Archivo de la categoría: Lieux

Consulter les archives du BIT à Genève : retour – heureux – d’expérience

Il n’est pas toujours simple de se lancer dans la consultation d’archives qu’on ne connaît pas, dans un lieu où l’on a jamais mis les pieds, a fortiori si on n’est pas tout à fait sûr de ce qu’on vient chercher. C’était mon cas lorsque je suis parti trois jours fin octobre 2015 pour Genève et l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Retour pragmatique sur quelques enseignements.

J’ai réalisé cette visite aux archives dans le cadre de mon doctorat qui porte sur l’émergence de la politique des droits de l’homme. Ma thèse part des arènes et des forums dans lesquelles la France se trouve impliquée pour montrer que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 n’est qu’une séquence prolongeant un mouvement plus large. Ce moment commence dans l’entre-deux-guerres par la protection internationale de populations définies comme vulnérables au nom d’une politique d’humanité d’un côté, et la promotion de l’émancipation par la dignité du travail de l’autre.

Sigue leyendo

L’Agenda du médiéviste : le Moyen Âge en réseau

Billet co-écrit par Nicolas Ruffini-Ronzani (FNRS/UNamur) & Marie Van Eeckenrode (Archives de l’État/UCL)

L’Agenda du médiéviste a vu le jour au printemps 2011 suite à un remaniement du comité de coordination du Réseau des médiévistes belges de langue française (RMBLF)1 .

Pour des raisons qui leur appartenaient, les membres fondateurs du RMBLF souhaitaient transmettre le flambeau à une équipe de jeunes doctorants et post-doctorants, équipe dont nous faisions tous deux partie. Issus d’horizons scientifiques et institutionnels différents, les nouveaux responsables avaient pour tâche de perpétuer certaines (bonnes) traditions instaurées par leurs aînés – l’organisation de journées d’étude selon un rythme biannuel, en particulier –, de mener à bien des dossiers qui n’avaient pu aboutir, et, surtout, de développer leurs propres projets2 . Carte blanche nous était donc donnée pour innover. Sigue leyendo

  1. Sur un plan institutionnel, le RMBLF se définit comme un « groupe de contact du Fonds National de la Recherche Scientifique». Plomberie institutionnelle à la belge oblige, le RMBLF – francophone comme son nom l’indique – se distingue de son pendant flamand, le Vlaamse Werkgroep Mediëvistiek, avec lequel il collabore très régulièrement []
  2. Dans la pratique, l’un des membres fondateurs du RMBLF a tout de même conservé sa place au sein de l’organigramme. Il s’agit de notre président, Alain Marchandisse (FNRS/Université de Liège), qui continue à jouer le rôle de responsable vis-à-vis du FNRS, notre principal soutien financier []

Réaliser une CIFRE en histoire : retour d’expérience à SNCF

CIFRE est l’acronyme de Convention Industrielle de Formation par la REcherche.

Il s’agit d’un dispositif par lequel l’Association Nationale de la Recherche et de la Technologie (ANRT) subventionne toute entreprise souhaitant embaucher un doctorant pour réaliser un travail de recherche, en collaboration avec un laboratoire1 . Une étude prenant la forme d’une CIFRE est donc totalement avalisée par l’entreprise.

Un bref retour sur mon parcours s’impose pour saisir comment j’en suis arrivée à réaliser ma thèse sous cette forme. Sigue leyendo

  1. Présentation du dispositif CIFRE sur le site de l’ANRT []

“Thinking outside the box” : pourquoi j’ai choisi l’ Institut Universitaire Européen

Il y a un peu plus d’un an, j’appuyais sur la touche “entrée” de mon ordinateur et finalisais ainsi ma demande de bourse à l’Institut Universitaire Européen (IUE) de Florence. Le processus était lancé, et c’est ainsi qu’au terme d’une sélection comprenant évaluation du projet de thèse écrit et entretien oral (pour les “admissibles”), mon projet a été retenu.
Dire que c’était une opportunité inespérée est peu dire. En effet, et pour faire court, comme beaucoup j’avais dû mettre de côté mon projet de Doctorat après être entrée à l’Éducation Nationale. Au bout de quelques années, je décidai de reprendre mes études. Mais après avoir passé plus de deux ans à élaborer un projet de recherche, je devais me rendre à l’évidence : mener de front deux métiers à temps plein, à savoir professeur et doctorant n’était guère tenable.

Sigue leyendo

Découvrez… l’Association française d’histoire économique (AFHE)

AFHE_logo[Billet co-écrit par : Patrice Baubeau ; Guillaume Daudin ; Stéphane Le Bras ; Claire Lemercier ; Nicolas Marty et  Émilien Ruiz]

Fondée en 1965, l’Association française d’histoire économique (AFHE) regroupe les chercheurs, enseignants-chercheurs et étudiants dont les travaux se rapportent à l’histoire économique, de l’Antiquité à nos jours et sur tous les terrains géographiques, sans se limiter aux historiens dans une définition disciplinaire étroite. Sigue leyendo

Entre histoire et actualité : Les Archives par S. Cœuré & V. Duclert

Depuis le rapport Braibant demandé par le premier ministre Édouard Balladur en 1996, qui a dressé un bilan de la loi sur les Archives de 1976, les archivistes militent, soutenus par les historiens, pour remettre en question un système particulièrement complexe et peu efficace, manquant de transparence et de praticité.

Les ArchivesC’est dans ce contexte qu’a été écrit, et qu’agit, un petit livre de 128 pages, Les Archives, paru en 2001 aux éditions La Découverte et réédité en 2011 en réaction à l’évolution permanente de son propos. L’ouvrage de Sophie Cœuré et de Vincent Duclert affiche une ambition plurielle, et tient une place particulièrement importante au sein de l’historiographie des archives françaises.

Sophie Cœuré est une historienne française, spécialisée dans l’histoire du communisme et de la Russie aux XIXe et XXe siècles. Elle a enseigné à l’ENS, puis à l’université Paris Diderot. Les Archives constituent son premier ouvrage spécialisé dans ce domaine. Elle l’explore à nouveau en 2007 dans La mémoire spoliée : Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Payot, Paris, 2007. La réédition de 2011 s’enrichit ainsi d’exemples tirés de l’histoire des archives soviétiques, et de cette histoire des archives françaises, dont fait partie l’exemplaire original du traité de Versailles. Sigue leyendo

Ce que la mise en ligne fait aux archives : à propos d’un MOOC

[Ce texte a été rédigé afin de préparer la séance consacrée aux cours en ligne ouvert à tous (28 mars 2014) de l’atelier de jeunes chercheurs Environnement numérique et écritures historiennes, lors duquel Aude-Marie Lalanne-Berdouticq a présenté la conception du cours La Première Guerre mondiale expliquée à travers ses archives.]

bandeau_MOOC

Bandeau d’illustration du MOOC sur la plateforme “FUN”

La Première Guerre mondiale expliquée à travers ses archives est le premier cours en ligne ouvert à tous (MOOC) historien diffusé sur la plateforme France Université Numérique (FUN). Il a été mis en place par une équipe de chercheurs de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (Annette Becker, Gilles Ferragu, Philippe Rygiel, Patrice Baubeau, Aude-Marie Lalanne-Berdouticq et Nicolas Patin) en partenariat avec la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC). Pensé pour durer une douzaine de semaines (janvier-avril 2014), il se compose d’autant de séances qui sont structurées de manière similaire : une courte introduction et une courte conclusion entourent trois capsules audiovisuelles, elles-mêmes divisées en trois ou quatre sous-parties (le tout dure entre 15 et 20 min.). À cela, s’ajoutent une série d’exercices (sous la forme de questions à choix multiples ou de commentaires de documents), un forum permettant d’échanger entre pairs et une frise chronologique Sigue leyendo

IHA_1

La bibliothèque de l’Institut historique allemand

Présentation générale

La bibliothèque de l’Institut historique allemand (IHA)1 est un lieu incontournable pour les étudiants et chercheurs travaillant sur l’histoire allemande, française et les relations franco-allemandes. Située en plein cœur du Marais à Paris, cette bibliothèque scientifique spécialisée n’est pas seulement appréciée par ses lecteurs pour ses 110 000 ouvrages et ses nombreuses offres numériques, mais aussi pour son atmosphère studieuse, son accès et ses modalités simples et confortables.

La bibliothèque a pour principale mission d’offrir l’accès à des médias imprimés et numérisés, ainsi qu’a des services d’informations aux chercheurs de l’IHA. Mais elle s’adresse aussi à un public plus large d’étudiants et chercheurs en histoire. Elle intervient comme intermédiaire d’informations entre l’Allemagne et la France.2 Ainsi, le carnet de recherche « germanofil », accompagné du séminaire de recherche « Accéder à la documentation et aux ressources scientifiques sur l’Allemagne » est un outil pratique pour les personnes travaillant sur l’histoire allemande et cherchant des informations pour entamer une recherche scientifique.

De plus, la bibliothèque facilite la communication avec les chercheurs grâce à son rôle et son emplacement au sein de l’IHA. Le vaste programme de manifestations scientifiques peut également intéresser les lecteurs de la bibliothèque.

IHA_1

 

Collection

Le fonds de la bibliothèque totalise 110 000 ouvrages sur l’histoire allemande et française, l’histoire régionale allemande, les relations franco-allemandes et l’histoire de l’Europe occidentale – et ce de l’antiquité tardive à l’histoire contemporaine. Les points forts de la collection sont notamment :

–          L’hagiographie et l’histoire sociale de l’antiquité tardive et du haut Moyen Âge de la Gaule

–          Royauté, papauté et église, notamment les actes pontificaux en France

–          La Bourgogne entre la France et le Saint-Empire au 15e siècle

–          La France à l’époque de l’Humanisme et de l’Absolutisme

–          La France sous l’occupation allemande 1940-1944

–          L’histoire de la RDA et de la RFA

–          L’histoire de l’intégration européenne

Le fonds est plurilingue, avec environ soixante pour cent d’ouvrages en allemand, trente pour cent en français et dix pour cent dans d’autres langues, notamment en anglais. Ce qui est particulièrement intéressant pour le lecteur français cherchant de la littérature spécialisée en anglais ou en allemand, et qu’il ne trouvera pas facilement dans une autre bibliothèque parisienne.

La bibliothèque propose également 420 périodiques régulièrement tenus à jour. Elle dispose aussi de nombreuses offres numériques : l’accès aux revues scientifiques en ligne, des bases de données spécialisées, des outils pour la recherche bibliographique et aussi des livres électroniques. Le catalogue intégralement informatisé est accessible en ligne, et est rattaché au catalogue collectif en Allemagne. Ses périodiques sont également présentés dans le SUDOC.

En salle de lecture, on trouve en libre accès les collections sur l’histoire allemande dès la Réformation, les relations franco-allemandes, et de nombreux usuels, ouvrages de référence, dictionnaires et encyclopédies. Ici sont également présentées les nouvelles acquisitions et une sélection des ouvrages demandés pour l’agrégation d’allemand et d’histoire de l’année en cours. Dans la première salle de la bibliothèque sont présentées une sélection de la presse quotidienne allemande et française et des revues scientifiques, notamment sur l’histoire régionale allemande.

La salle de lecture peut accueillir une quarantaine de lecteurs ; elle se dresse autour d’une cour, aménagée en jardin. Grace à de grandes baies vitrées équipées de stores électriques, le lecteur peut confortablement travailler à la lumière du jour sans être gêné par le soleil. De plus, chaque place dispose d’une prise électrique.

Toute commande d’ouvrage se trouvant en réserve est traitée rapidement. Cette commande se fait par « bulletin de commande » que le lecteur dépose à l’accueil et où, quinze minutes plus tard, les livres seront mis à sa disposition. Il sera bientôt possible de passer les commandes d’ouvrages de la réserve via le catalogue en ligne. Pour cela, des travaux d’informatisation sont en cours. Des livres peuvent également être réservés pendant plusieurs jours : ils sont alors mis de côté dans un casier de réservation.

IHA_2

Informations pratiques

Pour obtenir une carte de lecteur, il suffit de remplir le formulaire sur le site internet ou sur place et d’apporter deux photos d’identité. L’accès est gratuit. Lors de la première visite, un bibliothécaire expliquera volontiers le fonctionnement de la bibliothèque. Le personnel est disponible afin d’aider le lecteur à utiliser le catalogue et les outils de recherche.

Les ouvrages sont à consulter sur place uniquement. Deux scanners, une photocopieuse, une imprimante ainsi qu’un lecteur microfiches et microfilms sont mis à disposition gratuitement. Les photocopies et impressions coûtent 0,15 € par page, et doivent être payées en espèce à la l’accueil de la bibliothèque. L’utilisation des appareils est d’abord expliquée par le bibliothécaire en service en salle de lecture. Un accès wifi gratuit est également disponible sur inscription et donne accès à toutes les bases de données auxquelles la bibliothèque est abonnée. La bibliothèque est rattachée au service allemand de prêt interbibliothèques (PEB). Il est donc possible de commander sur demande des ouvrages non disponibles dans les bibliothèques parisiennes. Toute commande d’ouvrage effectuée par le PEB sera à la charge du lecteur au prix de 20 Euro.

La bibliothèque de l’IHA est ouverte du lundi au jeudi de 10h à 18h et le vendredi de 10h à 17h, elle reste ouverte tout l’été (fermeture exceptionnelle possible, voir site internet pour toute l’actualité). Elle se trouve dans le 3e arrondissement, proche du métro Saint-Paul (Ligne 1) ou Chemin Vert (Ligne 8).

Bibliothèque de l’Institut historique allemand
Hôtel Duret-de-Chevry
8 rue du Parc Royal
75003 Paris

Tél. +33 (0)1 44 54 23 80

Mail bibliothek@dhi-paris.fr

Site internet de l’IHA : http://www.dhi-paris.fr
L’IHA sur Facebook

L’IHA sur Twitter: @dhiparis

Photos : IHA, CC-BY 2.0

  1. L’Institut historique allemand de Paris existe depuis 1964; il fait partie de la Fondation publique Max Weber Stiftung – Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland, financée par le ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche [plus d’informations sur les missions de l’IHA]. []
  2. voir le site internet de la bibliothèque de l’IHA: http://www.dhi-paris.fr/fr/home/bibliotheque/presentation.html. []

(Quand même) voir Auschwitz

J’ai récemment pu participer à l’un des voyages d’étude organisés depuis 10 ans par le Mémorial de la Shoah à Auschwitz-Birkenau. Voici le descriptif de ces voyages sur le site du Mémorial :

Depuis plus de 10 ans, le Mémorial de la Shoah organise chaque année des voyages d’étude sur le site d’Auschwitz-Birkenau en Pologne, encadrés par des rescapés et des accompagnateurs-historiens.

Destinés aux élèves de l’enseignement général, professionnel et agricole, ces voyages d’étude s’inscrivent au cœur d’une véritable démarche éducative, souvent pluridisciplinaire, reposant sur une préparation approfondie et personnalisée, sur la mise à disposition d’outils pédagogiques adaptés et exclusifs, sur un encadrement qualifié et un suivi rigoureux après le séjour.

Retenus en fonction de leur motivation, les élèves sont nécessairement engagés dans des projets pédagogiques qui les mobilisent tout au long de l’année scolaire. Avant le voyage d’étude, ces projets conduisent les classes à entamer une recherche documentaire et à renforcer leurs connaissances, une étape fondamentale avant la visite d’Auschwitz. Après le voyage d’étude, les élèves s’attachent avec leurs enseignants à un travail de réflexion et de restitution, tant du point de vue de leurs émotions que des notions acquises.

Les voyages d’étude sont un outil pédagogique au service de l’enseignement de l’histoire de la Shoah, complémentaire des autres actions engagées dans les établissements scolaires. Ils représentent également pour l’ensemble des participants une expérience humaine et intellectuelle exceptionnelle, dont les enjeux dépassent le champ de l’histoire pour atteindre la formation civique et citoyenne.

(source)

Je ne saurais résumer en un simple billet l’ensemble de ce voyage d’étude. Je tiens toutefois à proposer ici quelques retours sur cette expérience que j’ai trouvée très enrichissante, non seulement d’un point de vue mémoriel mais bien d’un point de vue historien.

Levons ici tout suspense, ma principale conclusion à la suite de ce voyage est qu’il s’agit bien d’un voyage d’histoire et non uniquement d’un voyage de mémoire (ce qui, de toutes façons, ne serait pas moins légitime, mais ce billet aurait alors peut-être un peu moins sa place ici).

Ce que l’on appelle communément “Auschwitz” correspond en réalité à un vaste complexe concentrationnaire et de mise à mort situé en Haute-Silésie (au Sud de la Pologne) à Oświęcim, dont le nom fut germanisé en Auschwitz lors de l’occupation Allemande. Il se compose de trois camps principaux : Auschwitz I ; Auschwitz II – Birkenau ; Auschwitz III – Monowitz entourés d’une “zone d’intérêts” de 40 km² surveillée par les SS (ainsi que d’une quarantaine de sous-camps).  Environ 1 million Juifs y furent assassinés, ainsi qu’environ cent mille autres victimes (Polonais, Tsiganes, prisonniers soviétiques…).

Le voyage d’étude organisé par le Mémorial de la Shoah dure une journée, la matinée est consacrée à la visite d’Auschwitz II – Birkenau et l’après-midi à Auschwitz I.

Voir la page consacrée à “Auschwitz” sur l’Encyclopédie multimédia de la Shoah ; voir la page “Auschwitz” sur Wikipedia ; voir le site web du musée d’Auschwitz.

Matinée : Auschwitz II – Birkenau

La visite commence le matin par la “Judenrampe”, située au niveau de l’ancienne gare de marchandise d’Oświęcim à un kilomètre de l’entrée de Birkenau. Les guides y présentent aux élèves la complexité de ce camp, sa place dans le processus d’extermination et la spécificité de la déportation des Juifs.

Ils rappellent alors que, dans cet épicentre de la destruction des Juifs d’Europe de l’Ouest et d’Europe Centrale, l’écrasante majorité d’entre eux fut immédiatement conduite aux chambres à gaz pour y être assassinée. C’est à Auschwitz II que se trouvaient les chambres à gaz et les crématoires qui furent utilisés pour exterminer la majeure partie des victimes du camp.

Au cours de cette matinée, ce qui m’a d’abord frappé, c’est l’immensité de ce camp (175 ha, ) et, par là, celle du complexe dans son ensemble.

Au fur et à mesure de la visite, les guides rappellent la chronologie du camps, sa place dans celle de la “solution finale”, les modalités et les raisons des extensions successives du camp, la rationalisation progressive du processus d’extermination, la tentative d’effacement total de toute trace de leurs exactions par les nazis, etc.

La qualité et la pédagogie du propos historique des guides m’a beaucoup frappé. Je connais certains des guides depuis plusieurs années et ne doutais pas de leurs compétences, mais je n’imaginais pas que le cadre de tels voyages permettaient d’être aussi complet. En outre la confrontation au lieu permet de beaucoup mieux comprendre ce que l’on a pu lire et entendre par ailleurs.

 

Après-midi : Auschwitz I

L’après-midi est consacré à la visite du camp principal, le stammlager, Auschwitz I. C’est la partie qui est probablement la plus connue d’un point de vue visuel. Tandis que Birkenau a été créé ex nihilo Auschwitz I était une ancienne cité de travailleurs migrants, transformée en caserne d’artillerie après 1918.

Le lieu ressemble donc beaucoup à une caserne, c’est là que se trouvaient la maison du commandant du camp, des bâtiments administratifs, un hopital pour les SS, une prison dans la prison, etc. C’est là que Clauberg conduisait ses expérimentations, que se trouvaient les magasins des biens extorqués aux déportés, etc.

Les 24 blocks constituent désormais le musée d’Auschwitz. Il y existe des expositions nationales (relatives à la déportation  par pays) : celle consacrée à la France fait preuve d’une scénographie très originale et pédagogique (le parcours de 5 déportés, avec 5 lignes de vie représentées, de salle en salle, par des filins d’aciers illuminés qui s’éteignent avec la vie du déportés dont le cheminement dans le camps est retracée) ; des expositions des photos d’identification des déportés (prises par Wilhelm Brasse, qui est mort récemment, en octobre 2012); etc.

C’est dans cette partie de la visite que nous sommes confrontés aux amoncellements de divers objets et de cheveux des victimes qui peuvent être émotionnellement difficiles à observer. En outre, des documents sont aussi exposés (fiches d’enregistrement, etc.) et il existe, au sein du block 24, un centre d’archives.

Faire de l’histoire à Auschwitz

Lieu de mémoire, Auschwitz est aussi un lieu où faire de l’histoire. Outre la visite, qui permet d’apprendre beaucoup par la confrontation au lieu, aux objets, etc. Un centre d’archives se trouve à Auschwitz I. Vous pouvez y consulter des documents relatifs à l’histoire du camp (documents originaux du camp allemand, copies de documents obtenus auprès d’autres institutions en Pologne et à l’étranger, des mémoires, témoignages d’anciens prisonniers, etc.). S’y trouvent aussi des photographies, des microfilms, négatifs, des films documentaires, des ouvrages, revues, etc

Page des archives sur le site internet du Musée d’Auschwitz

Enseigner l’histoire de la destruction des Juifs d’Europe à Auschwitz

Livrets fournis aux enseignants et aux élèves pour préparer les voyages d’étude

Vous avez peut-être déjà eu vent de certaines polémiques relatives à l’utilité pédagogique (mise en cause) de tels voyages pour des lycéens. Le peu que j’en ai vu m’a totalement convaincu de l’intérêt de la chose.

Il ne fait aucun doute qu’un tel voyage ne peut trouver sa place que dans un processus d’apprentissage plus long, qu’il doit être vraiment préparé en amont par les classes et cela semble bien être le cas.

En outre, le Mémorial de la Shoah met à la disposition des enseignants et des élèves des livrets d’accompagnement qui n’ont strictement rien à envier aux manuels les plus complets sur la question.

Après des études supérieures poussées en histoire contemporaine où, sans que cela soit ma spécialité, l’histoire de la Seconde Guerre mondiale était bien présente, je dois avouer que beaucoup d’éléments contenus dans ces brochures m’échappaient… Un lycéen qui aura lu attentivement la brochure qui lui a été fournie en saura certainement beaucoup plus qu’un étudiant de licence en histoire à l’université.

Conclure ?

Je ne saurais conclure un tel billet qui, à la relecture, me semble déjà trop incomplet et insuffisamment précis… Je me contenterai ici de vous donner quelques conseils (bien entendu ici encore très peu exhaustifs) de lectures évoquées par les guides durant la visite.

D’abord celle de l’Album d’Auschwitz, dont certaines des photos scandent la visite d’Auschwitz II, permettant ainsi de se représenter ce qu’étaient, par exemple, les crématorium IV et V (dont il ne subsiste que des ruines) :

L’Album d’Auschwitz, publié en co-édition par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et les Editions Al Dante, rassemble près de 200 photos, prises par des SS en mai et juin 1944, lors de la déportation massive des Juifs de Hongrie à Birkenau. Découvert en 1945 par une rescapée du camp, Lili Jacob, il constitue un document de référence, car il s‘agit des seules photos existantes témoignant du processus d’extermination des Juifs au camp d’Auschwitz-Birkenau.

(source ; voir aussi ici et )

Ensuite celle des voix sous la cendre. Manuscrits des Sonderkommados d’Auschwitz-Birkenau :

Entre 1942 et novembre 1944, l’Allemagne nazie assassine dans les chambres à gaz d’Auschwitz-Birkenau plus d’un million de personnes, des Juifs européens dans leur immense majorité. Un Sonderkommando (unité spéciale), constitué de détenus juifs qui se relaient de jour et de nuit, est contraint d’extraire les cadavres des chambres à gaz, de les brûler dans les crématoires et de disperser les cendres.

Quelques hommes ont transcrit ces ténèbres et ont enfoui leurs manuscrits dans le sol de Birkenau. Cinq de ces textes ont été retrouvés après la guerre. Aucun de leurs auteurs n’a survécu, les équipes étant liquidées et remplacées à intervalles réguliers. Ce sont trois de ces manuscrits, dans une nouvelle traduction du yiddish, pour partie inédite en français, qui sont présentés ici. La terreur, qui est la règle à Birkenau, est la toile de fond de cette histoire. C’est d’elle dont parlent tous les manuscrits retrouvés. Du silence, de l’absence d’évasion, de ce monde à l’envers où le meurtre est devenu la norme et l’impératif moral d’un peuple saisi d’angoisse obsidionale.

(source)

Parce qu’il nous a quitté très récemment et parce que son récit est exceptionnel, C’est en hiver que les jours rallongent, par Joseph Bialot :

« Les projecteurs éclairent des rues vides, des alignements de bâtisses de briques sombres. Vides ? Mais qui est donc ce petit bonhomme qui sprinte comme un dératé dans la lueur de glace qui illumine le Lager comme pour une fête ? Ça va être la tienne de fête, crétin ! Je cours, je cours, je cours. J’attends la rafale qui va partir d’un des miradors. Personne ne peut y couper. Chaque poste de surveillance tient sous son feu un axe dont on ne peut pas sortir. Reste la solution de me balancer sur les barbelés électrifiés. Je découvre réellement la peur. Pas une angoisse, pas l’imaginaire en mouvement. Le réel. Je suis le « 1000 » d’une cible pour tous les mitrailleurs SS. Seule question, quel mirador va tirer le premier ? C’est à ce moment précis que j’ai cessé de faire partie du monde « normal » et revêtu ma nouvelle peau : celle de déporté. »

(source)

Je terminerai ici par une brève explication du titre : le “quand-même” se veut un clin d’œil à une publication récente de Jérémie Dres, Nous n’iront pas voir Auschwitz, très bon roman graphique publié en 2011 :

Roman graphique à la croisée du reportage et de l’autofiction, Nous n’irons pas voir Auschwitz est la première bande dessinée de Jérémie Dres.

Désorienté par la mort de sa grand-mère, l’auteur décide de se rendre sur ses traces, en Pologne, en compagnie de son grand frère. À l’inverse de sa famille, profondément marquée par la Shoah et les pogroms qui ont suivi la Seconde Guerre Mondiale, ce jeune parisien est curieux de voir, de comprendre : c’est quoi être juif et polonais aujourd’hui ? Et que penser du renouveau de la langue et de la culture yiddish en Pologne ?

Non, ils n’iront pas voir Auschwitz, «cinq années d’anéantissement pour plus de mille ans d’histoire du peuple juif». Ils iront plutôt à Zelechow, le village de leur grand-père, à Varsovie où est née leur grand-mère ou encore à Cracovie qui abrite le plus grand festival de culture juive d’Europe. Le temps d’une semaine, ils découvrent une Pologne contrastée, toujours tiraillée par son passé. L’auteur et son frère échangent avec des rabbins progressistes et orthodoxes, les membres d’une vieille association juive et des jeunes artistes branchés. Portés par leur instinct et le souvenir des anecdotes de leur grand-mère, ils retrouvent aussi des morceaux de leur histoire personnelle.

De ce voyage intimiste, entre reportage et quête identitaire, se dégagent un profond optimisme et une fureur de vivre. Le contraire de l’oubli.

(source)

*

Je tiens à remercier ici Olivier Lalieu, Responsable Aménagement des lieux de mémoire et projets externes au Mémorial de la Shoah, de m’avoir permis de participer à ce voyage d’étude ; ainsi que Mathias Orjekh, Coordinateur des voyages d’étude pour le Mémorial et l’équipe des accompagnateurs-historiens du voyage auquel j’ai participé : Alexandre Doulut, Laure Fourtage et Julia Maspero. Enfin, merci à la formidable Ginette Kolinka, arrêtée en mars 1944, déportée à Auschwitz par le convoi n°71, qui témoignait lors de ce voyage d’étude.

La bibliothèque du CEDIAS-Musée social

Façade du Musée social en 1898

Façade du Musée social en 1898 (coll. CEDIAS-Musée social)*

Établissement privé, installé depuis sa fondation au 5 rue Las Cases dans le VIIe arrondissement de Paris, la bibliothèque du CEDIAS-Musée social est l’héritière d’un centre de documentation pionnier dédié aux multiples expressions de la « question sociale » dans le monde occidental contemporain. Cette orientation première, qui conditionne toujours la politique d’acquisition de la bibliothèque et en structure largement l’identité, se double aujourd’hui  d’un rôle documentaire et interventionnel de premier plan dans les domaines du travail social et de l’action sociale, assumé sous la tutelle du Centre d’études, de documentation, d’information et d’action sociales (CEDIAS).

Les collections de la bibliothèque intéresseront en priorité les apprentis historiens et historiennes dont le sujet de recherche croise le large spectre des déclinaisons du « social » aux XIXe et XXe siècles : histoire du travail, du monde ouvrier, des politiques sociales, de l’urbanisme et du logement social, de la philanthropie et des institutions patronales, du syndicalisme et des grèves, de l’économie sociale et solidaire, de la santé publique, de la démographie, et enfin, bien entendu, de l’ensemble des doctrines philosophiques, des attitudes et des mouvements politiques attachés à ces thématiques – socialismes, anarchismes, communismes principalement.

"Grève de Limoges : Le personnel du restaurant communiste", 1905, coll. CEDIAS-Musée social

Carte postale. "Grève de Limoges : Le personnel du restaurant communiste", 1905

Si la spécificité de ses collections en fait à l’évidence une bibliothèque « spécialisée », la bibliothèque du CEDIAS-Musée social rend aussi les grands et menus services d’une bibliothèque d’étude, située de surcroît non loin du Quartier latin : salle de lecture, outils de recherche, revues généralistes en libre accès, encyclopédies et usuels, ouvrages de référence en histoire et sciences sociales. La rapide présentation de la bibliothèque qui suit, si elle s’appuie prioritairement sur le lieu et son histoire pour mieux en éclairer les collections, n’en délaisse pas pour autant les questions « pratiques » relatives à l’accessibilité et à la fréquentation des salles de lecture. Elle vise à faire connaître un lieu d’étude et de recherche méconnu mais utile à bien des recherches en histoire et sciences sociales, et un lieu de sociabilité intellectuelle central pour les historiens, apprentis ou confirmés, dont le travail touche aux problématiques du social [1].

Histoire [2]

Projet de laboratoire des réformes sociales de la IIIe République mûri par Jules Siegfried, Émile Cheysson et Léon Say à l’issue de l’Exposition universelle de 1889, le Musée social est fondé en 1895 grâce aux fonds d’un riche mécène sensible à la question sociale, le comte Aldebert de Chambrun. Selon l’acception de l’époque, le « musée » se conçoit moins comme un lieu de conservation que comme un centre de recherche, d’étude et de documentation. Il se dote d’une bibliothèque, dont la tâche initiale est de rassembler et de mettre à la libre disposition de toute personne intéressée la production documentaire relative aux questions et aux réformes sociales.

"Assurances sociales, organisation libre", affiche de la Fédération nationale catholique (1928?)

Affiche. "Assurances sociales, organisation libre", Fédération nationale catholique

Sous l’égide de son premier bibliothécaire, Étienne Martin-Saint-Léon, la bibliothèque se soumet d’emblée à deux  principes directeurs qui font aujourd’hui la richesse de ses collections. Le premier, la neutralité, implique la collecte de tous les documents relatifs aux questions sociales, quels qu’en soient les émissaires ou la nature. Le second, l’ouverture internationale, découle du caractère transnational des « réseaux réformateurs » et s’appuie sur toute une équipe d’enquêteurs rémunérés et de correspondants disséminés en Europe et aux États-Unis. La fidélité de l’institution à ces principes initiaux, malgré l’inspiration nettement anti-révolutionnaire de ses fondateurs, explique largement que l’on puisse aujourd’hui y trouver aussi bien les comptes rendus de congrès des trade-unions anglais, des dossiers documentaires sur les coopératives belges ou les jardins ouvriers américains, des pamphlets anti-socialistes et des tracts anarchistes.

De sa création à la Seconde Guerre mondiale, la bibliothèque connaît son âge d’or. La salle de lecture, à deux pas de l’Assemblée Nationale, est fréquentée par des parlementaires aussi bien que par des professeurs d’université, par des militants instruits aussi bien que par des socialistes étrangers ; Jean Jaurès, Georges Sorel, Lénine, parmi bien d’autres, font partie de ces lecteurs. Durant l’entre-deux-guerres, l’institution connaît néanmoins des difficultés financières et des vicissitudes internes qui atteignent la dynamique d’expansion de la bibliothèque. L’importance des fondateurs, véritables notables de la Troisième République – plusieurs projets de loi furent élaborés au sein du Musée social[3] – décline avec leurs disparitions successives. La bibliothèque poursuit son œuvre de collecte, mais avec des moyens plus restreints.

Dans la deuxième partie du XXe siècle, elle resserre sa politique d’acquisitions et affirme certains partis pris documentaires, avec par exemple un accent mis sur les politiques sociales et le champ de l’action sociale. Sous l’impulsion de Colette Chambelland, elle devient à partir des années soixante un lieu d’étude, de rencontre et d’échanges pour de nombreux historiens du mouvement ouvrier et du socialisme. Depuis le début des années 2000, elle mène une politique de modernisation de ses outils et de valorisation de ses fonds, reconnue sur le plan institutionnel par l’intégration du réseau des « pôles associés documentaires » de la BnF (qui alimente Gallica) et par le classement comme « archives historiques » d’une part importante de ses collections par le Ministère de la Culture et de la Communication (par arrêté du 8 avril 2008).

Collections

Les collections constituées par la bibliothèque portent la marque de cette riche histoire : variété des supports, coexistence de l’imprimé et de l’archive, pluralité linguistique et, surtout, fonds exceptionnel pour la période 1880-1914. Sans chercher à en donner une recension aussi vaine qu’inutile, il semble pertinent d’en esquisser à grands traits les principales ressources et composantes[4].

"Conscrit", février 1906 : "L'Armée est le chien de garde du coffre-fort"

Périodique. "Le Conscrit", février 1906

L’un des points forts de la bibliothèque est sa collection de périodiques, particulièrement dans les domaines de l’économie sociale et solidaire et de l’action sociale ; sa vocation patrimoniale est affirmée dans ce domaine (c’est l’essentiel de sa contribution à la bibliothèque numérique de la BnF, Gallica) et elle conserve des titres rares voire uniques.

La littérature grise – brochures, tracts, feuilles militantes – y est abondante et en plusieurs langues, reflet des envois réguliers des correspondants du Musée social ou des dépôts de militants. Les dossiers documentaires réalisés par les sections d’étude du Musée – sur les coopératives, les grèves, les jardins ouvriers, l’hygiène, l’urbanisme… – sont encore consultables et constituent une source de première main pour les historiens du réformisme social. Il serait dérisoire de prétendre offrir un panorama de l’offre de monographies. On se contentera donc d’indiquer qu’outre les « classiques » du socialisme, du christianisme social ou du communisme, la bibliothèque du CEDIAS-Musée social offre l’accès à une riche collection d’ouvrages de référence en historiographie et sciences humaines, de Marc Bloch aux Lieux de mémoire, complétée d’usuels comme le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, dit « Maitron ».

Bibliothèque d’étude clairement tournée vers l’histoire et les sciences humaines, la bibliothèque du Musée social est aussi une bibliothèque de recherche qui assume la conservation de plusieurs fonds d’archive. Outre ceux de la Fédération nationale des coopératives de consommation, en cours de traitement, on peut citer en exemples les archives de l’Alliance d’hygiène sociale, de l’association L’Hygiène par l’exemple, celles du sociologue du travail, ancien surréaliste et compagnon de Trotsky, Pierre Naville, ou encore celles des militants syndicalistes-révolutionnaires Pierre Monatte et Alfred Rosmer. Il faut enfin signaler l’exceptionnelle documentation recueillie et déposée à l’issue des expositions universelles de Paris de 1889 et de 1900 – catalogues, brochures, rapports, livrets – qui demeurent un matériau précieux pour toute recherche sur l’histoire du travail et de ses représentations au tournant du XIXe siècle.

Étude

La bibliothèque du CEDIAS-Musée social est petite : à la salle d’accueil et des périodiques succède une salle d’étude pouvant recevoir une vingtaine de lecteurs simultanément. L’apprenti historien peut préparer utilement sa visite en consultant le catalogue en ligne de la bibliothèque, désormais informatisé dans sa quasi-intégralité. Préalablement à toute consultation de document, il est accueilli par l’un des bibliothécaires qui s’enquiert de ses besoins et qui, s’il le souhaite, l’informe et le guide dans sa recherche. On aurait tort de se priver de ce temps de dialogue : les bibliothécaires étant eux-mêmes historiens et au contact permanent de nombreux chercheurs, l’apprenti historien aura tout intérêt à se laisser prodiguer conseils de lecture, estimation de l’état des recherches et des ressources sur une question ou sollicitation à la prise de contacts avec chercheurs, collègues ou institutions. Si sa recherche est concluante, le lecteur sera invité à s’inscrire, sur la base de divers tarifs : 3€ pour la journée, 10€ pour cinq entrées, 20€ à l’année s’il est en mesure de produire un justificatif étudiant (carte d’étudiant, attestation d’inscription en master ou en thèse).

Salle de lecture en 1898 - Salle des catalogues aujourd'hui (bibliothèque du Musée social)

La salle de lecture en 1898 et la salle du catalogue aujourd'hui

L’accès aux périodiques vivants déposés sur les présentoirs – parmi lesquels Le Débat, Esprit, Actes de la recherche en sciences sociales, Annales, Commentaire, Revue d’histoire moderne et contemporaine, Genèses… – est libre et ne nécessite pas d’inscription, mais ces ressources sont consultables sur place uniquement. La bibliothèque du CEDIAS-Musée social est une bibliothèque d’étude qui ne propose du reste aucun document au prêt, à de rares exceptions que sont les mémoires de travail social déposés en double par leurs auteurs. Cette restriction, couplée à des horaires d’ouverture restreints – 13h-18h du lundi au jeudi, 13h-17h le vendredi – ne facilite pas l’accès aux collections conservées et impose à chacun d’organiser sa journée (et sa semaine) de travail en conséquence.

Années 1930 : enfants de la "zone" aux portes de Paris

Photographie. "Années 1930 : enfant de la 'zone' aux portes de Paris", s.d.

Ces conditions d’accès sont celles d’une petite structure, animée par un personnel restreint, et sans dotation publique directe. S’il est à certains égards contraignant, le fonctionnement général de la bibliothèque n’en présente pas moins certains avantages. Outre la qualité de l’environnement de travail et du conseil prodigué, le système de communication « de la main à la main » des documents, dont la demande est effectuée par un bulletin papier remis au bibliothécaire, présente l’avantage de temps d’attente extrêmement courts entre la demande et la réception du ou des documents, de l’ordre de cinq à dix minutes. Ces documents, une fois la séance de travail terminée, sont « mis de côté » par les bibliothécaires sur simple demande. Comme dans la plupart des bibliothèques, les photocopies et les photographies sont possibles, sous réserve de l’accord préalable des bibliothécaires. Enfin, la salle de lecture est un espace et un outil de travail précieux : les historiens du politique (et d’autres) seront heureux d’y trouver, en libre accès, la collection papier complète de l’Humanité.

 


* Toutes les illustrations de ce billet sont extraites de la photothèque de la bibliothèque et reproduites avec l’aimable autorisation du CEDIAS-Musée social

[1] Ancien usager de la bibliothèque, l’auteur de ce billet y a aussi travaillé entre 2010 et 2011.

[2] Outre l’historique proposé par la bibliothèque sur son site, ont été consultés les ouvrages suivants : Colette Chambelland (dir.), Le Musée social en son temps. Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1998 ; Janet Horne, Le Musée social. Aux origines de l’État providence. Préface de Pierre Rosanvallon. Paris, Belin, 2004.

[3] Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914. Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

[4] Pour plus de précisions, on se reportera à la présentation rédigée par la bibliothèque : http://cediasbibli.org/opac/index.php?lvl=infopages&pagesid=13