Archives de l’auteur : Sébastien Poublanc

À propos Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l'époque moderne (sous la direction de Sylvie Mouysset et de Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux Blogue sur http://dighistory.hypotheses.org/ Tweet sous le pseudonyme d'@HistorieNumeriq/

Tribulations historiennes à l’université de Toulouse : sommaire de la saison 1 [suite & fin]

Ah, le master recherche ! Dans le cursus universitaire, il est pensé comme l’antichambre du doctorat, le moment où les étudiants font leurs premières armes d’historiennes. Ils y découvrent le contact avec les archives et l’émulation intellectuelle, tour à tour aiguillonnés par leurs lectures et les entretiens avec leurs directeurs et directrices de mémoire.

Mais derrière cette description pensée par les équipes pédagogiques, que savons-nous du quotidien de ces jeunes chercheurs ? De leurs manières de travailler, d’appréhender leurs sujets ? Découvrent-ils tous ce « goût » de l’archive cher à Arlette Farge ? D’ailleurs, travaillent-ils tous dans des dépôts et sur des archives papier ? Qu’en est-il de leurs rapports aux outils ou aux temporalités de la recherche ? Autant de questions situées au cœur de ce projet pédagogique hébergé dans le cadre du master Histoire, civilisation, patrimoine à l’université de Toulouse Jean Jaurès. Continuer la lecture

« Compter les arbres » : une histoire des forêts méridionales dans la première modernité

 Je m’attendois que n’ayant jusqu’a present fait aucun voyage que dans vostre cabinet, parcourant un livre ou une carte de geographie, vous voudriez bien commencer à voyager en effet avec un voyageur et  un coureur de pays comme moy et avec une compagnie aussy charmante qu’estoit la nostre.

Louis de Froidour, Lettre I, 1667

 Travailler sur la forêt, lorsque l’on est historien, revient à heurter les certitudes : non, étudier les sylves n’est pas l’apanage des seuls géographes et autres biologistes ; non, elle n’est pas un objet abstrait que nous ne saurions nous approprier faute de formation. Elle est, bien à rebours, une ressource primordiale pour les Hommes de l’Époque moderne, à l’instar du pétrole et de l’électricité de notre siècle ; en tant que telle, elle génère à son corps défendant tout un entrelace d’interactions complexes qui font d’elle l’enjeu de luttes impitoyables pour se l’approprier. Communautés laïques, ecclésiastiques, nobles, particuliers… Tous ont en commun un féroce appétit pour le patrimoine ligneux. Une voracité que partage l’État monarchique, qui distingue dans le contrôle de la ressource sylvestre un moyen de s’implanter au plus près des populations les plus lointaines dans ce qu’elles ont de plus intime : leur rapport au bois. Ce sont ces interactions, entre sociétés et sylves, État et populations, forêts et individus, qui forment le cœur de ma thèse consacrée à la construction de l’État via le contrôle des étendues boisées dans l’espace méridional, tout au long de la première modernité. Continuer la lecture