Archives de catégorie : Sources

L’historien et l’iconographie du XVIIIe siècle

En travaillant sur ma thèse consacrée à l’image de Louis XV et Louis XVI, je me suis appuyée sur un corpus qui était en grande partie iconographique. Étrangement, je constate depuis lors que l’on me considère très souvent comme une historienne de l’art plutôt qu’une historienne. Cela ne manque pas de me surprendre parce que l’étude iconographique a depuis longtemps été légitimée par l’historien, et ce à juste titre. Je voudrais donc proposer ici une brève réflexion sur ce type de sources, la manière de les traiter et leur utilité toute particulière pour l’étude du XVIIIe siècle. En effet, elles paraissent capitales pour comprendre une période qui s’est engouée pour le Salon de peinture et de sculpture, pendant laquelle la gravure s’est largement diffusée et a fait l’objet d’incessants perfectionnements techniques. Continuer la lecture

L’ostéométrie humaine appliquée à l’étude des pratiques militaires anciennes

Dans le cadre de ma thèse de doctorat en archéologie, intitulée « Armes, métiers des armes et armées en Italie centrale et méridionale, VIe – IIIe s. av. J.-C. », j’ai choisi d’orienter mon étude sur plusieurs grandes questions : d’abord bien sûr la typologie de l’armement retrouvé dans différents contextes archéologiques (sépultures, sanctuaires, habitats, champs de batailles), ainsi que les panoplies individuelles qu’on peut en déduire,  mais aussi les pratiques culturelles, sociales, et économiques liées à la guerre (dévotions religieuses particulières, formation et rites d’initiation des jeunes, solidarités militaires, mercenariat, etc.). Enfin, puisque l’époque classique et surtout l’époque hellénistique sont les moments de l’émergence des premières armées « professionnelles » autour de la Méditerranée, la notion de « métier des armes »  s’est d’emblée avérée centrale dans ma réflexion Continuer la lecture

Que faire de Wikipédia ?

Voilà un bref billet qui couvait depuis un moment dans les soutes de devhist… Ces temps-ci, le temps vient toujours à manquer pour concrétiser les idées de billets, même si le carnet arrive à vivre, grâce aux contributrices et contributeurs qui acceptent de prendre le temps de partager ici leurs expériences, leurs réflexions, etc. (qu’ils et elles en soient encore une fois remerciées !). Il faut dire qu’entre les campagnes de recrutement et la prise de fonction d’un premier poste de MCF, le temps du blogging ne pouvait que se resserrer. Car, oui, bloguer prend du temps. Ce qui, accessoirement, implique que celles et ceux qui y consacrent ce temps considèrent que cela en vaut la peine, et non qu’il s’agit d’un passe-temps d’oisifs-qui-feraient-mieux-d’avancer-sur-[compléter-au-choix-la-suite], à bon entendeur… Mais j’arrête ici ce qui devrait être l’introduction du « que faire des blogs d’historien-nes » qui ne manquera pas de s’imposer ici un jour….

L’objet de ce billet est… Wikipédia. Vous savez, ce monstre numérique qui corrompt nos petites têtes blondes depuis 15 ans et dont certains se plaisent à dénoncer les travers… parfois à raison, parfois jusqu’à l’obsession. Continuer la lecture

Faire une histoire quantitative de l’État ? Quelques réflexions historiographiques

En France, ces deux dernières décennies ont été le théâtre d’un incontestable renouveau de l’histoire de l’État contemporain, de telle sorte qu’il n’est certainement plus possible de le qualifier de « non-objet historique » (Rosanvallon, 1990 : 9). Le nombre des fonctionnaires constitue toutefois un angle mort des recherches en sciences sociales. Ainsi, le constat que Pierre Rosanvallon dressait pour l’État il y a plus de vingt ans s’applique très bien aujourd’hui à la question de ses effectifs : « le très petit nombre des travaux consacrés à l’histoire [du nombre des fonctionnaires] contraste singulièrement avec la vigueur des jugements qui s’expriment à son propos. (…) Il est peu de domaines dans lesquels le déséquilibre entre la masse des prises de position et la minceur des travaux érudits soit aussi frappant » (Ibid).

Une telle situation a permis l’édification d’un double mythe politique concernant le volume des effectifs de l’État : de tous temps la France compterait trop de fonctionnaires tandis que l’État lui-même serait bien incapable de compter ses effectifs Continuer la lecture