Pourquoi étudier le tourisme en situation coloniale ? L’exemple de l’Algérie

par Colette Zytnicki1

Pourquoi s’intéresser au tourisme dans l’Algérie coloniale ? Le débarquement de la flotte française en 1830 sur les côtes de Sidi Ferruch inaugure en effet un temps de tension perpétuelle, plutôt que de loisirs et de farniente. La domination impériale a généré tant d’injustices, d’iniquités et de violences qu’on peut considérer le tourisme comme un épiphénomène dont l’analyse n’ajouterait rien à la compréhension des sociétés concernées. À cela, on objectera que les mondes coloniaux sont des structures complexes qu’il faut saisir en leur totalité. Le tourisme est une part de l’Algérie dominée par les Français, il y a même trouvé une place assez importante, on le verra. Par ailleurs, les géographes et les sociologues qui depuis de longues années se sont penchés sur le phénomène touristique, considèrent que celui-ci démarre avec les années 1960, voire même après, au moment où se met en place un tourisme de masse2 . On peut toutefois rappeler qu’en Europe comme ailleurs, il a été précédé d’un tourisme élitiste, aristocratique et bourgeois qui, bien que minoritaire, a suscité l’apparition d’un secteur économique ad hoc, transformé certaines villes et hanté l’imaginaire collectif de millions de personnes3 .

Ainsi l’Algérie de la période coloniale voit-elle le développement du tourisme dont on retrouve les images dans les somptueuses affiches commanditées par les compagnies de transport maritime et ferroviaire, évoquant les splendeurs de Biskra, les gorges de la Chiffa ou les joies de la glisse à Chréa. Dans les années 1870 et 1880, Alger devient un centre d’hivernage prisé par la bonne société internationale, avant d’être éclipsée par Biskra située aux portes du Sahara. Au siècle suivant, s’y développent des stations balnéaires et même de sports d’hiver, où se retrouvent les citadins des grandes villes européennes.

Dès la Belle Époque, les gouverneurs généraux qui se succèdent à la tête de la colonie, les élus, les dirigeants des compagnies de transport et les milieux d’affaires locaux misent sur le tourisme. Les autorités coloniales comprennent assez vite tout le parti qu’elles peuvent en tirer de cette activité transformée en caisse de résonance de « l’œuvre française ». Les voyageurs doivent rapporter de leur périple le souvenir de l’action « positive » de la France dans ces régions. Les militaires jouent également un rôle cardinal dans la mise en tourisme du Sahara. Enfin, au-delà du cercle politique, gravite celui des édiles et des hommes d’affaires locaux qui flairent dans le tourisme une activité d’avenir. Certains lotissent leurs terres en bord de mer et font surgir des stations balnéaires, comme à Fort-de-l’Eau ou à Bouisseville en Algérie. D’autres se lancent dans la construction d’hôtels. Les puissantes compagnies de transport jouent un rôle fondamental. Parmi, elles, il faut faire une place à part à la Compagnie Générale Transatlantique qui, comme ses rivales, a eu l’idée des billets circulaires à travers l’Algérie dès les années 1880 et les circuits automobiles dans les années 1920. Sa filiale, la Société des Voyages et des Hôtels Nord-Africains a construit 44 hôtels de luxe à travers tout le Maghreb. Y compris en plein Sahara ! Le tourisme ne se développe pas, faut-il le rappeler, à l’initiative des « indigènes » qui sont enrôlés dans cette expérience en tant que chauffeurs, guides, personnel hôtelier et dont l’histoire, les mœurs et les productions artistiques en deviennent des éléments. À ce titre, le tourisme constitue un outil de domination coloniale.

Couv-AlgerieTerre-de-tourisme_Colette ZYTNICKI

L’étude du tourisme – une activité qui dura presque autant que l’emprise française en Algérie – nécessite la prise en compte de tous ces acteurs, de tous ces regards, de tous ces projets. Ainsi considérée, elle révèle la « situation coloniale » ou du moins, en souligne certains aspects.

L’essor du tourisme en Algérie n’est en rien spécifique à la France coloniale4 . Au xixe siècle, les Anglais ont créé des stations d’altitude en Inde et fondé par la suite de grands parcs naturels en Afrique. L’Égypte est également fort appréciée par la bourgeoisie britannique et internationale. Bali, placée sous la tutelle hollandaise, devient à son tour une terre d’élection du tourisme. Les puissances dominantes recensent les sites à visiter, éditent des guides fondés sur des stéréotypes qui construisent un imaginaire réifiant les choses et les gens ; elles tracent des itinéraires, bâtissent des hôtels, acheminent des voyageurs5 . Dans la lointaine Indochine, les Français avaient développé le thermalisme destiné à « régénérer » les coloniaux débilités par le climat de la région6 .

Le développement du tourisme en Algérie s’inscrit donc dans un mouvement global de mise en valeur des sites naturels et historiques à travers le monde. Les hiverneurs qui séjournent à Alger ou à Biskra sont les mêmes qui fréquentent la Côte d’Azur, la Riviera italienne, l’Égypte ou autre lieu à la mode à la fin du xixe siècle. Comme en Europe, le tourisme s’étend aux classes moyennes pendant l’entre-deux-guerres et aux classes plus populaires après la Seconde Guerre mondiale.

Le tourisme, loin d’être un élément superficiel, est donc inscrit au cœur de la situation coloniale. Il permet de justifier la présence impériale, il contribue à remodeler paysages urbains et ruraux, il peut même accroître les tensions. Par ailleurs, le tourisme connaît en l’Algérie les mêmes étapes de développement qu’en Europe. Plus encore, dans le système impérial où s’inclut le tourisme, les idées circulent d’un point à l’autre, des réseaux s’établissent, réseaux politiques de fonctionnaires français qui vont d’un endroit de l’empire à l’autre ou les syndicats d’initiative organisés au niveau du Maghreb, réseaux économiques constitués par ces grandes sociétés de transport.

L’Algérie coloniale devint-elle une terre de tourisme ?

La question se pose toutefois de savoir si les espoirs placés dans le tourisme en Algérie ont porté leurs fruits. Il est indéniable que le pays a attiré un nombre non négligeable de touristes dont le nombre est allé croissant jusque vers 1930 pour reprendre à la fin des années 1940. Les chiffres, quelques dizaines de milliers dans les années 1920, près de 100 000 vers 1950, doivent être rapportés au contexte qui est celui d’un tourisme encore élitiste. Outre les voyageurs célèbres, on peut ajouter les hiverneurs qui venaient passer la saison froide sur les hauteurs d’Alger, à Mustapha supérieur. Biskra fut dans les années 1890, mise en valeur par des sociétés capitalistiques locales, une destination prisée dans tout la « Jet Set » de l’époque. Après ce tourisme de happy few qui marque le pas après la Première Guerre mondiale, se développe un tourisme plus bourgeois dans l’entre-deux-guerres. Après 1945, en Algérie comme ailleurs, on essaie de stimuler le tourisme populaire, les « touristes en short », amenés dans la région par des organisations comme Tourisme et Travail ou les auberges de jeunesse. Notons l’importance du tourisme saharien qui prend son essor dans l’entre-deux-guerres, soutenu par les autorités politiques au moment où se met en place la route qui relie les deux parts de l’empire français en Afrique. Jalonnée d’hôtels, celle-ci devient un élément clé dans la politique impériale française des années 1930 et reprend même force et vigueur, en pleine guerre d’Algérie, au moment où le désert se couvre de complexes pétroliers.

"Dans le vieux Biskra" (à gauche) & "Biskra, sur la route du fort turc", 1930 - Extrait d'une collection de 280 cartes postales d'Algérie émises à l'occasion des fêtes du centenaire de l'Algérie en 1930 | Source : Gallica.fr BnF (vues 218 & 219)

« Dans le vieux Biskra » (à gauche) & « Biskra, sur la route du fort turc » (à droite), 1930 – Extrait d’une collection de 280 cartes postales d’Algérie émises à l’occasion des fêtes du centenaire de l’Algérie en 1930 | Source : Gallica.fr BnF (vues 218 & 219)

Mais le tourisme ne se nourrit pas seulement de voyageurs extérieurs au pays. Les touristes « autochtones » y jouent leur partition. L’Algérie, relative colonie de peuplement, a vu se développer une culture de la randonnée parmi ceux que l’on appelait les Français d’Algérie. Et c’est de plus en plus sur eux que comptent les différentes institutions pour stimuler l’essor du tourisme. Il faut aussi ajouter les membres des élites locales qui, par exemple, ont rejoint le Touring Club algérien au début du XXe siècle. Enfin, le tourisme entretient des rapports étroits avec le mouvement de patrimonialisation qui s’affirme dès la fin du XIXe siècle. On protège les sites archéologiques, si nombreux au Maghreb et les villes anciennes pour les offrir dans toute leur beauté aux touristes. Alger puis Tunis et les cités impériales du Maroc (Lyautey y veille tout particulièrement dès 1912) sont ainsi figées dans le passé.

Touring Club de France, À la France : sites et monuments. Algérie (Alger, Constantine, Oran) (notices de Onésime Reclus) | Source : Gallica.fr BnF

Touring Club de France, À la France : sites et monuments. Algérie (Alger, Constantine, Oran) (notices de Onésime Reclus) | Source : Gallica.fr BnF

Les sources pour une histoire du tourisme dans l’Algérie coloniale

L’objectif du livre est donc d’inscrire l’histoire du tourisme dans l’Algérie coloniale dans une approche disons globale, prenant en compte tous les aspects du phénomène (politiques, sociaux, culturels, voire économiques dans la mesure des sources disponibles). Voulant dépasser le point de vue anecdotique,  il a fallu diversifier les archives. Pour le XIXe siècle, les récits de voyages et les guides touristiques se sont révélés de première utilité. On s’est alors particulièrement intéressé à ce que l’un des auteurs appelait « son métier de touriste ». Que voit le voyageur dans l’Algérie colonisée par les Français ? Quels aspects de la domination impériale retiennent son attention, par exemple ? Les revues de propagande touristique sont également de première utilité. Telle est l’Afrique du Nord illustrée, qui parut de 1907 à 1939 (sous des noms parfois différents). On a en outre abondamment recouru à la revue Algeria, fondée par l’OFALAC (organisme créé en 1931 pour garantir et assurer la publicité des produits de l’Algérie) et à d’autres publications éditées dans la colonie ou en métropole comme les bulletins du Touring Club de France, de Tourisme et Travail ou ceux des Auberges de Jeunesse. La presse généraliste locale dont certains organes font une place importante au tourisme comme les Annales africaines, a été également sollicitée. Aux Archives nationales d’outre-mer, nous avons fait des sondages qui devraient être complétés. Les sources concernant l’OFALAC, que l’on suppose très riches pour notre sujet, n’étaient pas accessibles au moment où nous avons fait notre recherche. Mais le fonds consacré aux Territoires du Sud recèle une infinité de dossiers passionnants. Les militaires qui administraient la région ayant eu à s’occuper des hôtels fondés dans leur zone nous ont transmis, outre une correspondance fort utile entre les cadres locaux et les instances du Gouvernement général, de nombreux rapports et études sur la question.

L'Afrique du Nord illustrée, 20 juin 1936 | Source : Gallica.fr BnF

L’Afrique du Nord illustrée, 20 juin 1936 | Source : Gallica.fr BnF

L’ouvrage a pour ambition d’ouvrir des perspectives de réflexion et de recherches, tant sur l’histoire du monde colonial en Algérie que sur celle du tourisme. Signalons enfin que ce travail est le résultat d’une longue coopération nouée avec des chercheurs de l’autre côté de la Méditerranée, comme Habib Kazdaghli. Sur ce sujet portant sur un pan d’histoire commune, comme sur d’autres, il nous est apparu nécessaire de mener conjointement des recherches, mêlant jeunes chercheurs et chercheurs confirmés. Des ouvrages parus ou à paraître attestent de cette coopération.

  1. Professeur émérite à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, membre du laboratoire FRMESPA []
  2. Sur ce débat, voir Colette Zytnicki et Habib Kazdaghli (dir.), Le tourisme dans l’Empire français. Politiques, pratiques et imaginaires, Paris, Publication de la SFHOM, 2009 []
  3. Sur l’histoire du tourisme mais aussi des loisirs, voir en particulier : Marc Boyer, Histoire de l’invention du tourisme, Paris, Éditions de l’Aube, 2000 ; Catherine Bertho-Lavenir, La roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes, Paris, Odile Jacob, 1999 ; Alain Corbin, L’avènement des loisirs. 1850-1960, Paris, Aubier, 1995; André Rauch, Vacances en France de 1830 à nos jours, Paris, Hachette, 2001 []
  4. Voir Colette Zytnicki, Algérie, terre de tourisme. Histoire d’un loisir colonial, Paris, Vendémiaire, 2016. []
  5. Sandrine Gamblin, « Thomas Cook en Égypte et à Louxor : l’invention du tourisme moderne au XIXe siècle », Téoros, 25-2 | 2006, p. 19-25 ;; Martin Anderson,(« The development of British tourism in Egypt, 1815 to 1850 », Journal of Tourism History, vol. 4, Issue 3, 2012, p. 259-279 ; Ian D. Clark,. « Colonial Tourism in Victoria, Australia, in the 1840s: George Augustus Robinson as a Nascent Tourist », International Journal of Tourism Research, vol.  12, September/October, 2010, issue 5, p. 561–573 []
  6. Eric Jennings, La Ville de l’éternel printemps. Comment Dalat a permis l’Indochine française, Paris, Éditions Payot,  coll. «Histoire», 2013 ; Eric Jennings, À la cure les coloniaux ! Thermalisme, climatisme et colonisation française, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *