Une bibliographie : pourquoi ? Comment ? [1/2]

par Lin Kristensen from New Jersey, USA - en CC 2.0 sur Wikicommons[Dans un précédent billet –  “Mais par où vais-je bien pouvoir commencer ?” – trois exercices permettant de bien démarrer ont été évoqués : chercher des définitions ; établir une bibliographie de travail ; procéder à une première prospection de sources. Chacune de ces activités doit faire l’objet de billets spécifiques Sur Devenir historien-ne.  La question des définitions provisoires ayant été traitée, c'est au tour de la bibliographie. Ce billet (publié en deux parties) est co-écrit par Amaury Catel et Sophie Cinquin]

Les guerres de religion du XVIe siècle ont donné lieu à des disputes théologiques entre  catholiques et protestants. Celles-ci s’appuyaient sur d’anciennes querelles dogmatiques auxquelles chacune des deux parties faisait référence. Ce retour constant au passé, et par là même à la tradition, a donné naissance aux notes de bas de page, mais aussi à la bibliographie, document destiné à synthétiser en une simple liste (souvent très longue) tous les travaux ultérieurs auxquels il était fait référence.[1]

Apprentis historiens ou historiennes, nous sommes les héritiers de cette tradition. Afin d’étayer nos raisonnements ou de légitimer nos arguments, nous renvoyons aux travaux d’auteurs qui sont autant d’autorités consacrées et recueillons ces références dans des bibliographies plus ou moins étoffées. De fait, la bibliographie apparaît d’abord comme une compilation  convenue de références, formant un document considéré comme « annexe » dans le plan d’ensemble de la recherche et dans l’agencement d’un mémoire. N’est-elle pour autant que cela ?

L’objet de ce billet n’est pas de redonner les règles de présentation des références bibliographiques, pour lesquelles on se reportera à un précédent billet. Son objectif premier est de donner quelques conseils sur les divers moyens et techniques à votre disposition pour construire votre bibliographie, son objectif second de démontrer que, précisément, la bibliographie n’est pas qu’un document annexe et que, bien utilisée, elle peut rendre de grands services à toutes les étapes de la recherche, des premières prospections à la rédaction du mémoire.

Encore faut-il s’entendre sur une définition a minima de la bibliographie. Nous avons pris le parti, dans les lignes qui suivent, de ne pas limiter notre approche au seul document de présentation des références citées ou consultées, et de faire place à l’aspect prospectif et intellectuellement constructif de la bibliographie. Cette conception – non exclusive – de la bibliographie comme activité ou processus est une clé dont nous espérons qu’elle permettra de mieux cerner et la nature du travail à produire dans l’élaboration du document bibliographique, et les vertus de ce travail.

À quoi précisément sert une bibliographie, comment parvient-on à la construire, en quoi enfin l’exercice bibliographique constitue-t-il un outil essentiel de la recherche en histoire : voilà, en somme, les trois questions auxquelles nous essayons, dans ce billet, d’apporter une réponse.

Une bibliographie, pourquoi ?

La bibliographie, fruit d’un triple impératif universitaire

Une recherche comme celle du Master ne peut s’envisager sans la lecture et la connaissance des principales contributions qui ont fait l’histoire du sujet qu’elle aborde. Cela tient bien sûr d’abord à un impératif méthodologique : qui entend s’emparer d’un objet doit en effet préalablement en connaître au mieux les contours, selon un processus de familiarisation et d’appropriation qui passe nécessairement par une fréquentation assidue de la « littérature secondaire ». Cela tient, en second lieu, à un impératif d’honnêteté intellectuelle : à qui ambitionne de prendre sa modeste place dans un champ de recherche donné incombe le devoir de connaître les résultats et les positions de celles et ceux qui l’ont précédé. Et cela tient peut-être aussi, en dernier lieu, à cet impératif universitaire d’une « division du travail historien », qui intime à chacun – et aux jeunes chercheurs en particulier – de porter ses efforts là où rien encore n’a été fait, de « défricher » ou de « reprendre à nouveaux frais », comme le suggèrent les métaphores consacrées : en somme, d’apporter sa pierre à l’édifice collectif, en évitant doublons et redites. L’exercice bibliographique découle de ce triple impératif, et le document qui en procède en est le reflet : la bibliographie est à la fois le répertoire méthodique des lectures effectuées, la garantie intellectuelle des différents points de vue consultés et la carte d’une recherche qui s’efforce de distinguer les différents massifs de contributions thématiques qui délimitent son périmètre.

Des vertus intellectuelles de l’exercice bibliographique

par William Hoiles from Basking Ridge, NJ, USA en CC 2.0. sur WikicommonsÀ bien considérer ce triple impératif, il peut être tentant de conclure que la bibliographie est avant tout un exercice purement formel et potentiellement rébarbatif, dont la fin est de produire un document utile aux autres surtout et très peu à soi-même. Cette impression est évidemment fausse. La construction d’une bibliographie, en effet, n’est pas qu’une courtoisie faite à la future lectrice ou au futur lecteur de votre travail, qui pourra y vérifier – ou non – que tel ou tel ouvrage, tel ou tel aspect de la question abordée a bien été pris en considération dans l’élaboration du mémoire. Il faut ici réactiver la distinction, ébauchée dans l’introduction, entre la bibliographie comme exercice et la bibliographie comme document. Fondamentalement, et il faut y insister, les deux vous sont utiles à vous, rédacteur ou rédactrice du mémoire. Considéré comme processus, l’exercice bibliographique implique un travail de lecture, mais aussi et surtout d’organisation intellectuelle, de réflexion historiographique, de thématisation enfin qui agit comme un aiguillon intellectuel de la recherche : construire sa bibliographie c’est aussi, par la confrontation avec diverses options d’organisation et de classement des travaux consultés, construire sa propre recherche et affermir ses propres choix de traitement du sujet choisi. En étoffer ou en modifier la structure, c’est donc aussi, de fait, intervenir sur le mémoire à venir – et c’est précisément dans la mesure où la recherche universitaire, travail long, fait fréquemment intervenir ce type de modifications ou de redéploiement thématique que la pratique de la bibliographie prend sens. Considérée comme document, c’est-à-dire comme le résultat d’interventions et de modifications successives, la bibliographie apparaît donc clairement comme un argument fort et un pilier de votre recherche, comme le reflet fidèle, en somme, d’une série de choix de lectures et d’organisation qui forment in fine le décalque d’une vision du sujet que vous avez choisi d’aborder. Parce que ces usages et cette utilité directe du travail bibliographique ne sauraient être négligés, nous y consacrons quelques paragraphes plus documentés à la fin de ce billet.

Construire une bibliographie

Avant d’aborder l’explicitation des différents usages du travail bibliographique, il est important de donner quelques indications et quelques conseils qui font parfois défaut aux étudiant-e-s en début de travail. Où trouver les références nécessaires et comment ne pas faire l’impasse sur les plus importantes ? Comment alimenter sa bibliographie, comment la construire et la classer ?

Il faut ici distinguer quatre sources privilégiées d’information bibliographique, auxquelles l’étudiant-e aura toujours intérêt à se référer au cours de la recherche : les bibliographies d’ouvrages, les articles de périodiques, les ressources informatiques et, plus largement, la fréquentation des bibliothèques.

La littérature secondaire

C’est en lisant les livres écrits par des historiens que l’on peut construire sa propre bibliographie. Tous les scientifiques sont en effet tenus de signaler les ouvrages qu’ils ont utilisés pour écrire leur ouvrage. Pour obtenir des indications de lecture, il suffit de sélectionner les œuvres qu’ils ont eux-mêmes lues, en fonction du thème propre à votre recherche. Il faut cependant être très prudent au moment où vous notez les références du livre qui vous intéresse. Il faut absolument que vous inscriviez le nom, le prénom, le titre, les lieux et date de publication ainsi que l’éditeur et le nombre de pages. Le faire peut paraître rébarbatif et inutile, mais cela vous fera gagner un temps précieux quand vous le chercherez dans les catalogues des bibliothèques. Il est par ailleurs capital de noter dans quel livre vous avez trouvé cette référence pour pouvoir la retrouver en cas de besoin.

Old book bindings at the Merton College library. Taken by user (Tom Murphy VII) Cropped by BenAveling en CC 2.0 sur WikicommonsLa prospection dans la littérature secondaire doit être méthodique. Vous devez aller de l’information la plus générale à l’information la plus particulière. Pour une recherche portant sur la Reine Marguerite, on commencera par lire en premier des livres s’intéressant aux femmes du XVIe siècle, puis on enchaînera sur des biographies de la Reine Marguerite et on s’intéressera en dernier lieu à des monographies portant sur des thèmes très spécifiques. Connaître les collections des livres que vous utilisez peut alors être utile pour classer les livres que vous voulez lire. La Nouvelle Clio ou la collection Atlande sont, par exemple, connues pour leur qualité de synthèse. Il est important d’appliquer cette technique de « l’entonnoir ». Si vous commencez par les ouvrages les plus spécialisés sans connaître le cadre général dans lequel s’insèrent les évènements, vous ne pourrez ni comprendre, ni apprécier l’analyse de l’historien. Si vous hésitez entre plusieurs titres qui vous paraissent avoir une focale assez large, débutez par les livres que vous avez vus cités de nombreuses fois. Ils seront sans doute de très bonne tenue.

Les articles de périodiques

La fréquentation des revues – spécialisées ou non, d’histoire ou de sciences humaines – est inséparable du travail de recherche et de la profession historienne. Elle prodigue une information bibliographique sélective, diverse, riche et précieuse. Il convient ici de distinguer revues généralistes et revues spécialisées. Vous aurez tout intérêt à commencer par les secondes, en particulier si votre sujet s’inscrit dans un périmètre d’études, une période historique ou une « civilisation » investis par un ou plusieurs périodiques consacrés. Un-e étudiant-e travaillant sur l’histoire culturelle du premier XIXe siècle, par exemple, ne perdra sûrement pas son temps en fouillant dans les archives de Romantismes ou de la Revue d’histoire du XIXe siècle. Les sommaires de ces revues spécialisées sont pour la plupart désormais disponibles en ligne, sur les sites des revues ou sur des portails internet dédiés dont certains intègrent des moteurs de recherche très utiles et qu’il ne faut pas hésiter à solliciter avec divers mots clés. On peut citer ici CAIRN et son homologue américain JSTOR mais aussi, sur un autre modèle, Revues.org et Persee – les premiers accessibles sur licence, généralement contractée sous forme de bouquet par votre université. Les articles mis en valeur par ces sondages seront parfois anciens. Il vous reviendra – c’est une des facettes du travail bibliographique ! – d’évaluer leur pertinence, au regard des citations dont ils font l’objet (certains sont parfois des « classiques »)  ou de la richesse de leur information bibliographique, à même de vous informer utilement sur un état antérieur de votre domaine de recherche.

Ces sondages d’ampleur effectués, il n’en demeure pas moins impératif de vous informer – et de vous maintenir informé-e – de l’actualité historiographique sur votre sujet, par la consultation régulière des mêmes périodiques, mais aussi par la fréquentation des grandes revues en histoire et en sciences sociales – Annales HSS, La Revue d’histoire moderne et contemporaine, La revue historique, Genèses, Esprit, Le Débat, Actes de la recherche en sciences sociales, entre autres. Outre leur utilité non démentie dans la conduite et l’alimentation de la réflexion historique de tout apprenti-e historien-ne, leurs articles, lorsqu’ils touchent à votre propre domaine de recherche, sont d’importantes sources d’information bibliographique. Limités en terme de signes, ils sont souvent l’occasion pour leurs auteurs de « faire le point » succintement sur une question ou d’offrir au lecteur un point de vue sur l’état d’une recherche en cours. Leur caractère récent, le plus souvent inédit, vous permettra de mettre à jour utilement votre bibliographie, par exemple lorsque l’auteur y fait état des dernières recherches effectuées ou publiées (thèses, articles et ouvrages en langue étrangère).

Tom Woodward from Richmond, VA, US en CC 2.0 sur WikicommonsDans ce foisonnement que constitue l’actualité des revues, il vous faudra scruter deux types d’exercice particulièrement propices à l’enrichissement de votre bibliographie. Le premier, abondamment pratiqué aujourd’hui, est l’article de synthèse historiographique, dont l’ambition est de reprendre et d’expliciter l’évolution des travaux historiques sur un thème ou une question donnée. Son intérêt vient de ceci que les nombreuses références bibliographiques qui peuvent y être trouvées s’insèrent de surcroît dans un cadre interprétatif à même de vous aider à classer votre propre bibliographie[2]. Souvent identifiable sous l’intitulé de « Lectures », le second est la pratique des comptes rendus d’ouvrages, au sein de rubriques ou de numéros consacrés. Y jeter un œil n’est jamais une perte de temps en terme d’information bibliographique. C’est pour cette même raison qu’il ne faut en aucun cas négliger la consultation des magazines dits de « vulgarisation historique », dont l’archétype est L’Histoire, qui consacrent chaque mois une rubrique à l’actualité éditoriale et aux dernières « sorties ».

Une dernière question, qui se pose de façon récurrente, est celle du classement des articles cités dans votre bibliographie : s’agit-il de les fondre avec les monographies, ou d’en faire la liste séparément ? Il n’y a pas de « bonne » réponse à cette question, et tout dépend de la masse d’informations à classer et des regroupements thématiques effectués. Dans le cas d’une entrée de la bibliographie consacrée à l’historiographie, il peut être intéressant de faire coexister, en un même ensemble, réflexions circonstancielles (articles) et plus amples (monographies). Cela devient néanmoins difficile dès que la liste des références s’allonge, et il peut être alors plus pertinent de séparer, pour chaque entrée thématique, articles et monographies : ne pas oublier qu’une bibliographie, avant de témoigner d’une démarche intellectuelle, répond d’une exigence de clarté.

Les ressources d’Internet [3] :

N’en déplaisent à certains enseignants qui vilipendent très souvent Internet, celui-ci est un outil très précieux, qui vous permettra d’identifier des livres essentiels à votre recherche. Une recherche en mode avancée ou sur google scholar vous permettra d’accéder à des articles qui feront nécessairement références à des livres. Avec un peu de chance, vous pourrez même consulter en ligne certaines œuvres grâce à Google Books. Si vous créez votre propre compte, vous pourrez y accéder immédiatement et commencer à classer vos livres. La consultation de blogs d’historiens (voir une sélection ici) ou de sites mis en ligne par des équipes de chercheurs vous permettra aussi d’avoir de précieuses informations. Les informations contenues sur le site de la  SIEFAR (un groupe de chercheurs sur les femmes à l’époque moderne) peut être particulièrement utile dans pour ceux et celles qui adopte une « approche genre » dans leurs recherches parce qu’il contenait de nombreuses références bibliographiques.

Internet permet aussi d’avoir accès à de très nombreux catalogues en ligne. Ils sont en revanche pléthoriques. Afin de nous simplifier la tâche, les bibliothécaires ont créé des méta-catalogues qui regroupent, à différentes échelles, plusieurs moteurs de recherche. Worldcat permet ainsi de chercher des livres dans les bibliothèques de pays étrangers ou même en France. Le CCFR regroupe les références des bibliothèques de France, des bibliothèques patrimoniales et des bibliothèques municipales. Le SUDOC, quant à lui, recense les livres présents dans les bibliothèques universitaires de la France entière. Ces catalogues sont très efficaces et vous permettent d’entrer différents mots clés. En faisant varier les mots clés et le type de recherche (par auteur, par mot…), vous trouverez de nouveaux livres et pourrez en prime les localiser. Si vous avez la chance de maîtriser une langue étrangère, le catalogue de la bibliothèque de Karlsruhe, dit « KVK », peut vous être très utile. Il existe aussi des guides spécialement dédiés à la recherche bibliographique universitaire : en allemand, c’est le cas du livre de Winfried Baumgart[4], qui vous donnera de nombreuses astuces pour trouver des livres en langue allemande.

Pensez, enfin, à mobiliser les ressources qui vous sont offertes à travers l’ENT (Environnement Numérique de Travail) de votre université ou de votre école. L’apport de ces ENT est variable en fonction des abonnements que les établissements souscrivent, mais vous pouvez trouver des livres ou des articles en utilisant leur moteur de recherche pour aller ensuite les consulter dans une bibliothèque. Bien souvent les universités s’abonnent à des encyclopédies telle que l’Encyclopaedia Universalis. Leurs articles, même s’ils sont très généraux, sont écrits par de réels spécialistes du domaine et donnent très souvent une bibliographie très utile.

Les bibliothèques et leurs rayonnages

William Hoiles from Basking Ridge, NJ, USA en CC 2.0 sur WikicommonsL’utilisation des catalogues est très efficace, cependant elle ne peut pas remplacer une recherche à la bibliothèque. Aller dans les rayonnages permet parfois de trouver des livres que l’on aurait manqués si l’on s’était contenté d’une recherche sur le Net. Les auteurs utilisent parfois des titres auxquels on n’aurait pas pensé en cherchant par mots clés. Observer le classement choisi par les bibliothécaires peut alors être très précieux. Ceci est d’autant plus justifié quand la bibliothèque ne dispose pas de catalogue informatisé.

Cette recherche occasionnelle peut se coupler avec un petit séjour en salle de recherches bibliographiques.

Suite et fin à suivre très prochainement : “La bibliographie comme outil”


[1] Ce point a été évoqué dans le séminaire de Christophe Duhamel donné au cours de l’année 2010-2011 sur le thème identité, appartenances, territoire : le Saint Empire à l’Epoque moderne.

[2] Par exemple : Christina de Bellaigue, « De la femme aux individus : l’histoire du genre en Grande-Bretagne, des années 1960 à nos jours », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2008, n° 37, p. 66-69.

[3] Pour plus d’informations, voir ici et sur La boîte à outils des historiens.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 thoughts on “Une bibliographie : pourquoi ? Comment ? [1/2]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">