Archives de catégorie : Rôle social de l’historien-ne

« L’Histoire, un enjeu très politique ! » 3 vidéos à visionner sur Mediapart

La question des usages politiques de l’histoire, sans faire l’objet des investigations centrales de Devenir historien-ne, a toujours été présente sur ce carnet. Qu’il s’agisse des billets d’Aurore Chery, du duo Thibault Le Hégarat et Benoît Vaillot, d’une intervention de Denis Pechanski ou, plus récemment, de l’entretien accordé par Mathilde Larrere à Véronique Servat comme d’un nouveau billet de Thibault LH sur la vulgarisation, la question du « rôle social » ou des prises de positions historiennes dans l’espace public est importante pour ce carnet. Son existance elle-même en témoigne, comme j’avais tenté de l’expliquer dans un exercice d’auto-célébration de réflexivité proposé par Nicolas Lebourg pour Fragments sur les temps présents.

Bref, tout ceci pour expliquer qu’il me semblait nécessaire de relayer dans ces pages la tenue, hier soir, d’une soirée spéciale sur Mediapart : toute entière consacrée à l’histoire. Vous me direz, rien d’exceptionnel : de « secrets d’histoire« à « l’Ombre d’un doute » l’histoire est déjà bien présente à la télévision… Humm. Bref.

Organisée par Laurence De Cock et Mathilde Larrere, cette soirée Mediapart a consisté en une série de 3 tables rondes dont je vous recommande le visionnage. Si je vous recommande vivement de vous abonner (en l’occurrence ce sont nos abonnements qui permettent l’organisation de ce type de soirées…), je ne peux que saluer la mise en ligne systématique par Mediapart de ses vidéos sur sa chaine Youtube, en libre accès donc. Continuer la lecture

Apprendre à vulgariser ?

Ce billet revient sur un entretien réalisé dans le cadre d’un travail de recherche post-doctorale et publié sur le carnet Patrimoine et télévision. J’y expose ses intentions, ce que l’entretien à mis à jour, et l’état de ma réflexion sur la vulgarisation historique.

Les raisons d’un entretien

Le projet de recherche sur lequel je travaille cette année m’amène à adopter une position différente à la mienne puisque tout en restant dans la position d’un chercheur, je suis également engagé dans un travail de vulgarisation du savoir historique, lequel prendra la forme d’un outil à destination du public : un site internet retraçant l’histoire du patrimoine. Or tout comme j’ai appris à devenir historien par la pratique de la recherche, au fil d’une thèse de doctorat, de communication en publication, lectures après lectures, je me doutais que je ne pourrais m’improviser vulgarisateur. Continuer la lecture

L’histoire et ses publics : une question d’historiographie ou de modes de diffusion ?

HistManifLa récente publication, en libre accès (et pourtant par Cambridge University Press) d’un History Manifesto court et fertile en slogans par David Armitage et Jo Guldi fait du bruit en ligne.  Les auteurs avaient auparavant lancé le débat en présentant dans de nombreux séminaires un texte plus court appelant à un « retour de la longue durée » depuis une perspective « anglo-américaine ». Ce texte sera publié en français en 2015 dans les Annales HSS (seule une version anglaise préliminaire a été mise en ligne par les auteurs).  Les auteurs y défendent une alliance, qu’ils présentent comme toute naturelle, entre longue durée, sujets « sérieux » tels que l’histoire
politique, économique et environnementale, histoire s’adressant aux décideurs et outils de l’histoire numérique. Avec d’autres collègues, j’ai été sollicitée par la revue pour y répondre. Cette réponse dans les Annales sera centrée sur les enjeux de l’article vis-à-vis de l’histoire numérique et sur les problèmes que pose son silence pesant quant au rapport aux sciences sociales et aux questions de causalité. Continuer la lecture

Y aller ou pas ? Retours sur une expérience télévisuelle (2)

Billet rédigé par Thibault Le Hégarat* et Benoit Vaillot**

[Début novembre, Thibault Le Hégarat et Benoit Vaillot furent contactés par le journaliste d’une société de production qui préparait un sujet pour l’émission de télévision « Un soir à la tour Eiffel » dont l’invité principal devait être Lorànt Deutsch.

Ils étaient revenus sur cette expérience dans un premier billet où ils évoquaient les raisons pour lesquelles ils avaient accepté d’y participer, leurs attentes et leurs craintes avant la diffusion de l’émission. Ce premier billet a suscité plusieurs réactions et échanges intéressants, notamment à travers un billet d’Aurore Chery, ici même, ou un autre de Michel Deniau sur son blog (et, bien sûr, de façon moins formelle, sur Twitter…) Comme ils l’avaient annoncé le 5 novembre, Thibault Le Hégarat et Benoit Vaillot reviennent sur le résultat dans ce second billet : alors, fallait-il y aller ?]

L’absence de débat contradictoire

Thibault Le Hégarat : Il ne me faisait aucun doute que les discussions qui auraient lieu dans cette émission de divertissement ne pourraient s’apparenter à un réel débat contradictoire. C’est aussi la raison pour laquelle j’ai accepté de répondre à des questions, pour que la parole d’un chercheur soit présente dans l’émission. Continuer la lecture

Y aller ou pas ? Retours sur une expérience télévisuelle (1)

Billet rédigé par Thibault Le Hégarat* et Benoit Vaillot**

un-soir-a-la-tour-eiffel-262483-629405[Ce billet, comme beaucoup il faut l’avouer, est né d’une conversation sur Twitter. @BenoitVaillot et @thibault_lh discutaient de l’entretien qu’ils venaient d’accepter de donner à un journaliste pour une émission de télé. Il échangeaient sur leurs doutes et les raisons qui les avaient poussés à accepter. C’est alors que je me suis glissé dans la conversation pour leur demander s’ils seraient partant pour écrire un billet de « retour d’expérience » pour Devenir historien-ne.
Il se trouve en effet que l’entretien concernait les usages de l’histoire  et le succès de figures médiatiques telles que Lorànt Deutsch (principal invité de l’émission) et Éric Zemmour.
On reste ainsi dans un thème traité depuis quelques temps, ici (billet 1 ; billet 2) et ailleurs sur le rôle social de l’historien. Fallait-il y aller ou pas ? Les deux historiens répondent ici et expliquent leur choix. Il reviendront, dans un prochain billet, sur cette expérience à la lumière d’une analyse de l’émission diffusée ce soir…
]

Continuer la lecture

Fragments sur les temps présents par… FTP

FTP (version actuelle)

FTP (version actuelle)

[Fragments sur les temps présents fête ses 6 ans. Pour l’occasion, le collectif a décidé de questionner d’autres chercheurs sur leurs activités en ligne, sur leur conception du rôle social des sciences sociales et la place qu’elles occupent sur le web, etc.

Un premier billet, « pour un humanisme numérique« , a été publié le 22 octobre par Fabien Escalona, politiste, spécialiste des évolutions de la social-démocratie et de la gauche en général.

Pour le deuxième, « entre extimité et éducation populaire » c’est votre serviteur qui s’y est collé à la demande Nicolas Lebourg ; qui publie ici en simultané ce billet visant à dresser un bilan de six années de présence en ligne…]

Comment est né FTP ?

À l’automne 2008, dans la cuisine du juriste Dominique Sistach. Depuis longtemps, j’avais l’idée de faire un site, l’idée d’une production non-marchande me plaisant, et ayant encore un grand et naïf espoir quant à l’outil de formation démocratique que pouvait être le web. Avec Dominique, on avait déjà fait diverses choses qui se voulaient d’intervention sociale du chercheur. On avait participé à monter une université populaire dans notre ville de Perpignan, fait des conférences le soir à l’œil en milieu associatif, commencé à blogger etc. Continuer la lecture

Les historiens, Vichy, Gramsci et Zemmour : l’erreur de perspective

[En guise d’introduction, par Émilien Ruiz – Difficile d’échapper, depuis quelques semaines, au battage médiatique autour du livre publié par Éric Zemmour… Plusieurs historiens ont été amenés à réagir aux outrances de l’éditorialiste, que ce soit sous forme d’entretiens ou de tribunes1
Le succès présumé de l’ouvrage invite toutefois à s’interroger : fallait-il répondre ? si oui pourquoi et surtout comment ? Il en va ainsi du rôle social de l’historien-ne : en acceptant de se déployer sur le terrain des faussaires de l’histoire, ses interventions ne leur donnent-ils pas une certaine légitimité ? La question est d’autant plus importante qu’il n’est pas interdit de penser que l’entretien du « buzz » autour du livre – auquel, paradoxalement, ce billet participe – n’est pas pour rien dans son succès. Continuer la lecture

  1. Quelques exemples : Robert Paxton interrogé par Pascal Riché, « Robert Paxton : « L’argument de Zemmour sur Vichy est vide »« , Rue 89, 9 octobre 2014 ; André Kaspi, Laurent Joly et Denis Peschanski interrogés par l’AFP, »Réhabilitation de Pétain par Zemmour : «absurde et faux» selon des historiens« , Libération, 18 octobre 2014 ; Jacques Sémelin interrogé par Nicolas Truong, « Polémique Zemmour : « Une inacceptable falsification idéologique »« , Le Monde, 18 octobre 2014 ; Une tribune de Robert Paxton « Polémique Zemmour : « Vichy, une collaboration active et lamentable »« , Le Monde, 18 octobre 2014 ; Une tribune de Serge et Arno Klarsfeld, « Polémique Zemmour : « La France de Pétain est totalement associée à la solution finale contre les juifs »« , Le Monde, 18 octobre 2014 []