique reste partielle et inachevée.

Les événements de mai-juin 1968 induisent une nouvelle configuration. Sous l’éphémère direction d’Alain Savary entre 1969 et 1971, le PS rénové inscrit son discours économique dans un triangle formé des nationalisations, de la planification démocratique et de l’autogestion. L’avènement de François Mitterrand tire celui-ci vers les nationalisations afin de fluidifier les relations avec le PCF dans le cadre de l’union de la gauche. Les questions économiques et sociales sont alors le plus petit dénominateur commun entre deux formations aux positions divergentes sur la plupart des grands problèmes de l’heure (défense nationale, politique étrangère et européenne). Le score décevant du PS aux élections législatives de mars 1973 pousse toutefois François Mitterrand à prendre ses distances avec le programme commun.

Sa campagne présidentielle de 1974 ouvre l’ère de ce que nous appelons la stratégie « du fil du rasoir ». Soumis aux pressions convergentes – et contraires – du PCF et de la « deuxième gauche », le premier secrétaire veille désormais à conserver un équilibre entre marxisme, « keynésiano-mendésisme » et « régulationnisme keynésien » dans toutes ses prises de parole publiques. De nombreux experts, pour la plupart issus des grandes directions du ministère des Finances, l’aident à accomplir ce numéro d’équilibriste. Cette stratégie renforce la crédibilité économique socialiste sans trop remettre en cause son image d’alternative radicale à la droite, dont la bonne réputation s’érode avec la crise et la forte poussée du chômage. En s’appropriant le vocabulaire et les savoir-faire de la culture dominante au sommet de l’État, le PS et son chef de file ont gagné en autorité sur le sujet même si, à l’aube du scrutin présidentiel de 1981, les préventions des élites et de l’opinion à l’encontre de la gestion socialiste sont loin d’être levées.

  1. Adam Tooze, Le Salaire de la destruction : formation et ruine de l’économie nazie, Paris, Les Belles Lettres, 2012 [2006], p. 21-24 []
  2. Michel Margairaz, « La faute à 68 ? Le Plan et les institutions de la régulation économique et financière : une libéralisation contrariée ou différée ? », dans Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky (dir.), 1968 entre libération et libéralisation : la grande bifurcation, Rennes, PUR, 2010, p. 41-62 []
  3. Mark Mazower, Le Continent des ténèbres : une histoire de l’Europe au xxe siècle, Bruxelles, Complexe, 2005, p. 385-386 []
  4. Nicolas Postel, « Le pluralisme est mort, vive le pluralisme ! », L’Économie politique, 50, 2011, p. 6-31, p. 10-15 []
  5. Robert Boyer, La Théorie de la Régulation : une analyse critique, Paris, La Découverte, 1986. Robert Boyer, « L’économie peut-elle (re)devenir une science sociale ? À propos des relations entre économie et histoire », Revue française de socio-économie, 13, 2014, p. 207-223, p. 208 []
  6. Bruno Amable et Stefano Palombarini, L’Économie politique n’est pas une science morale, Paris, Raisons d’agir, 2005, p. 267 []
  7. Thomas Piketty, Le Capital au xxie siècle, Paris, Seuil, 2013, p. 945-950 []
  8. « Lire Le Capital de Thomas Piketty », Annales. Histoire, sciences sociales, 2015, p. 5-138 []
  9. Marion Fourcade, Economists and Societies : discipline and profession in the United States, Britain, and France 1890s to 1990s, Princeton (N. J.), Princeton University Press, 2009. Frédéric Lebaron, « Qui sont les économistes ? Une sociologie méconnue », L’Économie politique, 58, 2013, p. 24-34 []
  10. Michel de Certeau, L’Invention du quotidien, tome 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard, 2007, p. 21-22 []
  11. Robert Boyer, La Théorie de la régulation : une analyse critique, op. cit., p. 25-30 []
  12. Guy Sitbon, Le Cas Attali, Paris, Grasset, 1995, p. 115 []
  13. Georges Balandier, Le Pouvoir sur scènes, Paris, Fayard, 2006, p. 77 []
  14. Alain Bergounioux et Gérard Grunberg, Les Socialistes français et le pouvoir : l’ambition et le remords, Paris, Fayard, 2005 []
  15. Gérard Bossuat, Les Aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960 : une nouvelle image des rapports de puissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, p. 346-350 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *