Archives de catégorie : Lectures

Apprendre à vulgariser ?

Ce billet revient sur un entretien réalisé dans le cadre d’un travail de recherche post-doctorale et publié sur le carnet Patrimoine et télévision. J’y expose ses intentions, ce que l’entretien à mis à jour, et l’état de ma réflexion sur la vulgarisation historique.

Les raisons d’un entretien

Le projet de recherche sur lequel je travaille cette année m’amène à adopter une position différente à la mienne puisque tout en restant dans la position d’un chercheur, je suis également engagé dans un travail de vulgarisation du savoir historique, lequel prendra la forme d’un outil à destination du public : un site internet retraçant l’histoire du patrimoine. Or tout comme j’ai appris à devenir historien par la pratique de la recherche, au fil d’une thèse de doctorat, de communication en publication, lectures après lectures, je me doutais que je ne pourrais m’improviser vulgarisateur. Continuer la lecture

Tribulations historiennes à l’université de Toulouse : sommaire de la saison 1

Ah, le master recherche ! Dans le cursus universitaire, il est pensé comme l’antichambre du doctorat, le moment où les étudiants font leurs premières armes d’historiennes. Ils y découvrent le contact avec les archives et l’émulation intellectuelle, tour à tour aiguillonnés par leurs lectures et les entretiens avec leurs directeurs et directrices de mémoire.

Mais derrière cette description pensée par les équipes pédagogiques, que savons-nous du quotidien de ces jeunes chercheurs ? De leurs manières de travailler, d’appréhender leurs sujets ? Découvrent-ils tous ce « goût » de l’archive cher à Arlette Farge ? D’ailleurs, travaillent-ils tous dans des dépôts et sur des archives papier ? Qu’en est-il de leurs rapports aux outils ou aux temporalités de la recherche ? Autant de questions situées au cœur de ce projet pédagogique hébergé dans le cadre du master Histoire, civilisation, patrimoine à l’université de Toulouse Jean Jaurès. Continuer la lecture

Faire de l’histoire sur Twitter ? Entretien avec @LarrereMathilde

En matière d’éducation, le site de microblogging Twitter est souvent un lieu de confrontation et d’invectives qui ne rendent pas justice aux vastes possibilités de l’outil. Au milieu des floods en 140 signes qu’impose le réseau du petit oiseau bleu, une historienne, Mathilde Larrère1 , s’est lancée dans une série d’exercices de microbloggingstory. A l’aide d’un autre outil, Storify, qui permet d’ordonner des tweets, elle retrace des épisodes historiques de l’époque contemporaine. À l’image de son compte qui est personnel, professionnel et militant, elle entremêle dans cet exercice les trois aspects de sa « personnalité » numérique. Pensés par une femme historienne et engagée, ces récits s’inscrivent avec humour, fraicheur et rigueur dans une démarche d’éducation populaire et amorcent de vastes mouvements réticulaires de circulation des savoirs historiques.

A quel moment et pourquoi as-tu envisagé d’utiliser Twitter pour conter sous forme de Storify des épisodes historiques ?

Au début j’ai commencé par faire juste des éphémérides sur Twitter, juste une date anniversaire avec mention de l’événement. Puis ça m’a frustré de ne pas expliquer l’événement. Trop tristement factuel. J’ai commencé à donner de petits éléments d’interprétation, d’explication. Mais j’avais aussi besoin de raconter ce qui se passait. D’incarner un peu, de donner du vécu. De précisions en explications, d’interprétations en récits, je me suis mise à faire des threads de plus en plus longs. 10 tweets, puis 20, puis 40… Dans les notifications, des twittos me disaient c’est super, mais pourquoi tu ne les mets pas sur Storify parce que là c’est compliqué de suivre ?  Alors je suis allée voir et je m’y suis mise. Continuer la lecture

  1. Mathilde Larrère est normalienne, agrégée d’histoire. Sa thèse portait sur la garde nationale sous la Monarchie de Juillet. Elle est maitre de conférence à l’université de Paris Est Marne la Vallée. Elle est aussi militante syndicale, politique et associative []

Les Savanturiers de l’histoire : pourquoi pas vous ?

Sollicité par Ange Ansour, directrice des Savanturiers, pour sa diffusion auprès des historiennes et historiens lecteurs de Devhist, je relaie ici un appel concernant une initiative pédagogique intéressante : Les Savanturiers de l’histoire.

Savanturiers_LogoCette initiative s’inscrit dans le cadre d’un dispositif plus large, Les Savanturiers – L’école de la recherche, qui se décline sur plusieurs disciplines ou objets de recherche, du droit à la sociologie en passant par le cerveau :

Les savanturiers – L’école de la recherche » est un programme éducatif développé par le Centre de Recherches Interdisciplinaires. « Nous sommes tous nés chercheurs, donc curieux et avides de comprendre et d’agir. Les Savanturiers œuvrent pour une école ambitieuse qui formerait tous les élèves à la créativité du questionnement, à la rigueur de la recherche et à la coopération au service de l’intérêt commun. Nous nous engageons pour former des citoyens humanistes et acteurs d’une société juste de la production et du partage des savoirs. » (source)

Pour 2016-2017, les Savanturiers ont conçu, en collaboration avec Anne-Marie Chartier, Patrick Boucheron et Benoît Falaize, un projet consacré à l’histoire (dont vous pourrez d’ailleurs suivre les travaux via un blog dédié) Continuer la lecture

Enquête sur les corpus numériques chez les médiévistes

Enquête COSME – Consortium « Sources Médiévales »

COSME est un consortium dédié aux approches numériques multiples des « Sources médiévales » par les médiévistes français, rattaché au TGIR Huma-Num du CNRS, fondé voici 4 ans. Il veut rassembler les chercheurs autour de leurs sources, structurer la communauté encore davantage en lui proposant des cadres, standards et réflexions autour des humanités numériques, aux côtés du groupe Menestrel, et favoriser la production/mise en ligne de corpus numériques. Voir le carnet sur Hypothèses.

Un de ses objectifs est de dresser un état des lieux du paysage des corpus numériques mis en place par les chercheurs et les équipes en France, inédits comme édités, sources comme travaux et de publier cet inventaire. Celui-ci permettra de constater la diversité du paysage des corpus de médiévistes, de visualiser les corpus à soutenir matériellement et financièrement et de mieux prévoir la mise en lien de tous (« interopérabilité »).

Nous proposons à tout chercheur/toute équipe intéressée de remplir le formulaire de l’enquête (longue ou courte, format libre) accessible via ce lien : http://goo.gl/forms/lCU4RapfqN08cXJ42

La clôture de l’enquête est fixée au 27 août 2016

Colloque des apprentis historiennes et historiens de Lille

Les 24 et 25 mai prochain, aura lieu à l’université de Lille le 2e colloque des étudiants de Master en Sciences Historiques et Artistiques. Je me permets d’en relayer ici l’annonce et le programme : non seulement par pur corporatisme – totalement assumé au demeurant… – mais aussi parce qu’il me semble qu’il s’agit d’une excellente initiative. Je l’écris d’autant plus librement que je n’y ai joué strictement aucun rôle ! Continuer la lecture

Que faire de Wikipédia ?

Voilà un bref billet qui couvait depuis un moment dans les soutes de devhist… Ces temps-ci, le temps vient toujours à manquer pour concrétiser les idées de billets, même si le carnet arrive à vivre, grâce aux contributrices et contributeurs qui acceptent de prendre le temps de partager ici leurs expériences, leurs réflexions, etc. (qu’ils et elles en soient encore une fois remerciées !). Il faut dire qu’entre les campagnes de recrutement et la prise de fonction d’un premier poste de MCF, le temps du blogging ne pouvait que se resserrer. Car, oui, bloguer prend du temps. Ce qui, accessoirement, implique que celles et ceux qui y consacrent ce temps considèrent que cela en vaut la peine, et non qu’il s’agit d’un passe-temps d’oisifs-qui-feraient-mieux-d’avancer-sur-[compléter-au-choix-la-suite], à bon entendeur… Mais j’arrête ici ce qui devrait être l’introduction du « que faire des blogs d’historien-nes » qui ne manquera pas de s’imposer ici un jour….

L’objet de ce billet est… Wikipédia. Vous savez, ce monstre numérique qui corrompt nos petites têtes blondes depuis 15 ans et dont certains se plaisent à dénoncer les travers… parfois à raison, parfois jusqu’à l’obsession. Continuer la lecture

Comment lire intelligemment une publication scientifique

Cette note est la version développée d’une fiche synthétique destinée aux étudiant-e-s de licence ou de master ayant à effectuer une lecture critique d’article scientifique – exercice qui me semble au moins aussi formateur que le traditionnel exposé, dans le cadre des TD notamment1 . Les premières années universitaires sont essentiellement vouées à l’acquisition de connaissances et de méthodes : on apprend beaucoup de choses, mais pas toujours comment se comporter face aux savoirs tels qu’ils sont élaborés par les auteur-e-s, mis à disposition par les bibliothèques et par le web, transmis par les enseignant-e-s. Or on pourrait presque soutenir que c’est lorsque l’on se met à décortiquer les produits (au sens premier du terme) académiques, lorsque l’on cherche à passer de « ce qui est dit » à « comment l’auteur-e a fait pour le dire », que l’on commence à devenir historien-ne, sociologue, économiste, géographe, démographe ou encore anthropologue2 . Dès le master, c’est vous qui serez en situation de produire de la connaissance, et, au fond, c’est sur le même type de critères que ceux qui s’imposent aux chercheurs-ses de métier que votre travail sera examiné.

L’enjeu n’est-il d’ailleurs qu’étroitement universitaire ? Continuer la lecture

  1. J’évite le terme de « fiche de lecture » qui, compris dans un sens trop scolaire, donne généralement lieu à un résumé-paraphrase suivi d’un « avis personnel » sans grand intérêt []
  2. Le lecteur aura noté que cette note embrasse différentes disciplines. Le but, en effet, n’est pas de faire un cours de méthodologie spécialisée, mais de fournir des clés valables pour toutes ces disciplines, celles-ci relevant de principes généraux identiques []

Écrire l’histoire ? Réflexions autour de deux ouvrages d’Ivan Jablonka

Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus (2012) et L’histoire est une littérature contemporaine (2014) constituent deux faces indissociables d’une même enquête. Ils ont pourtant, en apparence tout du moins, des sujets très différents. Le premier porte sur la biographie des grands-parents de l’auteur. Ce sujet s’inscrit dans un moment historiographique, qui voit depuis quelques années se substituer aux témoignages des Exécuteurs, victimes, témoins (Hilberg, 1994), ceux de leurs enfants et petits enfants (il n’est qu’à penser aux Disparus de Daniel Mendelsohn, 2006). Juifs polonais, Idesa et de Matès Jablonka sont d’abord présentés comme étant des opposants politiques persécutés pour leur engagement au sein du parti communiste, puis comme des exilés qui, réfugiés à Paris, vivront traqués jusqu’à être déportés. La biographie ne porte pas principalement sur cette dernière phase (déportation/mise à mort à Auschwitz-Birkenau), mais sur leur vie et les conditions de leur survie jusqu’en 1944. De nouveau, cela correspond à un moment historiographique, qui voit la centralité de la mise à mort céder le pas à un intérêt pour la vie juive en Pologne et une attention aux récits de survies mêmes temporaires. Cette histoire au ras du sol (pour reprendre la formule de Jacques Revel) conduit à aborder les petits problèmes et les grandes joies, les actes de solidarité et d’amitié, les trahisons et les abandons, vécus par ces individus et leurs proches entre les années 1920 et 1944. Ainsi, c’est moins l’exceptionnalité que la quotidienneté, moins des grands hommes et des grands faits, que des petites choses et des sans nom, dont les comportements et les actions sont observés à la loupe depuis les premières privations jusqu’à l’avènement de la Solution finale. Continuer la lecture

L’Agenda du médiéviste : le Moyen Âge en réseau

Billet co-écrit par Nicolas Ruffini-Ronzani (FNRS/UNamur) & Marie Van Eeckenrode (Archives de l’État/UCL)

L’Agenda du médiéviste a vu le jour au printemps 2011 suite à un remaniement du comité de coordination du Réseau des médiévistes belges de langue française (RMBLF)1 .

Pour des raisons qui leur appartenaient, les membres fondateurs du RMBLF souhaitaient transmettre le flambeau à une équipe de jeunes doctorants et post-doctorants, équipe dont nous faisions tous deux partie. Issus d’horizons scientifiques et institutionnels différents, les nouveaux responsables avaient pour tâche de perpétuer certaines (bonnes) traditions instaurées par leurs aînés – l’organisation de journées d’étude selon un rythme biannuel, en particulier –, de mener à bien des dossiers qui n’avaient pu aboutir, et, surtout, de développer leurs propres projets2 . Carte blanche nous était donc donnée pour innover. Continuer la lecture

  1. Sur un plan institutionnel, le RMBLF se définit comme un « groupe de contact du Fonds National de la Recherche Scientifique». Plomberie institutionnelle à la belge oblige, le RMBLF – francophone comme son nom l’indique – se distingue de son pendant flamand, le Vlaamse Werkgroep Mediëvistiek, avec lequel il collabore très régulièrement []
  2. Dans la pratique, l’un des membres fondateurs du RMBLF a tout de même conservé sa place au sein de l’organigramme. Il s’agit de notre président, Alain Marchandisse (FNRS/Université de Liège), qui continue à jouer le rôle de responsable vis-à-vis du FNRS, notre principal soutien financier []