Archives de l’auteur : erwanlegall

Histoire militaire ou du fait militaire ? La monographie régimentaire

Carte postale, 47e régiment d'infanterie (Source : archives municipales de Saint-Malo)

Carte postale, 47e régiment d’infanterie (Source : archives municipales de Saint-Malo)

Cela fait maintenant quelques temps que je consacre mes recherches au destin d’une unité pendant la Première Guerre mondiale, le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo. Tout a commencé par un article publié dans les Annales d’une société savante bretonne puis, sur les conseils d’un de mes maîtres et amis devenu directeur de recherche, j’ai repris le fil de mes études – arrêtées dix ans auparavant en maîtrise – en m’inscrivant à un Master 2 que j’ai consacré à l’entrée en guerre de ce 47e régiment d’infanterie. Ma démarche est aujourd’hui loin d’être achevée et je compte d’ailleurs poursuivre le travail entamé en m’inscrivant à la rentrée en thèse.

Pourtant, lancinante, une question me taraude depuis quelques semaines. En effet, après des centaines d’heures de dépouillement d’archives, agrémentées d’au moins autant de lectures, après plusieurs articles et communications dans divers colloques et journées d’études et après avoir produit un volumineux mémoire de plus de 700 pages, force est de confesser que je ne sais toujours pas si mon travail relève de ce que l’on appelle de l’histoire militaire. Ceci est d’autant plus étrange que je dois avouer qu’habituellement de telles interrogations me fatiguent rapidement. Je me fiche de savoir si c’est dans le bac « rock indépendant » ou « garage band » que je dois fouiller pour trouver le disque que je cherche, ce sont les riffs aiguisés de guitare et l’ivresse procurée par la musique qui m’importent.

Or cette fois-ci, la question de la définition de l’art – puisque c’est bien cela dont il s’agit – ne semble pas totalement sans enjeux. En effet, qu’y-a-t-il de commun entre La Chair et l’Acier et, pour ne simplement considérer que deux exemples, Les mots des tranchées, si ce n’est qu’il s’agit-là de deux excellents ouvrages que l’on qualifie souvent d’histoire militaire ? Là où M. Goya s’intéresse à l’évolution de la pratique militaire de l’Armée française entre 1914 et 1918, O. Roynette analyse la langue des Poilus, matière première qui elle aussi, révèle de l’histoire de la Première Guerre mondiale1. Certes, il s’agit là de deux focales différentes mais l’objet d’analyse demeure le même, en l’occurrence celle qui devait être la der des ders.

On pourrait donc postuler qu’est historien militaire celui qui travaille sur des archives militaires, assertion ici comprise dans sa dimension la plus large, c’est-à dire du rapport rendant compte d’un coup de main (M. Goya) à la lettre de Poilu écrite dans une cagna humide (O. Roynette). Or les choses semblent plus complexes que cela.

C’est complètement par hasard que j’ai fait la connaissance, il y a près d’un an, d’un doctorant travaillant sur les registres matricules d’une subdivision du département de la Manche. Nous avons sympathisé d’autant plus vite que nos centres d’intérêts sont réellement convergents : nous admirons tous deux les travaux de Jules Maurin2, les registres matricules constituent pour nous une source essentielle quoiqu’extrêmement délicate à manier et nous réfléchissons tous deux sur une aire administrative commune, nos deux objets d’étude formant l’espace de la 40e brigade d’infanterie. Bien sûr, nos axes de recherches divergent puisque là où je m’intéresse à un régiment, cet ami travaille sur un bureau de recrutement. Mais c’est au cours d’un déjeuner en commun que j’ai réalisé que ce qui sépare nos travaux n’est pas tant dans la nature même des sujets étudiés que le cerveau de ceux qui entreprennent ces recherches. Bien que travaillant sur un corpus de sources essentiellement militaires – les registres matricules de recrutement – mon camarade m’annonce en effet avec conviction ne pas considérer faire de l’histoire militaire mais sociale.

Je dois l’avouer, je n’ai sur le moment pas trop prêté attention à ce propos. Sans doute faut-il y voir une conséquence de ce rejet des chapelles et de cette phobie des bacs de disquaires trop savamment classés. Mais, plus encore, force est d’admettre que je n’avais pas compris le sens véritable de cette assertion. Il est vrai que travaillant sur le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, il me semblait naturel de faire de l’histoire militaire, quand bien même je ne savais pas trop ce que recouvre ce terme.

L’histoire est le fruit du travail de l’historien

Mais il se trouve que  quelques semaines plus tard je me trouvais dans une situation tout aussi paradoxale que mon camarade doctorant qui prétendait faire de l’histoire sociale à partir d’archives militaires. J’étais en effet en train de réaliser une étude prosopographique des officiers du 47e régiment d’infanterie afin de mesurer l’incidence de l’entrée en guerre sur ce groupe social particulier. J’utilisais là une grille d’analyse qui, pour être brillante, n’en était pas moins aucunement militaire puisque définie par J. Le Bihan dans le cadre de sa thèse sur les fonctionnaires intermédiaires3. Implicitement, l’utilisation de cette méthode désacralisait le sujet puisque cela revenait à admettre que l’officier de carrière – fut-il du 47e régiment d’infanterie – est un fonctionnaire intermédiaire comme les autres. Ou presque. De plus, outre les dossiers de Légion d’honneur et autres états signalétiques et des services, j’utilisais des sources qui parfois n’avaient rien de militaires : annuaires, rubriques nécrologiques, actes d’état-civil… et pourtant la finalité était bien d’ordre militaire puisqu’il s’agissait de voir en quoi l’entrée en guerre bouleverse le corps des officiers au sein d’une unité telle que le 47e régiment d’infanterie.

Une des casernes du 47e RI (Source : AM de Saint -Malo)

Une des casernes du 47e RI (Source : AM de Saint -Malo)

Il était dès lors évident que, peu importe le type de sources étudiées, c’est bien la direction impulsée par le chercheur qui conduit l’analyse vers tel ou tel type d’histoire. Ainsi, lorsque je m’intéresse à trois officiers du 47e régiment d’infanterie qui refusent de participer à l’inventaire des biens de l’église de Saint-Servan en 1906, même si je travaille à partir d’archives éminemment militaires, puisqu’il s’agit d’un dossier de conseil de guerre, je peux prétendre me placer dans une histoire plus politique, dans la lignée du remarquable dernier ouvrage de X. Boniface4. C’est donc bien l’historien qui fait l’histoire, et non l’archive où le sujet étudié.

 Cela est d’autant plus vrai en ce qui concerne l’histoire militaire que celle-ci est sans doute victime d’un double effet de source qui en altère profondément le sens. D’une part il y a le fait que la société française des années 1900-1920 est autrement plus militarisée que celle du XXIe siècle : le service militaire est une expérience partagée par tous les jeunes hommes, ou presque, pendant deux voire trois années ; l’Armée et le patriotisme de manière générale occupent une place centrale dans la société, ce sans même parler du traumatisme de la Première Guerre mondiale elle-même. Autrement dit, tout ou presque renvoie alors à une histoire militaire. De plus, force est d’admettre que les archives militaires comptent en France parmi les mieux conservées pour la période et qu’elles peuvent constituer pour beaucoup une aubaine permettant d’étudier des réalités qui, in fine, sont bien éloignées du fait militaire lui-même.

En d’autres termes, pour une période telle que celle de la France des 1900-1920, l’Armée est sans doute tellement présente dans tous les pores de la société qu’elle conduit à une définition trop vaste de l’histoire militaire pour qu’elle soit réellement signifiante. En revanche, ce qui est certain est que l’un des points qui me motive le plus est d’essayer de comprendre comment une unité telle que le 47e régiment d’infanterie, bien que composée d’hommes ordinaires, de civils uniformisés, traverse cet interminable et atroce conflit. C’est donc bien vers une histoire du fait militaire tel que pratiqué par cette unité que je veux tendre. Et là n’est pas une mince affaire.

Le défi de l’histoire du fait militaire

Si la mise en ligne des journaux des marches et opérations s’apparente, pour quiconque s’attelle à une monographie régimentaire, à un véritable bienfait, force est néanmoins d’admettre que ces sources ne sont pas sans dangers. En effet, sauf à vouloir verser dans une réédition des historiques d’unité d’antan5 où à reproduire certaines études commises par tel ou tel érudit local, il convient de se garder de ces archives qui, la plupart du temps, sont réécrites a posteriori, se concentrent sur les mouvements des grandes unités – c’est-à-dire dans le cadre d’une monographie régimentaire ignorent les sections et les escouades – et ne livrent qu’une vision imprécise et déshumanisée du combat. Ce n’est sans doute pas un hasard si, dans une série d’articles publiés au début des années 1930 dans la Revue militaire française, le commandant Larcher complète son étude du 10e corps d’armée à Charleroi – soit précisément le moment du baptême du feu du 47e RI – par de nombreux témoignages d’officiers présents ce jour-là sur le champ de bataille6. Or ceux-ci contribuent à rendre cette série d’articles non seulement essentielle mais d’une certaine manière indépassable puisque le compte rendu de ces entretiens menés par l’auteur n’a pas été – à ma connaissance – conservé. Au final, il en résulte le sentiment d’une perte de sources qui, justement, rend l’histoire du fait militaire tel que pratiqué par le 47e régiment d’infanterie encore plus difficile à écrire, sauf à aller chercher dans des directions jusqu’alors inédites.

On nous permettra d’en citer deux principales. Il y a bien entendu l’apport indéniable des war studies, nouvelle manière d’appréhender le combat au moyen d’une approche pluridisciplinaire mêlant sociologie, anthropologie, archéologie, géographie, … Là encore, il convient sans doute de se méfier de cette expression à la mode, l’interdisciplinarité relevant bien souvent plus du vœu pieux que de la réalité. Pourtant, il est indéniable que cette volonté de chercher vers de nouveaux horizons intellectuels traduit non seulement le dynamisme de ce champ historiographique mais également le nombre des pistes qui demeurent à explorer. Grâce aux war studies, on passe presque d’un choix cornélien opposant histoire sociale et militaire à une histoire du fait militaire utilisant entre autres paradigmes ceux hérités de la sociologie.

La seconde direction qui nous semble prometteuse afin de cerner de plus près ce fait militaire tient en la nature même de notre démarche, à savoir une monographie régimentaire. Or force est de constater que celles-ci demeurent rares de ce côté de la Manche. Peut-être faut-il y voir une conséquence supplémentaire de l’organisation jacobine de ce pays ? Il est un fait que la France aime les grandes synthèses sur un objet historique donné : les profiteurs de guerre, les embusqués,…7 Essentiels, ces travaux donnent lieu à un très important travail de conceptualisation et ne doivent en aucun cas être négligés. Pour autant, il n’en demeure pas moins qu’ils sont aux antipodes de ce que j’essaie d’entreprendre pour le 47e régiment d’infanterie. La comparaison avec la situation académique outre-manche est d’autant plus cruelle que là-bas, la monographie d’unité est un genre très prisé. Tellement d’ailleurs que lorsque K. L. Snowden décide de se consacrer à l’étude de l’évolution tactique sur le front ouest entre 1914 et 1918, l’un des critères qui préside au choix de « sa » division – la 21e – est la concurrence avec d’autres étudiants, engagés dans des optiques analogues8. En France, la situation est toute autre puisque lorsque j’essaie de comparer les données chiffrées que j’ai pu amasser sur le 47e RI avec d’autres unités d’infanterie d’active, je peine à le faire… faute de combattants. Même un auteur tel que C. Ingrao est obligé de faire « amende honorable » lorsqu’il introduit sa remarquable étude de la brigade Dirlewanger. En effet, il débute son propos en tentant de s’affranchir de l’accusation « d’archaïsme positiviste » formulée à l’encontre de la monographie d’unités pour affirmer que ce genre est « tout à la fois l’un des plus anciens en histoire militaire et l’un des plus prometteurs, pour peu qu’on le soumette à une interrogation nouvelle »9. Dans notre pays, la situation est telle que l’ouvrage – désormais élevé au rang de classique – que L. V. Smith consacre à la 5e division d’infanterie n’est même pas traduit en français. Il s’agit pourtant d’une division de l’armée française, et non des moindres puisqu’elle voit passer un certain nombre de « stars » dont Charles Mangin, Roland Dorgelès ou encore le futur maréchal Koenig10.

Le retour du 47e RI (Source : collection privée)

Le retour du 47e RI (Source : collection privée)

*

*             *

Ce sont bien ces prestigieux exemples qui me confortent dans l’idée que non seulement tout n’a pas été écrit sur le 47e régiment d’infanterie mais que, de surcroît, la monographie régimentaire nous semble être le moyen d’un renouvellement en profondeur de l’histoire du fait militaire. Reste à savoir s’il en résultera une histoire que l’on pourra qualifier de militaire !

  1. Goya, Michel, La chair et l’acier. L’armée française et l’invention de la guerre moderne (1914-1918), Paris, Tallandier, 2004, Roynette, Odile, Les mots des tranchées, Paris, Armand Colin, 2010. []
  2. Maurin, Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982. []
  3. Sur la définition du « fonctionnaire intermédiaire » et son extension possible aux officiers d’un régiment d’infanterie Le Bihan, Jean, Au service de l’Etat, les fonctionnaires intermédiaires au XIXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 19-57. []
  4. Boniface, Xavier, L’Armée, l’Eglise et la République (1879-1914), Paris, Nouveau Monde Editions, 2012. Le Gall, Erwan, « Le deuxième procès de Rennes : trois officiers du 47e régiment d’infanterie devant le Conseil de guerre », En Envor, Revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°1, hiver 2013, en ligne. Lien : http://enenvor.fr/eeo_revue/numero_1/le_deuxieme_proces_de_rennes_trois_officiers_du_47e_regiment_d_infanterie_devant_le_conseil_de_guerre.html []
  5. Celui du 47e régiment d’infanterie est publié en 1920 à Saint-Servan, par Jules Haize, imprimeur et conseiller municipal de cette commune limitrophe de Saint-Malo. []
  6. Larcher, Commandant, « Le 10e corps à Charleroi », Revue militaire française, juillet 1930-juin 1931. Les travaux du commandant Larcher sont à cet égard particulièrement révélateurs d’un premier âge de l’historiographie de la Première Guerre mondiale qui se focalise essentiellement sur les officiers. Prost, Antoine et Winter, Jay, Penser la Grande Guerre, un essai d’historiographique, Paris, Seuil, 2004, p. 27-29. Sur la bataille de Charleroi la dernière synthèse en date est Baldin, Damien et Saint-Fuscien, Emmanuel, Charleroi, 21-23 août 1914, Paris, Tallandier, 2012. []
  7. Bouloc, François, Les profiteurs de guerre 1914-1918, Paris, Complexe, 2008 ; Ridel, Charles, Les Embusqués, Paris, Armand Colin, 2007.   []
  8. Snowden, Kathryn Louise, British 21st  infantry division on the western front 1914-1918, A case study in tactical evolution, Birmingham, Center for the first war studies, University of Birmingham, 2001, p. 8. []
  9. Ingrao, Christian, Les chasseurs noirs. La brigade Dirlewanger, Paris, Tempus, 2009, p. 11. []
  10. Smith, Leonard V., Between Mutiny and Obedience: the Case of the French Fifth Infanterie Division during World War I, Princeton NJ, Princeton University Press, 1994. []