Consulter les archives du BIT à Genève : retour – heureux – d’expérience

Il n’est pas toujours simple de se lancer dans la consultation d’archives qu’on ne connaît pas, dans un lieu où l’on a jamais mis les pieds, a fortiori si on n’est pas tout à fait sûr de ce qu’on vient chercher. C’était mon cas lorsque je suis parti trois jours fin octobre 2015 pour Genève et l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Retour pragmatique sur quelques enseignements.

J’ai réalisé cette visite aux archives dans le cadre de mon doctorat qui porte sur l’émergence de la politique des droits de l’homme. Ma thèse part des arènes et des forums dans lesquelles la France se trouve impliquée pour montrer que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 n’est qu’une séquence prolongeant un mouvement plus large. Ce moment commence dans l’entre-deux-guerres par la protection internationale de populations définies comme vulnérables au nom d’une politique d’humanité d’un côté, et la promotion de l’émancipation par la dignité du travail de l’autre.

En allant fouiller les archives de l’OIT j’espérais que les sources me permettraient d’articuler les termes du débat pour la période 1919-1940. En même temps, sachant le caractère pointilliste de ma démarche – reprendre des archives dispersées, parfois déjà exploitées, et montrer l’émergence d’un référentiel –, j’espérais avoir rapidement suffisamment de recul pour les connecter avec mes autres archives privées et publiques. Cette dernière dimension a son importance pour comprendre comment j’ai exploré ce fond et ce que j’y ai trouvé.

Salle des archives de l'OIT (photo personnelle)

Salle des archives de l’OIT. Les étagères de dockets alphabétiques et thématiques décrivant chaque dossier (photo personnelle)

Préparer le voyage

Le site de l’OIT le signale, mais c’est aussi salutaire que nécessaire : en amont, mettons un mois avant, il faut absolument prendre contact avec les archivistes de l’OIT. Reno Becci et Jacques Rodriguez sont très accueillants et partagent la volonté d’aider les chercheurs – de plus en plus nombreux, mais pas trop nombreux tout de même – qui s’intéressent au travail de l’OIT et du Bureau International du Travail (BIT).

Vous recevrez alors par mail un descriptif analytique des ressources sur la période qui vous intéresse et pourrez par retour de mail préciser les pièces qui vous intéressent et quand vous viendriez les consulter. Le descriptif fait une bonne vingtaine de pages rien que pour l’entre-deux-guerres, travailler dessus permet d’économiser un temps précieux en pré-sélectionnant le matériau.

L’OIT a entrepris ces dernières années une vaste campagne de numérisation de ses données et beaucoup de choses peuvent être trouvées dans le labordoc. Il faut en tenir compte pour ne pas gaspiller un temps précieux à lire à Genève des documents imprimés disponibles sur internet.

Ce qu’on peut trouver aux archives de l’OIT :

  • l’ensemble des archives publiées par l’OIT depuis sa fondation. Je n’ai travaillé que sur les archives de l’entre-deux guerres et c’est déjà une mine incontournable sur toutes les politiques publiques transnationales : statistiques, rapports, compte-rendus de réunions de travail avec leurs précieuses minutes…

  • les archives des différentes commissions qui ont travaillé sur les questions abordées à l’OIT : travail des femmes et des enfants, migrations, travail forcé, organisation scientifique du travail…

  • les archives des conférences internationales du travail.

  • les archives des organes centraux du BIT. Le cabinet Albert Thomas par exemple fait l’objet d’un fond spécifique (cote CAT) d’une grande richesse du fait de sa correspondance avec nombre de personnages importants de l’entre-deux-guerres et de sa position institutionnelle. On trouve ainsi également trace de l’activité d’un ensemble d’organisations et associations, par exemple l’Association pour la Protection Légale des Travailleurs, auxquelles Thomas s’intéresse de près.

Sur place, une intendance assez simple

Trouver un hébergement est assez simple. La ville de Ferney-Voltaire, sorte d’annexe dortoir de Genève, se trouve côté français et est à 15 min de bus du BIT (30′ si il y a du trafic, et nous sommes sur une interface frontalière…). Vous trouverez assez facilement et il y en a pour toutes les bourses – le mien était très bon marché, mais au final j’y ai plutôt mal dormi. La ville n’est pas très riante et il vaut mieux avoir une riche vie intérieure si on y passe la soirée, ou avoir le courage d’aller en centre-ville à Genève après une journée de travail. Reste le cinéma de Ferney.

Il est très pratique de venir par train depuis la gare de Genève Cornavin (ce que j’ai testé) ou par avion. Les deux sont reliés directement par le bus F au Bureau International du Travail (arrêt « BIT », difficile de faire plus simple). On peut se procurer une carte de transport en arrivant à la gare ou acheter un billet à l’unité qui peut être payé en euros (2,70 €) ou en francs suisses (3 CHF) et pris dans l’un des nombreux distributeurs (dont certains acceptent les cartes bancaires) ou à bord du bus (uniquement des pièces et il n’y a pas de rendu de monnaie).

Vous pouvez arriver à l’OIT avec votre bagage, ce qui est très pratique les jours de l’arrivée et du départ.

Il est possible de déjeuner sur place ; il y a une cafétéria et une cantine qui ne sont pas trop chers, même si ça reste de la restauration d’entreprise, donc au dessus du budget étudiant moyen. On acceptera que vous payiez en euros mais les caisses ne prennent pas les cartes bancaires, et la monnaie est rendue en francs suisses (vous aurez compris qu’il vaut toujours mieux avoir de la monnaie sur soi).

Officiellement, les horaires sont 9-12h et 14h-17h. Ces plages tiennent compte de la pause déjeuner du personnel et dans les faits il est possible de travailler en continu de 9h à 18h (je ne suis pas allé au-delà). Par contre, on ne vous communiquera pas d’archives durant la pause méridienne, ce qu’il convient d’anticiper.

Salle des archives de l'OIT (photo personnelle)

Salle des archives de l’OIT. Le couloir d’entrée des archives rassemblant une grande partie des publications de l’institution – par exemple l’intégrale de la Revue Internationale du Travail (photo personnelle)

Il y a une salle de consultation assez peu fréquentée : nous y étions trois, y compris un archiviste de l’institution. Il y a un ordinateur pour la consultation locale de la base de données – Jacques Rodriguez peut vous en faire la présentation. Par contre il n’y a pas de connexion wifi. Ce n’est pas un problème pour la consultation car il n’y a pas de formalité qui le nécessite. C’est moins commode pour l’accès aux ressources de la bibliothèque, car elle n’est pas au même endroit du bâtiment et la consultation des catalogues est donc moins souple. Il y a également une photocopieuse – je n’en ai pas demandé l’accès, mais je suggère l’habituel appareil photo numérique. En effet, comme on vient de loin pour consulter, il n’y a pas de restriction sur la copie des documents, sauf le bruit du déclencheur de l’appareil – véridique !

Il n’y a pas non plus de restriction de communication : Jacques Rodriguez étant très serviable, il suffit de lui demander des dossiers pour qu’il vous les communique au rythme de votre consultation.

Se laisser guider

Enfin, n’hésitez pas à prendre le temps de discuter avec les archivistes. S’ils ne connaissent pas nécessairement les ramifications de votre sujet, ils peuvent vous proposer des pistes d’archives auxquelles vous n’auriez pas nécessairement pensées. Vous ne savez pas si elles seront fructueuses mais elles donnent à penser des possibilités fécondes.

Il y a beaucoup d’instruments de recherche sur place : des dockets classées par nom, par thème ou par lieu, des dossiers de dépouillements de fond… l’ensemble est accessible dans la salle de travail et il ne faut pas hésiter à aller y jeter un œil, par exemple pour préciser le contenu d’une série. Chaque dockets contient des fiches rendant compte de chaque dossier contenu dans les cartons (cote, titre et/ ou descriptif, mentions de classement éventuelles) alors que l’index général communiqué par mail ne contient que les séries de cartons. Par exemple, l’index général évoque une série de cartons sur les interpellations du BIT sur les entorses à la liberté syndicale ; les fiches des dockets précisent quels pays sont concernés et quels problèmes sont abordés.


Cette entrée a été publiée dans Centres d'archives, Lieux, et marquée avec , , le par .

A propos Alexandre BOZA

Alexandre Boza est historien, diplômé en science politique et membre du Centre d'Histoire de Sciences Po. Il réalise un doctorat sous la direction de Paul-André Rosental sur l'émergence et l'institutionnalisation d'une politique des droits de l'homme en France entre les années 1920 et les années 1950. Bien avant leur internationalisation comme référentiel dans les années 1970, il étudie l'entreprise de codification de ces droits par les juristes et les acteurs politiques pour expliciter leurs effets politiques et sociaux aux différentes échelons institutionnels (national, européen et international) dans lesquels la France intervient. Il participe également à l'animation du séminaire « Etats, institutions, sociétés » du CHSP.

2 réflexions au sujet de « Consulter les archives du BIT à Genève : retour – heureux – d’expérience »

  1. Ping : Vol. 9, no. 27 | I-Heritage.info

  2. Ping : Consulter les archives du BIT à Gen&egra...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *