Archives de catégorie : Le carnet

3 ans et demi, 100 billets, 726 000 visites

Devenir historien-ne a eu trois ans et demi le 25 janvier 2015. Depuis le premier bilan et le « sommaire – v.1 » au terme de la première année, le temps est venu d’en dresser un nouveau.

Fréquentation du blog et contenus les plus visités

L’accroissement quasi exponentiel du nombre de visites et de visiteurs uniques est un véritable encouragement :

Fréquentation 2011-2015

Fréquentation du carnet depuis sa création (source : données AWstat)

Alors que la régularité des publications des billets a sans conteste laissé un peu à désirer, thèse/post-doc/campagnes de recrutement obligent…, votre fidélité au carnet ne s’est pas démentie.

Ce sont au total 100 billets qui ont été publiés à ce jour, tout types confondus (y compris les annonces diverses et les brèves). Continuer la lecture

À propos des commentaires : ce que n’est pas Devenir historien-ne

Magritte-La-trahison-de-imageL’un des objectifs de Devenir historien-ne est de proposer à ses lectrices et ses lecteurs une sorte d’aide virtuelle à l’apprentissage de la méthodologie de la recherche en histoire. En somme, il s’agit de faciliter l’accès à des enseignements qui ne sont pas dispensés dans toutes les universités en offrant des conseils très concrets : de la façon dont on cite un ouvrage, à la façon dont on soutient un mémoire en passant par la rédaction d’un projet de recherche ou d’un compte rendu de lecture.

Pour autant, Devenir historien-ne n’est pas un forum où venir chercher, sans y travailler soi-même, une problématique pour un sujet par exemple. Les billets sont là pour vous orienter s’il vous semblent pertinents, ou pour être discutés s’ils vous semblent incomplets ou erronés, dans ce cas, n’hésitez pas à utiliser les commentaires. À compter de ce jour, ne seront donc plus publiés les commentaires du type :

« Je commence une recherche sur […] Pouvez-vous me dire comment écrire mon projet ? » – Car vous disposez déjà de toutes les orientations possibles sur le carnet et que ses auteurs ne sauraient se substituer à vos enseignants.

Ou du type :

« Je travaille sur […] quelle devrait être ma problématique ? » – Car faire de la recherche, c’est justement construire son objet et sa problématique sans demander à quelqu’un de le faire pour soi.

Bien entendu, tout commentaire nous invitant à traiter d’une question absente des billets déjà publiés ou toute remarque ou critique de ceux qui sont déjà en ligne seront publiés et très vivement appréciés.

 

Blogs et carnets : nouvelle rubrique sur Devenir historien-ne

La publication imminente d’un billet écrit par Agnès Callu sur son carnet de recherche intitulé « Carnet de dessins : esthétique et recherche » inaugurera une nouvelle rubrique pour Devenir historien-ne. Son objectif est de vous faire découvrir des blogs, des carnets de recherche, voire des portails web intéressant les historiens et historiennes.

Il ne fait désormais plus aucun doute que le « blogging scientifique » constitue un véritable outil de diffusion de la recherche historique, qu’elle soit « en train de se faire » ou non. Avec cette série de billets, Devenir historien-ne vous propose de découvrir la variété des possibilités offertes par cet outil.

Pour cela, j’ai sollicité des auteurs de blogs, carnets ou responsables de portails afin de leur proposer de présenter leur démarche, les enjeux intellectuels (et/ou) professionnels/corporatifs (et/ou) méthodologiques, historiographiques etc. de la rédaction du blog pour son ou ses rédacteurs.

En dehors de l’avantage immédiat que représente le fait de ne pas avoir à écrire ces billets moi-même (encore et toujours la thèse à finir…) cette démarche à pour objectif de dépasser le simple signalement ou compte rendu et de vous proposer de découvrir la façon dont les auteurs pensent eux-même leur utilisation du blog. Gageons ici ensemble que ces billets constitueront à la fois une invitation à découvrir la variétés des présences historiennes en ligne et une incitation à vous lancer vous-mêmes dans ce type d’expériences.

En guise d’introduction à cette série, je vous invite à lire ou relire l’article de Pierre Mounier, « Ouvrir l’atelier de l’historien. Médias sociaux et carnets de recherche en ligne », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°58-4bis, supplément 2011, pp. 101-110 ; accessible librement sur Homo numericus.

Plusieurs billets sont d’ores et déjà en préparation mais si je ne vous ai pas déjà sollicité(e) et que vous souhaiteriez parler ici de votre blog ou carnet de recherche, n’hésitez surtout pas à me contacter !

(allez, puisque c’est vous, voici un petit indice sur celui qui suivra très probablement Carnet de dessins)

1 an, 45 billets, 72 000 visites

Devenir historien-ne a fêté sa première année d’existence le 25 juillet 2012. Avant une petite pause estivale, le temps d’un petit bilan est venu (voir le précédent).

La fréquentation du blog

Lors du précédent bilan, j’avais utilisé les données fournies par Google Analytics concernant les visites car il s’agit de l’outil que nous utilisons pour La boîte à outils des historiens. En y regardant de plus près, j’ai découvert que AWsats, l’outil utilisé par le Cléo pour Revues.org, Calenda, Hypothèses, etc. fourni des données très différentes. Je vous passe les détails mais il se trouve que GA sous-estime le nombre des visiteurs (par exemple avec l’absence de prise en compte des utilisateurs n’ayant pas activé JavaScript) tandis que AWsats les surestimeraient (en comptant les robots parmi les visiteurs par exemple). Dans tous les cas, compte-tenu de l’échelle obtenue, les résultats sont très encourageants :

Si l’on en croit GA, les billets qui ont cumulé le plus de visites au cours des 6 derniers mois sont les suivants :

La majeure partie du trafic est générée par les moteurs de recherche (avec « Devenir historien » et « Projet de recherche master » comme mots clés les plus utilisés), 41% environ selon GA, tandis que les accès directs en représentent environ 22%. Le reste des visites est généré par des « sites référents », au premiers rangs desquels on trouve :

Cela confirme ici encore que la plateforme Hypothèses agit comme une sorte de média social, auquel s’ajoute la circulation offerte par les échanges entre carnetiers en dehors de la plateforme, sur twitter en particulier…

Par ailleurs, la mise en une de certains billets sur la page d’accueil d’Hypothèses, outre le petit moment de fierté qu’elle procure, génère généralement un trafic non négligeable. Ces derniers mois, nous avons eu la chance de voir quelques billets sélectionnés pour la une :

On en parle…

Devenir historien-ne est référencé par de plus en plus se sites institutionnels. Dans les signets de la Bnf (catégories « Guides de recherche d’information spécialisées » et « Histoire > Généralités« ) mais aussi sur les sites de plusieurs universités : du service commun de la documentation de l’Université de Toulouse au département d’histoire de l’université Paris-Ouest (Nanterre) par exemple…

Enfin, l’association française d’histoire économique en a recommandé la lecture par l’intermédiaire de son carnet sur Hypotheses.org.

Le contenu

Mots clés au 30 juil. 2012

Comme je l’annonçais dans le bilan précédant, au cours des six derniers mois, le contenu de Devenir historien-ne s’est un peu élargi grâce à de nouveaux contributeurs qui nous ont offert leurs réflexions sur l’usage de leurs sources :

  • Simon Grivet sur l’usage des dossiers de condamnés à mort dans le cadre d’une thèse (soutenue en octobre 2011) sur  l’histoire de la peine de mort en Californie de la fin du XIXe siècle à nos jours ;
  • Yann Cantin sur les sources mobilisées dans le cadre d’une thèse en cours sur l’histoire sociale de la communauté sourde à la Belle époque.

L’objectif du blog n’a donc pas varié, il s’agit toujours d’y proposer : « un espace de formation, de réflexions collectives sur les méthodes en histoire, de veille et de partage de références sur l’historiographie, la méthodologie et l’épistémologie de l’histoire ».

(Je ne développe pas plus ici la description du contenu du blog, un billet « sommaire » sera publié très prochainement)

Médias sociaux

Devenir historien-ne a commencé sa conquête du web en partant de Twitter, il est désormais aussi présent sur Facebook  (et  même sur Google plus !) : n’hésitez pas à nous y rejoindre !

 

L’avenir…

La rubrique sources continuera probablement à s’enrichir des réflexions d’autres contributrices et contributeurs : la présentation par des chercheurs de leurs propres usages des sources dans le cadre de recherches en cours ou achevées me semble très intéressant et formateur…

À moyen terme, une nouvelle rubrique devrait faire son apparition aux côtés des « Quelques questions à« . De courts entretiens seront publiés afin d’évoquer les possibilités offertes par la formation d’historien à l’extérieur du monde de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’objectif n’est pas seulement d’offrir un panorama du champ des possibles « hors-académie » mais de penser l’apport d’une formation à la recherche historique dans d’autres milieux, à partir de retours d’expériences spécifiques.

Devenir historien-ne a conclu récemment une sorte d’accord de partenariat avec la revue électronique Diacronie. Studi di storia contemporanea : chaque parution de Diacronie sera relayée ici par un petit billet de présentation du numéro et du sommaire ; tandis que chaque mois un billet de Devenir historien-ne sera traduit en italien. En attendant la première traduction, vous pouvez découvrir Devenir historien-ne en italien en cliquant ici.

Tout cela va toutefois commencer par une petite pause : pour devenir historien, le thésard doit commencer par achever sa thèse… Ce qui suppose une levée de pied non négligeable en ce qui concerne les autres activités, aussi enrichissantes soient-elles. Les publications de Devenir historien-ne ne interrompront pas totalement, mais elles vont s’espacer considérablement dans les quelques mois à venir.

À suivre donc… 😉

6 mois, 30 billets, 12 700 visites

Devenir historien-ne est né sur hypotheses.org il y a un tout petit peu plus de 6 mois. Après une petite pause hivernale, le blog va reprendre ses publications à partir du mois de février. En attendant, voici un très bref bilan d’étape…

La fréquentation du blog

(d’après Google analytics)

10 000 visites au 21 décembre 2011

Au 30 janvier 2012, le carnet a reçu près de 13 000 visites depuis 98 pays (80% en provenance de France). La page d’accueil d’hypotheses.org est à l’origine de près de 9% du trafic, tandis que les deux principaux « réseaux sociaux » génèrent à eux deux près de 12% des visites (6% pour Twitter, 5,7% pour Facebook).

Les billets les plus lus jusqu’ici sont les suivants :

.

Le contenu

33 mots clés en janvier 2012

Le carnet se présente comme « un espace de formation, de réflexions collectives sur les méthodes en histoire, de veille et de partage de références sur l’historiographie, la méthodologie et l’épistémologie de l’histoire ».

Lorsque j’ai décidé de tenter cette expérience, mon idée était de tenter de recréer une dynamique propre aux séminaires de méthodologie de la recherche en histoire que j’ai eu le plaisir de donner à l’EHESS pendant quatre ans. Il s’agit donc autant de donner des conseils méthodologiques que de proposer des réflexions historiographiques, des brèves de lectures, des comptes rendus critiques ou de faire découvrir certains lieux de recherche… De ce point de vue, en prenant le risque d’une apparente dispersion, je pense (j’espère!) que le pari est réussi et que nous approchons la richesse des séminaires de méthodologie.

Dans les semaines à venir, l’équipe de rédactrices et de rédacteurs, intégralement issue du séminaire de méthodologie jusqu’ici, va s’élargir afin de varier encore plus les thématiques abordées, en particulier en ce qui concerne la rubrique « sources ».

.

Et vous ?

Comment avez-vous découvert Devenir historien-ne ? Quels sujets souhaiteriez-vous y voir abordés ? Faites-nous part de vos attentes en commentaires !

.

Devenir historien

« Devenir historien » se veut une sorte de manuel électronique en historiographie et méthodologie de la recherche en histoire. Destiné en priorité à un lectorat d’étudiants en Master, il pourra aussi intéresser des doctorants et des enseignants de méthodologie et d’historiographie.

Il s’agira de proposer trois principaux types de contenu :

  • des éléments de formation, des conseils méthodologiques, relatifs aux principaux savoir-faire nécessaires à la réalisation d’un mémoire de recherche en histoire (critiques des sources ; méthode du compte rendu critique ; normes de citations bibliographiques ; etc.) ;
  • des réflexions historiographiques et épistémologiques à travers la présentation de différentes approches possibles en histoire (« écoles », disciplines, sous-discipline, interdisciplinarité, etc.) et la publication de comptes rendus de lectures ;
  • une veille relative aux publications et événements (formations, journées d’études, etc.) en lien avec des questions historiographiques et méthodologiques utiles pour les historiens en formation.

Le point de départ du carnet consistera en une sorte de bilan de quatre années d’enseignement de méthodologie de la recherche en histoire pour les étudiants en Master Histoire de l’EHESS (2007-2011). Une partie du contenu sera donc basé sur des résumés (adaptés au medium particulier qu’est un carnet de recherche) de certains des cours de méthodologie.

Mais il s’agira de dépasser cet aspect « cours en ligne » en faisant de ce carnet une sorte de manuel collaboratif.

En amont, par la rédaction (individuelle ou collective) d’une grande partie des billets par des étudiants ayant suivi le séminaire de méthodologie. En aval, grâce aux commentaires et aux éventuels débats que pourraient susciter certains billets.

En ce sens, la publication en ligne permettra de faire de ce « manuel électronique » un instrument évolutif au service des historien(ne)s en formation, et peut-être aussi de ceux qui les forment.