Archives de l’auteur : Émilien Ruiz

À propos Émilien Ruiz

Maître de conférences à l’Université de Lille 3 | En savoir plus…

3 ans et demi, 100 billets, 726 000 visites

Devenir historien-ne a eu trois ans et demi le 25 janvier 2015. Depuis le premier bilan et le « sommaire – v.1 » au terme de la première année, le temps est venu d’en dresser un nouveau.

Fréquentation du blog et contenus les plus visités

L’accroissement quasi exponentiel du nombre de visites et de visiteurs uniques est un véritable encouragement :

Fréquentation 2011-2015

Fréquentation du carnet depuis sa création (source : données AWstat)

Alors que la régularité des publications des billets a sans conteste laissé un peu à désirer, thèse/post-doc/campagnes de recrutement obligent…, votre fidélité au carnet ne s’est pas démentie.

Ce sont au total 100 billets qui ont été publiés à ce jour, tout types confondus (y compris les annonces diverses et les brèves). Continuer la lecture

Usages des outils informatiques/numériques par les historien-nes

Je relais ici dans cette brève le lien  vers un (court) questionnaire concernant vos usages des outils informatiques et numériques. Merci d’avance de prendre quelques instant pour y répondre. N’hésitez surtout pas à le diffuser à vos listes et vos collègues.

Questionnaire

« Mettre une pièce dans la machine » : un billet à lire ailleurs

« À l’université, le deuxième moment important a été ma découverte de la numismatique antique. J’aimais cette idée de chercher – encore une fois – à « pénétrer dans l’esprit » des gens de l’époque pour mieux comprendre une part de leur civilisation, les symbolismes mentaux, sociaux et religieux notamment,  à travers des petits objets de métal. J’aimais à tel point cela que j’ai décidé d’en faire le thème de mon Master recherche. (…) À partir de cette expérience, j’ai désormais envie, moi aussi, de « mettre une pièce dans la machine » pour relancer des débats ou mettre en avant ce que, modestement, je comprends des sources afin de faire émerger un embryon de savoir historique. »

Je vous signale ici brièvement un billet – dont l’extrait ci-dessus est tiré – publié par Michel Deniau son blog « l’histoire est un combat« . La lecture des réponses aux « quelques questions » publiées ici lui a inspiré une « brève tentative d’introspection historique« . Continuer la lecture

Blogs et histoire : observations et retours d’expériences (2)

Je participe aujourd’hui à une journée organisée par Elisa Grandi à l’Université Paris Diderot (Paris 7) et intitulée « Digital history : a practicum« .

J’y proposerai, notamment, quelques observations et retours d’expériences concernant le blogging (et le micro-blogging) en histoire, en reprenant le fil d’un exposé présenté en janvier 2013 sur le même sujet. Vous pouvez consulter la mise à jour de mon support (les citations, les captures d’écrans, etc. sont « cliquables »). Continuer la lecture

Quelques questions à Sophie Dulucq

Sophie DulucqHistorienne, professeure d’histoire contemporaine à l’université de Toulouse (Le Mirail), Sophie Dulucq est spécialiste de l’Afrique subsaharienne à l’époque coloniale. Directrice scientifique des Presses Universitaires du Mirail entre 2008 et 2011, elle est actuellement directrice adjointe du laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

Après avoir d’abord orienté ses travaux vers l’histoire urbaine, elle a mené diverses recherches sur l’histoire culturelle en situation coloniale (production des savoirs coloniaux et de l’historiographie africaniste, politiques culturelles, naissance du tourisme…).  Ses travaux actuels portent sur l’anthropophagie en Afrique Occidentale française dans les années 1900-1950. Continuer la lecture

« Liberté d’expression et négation de l’histoire » (Les rendez-vous de crise)

affiche_liberte_d_expression_et_negation_de_l_histoire_v2_29012014-small480Conférence intitulée « Liberté d’expression et négation de l’histoire. Retours sur l' »Affaire Dieudonné » » organisée par le Cercles de formation de l’EHESS et du GEHM dans le cadre du cycle Rendez-vous de crise.

Intervenants : Olivier Cayla, juriste (EHESS) ; Thomas Hochmann, juriste (Université de Reims), Sabina Loriga, historienne (EHESS). Présidence et modération : Marc Olivier Baruch, historien (EHESS)

  Continuer la lecture

Quelques questions à Alain Chatriot

chatriotHistorien, Alain Chatriot est chargé de recherche au CNRS, membre de l’équipe ERHIMOR du Centre de recherches historiques. Ses travaux portent sur l’histoire des formes de représentation de la société civile, l’histoire de l’État et de l’administration à travers une attention particulière aux politiques économiques et sociales dans la France des XIXe et XXe siècles. Il a soutenu, lundi 18 novembre 2013, un dossier d’habilitation à diriger les recherches sur L’État et les groupes sociaux dans l’élaboration des politiques économiques et sociales en France au XXe siècle, dont le volume original est intitulé La politique du blé. Histoire d’un marché en France dans la première moitié du XXe siècle. Continuer la lecture

Pourquoi et comment devient-on historien de la Grande Guerre ?

Il y a longtemps que je n’ai publié de « quelques questions à… » sur ce carnet. Du coup, je publie un rapide billet de signalement afin de vous indiquer plusieurs ressources autour de la publication du dernier ouvrage de Stéphane Audoin-Rouzeau [Quelle Histoire. Un récit de filiation, Paris, Éd. de l’EHESS, coll. Hautes Études – Gallimard – Le Seuil, 2013], qui devrait contenter celles et ceux d’entre-vous qui seraient impatients de retrouver cette rubrique…

9782021104455Présentation :

« L’écriture spécifique d’habitude mise en œuvre pour parler des combattants des tranchées, des femmes en deuil ou des enfants de la guerre, j’ai tenté de l’appliquer à ceux auxquels, d’une manière ou d’une autre, je tiens. Il se trouve que sur trois générations en demeure une trace écrite.
J’ai souhaité rester sur les terres de l’Histoire. Mais celles-ci sont étendues et, dans bien des directions, les frontières deviennent poreuses au point d’être parfois peu discernables : c’est sur ces frontières-là que je me suis déplacé en m’éloignant du plus qu’il m’était possible mais sans perdre tout à fait des yeux mon point d’ancrage. J’espère n’avoir pas franchi les bornes ? mais si c’était le cas, je n’en aurais pas trop de regrets. Ce sont les risques de l’expérience.
Même si elles s’y apparentent parfois, les pages que l’on va lire ne constituent pas un récit de famille : je m’en suis tenu à ce que la Grande Guerre a fait aux miens, à la manière dont elle a traversé leur existence, quitte à inscrire ses effets au-delà même de leur propre vie. » Voir sur le site des éditions de l’EHESS

Outre la lecteur de cet ouvrage, je vous recommande le visionnage d’une vidéo et l’écoute de deux émissions de radio.

Origin[e]s : sur le carnet Histoire(s) de 14-18

Franziska Heimburger a publié fin septembre un billet qui inaugure une série de publications dans lesquelles des historiens et historiennes de la Grande Guerre évoquent leur parcours professionnel afin de répondre à la question reprise dans le titre de ce billet : Pourquoi et comment devient-on historien de la Grande Guerre ? Il s’agit d’un entretien d’un peu moins de 5 minutes avec Stéphane Audoin-Rouzeau. Cliquez sur l’image infra pour accéder à la vidéo.

Origines

La fabrique et les lundis, un détour par France Culture

Vous pouvez, par ailleurs, (ré)écouter deux entretien de l’auteur dans les deux émissions auxquelles je ne doute pas que vous êtes toutes et tous abonnés via vos lecteurs de podcasts : l’émission Histoire/Actualité du 13 septembre 2013 de La fabrique de l’histoire :

Et les lundis de l’histoire du 21 octobre 2013, « La Grande Guerre, de pères en fils », émission présentée par Michelle Perrot :

Des lois indignes ? Les historiens, la politique et le droit, rencontre avec Marc Olivier Baruch

Le nouvel ouvrage de Marc Olivier Baruch (qui a dirigé ma thèse et répondu aux quelques questions de Devenir historien-ne) sera disponible dans toute bonne librairie à partir du 10 octobre prochain. Il le présentera :

Dimanche 13 octobre 2013 à 16h00

Librairie La Terrasse de Gutenberg
9, rue Emilio Castelar Paris 12e
tel 01.43.07.4.215  M° Ledru Rollin

Des lois indignes ?

« En décembre 2005, dix-neuf des historiens les plus réputés de notre pays exigèrent l’abrogation de plusieurs lois en vigueur. La cause devait être grave pour que des professeurs au Collège de France, des membres de l’Académie française, des érudits respectés, des auteurs à succès et un ancien ministre jugent que la liberté d’expression se trouvait menacée par des textes « indignes d’un régime démocratique ».

De quoi s’agissait-il ? D’abord d’une disposition, en vérité vite abrogée, enjoignant aux enseignants de souligner « le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord ». Puis de deux lois votées quatre ans plus tôt à l’unanimité par le Parlement : l’une qualifie l’esclavage de crime contre l’humanité, l’autre reconnaît le génocide arménien intervenu en 1915. Enfin, et aussi, de la loi Gayssot, qui depuis 1990 réprime la négation publique de l’assassinat systématique des juifs d’Europe par les nazis et leurs complices. Rien là-dedans qui bride, empêche ou censure le travail du chercheur …sauf du chercheur négationniste.

Marc Olivier Baruch tente de comprendre, en historien de l’État, les véritables raisons de cette émotion, avivée récemment par les débats sur la pénalisation de la négation du génocide arménien. Il est conduit à remonter aux années 1970 pour interpréter, en s’appuyant sur le droit, l’histoire et la science politique, de telles prises de position, inséparables de leur contexte : montée du Front national, procès Barbie, Touvier et Papon, émergence de l’impératif mémoriel, instrumentalisation politicienne de l’histoire… – le tout sur fond de remise en cause de l’héritage de la Seconde Guerre mondiale et de la geste gaulliste. Dans cette démarche, Marc Olivier Baruch se montre fidèle au précepte placé par Montesquieu au cœur de L’Esprit des lois : « Il faut éclairer l’histoire par les lois, et les lois par l’histoire. » »

Le printemps numérique de l’histoire : à ne pas rater en mai-juin 2013!

ClioNumerique

.

Je relaie l’annonce de trois événements (auxquels la rédaction de ma thèse m’empêche malheureusement de participer1) qui méritent une attention particulière en ce printemps ensoleillé (!) car ils témoignent du dynamisme des réflexions actuelles concernant les transformations numériques du métier d’historien-ne. Continuer la lecture

  1. Encore toutes mes excuses aux organisatrices et organisateurs… []