Archives de catégorie : Interdisciplinarité

L’histoire à travers champs

­Retour sur la conférence de Dan WADHWANI (Lille, 14 janvier 2016)

La corporation des historiens serait bien avisée de regarder comment se fait l’histoire en dehors de ses ateliers. Dans les champs de la science politique, de la sociologie ou de l’économie, elle y découvrira des tours de main et des usages variés et peut-être même un rapport nouveau au savoir historique.

La conférence donnée à Lille par Dan Wadhwani était le moment de discuter de la place qu’occupe aujourd’hui l’histoire dans les sciences du management et des organisations en revenant sur l’ouvrage qu’il a publié en 2014 avec Marcelo Bucheli chez Oxford University Press1 . Organizations in Time : History, Theory, Methods ne semble pas avoir encore suscité beaucoup d’échos en France et plus particulièrement chez les historiens français. L’alchimie de la réception des ouvrages étrangers est toujours très mystérieuse et il serait dommage que ce livre connaisse un sort similaire à celui d’un autre livre important The Logics of History, de William Sewell, auquel les auteurs d’Organizations in Time renvoient d’ailleurs souvent et dont la réception en France a été plutôt tardive2 .

Il n’est pas question de fournir ici un compte rendu exhaustif d’Organizations in Time mais il s’agit plutôt d’insister sur certains de ses apports essentiels et sur la discussion que les participants à la conférence du 14 janvier ont pu avoir. Disons d’emblée, toutefois, que ce qui fait la force de l’ouvrage tient Continuer la lecture

  1. Dan Wadhwani est professeur de management à l’Université du Pacifique (Californie) []
  2. Nous n’avons trouvé sur Cairn que 22 articles mentionnant l’ouvrage de William Sewell et, bizarrement, aucun compte rendu. La même recherche sur Persée ne permet d’obtenir aucun résultat []

Des usages littéraires de l’histoire

Ceux qui comme moi aiment lire des listes d’appels à contribution — on a après tout les loisirs que l’on peut — seront familiers du petit jeu de renversement qui permet de produire pour ceux-ci des titres à moindres frais. Pouvoir des mots et mots du pouvoir. Tourisme en villes et villes de tourisme. La lampe torche dans les arts et l’art de la lampe torche. En lisant ici le billet de 2011 intitulé « Des usages historiens de la littérature », n’étais-je pas fatalement invité à produire un billet sur les usages littéraires de l’histoire ? Un billet, que dis-je ? Presque une dissertation de khâgne. J’ai déjà la liste d’exemples toute prête : on peut parler du drame historique à l’époque romantique, de la nouvelle historique à l’époque galante, de la chanson de geste à thème croisé, d’Hésiode, du médiévalisme ! Facile.

Continuer la lecture

Devenir carnetiers ? Premier retour d’expérience

Zilsel[Billet co-écrit par Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin (@ArSaintMartin)]

Nous avons créé et mis en ligne le Carnet Zilsel début novembre 2013. Il est encore trop tôt pour en tirer quelques leçons, mais comme Devenir historien nous invite gentiment à préciser notre business model, nous risquerons dans ce billet un début d’auto-analyse. Et quand nous disons « nous », cela renvoie d’abord à Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, coordinateurs du carnet (nous mettons les guillemets parce que les mots nous manquent pour qualifier ce rôle s’inventant au gré des mises à jour), et aussi aux collègues-amis qui contribuent régulièrement Continuer la lecture

L’acculturation d’un attelage disciplinaire : Histoire du temps présent/Histoire orale

Exposition virtuelle Mai 68 et les historiens. Autour de l’histoire orale réalisée par Agnès Callu & Patrick Dubois

Au rang des grilles d’interprétation de l’histoire du temps présent s’inscrit – centrale – l’histoire orale1. Outil théorique transdisciplinaire agissant en frontière avec la sociologie et l’ethnologie quand elle repose sur l’enquête de terrain, privilégie l’observation participante et admet la synchronie, elle s’affiche toutefois, singulière, par son identité, son périmètre d’investigation, sa méthode de travail. C’est pourquoi, afin de mesurer l’attelage que nécessairement elle compose avec l’histoire du temps présent (en confluence et croisement, toujours, évidemment, avec la masse critique traditionnelle), il est fondateur, sur une rythmique ternaire : d’abord, de réfléchir à l’émergence dans les pratiques de travail du nouveau trio objet/historien/témoin et, plus encore, d’en évaluer les problématiques et les ouvertures ; ensuite, d’entendre la fonction sociale et le capital symbolique du témoignage ; enfin, d’intégrer la signature intellectuelle d’un vecteur technique, socle d’une source qui parle et, dans un premier mouvement, s’interdit presque consubstantiellement de s’écrire.

Le trio objet/historien/témoin

Pour s’extraire d’une historiographie très balisée, depuis les années 1980, à l’échelle internationale de l’Oral History comme à celle des questionnements français (ceux de l’Institut d’histoire du temps présent, l’IHTP, précisément, aux fondements), il est nécessaire de définir, au départ, un certain « courage » historiographique.

De fait, au regard du positivisme français, du scientisme d’une histoire profondément classicisante car de culture latine et au point cardinal de laquelle s’érige le monument d’écriture, seul gage de foi et de preuve, l’histoire orale (celle-là même qui renseigne, au plan psycho-historique, sur ceux qui fréquentèrent l’hier, l’avant-hier, le presque immédiat), oblique dès l’origine puisque – c’est truisme de le dire – elle accepte de sortir du cercle de travail initial pour s’installer non plus « contre » mais « en face » de son objet d’étude afin d’engager le dialogue.

Ce pas de côté – à réfléchir un instant aux habitus académiques fortement enracinés – est, en soi, une expérience, sinon traumatique, audacieuse pour le moins, quand elle ne recule pas devant l’étrangeté d’une « invention » ; et c’est vrai, cela en compose une, et pas des moindres, lorsque l’on décide d’imaginer l’outillage d’une relation diachroniquement dialoguée pour encadrer, afin de la mieux comprendre, une question du temps présent. Effectivement, d’ordinaire, l’objet historique, placé sur la table de travail, s’analyse sous les lignes d’un texte – iconique parfois, trop rarement – examiné dans l’intimité de la sphère historiens/traces écrites. Là, les conditions originelles sont changées : certes, l’objet demeure posé sur l’écritoire mais il est convoqué/invoqué par la parole rétrospective d’un tiers en sorte que dès lors tout bascule. L’intermédiation, hors du fait intrinsèque qu’elle casse la courroie directe entre le sachant et sa documentation, installe le propos dans un « u topos », un ailleurs intellectuel – autant sur le registre de l’événement que sur celui du discours. Et c’est ce bouleversement-là, soit l’instauration d’un trinôme de fait, secouant, voire dénonçant, les pratiques, les modes, les attentes, les aspirations et les codes universitaires qui dérange tant. Il faut y insister même si l’affaire est bien connue : la règle générique suppose le lien presque biologique du savant et de ses textes pour, en légitimité, avancer une proposition historique. Or soudain, surgit ici l’intermédiaire – impur par essence, intrusif car originellement greffé – et les ressorts acculturés sur un temps multiséculaire sont mis en déroute.

Dire/redire cette évidence-là de façon séminale l’installe à sa place, c’est-à-dire au premier plan. En effet, et il faut bien en mesurer les conséquences, ce schéma ternaire demeure aujourd’hui encore, sinon culturellement inédit, au moins approprié de façon fragmentée, et son acceptation fondamentale est toujours difficultueuse.

En plus d’entendre un changement chiffré : soit compter non plus jusqu’à deux dans l’espace de réflexion mais brusquement jusqu’à trois, l’historien doit, bien sûr, formuler la place assignée à chacun et, là encore, la répartition des rôles, leur verbalisation, est tendue. Au cœur, l’objet historique installé dans un présent compliqué/complexe car aux processus incomplets et inaboutis ; autour de lui, théoriquement en duo équitable, c’est-à-dire partagé dans l’harmonie et/ou en confrontation, l’historien et le témoin.

Le premier, l’historien, héritier de connaissances, expert dans leur exploitation et énonciations critiques, consolidé par l’acquisition continue de savoirs in progress, problématise le donné ; l’autre, le témoin, matérialité humaine d’une mémoire vive en soi à questionner, s’impose TESTIS obligé d’un présent-passé qui ne s’écrit qu’à hauteur d’hommes.

Reconnaître cette distribution, admettre ce postulat, c’est se dépouiller volontairement de peaux successives issues de terreurs intellectuelles presque irraisonnées mais très fortement enracinées : c’est déjouer le mythique empêchement dirimant de Duroselle qui affirme que seule la mort des témoins assainit la place historique ; c’est, en écho, redéfinir les concepts de recul et d’objectivité historiques sans les invalider au prétexte de leur inscription commune dans la contemporanéité ; c’est accepter le « handicap de l’a posteriori », jugé, un temps, insurmontable par Jean-Jacques Becker qui lui accole l’absolue caractéristique d’un discours toujours « T+1 » et, par définition, jamais « live » ; c’est repousser les multi-craintes, par ailleurs justifiées : de la construction/reconstruction, de la mémorialisation fragmentée, de l’absorption d’éléments externes sur la couche de souvenirs purement individuelle, de la collectivisation d’un récit oscillant du JE vers le NOUS, en conscience ou non, sous-maîtrisé ou non, de l’interaction qui suscite la conformité d’un discours mémoriel à l’attente du questionnement individuel de l’historien-enquêteur, de la restitution langagière, élitiste, acclimatée, brouillonne, nerveuse, sensible, maladroite etc. Denis Peschanski, singulièrement, a pointé les dérives possibles, il y a longtemps déjà.

Aussi bien la clarification des mises en place de chacun : objet historique et sujets au pluriel de son interprétation : l’historien et le témoin est-elle nécessaire pour caler un dispositif analytique qui intègre la prise de parole, la mise en parole comme facteurs fondateurs.

La fonction sociale et le capital symbolique du témoignage

De fait – énoncer les évidences est admis – parler permet de dire tout ce qui n’est pas écrit. Cela suppose – pour faire un instant de l’exégèse – tout ce qui ne s’écrit pas et tout ce qui n’a pas pu être écrit. Cette différenciation, un peu spécieuse à l’oral au moins, est cependant significative.

De fait le parler, on le sait bien, passe par des schèmes cognitifs, très différents de ceux de l’écrire. Parler, dire JE, instaure, sur le fond, la verbalisation d’un discours individuellement riche parce que, en épaisseur, identitaire. C’est vrai, parler fait avancer un MOI qui pense à, croit en, reproduit selon, invente en fonction de, s’engage pour, se questionne en faveur de etc.; en un mot, parler propulse les fondations socio-culturelles d’un individu. Mais, dans le processus énonciatif, le MOI ne circule pas tout seul : il convoque les AUTRES : ceux avec lesquels il est en frottement, en conjonction, ceux tels qu’il se les imagine, ceux tels qu’il croit les voir, ceux tels qu’il suppute qu’ils le voient etc. ; les AUTRES pour qui, par exemple, il est le suiveur d’un groupe ou a contrario l’initiateur d’un collectif. Enfin, dire JE inscrit le MOI dans une chronologie : celle-là propre de celui qui reparcourt sa vie devant un tiers racontant son enfance, ses vingt ans, sa maturité, son début de déclin peut-être ; celle aussi, surtout, qui répond, en miroir, à des classes d’âges solidarisées, consolidées par le facteur générationnel, dont on sait bien qu’il fait partager les valeurs, qu’il soude autour des traumas, qu’il invoque les figures référentes.

Et puis, mais le capital de dangerosité est extrême, l’histoire orale comblerait aussi les lacunes de périodes troublées, fracturées, clandestines aussi, par nature, peu propices à l’écriture : les renouvellements historiographiques des années 1990, cassant le mythe résistentialiste à la française, grâce à la création de corpus de témoignages « d’anciens » de Réseaux et Mouvements en est une des manifestations balisée. Toutefois la prudence est de mise car (tout est connu mais s’agit-il encore de le dire pour bien s’en pénétrer) si l’histoire orale couvre le champ de l’opinion, s’affiche comme un récit d’expérience, unique donc irremplaçable, on comprend combien il ne saurait être question de l’employer à des fins informatives. Par empirisme, de façon impressionniste et à la condition de compter sur l’intravalidité offerte par la puissance du corpus et des confrontations prosopographiques, elle peut renseigner sur des faits (à vérifier par ailleurs, toujours, c’est l’évidence) mais sa fonction première est autre : l’histoire orale trouve sa place dans un espace, sinon à délimiter, au moins fortement caractérisé par les notions « psychiques » d’impressions sur, de ressenti pour, d’humeurs contre, de jugements autour etc. Pour autant, l’histoire orale renseigne parfois – et nous sommes bien là alors dans le registre de l’information – quand elle inscrit dans la lumière les seconds couteaux, les n-2, -3, -4, bref ceux qui travaillent à l’ombre, dans l’ombre, sous l’ombre des puissants sans jamais signer en bas des pages. L’énarchisation des pratiques, la propulsion des hiérarques au premier plan – avec l’accélération administrative hypertrophiée que l’on connaît depuis le tournant des années 1970 -, rejetant dans le gris, voire le nulle part, tous les « non-premiers », rend d’évidence l’usage historien du témoignage fondamental. Avec lui s’éclaire au pluriel les processus de décision, les mouvements de mise en application qui, bien sûr, ne reviennent jamais à un seul mais sont le résultat d’actions groupées, cohérentes ou non, d’individus au travail.

Une interprétation des vecteurs pour une compréhension de la source

Cependant, on ne peut s’imaginer un seul instant apprécier la valeur du témoignage qu’à la condition d’accepter, en postulat de départ, que le vecteur qui le porte n’est jamais une plateforme neutre : par essence, l’outil-socle participe fortement à la configuration finale de la source fabriquée (jamais héritée, c’est là sa marque) et, de fait, à l’exploitation qui peut en être faite.

Aussi bien, parler du témoignage « tout court » ne veut-il rien dire car selon qu’il soit écrit, oral ou audiovisuel, son usage historien diffère.

Un instant sur ces trois variantes, bien connues, mais utiles à poser en cascade, se justifie.

Le témoignage écrit peut être direct ou indirect. Dans le premier cas, sans intermédiaire, il se lit à la manière des Confessions de Saint-Augustin, des démarches diaristes qui consistent en la rédaction d’un journal, de mémoires ou d’une autobiographie. Indirect, il est la transcription postérieure (par un tiers ou l’enquêteur lui-même) de l’entretien réalisé préalablement : démarche banalisée, modélisée, on le sait, notamment, par les disciples de Bourdieu ; indirect, il l’est encore, lorsque l’échange, est a posteriori mis en écriture, non plus au format d’un dialogue, alternant les locuteurs, mais à la manière d’un auto-récit produit par celui qui raconte la vie de « son témoin » : les volontaires du Mouvement ATD Quart-Monde, composant ce type d’écriture à valeur et projections mémorielles et identitaires, attestent, par leurs écrits rétrospectifs des combats et douleurs de populations sur-marginalisées, « oubliées de l’histoire » dès lors qu’installées hors des circuits de l’écriture.

Aussi bien pour le seul témoignage écrit, un travail de génétique textuelle s’avère donc absolument nécessaire afin d’effectuer la traçabilité du document « légué » : trace du premier jet manuscrit et analyses des ratures ; conditions phonétiques et/ou littéraires de la transcription ; schémas de la création pure enracinée dans la militance d’une attestation personnelle.

Ensuite, le témoignage oral. Dans un absolu intellectuel imaginaire, il s’affiche brut, apuré des scories, car par la magie d’un appareil (certes, ni neutre, ni invisible mais parfois rêvé comme tel), l’échange témoin/historien est soudain capté en direct. Ce « collage » au réel (en incise, il faut se souvenir que le philologue Ferdinand Brunot en connexion avec les industries Pathé, l’a fantasmé avant la Grande Guerre pour son Atlas linguistique de France et que Georges-Henri Rivière, en 1937, « vendant » à Jean Zay son futur musée des Arts et Traditions populaires, inventait un « musée de synthèse […] muséographiant l’évocation orale des réalités sociales et des croyances »), ce collage-là, envoûtant en raison même de cette proximité originelle, réclame toutefois un travail d’interprétation extrêmement long et difficile car transdisciplinaire. Entendre l’autre, sans le biais de l’écrit, exige de l’historien qu’il s’ouvre, se transforme en chercheur en sciences sociales, en homme pluriel qui soudain, doit réussir la combinatoire entre Histoire, Sociologie, Ethnologie, Linguistique, Philologie, Lemmatologie, Lexicographie : il s’imprègne d’une signature vocale, il entend la musicalité d’un phrasé, il s’approprie le tempo d’un discours, il écoute la scansion d’une conviction, il se familiarise avec les tics de langage, il mesure la rythmique d’une grammaire, il compte les occurrences, bref il absorbe et s’approprie les habitus d’un langage en son entier comme l’expression d’une pensée individuelle mais, au-delà, d’un milieu, d’une époque. Les réflexions récentes de Claire Zalc et Claire Lemercier autour des utilisations pointues et renouvelées du logiciel Hyperbase et surtout les très remarquables travaux de l’historien Damon Mayaffre sur le discours politique, les conditions de son énonciation et ses significations incarnent la tendance à suivre, à modéliser plus encore.

Quant au témoignage audiovisuel, faisant basculer le trio objet/témoin/historien vers un quatuor : objet/témoin/historien/réalisateur vs cameraman, sponte suo il enchante autant que, « à froid » ou « semi chaud », il fait craindre les dérives.

Assurément, au plan positif, on note, une sorte de mirage, comme l’alchimie d’une coagulation totale corps/parole/image/identité car la prise d’image, à la manière d’un sérum de vérité, ferait tout voir y compris les mensonges grâce au décryptage serré de la communication non verbale : les équipes de Yale, travaillant beaucoup au tournant des années 1980 sur les survivants de l’Holocaust, espéraient beaucoup, on s’en souvient, de ces « corps parlants » soudain lisibles car exprimant « pour de vrai » la transmission physique de la douleur. Toujours de ce côté-là, la caméra fouillante, explorante d’un environnement donné séduit : elle se saisit, par exemple, de l’imagerie d’une bibliothèque, vitrine elle-même des fondations intellectuelles des sujets pensants. Elle s’attarde sur des photographies, traces des liens sociaux (ceux du cercle de famille, témoins d’une socialisation) ; traces des maîtres à croire et à penser : ici, une photographie d’un homme politique, autel domestique d’une figure mythique de laquelle on se revendique. Elle capte encore la documentation adjacente : une carte faisant revivre l’évolution d’un théâtre d’opération, une correspondance (ou son absence) attestant des sociabilités (positives/négatives) et des réseaux (utiles/toxiques).

Mais les points négatifs figurent aussi, voire s’imposent, quand ils font basculer le témoin dans la lumière crue de la prétendue médiatisation qui starifie celui qui parle, qui l’oblige – en résistance ou collaboration, collaborationnisme aussi parfois – à singer et à grossir le trait au prétexte d’un public imaginaire (jamais neutre), qui l’incite « à faire le show » à coup de petites phrases ou d’anecdotes faciles. Alors – et les dangers sont multiples et palpables – l’image cannibalise le discours, jouant les prédatrices pour celui qui soudain se met à jouer sa vie quand on lui demande, en sincérité, de tenter de la reparcourir.

En définitive, le duo Histoire du temps présent/Histoire orale compose bien un attelage séduisant tout autant qu’une sédimentation de freins ou d’obstacles pour l’historien. Il appartient à ce dernier de dilater son territoire en travaillant sur l’avant-hier et en faisant taire ses préjugés ontologiques sur le concept d’immédiateté presque un oxymore de l’histoire ; il lui faut dilater ses pratiques en mutualisant les disciplines et en écoutant ledit avant-hier comme s’étant joué à hauteur d’hommes et de femmes, témoins oculaires et auriculaires des faits ; il doit enfin dilater ses outils en écrivant l’histoire dans le périmètre d’un triangle isocèle Objet/Historien/Témoin qui sollicite, pour réussir, toutes les sources du temps présent (écrites, iconiques, audiovisuelles) en sorte l’archive traditionnelle héritée se déclive et se réinvente, « nouvelle vague » comme un témoignage fabriqué par un historien et ses thèses face à un témoin et ses souvenirs.


Pour aller plus loin :

Agnès Callu et Hervé Lemoine, Le Patrimoine sonore et audiovisuel français : entre archives et témoignages, guide de recherche en sciences sociales [préfaces de Jean Cluzel et d’Emmanuel Le Roy Ladurie, postface de Jacques Rigaud], Paris, Belin, 2005, 7 vol., 2500 p.[Prix Osiris de l’Institut de France/Académie des Sciences morales et politiques, Prix de la Recherche du Comité d’histoire de la Radiodiffusion, Prix spécial de l’Inathèque de France]. Voir une bibliographique critique sur le témoignage oral, T1, p. 323-347.

Agnès Callu (dir.), Le Mai 68 des historiens : entre identités narratives et histoire orale [avant-propos de Michel Zink, préface de Jacques Revel et postface de Daniel Roche], Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2010, 312 p.

Pascal Cordereix, Autour du français parlé : de Brunot à nos jours, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2007, 160 p.

Myriam Chimènes (dir.), La vie musicale sous Vichy,  Bruxelles, Complexe, 2001, 420 p.

Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2007, 120 p.

Damon Mayaffre, Le discours présidentiel sous la Ve République: Chirac, Mitterrand, Giscard, Pompidou, de Gaulle, Paris, les Presses de Sciences Po,  2012, 384 p.

Danièle Voldman (dir.), La bouche de la vérité ? : la recherche historique et les sources orales, Paris, CNRS, 1992, 161 p.

 

  1. Ce billet reprend le texte d’une intervention au colloque « Temps présent et contemporanéité » tenu  les 24, 25 et 26 mars 2011 et organisé par l’IHTP au Centre international d’accueil et d’échanges des Récollets. Présentation ; Programme []

Où va l’histoire économique française ?

Comme l’écrivait Bernard Lepetit en 1989 à propos de l’histoire quantitative1 après l’acmé des années 1960 et 1970, l’histoire économique aujourd’hui n’est plus à la mode. En témoigne, par exemple, l’occurrence du terme dans la base de données de Ngrams de Google (qu’il faut manier avec prudence, comme j’ai pu l’écrire par ailleurs lors de son lancement) :

Interrogation de la base Google NGram Viewer : http://goo.gl/CnVyg

Un autre indice, encore plus anecdotique mais assez révélateur concerne la visibilité donnée à la publication d’un ouvrage collectif récent, dirigé par Jean-Claude Daumas, L’histoire économique en mouvement2.

Dans la librairie Gibert Joseph de Paris, le rayon histoire économique ne se trouve pas à l’étage « Histoire » mais à celui de l’économie et du droit. Je visite régulièrement cet étage, mais force est de constater que le visiteur occasionnel qui serait plus intéressé par l’histoire culturelle par exemple (courbe verte dans le graphique précédent), aurait beaucoup plus de chance de tomber par hasard sur des élucubrations récentes sur l’enseignement de l’histoire (à gauche sur la photo ci-dessous – voir les analyses récentes de ces ouvrages sur le carnet du collectif Aggiornamento)3  que sur l’ouvrage qui nous intéresse ici.

En outre, s’il se trouvait bien au 3e étage, en septembre, cet ouvrage paru le 30 juillet 2012 n’était pas placé sur la table des nouveautés mais tout près du sol, au pied de l’une des bibliothèques…

L’histoire économique en mouvement : entre bilans et perspectives

L’ouvrage est pourtant passionnant. Son point de départ relève d’un constat d’affaiblissement. Comme l’explique Jean-Claude Daumas dans l’avant-propos :

« C’est parce qu’elle faisait le constat de l’affaiblissement et des difficultés actuelles de l’histoire économique dans notre pays que la direction du Département des Sciences de l’Homme et de la Société du CNRS4  a créé, en mai 2007, le Réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) d’histoire économique avec pour mission de faire un audit de cette branche du savoir historique et de favoriser l’émergence de thématiques et de forces nouvelles ». (p. 13)

L’histoire économique en mouvement est le fruit des travaux de ce réseau : les discussions, quatre années durant, de divers rapports sur la situation de l’histoire économique et un colloque international sur « l’histoire économique vue d’ailleurs » tenu à Lyon en octobre 2010. Jean-Claude Daumas précise d’emblée que chaque auteur s’exprimant à titre personnel les communications pourraient parfois paraître divergentes ou contradictoires. Il s’agit ainsi, pour le directeur de l’ouvrage, « de faire réfléchir et d’alimenter la discussion » (p. 14). En effet, à travers le bilan proposé dans cet ouvrage, l’objectif est de nourrir « la discussion collective nécessaire pour dessiner l’avenir de l’histoire économique » (p. 15).

Je ne dispose malheureusement pas du temps nécessaire à la rédaction d’un véritable compte rendu critique de l’ouvrage mais il m’a semblé nécessaire de prendre celui d’un petit signalement. Je me contenterai alors de reproduire ici la quatrième de couverture, la table des matières complète (en l’agrémentant de renvois aux pages institutionnelles des 23 auteurs des 19 contributions que comporte le volume) et de citer les neufs propositions de J.-Cl. Daumas pour « redynamiser l’histoire économique » (p.42) en agrémentant le tout de quelques brèves remarques…

Présentation de l’éditeur

« L’histoire économique ne jouit plus aujourd’hui en France du prestige qui était le sien du temps de Braudel et de Labrousse, mais loin d’être le refuge d’une poignée de nostalgiques, elle ne cesse de se renouveler. Fruit d’une initiative du CNRS, ce livre s’interroge sur sa situation actuelle et ses perspectives de développement: poids des héritages, crise des paradigmes, rapports avec les autres secteurs de l’histoire et les disciplines voisines, chantiers en cours et thématiques émergentes y sont étudiés par les meilleurs spécialistes. De surcroît, sortant de l’hexagone, il donne à découvrir des travaux qui, au niveau international, sont en train de renouveler l’histoire économique et représentent autant de défis pour les historiens français.

Faisant justice des stéréotypes réducteurs, il montre enfin que l’histoire économique aide à penser la complexité et, en éclairant le présent par le passé, contribue à rendre intelligibles les problèmes de notre temps – des crises financières à la montée de la Chine en passant par la fin des campagnes ou l’accroissement des inégalités. »

Table des matières complète

  • Première partie : L’histoire économique en France aujourd’hui

Jean-Claude Daumas : « Où va l’histoire économique en France aujourd’hui ? Tendances, enjeux, propositions » ; Mathieu Arnoux : « Regards rétrospectifs » ; Raymond Descat : « Un point sur l’histoire économique de l’Antiquité » ; Laurent Feller : « Histoire du Moyen Age et histoire économique » ; Didier Terrier (avec la collaboration de Philippe Minard et Corine Maitte) : « L’histoire du commerce et de l’industrie à l’époque moderne : entre héritage assumé et pistes nouvelles » ; Gérard Béaur : « Histoire économique et histoire des campagnes : le renouveau d’un paradigme ? » ; Alain Chatriot et Claire Lemercier : « Institutions et histoire économique » ; Patrice Baubeau et Pierre Cyrille Hautcoeur : « L’histoire bancaire, monétaire et financière française depuis 1980 » ; Jean-Claude Daumas :  « La Business history à la française : deux ou trois choses que je sais d’elle » ; Claude Diebolt et Jean-Luc Demeulemeester : « Quo vadis ? Quel futur pour l’histoire économique en France ? Réflexions et recommandations par deux économistes » ; Michel Margairaz : « Histoire économique et sciences sociales : alliance, cohabitation, confrontation ? » ; Laurence Fontaine : « L’histoire économique et sociale : autour des changements de paradigmes » ; Carlo Belfanti : « L’histoire économique italienne à la recherche d’une nouvelle identité » ; Youssef Cassis : « L’histoire économique française vue d’ailleurs »

  • Deuxième partie : « L’histoire économique vue d’ailleurs »

Kenneth Pommeranz : « Repenser le changement économique de longue durée : la Chine, l’Europe et l’histoire économique » ; Peer Vries : « Un monde de ressemblances surprenantes » ; Maxine Berg : « Les siècles asiatiques de l’Europe. Asie, luxe et approches nouvelles de la révolution industrielle » ; Luciano Palermo : « Développement et crise dans une économie pré-industrielle : monnaie et crédit en Europe à la fin du Moyen Age » ; Rosa Congost : « Les pauvres peuvent-ils s’enrichir ? Une autre façon d’interroger la courbe de Kuznets » ; Morgan Kelly et Cormac Ó Gráda : « Population et niveau de vie dans la longue durée : l’histoire quantitative se mesure à Malthus »

*

Comme je l’indiquais plus haut, il m’est impossible ici de proposer un véritable compte rendu critique de cet ouvrage très riche. Je le regrette car certaines contributions sont passionnantes et mériteraient une attention bien plus large que celle des lecteurs intéressés pas l’histoire économique (je pense en premier lieu à Laurence Fontaine, auteure du magistral L’économie morale5 dont la contribution permet de se faire une idée des principales transformations épistémologiques de la discipline historique depuis les années 1970 ; ainsi qu’à celle d’Alain Chatriot et Claire Lemercier qui inscrivent leur analyse de l’émergence d’un intérêt pour les institutions en histoire économique dans un contexte interdisciplinaire qui impose de prendre en considération les transformations du rapport aux institutions entretenu par d’autres sciences sociales6 ainsi qu’à une réflexion sur les enjeux méthodologiques d’une histoire renouvellée des institutions.7

Redynamiser l’histoire économique ?

Je me contenterai donc ici de résumer les propositions du directeur de l’ouvrage concernant l’avenir de l’histoire économique, la plupart étant valables pour l’ensemble de la discipline. Elles concernent à la fois des enjeux de légitimation institutionnelle de l’approche et des propositions plus méthodologiques.

1. « Retrouver le sens du global et de la généralisation »

Jean-Claude Daumas dresse, malgré de vrai apports, une forme de constat d’échec de la microstoria car, selon lui : « tout se passe comme si la question de l’articulation des échelles d’analyse (pas seulement macro et micro mais aussi les niveau intermédiaires) avait été purement et simplement suspendue et sa solution renvoyée à plus tard ». Pour le directeur de l’ouvrage, il s’agit de mieux saisir les dynamiques économiques globales non en réhabilitant l’approche macroscopique mais en dépassant les oppositions entre « acteurs et structures, individu et société, micro et macro » (p. 44).

2. « Le rapprochement avec l’économie : une nécessité » et 3. « Complexifier le questionnaire »

L’appel à l’interdisciplinarité n’est pas nouveau. Pour J. Cl. Daumas, le rapprochement avec l’économie – par le dialogue entre spécialistes des deux disciplines, les titulaires d’une double-formation pouvant alors servir de « pont entre les deux communautés scientifiques » (p. 45) – est une nécessité pour l’historien qui cherche à affiner son questionnaire et de mieux l’inscrire dans les réflexions macro-économiques qui figurent « aujourd’hui à l’agenda de la recherche internationale » (p. 44).

En outre, cette ancrage interdisciplinaire implique de maintenir ou de renforcer des liens avec d’autres approches : celles de l’histoire sociale (« originalité de l’histoire économique française », p. 46), celle du « tournant culturel » qui implique de « prendre les acteurs au sérieux » par une prise en considération des représentations, des valeurs, etc. qui fondent leur comportements et leurs choix (p. 47).

4. « Quantification et formation aux méthodes statistiques »

Jean-Claude Daumas souligne insiste sur la nécessité d’une prise de conscience : « les illusions et les échecs du passé ne condamnent pas l’usage des méthodes statistiques qui peuvent rendre de grands services. » Selon lui, ne pas le comprendre, c’est risquer de s’empêcher de traiter des objets dont l’analyse suppose un « effort de quantification » et se trouver marginaliser sur le plan international, certaines écoles faisant du quantitatif un critère de scientificité des analyses d’histoire économique (p. 48-49).

En outre, la concomitance d’un certain désintérêt pour l’histoire économique d’une sorte de désaveu pour l’approche quantitative est flagrante (je pense d’ailleurs que de nombreuses mutations historiographiques récentes, depuis les années 1980-1990, peuvent être appréhendées par l’évolution du rapport des historiens non seulement aux méthodes mais aussi au matériaux quantitatifs). Ici encore, l’exemple est anecdotique mais donne un bon indice de la situation. L’occurrence du terme « histoire quantitative » suit une courbe assez similaire – quoique plus accentuée – à celle d' »histoire économique » depuis les années 1980 :

Interrogation de la base Ngram Viewer de Google : http://goo.gl/FVBd0

À ce titre, je me permets de rappeler ici que la lecture de l’ouvrage de Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, paru en 2008 et déjà signalé ici constitue un prérequis pour tout étudiant-e qui envisage de s’inscrire en master ou en thèse. Il ne s’agit en aucun cas d’un manuel complet pour apprendre à manier les statistiques en histoire, mais d’une introduction qui vous permettra de mieux appréhender le champ des possibles et de ne pas louper quelque chose si un jour vous êtes confrontés à des sources dont l’analyse gagnerait à la mobilisation d’une analyse quantitative.

5. « L’horizon de l’histoire globale »

Dressant le constat d’une historiographie française (pas seulement économique) qui combinerait « repli des recherches sur des sujets franco-français et ignorance relative des historiographies étrangères » (p. 50), Jean-Claude Daumas souligne l’importance des questions posées, « tant en termes de terrains, de sources, d’échelles et de méthodes – par cette histoire transnationale qui refus résolument tout européocentrisme » (p. 51) tout en affirmant que cette approche ne disqualifie pas la démarche comparatiste.

6. « Regard rétrospectif et réflexivité critique »

Dans cette section, le directeur de L’histoire économique en mouvement souligne l’importance d’une lecture critique de l’historiographie économique et appelle à une « lucidité collective [qui impose] qu’on cesse de prendre pour argent comptant les discours que la discipline a tenus (et continue de tenir sur elle-même ». Une réflexivité qui constitue une « nécessité pour la santé intellectuelle de l’histoire économique » (p.53).

7. « Créer une revue pluraliste ouverte au débat »

Pour l’auteur la création d’une revue pluraliste, i.e. qui ne serait pas représentative d’une seule école d’histoire économique constitue une « condition indispensable à la redynamisation de l’histoire économique parce qu’elle favoriserait tout à la fois le rassemblement de la communauté et l’émergence de thématiques et de forces nouvelles » (p. 54).

8. Publier en anglais : une nécessité à l’heure de la globalisation

La faiblesse de la réception des travaux français sur la scène historiographique internationale conduit l’auteur à considérer que malgré la bonne représentation des historiens français dans les colloques internationaux, il est nécessaire d’aller plus loin en créant, notamment, les conditions d’un meilleur apprentissage de la langue anglaise par les apprentis historiens et historiennes en favorisant, par exemple, « les séjours à l’étranger des doctorants et post-doctorants » (p. 57).

9. Sortir du ghetto académique pour participer au débat public

Jean-Claude Daumas conclut ses recommandations (et l’introduction de l’ouvrage) par un appel à une plus grande inscription des spécialistes d’histoire économique dans le débat public. Non pour en faire des « bateleurs d’estrade » mais pour qu’ils articulent mieux « recherche scientifique et présence dans la cité ». Selon le directeur de l’ouvrage, les historiens économistes ne se sont pas assez investis dans une prise « à bras-le-corps [des] questions d’aujourd’hui », contrairement à certains spécialistes étrangers.

Et le numérique dans tout ça ?

J’achèverai ici ce signalement en notant que la question de la formation des apprentis historiens et historiennes (économiques ou non) à une culture numérique commune est totalement absente de ce tableau. On peut le regretter dans une contribution dont l’objectif est en partie (celle résumée ici) de listes les défis que l’histoire économique devra relever à l’avenir. En effet, comme j’ai pu le souligner ailleurs8  la prise de conscience de l’importance de la formation aux outils informatiques et aux ressources numériques tarde parfois… Pourtant, tout en les dépassant, cette question rejoint parfaitement au moins deux propositions. La 4 d’abord, car le développement des méthodes quantitatives ne saurait se passer d’une prise en considération de celui des outils qui permettent aujourd’hui d’aller beaucoup plus loin qu’auparavant ; la 5 ensuite, car la création d’une revue en ces temps de crise de l’édition en sciences humaines et sociales ne saurait faire l’économie de la question du numérique et du libre accès9.

Gageons que la table ronde organisée par Frédéric Clavert et Claire Lemercier10  à l’occasion de la prochaine AG de l’association française d’histoire économique – dont je vous invite vigoureusement à visiter le carnet sur Hypothèses – permettra de contribuer à cette prise de consciences parmi les spécialistes d’histoire économique.

*

Vous avez lu l’ouvrage et souhaiteriez en faire un compte rendu critique, n’hésitez pas à vous proposer dans les commentaires !

  1. Bernard Lepetit, « L’histoire quantitative, deux ou trois choses que je sais d’elle« , Histoire & Mesure, n°3-4, 1989, pp. 191-199. []
  2. Jean-Claude Daumas, L’histoire économique en mouvement, entre héritages et renouvellements, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012, 405 p. 30€ []
  3. Outre des comptes rendus des ouvrages, ici, et le collectif Aggiornamento a proposé un dossier de 7 billets d’analyse des dossiers du Figaro Magazine et du Figaro Histoire qui ont, entre autre, fait une large publicité à ces opuscules []
  4. Entre temps, le département est devenu « Institut des sciences humaines et sociales » InSHS []
  5. Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 437 p., 20 €. Pour plus d’informations, voir les entretiens mis en ligne par Gallimard et le compte rendu par Philippe Minard sur La vie des idées []
  6. Sont pris en compte les divers « institutionnalismes » (en économie, en science politique – les trois « i » – et en sociologie économique), l’économie néo-institutionnelle, l’économie des conventions et de la régulation, la sociologie du droit – par opposition à l’histoire du droit []
  7. Sont ainsi évoquées les questions posées par les échelles – temporelles et spatiales – et par l’analyse critique des sources. []
  8. Je me permets de renvoyer à « Vers un socle commun de formation aux outils numériques ? » et « Les historiens seront-ils finalement programmeurs ? » deux billets publiés sur La boîte à outils des historiens, ainsi qu’à l’article que j’ai co-écrit avec Franziska Heimburger : « Faire de l’histoire à l’ère numérique : retours d’expériences« , dans Nicolas Delalande, Julien Vincent (dir.), « Le métier d’historien à l’ère numérique : nouveaux outils, nouvelle épistémologie ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°58-4 bis, supplément 2011, pp. 70-89 – Dont vous pourrez trouver en ligne une version mise à jour en anglais : « Has the Historian’s craft gone digital? Some observations from France », dans Elisa Grandi, Deborah Paci et Émilien Ruiz (éd.), « Digital History. La storia nell’era dell’accesso », Diacronie. Studi di storia contemporanea, n°10, juin 2012 []
  9. Sur ces questions, voir le carnet du Cléo ainsi que le repères de Marin Dacos et Pierre Mounier, L’édition électronique, Paris, La Découverte, 2010. []
  10. Tous deux en pointe sur ces questions : voir, notamment, leurs sites respectifs : Quanti-IHMC et Clavert.net []

Pourquoi s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne?

« Et comment ne pourrait-on pas, ces temps-ci… ? », serait-on tenté de répondre, facilement, à notre propre question. En effet, l’importance du projet européen nous est démontrée quotidiennement – certes par force – par cette crise des dettes publiques qui est sans doute l’une des plus grandes que l’Europe unie ait connue depuis ses débuts, après la Seconde Guerre mondiale. La crise européenne domine notre agenda médiatique et nombreux sont donc les débats et prises de positions qui se mettent à chercher une solution pour sortir l’Europe de ce désordre. D’un côté, il s’agit pour le moment d’analyser précisément les processus qui ont causé la déstabilisation de la zone monétaire et de mettre sur pied des mécanismes financiers efficaces. Mais de l’autre, on s’interroge déjà sur la question de savoir quelle forme l’Europe pourrait prendre après la crise actuelle. Ce deuxième point concerne également le problème de trouver un modèle de gouvernance adéquat à une Union européenne constituée de 27 nations souveraines  – problème qui se pose déjà depuis quelques années.

Si l’actualité nous incite alors à réfléchir à l’avenir du projet européen, elle est aussi l’occasion de nous intéresser à son histoire. De la même façon que des sociétés qui se trouvent dans des moments de désenchantement profond ont souvent tendance à ne pas seulement considérer plus intensément leur futur, mais de se tourner avant tout vers leur passé. Il paraît alors évident que l’historien n’échappe pas à ce discours public qui est en train de se manifester dans nos média. Mais quelle est la tâche principale à laquelle l’historien devrait s’atteler dans ce contexte ? Comment pourrait-il contribuer à ces débats ?

Déconstruire les mythes fondateurs

Titien (1490–1576) - L'Enlèvement d'Europe

Titien, "L'Enlèvement d'Europe"

Il nous semble que le processus de l’intégration européenne, tel qu’il se développe dans les décennies d’après guerre, offre un vaste champ de recherche où le travail de l’historien peut encore porter ses fruits. Pour cela, une analyse historique critique devrait surtout déconstruire les « mythes » qui entourent le projet européen dès son début, plutôt qu’à renforcer les divers masters narratives déjà existants.[1] Certes, l’historien de l’Europe unie n’est pas le seul à tenter d’éviter, voire à réfuter, les interprétations cherchant à donner du « sens » à l’histoire. Il s’agit même de l’une des caractéristiques les plus marquantes de notre discipline en général, lorsqu’elle entreprend de séparer les processus historiques de ses manipulations et récupérations idéologiques créées ex-post.[2] Or, il nous semble que, dans le domaine de l’intégration européenne, ce problème se manifeste d’une manière particulière. Très souvent, la notion  d’ « intégration européenne » comporte elle-même déjà un jugement normatif envers l’objet qu’elle désigne. Son utilisation a tendance à entraîner, de façon explicite ou implicite, une adhésion au projet européen.

Par une analyse précise des concepts, l’historien peut donc, non seulement contribuer à la clarification du débat actuel, mais de surcroît, il peut démontrer la manière dont certaines conceptions de l’ « Europe » se sont imposées au cours de l’unification européenne. Pour donner un exemple : dans l’effervescence de l’actualité, de nombreux commentateurs renoncent à bien distinguer l’Europe, l’Union Européenne (UE) et la zone monétaire européenne. Il est pourtant clair que l’UE ne comprend pas l’ensemble des pays européens – on pense à la Suisse – et qu’elle  ne correspond pas, non plus, à l’union monétaire. Cependant, la chancelière Merkel, vis-à-vis de ses électeurs allemands, ne cesse pas de défendre les mesures prises afin de stabiliser l’union monétaire européenne en répétant avec insistance la phrase suivante : « Si l’euro échoue, c’est l’Europe qui échoue ».[3] L’historien qui connaît l’histoire de l’intégration monétaire de l’Europe doit, en revanche, se rappeler inévitablement ces fameux mots de Jacques Rueff qui, dès 1950, proclama que « l’Europe se fera par la monnaie ou ne se fera pas ».[4] Nous voilà confronté à la naissance d’un discours qui entremêle le souci d’une union monétaire et l’idée de la construction européenne d’après-guerre. Or, ce petit exemple représente un des récits qui accompagnent le processus de l’intégration européenne depuis ses origines, volontairement renforcé par des générations d’hommes politiques alternantes. Il reste alors à l’historien de retracer comment peu à peu l’idée d’une monnaie commune s’est imposée comme un des piliers indispensables du projet européen. C’est dans la déconstruction de tels « mythes » que l’historien peut donc accomplir sa tâche.

Une histoire en réorientation

En même temps, nous parlons d’un champ de recherche que notre discipline a longtemps négligé. L’étude de l’unification européenne était souvent cédée aux politistes et sociologues, mais avant tout aux économistes et juristes ; et ceux qui s’intéressaient à l’histoire de l’Europe unie se limitaient très souvent à une histoire diplomatique classique. Les premières études furent menées dans les années 1980 lorsque fut créé « le groupe de liaison des professeurs de l’Europe contemporaine auprès de la Commission des Communautés européennes ».[5] Ses auteurs se concentraient surtout sur les événements marquants de la période de fondation des Communautés d’après-guerre ainsi que sur les personnalités les plus importantes, avant tout sur les fameux « pères fondateurs ».[6] Cette orientation vers l’histoire diplomatique caractérisait l’historiographie de l’intégration jusqu’à la fin des années 1990. Et c’est aussi la raison pour laquelle on a encore récemment constaté un défaut de l’historiographie de l’intégration européenne.

Depuis quelques années, pourtant, un nouvel intérêt se manifeste pour l’histoire de l’Europe après 1945 ; celui-ci est fortement lié à la découverte de nouvelles pistes de recherches – outre l’histoire politique traditionnelle – ainsi qu’à un renouvellement des approches méthodologiques.[7] En premier lieu, l’historiographie de l’intégration européenne a commencé à s’ouvrir vers d’autres sous-disciplines de la recherche historique, notamment vers l’histoire sociale et culturelle, l’étude des relations internationales ainsi que l’histoire du temps présent. On peut ainsi constater l’émergence de premières tentatives d’une écriture de l’histoire de la « société européenne », en retraçant les développements du niveau de vie, des inégalités sociales, des relations familiales, de la migration, des média, de l’éducation, des valeurs, etc. Dans la même veine, on se met à examiner les multiples idées de l’Europe telles qu’elles sont portées par différents milieux socioculturels.[8] Dans un tel cadre, la considération de l’intégration européenne comme un projet d’élites, unies autour d’une identité européenne commune, est constamment remise en cause.

De plus, le processus de l’unification européenne est maintenant placé dans un contexte historique plus global en tenant compte des résultats de l’histoire des relations internationales. De cette façon, par exemple, les histoires de l’Europe unie et de la guerre froide, longtemps présentées comme des enjeux complètement séparés, commencent à se rapprocher.[9] Plus généralement encore, l’historiographie de l’intégration européenne s’inspire de plus en plus des problématiques et questions de l’histoire du temps présent. L’intérêt actuels des chercheurs pour les années 1970 et 1980 n’est donc pas sans conséquences sur l’interprétation de l’unification européenne. Se pose donc la question de savoir si les changements des structures économiques, politiques, sociales et culturelles que connaissent les sociétés nationales pendant cette période eurent aussi de l’impact sur le projet européen. Si l’historiographie traditionnelle fit avant tout des années 1970 une phase de « crise » qui aurait freiné l’avancement de l’unification, de nouvelles études les interprètent désormais plutôt comme une importante phase de transition.[10]

En second lieu, on s’éloigne d’une focalisation sur le rôle qu’ont joué les gouvernements nationaux dans le processus de la construction européenne. Celle-ci résultait d’abord du fait que les premières études s’appuyèrent presque uniquement sur l’analyse des archives nationales. Par conséquent, ces premiers travaux présentèrent l’histoire de l’intégration européenne comme une série des décisions et traités intergouvernementaux. Mais cette focalisation sur les actions des États membres résultait aussi du travail marquant de l’historien Alan Milward. Celui-ci conçut le projet européen comme un moyen que les États européens utilisent pour faire prévaloir leurs intérêts économiques nationaux sur le plan supranational de la Communauté. Le projet européen ne constituerait donc pas la fin de l’État national, mais, au contraire, son « sauvetage ».[11] Aujourd’hui, pourtant, ce sont les milieux socioculturels, les experts, les organisations non gouvernementales et les réseaux transnationaux en général qui se trouvent au centre de la recherche. Dans ce contexte, de nouvelles études prennent également en considération les institutions supranationales des Communautés européennes comme objets autonomes de recherche.[12]

Reijn Dirksen (Marshall Plan posters, 1950)

Reijn Dirksen (Marshall Plan posters, 1950)

Cette réorientation thématique est concomitante de l’élaboration de nouveaux concepts méthodologiques. Désormais, les historiens de l’intégration européenne utilisent plus volontiers des instruments offerts par d’autres sciences sociales pour les appliquer à leurs nouveaux objets de recherche. En analysant des « communautés épistémiques », par exemple, la science politique offre un concept qui peut illustrer l’influence qu’ont pu exercer des groupes d’experts sur le processus de l’unification européenne.[13] Similairement, un groupe de sociologues proposaient récemment une nouvelle démarche afin d’analyser la construction des « savoirs européens ». Ils plaident pour relier l’évolution des sciences européennes au processus d’intégration européenne, dévoilant ainsi la manière dont la construction de certains savoirs académiques et le projet politique d’une Union européenne se sont influencés mutuellement.[14] Mais, en même temps, les historiens ont contribué eux-mêmes à développer de nouvelles méthodes, comme le montre le concept d’ « européanisation » qui vise à dépasser une concentration sur le côté institutionnel de la construction de l’ « Europe » pour mettre les multiples formes d’intégration – incluant celles qui ne sont pas institutionnalisées – en relations avec d’autres processus contemporains comme ceux de l’ « américanisation » ou de la « mondialisation ».[15] Dans l’ensemble, il s’agit aujourd’hui de dépasser une juxtaposition de différentes histoires nationales de l’intégration européenne et de décrire le processus de l’unification dans toute sa dimension supranationale.[16]

La fin de la téléologie ?

Le changement le plus important relève probablement du renoncement à toute interprétation téléologique. Pendant longtemps, le processus de l’unification européenne d’après-guerre était présenté comme une success story : pour préserver durablement la paix en Europe après la catastrophe de la Seconde Guerre mondiale, des hommes d’État prévoyants auraient déclenché un développement, au cours duquel de plus en plus de pouvoirs furent transférés des gouvernements nationaux vers les institutions européennes pour aboutir finalement à la création de l’Union Européenne, voire, à la fondation des « États-Unis de l’Europe » un jour lointain. Cette interprétation – présentée ici de manière outrancière – est aujourd’hui rejetée de façon presque unanime. De plus, on peut même s’attendre à ce que, face à la crise actuelle, de telles tentatives d’attribuer une perspective téléologique à l’unification européenne perdront encore de leur portée.[17] Cela témoigne aussi d’une réflexion plus intensifiée que pratique la discipline de l’histoire européenne sur ses propres enjeux depuis quelques années.

*

Aujourd’hui l’historiographie de la construction européenne constitue un domaine de recherche qui est en train de connaître une double relance. D’un côté, les événements actuels incitent à étudier de plus près l’histoire récente de l’Europe unie. Mais de l’autre, de nouveaux questionnements scientifiques invitent à repenser les présentations traditionnelles du processus de l’intégration. Qui plus est, ce champ de recherche étant encore jeune, il reste de nombreuses pistes à explorer. Bref : de bonnes raisons pour s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne !


[1] Pour une première impression de la problématique des « narratives européens » voir la collection d’articles sur la plateforme Eurozine : « European histories : Concord and conflict », disponible sur : http://www.eurozine.com/comp/focalpoints/eurohistories2.html.

[2] Voir Reinhart Koselleck : « Vom Sinn und Unsinn der Geschichte », dans Vom Sinn und Unsinn der Geschichte. Aufsätze und Vorträge aus vier Jahrzehnten. Herausgegeben und mit einem Nachwort von Carsten Dutt, Berlin : Suhrkamp, 2010, pp. 9-31.

[3] Se référer à la déclaration gouvernementale « L’Europe doit devenir une union de la stabilité », 26 octobre 2011, disponible sur : http://www.bundesregierung.de/nn_5822/Content/FR/Artikel/__2011/10/2011-10-26-merkel-regierungserklaerung-er-euro__fr.html.

[4] Cité après Dimitri Grygowski, Les États-Unis et l’unification monétaire de l’Europe, Bruxelles : Peter Lang, 2009, p. 48.

[5] Pour plus d’informations voir la page d’accueil du groupe : http://www.eu-historians.eu/. Voir également  Morgane Le  Boulay, « Investir l’arène européenne de la recherche. Le « Groupe de Liaison » des historiens auprès de la Commission européenne », Politix. Revue des sciences sociales du politique, n° 89, « L’Académie européenne », 2010, pp. 103-124.

[6] Voir la première publication du groupe de liaison : Raymond Poidevin (dir.), Histoire des débuts de la construction européenne, mars 1948 – mai 1950. Origins of the European Integration, March 1948 – May 1950, Bruxelles et al.: Bruylant et al., 1986 ainsi que Walter Lipgens, A History of the European Integration 1945-47, Oxford : Clarendon Press, 1982. Lipgens, un des fondateurs de l’histoire de l’intégration européenne, entreprendra surtout l’édition des plusieurs recueils des sources importantes : Walter Lipgens (dir.), Documents on the History of European Integration, 4 vol., Berlin : de Gruyter, 1985-1991.

[7] Une vue d’ensemble donnent Antonio Varsori, « Historiographie », dans Yves Bertoncini et al. (dir.), Dictionnaire critique de l’Union européenne, Paris : Armand Colin, 2008, pp. 218-223, Wolfram Kaiser & Antonio Varsori (dir.), European Union History. Themes and Debates, Basingstoke : Palgrave, 2010 et Kiran Klaus Patel, « Europäische Integrationsgeschichte auf dem Weg zur doppelten Neuausrichtung. Ein Forschungsbericht », Archiv für Sozialgeschichte 50, 2010, pp. 595-642. Ce renouvellement de la discipline est également porté par une nouvelle génération des jeunes chercheurs qui se groupe autour des deux réseaux transnationaux HEIRS et RICHIE : http://www.eu-historians.eu/Young_Researchers.

[8] Voir par exemple : Hartmut Kaelble, Sozialgeschichte Europas. 1945 bis zur Gegenwart, Bonn : bpb, 2007 et Robert Frank (dir.), Les identités européennes au XXe siècle : diversités, convergences et solidarités, Paris : Publications de la Sorbonne, 2004.

[9] Se référer à : Angela Romano, From Détente in Europe to European Détente. How the West Shaped the Helsinki CSCE, Bruxelles : Peter Lang, 2009 et N. Piers Ludlow (dir.), European Integration and the Cold War. Ostpolitik – Westpolitik. 1965-1973, London : Routledge, 2007.

[10] Voir Franz Knipping & Matthias Schönwald (dir.), Aufbruch zum Europa der zweiten Generation. Die europäische Einigung 1969-1984 (Europäische und Internationale Studien, vol. 3), Trier : Wissenschaftlicher Verlag Trier, 2004 ainsi que Matthias Waechter (dir.), « Eurosclérose ou européanisation? L’intégration européenne dans les années 1970. Eurosclerosis or Europeanisation? European Integration in the 1970s », L’Europe en formation, n° 353/354, 2009.

[11] Voir son ouvrage le plus important : Alan S. Milward, The European Rescue of the Nation-State, London : Routledge, 1992. Pour l’influence de Milward voir : Morten Rasmussen, « European Rescue of the Nation-State? Tracing the Role of Economics and Business », dans W. Kaiser & A. Varsori (dir.), European Union History, op. cit. , pp. 128-149.

[12] Voir par exemple : Michel Dumoulin (dir.), Réseaux économiques et construction européenne. Economic Networks and European Integration (Euroclio, vol. 29), Bruxelles et al.: Peter Lang, 2004 et Gérard Bossuat (dir.), Inventer l’Europe. Histoire nouvelle des groupes d’influence et des acteurs de l’unité européenne (Euroclio, vol. 27), Bruxelles et al.: Peter Lang, 2003.

[13] Voir Amy Verdun, « The role of the Delors Committee in the creation of EMU: an epistemic community? », Journal of European Public Policy, vol. 6, n° 2, 1999, pp. 308-328. [voir aussi ici]

[14] Voir Cécile Robert & Antoine Vauchez (dir.), « L’Académie européenne », Politix. Revue des sciences sociales du politique, n° 89, 2010.

[15] Voir Martin Conway & Kiran Klaus Patel (dir.), Europeanization in the Twentieth Century. Historical Approaches, Basingstoke : Palgrave Macmillan 2010. Sur l’exemple de l’« européanisation » de la politique agricole voir : Kiran Klaus Patel, Europäisierung wider Willen. Die Bundesrepublik Deutschland in der Agrarintegration der EWG 1955-1973, München : Oldenbourg 2009.

[16] C’est surtout l’intention de Nicholas Piers Ludlow, The European Community and the Crises of the 1960s. Negotiating the Gaullist Challenge, London : Routledge 2006. Voir aussi : Wolfram Kaiser, Brigitte Leucht & Morten Rasmussen (dir.), The History of the European Union. Origins of a Trans- and Supranational Politiy 1959-72, New York : Routledge, 2009.

[17] Sur le problème de la téléologie voir : Mark Gilbert, « Narrating the Process : Questioning the Progressive Story of European Integration », Journal of Common Market Studies 46, 2008, pp. 641-662.

Des usages historiens de la littérature

L'Art et la Littérature par William-Adolphe Bouguereau[Ce billet est co-écrit par Émilie Gimenez et Maxime Martignon]

L’objet de ce billet sur les rapports entre littérature et histoire, écrit par deux étudiants qui s’y confrontent régulièrement, est encore le terrain d’un débat intellectuel particulièrement vif. Pour certains1 le texte littéraire est porteur de connaissances dont la découverte est rendue possible par une herméneutique intra-diégétique, c’est-à-dire que le travail de l’historien consiste essentiellement dans une critique interne et l’analyse de discours de la source littéraire. Pour d’autres2, des opérations de contextualisation spécifiques à la littérature (en tant que phénomène) permettent d’éclairer les textes et de les constituer en objets spécifiquement historiques.

La littérature ne peut se réduire à son étymologie, litterae, litteratura, qui renvoie à « la chose écrite ». La postérité d’une œuvre est construite par sa nécessaire lecture ; un texte littéraire est celui qui est jugé comme méritant d’être lu et relu. Georges Ohnet, mélodramaturge de la IIIe République, était plus vendu que Zola à la fin du XIXe siècle. Or, certains romans des Rougon-Macquart sont étudiés dans de nombreuses classes de l’enseignement secondaire. Comme le souligne Florence Dupont, « L’existence de la littérature suppose une séquence ouverte par une écriture spécifique, et close par une lecture non moins spécifique. Autrement dit, il n’y a de littérature que là où existe, en horizon d’attente, une institution littéraire »3. L’emploi du mot « littérature » semble désigner également les ouvrages qui témoignent de préoccupations esthétiques. Ici, il n’est question que de donner des conseils méthodologiques utiles pour des jeunes historiens qui souhaitent utiliser des textes a priori littéraires. Pour ce qui concerne ces débats, nous ne pouvons que renvoyer à l’ouvrage de Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard l’historien et la littérature4.

Aujourd’hui encore, il arrive d’entendre qu’il n’est pas possible d’utiliser la littérature comme source historique principale. Tout au plus, celle-ci peut être utile pour « l’ouverture » d’un mémoire. Elle apparaît alors comme un ornement esthétique au travail de l’historien et comme le moment du loisir dans l’argumentation.

Notre propos ici est de voir comment on peut prendre au sérieux cet ornement qu’est l’ouverture par la littérature à partir d’un cas concret de mémoire soutenu en 2011, et d’autre part d’apporter les éléments théoriques qui permettent de faire de l’histoire avec de la littérature.

Pratiques de l’ouverture littéraire

Le mieux pour raisonner sur la pratique de l’ouverture littéraire est de partir d’un cas concret. Nous citons le cas de Mélissa Bernier, étudiante à l’université de Besançon qui a soutenu un mémoire de M1 sur la caisse de secours de la mine de la Machine dans la Nièvre5. Son introduction était une réflexion générale sur la portée historiographique d’un texte incontournable pour qui travaille sur les mines, celui de Zola. Avec l’autorisation de son auteure, nous reproduisons ici cette « ouverture » pour pouvoir l’analyser.

Parler de la mine et des mineurs au XIXe siècle conduit nécessairement à penser à Zola et Germinal. Dans ce roman, publié en feuilleton dans Gil Blas à partir du 26 novembre 1884, Émile Zola (1840-1902) dresse le portrait d’un pays minier, certes fictif, mais en abordant tous les thèmes liés à l’état de mineur au XIXe siècle. Tous les points-clés sont traités comme les conditions de travail et de vie des ouvriers, leurs rapports avec la compagnie, leurs loisirs et leurs opinions politiques. Ces éléments forment le premier roman sur le peuple. Cette œuvre romanesque marque la culture des historiens6 car elle est fondée sur une enquête de terrain réalisée par l’auteur dans les mines d’Anzin du 23 février au 4 mars 18847. L’immersion étant pour lui la meilleure méthode d’investigation, Émile Zola est descendu dans un puits de mine et a visité un coron. Cependant, il s’agit d’un roman, il livre donc au lecteur sa représentation de la réalité et certains éléments sont fantasmés ou exagérés. Les éléments qu’il fournit ne peuvent pas être appliqués à la lecture de documents historiques dans le cadre d’une monographie.

Ce roman constitue une introduction aux rapports de force ou de soumission existants dans les entreprises industrielles au XIXe siècle. Les problèmes et enjeux liés aux caisses de secours sont résumés par les paroles de M. Hennebeau, directeur des mines de Montsou à une délégation d’ouvriers en grève :

« […] cette caisse de prévoyance que nous tolérerions bien volontiers si elle était seulement une épargne, mais où nous sentons une arme contre nous, un fonds de réserve pour payer les frais de la guerre. Et à ce propos, je dois ajouter que la Compagnie entend avoir un contrôle sur cette caisse »8.

L’emploi du conditionnel introduit les conditions posées par la direction quant à l’existence d’une caisse de secours ou de prévoyance. Cette forme verbale renvoie l’institution dans un lointain inacceptable qui fait antiphrase avec le mot « tolérer ». Il y a parallèlement une subversion du vocabulaire paternaliste en utilisant le champ lexical de l’armée. En effet, l’entreprise doit constituer une unité plus que l’affrontement entre deux armées. Si Zola répercute l’image négative des caisses de secours correspondant à l’imaginaire patronal, son écriture laisse à penser qu’il est du côté des ouvriers.

Dans le cas de la houillère de La Machine, la caisse de secours n’est pas devenue un objet de lutte entre les deux parties au XIXe siècle. Cette institution d’assistance a connu plusieurs changements dans sa gestion, toujours justifiés par l’intérêt commun. De plus, les caisses de secours ont trop souvent une image liée à la confrontation et à la grève, notamment par le biais du discours patronal qu’il s’agit ici d’analyser en étudiant celle de La Machine.

Zola par ManetIci, plusieurs éléments permettent de prendre au sérieux cette amorce. Il ne s’agit pas d’une citation jetée comme une évidence selon l’équation Mine = Germinal = réalité ou fiction. D’abord, M.Bernier s’attache à préciser la démarche d’auteur propre à Zola, en faisant implicitement référence aux travaux sur l’apparente scientificité des écrits naturalistes. Puis, la citation est située dans une interprétation historiographique (« les rapports de force ou de soumission ») qui désamorce toute volonté de faire de la citation soit un témoignage transparent, soit le fantasme ou la stratégie d’écriture d’un écrivain . Une analyse de discours permet ensuite de montrer les moyens par lesquels le texte de Zola produit un effet de réalité (« le vocabulaire paternaliste ») qui en fait une source séduisante pour l’historien trop peu averti, alors même que cet effet localise l’écrit plutôt « du côté des ouvriers ». Enfin, le retour au sujet spécifique permet de montrer la dimension historiographisante du texte de Zola sur la question des usages de la caisse de secours au XIXe siècle. Bien loin d’éclairer le sujet, le texte de Zola produit un effet de généralisation dont l’analyse contextuelle et herméneutique permet de comprendre qu’il est un préjugé historiographique.

On le voit plusieurs étapes sont nécessaires pour faire une citation littéraire sérieuse : la contextualiser ne signifie pas juste assembler des éléments d’érudition autour du texte. Il s’agit par là d’autoriser une lecture interprétative de l’extrait proposé. La seconde étape se trouve dans l’analyse précise du discours tenu par le texte qui permet d’étayer la vision qu’il donne. Par cette pratique on abandonne le temps d’une citation son sujet, on ouvre un autre objet réputé littéraire que l’on étudie. Il est censé provoquer une ouverture qui n’est pas prétexte mais qui permet d’élargir les enjeux du sujet général – quitte à ce qu’on ait besoin de mobiliser la littérature comme phénomène historique pour l’expliquer alors que le problème semble n’avoir rien à voir avec le sujet de départ.

Conseils théoriques et méthodologiques

Dans toute démarche engageant des sources « littéraires », il nous paraît important de ne pas réduire un texte littéraire à un énoncé fixe, unique et définitif et de se demander quelles sont les pratiques induites par la transmission de ce texte. L’objet doit donc être défini selon sa production et sa réception, en prenant en compte les voies qui mènent de l’un à l’autre, à savoir l’histoire de la transmission. Prenons l’exemple de la tragédie grecque. Si elle est ramenée à son contexte d’énonciation initiale, la représentation tragique s’insère à Athènes dans la fête rituelle des Grandes Dionysies ; elle ne correspond plus à ce que nous admettons comme littérature dans la mesure où le texte n’est pas autonome et n’existe que dans sa dimension performative dans le théâtre de Dionysos9. Ramener l’objet à son historicité peut entraîner la négation de son statut littéraire.

Cette opération de contextualisation permet à l’historien de comprendre son objet et de ne pas lui faire dire ce qu’il ne dit pas. Chaque objet a sa propre originalité et fonction inscrites dans le lieu et le temps qui l’ont produit. Pour tout étudiant qui souhaite utiliser de la littérature, il est nécessaire de l’historiciser car cela nous permet de l’objectiviser et de la détacher de certains a priori hérités notamment de notre rapport à la lecture et de son enseignement. La classification en genres et sous-genres littéraires (théâtre, poésie, roman, autobiographie, …) et en registres (tragique, comique, épique, …) permet de penser la littérature. Ce sont des opérations de production de savoirs qui ne sont pas toujours contemporaines de l’œuvre et qui peuvent se trouver anachroniques. Tant qu’il est conscient, l’anachronisme s’avère utile10 ; il faut simplement savoir faire la différence entre les concepts étiques que nous élaborons et les catégories indigènes des personnes, auteur ou destinataire de la littérature. Ainsi, la notion de « tragique » comme registre n’est construite qu’au XIXe siècle par la philosophie idéaliste allemande et est difficilement applicable pour la tragédie antique11.

Les questions que l’on pose à l’objet littéraire et le statut qu’on lui donne engagent le choix de démarches épistémologiques. Dans son travail de recherche, Emilie Gimenez, articulant l’anthropologie historique et les gender studies12, prend le parti que la tragédie grecque permet de comprendre la réalité historique de la cité athénienne du Ve siècle, non directement mais par un jeu de miroir brisé13. Dans une toute autre démarche, Maxime Martignon14 cherche à rendre compte des usages sociaux de la correspondance de Cabart de Villermont(1623-1707) ce qui nécessite d’investir ces textes mis en circulation d’une dimension esthétique  propre à avoir des effets de lecture alors même qu’ils n’appartiennent pas au « canon littéraire ».  Ainsi, tout usage historien de la littérature doit conduire à mener une réflexion qui n’est pas seulement une critique de source mais aussi une critique épistémologique de son propre travail pour échapper à la tentation de faire de la littérature un simple document sur son objet.

 

_____________

1   Une illustration récente parmi d’autres : « Savoirs de la littérature » Annales. Histoire, Sciences Sociales, Paris, éditions de l’EHESS, 2010/2.

2   Jean-Pierre VERNANT, « Le moment historique de la tragédie en Grèce : quelques conditions sociales et psychologiques », dans, Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet, Mythe et tragédie en Grèce  ancienne I, Paris, Maspero, 1973, p. 11-17.

3   Florence DUPONT, L’invention de la littérature, Paris, La Découverte, 1998, p. 14.

4   Judith LYON-CAEN et Dinah RIBARD, L’historien et la littérature, Paris, La découverte, 2010.

5   Mélissa BERNIER, La caisse de secours de la mine de la machine au XIXe siècle, Mémoire de M1 soutenu à l’université de Franche-Comté sous la direction de Jean-Claude DAUMAS, 2011.

6   Par exemple, Georges PRADALIE, Balzac historien, Paris, PUF, 1955. Ou Marie-Françoise GRIBET, « Horace Busquet, Directeur des mines de La Machine à l’époque de Germinal », Le marteau pilon, Guérigny, n°18, 2006, p. 113-120.

7   Émile ZOLA, Carnets d’enquête : une ethnographie inédite de la France, Paris, Plon, 1987.

8   Émile ZOLA, Germinal, Paris, Hachette, 1993, p. 259.

9   Florence DUPONT, L’insignifiance tragique, Paris, Gallimard, 2001 : L’auteure élabore la notion d’ « insignifiance tragique » qui sous-tend que la tragédie grecque ne peut être comprise et étudiée que si elle est ramenée à son historicité et à sa situation d’énonciation initiale, la performance ; chap. 1, « En finir avec la tragédie grecque? », p. 11-29.

10  Nicole LORAUX, « Éloge de l’anachronisme ». Le genre humain, 1993, p. 23-29, repris dans Les Voies traversières de Nicole Loraux : une helléniste à la croisée des sciences sociales, Espaces Temps/Les Cahiers Clio, 87-88, Paris, p. 127-139.

11  Pierre JUDET DE LA COMBE, Les tragédies grecques sont-elles tragiques ?, Paris, Bayard, 2010.

12  Émilie GIMENEZ, Electre est-elle une héroïne? Approche des genres dans les Choéphores d’Eschyle et l’Electre d’Euripide et de Sophocle. Mémoire de M1 soutenu à l’EHESS sous la direction de Claude Calame, 2011.

13  Pierre VIDAL-NAQUET, Le miroir brisé, Paris, Belles-Lettres, 2002.

14  Maxime MARTIGNON, Les pratiques épistolaires d’un intermédiaire à la fin du règne de Louis XIV : Cabart de Villermont (1623-1707). Mémoire de M1 soutenu à l’EHESS sous la direction de Christian Jouhaud, 2011.

Histoire, anthropologie et ethnohistoire

À propos de Nathan Wachtel, La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole, 1530-1570, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 1992 (1e éd. coll. « Bibliothèque des Histoires », 1971), 395 p.

[La version initiale de ce compte-rendu a été rédigée en décembre 2008, dans le cadre du séminaire de Master I « Méthodologie de la recherche en histoire » (EHESS).]

Couverture de l'édition de 1992

Cet ouvrage se propose d’envisager la conquête espagnole de l’Amérique du Sud, au XVIsiècle, du point de vue des « vaincus », c’est-à-dire des Indiens. Il a été réédité en mars 1992 dans la collection « Folio Histoire ». Il est paru pour la première fois en 1971 ; Nathan Wachtel menait alors ses recherches dans le cadre de la VIe section de l’École pratique des hautes études, avant de devenir directeur d’études à l’EHESS. Depuis 1992, il est titulaire de la chaire d’histoire et anthropologie des sociétés méso- et sud- américaines au Collège de France.

La réédition de 1992 a donné l’occasion à l’auteur de revenir sur ce travail, vingt ans après sa parution. Dans une courte préface, il dresse un bref bilan des recherches historiques menées depuis lors sur les sociétés préhispaniques d’Amérique du Sud, et réaffirme qu’il conçoit La vision des vaincus comme « l’étape initiale d’une recherche plus ample » (p. 3), qu’il a poursuivie avec Le retour des ancêtres. Les Indiens Urus de Bolivie, XXe-XVe siècle. Essai d’histoire régressive[1], également paru aux éditions Gallimard, en 1990.

N. Wachtel débute son ouvrage par un tableau de la conquête vue par les Aztèques, les Mayas et les Incas. C’est particulièrement l’étude des aspects religieux qui permet de définir les cadres mentaux qui expliquent les réactions des Indiens. La deuxième partie s’attache à pointer les conséquences de la conquête, sur les plans démographique, économique, social, religieux, et qui touchent également la culture matérielle. Au sujet de ce dernier point, les évolutions concernant la nourriture ou le vêtement, mais aussi la langue, sont étudiées du point de vue des processus d’acculturation. L’étude des multiples conséquences de la conquête est rendue possible par une explication préalable des cadres économiques, sociopolitiques et mentaux repérables dans l’Empire inca. Les différentes formes de révoltes contre la domination européenne sont étudiées en dernier lieu : révoltes à caractère politique et religieux dans l’ancien Empire inca, et révoltes aux frontières nord et sud de l’aire culturelle étudiée.

La production de cet ouvrage se situe dans un contexte qui a permis d’envisager l’idée d’un décentrage du point de vue occidental. La prise en compte de civilisations qui n’étaient jusque là pas étudiées pour elles-mêmes a pu s’effectuer à la suite des mouvements de décolonisation, qui ont remis en question l’hégémonie européenne. D’un point de vue épistémologique, La vision des vaincus voit le jour à un moment crucial du rapprochement entre histoire et anthropologie[2], une conséquence du vif débat initié par Lévi-Strauss dès la fin des années 1940[3]. Cet ouvrage a fait date en ceci que l’auteur a pris le parti de le définir, dès l’introduction, comme un « essai d’ethnohistoire » (p. 23). C’est donc qu’il considère que son objet requiert, pour être traité dans la perspective choisie, l’apport de l’histoire, mais aussi celui de l’ethnologie, et donc, dans ce contexte, du structuralisme.

Comment N. Wachtel a-t-il procédé pour réaliser, par cet essai, une rupture historiographique ? Nous étudierons la mise en œuvre de ses intentions d’un point de vue méthodologique en observant de quelles manières il a associé les méthodes de l’histoire et celles de l’ethnologie. On peut pour cela prendre d’abord en compte son utilisation des sources, puis mettre en lumière ce que son cadre global d’analyse doit à la fois à l’historiographie du début des années 1970 et au structuralisme.

Quelles sources pour l’« ethnohistoire » ?

L’examen des sources utilisées par N. Wachtel permet une première approche de sa démarche consistant à relier histoire et ethnologie. Il est particulièrement éclairant pour comprendre la pertinence de ce rapprochement dans ce cas précis.

Tout d’abord, N. Wachtel étudie des documents écrits, sources traditionnelles de la discipline historique. Pour parvenir à son objectif – rendre compte du traumatisme de la conquête espagnole du point de vue autochtone – on aurait pu s’attendre à ce qu’il fasse prioritairement appel à des sources « authentiquement indigènes » (p. 26). Notons qu’il s’appuie aussi très largement sur des sources produites par des chroniqueurs et par l’administration espagnole, en leur posant toutefois de nouvelles questions, essayant de percevoir à travers elles la voix des vaincus. Certains documents s’y prêtent particulièrement : à titre d’exemple, on peut citer les comptes-rendus des visitas à but fiscal, au cours desquelles des administrateurs coloniaux menaient de véritables enquêtes, interrogeant les Indiens à partir d’un questionnaire – ce qui permet un traitement statistique du corpus.

Les problèmes inhérents aux sources primaires qui se posent habituellement aux historien‑ne‑s sont également manifestes ici, notamment en ce qui concerne la datation et l’authentification de documents émanant de traditions orales indiennes remontant au XVIe siècle, rarement mises par écrit avant le XIXe siècle. Il faut également signaler une difficulté supplémentaire : si les écritures mayas et les aztèques sont aujourd’hui lisibles, les sources incas demeurent en revanche difficiles d’accès. Il a donc souvent fallu s’en remettre à la médiation espagnole, qui a sélectionné tout au long de la période coloniale les documents parvenus jusqu’à nous. Les conséquences de ce processus de contrôle des supports culturels d’un groupe dominé touchent à des problématiques soulevées notamment par les subaltern studies.

Mais l’auteur ne se limite pas à cette documentation lacunaire : il analyse également des sources indigènes habituellement propres à l’ethnologie. C’est ainsi qu’il met à contribution le folklore indigène actuel : certaines manifestations populaires, qui combinent théâtre et danse, rejouent en effet régulièrement le déroulement de la conquête espagnole. N. Wachtel procède à une étude comparative de différentes variantes de ce thème, des Andes au Mexique. L’essence même de ces sources[4] lui permet de remarquer que  le traumatisme de la conquête est un phénomène de longue durée – quatre siècles – inscrit dans la mémoire collective. D’autre part, la confrontation entre la réinterprétation de la conquête mise en scène lors de ces spectacles et les faits historiques permet de relever d’apparentes incohérences ou de surprenantes « réécritures » des événements. Pour expliquer la logique qui les sous-tend, l’auteur applique au folklore l’analyse structurale utilisée pour les mythes, dans le but de toucher au niveau inconscient de cette pratique sociale. La recréation du passé dans le cadre des fêtes populaires apparaît alors comme une tentative de restructuration en réponse au choc subi collectivement.

Le chapitre fondé sur une étude du folklore constitue donc un exemple extrêmement éclairant de la démarche de l’ethnohistoire et une démonstration de sa pertinence : N. Wachtel utilise des sources propres à l’ethnologie pour les expliquer grâce à des outils conceptuels développés par l’histoire et par l’anthropologie. Ce sont quelques-uns de ces croisements méthodologiques que nous voudrions étudier dans une seconde partie.

Les apports conceptuels de l’histoire et de l’ethnologie

En tant qu’historien héritant des évolutions historiographiques qui ont eu lieu depuis le début du XXe siècle, N. Wachtel met l’accent sur l’histoire sociale et économique[5], notamment lorsqu’il rend compte, dans la deuxième partie, de l’organisation de l’État inca avant la conquête, de manière à mettre en lumière les conséquences de celle-ci sur la vie des Indiens. Les outils proposés par la démographie historique lui permettent d’évaluer l’importance de la chute démographique qui a suivi l’arrivée des Espagnols. Les chiffres sur lesquels l’auteur se fonde sont peu fiables et varient énormément d’une région à l’autre, cependant des proportions peuvent être dégagées, et sont appuyées par les méthodes statistiques adoptées par les historien-ne-s. Les conclusions sont ainsi mises en forme dans la partie « annexes » à l’aide de graphiques – courbes démographiques et pyramides des âges.

L’auteur tient également compte des données géographiques. Les cadres spatiaux considérés varient tout au long de l’étude : alors que la première partie de l’ouvrage considère les réactions des Mayas, des Aztèques et des Incas, la troisième partie va chercher des exemples de révoltes au sein de l’Empire inca, mais aussi aux limites nord et sud de l’aire envisagée, où les résistances furent plus efficaces. En revanche, la deuxième partie prend surtout en compte la zone inca. Cette variété de cadres spatiaux rend nécessaire l’étude préalable des différents aspects géographiques, en tant qu’ils conditionnent les modes de vie locaux, mais aussi l’organisation de l’État inca, développée en second lieu. N. Wachtel revient à un propos économique en définissant le système de redistribution par l’État des différentes productions agricoles d’une zone à l’autre de l’Empire – les types de cultures variant selon l’altitude, une « économie verticale » permet d’échanger des ressources complémentaires. Ces cadres économiques sont simultanément soumis à une analyse structurale, en tant que révélateurs de cadres mentaux qui participent à la définition d’une vision du monde indienne, qui s’est confrontée à celle des Européens.

En définissant les relations entre l’Inca et ses sujets, via la médiation du curaca – chef local et relais de l’administration – comme fondées sur la réciprocité et la redistribution, N. Wachtel fait appel aux notions de don et de contre-don développées par l’anthropologie. Ce chapitre est d’ailleurs bien intitulé « Les structures de l’État inca »[6]. La production agricole au sein de chaque unité socio-politique, l’ayllu, fait l’objet d’un tribut, qui est redistribué par l’État. Le travail collectif et ritualisé des paysans sur les terres de l’Inca et du curaca n’est donc pas, dans ce cadre, appréhendé comme une corvée injuste, puisqu’il participe d’un système global. L’auteur avance en effet l’idée que « cette exploitation n'[a] pas été vécue comme telle par ceux qui la subissaient et qu’au contraire elle trouvait son sens dans une vision cohérente du monde » (p. 132). Ce sont les cadres mentaux qui régissent cette vision du monde que N. Wachtel, à l’aide des méthodes du structuralisme, entend isoler de façon à la confronter point par point au nouveau système espagnol[7]. À partir des décalages observés, il devient possible, selon l’auteur, de replacer les réactions indigènes dans leur contexte – social, politique, mental –, ce qui constitue un moyen de comprendre « la vision des vaincus » en se détachant d’un point de vue qui serait uniquement tributaire des cadres mentaux occidentaux. Si le système sociopolitique indien, vu de l’intérieur, perd son sens une fois transformé par les conquérants espagnols, en revanche le système colonial qu’ils ont érigé s’inscrit dans un autre ensemble, relié à la métropole, qui n’a plus de sens que pour les Européens.

*

Couverture de l'édition de 1971

Le projet de cet ouvrage, qui consiste à décentrer un point de vue, à changer de perspective, a fait date. Il s’adresse très manifestement à un lectorat occidental. Nul doute qu’un-e chercheur-e péruvien-ne, porteur-se d’un point de vue différent, aurait produit un tout autre travail. Il s’agit ici pour l’auteur de rendre intelligible la « vision des vaincus » aux Européens en l’expliquant à l’aide de concepts qui leur sont familiers. À la lecture, on ne peut s’empêcher d’établir des rapprochements avec l’histoire européenne : par exemple, le statut des yana fait penser à celui des serfs, et l’efficacité de la conquête espagnole semble reposer sur des causes similaires à celles qui expliquent le succès de César en Gaule. Les différents modes de possession foncière sont mis en relation par N. Wachtel avec ceux du système féodal. La question de la possibilité d’opérer un déplacement du point de vue demeure ouverte, et les réflexions qui découlent de la démarche proposée par cet ouvrage continuent d’alimenter les débats qui traversent les études postcoloniales. L’auteur est parvenu, en suivant un développement logique précis, problématisant les moindres aspects du sujet, à appliquer les démarches historique et anthropologique à ce cas précis. En cela, « [Il] nous offre (…) un excellent instrument de travail »[8].


[1]   On peut noter que le titre même affiche ici encore un parti pris méthodologique. En outre, l’auteur se fonde   de nouveau sur un exemple précis pour retracer des évolutions globales.

[2]   Numéro spécial « Histoire et Structure », Annales ESC, vol. 26, n° 3-4, mai 1971. (lire en ligne)

[3]   Claude Lévi-Strauss, « Histoire et ethnologie », Revue de métaphysique et de morale, n° 34, 1949, p. 363- 391.

[4]   « Le folklore, passé vivant dans le présent, constitue une source pour l’étude des permanences inscrites dans la psychologie collective » (p. 66).

[5]   La dimension événementielle est peu convoquée, seuls sont rappelés les éléments nécessaires à la compréhension du contexte.

[6]   « Par structure, nous désignons un ensemble composé d’éléments unis par des rapports que régit une logique interne » (p. 248).

[7]   Dont l’action est justement qualifiée de « déstructuration ». C’est d’ailleurs le titre du deuxième chapitre de la deuxième partie de l’ouvrage, qui fait suite au chapitre I, « Les structures de l’État inca ».

[8]   Compte-rendu de l’ouvrage par Pierre Clastres in L’homme, vol. 12, n° 1, 1972, p. 144-145. (lire en ligne)