Archives de catégorie : Généralités

L’histoire à travers champs

­Retour sur la conférence de Dan WADHWANI (Lille, 14 janvier 2016)

La corporation des historiens serait bien avisée de regarder comment se fait l’histoire en dehors de ses ateliers. Dans les champs de la science politique, de la sociologie ou de l’économie, elle y découvrira des tours de main et des usages variés et peut-être même un rapport nouveau au savoir historique.

La conférence donnée à Lille par Dan Wadhwani était le moment de discuter de la place qu’occupe aujourd’hui l’histoire dans les sciences du management et des organisations en revenant sur l’ouvrage qu’il a publié en 2014 avec Marcelo Bucheli chez Oxford University Press1 . Organizations in Time : History, Theory, Methods ne semble pas avoir encore suscité beaucoup d’échos en France et plus particulièrement chez les historiens français. L’alchimie de la réception des ouvrages étrangers est toujours très mystérieuse et il serait dommage que ce livre connaisse un sort similaire à celui d’un autre livre important The Logics of History, de William Sewell, auquel les auteurs d’Organizations in Time renvoient d’ailleurs souvent et dont la réception en France a été plutôt tardive2 .

Il n’est pas question de fournir ici un compte rendu exhaustif d’Organizations in Time mais il s’agit plutôt d’insister sur certains de ses apports essentiels et sur la discussion que les participants à la conférence du 14 janvier ont pu avoir. Disons d’emblée, toutefois, que ce qui fait la force de l’ouvrage tient Continuer la lecture

  1. Dan Wadhwani est professeur de management à l’Université du Pacifique (Californie) []
  2. Nous n’avons trouvé sur Cairn que 22 articles mentionnant l’ouvrage de William Sewell et, bizarrement, aucun compte rendu. La même recherche sur Persée ne permet d’obtenir aucun résultat []

Ce que la mise en ligne fait aux archives : à propos d’un MOOC

[Ce texte a été rédigé afin de préparer la séance consacrée aux cours en ligne ouvert à tous (28 mars 2014) de l’atelier de jeunes chercheurs Environnement numérique et écritures historiennes, lors duquel Aude-Marie Lalanne-Berdouticq a présenté la conception du cours La Première Guerre mondiale expliquée à travers ses archives.]

bandeau_MOOC

Bandeau d’illustration du MOOC sur la plateforme « FUN »

La Première Guerre mondiale expliquée à travers ses archives est le premier cours en ligne ouvert à tous (MOOC) historien diffusé sur la plateforme France Université Numérique (FUN). Il a été mis en place par une équipe de chercheurs de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (Annette Becker, Gilles Ferragu, Philippe Rygiel, Patrice Baubeau, Aude-Marie Lalanne-Berdouticq et Nicolas Patin) en partenariat avec la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC). Pensé pour durer une douzaine de semaines (janvier-avril 2014), il se compose d’autant de séances qui sont structurées de manière similaire : une courte introduction et une courte conclusion entourent trois capsules audiovisuelles, elles-mêmes divisées en trois ou quatre sous-parties (le tout dure entre 15 et 20 min.). À cela, s’ajoutent une série d’exercices (sous la forme de questions à choix multiples ou de commentaires de documents), un forum permettant d’échanger entre pairs et une frise chronologique Continuer la lecture

Où va l’histoire économique française ?

Comme l’écrivait Bernard Lepetit en 1989 à propos de l’histoire quantitative1 après l’acmé des années 1960 et 1970, l’histoire économique aujourd’hui n’est plus à la mode. En témoigne, par exemple, l’occurrence du terme dans la base de données de Ngrams de Google (qu’il faut manier avec prudence, comme j’ai pu l’écrire par ailleurs lors de son lancement) :

Interrogation de la base Google NGram Viewer : http://goo.gl/CnVyg

Un autre indice, encore plus anecdotique mais assez révélateur concerne la visibilité donnée à la publication d’un ouvrage collectif récent, dirigé par Jean-Claude Daumas, L’histoire économique en mouvement2.

Dans la librairie Gibert Joseph de Paris, le rayon histoire économique ne se trouve pas à l’étage « Histoire » mais à celui de l’économie et du droit. Je visite régulièrement cet étage, mais force est de constater que le visiteur occasionnel qui serait plus intéressé par l’histoire culturelle par exemple (courbe verte dans le graphique précédent), aurait beaucoup plus de chance de tomber par hasard sur des élucubrations récentes sur l’enseignement de l’histoire (à gauche sur la photo ci-dessous – voir les analyses récentes de ces ouvrages sur le carnet du collectif Aggiornamento)3  que sur l’ouvrage qui nous intéresse ici.

En outre, s’il se trouvait bien au 3e étage, en septembre, cet ouvrage paru le 30 juillet 2012 n’était pas placé sur la table des nouveautés mais tout près du sol, au pied de l’une des bibliothèques…

L’histoire économique en mouvement : entre bilans et perspectives

L’ouvrage est pourtant passionnant. Son point de départ relève d’un constat d’affaiblissement. Comme l’explique Jean-Claude Daumas dans l’avant-propos :

« C’est parce qu’elle faisait le constat de l’affaiblissement et des difficultés actuelles de l’histoire économique dans notre pays que la direction du Département des Sciences de l’Homme et de la Société du CNRS4  a créé, en mai 2007, le Réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) d’histoire économique avec pour mission de faire un audit de cette branche du savoir historique et de favoriser l’émergence de thématiques et de forces nouvelles ». (p. 13)

L’histoire économique en mouvement est le fruit des travaux de ce réseau : les discussions, quatre années durant, de divers rapports sur la situation de l’histoire économique et un colloque international sur « l’histoire économique vue d’ailleurs » tenu à Lyon en octobre 2010. Jean-Claude Daumas précise d’emblée que chaque auteur s’exprimant à titre personnel les communications pourraient parfois paraître divergentes ou contradictoires. Il s’agit ainsi, pour le directeur de l’ouvrage, « de faire réfléchir et d’alimenter la discussion » (p. 14). En effet, à travers le bilan proposé dans cet ouvrage, l’objectif est de nourrir « la discussion collective nécessaire pour dessiner l’avenir de l’histoire économique » (p. 15).

Je ne dispose malheureusement pas du temps nécessaire à la rédaction d’un véritable compte rendu critique de l’ouvrage mais il m’a semblé nécessaire de prendre celui d’un petit signalement. Je me contenterai alors de reproduire ici la quatrième de couverture, la table des matières complète (en l’agrémentant de renvois aux pages institutionnelles des 23 auteurs des 19 contributions que comporte le volume) et de citer les neufs propositions de J.-Cl. Daumas pour « redynamiser l’histoire économique » (p.42) en agrémentant le tout de quelques brèves remarques…

Présentation de l’éditeur

« L’histoire économique ne jouit plus aujourd’hui en France du prestige qui était le sien du temps de Braudel et de Labrousse, mais loin d’être le refuge d’une poignée de nostalgiques, elle ne cesse de se renouveler. Fruit d’une initiative du CNRS, ce livre s’interroge sur sa situation actuelle et ses perspectives de développement: poids des héritages, crise des paradigmes, rapports avec les autres secteurs de l’histoire et les disciplines voisines, chantiers en cours et thématiques émergentes y sont étudiés par les meilleurs spécialistes. De surcroît, sortant de l’hexagone, il donne à découvrir des travaux qui, au niveau international, sont en train de renouveler l’histoire économique et représentent autant de défis pour les historiens français.

Faisant justice des stéréotypes réducteurs, il montre enfin que l’histoire économique aide à penser la complexité et, en éclairant le présent par le passé, contribue à rendre intelligibles les problèmes de notre temps – des crises financières à la montée de la Chine en passant par la fin des campagnes ou l’accroissement des inégalités. »

Table des matières complète

  • Première partie : L’histoire économique en France aujourd’hui

Jean-Claude Daumas : « Où va l’histoire économique en France aujourd’hui ? Tendances, enjeux, propositions » ; Mathieu Arnoux : « Regards rétrospectifs » ; Raymond Descat : « Un point sur l’histoire économique de l’Antiquité » ; Laurent Feller : « Histoire du Moyen Age et histoire économique » ; Didier Terrier (avec la collaboration de Philippe Minard et Corine Maitte) : « L’histoire du commerce et de l’industrie à l’époque moderne : entre héritage assumé et pistes nouvelles » ; Gérard Béaur : « Histoire économique et histoire des campagnes : le renouveau d’un paradigme ? » ; Alain Chatriot et Claire Lemercier : « Institutions et histoire économique » ; Patrice Baubeau et Pierre Cyrille Hautcoeur : « L’histoire bancaire, monétaire et financière française depuis 1980 » ; Jean-Claude Daumas :  « La Business history à la française : deux ou trois choses que je sais d’elle » ; Claude Diebolt et Jean-Luc Demeulemeester : « Quo vadis ? Quel futur pour l’histoire économique en France ? Réflexions et recommandations par deux économistes » ; Michel Margairaz : « Histoire économique et sciences sociales : alliance, cohabitation, confrontation ? » ; Laurence Fontaine : « L’histoire économique et sociale : autour des changements de paradigmes » ; Carlo Belfanti : « L’histoire économique italienne à la recherche d’une nouvelle identité » ; Youssef Cassis : « L’histoire économique française vue d’ailleurs »

  • Deuxième partie : « L’histoire économique vue d’ailleurs »

Kenneth Pommeranz : « Repenser le changement économique de longue durée : la Chine, l’Europe et l’histoire économique » ; Peer Vries : « Un monde de ressemblances surprenantes » ; Maxine Berg : « Les siècles asiatiques de l’Europe. Asie, luxe et approches nouvelles de la révolution industrielle » ; Luciano Palermo : « Développement et crise dans une économie pré-industrielle : monnaie et crédit en Europe à la fin du Moyen Age » ; Rosa Congost : « Les pauvres peuvent-ils s’enrichir ? Une autre façon d’interroger la courbe de Kuznets » ; Morgan Kelly et Cormac Ó Gráda : « Population et niveau de vie dans la longue durée : l’histoire quantitative se mesure à Malthus »

*

Comme je l’indiquais plus haut, il m’est impossible ici de proposer un véritable compte rendu critique de cet ouvrage très riche. Je le regrette car certaines contributions sont passionnantes et mériteraient une attention bien plus large que celle des lecteurs intéressés pas l’histoire économique (je pense en premier lieu à Laurence Fontaine, auteure du magistral L’économie morale5 dont la contribution permet de se faire une idée des principales transformations épistémologiques de la discipline historique depuis les années 1970 ; ainsi qu’à celle d’Alain Chatriot et Claire Lemercier qui inscrivent leur analyse de l’émergence d’un intérêt pour les institutions en histoire économique dans un contexte interdisciplinaire qui impose de prendre en considération les transformations du rapport aux institutions entretenu par d’autres sciences sociales6 ainsi qu’à une réflexion sur les enjeux méthodologiques d’une histoire renouvellée des institutions.7

Redynamiser l’histoire économique ?

Je me contenterai donc ici de résumer les propositions du directeur de l’ouvrage concernant l’avenir de l’histoire économique, la plupart étant valables pour l’ensemble de la discipline. Elles concernent à la fois des enjeux de légitimation institutionnelle de l’approche et des propositions plus méthodologiques.

1. « Retrouver le sens du global et de la généralisation »

Jean-Claude Daumas dresse, malgré de vrai apports, une forme de constat d’échec de la microstoria car, selon lui : « tout se passe comme si la question de l’articulation des échelles d’analyse (pas seulement macro et micro mais aussi les niveau intermédiaires) avait été purement et simplement suspendue et sa solution renvoyée à plus tard ». Pour le directeur de l’ouvrage, il s’agit de mieux saisir les dynamiques économiques globales non en réhabilitant l’approche macroscopique mais en dépassant les oppositions entre « acteurs et structures, individu et société, micro et macro » (p. 44).

2. « Le rapprochement avec l’économie : une nécessité » et 3. « Complexifier le questionnaire »

L’appel à l’interdisciplinarité n’est pas nouveau. Pour J. Cl. Daumas, le rapprochement avec l’économie – par le dialogue entre spécialistes des deux disciplines, les titulaires d’une double-formation pouvant alors servir de « pont entre les deux communautés scientifiques » (p. 45) – est une nécessité pour l’historien qui cherche à affiner son questionnaire et de mieux l’inscrire dans les réflexions macro-économiques qui figurent « aujourd’hui à l’agenda de la recherche internationale » (p. 44).

En outre, cette ancrage interdisciplinaire implique de maintenir ou de renforcer des liens avec d’autres approches : celles de l’histoire sociale (« originalité de l’histoire économique française », p. 46), celle du « tournant culturel » qui implique de « prendre les acteurs au sérieux » par une prise en considération des représentations, des valeurs, etc. qui fondent leur comportements et leurs choix (p. 47).

4. « Quantification et formation aux méthodes statistiques »

Jean-Claude Daumas souligne insiste sur la nécessité d’une prise de conscience : « les illusions et les échecs du passé ne condamnent pas l’usage des méthodes statistiques qui peuvent rendre de grands services. » Selon lui, ne pas le comprendre, c’est risquer de s’empêcher de traiter des objets dont l’analyse suppose un « effort de quantification » et se trouver marginaliser sur le plan international, certaines écoles faisant du quantitatif un critère de scientificité des analyses d’histoire économique (p. 48-49).

En outre, la concomitance d’un certain désintérêt pour l’histoire économique d’une sorte de désaveu pour l’approche quantitative est flagrante (je pense d’ailleurs que de nombreuses mutations historiographiques récentes, depuis les années 1980-1990, peuvent être appréhendées par l’évolution du rapport des historiens non seulement aux méthodes mais aussi au matériaux quantitatifs). Ici encore, l’exemple est anecdotique mais donne un bon indice de la situation. L’occurrence du terme « histoire quantitative » suit une courbe assez similaire – quoique plus accentuée – à celle d' »histoire économique » depuis les années 1980 :

Interrogation de la base Ngram Viewer de Google : http://goo.gl/FVBd0

À ce titre, je me permets de rappeler ici que la lecture de l’ouvrage de Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, paru en 2008 et déjà signalé ici constitue un prérequis pour tout étudiant-e qui envisage de s’inscrire en master ou en thèse. Il ne s’agit en aucun cas d’un manuel complet pour apprendre à manier les statistiques en histoire, mais d’une introduction qui vous permettra de mieux appréhender le champ des possibles et de ne pas louper quelque chose si un jour vous êtes confrontés à des sources dont l’analyse gagnerait à la mobilisation d’une analyse quantitative.

5. « L’horizon de l’histoire globale »

Dressant le constat d’une historiographie française (pas seulement économique) qui combinerait « repli des recherches sur des sujets franco-français et ignorance relative des historiographies étrangères » (p. 50), Jean-Claude Daumas souligne l’importance des questions posées, « tant en termes de terrains, de sources, d’échelles et de méthodes – par cette histoire transnationale qui refus résolument tout européocentrisme » (p. 51) tout en affirmant que cette approche ne disqualifie pas la démarche comparatiste.

6. « Regard rétrospectif et réflexivité critique »

Dans cette section, le directeur de L’histoire économique en mouvement souligne l’importance d’une lecture critique de l’historiographie économique et appelle à une « lucidité collective [qui impose] qu’on cesse de prendre pour argent comptant les discours que la discipline a tenus (et continue de tenir sur elle-même ». Une réflexivité qui constitue une « nécessité pour la santé intellectuelle de l’histoire économique » (p.53).

7. « Créer une revue pluraliste ouverte au débat »

Pour l’auteur la création d’une revue pluraliste, i.e. qui ne serait pas représentative d’une seule école d’histoire économique constitue une « condition indispensable à la redynamisation de l’histoire économique parce qu’elle favoriserait tout à la fois le rassemblement de la communauté et l’émergence de thématiques et de forces nouvelles » (p. 54).

8. Publier en anglais : une nécessité à l’heure de la globalisation

La faiblesse de la réception des travaux français sur la scène historiographique internationale conduit l’auteur à considérer que malgré la bonne représentation des historiens français dans les colloques internationaux, il est nécessaire d’aller plus loin en créant, notamment, les conditions d’un meilleur apprentissage de la langue anglaise par les apprentis historiens et historiennes en favorisant, par exemple, « les séjours à l’étranger des doctorants et post-doctorants » (p. 57).

9. Sortir du ghetto académique pour participer au débat public

Jean-Claude Daumas conclut ses recommandations (et l’introduction de l’ouvrage) par un appel à une plus grande inscription des spécialistes d’histoire économique dans le débat public. Non pour en faire des « bateleurs d’estrade » mais pour qu’ils articulent mieux « recherche scientifique et présence dans la cité ». Selon le directeur de l’ouvrage, les historiens économistes ne se sont pas assez investis dans une prise « à bras-le-corps [des] questions d’aujourd’hui », contrairement à certains spécialistes étrangers.

Et le numérique dans tout ça ?

J’achèverai ici ce signalement en notant que la question de la formation des apprentis historiens et historiennes (économiques ou non) à une culture numérique commune est totalement absente de ce tableau. On peut le regretter dans une contribution dont l’objectif est en partie (celle résumée ici) de listes les défis que l’histoire économique devra relever à l’avenir. En effet, comme j’ai pu le souligner ailleurs8  la prise de conscience de l’importance de la formation aux outils informatiques et aux ressources numériques tarde parfois… Pourtant, tout en les dépassant, cette question rejoint parfaitement au moins deux propositions. La 4 d’abord, car le développement des méthodes quantitatives ne saurait se passer d’une prise en considération de celui des outils qui permettent aujourd’hui d’aller beaucoup plus loin qu’auparavant ; la 5 ensuite, car la création d’une revue en ces temps de crise de l’édition en sciences humaines et sociales ne saurait faire l’économie de la question du numérique et du libre accès9.

Gageons que la table ronde organisée par Frédéric Clavert et Claire Lemercier10  à l’occasion de la prochaine AG de l’association française d’histoire économique – dont je vous invite vigoureusement à visiter le carnet sur Hypothèses – permettra de contribuer à cette prise de consciences parmi les spécialistes d’histoire économique.

*

Vous avez lu l’ouvrage et souhaiteriez en faire un compte rendu critique, n’hésitez pas à vous proposer dans les commentaires !

  1. Bernard Lepetit, « L’histoire quantitative, deux ou trois choses que je sais d’elle« , Histoire & Mesure, n°3-4, 1989, pp. 191-199. []
  2. Jean-Claude Daumas, L’histoire économique en mouvement, entre héritages et renouvellements, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012, 405 p. 30€ []
  3. Outre des comptes rendus des ouvrages, ici, et le collectif Aggiornamento a proposé un dossier de 7 billets d’analyse des dossiers du Figaro Magazine et du Figaro Histoire qui ont, entre autre, fait une large publicité à ces opuscules []
  4. Entre temps, le département est devenu « Institut des sciences humaines et sociales » InSHS []
  5. Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 437 p., 20 €. Pour plus d’informations, voir les entretiens mis en ligne par Gallimard et le compte rendu par Philippe Minard sur La vie des idées []
  6. Sont pris en compte les divers « institutionnalismes » (en économie, en science politique – les trois « i » – et en sociologie économique), l’économie néo-institutionnelle, l’économie des conventions et de la régulation, la sociologie du droit – par opposition à l’histoire du droit []
  7. Sont ainsi évoquées les questions posées par les échelles – temporelles et spatiales – et par l’analyse critique des sources. []
  8. Je me permets de renvoyer à « Vers un socle commun de formation aux outils numériques ? » et « Les historiens seront-ils finalement programmeurs ? » deux billets publiés sur La boîte à outils des historiens, ainsi qu’à l’article que j’ai co-écrit avec Franziska Heimburger : « Faire de l’histoire à l’ère numérique : retours d’expériences« , dans Nicolas Delalande, Julien Vincent (dir.), « Le métier d’historien à l’ère numérique : nouveaux outils, nouvelle épistémologie ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°58-4 bis, supplément 2011, pp. 70-89 – Dont vous pourrez trouver en ligne une version mise à jour en anglais : « Has the Historian’s craft gone digital? Some observations from France », dans Elisa Grandi, Deborah Paci et Émilien Ruiz (éd.), « Digital History. La storia nell’era dell’accesso », Diacronie. Studi di storia contemporanea, n°10, juin 2012 []
  9. Sur ces questions, voir le carnet du Cléo ainsi que le repères de Marin Dacos et Pierre Mounier, L’édition électronique, Paris, La Découverte, 2010. []
  10. Tous deux en pointe sur ces questions : voir, notamment, leurs sites respectifs : Quanti-IHMC et Clavert.net []

Une bibliographie : pourquoi ? Comment ? [2/2]

Cahiers d'un livre ancien visibles en l'absence du dos (L'échelle sainte ou Les Degrez pour monter au Ciel, composez par s. Jean Climaque, abbé du monastère du mont Sinaï, traduit du grec en françois par M Arnauld d'Andilly, Paris, Pierre Le Petit, 1661) par Remi Mathis en cc sur Wikicommons[Dans un précédent billet –  “Mais par où vais-je bien pouvoir commencer ?” – trois exercices permettant de bien démarrer ont été évoqués : chercher des définitions ; établir une bibliographie de travail ; procéder à une première prospection de sources. Chacune de ces activités doit faire l’objet de billets spécifiques Sur Devenir historien-ne.  Après les définitions provisoires et la première partie du billet sur la bibliographie qui a été publiée le 25 octobre, en voici la suite (et fin), co-écrite par Amaury Catel et Sophie Cinquin]

La bibliographie comme outil : travail et réflexion bibliographiques

Une fois celles des moyens d’alimenter sa bibliographie abordée, quelques grandes questions relatives à l’exercice bibliographique demeurent : celle de son usage, déjà évoqué ; celle des pratiques de lecture associées à la constitution d’un tel document, qu’on ne peut éluder ; et celle enfin, toujours épineuse, des pratiques de hiérarchisation et de classement, qui contribuent à faire d’une bibliographie sommaire une « bonne » bibliographie – pensée, organisée, structurée. Continuer la lecture

Une bibliographie : pourquoi ? Comment ? [1/2]

par Lin Kristensen from New Jersey, USA - en CC 2.0 sur Wikicommons[Dans un précédent billet –  “Mais par où vais-je bien pouvoir commencer ?” – trois exercices permettant de bien démarrer ont été évoqués : chercher des définitions ; établir une bibliographie de travail ; procéder à une première prospection de sources. Chacune de ces activités doit faire l’objet de billets spécifiques Sur Devenir historien-ne.  La question des définitions provisoires ayant été traitée, c’est au tour de la bibliographie. Ce billet (publié en deux parties) est co-écrit par Amaury Catel et Sophie Cinquin]

Les guerres de religion du XVIe siècle ont donné lieu à des disputes théologiques entre  catholiques et protestants. Celles-ci s’appuyaient sur d’anciennes querelles dogmatiques auxquelles chacune des deux parties faisait référence. Ce retour constant au passé, et par là même à la tradition, a donné naissance aux notes de bas de page, mais aussi à la bibliographie, document destiné à synthétiser en une simple liste (souvent très longue) tous les travaux ultérieurs auxquels il était fait référence Continuer la lecture

À quoi sert une note en bas de page ?

Dans le cadre de tous les enseignements qu’il m’a été donné de dispenser, la note en marge que j’ai probablement écrite le plus souvent était « référence à ajouter en note ». Un billet précédent a proposé quelques conseils sur la façon d’écrire une référence à un article, un chapitre ou un ouvrage… Si un prochain billet fera bientôt le point sur l’intérêt de la bibliographie, il m’a semblé utile de commencer ici par évoquer le rôle des notes de bas de page.

Étayer son propos

C’est un principe de base du métier d’historien : il faut étayer son propos. Cela signifie qu’aucune information ne doit être orpheline ; toutes les sources – de première ou seconde main – doivent être indiquées dans les notes de bas de page. La citation de Marc Bloch qui suit est un peu longue, souvent citée, mais elle mérite (comme l’intégralité de l’ouvrage dont elle est tirée d’ailleurs…) d’être lue, relue et méditée :

« Les marges inférieures des pages exercent sur beaucoup d’érudits une attraction qui touche au vertige. Il est sûrement absurde d’en encombrer les blancs, comme ils le font, de renvois bibliographiques qu’une liste, dressée en tête du volume, eût, pour la plupart, épargnés ; ou pis encore, d’y relé­guer, par pure paresse, de longs développements dont la place était mar­quée dans le corps même de l’exposé : en sorte que le plus utile de ces ouvrages, c’est souvent à la cave qu’il le faut chercher. Mais lorsque certains lecteurs se plaignent que la moindre ligne, faisant cavalier seul au bas du texte, leur brouille la cervelle, lorsque certains éditeurs préten­dent que leurs chalands, sans doute moins hypersensibles en réalité qu’ils ne veulent bien les peindre, souffrent le martyre à la vue de toute feuille ainsi déshonorée, ces délicats prouvent simplement leur imperméabilité aux plus élémentaires préceptes d’une morale de l’intelligence. Car, hors des libres jeux de la fantaisie, une affirmation n’a le droit de se produire qu’à la condition de pouvoir être vérifiée ; et pour un historien, s’il emploie un document, en indiquer le plus brièvement possible la provenance, c’est‑à‑dire le moyen de le retrouver, équivaut sans plus à se soumettre à une règle universelle de probité. Empoisonnée de dogmes et de mythes, notre opinion, même la moins ennemie des lumières, a perdu jusqu’au goût du contrôle. Le jour où, ayant pris soin d’abord de ne pas la rebuter par un oiseux pédantisme, nous aurons réussi à la persuader de mesurer la valeur d’une connaissance sur son empressement à tendre le cou d’avance à la réfutation, les forces de la raison remporteront une de leurs plus éclatantes victoires. C’est à la préparer que travaillent nos humbles notes, nos petites références tatillonnes que moquent aujourd’hui, sans les comprendre, tant de beaux esprits. »

Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, 2e éd., Paris, Armand Colin, « Cahiers des Annales », 1952 [1949], p. 40.

Il ne s’agit pas d’une obligation propre aux mémoires, thèses ou travaux publiés dans des ouvrages et articles : quel que soit le papier à écrire, vous devez étayer votre propos en partant du principe que rien ne relève de votre imagination pure. Vous basez forcément votre argumentation sur des références existantes et/ou à partir d’une analyse de sources précises, il faut donc y renvoyer.

De ce fait, des expressions vagues telles que « on sait bien que », « les historiens disent que », ainsi que les affirmations péremptoires sont à bannir. Partez toujours du principe qu’aucune affirmation ne va de soi et que personne ne doit vous croire sur parole.

Plus concrètement :

  • si vous écrivez « l’historiographie a largement traité tel aspect », il vous faut ensuite renvoyer à (au moins) un exemple qui permette à votre lecteur de le vérifier, mais surtout d’aller approfondir la question si elle l’intéresse. En ce sens, une telle note doit aussi vous permettre de ne pas avoir à développer un point déjà bien connu des spécialistes en renvoyant aux travaux qui, selon vous, font autorité sur le sujet. Bien entendu, pour vos devoirs de master (un compte rendu, une présentation de sujet, etc.) il n’est pas question d’être exhaustif – c’est dans le mémoire qu’il faudra l’être ! – mais de préciser au lecteur un (ou plusieurs si cela vous semble nécessaire) ouvrage, article ou mémoire, qui vous semble représentatif et important.

  • si vous évoquez la position d’un historien, indiquez toujours la référence exacte à laquelle vous vous référez. « Comme l’a si bien montré Marc Bloch » ne suffit pas : il a écrit un peu plus d’un livre ou d’un article, renvoyez systématiquement à celui que vous utilisez. Si ce dont vous parlez est étudié dans un passage précis (de quelques pages à un ou plusieurs chapitres), n’hésitez pas (si vous disposez de la place) à l’indiquer : « voir tout particulièrement le chapitre X intitulé…, pp. 23-89 » par exemple.
  • si vous développez votre propre interprétation d’un phénomène ou d’un événement, ou si vous énoncez une hypothèse, indiquez toujours sur quoi vous vous basez : des références bibliographiques ? une première lecture (même lorsque, en début d’année, elle reste superficielle) de vos sources ? etc.

Rendre à César…

D’autre part, avec les guillemets, les notes de bas de page constituent une règle strictement incontournable de la citation, dans tous les domaines, mais a fortiori en sciences humaines et sociales, pas d’intertextualité qui tienne ! De ce point de vue, le code de la propriété intellectuelle est très clair :

article L122-5 (modifié par LOI n°2009-669 du 12 juin 2009 – art. 21) : « Lorsque l‘œuvre a été divulguée, l’auteur ne peut interdire : (…) 3° Sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l’auteur et la source : a) Les analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d’information de l’oeuvre à laquelle elles sont incorporées (…) » (lire le texte complet sur Legifrance)

Définition de Plagiaire dans le Robert historique

Analyses et courtes citations se trouvent au cœur de l’analyse historique, mais gare au plagiat : c’est, certes, d’abord une question juridique, mais c’est aussi, et surtout, une simple question d’honnêteté intellectuelle.

Concrètement, cela implique que toute citation doit être « sourcée » :

  • si vous paraphrasez, cela ne vous dispense en rien d’indiquer la source, la paraphrase vous permet de ne pas ajouter les guillemets, reste que vous devez insérer une note permettant au lecteur d’identifier la référence d’où vous avez tiré votre analyse.

Il existe un cas particulier, qui consiste à puiser une citation non à sa source originale, mais dans un ouvrage ou article l’utilisant. Dans ce cas, il est nécessaire de bien l’indiquer de la façon suivante :

« [référence exacte de la source originale de la citation] ; cité par [référence exacte de la source d’où vous la tirez] ».

Par exemple :

Duguit cite Hauriou

La question du plagiat n’est pas à prendre à la légère. Si l’on met de côté la malhonnêteté pur et simple et que l’on admet qu’un plagiat puisse être involontaire (je n’ai personnellement jamais rencontré ce cas de figure, mais il existe…), cela suppose simplement d’être très vigilant avec les notes prises via « copier-coller », et de systématiquement noter les références complètes des documents sur lesquels nous travaillons pour ne pas confondre ses propres réflexions avec des notes tirées d’un ouvrage, d’un article ou d’un site internet.

Le plagiat dans le monde universitaire est longtemps resté une sorte de tabou. Quelques chercheur-euse-s ont longtemps été seul-e-s à dénoncer des pratiques bien plus courantes qu’on ne le croit, voir en particulier l’archéologie du copier-coller de Jean-Noël Darde et Internet: Fraude et déontologie selon les acteurs universitaires de Michelle Bergadaà. Il y a encore beaucoup à faire, mais la situation semble changer peu à peu. Le CERSA a ainsi organisé un séminaire sur la question l’an dernier, et un colloque international aura lieu les 20 et 21 octobre à Paris II sur la question du plagiat de la recherche (voir le programme).

*

En histoire, les notes de bas de page constituent un élément essentiel de toute production écrite. Ainsi, il n’est pas rare d’entre dire qu’une recherche historique se lit d’abord dans les notes, comme l’écrivait Marc Bloch dans l’extrait cité plus haut : « le plus utile de ces ouvrages, c’est souvent à la cave qu’il le faut chercher ». (source, p. 40)

Les possibilités qui s’ouvrent peu à peu avec le numérique en changeront peut-être la forme (on peut, par exemple, imaginer des publications multisupport, permettant au lectorat grand public de ne pas avoir à lire les notes, mais offrant la possibilité aux spécialistes de les consulter) mais la qualité de l’appareil critique d’une production historiographique (du mémoire de master à l’ouvrage publié par une grande maison d’édition, en passant par un article de revue et, bien entendu, une thèse de doctorat) et la façon dont il est mobilisé et interprété restera encore longtemps un élément essentiel d’évaluation du sérieux d’une recherche.

J’écris bien « la qualité » de l’appareil critique : il ne s’agit pas de noyer le propos sous un déluge de notes de bas de page, mais uniquement de satisfaire « aux plus élémentaires préceptes d’une morale de l’intelligence ». (source, p. 40)

De l’utilité des définitions provisoires

Dictionnaires specialises

"Dictionnaires spécialisés" - By heurtelions (Own work) - CC-BY-SA-3.0, via Wikimedia Commons

Dans un précédent billet –  « Mais par où vais-je bien pouvoir commencer ? » – j’ai indiqué les trois exercices qui me semblent permettre de bien démarrer : chercher des définitions ; établir une bibliographie de travail ; procéder à une première prospection de sources. Chacune de ces activités doit faire l’objet de billets spécifiques dans les semaines à venir.  Commençons donc ici par les définitions…

*

Affirmer que la définition des termes de son sujet constitue l’une des étapes fondamentales au début d’une recherche ne va pas forcément de soi.

Dans le cadre de mon séminaire de méthodologie à l’EHESS, il n’était pas rare qu’un-e étudiant-e me dise qu’il ne lui paraissait pas logique de commencer par définir les phénomènes à étudier, alors même qu’ils étaient censés faire l’objet d’une investigation empirique. La remarque, tout à fait pertinente, revenait à poser la question suivante : à quoi bon élaborer des définitions provisoires dont on sait, avec une quasi-certitude, que les recherches empiriques nous amènerons à les remettre en cause ? Pire, ne serait-ce pas prendre le risque de biaiser l’analyse, la définition préalable menaçant d’orienter la direction même prise par l’étude ?

L’objet de ce billet est de tenter de montrer que, bien au contraire, les définitions provisoires constituent un véritable instrument de clarification et, à  condition de le manier avec prudence, une sorte de garde-fou.

Considérations (plutôt) générales

Savoir de quoi on parle et délimiter le périmètre de la recherche

Dans son Esquisse d’une phénoménologie du droit, Alexandre Kojève commence par préciser que « le phénomène du Droit n’a pas encore trouvé une définition universellement acceptée et vraiment satisfaisante ». Il ajoute :

« Or, parler d’une chose sans pouvoir la définir, c’est au fond parler sans savoir de quoi on parle. Et dans ces conditions, le discours a peu de chances d’être convaincant, voire conforme à la chose dont on parle. Il faut dire cependant qu’on se trouve dans une situation analogue chaque fois qu’on a affaire à un phénomène spécifiquement humain : que ce soit le Droit, ou l’État, la Religion, l’Art, etc., une définition satisfaisante fait généralement défaut. Mais cette remarque ne dispense nullement de la recherche d’une définition correcte du Droit. Au contraire. »[1]

Commencer par définir les termes de son sujet, c’est d’abord s’assurer que l’on sait de quoi on parle et que l’on sera compris. Cette étape constitue donc un préalable logique et essentiel à l’élaboration du projet de recherche. Comme l’explique Marcel Mauss à propos de la prière :

« Puisque cette définition vient au début de la recherche, c’est-à dire à un moment où les faits sont seulement connus du dehors, elle ne peut être faite que d’après des signes extérieurs. Il s’agit exclusivement de délimiter l’objet de l’étude et par conséquent d’en marquer les contours. »[2]

Bien entendu, une définition préalable n’implique, en aucun cas, de fixer une fois pour toutes le sens des termes employés dès l’élaboration du projet de recherche. Dans de nombreux cas, la diversité des sens que certains termes prennent au fil du temps constitue elle-même élément de la recherche. De ce point de vue, la définition des termes employés dans le projet de recherche doit d’abord être considérée comme un instrument de clarification préalable pour bien démarrer.

Rompre avec les « prénotions »

Mais si cette définition reste provisoire, c’est parce qu’elle est avant tout un « instrument de rupture » avec les « prénotions ». Immédiatement après le passage précité, Marcel Mauss ajoute :

« Ce qu’il faut trouver c’est quelques caractères apparents, suffisamment sensibles qui permettent de reconnaître, presque à première vue, tout ce qui est prière. Mais d’un autre côté ces mêmes caractères doivent être objectifs. Il ne faut s’en fier ni à nos impressions ni à nos prénotions, ni à celles des milieux observés. »[3]

On se trouve ici devant l’un des fondements des sciences sociales tels qu’Émile Durkheim les a exposés dans Les règles de la méthode sociologique :

« Au moment où un ordre nouveau de phénomènes devient objet de science, ils se trouvent déjà représentés dans l’esprit, non seulement par des images sensibles, mais par des sortes de concepts grossièrement formés. (…) C’est que, en effet, la réflexion est antérieure à la science qui ne fait que s’en servir avec plus de méthode. L’homme ne peut pas vivre au milieu des choses sans s’en faire des idées d’après lesquelles il règle sa conduite. (…) Dans l’état actuel de nos connaissances, nous ne savons pas avec certitude ce que c’est que l’État, la souveraineté, la liberté politique, la démocratie, le socialisme, le communisme, etc. la méthode voudrait donc que l’on s’interdît tout usage de ces concepts, tant qu’ils ne sont pas scientifiquement constitués. (…) Il faut écarter systématiquement toutes les prénotions. Une démonstration spéciale de cette règle n’est pas nécessaire ; elle résulte de tout ce que nous avons dit précédemment. Elle est, d’ailleurs, la base de toute méthode scientifique. »[4]

Rompre avec les définitions issues du sens commun, avec les « prénotions » et autres idées reçues suppose d’élaborer des définitions provisoires qui permettent, non seulement de délimiter le périmètre de la recherche, mais aussi de ne pas se laisser influencer par celles-ci. Il s’agit d’historiciser l’ensemble des concepts que l’on peut être amené à rencontrer au fil de la recherche.

Un exemple (un peu) plus concret

Ma thèse porte sur la question des effectifs de l’État dans la France du XXe siècle (non, ne fuyez pas !). Plusieurs raisons m’ont conduit au choix des termes « question des effectifs de l’État » au lieu d’ « évolution du nombre des fonctionnaires », ce qui n’allait pas forcément de soi au tout début de la recherche. L’une d’entre elle relève de considérations relatives à la définition même de « fonctionnaire ».

Fonctionnaires ; Serviteurs de l’État ; Effectifs de l’administration ; Employés des ministères ; Agents publics : autant d’acceptions qui pourraient sembler interchangeables et qui, en réalité, recouvrent des réalités parfois très différentes. Si l’on prend au sérieux la remarque d’Alexandre Kojève, le premier obstacle auquel on doit faire face lorsque l’on s’intéresse à l’évolution du nombre des fonctionnaires dans la France du XXe siècle est donc celui de la définition même du groupe que l’on prend comme objet d’étude.

La difficulté est ici de deux ordres. La définition de la fonction publique évolue d’abord, bien entendu, au fil du temps et des transformations juridiques, politiques, etc. Problème non négligeable, a fortiori lorsque la période étudiée couvre un siècle, mais pas unique puisqu’il s’accompagne – pour un même moment donné – de changements de définitions en fonction des objectifs poursuivis par celui qui l’énonce. Dans un ouvrage sur les traitements des fonctionnaires, l’économiste André Tiano le soulignait dès 1957 :

« Il n’y a pas de définition de la fonction publique indépendante de l’usage que l’on veut en faire. Une définition juridique cherchera à définir les fonctionnaires eu égard aux règles de droit auxquels ils sont soumis ; une définition économique tiendra compte de la nature des services rendus par les différentes unités qu’il s’agit de classer dans le secteur public ou privé. Elle pourra aussi tenir compte de l’origine des ressources qui financent l’activité des différentes administrations. Malheureusement dans une de ces optiques comme dans l’autre la limite qui séparerait la Fonction publique du secteur privé apparaît très arbitraire et dénuée de fondements logiques. » [5]

On se trouve alors ici face à la nécessité d’élaborer une définition qui permette de délimiter, le plus finement possible, le périmètre de la recherche. D’autant que, dans le même temps, les idées reçues sur les fonctionnaires ne manquent pas. Dans un langage péjoratif courant, selon que l’on cherche à en faire un synonyme de gabegie, le corollaire d’un prétendu pouvoir de l’ombre (« l’énarchie ») ou a en souligner l’oisiveté (généralement présentée comme intrinsèque), la définition de la fonction publique sera différente. Dans le premier cas, les fonctionnaires sont des employés de toute institution n’appartenant pas directement au secteur privé concurrentiel (employés de l’État, mais aussi des collectivités territoriales, locales, des entreprises publiques comme la RATP, la SNCF, EDF, La Poste, etc.). Dans le second, le fonctionnaire sera plutôt un serviteur de l’État évoluant dans les plus hautes sphères (ou l’on mélange aisément haute, très haute fonction publique et  grands corps de l’État). Enfin, dans le dernier cas, la définition du fonctionnaire se fera plutôt en négatif : le fonctionnaire est paresseux, mais pas les infirmières, pas les pompiers, ni les instituteurs…

Pour autant, malgré ce double obstacle, trouver une définition acceptable ne paraît ni inutile, ni impossible. On peut ici encore s’inspirer d’une remarque de Kojève :

« Il serait facile de donner du Droit une définition arbitraire, quitte à refuser d’appeler « juridique » tout ce qui est appelé ainsi par ailleurs, mais ne cadre pas avec la définition choisie. Mais une telle définition aurait peu d’intérêt, car il est impossible de faire simplement fi des enseignements impliqués dans le langage et dans l’histoire. Si quelque chose est – ou a été – appelé « Droit » il est plus que probable que ceci n’a pas été fait par hasard. Mais d’autre part il est matériellement impossible de réunir en une seule définition tout ce qui a été appelé « Droit » à un moment quelconque et quelque part : ce contenu serait trop disparate. » [6]

Le philosophe propose donc de rechercher une voie moyenne entre ces deux solutions possibles. Pour ma part, compte tenu des caractéristiques propres à mon objet d’étude, la solution passe par une double démarche, en apparence contradictoire.

 L’élaboration d’une définition provisoire…

L’une des premières étapes de cette recherche consistait à retracer l’évolution chiffrée des effectifs de l’État au cours du XXe siècle. Il était donc nécessaire de commencer par donner une définition, tout à fait dépendante de l’usage que je souhaitais en faire, des « effectifs de l’État ». Arbitraire et purement fonctionnaliste, cette définition n’en était pas moins construite empiriquement, sur la base d’une première prospection concernant les sources statistiques exploitables et l’évolution des définitions possibles de la fonction publique au cours de la seconde moitié du vingtième siècle.

Je passerai ici les détails (notamment pour ne pas perdre celles et ceux qui ont, courageusement, tenu jusqu’ici. Restez ! C’est presque fini…) et me contenterai ici d’indiquer que j’ai abouti à la définition suivante : j’entends, par « effectifs de l’État », tous les individus dont la rémunération est inscrite au budget général et annexe de l’État, mais aussi aux budgets propres des établissements publics nationaux sous tutelle directe d’un ministère.

On est toutefois ici uniquement dans l’optique d’une définition provisoire, permettant de commencer à travailler.

 …et la déconstruction des catégories contemporaines

Car une telle approche est très insuffisante. Les séries que j’ai pu construire sont le fruit d’une définition qui n’est valable que pour nous, qui correspond à ce que l’on peut entendre par « agent de l’État » aujourd’hui. Il s’agit certes d’un véritable apport pour ce qui concerne notre compréhension, selon nos propres cadres de pensée, des transformations de l’État. Mais de telles séries, anachroniques, ne nous disent absolument rien de la perception que pouvaient avoir les contemporains de ces évolutions[7].

D’abord parce qu’ils ne disposaient pas forcément des données dont nous disposons aujourd’hui. Ensuite parce qu’il est nécessaire de ne pas perdre de vue que les sources statistiques elles-mêmes sont construites : elles sont le fruit de définitions particulières, de rapports de force entre acteurs, etc. propres au contexte dans lequel elles ont été produites. Enfin parce que se « contenter » de partir de séries élaborées a postériori nous empêche de saisir des éléments dont les contemporains avaient connaissance et qui ne peuvent pas y être inclus (des chiffres élaborés sur des définitions qui ne correspondent pas à la mienne par exemple).

Il m’a donc été nécessaire, dans un second temps (en réalité, c’est quasiment en même temps…) de focaliser une partie de la recherche sur les définitions des contemporains. C’est la première étape d’une déconstruction de leurs catégories : qu’appelle-t-on « fonctionnaire » au cours de telle période ? sur la base de quel type de définititon(s) réalise-t-on des enquêtes statistiques ? de quoi parle-t-on lorsque l’on affirme qu’il y a « trop de fonctionnaires » en 1899 ou en 1941 ? etc. Répondre à ces question passe par un travail d’enquête sur les définitions propres à chacune des périodes étudiées, et selon les acteurs qui m’intéressent (politiques, juristes, statisticiens, etc.).

Pour une approche « reconstructionniste »

Si cette double démarche n’est contradictoire qu’en apparence, c’est parce qu’il me semble que c’est la confrontation des deux approches qui réunit les conditions d’émergence d’un savoir neuf sur la question.

En effet, si la « déconstruction » des catégories est une étape fondamentale et que la définition initiale n’est que provisoire, il faut se garder de tomber dans le piège qui consiste à penser qu’elles n’ont rien à nous apprendre en elles-mêmes ou qu’elles n’ont d’intérêt que séparées l’une de l’autre.

La mise en perspective de ce que nous sommes capables de dire aujourd’hui de la question des effectifs au cours des années 1880-1980 et de ce que les contemporains en disaient au cours de la même période, me semble la seule démarche à même de faire de répondre aux questions qui me préoccupent. Au premier rang desquelles se situe la volonté de saisir les modalités possibles de l’interaction entre des chiffres, une politique, et des concepts, discours et représentations, pour éclairer le rapport de l’État au chiffre… mais là, c’est une autre histoire !

 *

J’espère que ce billet vous aura convaincu de l’intérêt du travail de définition de l’élaboration à la mise en œuvre de votre projet de recherche. N’hésitez pas à faire part de vos remarques en commentaires.

 


[1] Alexandre Kojève, Esquisse d’une phénoménologie du droit. Exposé provisoire, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des idées », 1981 [1943], 588 p., §1, p. 9.

[2] Marcel Mauss, « La prière [1909] », dans Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue, Paris, Éd. de l’EHESS – Mouton, 1983 [1968], p. 131. Voir aussi http://dx.doi.org/doi:10.1522/cla.huh.pri (citation p. 25)

[3] Ibid.

[4] Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique [1894], dans P. Bourdieu, J.-C. Chamboredon et J.-C.  Passeron, Le métier…, op. cit., pp. 126-129. Voir aussi http://dx.doi.org/doi:10.1522/cla.due.reg1 (citations pp. 24, 27, 31).

[5] André Tiano, Les traitements des fonctionnaires et leur détermination (1930-1957), Paris, M.-T. Génin, 1957, p. 21-22. – c’est moi qui souligne.

[6] Alexandre Kojève, Esquisse…, op. cit., §1, pp. 9-10.

[7] Florence Weber (dir.), « Histoire et statistiques. Questions sur l’anachronisme des séries longues », Genèses, 9-1, 1992, p. 90–119. Accessible en ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/issue/genes_1155-3219_1992_num_9_1

« Mais par quoi vais-je bien pouvoir commencer ? »

Tandis que l’idée d’un sujet de recherche original a commencé à germer pendant l’été, et que se profile l’inscription en master, une question existentielle vient souvent jouer les trouble-fête : « mais par quoi vais-je bien pouvoir commencer ? »

Bien entendu, la première chose à faire consiste à prendre rendez-vous avec son directeur ou sa directrice de recherche pour discuter du projet. Mais l’idéal, quand c’est possible, consiste à ne pas arriver les mains vides… L’objectif de ce billet est de fournir quelques conseils à celles et ceux qui se demandent par où commencer leur recherche. Il est basé, en partie, sur des exercices donnés l’an dernier au cours du premier semestre du séminaire de méthodologie.

Commencez par les dictionnaires !

Les dictionnaires sont des outils incontournables, quel que soit le niveau d’avancement d’une recherche. C’est une étape qui est trop souvent négligée alors que cet exercice est excellent moyen d’amorcer une réflexion sur un sujet. Usuels (Robert ou Larousse) et encyclopédies généralistes (comme Universalis ou Wikipedia), mais surtout dictionnaires spécialisés :

Commencez donc par identifier ceux qui vous seront utiles en fonction de vos centres d’intérêt.  « Ceux » et non « celui » : la distinction est importante car il ne s’agit pas de définir un terme une fois pour toute, mais de prendre conscience de la variété des définitions possibles d’un même phénomène et d’élaborer, en recoupant différentes sources, des définitions provisoires qui vous permettront de commencer à travailler.

Constituez ainsi des fiches pour l’ensemble des termes de votre sujet, des concepts que vous envisagez d’utiliser et des individus que vous pourrez rencontrer au fur et à mesure de la recherche.

Élaborez une bibliographie de travail…

Commencez, dès le début de la recherche, par recenser l’ensemble des travaux qui vous semblent utiles a priori pour la mener à bien. Pour cela, vous disposez de nombreux outils de recherches en ligne, de bibliographies thématiques et des appareils critiques (notes de bas de pages et bibliographie) de vos lectures.

Une bibliographie de travail vous permettra de commencer à prendre connaissance de l’historiographie du sujet et de mettre en place un programme de lecture. Pour cette seconde étape, je vous conseille faire, dès que possible, un premier sondage de l’ensemble des titres identifiés (introductions, conclusions, tables des matières et comptes rendus des ouvrages ; résumés des articles). Vous pourrez ainsi vous assurer que les contenus correspondent bien aux titres repérés et procéder à une première sélection les lectures prioritaires.

Une bonne solution consistera à faire une fiche par titre, idéalement avec Zotero, en notant tout ce qui vous semble utile (au minimum : thèmes abordés d’après la table des matières, thèse(s) de l’auteur d’après l’introduction et la conclusion, type de sources utilisées, lieux de conservation et date de première consultation). Vous compléterez ensuite ces fiches suite aux lectures approfondies – tout comme vous agrémenterez la bibliographie au fil de vos découvertes…

…et procédez à une première prospection de sources.

Il est très important, dès le début de la recherche, de procéder à une première prospection afin d’identifier les sources potentielles de la recherche. Ici encore, il ne s’agit pas d’établir une liste définitive, mais de commencer à vous assurer de la faisabilité de la recherche envisagée.

Commencez par identifier le ou les centres où se trouvent des sources qui pourraient vous être utiles pour mener à bien votre recherche ; repérez ensuite le ou les types de sources qui s’y trouvent, et qui devraient vous être utiles. Vous disposez, ici encore, de nombreux instruments de recherche en ligne (voir, par exemple, ceux que proposent les Archives nationales) et vous trouverez des indications précieuses au fil de vos lectures, en étudiant attentivement les appareils critiques. (Et si vous vous demandez ce que peut bien être une « source »… continuez à lire ce carnet car un prochain billet fera le point sur la question.)

Tenez un carnet de bord, et révisez votre projet de recherche

Quel que soit le chemin que vous déciderez d’emprunter pour commencer votre recherche (ce qui précède ne constitue qu’une piste possible parmi d’autres…), tenir un « carnet de bord » pourra vous être très utile. Quelle qu’en soit la forme, il doit vous permettre de faire régulièrement le point du l’avancement de vos travaux.

L’exercice pourra vous sembler inutile et fastidieux les premières semaines, mais vous changerez probablement d’avis lorsque, au bout de quelques mois, vous pourrez vous y référer afin de comprendre pourquoi diable vous vous êtes lancé dans le dépouillement de telle série d’archive ou dans la lecture des œuvres complètes de tel auteur…

Dans un même ordre d’idée, ces premières étapes doivent vous conduire, au fil de vos lectures, à revoir votre projet de recherche, à le reprendre, le réécrire et, surtout, le repenser. Et si vous vous demandez à quoi cela pourrait vous servir… je vous encourage à lire un précédant billet intitulé « Comment (et pourquoi) écrire un projet de recherche ?« 

Enfin, vous pouvez lire régulièrement La boîte à outils des historiens où vous trouverez, notamment, les conseils de Franziska Heimburger pour bien commencer l’année, en prenant de bonnes habitudes

*

Et vous ? Par quoi avez-vous commencé ? Faites-nous partager votre expérience en commentaires…

Crédits images d’en-tête : By User:Stannered via Wikimedia Commons

L’historien-ne et les archives

[Ce billet a été initialement publié sur La boîte à outils des historiens. Son objet entrant dans les centres d’intérêts des lecteurs de ce blog, je me permets à titre quasi exceptionnel – voir aussi par là – de le reprendre ici]

Dans la série des petits incontournables pour l’apprenti historien-ne (pour l’historien-ne plus confirmé-e ainsi que pour l’enseignant-e d’historiographie et de méthodologie de la recherche en histoire…) voici Les archives de Sophie Coeuré et Vincent Duclert.

Une première version de l’ouvrage avait été publiée en 2001. Cette nouvelle édition « entièrement refondue et mise à jour », selon l’expression consacrée, est disponible depuis fin mars 2011. Ici la formule n’est pas usurpée : les familiers de la première édition auront tout intérêt à se procurer cette nouvelle version.

 Outre la reprise des éléments relatifs à l’histoire des archives, aux bases de la critique historique des documents (etc.), vous y trouverez une utile mise à jour des chapitres relatifs à l’organisation pratique des services (qui tient compte, par exemple, des évolutions en cours aux archives nationales) et à la législation (qui permet, notamment, de faire le point sur les changements intervenus depuis les réformes de 2008). C’est aussi l’occasion pour les auteurs d’évoquer brièvement la question des musées d’histoire, ainsi que les controverses nées suite à l’annonce de la création d’une « maison de l’histoire de France » et de son installation sur le site historique des archives nationales (voir aussi ici)

 Sans que cela ne soit l’objet principal de l’ouvrage, les auteurs tiennent aussi compte des transformations du rapport aux archives qu’entraîne l’avènement de l’ère numérique ; tant du point de vue des archivistes que des usagers. Sont ainsi évoqués : l’archivage électronique et la numérisation ; le rôle d’internet dans le renforcement de certains projets internationaux ; la réalisation de bases de données et d’expositions en ligne…

Le chapitre intitulé « publics des archives, usages des archives » donne des indications très intéressantes concernant les fréquentations respectives des archives nationales et départementales et de leurs sites internet (très légère baisse pour les premières, explosion pour les seconds).

 Je ne saurais donc trop vous recommander la consultation de cet ouvrage qui, un peu sur le même modèle que le « repères » de Claire Lemercier et Claire Zalc permet d’accéder à un vaste panorama d’une question qu’il vous faudra approfondir ensuite par vous même, sur le terrain…

 *

 J’en profite pour vous indiquer la mise en ligne d’une conférence d’Annette Wieviorka sur la bibliothèque numérique de l’ENSIB.

 Intitulée « De l’usage de l’archive et du livre dans la fabrique du récit historique » (voir ici). Elle a été prononcée le 12 avril 2011 dans le cadre du cycle de conférences « Lire les livres » : cliquez ici pour écouter en ligne (env. 1h30), et là pour télécharger le fichier (env. 83Mo).

Pourquoi s’intéresser à l’historiographie ?

Étudier l’historiographie fait partie intégrante du métier d’historien et correspond à une proportion importante du travail à réaliser dans le cadre d’un Master Recherche. La première difficulté à laquelle les apprenti-e-s historien-ne-s peuvent se trouver confronté-e-s relève de la polysémie du terme.

Que signifie « étudier l’historiographie » ?

Comme l’explique Marie-Paule Caire-Jabinet, ce terme « apparait au XIXe siècle, à l’imitation des historiens polonais et allemands. Il signifie selon les cas : l’art d’écrire l’histoire, la littérature historique, ou encore « l’histoire littéraire des livres d’histoire » (Littré, 1877). Il peut, selon le contexte, désigner les œuvres historiques d’une époque, les œuvres des siècles postérieurs sur cette époque ou encore la réflexion des historiens sur cette écriture de l’histoire« [1]

Concrètement, étudier l’historiographie implique donc de s’intéresser simultanément à trois domaines, chacun correspondant à des questionnements incontournables qui participent de la construction de l’objet de la recherche :

Concrètement, à quoi ça sert ?

  • À court et moyen terme, il s’agit d’abord de mieux connaître votre sujet, et d’appendre à vous situer dans l’historiographie.

Le mémoire de Master est un travail original de recherche : cela ne signifie pas que le sujet ne doit jamais avoir été abordé par aucun-ne historien-ne avant vous. Cela implique surtout que, même si le sujet a déjà été étudié, vous devez apporter quelque chose  de « neuf » à sa connaissance (nouvelles sources et/ou nouvelles façon d’exploiter des sources connues ; approche ou questionnement différents ; etc.).

Le seul moyen d’être capable de savoir ce que l’on apporte, c’est de connaître ce qui existe… et donc, de lire ce qui a déjà été écrit sur le sujet.

  • À long terme, l’objectif est d’apprendre le métier d’historien-ne.

En 1990, Bernard Lepetit écrivait qu’une « discipline ce n’est pas seulement un mode de structuration de la réalité décrite », mais « également un métier, c’est-à-dire un ensemble de procédures éprouvées qui constituent une première garantie d’un discours cohérent »[2].

Pour connaître cet « ensemble de procédures éprouvées », rien ne remplace la lecture attentive des historien-ne-s passé-e-s et présent-e-s. Cela permet, par exemple, de comprendre de quelle façon certaines sources ou techniques de traitement des sources se sont imposées ou, au contraire, ont été disqualifiées.

Tout lire en historien-ne…

En ce sens, il est indispensable de ne pas se limiter à la seule lecture des ouvrages et articles qui portent précisément sur le sujet d’une recherche en cours. Des travaux portant sur des sujets et/ou périodes éloignés des vôtres vous ouvriront souvent des pistes auxquelles vous n’auriez pas pensé autrement.

Ainsi, une partie (mais une partie seulement!) du travail historiographique relevant de ce que certains appellent la serendipité – « l’art de trouver ce que l’on ne cherchait pas » – il doit se faire en dehors de vos centres d’intérêts immédiats.

Toute nouvelle lecture doit donc devenir l’occasion d’un questionnement systématique : qu’est-ce que la thèse, l’approche choisie ou les sources mobilisées par cet-te auteur-e pourrait apporter à ma propre recherche ?


[1] Marie-Paule Caire-Jabinet, Introduction à l’historiographie, Paris, Nathan, coll. « 128 », 2002, 125 p. (citation p. 8).

[2] Bernard Lepetit, « Propositions pour une pratique restreinte de l’interdisciplinarité », Carnet de croquis. Sur la connaissance historique, Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque Histoire », 1999, 316 p. (citation p. 309) – [Article initialement publié dans la Revue de synthèse, vol. 111, 1990, pp. 331-338. – Lire en ligne]