Archives de catégorie : Interventions/Débats

Purges des universités en Turquie : un message de Noémi Levy-Aksu

Ces derniers jours, un message de Noémi Lévy-Aksu, enseignante-chercheuse permanente  au département d’Histoire de l’université du Bosphore (Boğaziçi University) à Istanbul est passé sur (seulement) deux des nombreuses listes de diffusion « historiennes » auxquelles je suis abonné : celle de l’AFHE et celle de l’AHCESR. En évoquant sa situation (son permis de travail a été révoqué) notre collègue nous permet de prendre un peu plus encore la mesure de ce qui se passe ces temps-ci en Turquie. Surtout, elle suggère un certain nombre d’actions à entreprendre pour soutenir les victimes des purges à l’oeuvre au sein des universités. Avec son accord, je relaie ici ce message en vous encourageant non seulement à le lire mais aussi à le faire circuler.


« Chers amis, chers collègues,

Excusez-moi de ce très long message collectif, mais je ne peux répondre actuellement aux très nombreux messages que je reçois depuis la semaine dernière. Merci à tous! Comme beaucoup d’entre vous le savent déjà, j’ai appris vendredi dernier que mon autorisation de travail avait été annulée par le Conseil de l’Enseignement Supérieur (YÖK). La décision a été communiquée à mon université (Boğaziçi) sans aucune motivation mais il n’y a guère de doute : le YÖK a ciblé le professeur Abbas Vali, qui venait de démissionner du département de sociologie, et moi, qui étions les deux signataires étrangers de l’université de la pétition pour la paix en janvier 2016. Pour la première fois, Boğaziçi est directement ciblée par le vaste mouvement de purges des universités. Continuer la lecture

WikiAudition Histoire – édition 2017

Le « wiki auditions histoire » reprend du service!

Comme chaque année, la page de suivi des recrutements en histoire est ouverte, grâce notamment au soutien de l’AFHE, qui l’héberge.

Il s’agit de rassembler, en un lieu facile d’accès, toutes les informations relatives aux recrutements de maîtres.ses de conférences et professeur.e.s en histoire (sections 21 et 22 du CNU) pour la session synchronisée 2017.

Le bilan de la campagne 2016 est mitigé : si le remplissage du wiki s’améliore d’année en année en particulier pour les recrutements de MCF en section 22, trop d’informations manquent encore (ou ne parviennent qu’après les auditions) sur les postes de professeur.e.s et ceux de la section 21. Nous comptons donc sur vous! Continuer la lecture

« L’Histoire, un enjeu très politique ! » 3 vidéos à visionner sur Mediapart

La question des usages politiques de l’histoire, sans faire l’objet des investigations centrales de Devenir historien-ne, a toujours été présente sur ce carnet. Qu’il s’agisse des billets d’Aurore Chery, du duo Thibault Le Hégarat et Benoît Vaillot, d’une intervention de Denis Pechanski ou, plus récemment, de l’entretien accordé par Mathilde Larrere à Véronique Servat comme d’un nouveau billet de Thibault LH sur la vulgarisation, la question du « rôle social » ou des prises de positions historiennes dans l’espace public est importante pour ce carnet. Son existance elle-même en témoigne, comme j’avais tenté de l’expliquer dans un exercice d’auto-célébration de réflexivité proposé par Nicolas Lebourg pour Fragments sur les temps présents.

Bref, tout ceci pour expliquer qu’il me semblait nécessaire de relayer dans ces pages la tenue, hier soir, d’une soirée spéciale sur Mediapart : toute entière consacrée à l’histoire. Vous me direz, rien d’exceptionnel : de « secrets d’histoire« à « l’Ombre d’un doute » l’histoire est déjà bien présente à la télévision… Humm. Bref.

Organisée par Laurence De Cock et Mathilde Larrere, cette soirée Mediapart a consisté en une série de 3 tables rondes dont je vous recommande le visionnage. Si je vous recommande vivement de vous abonner (en l’occurrence ce sont nos abonnements qui permettent l’organisation de ce type de soirées…), je ne peux que saluer la mise en ligne systématique par Mediapart de ses vidéos sur sa chaine Youtube, en libre accès donc. Continuer la lecture

Faire de l’histoire sur Twitter ? Entretien avec @LarrereMathilde

En matière d’éducation, le site de microblogging Twitter est souvent un lieu de confrontation et d’invectives qui ne rendent pas justice aux vastes possibilités de l’outil. Au milieu des floods en 140 signes qu’impose le réseau du petit oiseau bleu, une historienne, Mathilde Larrère1 , s’est lancée dans une série d’exercices de microbloggingstory. A l’aide d’un autre outil, Storify, qui permet d’ordonner des tweets, elle retrace des épisodes historiques de l’époque contemporaine. À l’image de son compte qui est personnel, professionnel et militant, elle entremêle dans cet exercice les trois aspects de sa « personnalité » numérique. Pensés par une femme historienne et engagée, ces récits s’inscrivent avec humour, fraicheur et rigueur dans une démarche d’éducation populaire et amorcent de vastes mouvements réticulaires de circulation des savoirs historiques.

A quel moment et pourquoi as-tu envisagé d’utiliser Twitter pour conter sous forme de Storify des épisodes historiques ?

Au début j’ai commencé par faire juste des éphémérides sur Twitter, juste une date anniversaire avec mention de l’événement. Puis ça m’a frustré de ne pas expliquer l’événement. Trop tristement factuel. J’ai commencé à donner de petits éléments d’interprétation, d’explication. Mais j’avais aussi besoin de raconter ce qui se passait. D’incarner un peu, de donner du vécu. De précisions en explications, d’interprétations en récits, je me suis mise à faire des threads de plus en plus longs. 10 tweets, puis 20, puis 40… Dans les notifications, des twittos me disaient c’est super, mais pourquoi tu ne les mets pas sur Storify parce que là c’est compliqué de suivre ?  Alors je suis allée voir et je m’y suis mise. Continuer la lecture

  1. Mathilde Larrère est normalienne, agrégée d’histoire. Sa thèse portait sur la garde nationale sous la Monarchie de Juillet. Elle est maitre de conférence à l’université de Paris Est Marne la Vallée. Elle est aussi militante syndicale, politique et associative []

WikiAudition Histoire – édition 2016

Le wiki histoire reprend du service !

Comme chaque année, la page de suivi des recrutements en histoire est ouverte, grâce notamment au soutien de l’AFHE, qui l’héberge.

Il s’agit de rassembler, en un lieu facile d’accès toutes les informations relatives aux recrutements de maîtres de conférences et professeurs en histoire (sections 21 et 22 du CNU) pour la session synchronisée 2016.

Le bilan de la campagne 2015 est toujours mitigé : les taux d’informations relatifs aux postes s’améliorent, et certaines (encore rares) universités affichent désormais les dates des auditions sur leur site. Mais il reste encore difficile d’avoir les informations sur les postes de la section 21, et pour les postes de professeurs en général. Nous comptons donc sur vous ! Continuer la lecture

Y aller ou pas ? Retours sur une expérience télévisuelle (2)

Billet rédigé par Thibault Le Hégarat* et Benoit Vaillot**

[Début novembre, Thibault Le Hégarat et Benoit Vaillot furent contactés par le journaliste d’une société de production qui préparait un sujet pour l’émission de télévision « Un soir à la tour Eiffel » dont l’invité principal devait être Lorànt Deutsch.

Ils étaient revenus sur cette expérience dans un premier billet où ils évoquaient les raisons pour lesquelles ils avaient accepté d’y participer, leurs attentes et leurs craintes avant la diffusion de l’émission. Ce premier billet a suscité plusieurs réactions et échanges intéressants, notamment à travers un billet d’Aurore Chery, ici même, ou un autre de Michel Deniau sur son blog (et, bien sûr, de façon moins formelle, sur Twitter…) Comme ils l’avaient annoncé le 5 novembre, Thibault Le Hégarat et Benoit Vaillot reviennent sur le résultat dans ce second billet : alors, fallait-il y aller ?]

L’absence de débat contradictoire

Thibault Le Hégarat : Il ne me faisait aucun doute que les discussions qui auraient lieu dans cette émission de divertissement ne pourraient s’apparenter à un réel débat contradictoire. C’est aussi la raison pour laquelle j’ai accepté de répondre à des questions, pour que la parole d’un chercheur soit présente dans l’émission. Continuer la lecture

Quelques conseils à l’historien-ne qui voudrait y aller…

Le billet de Thibault le Hégarat et de Benoît Vaillot posait la question de savoir s’il était bon ou non pour l’historien d’intervenir dans les médias. C’est la question qui se pose à chaque nouvelle sollicitation et qui, bien que Pierre Bourdieu ait posé les limites de l’exercice, se pose peut-être encore aujourd’hui au jeune historien avec plus d’acuité avec la crise de l’université. Mais, comme le soulignait Thibault, l’historien qui souhaite « y aller » se trouve souvent confronté à un univers inconnu pour lequel il n’a pas été préparé. Aussi, puisque je pouvais m’appuyer à la fois sur la présentation des Historiens de garde et sur ma collaboration avec des productions télévisées de documentaires et programmes historiques, j’ai pensé réunir ici quelques réflexions tirées de ces expériences afin qu’elles puissent être utiles à celui ou celle qui souhaiterait répondre à des sollicitations des médias. Continuer la lecture

Y aller ou pas ? Retours sur une expérience télévisuelle (1)

Billet rédigé par Thibault Le Hégarat* et Benoit Vaillot**

un-soir-a-la-tour-eiffel-262483-629405[Ce billet, comme beaucoup il faut l’avouer, est né d’une conversation sur Twitter. @BenoitVaillot et @thibault_lh discutaient de l’entretien qu’ils venaient d’accepter de donner à un journaliste pour une émission de télé. Il échangeaient sur leurs doutes et les raisons qui les avaient poussés à accepter. C’est alors que je me suis glissé dans la conversation pour leur demander s’ils seraient partant pour écrire un billet de « retour d’expérience » pour Devenir historien-ne.
Il se trouve en effet que l’entretien concernait les usages de l’histoire  et le succès de figures médiatiques telles que Lorànt Deutsch (principal invité de l’émission) et Éric Zemmour.
On reste ainsi dans un thème traité depuis quelques temps, ici (billet 1 ; billet 2) et ailleurs sur le rôle social de l’historien. Fallait-il y aller ou pas ? Les deux historiens répondent ici et expliquent leur choix. Il reviendront, dans un prochain billet, sur cette expérience à la lumière d’une analyse de l’émission diffusée ce soir…
]

Continuer la lecture

Les historiens, Vichy, Gramsci et Zemmour : l’erreur de perspective

[En guise d’introduction, par Émilien Ruiz – Difficile d’échapper, depuis quelques semaines, au battage médiatique autour du livre publié par Éric Zemmour… Plusieurs historiens ont été amenés à réagir aux outrances de l’éditorialiste, que ce soit sous forme d’entretiens ou de tribunes1
Le succès présumé de l’ouvrage invite toutefois à s’interroger : fallait-il répondre ? si oui pourquoi et surtout comment ? Il en va ainsi du rôle social de l’historien-ne : en acceptant de se déployer sur le terrain des faussaires de l’histoire, ses interventions ne leur donnent-ils pas une certaine légitimité ? La question est d’autant plus importante qu’il n’est pas interdit de penser que l’entretien du « buzz » autour du livre – auquel, paradoxalement, ce billet participe – n’est pas pour rien dans son succès. Continuer la lecture

  1. Quelques exemples : Robert Paxton interrogé par Pascal Riché, « Robert Paxton : « L’argument de Zemmour sur Vichy est vide »« , Rue 89, 9 octobre 2014 ; André Kaspi, Laurent Joly et Denis Peschanski interrogés par l’AFP, »Réhabilitation de Pétain par Zemmour : «absurde et faux» selon des historiens« , Libération, 18 octobre 2014 ; Jacques Sémelin interrogé par Nicolas Truong, « Polémique Zemmour : « Une inacceptable falsification idéologique »« , Le Monde, 18 octobre 2014 ; Une tribune de Robert Paxton « Polémique Zemmour : « Vichy, une collaboration active et lamentable »« , Le Monde, 18 octobre 2014 ; Une tribune de Serge et Arno Klarsfeld, « Polémique Zemmour : « La France de Pétain est totalement associée à la solution finale contre les juifs »« , Le Monde, 18 octobre 2014 []