Que faire de Wikipédia ?

Voilà un bref billet qui couvait depuis un moment dans les soutes de devhist… Ces temps-ci, le temps vient toujours à manquer pour concrétiser les idées de billets, même si le carnet arrive à vivre, grâce aux contributrices et contributeurs qui acceptent de prendre le temps de partager ici leurs expériences, leurs réflexions, etc. (qu’ils et elles en soient encore une fois remerciées !). Il faut dire qu’entre les campagnes de recrutement et la prise de fonction d’un premier poste de MCF, le temps du blogging ne pouvait que se resserrer. Car, oui, bloguer prend du temps. Ce qui, accessoirement, implique que celles et ceux qui y consacrent ce temps considèrent que cela en vaut la peine, et non qu’il s’agit d’un passe-temps d’oisifs-qui-feraient-mieux-d’avancer-sur-[compléter-au-choix-la-suite], à bon entendeur… Mais j’arrête ici ce qui devrait être l’introduction du « que faire des blogs d’historien-nes » qui ne manquera pas de s’imposer ici un jour….

L’objet de ce billet est… Wikipédia. Vous savez, ce monstre numérique qui corrompt nos petites têtes blondes depuis 15 ans et dont certains se plaisent à dénoncer les travers… parfois à raison, parfois jusqu’à l’obsession.

Il se trouve que cette année, chargé d’un enseignement intitulé « recherche et outils numériques » destiné à des étudiants en deuxième année de Licence, j’ai pu prendre conscience de la capacité de nuisance des discours à l’emporte-pièce qui sont tenus sur « le numérique » en général et Wikipédia en particulier.

Retour en 2006

La première fois que j’ai eu la chance d’enseigner quelque chose à des étudiants en Licence, c’était il y a 10 ans, dans le cadre d’une formation au C2i des étudiants en sciences humaines et sociales de Paris 7. La coordinatrice de cet enseignement pour les SHS, l’historienne Manuela Martini, avait judicieusement considéré qu’il était indispensable que la formation des étudiants en SHS soit assurée par des enseignants issus des SHS. Cela peut vous paraître aller de soi, ce n’était pas le cas… et cela ne l’est toujours pas. De la sorte, les exercices d’applications pouvaient permettre d’insister sur l’intérêt des outils informatiques (on ne disait pas encore numérique) en sciences humaines et sociales, et sur la façon de les mobiliser en histoire par exemple. En outre, l’un des enjeux du programme concernait la « validation des informations trouvées sur internet ». Il s’agissait d’une occasion rêvée d’expliquer aux étudiants en quoi consistait « l’esprit critique » cher aux historien-nes, les enjeux de la critique interne/externe des sources, l’importance du croisement des informations, de leur hiérarchisation, etc. Je peux me tromper mais, dans mon souvenir, nous étions plutôt face à des étudiants qui, jusque-là, n’appréhendait pas vraiment l’information trouvée sur internet de façon critique et le principal problème auquel nous devions faire face, dans les TD d’histoire contemporaine en première année par exemple, c’était la pratique du « copié-collé » depuis, entre autres, Wikipédia.

Dans une telle configuration, l’enseignement consistait à former les étudiants à mieux utiliser Wikipédia. Ils y recouraient déjà massivement, il s’agissait simplement de les former à l’utiliser correctement, c’est-à-dire en procédant à une lecture active des articles. Ce que j’entends par là : à se comporter en lectrices et en lecteurs critiques, et non en consommateurs béats.

La situation en 2016

Et nous voici en 2016. De chargé de cours à peine titulaire d’une maîtrise, me voici frais émoulu maître de conférences (encore stagiaire pour quelques mois), recruté sur un profil « histoire contemporaine et humanités numériques ». À ce titre, j’ai été chargé, cette année, d’un enseignement de 12h en L2, consacré aux outils numériques. J’ai alors fait face à une génération d’étudiants que certains se plaisent à qualifier de « digital natives » alors qu’ils ne sont, pour la plupart, au mieux, que des facebook natives (en 2006 ils nous fallait encore mettre en garde les étudiants sur la nécessité de filtrer leurs photos de beuveries… je pense que nous avons passé ce stade, même s’il nous faut encore insister sur la nécessité d’éviter de créer des adresse e-mail du type « bigboobs1995@hotmail.com »)1 .

Après une séance d’introduction générale sur les transformations numériques du métier d’historien et ce que cela impliquait en termes de conditions d’études lorsque l’on est étudiant en Licence, j’ai consacré la première séance vraiment concrète aux outils de recherche les plus familiers – du moins je le pensais – des étudiants : Google et Wikipédia.

Côté Google, il s’agissait simplement de les familiariser à l’usage des outils avancés (Google Books, Google Scholar, les filtres ou les opérateurs de recherches ). Pour Wikipédia, j’ai axé le topo sur le fonctionnement de Wikipédia, qui pour beaucoup reste une boîte noire… Or, si c’est le cas, c’est principalement par paresse (généralisée, pas uniquement des étudiants !) : tous les critères d’acceptation d’une notice sont explicités. J’ai donc « vivement encouragé » les étudiants, pour préparer la séance, à lire trois articles :

Tandis que pendant le cours je les ai incités à consulter l’articles « Sources primaires, secondaires, tertiaires » tout en leur expliquant ce qu’est le modèle {{référence nécessaire}} et la façon dont on peut juger de la qualité d’un article en scrutant la présence de mentions telles que {{Référence souhaitée}} ou {{À vérifier}} par exemple, ainsi que les conditions de mise en avant de « contenus de qualité ».

J’ajoutais par ailleurs la nécessité d’aller jeter un œil, même en l’absence de modèle indiquant un biais, aux discussions ayant eu lieu autour de l’article ainsi qu’à la liste des références mentionnées en bibliographie. Cette dernière étape leur permettant de juger de la fiabilité de l’entrée en regard de leurs propres attentes (s’agit-il, par exemple, de sources quasi-exclusivement journalistiques ? ou plutôt de références à des travaux scientifiques ? dans un cas comme dans l’autre, la page peut être tout à fait fiable mais ne pas correspondre aux attentes de celles ou celui qui a effectué la recherche…).

J’insistais enfin sur la nécessité, quelle que soit l’encyclopédie utilisée, qu’il s’agisse d’Universalis (accessible aux étudiants sur abonnement via l’ENT), de Wikipédia ou autre, de ne jamais se contenter d’une seule source d’information. La nécessité de croiser les sources n’étant pas seulement liée à une volonté d’éviter les erreurs, mais aussi de compléter les informations qui pouvaient être manquantes sur l’une ou l’autre des encyclopédies.

Vint le jour de l’examen. L’une des questions était formulée de la façon suivante :

L’encyclopédie Universalis fait partie des ressources numériques auxquelles vous avez accès via vos codes ENT. Pourquoi est-il recommandé de croiser les informations trouvées sur Wikipédia avec celles d’Universalis (et inversement) ? Excepté leurs conditions de consultation (libre pour la première, sous abonnement pour la seconde), quelle est la différence principale entre ces deux encyclopédies ?

Je pensais avoir beaucoup guidé les étudiants en indiquant « et inversement », mais à ma grande surprise, beaucoup (certes pas la majorité, mais beaucoup quand même…) répondirent :

Il faut croiser les deux encyclopédies car Wikipédia n’est pas fiable

La principale différence entre les deux encyclopédies est qu’Universalis est écrit par des experts, elle est donc fiable, tandis que Wikipédia est écrite « par tout le monde », il faut donc la lire avec plus de prudence…

À ce point du billet, vous imaginez certainement ma surprise… D’autant plus que, dans ce même devoir sur table, figurait une autre question à laquelle j’ai reçu un certain nombre de réponses pour le moins… étonnantes :

Parmi les lectures préparatoires à la séance 5, un des billets de blog citait l’historien Marc Bloch qui, dans Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, affirme que « le plus utile de ces ouvrages, c’est souvent à la cave qu’il le faut chercher ». À quoi cette métaphore renvoie-t-elle ?

Pour un nombre tout sauf négligeable d’étudiant.es qui n’avaient pas lu le billet cité, cette métaphore renvoyait au fait :

que les informations utiles en histoire se trouvaient dans des vieux livres, entreposés à la cave…, et surtout pas sur Internet.

Comme je l’ai rappelé aux étudiants lors de la correction de ce devoir, Marc Bloch aurait eu du mal à contester l’utilité d’Internet pour les historiens et historiennes dans un ouvrage publié à titre posthume à la fin des années 1940…

Si je mentionne ces réponses ce n’est pas, bien entendu, pour me moquer des étudiants en question, mais pour noter ce qu’elles révèlent de leur rapport à la recherche d’informations sur Internet en général et à Wikipédia en particulier. Après avoir échangé à ce propos avec des collègues, sur Twitter notamment, du secondaire comme du supérieur, il me semble y avoir deux explications possibles au nombre d’étudiants qui partagent ce point de vue :

  • la première serait qu’à la suite de nombreuses années d’affirmations enseignantes des dangers de l’encyclopédie participative, les étudiants en soient venus à vraiment croire que Wikipédia (et plus généralement la recherche d’informations sur Internet) est dangereuse…
  • la seconde serait que celles et ceux qui ont ainsi répondu aux deux questions ne partagent pas vraiment ce point de vue, mais hésitants quant à la réponse à donner, ils ou elles se seraient conformés à ce qu’ils imaginaient être les attentes de leur prof…

Dans les deux cas, on se trouve face au résultat de ce qui me semble être une grave erreur pédagogique : l’interdiction pur et simple d’utiliser Wikipédia ou la mise en garde systématique, sans autre forme d’explication quant à son fonctionnement, à propos du manque de fiabilité de ses articles.

Wikipédia, terrain idéal de formation à la critique historique

Or, qu’est-ce qui caractérise plus encore le métier d’historien d’un point de vue purement technique (et encore, on pourrait entrer dans les enjeux épistémologiques) que son traitement des sources ? Critique interne, critique externe… Voici qui constitue la base de formation des historien-ne à l’usage d’une documentation quelle qu’elle soit.

Nous passons ainsi des années à former des étudiants à la lecture, « crayon à la main », d’extrait d’articles et d’ouvrage en début de cursus, en leur expliquant qu’il faut apprendre à étudier la logique interne d’un texte, de juger des arguments d’un auteurs selon le vocabulaire utilisé, selon les exemples mobilisés, en prenant en compte le contexte d’écriture ou de diffusion d’un document, etc. etc. Commentaires de documents, analyses d’articles scientifiques, puis lecture de sources primaires : le cœur de la formation des étudiants en histoire repose sur l’apprentissage d’une approche critique des documents. Cette approche critique, il me semble que l’on pourrait tout simplement la qualifier de lecture active : qui écrit ? dans quel contexte ? pour quel public/lectorat ? avec quels arguments ? est-ce la même chose que de s’exprimer dans la presse ? dans un journal intime ? dans un tract politique ? etc.

C’est là certainement l’un des (nombreux) intérêts de la formation universitaire en histoire, y compris pour celles et ceux qui ne se destinent ni aux métiers de l’enseignement, ni à ceux de la recherche.

Or, voici que face à Wikipédia, bon nombre de collègues du secondaire comme du supérieur, expliquent aux étudiants que cette encyclopédie ne doit à aucun prétexte être utilisée. S’il me semble que c’est une erreur, ce n’est pas parce que l’encyclopédie participative serait exempte de toute critique. Si je pense que nous pouvons, et même que nous devons, utiliser Wikipédia, non seulement comme instrument de documentation, mais aussi comme outil pédagogique, c’est justement parce que cette encyclopédie constitue un terrain idéal de formation à la lecture active de documents (voire, à l’écriture étayée, pour des étudiants plus avancés).

Il y a quelques temps, j’annonçais ainsi, via l’une des pages de votre carnet de recherche préféré sur les « réseaux sociaux », le lancement du WikiMOOC sur la plateforme France Université Numérique, accompagné de ce commentaire : « Apprenez à contribuer sur Wikipedia ! Pour mieux former les étudiants à son utilisation par exemple… ». Je reçu rapidement le commentaire suivant de la part d’Eliane Daphy, dénonciatrice régulière de l’encyclopédie :

« Grâce à Wikipédia, les apprentis historiens apprendront que la Nouvelle revue d’histoire n’est pas un magazine d’extrême-droite, mais une revue scientifique à comité de lecture, et donc une « source » de qualité, qui permet de rédiger de bien beaux articles encyclopédiques neutres. »

Prenons l’exemple au sérieux et examinons l’article en question.

Wiki-NRH

La Nouvelle Revue d’histoire. Capture de la page sur Wikipédia le 26 mars 2016

Il commence effectivement de façon très neutre. La Nouvelle revue d’histoire y est présentée comme « une revue bimestrielle française consacrée à l’histoire, créée en juillet 2002. »

Voici qui, effectivement, ne laisse rien entrevoir d’un éventuel parti-pris politique des fondateurs ou animateurs de la revue. Néanmoins, comme il est de notre rôle de former les étudiants à aller plus loin que la première ligne des articles qu’ils lisent, il me semble que la plupart d’entre eux seront en mesure de lire la suite de la notice. Reproduisons ici le premier paragraphe :

« La Nouvelle Revue d’histoire succède à Enquête sur l’Histoire (1991-1999), également fondée et dirigée par Dominique Venner ; elle est éditée par la SARL Histoire et Mémoire. Les principaux contributeurs de « la NRH » ont été des sympathisants de la « Nouvelle Droite » (souvent anciens membres du GRECE), courant issu du nationalisme européen, tels que Philippe Conrad. Mais d’autres sensibilités sont présentes, comme celle des historiens de sensibilité royaliste Anne Bernet, des universitaires Bernard Lugan (docteur en histoire, maître de conférence à l’université de Lyon III en histoire et géostratégie de la francophonie), François-Georges Dreyfus, professeur émérite de l’université Paris IV-Sorbonne, ancien cadre gaulliste, Jacques Dupâquier, démographe, ou Jacques Heers ainsi que des personnalités venant s’exprimer à Radio Courtoisie. »

Difficile de soutenir que l’orientation politique de la revue n’est pas abordée par les rédacteurs de l’article. Le premier lien renvoie à la fiche biographique de Dominique Venner, qui commence de la façon suivante :

« Dominique Venner, né le 16 avril 1935 à Paris et mort le 21 mai 2013 dans la même ville, est un essayiste français.

Classé à l’extrême droite, il est auteur de plusieurs livres d’histoire sur la période allant de 1914 à 1945, et notamment sur la révolution russe, les corps francs de la Baltique, la collaboration et la Résistance en France pendant la Seconde Guerre mondiale. »

Par ailleurs, ce que l’on appelle une lecture active suppose que l’étudiant amené à lire cet article et rencontrant l’expression « Nouvelle droite » et le sigle « GRECE », aura pour réflexe d’aller se renseigner sur ces mouvements politiques. Quand bien même le ferait-il uniquement dans Wikipédia, il trouverait de nombreuses informations sur ces mouvements d’extrême droite. Mais surtout, bien formé, il se rendra sur le site d’une autre encyclopédie, sur des plateformes comme Persee.fr ou Cairn.info, voire à la bibliothèque universitaire, pour chercher quelques informations complémentaires… Bref, il se comportera comme un lecteur critique et non comme un simple consommateur d’informations en ligne.

Lecture critique, et si on passait à l’écriture ?

Ne disposant que de 12h pour initier les étudiants aux outils numériques en histoire, je n’ai pas pu consacrer plus d’une demi-séance à Wikipédia. Mais je suis convaincu de l’utilité de l’outil, non seulement pour apprendre aux étudiants à adopter une posture de lecture active, mais aussi pour se former à l’écriture et à la synthèse historiographique. Il me semble ainsi que nous devrions envisager l’écriture, qu’il s’agisse de la création de notice inédites ou de la correction, mise à jour, etc. de notices existantes sur Wikipédia comme un exercice pédagogique véritablement heuristique, dès la licence, mais aussi et surtout en master.

Le temps d’expérimenter, et je reviendrai probablement en parler par ici…


Une lecture hautement recommandable pour aller (vraiment) plus loin à propos de Wikipédia :

CouvWikipedia1

Un retour sur le suivi du WikiMOOC par Luc Bentz, publié simultanément sur La boîte à outils des historiens « Un étudiant (sur le tard) au WikiMOOC » :

Présentation_WikiMOOC

  1. Ceci est bien entendu un exemple fictif []

27 réflexions au sujet de « Que faire de Wikipédia ? »

  1. Ping : Plaidoyer pour enseigner Wikipédia - Wikimédia France

  2. Ping : L’atelier des médiations ou Wikipédia au musée | Com'en Histoire

  3. Ping : Plaidoyer pour enseigner Wikipédia | Autour de Wikipédia et des projets Wikimedia

  4. DL

    – La réflexion sur les usages du numérique vient à la suite d’un long questionnement sur les apports de l’ordinateur à l’écriture de l’histoire. Ce blog en est un acteur majeur.
    http://clioweb.canalblog.com/tag/historyandcomputing
    http://clioweb.free.fr/debats/genet-numerique.htm

    – L’esprit critique / Critical Thinking
    La lecture distanciée n’est pas un monopole des historiens.
    Elle est revendiquée par presque toutes les disciplines, documentation y compris.
    Lire Eric Bruillard (ENS Cachan), à la fois sur Wikipedia et sur la formation de l’esprit critique.
    http://clioweb.canalblog.com/tag/bruillard

    Elle suppose de bien connaître le sujet étudié, d’avoir compris les attentes de l’enseignant et d’oser marquer sa différence. Elle est répétée dans les textes officiels, au risque de parfois ressembler à une incantation sans réel effet.

    « Qui suis-je donc pour critiquer ?
    Quelques pistes de réflexion sur l’«esprit critique» à l’École en général et dans l’enseignement de l’histoire en particulier », Laurence De Cock , A l’école de Clio, 2015 –
    http://ecoleclio.hypotheses.org/350

    2 détails :
    – A partir de quand exige-t-on d’un lycéen ou d’un étudiant de mentionner explicitement ses sources ?
    (en classe de première, les TPE permettraient de commencer) ?
    – En histoire, un état de la question intègre une confrontation parfois vive des interprétations divergentes d’une même réalité (cf; La France et l’histoire du fascisme).
    Que permet la neutralité (NPOV) attendue par Wikipedia ?

    Répondre
  5. DL

    Merci pour ce témoignage concret sur la formation des étudiants d’histoire,
    pour l’accent sur l’écart entre les discours médiatisé et les usages réels de l’Internet.
    Plaidoyer indispensable en faveur d’une lecture active, mais possibilité d’une approche critique de la lecture distanciée en sciences humaines et sociales.

    2006, ce n’est pas seulement le copier-coller et la nécessité de la validation des informations.

    2006, c’est presque un autre monde, avant le web 2.0 et la suite (le numérique, les DH).
    L’accès au web se fait alors par ordi, à domicile ou sur le lieu de travail (une salle en sous-sol de l’université ?). Vista n’a pas encore remplacé XP, Linux, c’est 6.06, Firefox la version 2.0
    En 2006, pas encore de smartphone ni d’incitation à payer un abonnement pour disposer d’une connection permanente. Google n’écrase pas encore tout ; c’est le début de Google Maps (après G Earth). Ce sont les commencements de Facebook.
    En 2006, Wikipedia n’avait que 5 ans. Depuis, les articles ont été étoffés (parfois trop) et sourcés (parfois trop).
    2006, c’est « Google pillé-collé, l’arme fatale des étudiants », une tribune individuelle de Pascal Lardellier publiée par Libération le 12 avril 2006. http://tinyurl.com/jt9jcl6
    2006, pour le programme ATHIS (Paris 1), ce sont les ateliers « L’historien, le texte et l’ordinateur »,
    « de l’archive à l’open archive : l’historien et internet »
    http://www.menestrel.fr/spip.php?rubrique654

    Pour avoir accompagné la controverse autour de Wikipedia,
    2006, c’est surtout la mise en ligne d’un excellent article : « Can History be Open Source ? Wikipedia and the Future of the Past ».
    Le regretté Roy Rosenzweig (CHNM Centre for history and new media, université George Mason) s’interroge sur l’intérêt de Wikipedia pour les historiens. Il définit 4 urgences pour ses collègues universitaires. Il envisage la possibilité de sortir d’une écriture étroitement individuelle. Il plaide en faveur de la rédaction collective d’un manuel universitaire d’histoire des Etats-Unis.
    Avec son accord, l’article a été traduit en français (et une adaptation courte mise en ligne).
    http://clioweb.free.fr/wiki/wikipedia.htm

    De 2006 à 2009, en face, en France, deux journalistes ont mené un combat méthodique et médiatique contre Wikipedia :
    Pierre Assouline y voit « l’erreur à haut débit » ; il faut rédiger par ses élèves-journalistes de Sciences-Po : « Les encyclopédies vont-elles mourir ? ». Le Quid existe encore pour un an.
    http://clioweb.free.fr/debats/1001wiki.pdf
    En 2007, ces attaques comportent aussi un rejet de la démocratie participative.
    La campagne de dénigrement a également beaucoup occupé Olivier Postel-Vinay (magazine Books et rubrique Wikigrill sur Internet. http://clioweb.free.fr/wiki/wikigrill.pdf

    C’est probablement ce pilonnage insistant, relayé par les magazines (à ne pas confondre avec « une revue scientifique ») et par des enseignants, qui est à la source de l’attitude précautionneuse de beaucoup d’étudiants et de lycéens. Une formatrice écrit en déc 2014 :
    « Les éducateurs font bien leur boulot. Quand ils ont alerté les jeunes sur les dangers de l’Internet, ils ont été entendus. Désormais, c’est panique à bord ! »
    http://clioweb.canalblog.com/tag/paucot

    « Si notre enquête montre l’absence d’un enseignement formel et systématique à propos de Wikipédia, plusieurs questions non-traitées ici semblent indiquer qu’il existe un discours professoral sur cette encyclopédie collaborative souvent négatif, et fréquemment intégré par les élèves et les étudiants… au moins lorsqu’ils réalisent des tâches scolaires ».
    in « Qu’apprennent les jeunes usagers à propos de Wikipédia ? »
    Gilles Sahut, Benoit Jeunier, Josiane Mothe, André Tricot
    (dans Wikipédia, objet scientifique non identifié, 2015 – http://books.openedition.org/pupo/4079

    Heureusement, les pratiques sont très éloignées de ces discours anti-modernistes… et il existe des pistes stimulantes pour l’usage du numérique dans les cours d’histoire. A suivre…

    Répondre
  6. Ping : Plaidoyer pour enseigner Wikipédia

  7. Ping : La confiance dans les données et la structure de Wikidata | Bibliothèques [reloaded]

  8. CéCédille

    Intéressant compte rendu. Merci ! Les étudiants d’aujourd’hui ont de la chance d’avoir des professeurs ouverts à ces nouvelles sources d’information, loin des préjugés. Mais WP est un peu plus qu’un encyclopédie, comme l’explique bien le livre « un objet scientifique non identifié » justement cité à la fin de l’article. Le système collaboratif non marchand pourrait être un nouveau modèle de production de la connaissance, du savoir et de l’information, comme en donne aussi tout récemment, dans un domaine voisin, l’exemple du travail de l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ)– organisation à but non lucratif, collaborative, qui est à l’origine des Panama papers.

    Répondre
  9. Ping : Initiation à la recherche d'information | Pearltrees

  10. indomemoires

    Merci Emilien pour cet article intéressant (et les références liées) qui interpelle nos pratiques et méthodes d’enseignants sur l’approche de Wikipedia comme terrain à la formation de la critique historique. Un terrain pas toujours idéal mais très certainement formateur. L’utilisation à bon escient de cette encyclopédie interactive en ligne est une question récurrente dans nos séminaires tout comme le recoupement des informations et le croisement avec d’autres sources encyclopédiques.
    FG

    Répondre
  11. Eliane Daphy

    Billet malhonnête intellectuellement. La moindre des choses quand un enseignant-chercheur fait une citation sur un blog scientifique est de référencer correctement ses citations. La phrase : « Grâce à Wikipédia, les apprentis historiens apprendront que la Nouvelle revue d’histoire n’est pas un magazine d’extrême-droite, mais une revue scientifique à comité de lecture, et donc une « source » de qualité, qui permet de rédiger de bien beaux articles encyclopédiques neutres. » est de moi, en réponse à un de vos sujets sur face-book le réseau social. Je vous prie de vous de m’attribuer la paternité de la citation (Eliane Daphy, ingénieure d’études au CNRS chargée des archives ouvertes).
    Et pour vos étudiants, qui lisent sans doute votre blog, la question est : « pourquoi Eliane Daphy a écrit que dans wikipédia, La nouvelle revue d »histoire est présentée comme une revue scientifique à comité de lecture ? ».
    Des étudiants en licence d’histoire ont peut-être une connaissance précise de ce que recouvre le terme « nouvelle droite », à savoir une auto-définition par des idéologues d’extrême-droite. Ce n’est pas le cas de tous les étudiants, et encore moins des lycéens. Ce n’est même pas le cas de nombreux contributeurs de l’encyclopédie.
    Eliane Daphy

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Chère Eliane Daphy, je vous remercie de votre intervention qui, comme souvent, commence de façon tout à fait mesurée.

      Il ne s’agissait pas du tout de malhonnêteté, mais du choix de ne pas donner l’impression de faire une attaque ad hominem (ce dont, au demerant, vous vous privez rarement). Mais votre commentaire m’y autorisant, je vais de ce pas modifier le billet. Pour être tout à fait honnête, il aurait en outre été nécessaire que j’ajoute que si je choisissais cet exemple à titre d’illustration, son auteure nourrissant une véritable obession de Wikipédia et de certains de ses promoteurs, elle intervient à longueur de journées sur les médias sociaux pour dénoncer toute référence à Wikipédia qui ne soit pas suffisamment négative. À ce titre, si l’exemple est une bonne illustration, il n’est peut-être pas le plus représentatif des discours récurrents contre l’usage de l’encyclopédie.

      Pour ce qui concerne la « nouvelle droite », je vous cite :

      Des étudiants en licence d’histoire ont peut-être une connaissance précise de ce que recouvre le terme « nouvelle droite », à savoir une auto-définition par des idéologues d’extrême-droite. Ce n’est pas le cas de tous les étudiants, et encore moins des lycéens.

      Je ne peux donc que constater que vous n’avez pas lu ou compris le billet dans son ensemble (à moins qu’il s’agisse d’un « [commentaire] malhonnête intellectuellement »?). En substance, il est de notre responsabilité d’enseignants d’apprendre aux lycéens et aux étudiants qui ne disposeraient pas des « connaissances précises » en question d’aller chercher des informations complémentaires et/ou contradictoires. Quant au caractère flagrant de l’orientation politique de la revue à la lecture de l’article qui lui est consacré sur Wikipédia, il ne repose pas uniquement sur la citation de « nouvelle droite » mais aussi de la liste de ses fondateurs/contributeurs, de la mention de Radio Courtoisie, etc. chaque terme étant associé à un lien sur lequel il suffit de cliquer pour en apprendre plus. En outre, je le répète, on ne saurait utiliser un article Wikipédia comme seule et unique source d’information, comme on ne saurait le faire d’un article de l’encyclopédie Universalis, ou de toute autre source d’information documentaire.

      Répondre
      1. Eliane Daphy

        Nouvelle revue d’histoire. Vous cherchez dans les « catégories » et sous-catégories de « revues scientifiques ». Vous observez les définitions. Vous cherchez « Nouvelle revue d’histoire ». Et vous trouvez ce magazine d’extrême-droite promu comme une « revue scientifique à évaluation par les pairs » .
        Vous analyser les 174 liens vers le site d’extrême-droite « Boulevard Voltaire ».
        http://wikipediatools.appspot.com/linksearch.jsp?radio=on&set=top40&link=bvoltaire.fr&ns=0
        Vous regardez les auteurs des billets, vous regardez comment cette « source » est utilisée, s’il est facile de comprendre à des lecteurs non-avertis qu’ils sont en train de lire de la prose d’extrême-droite.
        (La petite astuce qui consiste à me reprocher mes « attaques personnelles » est dérisoire.)

        Répondre
  12. Ping : Ateliers - abrandao | Pearltrees

  13. Alexandre Hocquet

    Bonjour Emilien,
    Essayant moi même d’enseigner Wikipédia depuis plusieurs années dans mon université, je m’identifie pleinement à votre conviction que WP est un objet d’étude pédagogiquement fructueux à enseigner, non seulement du point de vue de l’historien, comme vous l’écrivez, mais aussi du point de vue de la culture numérique (autopromo: je développe ce point en interview ici à 4’05 » https://rcf.fr/actualite/alexandre-hocquet-conference-sur-wikipedia#) , et pleinement à votre frustration liée aux ecueils rencontrés. Avec (à peu près) trois ans d’expérience, je me rends compte que les gens les plus durs à convaincre de l’intérêt d’un tel enseignement sont les collègues et/ou l’administration plus que les étudiants eux mêmes, et je suis prêt à écrire un billet sur devhist pour relater mon expérience !
    Amicalement,
    Alexandre Hocquet

    Répondre
    1. Eliane Daphy

      Alexandre Hocquet est un des auteurs du livre « Wikipédia, objet scientifique », actes d’une journée d’études subventionnée par le CNRS et l’association « Wikimédia France » (association 1901, branche française de la fondation étasunienne propriétaire des différents sites wikipédia/commons/etc).

      Répondre
  14. Ping : Doc littéracie | Pearltrees

  15. Ping : Réflexions sur l'histoire | Pearltrees

  16. Ping : Que faire de Wikipédia ? | Devenir histo...

  17. Ping : Un étudiant sur le tard au Wikimook | Etudiant sur le tard, le blog éducation de Luc Bentz

  18. Ping : Un étudiant (sur le tard) au WikiMOOC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *