Quelques questions à Martine Sonnet

3 novembre 2011
Par

Martine Sonnet Martine Sonnet est historienne des femmes à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR CRNS/ENS). Moderniste, elle est ouverte au contemporain et très sensible aux confrontations et aux échanges interdisciplinaires.

Parmi de nombreux travaux sur les femmes, signalons l’ouvrage issu de sa thèse, L’éducation des filles au temps des Lumières, publié pour la première fois en 1987 aux éditions du Cerf – de nouveau disponible depuis octobre 2011 dans la nouvelle collection de poche de CNRS éditions, “Biblis“. À l’IHMC, elle anime le groupe “Femmes et histoire” dont les travaux sont accompagnés et prolongés par le carnet Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècle, hébergé sur la plateforme hypotheses.org

En marge de ces travaux, elle a publié Atelier 62 en 2008, récit littéraire “à la première personne” infusé d’archives à propos des forges de l’usine Renault à Billancourt dans lesquelles son père a travaillé. Depuis, elle développe une écriture plus personnelle, notamment sur internet sur son blog “L’employée aux écritures”.

Voir son site personnel pour plus d’informations.

- Pourquoi êtes-vous devenue historienne ?

Mon inscription en histoire à Paris 7 en 1973, bac scientifique en poche, procède sans doute beaucoup de ma timidité excessive à l’égard de la littérature. Il me semblait que je trouverais en histoire un prétexte avouable pour écrire. Donc pas de vocation, mais en revanche un intérêt bien éveillé en 2nde, 1ère et Terminale par trois profs passionnants, ouverts et sympathiques (Mme Aufaure, M. Quicroix et Mme Gain au lycée Rabelais de Meudon). Une chose établie dès le départ était cependant que je n’entreprenais pas ces études dans le but de devenir moi-même enseignante, et surtout pas dans le secondaire où j’aurais dû assurer également un enseignement de géographie.

Du jour où j’ai ouvert pour la première fois une liasse d’archives – c’était aux AD des Yvelines dans le cadre d’un TD de démographie historique – les choses ont été encore plus claires dans mon esprit. C’était de la recherche, appuyée sur des sources écrites, que je voulais faire. Mes cinq années de thèse ont comblé ce  goût pour les archives et pour la “résurrection” des vies ordinaires qui y sont couchées. Mes difficultés d’insertion professionnelle stable, liées à mon obstination à ne pas passer de concours, m’ont malheureusement tenue ensuite assez longtemps éloignée de cette matière première.

Avec le recul pris maintenant sur cette question du pourquoi historienne, j’ajouterai que mon histoire familiale a sans doute joué inconsciemment : dernière née, longtemps après le reste de ma fratrie, j’avais en quelque sorte à rattraper une histoire qui s’était longtemps écrite sans moi.

- Quel est le principal objet de vos recherches actuelles ?

Depuis que je suis entrée (enfin !) au CNRS en 1995 comme ingénieure de recherche (et non pas chercheuse), j’ai consacré plus de temps à l’accompagnement, la valorisation et l’animation de la recherche qu’à mes recherches personnelles.  D’abord comme  responsable de la Bibliographie annuelle de l’histoire de France pendant 8 ans, puis comme chargée de mission dans une mission interdisciplinaire de recherches SHS dans le champ social pendant 4 ans, enfin, depuis mon retour à l’IHMC en 2008, comme animatrice de son groupe “Femmes et histoire” et de son séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles.

Côté recherche proprement dite, à côté de ma collaboration en cours au gros chantier de l’édition du Journal du libraire parisien Siméon-Prosper Hardy (1753-1789, 12 volumes prévus), travail collectif réunissant l’IHMC et l’UQAM (2 volumes parus sur 12 attendus), j’ai travaillé très récemment (publications d’articles en cours) sur l’éducation musicale des filles au XVIIIe siècle, les correspondances amicales de jeunes filles, toujours au XVIIIe siècle, l’évocation des voyages dans les journaux intimes de jeunes filles au XIXe siècle. Par ailleurs, je compte réouvrir très prochainement mon chantier sur les allocataires de la Caisse des Sciences et du CNRS naissant dans les années 1930.

- Quels sont, d’après vous, les trois titres incontournables de la bibliothèque de l’historien-ne ?

Parce que les femmes ont été vraiment très longtemps invisibles dans les travaux des historiens et que l’écriture de leur histoire, amorcée, est à poursuivre en tant que telle si l’on veut que les études en terme de genre aient un sens en histoire, garder toujours à portée de main les 5 volumes de L’histoire des femmes dirigée par Michelle Perrot et Georges Duby, rééditée en collection de poche Tempus en 2002. A  prolonger par le suivi des revues Clio.Histoire, femmes et sociétés et Genre et histoire.

Parce que l’écriture d’Arlette Farge a été l’une des premières à rendre sensible le plaisir et toutes les émotions éprouvées à l’ouverture d’un carton d’archives et que je considère que toute écriture historique commence là, dans le face à face assumé avec ses sources quelles que soient leurs natures, tous ses ouvrages me semblent à lire.

Et parce que l’écriture d’Arlette Farge conduit à la littérature : ne surtout pas oublier de lire, à côté des travaux historiques considérés comme incontournables sur la période étudiée, aussi ses œuvres littéraires, autobiographies, journaux, correspondances bien sûr mais aussi romans, théâtre, poésie… En tant que dix-huitiémiste, comment me passer de Marivaux – pour ne citer qu’un nom ?

De façon générale, profiter pleinement de l’offre des bibliothèques numériques comme Gallica qui nous facilitent l’accès à tellement de textes.

- Quelles sont, selon vous, les principales qualités requises pour devenir un-e bon-ne historien-ne ?

La curiosité, la patience, le doute, le souci de l’écriture et plus généralement de la “restitution” partagée.


Émilien Ruiz

Docteur en histoire contemporaine (thèse intitulée "Trop de fonctionnaires ? Contribution à une histoire de l’État par ses effectifs (France, 1850-1950)"). Chercheur post-doctorant au CEE (Sciences Po)

More Posts - Website

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Entretiens, Quelques questions à...

Laisser un commentaire

Rappel de saison !

ProjetRecherche

Diacronie. Studi di storia contemporanea

Annonce

n°13 : Contrabbandieri, pirati e frontiere - coordonné par Elisa Grandi et Giovanni Venegoni


Carnets de recherche