Quelques questions à Marc Olivier Baruch

Marc Olivier BaruchAncien élève de l’École polytechnique et de l’École nationale d’administration, Marc Olivier Baruch est historien de la France contemporaine, ses travaux portent plus particulièrement sur l’histoire comparée de l’État et de l’administration à l’époque contemporaine et sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Après avoir occupé depuis 1981 diverses fonctions dans les administrations centrales de l’État (ministère de l’Éducation nationale et ministère de la Culture) et au sein d’un cabinet ministériel, il rejoint en 1997 le CNRS en qualité de chercheur en histoire contemporaine. Il est directeur d’études à l’EHESS depuis 2003.

Parmi ses publications, citons Servir l’État français. L'administration en France de 1940 à 1944, ouvrage tiré de sa thèse et publié chez Fayard en 1997 ; Serviteurs de l'État. Une histoire politique de l'administration française, 1875-1945, co-dirigé avec Vincent Duclert, paru en 2000 à La Découverte et Une poignée de misérables. L'épuration de la société française après la Seconde Guerre mondiale, publié sous sa direction aux éditions Fayard en 2003. En 2011, il a co-écrit avec Emmanuel Hamon le documentaire Maurice Papon, itinéraire d’un homme d’ordre (première diffusion sur France 2 le 14 avril 2011).

Pour plus d'informations, voir sa page sur le site du C.R.H.

 - Pourquoi êtes-vous devenu historien ?

Voici quelque dix-neuf ans, en novembre 1992, je soutenais devant un jury de l'IEP de Paris mon premier travail académique en histoire, un DEA portant sur l'administration du ministère de l'Éducation nationale entre 1940 et 1944. Jean-Pierre Azéma, sous la direction duquel j'avais fait ce travail et qui allait devenir mon directeur de thèse, me félicita à l'issue de l'épreuve d'une brève phrase : "Pas de doute, vous êtes historien." Faut-il en déduire que, à rebours de ce qu'écrit Simone de Beauvoir du deuxième sexe, on ne devient pas historien, on l'est ?

De fait, pour être complètement pertinente, votre question aurait dû être : "Pourquoi avez-vous mis si longtemps à devenir historien ?" Parmi les aphorismes de feu le Président Mao, que ma génération aimait citer à tort et à travers, figure celui-ci, que j'aime bien : "L'avenir est radieux, mais le chemin est tortueux." Tortueux, donc lent, puisque je n'ai décroché une thèse qu'à bac + 23, et mon premier véritable emploi dans l'université française à l'âge presque respectable de 47 ans. Comme le rappelle le mini-cv qui précède, il est vrai que j'ai entre temps servi (sévi ?) dans l'administration française, au ministère de la Culture notamment. Statutairement, je suis administrateur civil, c'est-à-dire fonctionnaire des administrations centrales de l’État. Je suis même assez fier de l'être. Expliquons l'adjectif, qui peut surprendre.

- Quel est le principal objet de vos recherches actuelles ?

Édouard Balladur, qui fut Premier ministre, a jadis commis un livre intitulé Je crois en l'homme plus qu'en l’État ; moi aussi sans doute – à ceci près que je crois suffisamment en l’État pour lui avoir consacré une bonne quinzaine d'années de recherches, au sein du CNRS et de l'EHESS. La direction d'études que j'y anime est intitulée "Histoire politique de l'administration" ; je suis en effet persuadé – et j'essaie de faire partager cette conviction aux collègues et aux étudiants qui me font l'amitié de s'intéresser à ce domaine – qu'entre l'histoire politique sans administration, durablement dominante dans notre pays et l'histoire de l'administration sans politique, qui se fait (ou tout au moins qui s'est longtemps faite) au sein des ministères, il y avait place pour une histoire de l'appareil d’État n'ignorant ni la science politique, ni l'anthropologie ni le droit.

Je m'y essaye, en gardant un intérêt fort pour les régimes d'exception, lorsque démocratie et conduite des affaires publiques ne cheminent pas ensemble et que la notion clé de légitimité se brouille. Peu nombreux sont les pays qui, au cours du vingtième siècle, n'ont pas connu au moins une transition entre liberté et dictature – et même dans ceux-là une tension n'en a pas moins existé entre la délibération politique et l'exigence d'efficacité. Mon champ de réflexion n'est donc pas prêt de se réduire…

- Quels sont, d’après vous, les trois titres incontournables de la bibliothèque de l’historien ?

Pourquoi trois plutôt que onze ou 642 ? Je n'ai pas de top 10, et j'espère ne pas finir mes jours sur une île privée de bibliothèques publiques.

Ceci dit, j'ai beaucoup aimé l'ouvrage de synthèse – rien n'est plus complexe à écrire qu'un livre simple à lire – de François Furet intitulé La Révolution (Hachette, 1990 ; réédition Pluriel 2010, 2 volumes, t. I, 1770-1814, t. II, 1814-1880, dix euros pièce), mais je recommande aussi un livre qui n'est pas véritablement une lecture de plage, Les grands arrêts de la Cour suprême des États-Unis, par Élisabeth Zoller (Dalloz, 2010, 42 euros), le merveilleux Paris-Prague, la Gauche face au renouveau et à la régression tchécoslovaques (Julliard, 1985) de Pierre Grémion, absurdement mis au pilon par son éditeur ou encore l'ancienne mais indémodable Histoire de l'administration de Pierre Legendre, publiée en 1968 par les Presses universitaires de France. Et tant d'autres…

Chacun lira ce qu'il veut, ce qu'il doit, ce qu'il sent. Pour autant, qui n'a lu ni les Mémoires d'Outre-Tombe, ni Choses vues, ni Tocqueville aura du mal à comprendre la France du dix-neuvième siècle, donc la nôtre, sans même évoquer tout ce qu'ont pu produire les sciences de l'homme en société autour des années 1900, 1930, 1960-70. Par exemple.

- Quelles sont, selon vous, les principales qualités requises pour devenir un bon historien ?

Être curieux.

Aimer apprendre.

Être capable d'écrire.

J'ajouterai que la modestie ne gâte rien : il n'est pas honteux de se taire quand on n'a rien à dire.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

4 réflexions au sujet de « Quelques questions à Marc Olivier Baruch »

  1. Alexandre Moatti

    Marc-Olivier Baruch a un parcours fort intéressant. Ajoutons qu'il s'investit depuis quinze ans dans X-Résistance ("Des polytechniciens dans la Résistance"), asociation dont je suis secrétaire, et qui ne cache pas non plus les aspects plus noirs de la "collaboration des élites". Voir par exemple le manifeste écrit par M.O. Baruch http://www.xresistance.org/manifeste.html

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">