Archives de catégorie : Signalements

Les Savanturiers de l’histoire : pourquoi pas vous ?

Sollicité par Ange Ansour, directrice des Savanturiers, pour sa diffusion auprès des historiennes et historiens lecteurs de Devhist, je relaie ici un appel concernant une initiative pédagogique intéressante : Les Savanturiers de l’histoire.

Savanturiers_LogoCette initiative s’inscrit dans le cadre d’un dispositif plus large, Les Savanturiers – L’école de la recherche, qui se décline sur plusieurs disciplines ou objets de recherche, du droit à la sociologie en passant par le cerveau :

Les savanturiers – L’école de la recherche » est un programme éducatif développé par le Centre de Recherches Interdisciplinaires. « Nous sommes tous nés chercheurs, donc curieux et avides de comprendre et d’agir. Les Savanturiers œuvrent pour une école ambitieuse qui formerait tous les élèves à la créativité du questionnement, à la rigueur de la recherche et à la coopération au service de l’intérêt commun. Nous nous engageons pour former des citoyens humanistes et acteurs d’une société juste de la production et du partage des savoirs. » (source)

Pour 2016-2017, les Savanturiers ont conçu, en collaboration avec Anne-Marie Chartier, Patrick Boucheron et Benoît Falaize, un projet consacré à l’histoire (dont vous pourrez d’ailleurs suivre les travaux via un blog dédié) Continuer la lecture

Enquête sur les corpus numériques chez les médiévistes

Enquête COSME – Consortium « Sources Médiévales »

COSME est un consortium dédié aux approches numériques multiples des « Sources médiévales » par les médiévistes français, rattaché au TGIR Huma-Num du CNRS, fondé voici 4 ans. Il veut rassembler les chercheurs autour de leurs sources, structurer la communauté encore davantage en lui proposant des cadres, standards et réflexions autour des humanités numériques, aux côtés du groupe Menestrel, et favoriser la production/mise en ligne de corpus numériques. Voir le carnet sur Hypothèses.

Un de ses objectifs est de dresser un état des lieux du paysage des corpus numériques mis en place par les chercheurs et les équipes en France, inédits comme édités, sources comme travaux et de publier cet inventaire. Celui-ci permettra de constater la diversité du paysage des corpus de médiévistes, de visualiser les corpus à soutenir matériellement et financièrement et de mieux prévoir la mise en lien de tous (« interopérabilité »).

Nous proposons à tout chercheur/toute équipe intéressée de remplir le formulaire de l’enquête (longue ou courte, format libre) accessible via ce lien : http://goo.gl/forms/lCU4RapfqN08cXJ42

La clôture de l’enquête est fixée au 27 août 2016

Colloque des apprentis historiennes et historiens de Lille

Les 24 et 25 mai prochain, aura lieu à l’université de Lille le 2e colloque des étudiants de Master en Sciences Historiques et Artistiques. Je me permets d’en relayer ici l’annonce et le programme : non seulement par pur corporatisme – totalement assumé au demeurant… – mais aussi parce qu’il me semble qu’il s’agit d’une excellente initiative. Je l’écris d’autant plus librement que je n’y ai joué strictement aucun rôle ! Continuer la lecture

« Mettre une pièce dans la machine » : un billet à lire ailleurs

« À l’université, le deuxième moment important a été ma découverte de la numismatique antique. J’aimais cette idée de chercher – encore une fois – à « pénétrer dans l’esprit » des gens de l’époque pour mieux comprendre une part de leur civilisation, les symbolismes mentaux, sociaux et religieux notamment,  à travers des petits objets de métal. J’aimais à tel point cela que j’ai décidé d’en faire le thème de mon Master recherche. (…) À partir de cette expérience, j’ai désormais envie, moi aussi, de « mettre une pièce dans la machine » pour relancer des débats ou mettre en avant ce que, modestement, je comprends des sources afin de faire émerger un embryon de savoir historique. »

Je vous signale ici brièvement un billet – dont l’extrait ci-dessus est tiré – publié par Michel Deniau son blog « l’histoire est un combat« . La lecture des réponses aux « quelques questions » publiées ici lui a inspiré une « brève tentative d’introspection historique« . Continuer la lecture

« Liberté d’expression et négation de l’histoire » (Les rendez-vous de crise)

affiche_liberte_d_expression_et_negation_de_l_histoire_v2_29012014-small480Conférence intitulée « Liberté d’expression et négation de l’histoire. Retours sur l' »Affaire Dieudonné » » organisée par le Cercles de formation de l’EHESS et du GEHM dans le cadre du cycle Rendez-vous de crise.

Intervenants : Olivier Cayla, juriste (EHESS) ; Thomas Hochmann, juriste (Université de Reims), Sabina Loriga, historienne (EHESS). Présidence et modération : Marc Olivier Baruch, historien (EHESS)

  Continuer la lecture

Pourquoi et comment devient-on historien de la Grande Guerre ?

Il y a longtemps que je n’ai publié de « quelques questions à… » sur ce carnet. Du coup, je publie un rapide billet de signalement afin de vous indiquer plusieurs ressources autour de la publication du dernier ouvrage de Stéphane Audoin-Rouzeau [Quelle Histoire. Un récit de filiation, Paris, Éd. de l’EHESS, coll. Hautes Études – Gallimard – Le Seuil, 2013], qui devrait contenter celles et ceux d’entre-vous qui seraient impatients de retrouver cette rubrique…

9782021104455Présentation :

« L’écriture spécifique d’habitude mise en œuvre pour parler des combattants des tranchées, des femmes en deuil ou des enfants de la guerre, j’ai tenté de l’appliquer à ceux auxquels, d’une manière ou d’une autre, je tiens. Il se trouve que sur trois générations en demeure une trace écrite.
J’ai souhaité rester sur les terres de l’Histoire. Mais celles-ci sont étendues et, dans bien des directions, les frontières deviennent poreuses au point d’être parfois peu discernables : c’est sur ces frontières-là que je me suis déplacé en m’éloignant du plus qu’il m’était possible mais sans perdre tout à fait des yeux mon point d’ancrage. J’espère n’avoir pas franchi les bornes ? mais si c’était le cas, je n’en aurais pas trop de regrets. Ce sont les risques de l’expérience.
Même si elles s’y apparentent parfois, les pages que l’on va lire ne constituent pas un récit de famille : je m’en suis tenu à ce que la Grande Guerre a fait aux miens, à la manière dont elle a traversé leur existence, quitte à inscrire ses effets au-delà même de leur propre vie. » Voir sur le site des éditions de l’EHESS

Outre la lecteur de cet ouvrage, je vous recommande le visionnage d’une vidéo et l’écoute de deux émissions de radio.

Origin[e]s : sur le carnet Histoire(s) de 14-18

Franziska Heimburger a publié fin septembre un billet qui inaugure une série de publications dans lesquelles des historiens et historiennes de la Grande Guerre évoquent leur parcours professionnel afin de répondre à la question reprise dans le titre de ce billet : Pourquoi et comment devient-on historien de la Grande Guerre ? Il s’agit d’un entretien d’un peu moins de 5 minutes avec Stéphane Audoin-Rouzeau. Cliquez sur l’image infra pour accéder à la vidéo.

Origines

La fabrique et les lundis, un détour par France Culture

Vous pouvez, par ailleurs, (ré)écouter deux entretien de l’auteur dans les deux émissions auxquelles je ne doute pas que vous êtes toutes et tous abonnés via vos lecteurs de podcasts : l’émission Histoire/Actualité du 13 septembre 2013 de La fabrique de l’histoire :

Et les lundis de l’histoire du 21 octobre 2013, « La Grande Guerre, de pères en fils », émission présentée par Michelle Perrot :

Des lois indignes ? Les historiens, la politique et le droit, rencontre avec Marc Olivier Baruch

Le nouvel ouvrage de Marc Olivier Baruch (qui a dirigé ma thèse et répondu aux quelques questions de Devenir historien-ne) sera disponible dans toute bonne librairie à partir du 10 octobre prochain. Il le présentera :

Dimanche 13 octobre 2013 à 16h00

Librairie La Terrasse de Gutenberg
9, rue Emilio Castelar Paris 12e
tel 01.43.07.4.215  M° Ledru Rollin

Des lois indignes ?

« En décembre 2005, dix-neuf des historiens les plus réputés de notre pays exigèrent l’abrogation de plusieurs lois en vigueur. La cause devait être grave pour que des professeurs au Collège de France, des membres de l’Académie française, des érudits respectés, des auteurs à succès et un ancien ministre jugent que la liberté d’expression se trouvait menacée par des textes « indignes d’un régime démocratique ».

De quoi s’agissait-il ? D’abord d’une disposition, en vérité vite abrogée, enjoignant aux enseignants de souligner « le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord ». Puis de deux lois votées quatre ans plus tôt à l’unanimité par le Parlement : l’une qualifie l’esclavage de crime contre l’humanité, l’autre reconnaît le génocide arménien intervenu en 1915. Enfin, et aussi, de la loi Gayssot, qui depuis 1990 réprime la négation publique de l’assassinat systématique des juifs d’Europe par les nazis et leurs complices. Rien là-dedans qui bride, empêche ou censure le travail du chercheur …sauf du chercheur négationniste.

Marc Olivier Baruch tente de comprendre, en historien de l’État, les véritables raisons de cette émotion, avivée récemment par les débats sur la pénalisation de la négation du génocide arménien. Il est conduit à remonter aux années 1970 pour interpréter, en s’appuyant sur le droit, l’histoire et la science politique, de telles prises de position, inséparables de leur contexte : montée du Front national, procès Barbie, Touvier et Papon, émergence de l’impératif mémoriel, instrumentalisation politicienne de l’histoire… – le tout sur fond de remise en cause de l’héritage de la Seconde Guerre mondiale et de la geste gaulliste. Dans cette démarche, Marc Olivier Baruch se montre fidèle au précepte placé par Montesquieu au cœur de L’Esprit des lois : « Il faut éclairer l’histoire par les lois, et les lois par l’histoire. » »

Le printemps numérique de l’histoire : à ne pas rater en mai-juin 2013!

ClioNumerique

.

Je relaie l’annonce de trois événements (auxquels la rédaction de ma thèse m’empêche malheureusement de participer1) qui méritent une attention particulière en ce printemps ensoleillé (!) car ils témoignent du dynamisme des réflexions actuelles concernant les transformations numériques du métier d’historien-ne. Continuer la lecture

  1. Encore toutes mes excuses aux organisatrices et organisateurs… []

Contrebandiers, pirates et frontières (XVII-XXIe siècle)

Une histoire des pratiques informelles en Amérique centrale

[Ce billet, co-écrit par Elisa Grandi et Giovanni Venegoni est une traduction abrégée en français de l’introduction à la treizième livraison de Diacronie. Studi di storia contemporanea intitulée « Contrabbandieri, pirati e frontiere: per una storia delle pratiche informali nell’America Centrale (XVII-XXI secolo) » que nous publions dans le cadre de notre partenariat]

 

… y pasó la tarde esperando su hora grande en los vericuetos del puerto negrero, entre la salsamuera humana del Caribe, pero tan absorto en su aventura que no se detuvo como siempre frente a las tiendas de los hindúes a ver los mandarines de marfil tallados en el colmillo entero del elefante, ni se burló de los negros holandeses en sus velocípedos ortopédicos, ni se asustó como otras veces con los malayos de piel de cobra que le habían dado la vuelta al mundo cautivados por la quimera de una fonda secreta donde vendían filetes de brasileras al carbón…

Gabriel Garcia Marquez, El último viaje del buque fantasma

 

“Guns” by post406 on Flickr (CC BY 2.0)

“Guns” by post406 on Flickr (CC BY 2.0)

Ce numéro essaie d’analyser l’impact des pratiques informelles dans l’histoire de l’Amérique Centrale moderne et contemporaine, sur la base de la récente littérature économique et historiographique1 et d’autres études plus classiques. En effet, la contrebande, un des phénomènes auxquels nous avons consacré plus d’attention, a été étudiée depuis longtemps pour ce qui concerne sa liaison avec le commerce atlantique à l’époque moderne2. Déjà en 1988, Zacarias Moutoukias mettait en lumière un aspect fondamental du problème qui est repris dans les articles proposés dans ce numéro. La frontière entre commerce licite et illicite est souvent très floue et peu intéressante pour l’analyse. Les activités légales et illégales se confondent, comme dans le cas de la contrebande et du commerce colonial à Rio de la Plata au XVIIe siècle :

“en realidad es artificial intentar distinguir entre comercio ilegal y legal, por su mecanismo, sus circuitos, los hombres que los efectuaban y las mercancías que se traficaban, el comercio clandestino y el autorizado, formaban parte de un mismo fenómeno”3.

L’intention d’étudier les pratiques informelles ne nous amène donc pas seulement à nous interroger sur leur caractère licite ou illicite, d’autant plus que parmi les pratiques informelles, beaucoup ne sont manifestement pas illégales, mais représentent des activités qui sortent de l’univers des normes formalisées, comme l’explique Geoffrey Hodgson dans son analyse de la définition des institutions formelles et informelles, corrigeant ainsi Douglass North :

“Some distinction between the formal and the informal is important, but this distinction is attempted in different and confusing ways by various authors. Some identify the formal with the legal and see informal rules as non legal […] In turn, if “formal” means “legal,” then it is not clear whether “informal” should mean illegal or non legal (i.e., not expressed in law)”4.

Né de l’économie institutionnelle5, ce sujet a rapidement intéressé aussi l’historiographie6. C’est pourquoi ce numéro propose d’une part une réflexion conceptuelle sur les pratiques informelles, et d’autre part, une étude de cas. Portant sur diverses périodes historiques, il permet d’approfondir le rôle des pratiques informelles dans le développement des institutions politiques et économiques de la région analysée.

Le cas de l’Amérique centrale et du bassin des Caraïbes se prêtent aisément à l’étude des activités informelles, comme cela a été montré par les récentes et nombreuses études dédiées à son histoire, moderne et contemporaine7. Des premiers stades de l’occupation et de la colonisation européennes jusqu’au XIXe siècle, boucaniers, pirates et contrebandiers (définis par Janice Thomson comme non-state groups8) furent des éléments cruciaux du processus de construction politique et économique de ces régions. Au cours du XIXe siècle, les États-Unis sont intervenus à diverses reprises en Amérique Centrale, alors qu’elle était encore dominée par les empires européens. Ces interventions ont bouleversé la vie économique, politique et sociale de la région, en particulier en ce qui concerne l’esclavage. Au XXe siècle, les pratiques informelles continuèrent de se développer parallèlement aux activités économiques et politiques formelles, en matière de commerce, mais aussi à l’égard de phénomènes tels que la prostitution, le tourisme, l’organisation urbaine et la finance.

Le rapport entre pratiques informelles et normes ne doit pas être interprété comme une variable dichotomique, mais plutôt complémentaire. En effet, les acteurs sont impliqués dans une pluralité de relations et de situations. A ce propos, un élément central mis en évidence par l’analyse de ces pratiques concerne leur rôle dans le processus de community and nation building : des dynamiques – borderline sur le plan géographique et social – qui représentent la structure des institutions économiques et sociales du contexte caribéen et centraméricain. Ce numéro se compose de trois sections :

  1. La piraterie, la contrebande et l’économie informelle dans les Caraïbes coloniales
  2. Esclavage et flibusterie dans la formation des États américains 
  3. Économie informelle, frontières et acteurs marginaux

Nous n’avons pas cherché à construire un parcours diachronique, mais plutôt à analyser l’évolution des faits tels que la piraterie, la contrebande, l’esclavage et la construction de frontières sociales et géographiques, en relation avec le développement politique et économique des Caraïbes et de l’Amérique Centrale9. Bien sûr, chacun de ces phénomènes reste lié à des problématiques qui se développent dans un contexte historique déterminé, qu’il est aisé de reconnaître dans chacune des trois sections. Toutefois, le but de cette opération était d’insister sur les questions qui caractérisent fortement l’espace méso-américain, tout en reconnaissant l’importance exercée par les pratiques informelles.

En ce sens, les essais de la première section analysent des problématiques caractérisées par leur relation avec l’économie coloniale, qu’il s’agisse du rapport entre la contrebande et le commerce britannique, traité par Nadine Hunt, de la relation entre les acteurs informels du système économique des Antilles et du commerce colonial, telle que la décrit Isaac Curtis, de la position liminale occupée par la petite entreprise de la Plaza Mayor de Mexico, confrontée aux contraintes imposées par l’administration coloniale, analysée par Robert D. Cope, ou, enfin de la complexité de la condition du pirate caribéen au XVIe siècle, laquelle a été dépeinte par l’étude de Caroline Laurent.

La deuxième partie débute par la publication (en avant-première pour l’Italie) du premier chapitre du livre The Amistad Rebellion, de Marcus Rediker, traduit en italien par l’éditeur Feltrinelli et introduit par un entretien de l’auteur avec Bill O’Driscoll. L’épopée du groupe d’esclaves africains qui, après avoir pris le contrôle d’un cargo négrier à Cuba, furent jugés aux États-Unis puis libérés, fait ressurgir le débat sur le statut d’esclave en Amérique du Nord et sur ses implications politiques et économiques. Mais Rediker nous permet de voir l’histoire sous un jour différent, celui des esclaves africains. Cette history from below reconstitue le parcours des protagonistes de la rébellion de l’Amistad, du départ des ports de l’Afrique jusqu’aux alliances avec les groupes antiesclavagistes américains. Ces thèmes sont repris dans les textes d’Alessandro Badella et Sarah Batterson. Le premier reconstitue la vie de flibustier de Narciso Lopez au cours de la première moitié du XIXe siècle et se concentre sur les intérêts esclavagistes et commerciaux des États-Unis sur l’île de Cuba. Batterson s’intéresse à la question de l’augmentation des sanctions contre la traite des esclaves, en la reliant à la politique commerciale américaine.

La troisième partie développe le thème de la construction des zones frontalières, géographiques et sociales. Dans le premier cas, l’essai de Jean Clot propose une réflexion conceptuelle sur les pratiques informelles dans les régions frontalières, en analysant le cas de la frontière qui sépare le Mexique du Guatémala. Valentina Abalzati analyse plus particulièrement le rôle de la contrebande dans la construction de la frontière américano-mexicaine. Le dernier essai, celui de Janice Argaillot, examine les pratiques informelles économiques, politiques et sociales à Cuba, en soulignant leur adaptation progressive à la « période spéciale en temps de paix ».

Nous tenons à remercier les auteurs qui ont contribué à la réalisation ce numéro et grâce à qui nous avons introduit un débat international et interdisciplinaire de grande ampleur sur le sujet abordé. Nous remercions également le Professeur Marcus Rediker et l’éditeur Feltrinelli, de nous avoir permis de publier en avant-première un chapitre de l’ouvrage Amistad Rebellion. Enfin, ce numéro a pu voir le jour grâce au superbe travail d’édition web réalisé par Jacopo Bassi et Gianluca Cané, chef de la rédaction et webmestre de Diacronie. Nous leur exprimons toute notre gratitude pour le professionnalisme et la patience avec lesquelles ils ont conduit cette publication.

Diacronie13

  1. Parmi les publications plus recentes: NGALAWA, Harold, VIEGI, Nicola, « Interaction of formal and informal financial markets in quasi-emerging market economies », Economic Modelling, 2013, vol. 31, no 1, p. 614‑624; MORENO MONROY, Ana Isabel, Informality in space. Understanding the nature, role and dynamics of the urban informal economy in developing countries, Groningen, University Library Groningen, 2012; NEUWIRTH, Robert, Stealth of nations: the global rise of the informal economy, New York, Anchor Books, 2012. ANDREAS, Peter Smuggler Nation: How Illicit Trade Made America, New York, Oxford University Press, 2013. Voir aussi la journée d’étude à Paris “L’organisation de la transgression: formaliser l’informel?” http://calenda.org/240959 []
  2. Voir: MALAMUD, Carlos, Cádiz y Saint Malo en el Comercio Colonial Peruano: 1698-1725, Diputación Provincial de Cádiz, 1986; MOUTOUKIAS, Zacarías, Contrabando y Control Colonial en el Siglo XVII: Buenos Aires, el Atlántico y el Espacio Peruano, Centro Editor de América Latina, 1988; MOUTOUKIAS, Zacarias, « Power, Corruption, and Commerce: The Making of the Local Administrative Structure in Seventeenth-Century Buenos Aires », The Hispanic American Historical Review, 1988, vol. 68, no 4, p. 771; PERUSSET, Macarena, Contrabando y Sociedad en el Río de la Plata Colonial, Editorial Dunken, 2006. []
  3. MOUTOUKIAS, Zacarías, Contrabando y Control Colonial en el Siglo XVII, op. cit., p. 216. []
  4. HODGSON, Geoffrey, “What are institutions”, Journal of Economic Issues, vol. 40 no.1, 2006, pp. 1-25 []
  5. North, Douglass Cecil, Structure and change in economic history, London-New York, W.W. Norton, 1981; North, Douglass Cecil, Institutions, institutional change and economic performance, New York, Cambridge University Press, 1990; North, Douglass Cecil, Weingast, Barry R., Summerhill, William, Order, Disorder, and Economic Change: Latin America versus North America, in Bueno de Mesquita, Bruce, Root, Hilton L. (a cura di), Governing for prosperity, New Haven, Yale University Press, 2000, p. 17‑58; Greif, Avner, Institutions and the Path to the Modern Economy: Lessons from Medieval Trade, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2006. []
  6. Karras, Alan L., Smuggling. Contraband and Corruption in World History, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers, 2010; Koot, Christian J., Empire at the Periphery. British Colonists, Anglo-Dutch Trade, and the Development of the British Atlantic, 1621-1713, New-York, London, New York University Press, 2012; Rupert, Linda M., Creolization and Contraband: Curaçao in the Early Modern Atlantic World, Atlanta, University of Georgia Press, 2012; Andreas, Peter, op. cit. []
  7. Hancock, David, Citizens of the World: London Merchants and the Integration of the British Atlantic Community, 1735-1785, Cambridge, Cambridge University Press, 1995; Hancock, David, « The Triumph of Mercury. Connection and Control in the emerging Atlantic Economy », in Bailyn, Bernard et Denault, Patricia L. (a cura di), Soundings in the Atlantic history: latent structures and intellectual currents, 1500-1830, Cambridge, Harvard University Press, 2009, p. 113‑140; Klooster, Wim, Illicit Riches: Dutch Trade in the Caribbean, 1648-1795, Leiden, KITLV, 1998; Klooster, Wim, « Inter-Imperial Smuggling », in Bailyn, Bernard et Denault, Patricia L. (a cura di), op.cit., p. 140‑173; Armitage, David, Subrahmanyam, Sanjay, The Age of Revolutions in Global Context, 1760-1840, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2010. []
  8. Thomson, Janice E., Mercenaries, pirates, and sovereigns: state-building and extraterritorial violence in early modern Europe, Princeton, N.J, Princeton University Press, 1994 []
  9. Gruzinski, Serge, « Les mondes mêlés de la Monarchie Catholique et autres connected histories », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2001, vol. 1, 01/2001; Gruzinski, Serge, Les Quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004 []

« C’est en hiver que les jours rallongent » – Joseph Bialot est mort

Premiers résultats d’une recherche « Joseph Bialot » dans Google images le 27-11-2012

Dans mon entourage, je fais probablement partie des personnes les plus connectées… et dans le flux continu d’informations dans lequel je consent à me plonger chaque jour, l’une d’entre elles semble pourtant m’avoir échappée car je la découvre dans Le Monde, édition de mardi soir (pas encore disponible en ligne au moment où j’écris ces quelques lignes) :

Joseph Bialot est mort dimanche à l’âge de 89 ans.

Pourquoi en parler ici ? D’abord parce que la faible couverture médiatico-réso-socialèsque de cet évènement qui me touche m’a frappé. Ensuite parce que j’envisage de lancer sur ce carnet une nouvelle rubrique relative aux relations entre fiction et histoire et que Joseph Bialot a été à la fois un grand auteur de polars et un acteur/témoin de l’histoire. Son récit de déportation est à la fois un témoignage important et une œuvre littéraire exceptionnelle : C’est en hiver que les jours rallongent.

Voici ce que l’on trouve sur Wikipédia concernant sa biographie :

Juif polonais d’origine, sa famille s’installe en France en 1930 dans le quartier de Belleville. En 1940, il est victime de l’exode et se réfugie à Bordeaux, à Pau, puis dans la région lyonnaise où il deviendra résistant anti-nazi. Mais piégé par un contrôle d’identité, il sera arrêté à Grenoble le 25 juillet 1944, déporté depuis la gare de Bobigny vers Auschwitz par le Convoi No. 78 en date 11  août  1944, puis libéré par l’Armée rouge en janvier 1945.

De retour à Paris en mai 1945, il rejoint l’entreprise de prêt-à-porter de ses parents, miraculeusement retrouvés. En 1969, il passe une licence de psychologie à l’Université de Paris VIII (Vincennes). Son premier roman, il l’écrit à l’âge de 55 ans. Le Salon du prêt-à-saigner, obtient le Grand Prix de littérature policière en 1979.

Ses récits respirent le vécu, ses personnages sont des êtres simples. Piéton de Paris Joseph Bialot fait de la ville l’héroïne de ses romans avec le quartier du Sentier (Le Salon du prêt-à-saigner) ou Belleville (Babel-ville).

S’il est connu pour son humour noir et aussi dévastateur que la violence de certains de ses personnages, Bialot dépeint avec beaucoup de tendresse et d’émotion les petites gens dans leur vie quotidienne.

Après avoir attendu plus de cinquante ans pour le faire – « Il m’a fallu plus de vingt-cinq ans et une psychanalyse pour réussir à sortir du camp », dit-il lui-même -, Joseph Bialot publie en 2002 le témoignage de sa déportation C’est en hiver que les jours rallongent, devenant ainsi l’un de ceux qui ont le mieux su rendre compte du traumatisme laissé par l’expérience concentrationnaire. Qui donc a écrit que les « rescapés des camps hitlériens étaient des revenants, dans le sens du mot « spectres » »?

Deux des livres qu’il a publiés, La station Saint-Martin est fermée au public et C’est en hiver que les jours rallongent, sont des textes écrits en hommage à ceux qui n’ont pas su « re-vivre », une fois revenus des camps de la mort.

En 2009 paraît son ouvrage 186 marches vers les nuages qui évoque des événements peu connus de la Seconde Guerre mondiale comme la mort de milliers de déportés des camps de Neuengamme et du Stuthof embarqués de force par les SS sur des navires qui seront coulés par la Royal Air Force. Il rappelle aussi les crimes de guerre nazis commis contre des prisonniers de guerre à Mauthausen, captifs assassinés sur les 186 marches de la carrière de granit du camp. Son personnage central, Bert Waldeck, fait partie des antinazis qui par leur attitude ont sauvegardé un peu d’humain dans l’Allemagne des années 1933-1945.

Son dernier roman À la vie ! est une saga se déroulant de 1871 à 1948, retraçant l’histoire d’une famille d’imprimeurs de Belleville, les Mongeon, au travers des grands événements de la fin du XIXe – début du XXe siècle, des assauts versaillais contre la commune de Paris à la fin de la Seconde Guerre mondiale, en passant par les tranchées de la Première Guerre mondiale, la révolution russe, les années folles, la montée du nazisme et la Guerre d’Espagne.

(source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Bialot)

Il y a ce que je pensais être à peine quelques mois (et finalement c’était il y a plus d’un an!), j’étais allé au Mémorial de la Shoah pour l’entendre parler de C’est en hiver que les jour rallongent, réédité chez un autre éditeur sous le titre (beaucoup moins beau) : Votre fumée montera vers le ciel. Souffrant, il n’avait pas pu venir, et j’avais assisté à une magnifique projection d’extraits du documentaire éponyme d’Arte et à une belle lecture d’extraits du livre par Philippe Weissert suivies d’un commentaire donné par un Éric Fottorino, écrivain et ancien directeur du Monde, très en retard mais arrivant juste avant le moment prévu pour sa prise de parole et, comme si de rien n’était, relisant quelques extraits que P. Weissert venait de lire…

J’avais passé ce moment agréable avec le regret de n’avoir pas pu rencontrer Joseph Bialot. Le regret restera, mais bien heureusement les écrits restent, et je ne peux que vous encourager très vivement à lire ce très beau livre C’est en hiver que les jours rallongent témoignage littéraire de ce que fut la déportation à Auschwitz, mais aussi ses polars, non parce que cela aurait un rapport avec ce carnet, mais parce que l’auteur de ce billet est un amateur invétéré de polars, et que ceux-ci sont d’un très grand secours pendant la rédaction de sa thèse…