Archives de catégorie : Lieux

La malle aux trésors

En octobre 2012, lors des Rendez-vous de l‘histoire de Blois j’animais une table ronde à laquelle participait Jean Nicolas. Avec son comparse Raymond Huard, ils ont évoqué successivement ces paysans qui, entre le milieu du XVIIIè siècle et le mitan du XIXè siècle, ont semé la révolte aux quatre coins de la France. Je me souviens tout particulièrement du regard pétillant de Jean Nicolas lorsque, le moment venu, il en vint à conter pour son auditoire l’ouverture de sacs d’archives poussiéreuses qu’il fut le premier à lire : ses yeux pétillaient comme ceux d’un gosse devant une merveilleuse malle aux trésors. De ses documents, il tira son maître ouvrage La rébellion française1 un travail titanesque d’histoire quantitative sur les émeutes, colères ou simples émotions qui, au XVIIIè siècle, ont saisi les plus modestes habitant.es du royaume de France. Continuer la lecture

  1. NICOLAS, Jean, La rébellion française, mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Gallimard, 2008, 1074 p. []

Quelques minutes en 24 ans

[Un billet de Véronique Beaulande-Barraud]

En réfléchissant à ce que je pourrais raconter ici, la première anecdote qui m’est revenue est le fou-rire inextinguible dont j’ai été prise quand j’ai réalisé que l’homme jugé pour adultère dont je lisais le procès s’appelait Couillemolle….

Il y a les souvenirs de maîtrise, lorsqu’avec une amie nous partagions, émerveillées, nos découvertes de débutantes, sous le regard courroucé de la « dame de la salle » que tous ceux qui ont fréquenté un certain dépôt d’archive reconnaîtront – celle qui range bruyamment ses affaires un bon quart d’heure avant la fermeture de la salle pour bien nous faire comprendre qu’il va falloir songer à sortir. Continuer la lecture

Une nouvelle rubrique : « Histoires d’archives »

Nous inaugurons aujourd’hui une nouvelle rubrique dans Devenir historien·ne : « Histoire d’archives ». Cette idée m’est venue lors d’une session consacrée aux « archives françaises » au congrès des French Historical Studies à Washington. L’un des intervenants a dit « on a tous nos petites histoires à raconter ». J’ai alors pensé qu’il serait intéressant de lire les « petites histoires » des autres, celles qu’on se raconte au café ou ailleurs, et qui font pourtant partie intégrante de notre expérience de recherche : ce qui nous émeut, nous interroge, nous pose problème lors de nos plongées dans les fonds documentaires. Ces billets pourront être très divers et aborder toutes les facettes des sessions aux archives : le lien avec les personnels, les sociabilités, la découverte imprévue d’un document, les maladresses, les petites joies procurées par cet aspect de notre vie scientifique. Continuer la lecture

Consulter les archives du BIT à Genève : retour – heureux – d’expérience

Il n’est pas toujours simple de se lancer dans la consultation d’archives qu’on ne connaît pas, dans un lieu où l’on a jamais mis les pieds, a fortiori si on n’est pas tout à fait sûr de ce qu’on vient chercher. C’était mon cas lorsque je suis parti trois jours fin octobre 2015 pour Genève et l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Retour pragmatique sur quelques enseignements.

J’ai réalisé cette visite aux archives dans le cadre de mon doctorat qui porte sur l’émergence de la politique des droits de l’homme. Ma thèse part des arènes et des forums dans lesquelles la France se trouve impliquée pour montrer que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 n’est qu’une séquence prolongeant un mouvement plus large. Ce moment commence dans l’entre-deux-guerres par la protection internationale de populations définies comme vulnérables au nom d’une politique d’humanité d’un côté, et la promotion de l’émancipation par la dignité du travail de l’autre.

Continuer la lecture

L’Agenda du médiéviste : le Moyen Âge en réseau

Billet co-écrit par Nicolas Ruffini-Ronzani (FNRS/UNamur) & Marie Van Eeckenrode (Archives de l’État/UCL)

L’Agenda du médiéviste a vu le jour au printemps 2011 suite à un remaniement du comité de coordination du Réseau des médiévistes belges de langue française (RMBLF)1 .

Pour des raisons qui leur appartenaient, les membres fondateurs du RMBLF souhaitaient transmettre le flambeau à une équipe de jeunes doctorants et post-doctorants, équipe dont nous faisions tous deux partie. Issus d’horizons scientifiques et institutionnels différents, les nouveaux responsables avaient pour tâche de perpétuer certaines (bonnes) traditions instaurées par leurs aînés – l’organisation de journées d’étude selon un rythme biannuel, en particulier –, de mener à bien des dossiers qui n’avaient pu aboutir, et, surtout, de développer leurs propres projets2 . Carte blanche nous était donc donnée pour innover. Continuer la lecture

  1. Sur un plan institutionnel, le RMBLF se définit comme un « groupe de contact du Fonds National de la Recherche Scientifique». Plomberie institutionnelle à la belge oblige, le RMBLF – francophone comme son nom l’indique – se distingue de son pendant flamand, le Vlaamse Werkgroep Mediëvistiek, avec lequel il collabore très régulièrement []
  2. Dans la pratique, l’un des membres fondateurs du RMBLF a tout de même conservé sa place au sein de l’organigramme. Il s’agit de notre président, Alain Marchandisse (FNRS/Université de Liège), qui continue à jouer le rôle de responsable vis-à-vis du FNRS, notre principal soutien financier []

Réaliser une CIFRE en histoire : retour d’expérience à SNCF

CIFRE est l’acronyme de Convention Industrielle de Formation par la REcherche.

Il s’agit d’un dispositif par lequel l’Association Nationale de la Recherche et de la Technologie (ANRT) subventionne toute entreprise souhaitant embaucher un doctorant pour réaliser un travail de recherche, en collaboration avec un laboratoire1 . Une étude prenant la forme d’une CIFRE est donc totalement avalisée par l’entreprise.

Un bref retour sur mon parcours s’impose pour saisir comment j’en suis arrivée à réaliser ma thèse sous cette forme. Continuer la lecture

  1. Présentation du dispositif CIFRE sur le site de l’ANRT []

« Thinking outside the box » : pourquoi j’ai choisi l’ Institut Universitaire Européen

Il y a un peu plus d’un an, j’appuyais sur la touche “entrée” de mon ordinateur et finalisais ainsi ma demande de bourse à l’Institut Universitaire Européen (IUE) de Florence. Le processus était lancé, et c’est ainsi qu’au terme d’une sélection comprenant évaluation du projet de thèse écrit et entretien oral (pour les “admissibles”), mon projet a été retenu.
Dire que c’était une opportunité inespérée est peu dire. En effet, et pour faire court, comme beaucoup j’avais dû mettre de côté mon projet de Doctorat après être entrée à l’Éducation Nationale. Au bout de quelques années, je décidai de reprendre mes études. Mais après avoir passé plus de deux ans à élaborer un projet de recherche, je devais me rendre à l’évidence : mener de front deux métiers à temps plein, à savoir professeur et doctorant n’était guère tenable.

Continuer la lecture

Découvrez… l’Association française d’histoire économique (AFHE)

AFHE_logo[Billet co-écrit par : Patrice Baubeau ; Guillaume Daudin ; Stéphane Le Bras ; Claire Lemercier ; Nicolas Marty et  Émilien Ruiz]

Fondée en 1965, l’Association française d’histoire économique (AFHE) regroupe les chercheurs, enseignants-chercheurs et étudiants dont les travaux se rapportent à l’histoire économique, de l’Antiquité à nos jours et sur tous les terrains géographiques, sans se limiter aux historiens dans une définition disciplinaire étroite. Continuer la lecture

Entre histoire et actualité : Les Archives par S. Cœuré & V. Duclert

Depuis le rapport Braibant demandé par le premier ministre Édouard Balladur en 1996, qui a dressé un bilan de la loi sur les Archives de 1976, les archivistes militent, soutenus par les historiens, pour remettre en question un système particulièrement complexe et peu efficace, manquant de transparence et de praticité.

Les ArchivesC’est dans ce contexte qu’a été écrit, et qu’agit, un petit livre de 128 pages, Les Archives, paru en 2001 aux éditions La Découverte et réédité en 2011 en réaction à l’évolution permanente de son propos. L’ouvrage de Sophie Cœuré et de Vincent Duclert affiche une ambition plurielle, et tient une place particulièrement importante au sein de l’historiographie des archives françaises.

Sophie Cœuré est une historienne française, spécialisée dans l’histoire du communisme et de la Russie aux XIXe et XXe siècles. Elle a enseigné à l’ENS, puis à l’université Paris Diderot. Les Archives constituent son premier ouvrage spécialisé dans ce domaine. Elle l’explore à nouveau en 2007 dans La mémoire spoliée : Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Payot, Paris, 2007. La réédition de 2011 s’enrichit ainsi d’exemples tirés de l’histoire des archives soviétiques, et de cette histoire des archives françaises, dont fait partie l’exemplaire original du traité de Versailles. Continuer la lecture

Ce que la mise en ligne fait aux archives : à propos d’un MOOC

[Ce texte a été rédigé afin de préparer la séance consacrée aux cours en ligne ouvert à tous (28 mars 2014) de l’atelier de jeunes chercheurs Environnement numérique et écritures historiennes, lors duquel Aude-Marie Lalanne-Berdouticq a présenté la conception du cours La Première Guerre mondiale expliquée à travers ses archives.]

bandeau_MOOC

Bandeau d’illustration du MOOC sur la plateforme « FUN »

La Première Guerre mondiale expliquée à travers ses archives est le premier cours en ligne ouvert à tous (MOOC) historien diffusé sur la plateforme France Université Numérique (FUN). Il a été mis en place par une équipe de chercheurs de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (Annette Becker, Gilles Ferragu, Philippe Rygiel, Patrice Baubeau, Aude-Marie Lalanne-Berdouticq et Nicolas Patin) en partenariat avec la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC). Pensé pour durer une douzaine de semaines (janvier-avril 2014), il se compose d’autant de séances qui sont structurées de manière similaire : une courte introduction et une courte conclusion entourent trois capsules audiovisuelles, elles-mêmes divisées en trois ou quatre sous-parties (le tout dure entre 15 et 20 min.). À cela, s’ajoutent une série d’exercices (sous la forme de questions à choix multiples ou de commentaires de documents), un forum permettant d’échanger entre pairs et une frise chronologique Continuer la lecture