Apprendre à vulgariser ?

Ce billet revient sur un entretien réalisé dans le cadre d’un travail de recherche post-doctorale et publié sur le carnet Patrimoine et télévision. J’y expose ses intentions, ce que l’entretien à mis à jour, et l’état de ma réflexion sur la vulgarisation historique.

Les raisons d’un entretien

Le projet de recherche sur lequel je travaille cette année m’amène à adopter une position différente à la mienne puisque tout en restant dans la position d’un chercheur, je suis également engagé dans un travail de vulgarisation du savoir historique, lequel prendra la forme d’un outil à destination du public : un site internet retraçant l’histoire du patrimoine. Or tout comme j’ai appris à devenir historien par la pratique de la recherche, au fil d’une thèse de doctorat, de communication en publication, lectures après lectures, je me doutais que je ne pourrais m’improviser vulgarisateur.

Mon projet de recherche s’échelonne sur un an, du démarrage à la livraison du site, ce qui est très court. Adossé à des travaux existants, dont ma thèse de doctorat, et à un corpus qui m’est familier, je débute mon projet avec tout le matériau nécessaire ; mon temps de travail est presque tout entier dédié à la préparation des contenus et à l’écriture de la partie rédactionnelle. Or j’ai vite saisi que je ne devais envisager très tôt la problématique de la vulgarisation au risque d’échouer à atteindre le public non-universitaire auquel mon projet est destiné. En effet je ne pense pas que cette problématique doive seulement irriguer la façon dont les contenus sont rédigés, mais aussi être prise en compte au moment de concevoir l’organisation du site par exemple.

Se tourner vers des spécialistes

Pour envisager la pratique de la vulgarisation du savoir j’ai d’abord recueilli les conseils d’une chercheuse, Edwige Lelièvre, membre de l’équipe scientifique de mon projet. Son expérience sur ses précédents projets associant numérique et patrimoine m’a été utile ; elle a toutefois tenu à préciser que son travail, à son sens, relève moins de la vulgarisation du savoir sur le patrimoine que de valorisation des monuments historiques. Elle m’encourage également à envisager les multiples dimensions de la médiatisation contenues dans mon projet de recherche:

  • La médiatisation du savoir sur le patrimoine
  • La médiatisation des objets patrimoniaux contenus dans les documents
  • La médiatisation du patrimoine télévisuel que sont les archives de la télévision

De cette conversation, il ressort que je dois moi même me positionner par rapport à des termes comme « vulgarisation » et « médiation ».

Après quoi j’ai souhaité interroger un professionnel de la vulgarisation et mon attention s’est portée sur Jean-Christophe Piot (connu sur twitter sous le pseudo @Padre_Pio), journaliste et animateur d’un blog consacré à l’histoire. Fort de ses 14 000 followers et de ses 80 à 120 000 visiteurs uniques par mois en moyenne, il m’a semblé être un bon interlocuteur pour comprendre davantage l’entreprise de vulgarisation. Sans vouloir calquer complètement ma pratique sur la sienne, je cherchais chez lui des conseils pour appréhender mon travail. Je souhaitais comprendre comment il envisage la médiation de l’histoire, quels procédés il emploie, et quels écueils je pouvais éviter à partir de son expérience.

Les enseignements de l’entretien

J’aurais aimé commencer ce texte en disant qu’il faut se lever tôt si on veut  parler à Jean-Christophe Piot, qui est généralement « opérationnel » à partir de 6h du matin. J’aurais aimé pouvoir décrire le petit bistro où il aime prendre son café, et s’il le prend avec ou sans sucre, raconter comment il le touille de sa cuillère pendant qu’il me parle avec un sourire franc. Seulement, nous avons échangé via skype. Et de toute manière je ne suis pas journaliste. Journaliste, lui l’est par contre, depuis 20 ans. Diplômé de l’IEP de Lyon, il trouve la formation trop généraliste et s’oriente ensuite vers un DEA d’histoire des religions romaines. Il conserve depuis un goût pour l’histoire qu’il cultive sur twitter, dans son blog et dans d’autres publications. C’est en tant qu’auteur spécialisé sur l’histoire que l’interrogeais.

Mes questions à Jean-Christophe Piot concernaient les différents points qui, en l’état de ma réflexion, devaient être repensés au regard de la spécificité de la vulgarisation. A l’issue de l’entretien, j’ai compris que la vulgarisation se pense à différents niveaux:

  • Au niveau de l’écriture (ce qui était le plus évident pour moi) ;
  • Dans le choix des sujets ;
  • Dans la construction du texte ;
  • Dans le fait de travailler avec un public précis en tête ;

Ses réponses à mes questions indiquent que Jean-Christophe Piot a parfaitement conscience d’où il s’exprime et ce que sa situation a de particulier. Ainsi dès le départ, je l’interroge sur l’expression car je connais les débats qui existent, en France, concernant le mot de « vulgarisation ». A quoi il me répond qu’il privilégie le terme de « popularisation » qui est selon lui moins connotée négativement, et sous entend le fait de s’adresser au plus grand nombre.

Je voulais aussi le questionner sur la place qu’il accorde à la vulgarisation dans la société ; plus précisément je voulais savoir où il la situait par rapport à l’école, à l’université, à la télévision, etc. J’avais émis l’hypothèse que la vulgarisation était un maillon de la chaîne entre l’université et le public. Tout en y souscrivant au moins en partie (au regard de l’usage qu’il fait de la production scientifique), il considère également que la vulgarisation/popularisation occupe une place séparée du reste, et coexiste en bon voisinage avec l’école et l’université. Cette réponse m’a renvoyé à la position très ambiguë qui est la mienne puisque j’envisage la vulgarisation tout en étant à l’intérieur de l’université. De toute évidence je n’ai pas fini de démêler la position scientifique et l’exigence qu’elle impose, de la position du vulgarisateur qui a d’autres logiques en tête. Toujours est-il que l’expérience que mon interlocuteur a partagé avec moi s’est révélée profitable, et c’est en fait à une forme originale de médiation qu’il s’est prêté en m’expliquant son travail.

L’historien et le popularisateur

Sur la base de l’échange que j’ai eu avec lui, je décrirais Jean-Christophe Piot comme un professionnel de l’écriture, passionné par l’histoire, qui fait l’interface entre l’historien de métier et le public curieux. Il est parfaitement conscient des enjeux scientifiques que recouvre l’histoire, et d’ailleurs il réagit systématiquement, sur twitter et sur son blog, à chaque fois qu’il faut défendre la scientificité du travail des historiens ou qu’un acteur politique manifeste le désir d’instrumentaliser l’histoire à des fins partisanes. A mon sens, la sensibilisation de Jean-Christophe Piot aux enjeux scientifiques le distingue d’autres vulgarisateurs, de l’amateur ou du romancier, et lui confère une valeur ajoutée par rapport à ceux qui se concentrent uniquement sur le récit. Ses réponses montrent une modestie et une modération dans l’usage des différents procédés de narration qui pourtant peuvent faciliter la captation du public et l’imprégnation de la connaissance.

J’ai croisé dans mes recherches la notion anglo-saxonne de «public history»* qui renvoie aux professionnels de l’histoire qui exercent en dehors des structures de la recherche et de l’enseignement supérieur. Par exemple, les personnes formées en histoire, parfois même titulaires d’un doctorat, qui sont employées en tant qu’historien.nes par des structures de la culture (musées), des administrations, etc. Elles sont autant employées pour leurs compétences disciplinaires que pour accomplir un travail de médiation (pour les personnels internes ou pour le public extérieur). Les vulgarisateurs comme Jean-Christophe Piot me semblent pouvoir relever eux aussi de cette catégorie. Or devenir historien pour exercer hors de l’université, cela sera, je le crois, de plus en plus courant à l’avenir.

Tout en considérant que coexistent des historiens scientifiques et des « historiens publics », qu’ils renvoient à deux métiers avec leurs compétences propres, je crois aussi que la position du scientifique et du vulgarisateur ne sont pas incompatibles. Certains le font déjà, et j’aimerais l’essayer également. L’important, me semble-t-il, serait de toujours conserver à l’esprit d’où l’on parle et à qui l’on s’adresse**.

À la fin de l’entretien que Jean-Christophe Piot m’accorde, j’émets le regret de ne pas avoir intégralement enregistré la conversation. Mes notes étaient tout de même assez complètes et mes souvenirs assez frais pour me permettre une transcription de mémoire que je juge assez fidèle à l’entretien que nous avons eu. C’est donc l’exercice peu commun de l’interview d’un journaliste par un chercheur que ces lignes retranscrivent.


* Sur la notion de public history, voir par exemple:

  • Jennifer Evans, « What is Public History », Public History Resource Center, 1999 (lien).
  • Weible Robert, « Defining Public History: Is It Possible? Is It Necessary? », American Historical Association, 2008 (lien).

** Quelques lectures sur les enjeux de la médiation du savoir scientifique:

  • Boisivon François, Carrieu-Costa Marie-Josèphe, Godard Olivier, Geslain-Lanéelle Catherine et Moatti Alexandre, « Le partage des savoirs scientifiques. Enjeux et risques », Annales des Mines – Réalités industrielles, Août 2008-3, p. 62‑67.
  • Faury Mélodie, « Ambiguïtés et enjeux de la vulgarisation – A partir d’une intervention de B. Jurdant ».
  • Smith Franck, « La vulgarisation scientifique : un enjeu politique ? », Le Temps Imaginaire, janvier 2016 (lien).

2 réflexions au sujet de « Apprendre à vulgariser ? »

  1. Ping : « L’Histoire, un enjeu très politique ! » 3 vidéos à visionner sur Mediapart | Devenir historien-ne

  2. Ping : Entretien avec Jean-Christophe Piot – Patrimoine et télévision

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *