Quelques questions à Agnès Callu

Historienne, Agnès Callu est conservateur du Patrimoine au musée des Arts décoratifs de Paris, chargée du département des Arts graphiques (Cabinet des Dessins), et chercheur associé au CNRS (Institut d’histoire du temps présent).

Elle enseigne à l’Université Paris – Sorbonne (Paris IV), à Sciences-Po et à l’École pratique des hautes études.

Parmi ses dernières publications figurent Gaëtan Picon (1915-1976) : Esthétique et Culture publié en 2011 aux éditions Honoré Champion, et Le Mai 68 des historiens : entre identités narratives et histoire orale paru aux Presses universitaires du Septentrion en 2010. Pour plus d’information, voir sa fiche Wikipedia

– Pourquoi êtes-vous devenue historienne ?

Je suis devenue historienne car le « métier d’historien » proposait une synthèse de mes goûts : l’histoire en longue durée, la philosophie, l’esthétique, l’histoire de l’art, la littérature etc. J’avais le sentiment qu’en faisant de l’histoire, je frôlerais un « tout » qui me correspondait à 16 ans et encore aujourd’hui. L’École des Chartes m’est alors apparue comme un premier « filet » intéressant car apprenant, sur le plan des principes et de la méthode, à analyser les sources au profit d’une exploitation historique raisonnée.

– Quel est le principal objet de vos recherches actuelles ?

L’histoire culturelle s’est imposée à moi, précisément en raison de son caractère « trans-genre », pluridisciplinaire. Et, dans ce cercle-là, pour le second XIXe siècle et le XXe siècle, je décidais de travailler l’histoire des structures et des hommes, des formes, des pratiques, des goûts, des envies, des intuitions etc.

Je viens de publier ma thèse sur le philosophe esthéticien Gaëtan Picon. Actuellement, je travaille dans deux directions prioritaires qui alimentent deux séminaires : j’essaye – sur le mode de la sociologie des organisations – de « Comprendre le XXe siècle des musées (II) » ; je réfléchis à une épistémologie du dessin pour évaluer sa fonction symbolique et sociale dans le processus créateur [voir « Épistémologie du dessin : concepts, lectures, interprétations, XIX-XXIe siècles »].

– Quels sont, d’après vous, les trois titres incontournables de la bibliothèque de l’historien-ne ?

Dans les cours de « Méthodologie et Épistémologie historiques » que je donne à Paris IV et à Sciences Po, je n’hésite pas à avancer trois livres préférentiels, décisifs pour moi car chacun, à sa manière, délimite en même temps qu’il ouvre le champ de l’historien, sait poser les « essentiels » :

Après ces lectures, j’ai le sentiment que l’on est plus solide pour amorcer la bibliographie critique de son sujet d’analyse.

– Quelles sont, selon vous, les principales qualités requises pour devenir un-e bon-ne historien-ne ?

Pour moi, de toute évidence, il s’agit de trouver le point d’équilibre entre l’intuition d’une problématique historique et sa validation par une administration sans faille de la preuve.


2 réflexions au sujet de « Quelques questions à Agnès Callu »

  1. Ping : [Ping] Premiers fragments d’une histoire réflexive | Espaces Réflexifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *