Une bibliographie : pourquoi ? Comment ? [2/2]

27 octobre 2011
Par

Cahiers d'un livre ancien visibles en l'absence du dos (L'échelle sainte ou Les Degrez pour monter au Ciel, composez par s. Jean Climaque, abbé du monastère du mont Sinaï, traduit du grec en françois par M Arnauld d'Andilly, Paris, Pierre Le Petit, 1661) par Remi Mathis en cc sur Wikicommons[Dans un précédent billet –  “Mais par où vais-je bien pouvoir commencer ?” – trois exercices permettant de bien démarrer ont été évoqués : chercher des définitions ; établir une bibliographie de travail ; procéder à une première prospection de sources. Chacune de ces activités doit faire l’objet de billets spécifiques Sur Devenir historien-ne.  Après les définitions provisoires et la première partie du billet sur la bibliographie qui a été publiée le 25 octobre, en voici la suite (et fin), co-écrite par Amaury Catel et Sophie Cinquin]

La bibliographie comme outil : travail et réflexion bibliographiques

Une fois celles des moyens d’alimenter sa bibliographie abordée, quelques grandes questions relatives à l’exercice bibliographique demeurent : celle de son usage, déjà évoqué ; celle des pratiques de lecture associées à la constitution d’un tel document, qu’on ne peut éluder ; et celle enfin, toujours épineuse, des pratiques de hiérarchisation et de classement, qui contribuent à faire d’une bibliographie sommaire une « bonne » bibliographie – pensée, organisée, structurée.

La bibliographie est un travail constant

C’est l’une des choses les plus importantes, à ne perdre de vue en aucun cas : le document bibliographique s’élabore dans la durée, il accompagne en temps réel l’avancée de votre recherche, des toutes premières lectures effectuées jusqu’à la rédaction finale du mémoire. Une bibliographie est en perpétuelle évolution. La liste des ouvrages et des articles doit se préciser et se condenser au fur et à mesure de l’avancement de la recherche. Il y a bien en ce sens un travail bibliographique, différent de ce que l’on a appelé, dans la première partie, le « processus » et le « document » bibliographiques. Travail chronophage et ingrat, si l’on veut, qui consiste à mettre à jour très régulièrement sa bibliographie, en retranchant les références jugées obsolètes, en ajoutant les titres récemment consultés, en révisant la structure d’ensemble au gré des dernières avancées du sujet. C’est de ce travail, dont vous finirez par trouver par vous-même la périodicité la plus adaptée – quasi-quotidienne, hebdomadaire, bimensuelle… –, dont dépend l’exploitation intellectuelle de votre bibliographie. Une bibliographie « tenue à jour » – car le travail bibliographique consiste essentiellement en cela – est un gage de santé pour une recherche en cours. Et bien souvent, une bibliographie demeure « ouverte » jusqu’au dernier moment, celui de la finalisation et du dépôt du mémoire.

La bibliographie implique une organisation de la lecture

Une question angoissée, qui revient régulièrement, est celle de l’étudiant-e confronté-e à une foule de titres qu’il ou elle est censé-e connaître et maîtriser : faut-il vraiment tout lire, et enfin, car là est bien la question, comment « tout » lire et connaître des références d’une bibliographie qui en comprend couramment plusieurs dizaines, voire plus d’une centaine ? Il faut le dire d’emblée : la bibliographie d’un mémoire n’a pas vocation à l’exhaustivité (comme peuvent le faire, par exemple, les bibliographies de CAPES et d’agrégation publiées chaque année par Historiens et Géographes) ; elle répond davantage d’un travail sélectif, d’une pratique de repérage et d’organisation des lectures autour d’un noyau ou d’une problématique centrale. Personne ne vous en voudra donc, au bout d’un an de travail, de n’avoir pas « tout lu » sur votre sujet : dans l’immense majorité des cas, c’est même rigoureusement impossible.

Et quel en serait l’intérêt ? L’une des vertus du travail bibliographique est précisément de hiérarchiser des séries de références, de discerner les titres les plus à même d’informer un thème ou de faire avancer une réflexion, sans ignorer complètement ceux qui peuvent paraître plus mineurs. Dans un premier temps, l’important est donc de savoir démêler l’essentiel du superflu, d’aller du général au particulier, du meilleur ouvrage de synthèse à l’article ayant fait date, des ouvrages de référence aux articles annexes ou spécifiques. Cela implique, dans un second temps, d’adapter vos pratiques de lecture. On ne lit pas une thèse comme on lit un article de périodique, on ne consacre pas autant de temps à un essai généraliste qu’on en consacre à une réflexion dense et bien informée sur un aspect important de son sujet. En fait, le travail de lecture associé à la fréquentation de la « littérature secondaire » et à la constitution d’une bibliographie doit combiner divers niveaux et diverses pratiques de lectures (qui seront certainement abordés en détail dans un prochain billet).

William Hoiles from Basking Ridge, NJ, USA en CC 2.0 sur WikicommonsContentons-nous donc ici de quelques conseils de bon sens destinés à éviter à l’étudiant-e de se laisser « déborder » par les lectures à effectuer. Le mémoire de recherche étant une épreuve d’endurance, il est d’abord essentiel de planifier la lecture des titres qui constituent votre bibliographie : consacrer les premières semaines de travail à une lecture systématique et intensive des références jugées importantes est une bonne entrée en matière ; se lancer quelques jours avant le début de la rédaction du mémoire dans un marathon nocturne de lectures importantes n’est pas recommandé. Savoir adapter son approche des références bibliographiques en fonction de leur importance respective, ensuite, est primordial : de la lecture approfondie assortie de notes détaillées au simple maniement de l’ouvrage, il y a une infinité de degrés d’appropriation des textes, qui passe par la lecture rapide de la quatrième de couverture ou du résumé d’article, de l’introduction et de la conclusion d’ouvrage, d’un simple compte rendu de lecture qui pourra dispenser d’y consacrer de nombreuses heures. Ne pas oublier, dans tous les cas, que si l’exercice bibliographique tient essentiellement de l’exercice de hiérarchisation, c’est que tous les documents qui y figurent n’ont pas tous la même importance au regard du sujet : il peut être utile de revenir en cours ou en fin de travail à des références importantes, déjà lues dans le détail, quand de nombreuses contributions secondaires n’auront été abordées que « du bout des doigts ».

La bibliographie est un outil intellectuel de la recherche

Quand vous aurez commencé à trouver de nombreux livres, votre bibliographie ressemblera assez à un amas de titres. Pour qu’elle devienne un véritable outil, au service de la construction de votre sujet, il faut impérativement que vous la classiez. Ce classement pourrait se définir de la façon suivante : il s’agit de rendre apparent les principaux thèmes abordés par l’historiographie qui s’entrelacent dans votre sujet de recherche, et de les classer par ordre d’importance. Il s’agit alors d’aller des thèmes les plus généraux jusqu’à ceux qui sont propres à votre approche du sujet. Cet exercice est particulièrement difficile, mais si vous le faites régulièrement, il mettra en évidence votre avancement dans vos recherches.

Pour ce faire, il faut commencer dès le début à réunir les titres qui vous semblent traiter des mêmes thèmes. Parfois, cela s’avère difficile puisqu’un seul ouvrage peut en aborder plusieurs. Il faut alors que vous choisissiez celui qui a eu le plus d’importance pour vous, qui vous a le plus aidé dans vos recherches. Ce premier classement est nécessaire, mais il demeure insuffisant.

Un second, plus méthodique s’imposera quand vous maîtriserez mieux votre sujet de recherche et que vous pourrez prendre plus de distance face à lui. Vous devrez alors disséquer votre sujet pour trouver les différents thèmes qui y sont présents. Par exemple, si l’on travaille sur le mécénat de la Reine Marguerite, il est évident qu’il faut forcément parler de la place de la Reine dans l’État royal mais aussi avoir une vague idée de ce qu’est le mécénat, et avoir des livres portants sur les épîtres dédicatoires, puisqu’elles constituent une excellente source. Après avoir fait cette liste, il faut classer ces différents éléments.

Afin d’y arriver, on peut utiliser un organigramme, représentant ces différents thèmes et leur inclusion réciproque (voir infra le schéma simplifié que cela peut donner). Vous verrez que l’on place en premier des thèmes généraux, tels que le pouvoir de la reine, le mécénat et la place de l’auteur au XVIe siècle. Chacun de ces thèmes découle de celui qui le précède. La reine a des pouvoirs, l’un d’eux consiste à se faire représenter (mécénat), l’une de ces représentations possibles passe par la littérature, ce qui pose la question de la place de l’écrivain dans la société du XVIe siècle. On passe ensuite au sujet de recherche qui recoupe ces trois perspectives générales, celui de la Reine Marguerite. Au sein de ce sujet, il y a essentiellement trois aspects à développer : les biographies de la Reine Marguerite, les études de cas sur son mécénat et les épîtres dédicatoires déjà analysées par des historiens. On donne ensuite des titres en rapport avec les méthodes que l’on a utilisées pour étudier les épîtres.

Schéma biblio par Sophie Cinquin

Faire ce classement peut sembler de prime abord inutile, mais en réalité, il ne l’est absolument pas. En le faisant, vous vous rendrez compte que vous avez délaissé certains aspects importants de l’historiographie. On peut ainsi se rendre compte qu’à trop s’interroger sur la place de la Reine dans l’État, on a négligé le pouvoir du Roi, pourtant profondément lié à celui de la Reine. On ne peut rectifier cette erreur uniquement parce que l’on a fait cet effort de classement. Cet exercice est donc bien un stimulant pour vos recherches.

Il permet aussi d’aller plus loin dans l’appréhension de la façon avec laquelle l’historiographie a commencé à traiter de votre thème de recherche, et peut vous donner envie de traiter l’un des sujets qu’elle a délaissés. C’est au moment où l’on se rend compte que le mécénat de la Reine Marguerite avait été très peu étudié, que l’on peut décider de s’y intéresser. Ce regard distancié que vous confère l’observation de votre bibliographie vous sera très utile au moment où vous devrez rédiger votre analyse de l’historiographie, c’est-à-dire expliquer quels livres vous ont été utiles lors de la rédaction de votre mémoire, mais aussi mettre en évidence les limites des études antérieures. Si vous avez fait correctement le plan de classement de votre bibliographie, vous pourrez pleinement le réutiliser pour structurer votre réflexion historiographique, ce qui constitue un apport non négligeable.

La bibliographie est un véritable outil si elle est bien classée et utilisée régulièrement. Sa constitution est chronophage et difficile, mais elle vous évitera des oublis très préjudiciables et vous donnera des clés de compréhension de l’histoire du traitement de votre sujet par les historiens. Les évolutions de votre plan de classement mettront enfin en évidence vos progrès dans votre pensée du sujet : cela n’est pas sans intérêt et peut être à l’origine d’un futur développement de votre mémoire.

*

Et vous ? Comment envisagez-vous le travail bibliographiques ? Partagez vos expériences en commentaires…


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Écritures, Bibliographie, Écritures, Historiographies, Généralités, Historiographies

4 commentaires pour “ Une bibliographie : pourquoi ? Comment ? [2/2] ”

  1. [...] les bibliographies sont toujours une clé de voûte de la recherche, par ailleurs largement explicitée aux étudiants avancés, ce sont la plupart du temps des exercices imposés aux étudiants sans qu’ils en saisissent bien l’intérêt. La recherche scientifique en fait un fondement de validation, les autres manifestations tendent seulement à prouver le sérieux du travail engagé… On sait bien que l’abondance de la bibliographie qui accompagne un travail est parfois un argument légitimant plus qu’une… [...]

  2. Rémi Gilardin le 07/12/2011 à 19:31

    Il est peu évident au début d’une recherche de réussir à construire un classement de ses éléments bibliographiques personnalisé ; pour la simple et bonne raison que, la recherche débutant, la grille de lecture des ouvrages n’est souvent pas fixée ou simplement pas envisagée.

    Pour faciliter ce travail, il est peut-être utile de se reposer, au moins dans un premier temps, sur les classements proposés par les bibliothécaires. En effet, les méta-moteurs de recherche, type SUDOC, ou les catalogues numériques des bibliothèques présentent toujours une grille de classement thématique pour les ouvrages (sous forme de mots clés imbriqués le plus souvent).

    Le problème d’une telle méthode est que les mots clés utilisés varient souvent puisqu’ils sont enregistrés par des personnes ou des institutions différentes. A ce titre, pour les anglophones, il existe deux bases de données très précieuses :
    - le British Library Catologuing in Publication Data (BR) ;
    - le Library of Congress Cataloging in Publication Data (US).
    Les mots clés de référencement qui y sont utilisés sont systématiquement les mêmes, à la différence de ceux du SUDOC, par exemple. Il convient de noter que l’on trouve sur la page de garde des ouvrages universitaire publiés en anglais la mention de ce référencement.

  3. JBT le 07/11/2011 à 12:22

    Merci pour ce billet éclairant. Bien évidemment, des outils existent qui permettent de faciliter ce travail chronophage (zotero bien sûr). La démarche est la même en droit, avec quelques spécificités, notamment sur les décisions de justice et leurs commentaires doctrinaux. On peut alors recommander de faire un court abstract (trois-quatre mots clés) pour indiquer le thème de la décision.

  4. Stéphanie Messal le 27/10/2011 à 16:11

    Super ! Encore un billet fort instructif !

    Concernant ma bibliographie, le classement s’est fait naturellement : un pour les ressourceries, un pour les objets, un pour les associations et un pour l’économie et la politique (développement durable, économie sociale et solidaire, consommation, etc.) Personnellement, je transforme mes lectures en “fleurs” : mes livres sont constellés de post it multicolores ! Je note quelques idées dans la marge. Pour les articles imprimés et autres photocopies, je surligne directement les passages “clés”. Puis tout ce beau monde est sagement rangé à sa place.

    Certains ouvrages ont plus marqué mon esprit que d’autres et me reviennent facilement en tête face à certaines situations sur mon terrain d’enquête. D’autres dont la lecture fut plus “douloureuse” sont passés quelque part dans les méandres de ma mémoire.

    Parlant de lecture, il arrive parfois que j’arrive à saturation : trop de lecture tue la lecture ! Je n’hésite pas alors à faire un véritable break. Lire pour lire n’est pas une solution non plus. Je me rends compte qu’alterner les moments de lecture et les moments de répit fonctionne mieux que ce que j’imaginais. Quand je retourne à la lecture, mon esprit est alors plus enclin à conserver l’information.

    En tout cas encore merci pour vos précieux billets que je conseille à toute personne désireuse de se lancer dans la recherche.

Laisser un commentaire

Rappel de saison !

ProjetRecherche

Diacronie. Studi di storia contemporanea

Annonce

n°13 : Contrabbandieri, pirati e frontiere - coordonné par Elisa Grandi et Giovanni Venegoni


Carnets de recherche