Archives de catégorie : Les auteurs

Qui sommes-nous ?

.

Rédacteur en chef :

Émilien Ruiz – Maître de conférences à l’université de Lille (IRHiS). Thèse soutenue à l’EHESS le 16 septembre 2013. Préparée sous la direction de Marc Olivier Baruch elle est intitulée « Trop de fonctionnaires ? Contribution à une histoire de l’État par ses effectifs (France, 1850-1950) » (consulter sur TEL ; texte de l’exposé de soutenance). Avec Franziska Heimbuger, j’anime le blog La boîte à outils des historiens depuis novembre 2009 sur l’usage des outils et ressources numériques/informatiques en histoire. Depuis septembre 2013, j’anime aussi Penser/Compter. Fabriques et usages des nombres (XIXe – XXe siècles) carnet portant sur les relations entre État et processus de quantification à l’époque contemporaine. (Pour plus d’informations, voir ma page personnelle)

Consulter les billets d’Émilien et ses contributions à des billets collectifs

.

Contributrices et contributeurs :

Paul BertrandProfesseur en histoire médiévale à l’Université catholique de Louvain, à Louvain-la-Neuve depuis septembre 2012 après avoir travaillé à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS, UPR 841) pendant une douzaine d’années, je consacre mes recherches à la communication par l’écrit au Moyen Âge et à la communication contemporaine par le numérique, tout particulièrement aux temps et aux modalités de rupture. Comme médiéviste, j’étudie spécifiquement la « seconde révolution de l’écrit »du XIIIe au XIVe s. ainsi que l’histoire des institutions et du fait religieux au Moyen Âge.  Impliqué depuis plus d’une décennie dans le mouvement des digital humanities, j’ai piloté la publication de bases de données comme la base CartulR) ainsi que le pôle numérique de l’IRHT (2010-2012); je suis par ailleurs directeur scientifique du Centre de ressources numériques TELMA et porteur du consortium CORPUS IR Cosme consacré aux sources médiévales en relation avec le numérique (2012-). Dans le cadre de mes missions à l’Université de Louvain, je participe à une réflexion sur l’enseignement et la recherche des digital humanities, notamment au travers de la création et de l’animation d’un groupe de recherches. Engagé dans la communication sur le web depuis…bien longtemps, j’ai publié un des premiers blogs d’historiens francophones, le premier sur le terrain du Moyen Âge, dès 2004 (blog Blitztoire, actuellement inaccessible, auquel a succédé le blog Medievizmes, qui a connu un temps d’arrêt durant les trois dernières années, pour des raisons professionnelles mais redémarre depuis quelques mois); je pilote par ailleurs le tout récent carnet de recherches « Neo » sur la plate-forme Hypotheses, qui doit permettre aux étudiants médiévistes de l’université de Louvain de publier des points forts de leurs travaux, dans une perspective pédagogique d’appropriation de la publication en ligne.

Consulter les billets de Paul

Rémy Besson – Post-doctorant au LLA-CREATIS (Université de Toulouse Jean Jaurès), Rémy Besson a soutenu en 2012 un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann. Il a été post-doctorant au CRIalt (Université de Montréal, 2012-2014). Pour plus d’informations, vous pouvez consulter sa page personnelle et son carnet sur la plateforme Culture Visuelle : Cinémadoc Images animées, archives visuelles et dispositifs.

Consulter les billets de Rémy

Alexandre Boza – est historien, diplômé en science politique et membre du Centre d’Histoire de Sciences Po. Il réalise un doctorat sous la direction de Paul-André Rosental sur l’émergence et l’institutionnalisation d’une politique des droits de l’homme en France entre les années 1920 et les années 1950. Bien avant leur internationalisation comme référentiel dans les années 1970, il étudie l’entreprise de codification de ces droits par les juristes et les acteurs politiques pour expliciter leurs effets politiques et sociaux aux différentes échelons institutionnels (national, européen et international) dans lesquels la France intervient. Il participe également à l’animation du séminaire « Etats, institutions, sociétés » du CHSP.

Consulter les billets d’Alexandre

Michael Buchner – Assistant de recherche à la chaire de l’histoire économique et sociale à l’université de Ratisbonne où je prépare actuellement une thèse de doctorat sur les bourses au XIXe siècle. Après une première licence d’“études européennes”, j’ai passé, en été 2011, le diplôme franco-allemand de master recherche en sciences sociales (mention histoire), créé par l’EHESS et le département d’histoire de l’Université de Heidelberg. Mon mémoire, qui était dirigé par Alain Chatriot et Katja Patzel-Mattern, portait sur l’intégration monétaire de l’Europe pendant les années 1970 et 1980. J’ai assisté au séminaire de méthodologie à l’EHESS durant mon année à Paris en 2009-2010.

Consulter les billets de Michael

Fabrice Cahen – est historien, chercheur à l’INED (unités Histoire et populations et Démographie, genre et sociétés), chargé d’enseignement à l’IDUP (Paris 1) membre du groupe Esopp (EHESS/CRH) et co-animateur du séminaire de ce groupe. Après une thèse consacrée à l’histoire des politiques de lutte contre l’avortement dans la France des années 1890 à 1950 (en cours de parution aux Editions de l’INED), il a étendu ses domaines de recherche à d’autres secteurs d’implication publique dans la vie biologique des individus : lutte contre la stérilité (diagnostic, prévention – en particulier lutte contre les maladies sexuellement transmissibles – et thérapeutique (aujourd’hui « aide médicale à la procréation »), prévention des « tares » héréditaires, surveillance prénatale, etc. Il s’emploie à combiner plusieurs approches (histoire des savoirs, sociologie des mobilisations, histoire sociale du politique, histoire des populations) pour saisir ce qui fait de la vie humaine une production collective et un objet de régulation institutionnalisé. Page chercheur

Consulter les billets de Fabrice

Agnès Callu – Historienne, Agnès Callu est conservateur du Patrimoine au musée des Arts décoratifs de Paris, chargée du département des Arts graphiques (Cabinet des Dessins), et chercheur associé au CNRS (Institut d’histoire du temps présent). Pour plus d’information, voir ses réponses aux « quelques question » de Devenir historien-ne.

Consulter les billets d’Agnès

Christophe Capuano – maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Lumière Lyon2 et enseignant à l’IEP de Lyon (laboratoire LARHRA et membre du groupe Esopp, CRH-EHESS). J’ai commencé de coopérer avec le Comité régional de Bourgogne Franche Comté au début des années 2000 à l’occasion de ma thèse sur la politique familiale sous le régime de Vichy. J’ai bénéficié de l’appui du Comité régional pour accéder à certaines archives encore non déposées (archives des caisses patronales de compensation des allocations familiales). J’ai participé dès l’origine à la nouvelle orientation des travaux du Comité régional sur les pratiques professionnelles : nous avons pensé ensemble les campagnes d’entretien, leur réalisation et leur mise en ligne. Je contribue parallèlement à une réflexion sur la mémoire de la Sécurité sociale à l’échelon national. J’ai ainsi participé au Comité de pilotage de la troisième campagne d’entretien menée actuellement par le Comité d’histoire de la Sécurité sociale auprès des acteurs politiques et des haut-fonctionnaires dans le champ de la politique des retraites des années 1990. Membre du conseil scientifique du Comité national, je participe aussi au Comité de rédaction de la Revue d’histoire de la protection sociale.

Consulter les billets de Christophe

Amaury Catel – Participant du séminaire “Méthodologie de la recherche en histoire” en 2007-2008, j’ai soutenu mon mémoire en 2009 à l’EHESS. Je travaille actuellement à un projet de thèse portant sur le rôle des traducteurs de philosophie allemande dans l’élaboration de la référence hégéliano-marxiste en France à la fin du XIXe siècle, sous la direction de Christophe Prochasson.

Consulter les billets d’Amaury et ses contributions à des billets collectifs

Yann Cantin – Doctorant en histoire contemporaine à l’EHESS, je prépare une thèse sur la communauté sourde-muette de la Belle Époque, sous la direction de Gerard Jorland. J’enseignais également à Paris 8 et à Grenoble 3 l’histoire des sourds. J’assure de nombreuses conférences auprès des associations sourdes depuis 2003. Ma recherche s’oriente principalement sur la question de la place du sourd dans la société française au XIXe siècle, et dans la première moitié du XXe siècle, et par conséquent de comprendre la vie du sourd au quotidien. Pour plus d’infos, voir : La Noétomalalie Historique. Histoire, Langue des signes et Sourds (carnet de recherche sur Hypothèses) et Chez l’apprenti-Historien… (site personnel).

Consulter les billets de Yann

Aurore Chery – Doctorante à l’Université Lyon III/LARHRA. Elle travaille sur la construction de l’image royale en France au XVIIIe siècle sous la direction de Bernard Hours.
Elle s’intéresse également à la question des usages publics de l’histoire et participe à ce titre aux activité du CVUH. En 2013, elle a co-écrit l’ouvrage Les Historiens de garde : De Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national.

Lire les billets d’Aurore

Clara Chevalier – Doctorante en histoire moderne à l’EHESS. J’ai suivi le séminaire “Méthodologique de la recherche en histoire” pendant l’année universitaire 2008-2009, dans le cadre de ma formation de Master. Ma recherche doctorale, menée dans une perspective genre, porte sur la répression des mouvements populaires à Paris au XVIIIe siècle, en s’appuyant sur des archives judiciaires.

Consulter les billets de Clara, et ses contributions à des billets collectifs

Sophie Cinquin – Après trois ans passés en classes préparatoires, je suis entrée en Master à l’EHESS. C’est au cours de la première année que j’ai suivi le séminaire de méthodologie de la recherche en histoire (2010-2011). Actuellement en seconde année, je travaille sous la direction de Dinah Ribard sur les épîtres dédicatoires à la Reine Marguerite, entendues comme les objets d’une politique culturelle. Pour traiter ce sujet, j’utilise des méthodes informatiques : base de données et lexicométrie. Les épîtres recopiées dans le cadre de ma recherche sont en ligne sur le site d’Eliane Viennot (lien).

Consulter les billets de Sophie, et ses contributions à des billets collectifs

Frédéric Clavert – Docteur en histoire contemporaine, Frédéric Clavert a étudié les sciences politiques et l’histoire contemporaine à Strasbourg et à Leeds. Ses recherches s’orientent aujourd’hui vers les relations entre les banquiers centraux et la construction européenne d’une part, sur les sources de l’historien.ne à l’ère numérique d’autre part. Il a été titulaire d’une bourse du DAAD et a obtenu l’aide à la publication du Prix Pierre Grappin. Après cinq ans comme chercheur (Histoire de l’intégration européenne et Humanités numériques) au Centre virtuel de la connaissance sur l’Europe (Luxembourg), il est désormais ingénieur de recherche pour le LabEx « Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe. Voir son site personnel.

Consulter les billets de Frédéric

Déborah Dubald – Formée à l’Université de Strasbourg, je suis doctorante en Histoire Moderne au Département d’Histoire et Civilisation de l’Institut Universitaire Européen à Florence depuis septembre 2014. Mon travail de recherche, dirigé par Stéphane Van Damme, porte sur la création des musées provinciaux d’histoire naturelle pendant la Révolution et l’Empire. Mon sujet s’intègre dans une perspective d’histoire des sciences (histoire naturelle, sciences de la vie) et d’histoire culturelle. Plus spécifiquement, je souhaite écrire une histoire spatiale des musées de province afin d’étudier plus finement leur inscription dans l’espace urbain et local, et questionner les hiérarchies territoriales classiques (paris/province).
Auparavant, j’ai enseigné l’Histoire-Géographie pendant cinq ans en section anglophone au Lycée International de Strasbourg. Cette étape de mon parcours m’a convaincue de l’importance d’une réflexion approfondie sur les pratiques du numérique dans une perspective de médiation scientifique.

Consulter les billets de Déborah

François-Ronan Dubois – Agrégé de lettres modernes, doctorant en littérature française et chercheur en études culturelles. Spécialiste de l’histoire de la propriété littéraire sous l’Ancien Régime d’un côté et de l’audiovisuel populaire contemporain (séries télévisées et pornographie) de l’autre, rédacteur du carnet de recherches transdisciplinaires et transmédiatiques <em>Contagions</em>. Enseignant en licence et master de lettres et d’arts du spectacle à l’université Stendhal-Grenoble 3, membre de l’EA Rhétorique de l’Antiquité à la Révolution et de l’UMR Littérature, Idéologies et Représentations.

Consulter les billets de François-Ronan

Mathieu Fulla. Membre permanent du Centre d’histoire de Sciences Po (CHSP), enseignant à Sciences Po Paris. Il a publié récemment l’ouvrage issu de sa thèse Les socialistes français et l’économie (1944-1981). Une histoire économique du politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2016. Ses recherches actuelles portent sur les relations entre les gauches ouest-européennes au XXe siècle et les questions économiques. Page sur le site du CHSP.

Consulter les billets de Mathieu

Gabriel Galvez-Behar – Maître de conférences en histoire contemporaine depuis 2005.Mes recherches relèvent d’une histoire de l’innovation à la croisée de l’histoire économique et de l’histoire des sciences et des techniques. Sans être cantonnées à l’histoire des brevets d’invention en France, elles continuent de porter sur la définition et les usages, à l’époque contemporaine, des différents types de propriété intellectuelle que je considère toujours comme un observatoire pertinent des pratiques, des normes et des valeurs relatives à l’innovation. L’enjeu étant de confronter différents régimes de novation, mes travaux se sont ouverts à d’autres types de droits – le droit d’auteur, la propriété scientifique voire, très récemment, les dessins et modèles – dans une perspective comparatiste.

Le projet central qui m’occupe depuis 2011 concerne l’histoire de la valorisation de la recherche et de la propriété scientifique. Depuis une trentaine d’années, l’usage de la propriété intellectuelle par les institutions scientifiques s’intensifie au point d’en devenir l’un des critères d’évaluation. Toutefois son analyse historique reste encore rare. Mon projet replace ce phénomène dans la perspective d’une histoire économique du travail intellectuel et scientifique à l’époque contemporaine. Ce projet est financé par l’Institut universitaire de France dont je suis membre junior.

Membre de l’Institut de recherches historiques du Septentrion (UMR CNRS – Lille 3 8529), je participe à l’animation de son axe de recherche « Innovations ».

Consulter les billets de Gabriel

Émilie Gimenez – Actuellement en 2e année du Master d’histoire (spécialité : histoire et anthropologie de l’Antiquité) à l’EHESS, j’étudie sous la direction de Claude Calame la figure d’Electre dans trois tragédies grecques (Les Choéphores d’Eschyle et les Electre d’Euripide et de Sophocle). Je pose la question de l’individualisation de ce personnage dans chacune de ces tragédies pour mettre en perspective son statut d’ “héroïne” et les attentes genrées des spectateurs athéniens du Ve siècle avant notre ère. J’ai assisté au séminaire de méthodologie de la recherche en 2010-2011.

Consulter ses contributions à des billets collectifs

Elisa Grandi – est doctorante en histoire et ATER à l’Université Paris Diderot (laboratoire SEDET). Son projet de thèse, en cotutelle avec l’Université de Bologne, traite du rôle des experts économiques internationaux dans la mise en place de programmes de développement économique en Colombie. Senior Researcher au sein de l’equipex D-FIH « Données historiques financières » à la Paris School of Economics, elle s’intéresse particulièrement à l’histoire économique internationale, à l’histoire globale, l’histoire numérique et à l’analyse de réseaux. Rédactrice de la revue en ligne Diacronie. Studi di Storia Contemporanea, elle a coordonné les numéros consacrés à l’histoire transnationale, à la Digital history et aux pratiques informelles en Amérique Centrale.

Consulter ses contributions à des billets collectifs

 Simon Grivet – Agrégé d’histoire, je viens de soutenir en octobre 2011 ma thèse [accessible en ligne] sous la direction de François Weil. Ce travail concerne l’histoire de la peine de mort en Californie de la fin du XIXe siècle à nos jours. Plus généralement, je m’intéresse à tout ce qui concerne l’histoire du droit et de la justice aux États-Unis comme le montre mon carnet (encore en voie d’élaboration) :  De la justice en Amérique. Histoire de la justice, du droit et des pratiques pénales aux Etats-Unis d’Amérique. J’enseigne pour l’heure l’histoire et la géographie au lycée Blaise Cendrars de Sevran, en Seine St Denis.

Consulter les billets de Simon

Solenn Huitric – Doctorante en histoire contemporaine à l’ENS de Lyon depuis 2012, je travaille sur la prise en charge par l’État des établissements d’enseignement secondaire en France entre 1830 et 1880, sous la direction de Philippe Savoie. J’étudie l’articulation entre politiques municipales et politiques nationales lors de la transformation des collèges communaux en lycées. Mes thématiques de recherche me permettent d’aborder la dynamique de scolarisation au XIXe siècle non seulement comme un mouvement d’élèves mais également comme participant à l’émergence des établissements scolaires en lieux centraux des politiques. J’enseigne en parallèle à l’ENS de Lyon. Mes cours sont essentiellement axés sur la méthodologie de la recherche en 3e année de licence et en master, notamment à travers des projets de recherche ponctuels.

Consulter les billets de Solenn

Benoît Kermoal – Doctorant à l’Ehess, je mène une recherche sous la direction de Christophe Prochasson sur l’histoire du socialisme en Bretagne dans la première partie du XXème siècle. Mon carnet de thèse « Enklask/Enquête » rend compte de l’avancement de mes travaux. Je suis par ailleurs professeur d’histoire-géographie en lycée.

Consulter les billets de Benoît

Thibault Le Hégarat – doctorant au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines.

Consulter ses contributions à des billets collectifs

Jérôme Lamy – est historien, postdoctorant au sein du Laboratoire Printemps (CNRS, UVSQ). Après une thèse sur l’histoire de l’observatoire de Toulouse en tant qu’elle illustre les modes d’agencement des rapports sciences-société, il développe une sociologie des formes contemporaines de régulation des pratiques scientifiques par (et de) l’État, ainsi qu’une anthropologie historique des partages entre formes de savoir.

Consulter ses contribution à des billets collectifs

Vicky Lapointe – Détentrice d’un baccalauréat en histoire et d’une maîtrise en histoire concentration en production multimédia de l’Université de Sherbrooke. (Plus d’infos)

Consulter les billets de Vicky

Nicolas Lebourg – Docteur en Histoire, il est chercheur à l’Observatoire des radicalités politiques (ORAP, Fondation Jean Jaurès) et chercheur associé au Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés Méditerranéennes (CRHiSM ; Équipe d’Accueil n °2984). Il participe au programme IDREA (Internationalisation des Droites Radicales Europe Amériques) de la Maison des Sciences de l’Homme-Lorraine. Il a en charge le séminaire d’histoire culturelle et politique de la HEART.
Au-delà de l’extrême droite, il procède à une histoire des dialectiques Périphérie-Centre, de la manière dont les marges font système, de la violence politique et des velléités de contrôle biopolitique de l’ordre social, de l’ère industrielle à la déconstruction post-moderne. (Plus d’infos)

Erwan Le Gall – Titulaire d’une maîtrise d’histoire (mention très bien) soutenue en 2000 et d’un master 2 recherche (mention très bien) soutenu en 2012, Erwan Le Gall travaille plus particulièrement sur la violence, notamment lors des deux conflits mondiaux, ainsi que sur les problèmes liés à la mémoire collective. Actuellement, ses recherches portent essentiellement sur le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale. Il a dirigé avec Patrick Harismendy la publication de Pour une histoire de la France libre aux Presses universitaires de Rennes. Il est également l’auteur d’une série d’articles sur le maquis de Plainville (Eure-et-Loir). Erwan Le Gall dirige le cabinet d’ingénierie mémorielle et culturelle En Envor, institution éditrice d’En Envor, Revue d’histoire contemporaine en Bretagne, en accès libre sur enenvor.fr

Consulter les billet d’Erwan

Maxime Martignon – Étudiant en 2e année du Master d’histoire à l’EHESS, je travaille sous la direction de Christian Jouhaud sur la correspondance de Cabart de Villermont (1623-1707). Ce faisant je suis conduit à m’intéresser aux usages sociaux de la correspondance : les activités de nouvelliste, d’intermédiaires dans les réseaux sociaux, de lobbying politique repérés comme tel forment les enjeux de la recherche.  J’ai suivi le séminaire de méthodologie de la recherche en histoire en 2010-2011.

Consulter ses contributions à des billets collectifs

Julie Maurice – Diplômée du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » (spécialité archives) de l’École nationale des Chartes (ENC), Julie Maurice a effectué, dans le cadre de cette formation, deux stages au sein du service archives documentation (SARDO) de SNCF. Elle réalise une thèse d’histoire sous la forme d’une CIFRE, co-encadrée par l’ENC, l’Université Paris-Sorbonne et SNCF. Ses recherches portent sur l’histoire du statut du personnel cheminot, de la seconde moitié du XIXe à la fin du XXe siècle. Dans le cadre de la CIFRE, elle est également archiviste à SNCF.

Consulter les billets de Julie

Caroline Muller – Ancienne étudiante de l’École Normale Supérieure de Lyon, j’ai d’abord travaillé sur les jeunes femmes au XIXe siècle avec Anne-Marie Sohn, dans une perspective d’histoire des femmes et du genre, approche conservée dans mon projet de thèse. Je suis désormais doctorante au sein du laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA), où je prépare actuellement une thèse d’histoire contemporaine sous la direction de Bruno Dumons. Mes recherches portent sur l’histoire du catholicisme et l’histoire du genre au XIXe, plus particulièrement sur la pratique de la direction de conscience. Je travaille sur des fonds d’archives du for privé: correspondances et journaux personnels constituent mes sources principales. Agrégée, je dispense divers enseignements à l’université Lumière Lyon 2. Je tiens également un carnet de recherche sur la plateforme hypothèses.org: consciences.hypothèses.org.

Consulter les billets de Caroline

Enrico Natale  – est titulaire d’une licence en Histoire et en Latin de l’université de Genève et d’un Master en sciences politiques de l’université Pompeu Fabra de Barcelone. Il prépare actuellement une thèse en Histoire contemporaine à l’Université de Bâle. Employé depuis 2008 par l’Académie suisse des sciences humaines et sociales, il dirige depuis 2011 le projet infoclio.ch (www.infoclio.ch) – portail professionnel pour l’histoire en Suisse – au sein duquel il s’intéresse aux humanités digitales et à l’accès à l’information scientifique en ligne. Il est également membre du comité de l’association suisse Histoire et Informatique.

Consulter les billet d’Enrico

Denis Peschanski – Directeur de recherche au CNRS, Denis Peschanski est affecté au Centre d’histoire sociale du XXe siècle. De l’été 2001 à l’été 2005, il a été membre du conseil scientifique du CNRS (secrétaire scientifique et membre du bureau). De février 2006 à septembre 2008, il a été directeur scientifique adjoint au CNRS, département des sciences humaines et sociales.

En avril 2009, le projet qu’il copilote avec Ed Berenson (New York University) « Memory and Memorialization » a été retenu par la Fondation Face et l’Ambassade de France aux Etats-Unis. Le projet associait NYU et le CNRS, le mémorial de Caen et la US Fondation for Museum and Memorial 9/11. En 2013 un nouveau projet, copiloté avec Carol Gluck (Columbia University, Comittee for Global Thought), a pris le relais sur le thème : « Memory in Global Context ». En janvier 2011 son projet d’Equipement d’excellence (EQUIPEX), MATRICE, a été retenu. Il en est le directeur scientifique et le porteur en est le Pres HéSAm (Hautes Etudes, Sorbonne, Arts et métiers). Thème : mémoire individuelle et mémoire sociale (une plateforme technologique).

Il préside le conseil scientifique du Mémorial de Caen et celui du Musée-mémorial du Camp de Rivesaltes. Plus d’informations

Sébastien Poublanc – doctorant en histoire moderne à l’université de Toulouse II, j’achève ma thèse sur « L’État sylvestre : forêts et sociétés méridionales dans la première modernité ». Je suis parallèlement vacataire ingénieur d’étude au sein du LabEx Structuration des Mondes Sociaux faisant fonction de webmestre. Pour plus d’information, vous pouvez consulter ma page personnelle et mon carnet Digital History sur Hypothèses. Et je twitte sous le nom de plume d’@historienumeriq.

Consulter les billets de Sébastien

Pierre-Louis Rousseau – Navigue entre les universités de Paris Diderot et de Bologne, en première année de master au sein du cursus intégré franco-italien d’histoire et civilisations comparées. Sous la direction de Manuela Martini, il étudie les réseaux locaux, nationaux et internationaux de Gioacchino Napoleone Pepoli, noble bolonais cousin de Napoleon III et membre supposé de sa diplomatie secrète, parent par alliance des Hohenzollern et ami de Marco Minghetti.

Consulter les billets de Pierre-Louis

Nicolas Ruffini-Ronzani – Chargé de recherches F.R.S.-FNRS à l’Université de Namur (Belgique) depuis octobre 2015, je consacre mes recherches à la question de l’exercice du pouvoir au Moyen Âge central (ca 900-ca 1250). Mon projet de recherche actuel entend user de l’analyse de réseaux pour étudier les rapports de pouvoir qui se nouent entre les comtes de Hainaut et leur aristocratie sous la « dynastie des Baudouin » (1051-1205/1206), c’est-à-dire à une époque où émerge, puis s’affirme, la principauté hennuyère. D’une certaine manière, ce projet s’inscrit dans la continuité de ma thèse, défendue en 2014, laquelle s’intéressait à l’aristocratie cambrésienne et à ses rapports complexes avec l’institution ecclésiale. Au début de l’année 2011, j’ai rejoint l’équipe du Réseau des Médiévistes belges de Langue française, dont je gère le blog en collaboration avec Marie Van Eeckenrode (Archives de l’État/UCL).

Consulter ses contributions à des billets collectifs

Arnaud Saint-Martin – (@ArSaintMartin) est sociologue, chargé de recherche au CNRS (Laboratoire Printemps, CNRS-UVSQ). Spécialisé dans la sociologie des sciences et techniques, il étudie la conception et la mise en œuvre des systèmes techniques et plus particulièrement des technologies spatiales. Également impliqué dans le domaine de l’histoire des sciences sociales, il a publié l’année dernière La sociologie de Robert K. Merton (Paris, La Découverte, « Repères », 2013)

Consulter ses contributions à des billets collectifs

Clément Salviani – Diplomé d’une double licence, archéologie – histoire, à Paris 1, puis d’un M1 et un M2 recherche en archéologie historique (monde grec et hellénisé), rédigeant durant ces deux années deux mémoires portant sur les pratiques funéraires des élites militaires en Lucanie préromaine, Clément Salviani a passé, en parallèle, le diplôme de l’ENS Ulm en sciences de l’Antiquité.

En 2015, il passe et obtient l’agrégation d’histoire, puis obtient un contrat doctoral en tant que chargé d’études et de recherche à l’INHA pour une durée de quatre ans.

Clément Salviani réalise sa thèse intitulée « Armes, métiers des armes, et armées en Italie centrale et méridionale, VIe – IIIe siècles av. J.-C. », à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, sous la direction d’Olivier de Cazanove ; dans le cadre de ses fonctions de chargé d’études il participe et collabore au domaine Histoire de l’Art antique / Histoire de l’Archéologie, notamment sur les programmes portant sur la céramique italiote en réseau, sous la direction de Martine Denoyelle. Il est par ailleurs membres de plusieurs missions archéologiques de terrain, en France et en Italie, et s’intéresse à la veille documentaire et scientifique face aux destructions des vestiges archéologiques.

Consulter les billets de Clément

Annette Schläfer – Documentaliste et webmestre au Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA) après des études littéraires en Allemagne et en France (Germanistik, Romanistik à l’université de Heidelberg et maîtrise franco-allemande à l’université Sorbonne Nouvelle Paris 3) et un DESS en sciences de l’information et de la communication (Potsdam). Je co-organise avec Mareike König de l’Institut historique allemand de Paris le séminaire « Accéder à la documentation et aux ressources scientifiques sur l’Allemagne. Séminaire de compétences documentaires en SHS » .

Consulter les billets d’Annette

Véronique Servat – Enseignante, elle mène des recherches en histoire culturelle du contemporain dans le cadre d’un Master 2 à l’université de Paris 1. Son mémoire porte sur La fabrique d’un paysage musical renouvelé autour des Inrockuptibles, 1986 – 1998, un magazine de presse hybride. Vous pouvez la lire sur plusieurs blogs : La factory son carnet de recherche sur Hypothèses ; Histgeoblog sur ses pratiques enseignantes ; Aggiornamento hist-géo, le carnet du collectif éponyme de réflexions et de propositions pour un renouvellement de l’enseignement de l’histoire et de la géographie du Primaire à l’Université ;  Histgeobox qui vise à faire découvrir les programmes d’histoire et de géographie par la musique. À part ça, elle aime le whisky, la bière, le rock, et le rugby…

Consulter les billets de Véronique

Nicolas Simon – Aspirant FRS-FNRS (Fonds National de la Recherche Scientifique) à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Il est membre du Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHiDI). Diplômé en histoire de l’UCL (2011), il a également suivi une formation complémentaire en sociologie et anthropologie (UCL, 2012). L’axe principal de ses recherches s’insère dans les champs de l’histoire du droit, en particulier celle de la législation, et de l’histoire interne des institutions. Sa thèse de doctorat porte sur l’étude du processus décisionnel au niveau législatif dans les Pays-Bas espagnols (fin 16e-début 17e siècle). Le titre provisoire de sa thèse est « Quand légiférer, c’est communiquer. Société et dynamique de la décision gouvernementale dans les anciens Pays-Bas (ca. 1580-ca. 1610) ». Il est membre du comité exécutif de ModerNum, le réseau des modernistes francophones de Belgique.

Consulter les billets de Nicolas

Loïc Szerdahelyi – Professeur d’EPS en Seine-Saint-Denis, Loïc Szerdahelyi a soutenu le 11 juin 2014 une thèse de doctorat en STAPS et Histoire, à l’Université Lyon 1, sous la co-direction de Michelle Zancarini-Fournel et Philippe Liotard. Ses travaux se centrent sur les femmes enseignantes d’EPS, en France, de la séparation à la mixité des concours (1941-1989). Au-delà de questionnements portés sur les processus d’adhésion et d’intégration des femmes à un métier historiquement masculin, il propose d’appréhender la diversité des parcours de vie au regard d’expériences sociales, professionnelles et familiales. Il met ainsi en récit une histoire sociale genrée des enseignantes d’EPS, à l’interface de plusieurs historiographies : histoire du sport et de l’éducation physique, histoire des femmes et du genre, histoire de l’éducation et de la mixité.

Lire les billets de Loïc

Bruno Tolaïni – Doctorant à l’EHESS sous la direction de Jean Boutier, je travaille sur la mise en valeur de soi chez les mémorialistes des Guerres de Religion. Mes recherches portent principalement sur l’histoire des mentalités, l’histoire politique et l’histoire de la littérature. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter mon carnet de thèse : memoires16.hypotheses.org. Parallèlement à cela, j’enseigne dans le secondaire depuis 2009 (Lettres-Histoire-Géographie).

Consulter les billets de Bruno

Benoit Vaillot – Professeur agrégé d’histoire, président du Collectif Confluence. Plus d’infos.

Consulter ses contributions à des billets collectifs

Marie Van Eeckenrode – Chargée de cours à l’Université de Louvain et attachée scientifique aux Archives de l’État en Belgique, elle a soutenu une thèse (2015) en histoire politique et sociale sur les États de Hainaut aux XVe et XVIe siècles, sous la direction de Jean-Marie Cauchies et de Paul Bertrand. Ses recherches portent sur la communication et l’idéologie politiques, les interdépendances entre niveaux de pouvoir et le recours à l’écrit dans les anciens Pays-Bas, à la fin du moyen âge et au début de la période moderne. Elle est membre du comité exécutif du Réseau des médiévistes belges de langue française et du Centre de recherches en histoire du droit et des institutions de l’Université Saint-Louis-Bruxelles (CRHiDI).

Consulter ses contributions à des billets collectifs

Giovanni Venegoni –  Doctorant à l’Université Paris-Sorbonne et à l’Université de Bolognan, il est membre du Centre de Recherche de Politique Étrangère et Opinion Publique de l’Université de Milan et du CLEA de Paris-Sorbonne. Ses recherches concernent l’histoire américaine (XVIIe-XIXe siècles), l’histoire atlantique et l’histoire ‘from below‘. Son projet de thèse vise en particulier à comprendre le rôle des acteurs informels au cour du processus de ‘community building‘ dans la colonie française de Saint-Domingue entre 1684 et 1756.

Consulter ses contributions à des billets collectifs

Quentin Verreycken – Aspirant FRS-FNRS (Fonds National de la Recherche Scientifique) en co-tutelle avec l’Université Saint-Louis – Bruxelles et l’Université catholique de Louvain. Diplômé en histoire de l’UCL (2013), il a également suivi le Master of Medieval and Renaissance Studies à la KU Leuven (2014). Il est membre du Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHiDI) et du Centre de histoire du droit et de la justice (CHDJ). Ses recherches portent sur le droit de grâce au 15e siècle et en particulier l’octroi de grâces aux soldats. Il est d’ailleurs l’auteur d’un ouvrage sur cette thématique pour le règne de Charles le Téméraire (1467-1477). Le titre provisoire de sa thèse est « L’État de grâce ? Guerre, construction étatique et usage du pardon en Angleterre, France et États bourguignons au 15e siècle ». Il collabore à l’Agenda du médiéviste du Réseau des médiévistes belges de langue française (RMBLF).

Consulter ses contributions à des billets collectifs