Une nouvelle rubrique : « Histoires d’archives »

Nous inaugurons aujourd’hui une nouvelle rubrique dans Devenir historien·ne : « Histoire d’archives ». Cette idée m’est venue lors d’une session consacrée aux « archives françaises » au congrès des French Historical Studies à Washington. L’un des intervenants a dit « on a tous nos petites histoires à raconter ». J’ai alors pensé qu’il serait intéressant de lire les « petites histoires » des autres, celles qu’on se raconte au café ou ailleurs, et qui font pourtant partie intégrante de notre expérience de recherche : ce qui nous émeut, nous interroge, nous pose problème lors de nos plongées dans les fonds documentaires. Ces billets pourront être très divers et aborder toutes les facettes des sessions aux archives : le lien avec les personnels, les sociabilités, la découverte imprévue d’un document, les maladresses, les petites joies procurées par cet aspect de notre vie scientifique.

Il y a mille et une façons d’évoquer cela.

Je pense à l’inconfort des centres d’archives qui sont peu adaptés à leurs visiteurs : on prend des photographies sur un coin de table, on angoisse de ne pas trouver la prise électrique pour recharger les batteries.

Je pense à la préparation du sac à dos avant toute aventure : malheur à l’historien·ne qui oublie son pull, sa trousse, son chargeur d’ordinateur, sa carte de lecteur, son crayon (stylo interdit), ses lunettes, son carnet, ses… mitaines. (Il faisait quatorze degrés dans le premier lieu où je me suis rendue.)

Je pense aux jeux de regards : le regard inquiet du conservateur ou du président de salle quand on manipule les documents, le regard agacé du voisin quand le bruit du clavier résonne trop fort, le regard curieux vers celui qui consulte des livres énormes et incompréhensibles, le regard amusé du magasinier qui me regarde errer sans retrouver ma table.

Je pense aux découvertes inattendues qui nous emportent dans un autre temps, tout à coup : l’image pieuse dans le livre édifiant, les annotations dans les marges, la carte postale marque-page, le petit rameau gardé précieusement par la propriétaire du livre, « parce qu’il a été béni par Monseigneur ».

Je pense à l’après-archives, quand il faut remettre ses vêtements civils et prendre le métro, tout imprégné encore de poussière, les doigts un peu noircis, la tête restée au XIXe siècle.

Nous parlerons de tout ceci, et bien plus encore.


Une réflexion au sujet de « Une nouvelle rubrique : « Histoires d’archives » »

  1. Archives Minutes

    Bonsoir,

    pour les découvertes inattendues mais aussi les attendues, parfois tout aussi intéressantes, avec une larme d’histoire et un soupçon de diplomatique, il y a aussi ce blog – le mien, né le mois dernier : archivesminutes.wordpress.com

    En espérant qu’il vous intéressera,

    cordialement,

    Archives Minutes

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *