Archives de catégorie : Orales

Faire une histoire orale du travail à la Sécurité sociale

Pourquoi croiser sources orales et histoire du travail au sein de la Sécurité sociale ? Une telle démarche ne va pas de soi. Cela s’inscrit à la fois dans un nouveau chantier de recherche, l’étude des « street levels bureaucrats » et une démarche méthodologique, le recueil et l’analyse de sources orales centrés sur les pratiques professionnelles d’une organisation complexe.

Les street levels bureaucrats de la Sécurité sociale

La catégorie des « street levels bureaucrats » est utilisée à l’origine pour analyser les fonctionnaires travaillant directement avec le public Continuer la lecture

Des dossiers de carrière aux sources construites : les entretiens biographiques

Ce billet méthodologique prolonge une récente contribution à Devenir historien-ne, centrée sur l’usage des dossiers de carrière dans l’histoire des enseignantes d’Éducation physique et sportive. Après l’étude de dossiers administratifs, notre recherche s’est en effet poursuivie sur la base de questionnaires mais aussi et surtout, d’entretiens biographiques.

Un corpus oral construit en plusieurs temps

Lettre de présentation, Questionnaire parcours d'enseignant-e-s

Lettre de présentation, Questionnaire parcours d’enseignant-e-s (cliquez pour agrandir)

Pour construire notre corpus oral, nous avons bénéficié, au-delà des contacts personnels noués lors d’un travail de master1 , du soutien du Syndicat National de l’Éducation Physique (SNEP) ainsi que de l’Association des Enseignants d’EPS (AEEPS)2. Ce syndicat disciplinaire ainsi que cette association de spécialistes ont diffusé par le biais de leurs listes privées, sites internet, fils d’informations et bulletins retraité-e-s – et ce à plusieurs reprises – un appel à compléter un questionnaire. Continuer la lecture

  1. SZERDAHELYI Loïc (2007), La mixité en EPS. Regards de professeures d’EPS sur les années 1960 et 1970, Mémoire de master 2 recherche en sciences du sport, Université Lyon 1 []
  2. Aujourd’hui nommée : Association pour l’Enseignement de l’EPS. Cette association est historiquement issue de l’Amicale des anciens élèves de l’École Normale Supérieure d’Éducation Physique []

L’acculturation d’un attelage disciplinaire : Histoire du temps présent/Histoire orale

Exposition virtuelle Mai 68 et les historiens. Autour de l’histoire orale réalisée par Agnès Callu & Patrick Dubois

Au rang des grilles d’interprétation de l’histoire du temps présent s’inscrit – centrale – l’histoire orale1. Outil théorique transdisciplinaire agissant en frontière avec la sociologie et l’ethnologie quand elle repose sur l’enquête de terrain, privilégie l’observation participante et admet la synchronie, elle s’affiche toutefois, singulière, par son identité, son périmètre d’investigation, sa méthode de travail. C’est pourquoi, afin de mesurer l’attelage que nécessairement elle compose avec l’histoire du temps présent (en confluence et croisement, toujours, évidemment, avec la masse critique traditionnelle), il est fondateur, sur une rythmique ternaire : d’abord, de réfléchir à l’émergence dans les pratiques de travail du nouveau trio objet/historien/témoin et, plus encore, d’en évaluer les problématiques et les ouvertures ; ensuite, d’entendre la fonction sociale et le capital symbolique du témoignage ; enfin, d’intégrer la signature intellectuelle d’un vecteur technique, socle d’une source qui parle et, dans un premier mouvement, s’interdit presque consubstantiellement de s’écrire.

Le trio objet/historien/témoin

Pour s’extraire d’une historiographie très balisée, depuis les années 1980, à l’échelle internationale de l’Oral History comme à celle des questionnements français (ceux de l’Institut d’histoire du temps présent, l’IHTP, précisément, aux fondements), il est nécessaire de définir, au départ, un certain « courage » historiographique.

De fait, au regard du positivisme français, du scientisme d’une histoire profondément classicisante car de culture latine et au point cardinal de laquelle s’érige le monument d’écriture, seul gage de foi et de preuve, l’histoire orale (celle-là même qui renseigne, au plan psycho-historique, sur ceux qui fréquentèrent l’hier, l’avant-hier, le presque immédiat), oblique dès l’origine puisque – c’est truisme de le dire – elle accepte de sortir du cercle de travail initial pour s’installer non plus « contre » mais « en face » de son objet d’étude afin d’engager le dialogue.

Ce pas de côté – à réfléchir un instant aux habitus académiques fortement enracinés – est, en soi, une expérience, sinon traumatique, audacieuse pour le moins, quand elle ne recule pas devant l’étrangeté d’une « invention » ; et c’est vrai, cela en compose une, et pas des moindres, lorsque l’on décide d’imaginer l’outillage d’une relation diachroniquement dialoguée pour encadrer, afin de la mieux comprendre, une question du temps présent. Effectivement, d’ordinaire, l’objet historique, placé sur la table de travail, s’analyse sous les lignes d’un texte – iconique parfois, trop rarement – examiné dans l’intimité de la sphère historiens/traces écrites. Là, les conditions originelles sont changées : certes, l’objet demeure posé sur l’écritoire mais il est convoqué/invoqué par la parole rétrospective d’un tiers en sorte que dès lors tout bascule. L’intermédiation, hors du fait intrinsèque qu’elle casse la courroie directe entre le sachant et sa documentation, installe le propos dans un « u topos », un ailleurs intellectuel – autant sur le registre de l’événement que sur celui du discours. Et c’est ce bouleversement-là, soit l’instauration d’un trinôme de fait, secouant, voire dénonçant, les pratiques, les modes, les attentes, les aspirations et les codes universitaires qui dérange tant. Il faut y insister même si l’affaire est bien connue : la règle générique suppose le lien presque biologique du savant et de ses textes pour, en légitimité, avancer une proposition historique. Or soudain, surgit ici l’intermédiaire – impur par essence, intrusif car originellement greffé – et les ressorts acculturés sur un temps multiséculaire sont mis en déroute.

Dire/redire cette évidence-là de façon séminale l’installe à sa place, c’est-à-dire au premier plan. En effet, et il faut bien en mesurer les conséquences, ce schéma ternaire demeure aujourd’hui encore, sinon culturellement inédit, au moins approprié de façon fragmentée, et son acceptation fondamentale est toujours difficultueuse.

En plus d’entendre un changement chiffré : soit compter non plus jusqu’à deux dans l’espace de réflexion mais brusquement jusqu’à trois, l’historien doit, bien sûr, formuler la place assignée à chacun et, là encore, la répartition des rôles, leur verbalisation, est tendue. Au cœur, l’objet historique installé dans un présent compliqué/complexe car aux processus incomplets et inaboutis ; autour de lui, théoriquement en duo équitable, c’est-à-dire partagé dans l’harmonie et/ou en confrontation, l’historien et le témoin.

Le premier, l’historien, héritier de connaissances, expert dans leur exploitation et énonciations critiques, consolidé par l’acquisition continue de savoirs in progress, problématise le donné ; l’autre, le témoin, matérialité humaine d’une mémoire vive en soi à questionner, s’impose TESTIS obligé d’un présent-passé qui ne s’écrit qu’à hauteur d’hommes.

Reconnaître cette distribution, admettre ce postulat, c’est se dépouiller volontairement de peaux successives issues de terreurs intellectuelles presque irraisonnées mais très fortement enracinées : c’est déjouer le mythique empêchement dirimant de Duroselle qui affirme que seule la mort des témoins assainit la place historique ; c’est, en écho, redéfinir les concepts de recul et d’objectivité historiques sans les invalider au prétexte de leur inscription commune dans la contemporanéité ; c’est accepter le « handicap de l’a posteriori », jugé, un temps, insurmontable par Jean-Jacques Becker qui lui accole l’absolue caractéristique d’un discours toujours « T+1 » et, par définition, jamais « live » ; c’est repousser les multi-craintes, par ailleurs justifiées : de la construction/reconstruction, de la mémorialisation fragmentée, de l’absorption d’éléments externes sur la couche de souvenirs purement individuelle, de la collectivisation d’un récit oscillant du JE vers le NOUS, en conscience ou non, sous-maîtrisé ou non, de l’interaction qui suscite la conformité d’un discours mémoriel à l’attente du questionnement individuel de l’historien-enquêteur, de la restitution langagière, élitiste, acclimatée, brouillonne, nerveuse, sensible, maladroite etc. Denis Peschanski, singulièrement, a pointé les dérives possibles, il y a longtemps déjà.

Aussi bien la clarification des mises en place de chacun : objet historique et sujets au pluriel de son interprétation : l’historien et le témoin est-elle nécessaire pour caler un dispositif analytique qui intègre la prise de parole, la mise en parole comme facteurs fondateurs.

La fonction sociale et le capital symbolique du témoignage

De fait – énoncer les évidences est admis – parler permet de dire tout ce qui n’est pas écrit. Cela suppose – pour faire un instant de l’exégèse – tout ce qui ne s’écrit pas et tout ce qui n’a pas pu être écrit. Cette différenciation, un peu spécieuse à l’oral au moins, est cependant significative.

De fait le parler, on le sait bien, passe par des schèmes cognitifs, très différents de ceux de l’écrire. Parler, dire JE, instaure, sur le fond, la verbalisation d’un discours individuellement riche parce que, en épaisseur, identitaire. C’est vrai, parler fait avancer un MOI qui pense à, croit en, reproduit selon, invente en fonction de, s’engage pour, se questionne en faveur de etc.; en un mot, parler propulse les fondations socio-culturelles d’un individu. Mais, dans le processus énonciatif, le MOI ne circule pas tout seul : il convoque les AUTRES : ceux avec lesquels il est en frottement, en conjonction, ceux tels qu’il se les imagine, ceux tels qu’il croit les voir, ceux tels qu’il suppute qu’ils le voient etc. ; les AUTRES pour qui, par exemple, il est le suiveur d’un groupe ou a contrario l’initiateur d’un collectif. Enfin, dire JE inscrit le MOI dans une chronologie : celle-là propre de celui qui reparcourt sa vie devant un tiers racontant son enfance, ses vingt ans, sa maturité, son début de déclin peut-être ; celle aussi, surtout, qui répond, en miroir, à des classes d’âges solidarisées, consolidées par le facteur générationnel, dont on sait bien qu’il fait partager les valeurs, qu’il soude autour des traumas, qu’il invoque les figures référentes.

Et puis, mais le capital de dangerosité est extrême, l’histoire orale comblerait aussi les lacunes de périodes troublées, fracturées, clandestines aussi, par nature, peu propices à l’écriture : les renouvellements historiographiques des années 1990, cassant le mythe résistentialiste à la française, grâce à la création de corpus de témoignages « d’anciens » de Réseaux et Mouvements en est une des manifestations balisée. Toutefois la prudence est de mise car (tout est connu mais s’agit-il encore de le dire pour bien s’en pénétrer) si l’histoire orale couvre le champ de l’opinion, s’affiche comme un récit d’expérience, unique donc irremplaçable, on comprend combien il ne saurait être question de l’employer à des fins informatives. Par empirisme, de façon impressionniste et à la condition de compter sur l’intravalidité offerte par la puissance du corpus et des confrontations prosopographiques, elle peut renseigner sur des faits (à vérifier par ailleurs, toujours, c’est l’évidence) mais sa fonction première est autre : l’histoire orale trouve sa place dans un espace, sinon à délimiter, au moins fortement caractérisé par les notions « psychiques » d’impressions sur, de ressenti pour, d’humeurs contre, de jugements autour etc. Pour autant, l’histoire orale renseigne parfois – et nous sommes bien là alors dans le registre de l’information – quand elle inscrit dans la lumière les seconds couteaux, les n-2, -3, -4, bref ceux qui travaillent à l’ombre, dans l’ombre, sous l’ombre des puissants sans jamais signer en bas des pages. L’énarchisation des pratiques, la propulsion des hiérarques au premier plan – avec l’accélération administrative hypertrophiée que l’on connaît depuis le tournant des années 1970 -, rejetant dans le gris, voire le nulle part, tous les « non-premiers », rend d’évidence l’usage historien du témoignage fondamental. Avec lui s’éclaire au pluriel les processus de décision, les mouvements de mise en application qui, bien sûr, ne reviennent jamais à un seul mais sont le résultat d’actions groupées, cohérentes ou non, d’individus au travail.

Une interprétation des vecteurs pour une compréhension de la source

Cependant, on ne peut s’imaginer un seul instant apprécier la valeur du témoignage qu’à la condition d’accepter, en postulat de départ, que le vecteur qui le porte n’est jamais une plateforme neutre : par essence, l’outil-socle participe fortement à la configuration finale de la source fabriquée (jamais héritée, c’est là sa marque) et, de fait, à l’exploitation qui peut en être faite.

Aussi bien, parler du témoignage « tout court » ne veut-il rien dire car selon qu’il soit écrit, oral ou audiovisuel, son usage historien diffère.

Un instant sur ces trois variantes, bien connues, mais utiles à poser en cascade, se justifie.

Le témoignage écrit peut être direct ou indirect. Dans le premier cas, sans intermédiaire, il se lit à la manière des Confessions de Saint-Augustin, des démarches diaristes qui consistent en la rédaction d’un journal, de mémoires ou d’une autobiographie. Indirect, il est la transcription postérieure (par un tiers ou l’enquêteur lui-même) de l’entretien réalisé préalablement : démarche banalisée, modélisée, on le sait, notamment, par les disciples de Bourdieu ; indirect, il l’est encore, lorsque l’échange, est a posteriori mis en écriture, non plus au format d’un dialogue, alternant les locuteurs, mais à la manière d’un auto-récit produit par celui qui raconte la vie de « son témoin » : les volontaires du Mouvement ATD Quart-Monde, composant ce type d’écriture à valeur et projections mémorielles et identitaires, attestent, par leurs écrits rétrospectifs des combats et douleurs de populations sur-marginalisées, « oubliées de l’histoire » dès lors qu’installées hors des circuits de l’écriture.

Aussi bien pour le seul témoignage écrit, un travail de génétique textuelle s’avère donc absolument nécessaire afin d’effectuer la traçabilité du document « légué » : trace du premier jet manuscrit et analyses des ratures ; conditions phonétiques et/ou littéraires de la transcription ; schémas de la création pure enracinée dans la militance d’une attestation personnelle.

Ensuite, le témoignage oral. Dans un absolu intellectuel imaginaire, il s’affiche brut, apuré des scories, car par la magie d’un appareil (certes, ni neutre, ni invisible mais parfois rêvé comme tel), l’échange témoin/historien est soudain capté en direct. Ce « collage » au réel (en incise, il faut se souvenir que le philologue Ferdinand Brunot en connexion avec les industries Pathé, l’a fantasmé avant la Grande Guerre pour son Atlas linguistique de France et que Georges-Henri Rivière, en 1937, « vendant » à Jean Zay son futur musée des Arts et Traditions populaires, inventait un « musée de synthèse […] muséographiant l’évocation orale des réalités sociales et des croyances »), ce collage-là, envoûtant en raison même de cette proximité originelle, réclame toutefois un travail d’interprétation extrêmement long et difficile car transdisciplinaire. Entendre l’autre, sans le biais de l’écrit, exige de l’historien qu’il s’ouvre, se transforme en chercheur en sciences sociales, en homme pluriel qui soudain, doit réussir la combinatoire entre Histoire, Sociologie, Ethnologie, Linguistique, Philologie, Lemmatologie, Lexicographie : il s’imprègne d’une signature vocale, il entend la musicalité d’un phrasé, il s’approprie le tempo d’un discours, il écoute la scansion d’une conviction, il se familiarise avec les tics de langage, il mesure la rythmique d’une grammaire, il compte les occurrences, bref il absorbe et s’approprie les habitus d’un langage en son entier comme l’expression d’une pensée individuelle mais, au-delà, d’un milieu, d’une époque. Les réflexions récentes de Claire Zalc et Claire Lemercier autour des utilisations pointues et renouvelées du logiciel Hyperbase et surtout les très remarquables travaux de l’historien Damon Mayaffre sur le discours politique, les conditions de son énonciation et ses significations incarnent la tendance à suivre, à modéliser plus encore.

Quant au témoignage audiovisuel, faisant basculer le trio objet/témoin/historien vers un quatuor : objet/témoin/historien/réalisateur vs cameraman, sponte suo il enchante autant que, « à froid » ou « semi chaud », il fait craindre les dérives.

Assurément, au plan positif, on note, une sorte de mirage, comme l’alchimie d’une coagulation totale corps/parole/image/identité car la prise d’image, à la manière d’un sérum de vérité, ferait tout voir y compris les mensonges grâce au décryptage serré de la communication non verbale : les équipes de Yale, travaillant beaucoup au tournant des années 1980 sur les survivants de l’Holocaust, espéraient beaucoup, on s’en souvient, de ces « corps parlants » soudain lisibles car exprimant « pour de vrai » la transmission physique de la douleur. Toujours de ce côté-là, la caméra fouillante, explorante d’un environnement donné séduit : elle se saisit, par exemple, de l’imagerie d’une bibliothèque, vitrine elle-même des fondations intellectuelles des sujets pensants. Elle s’attarde sur des photographies, traces des liens sociaux (ceux du cercle de famille, témoins d’une socialisation) ; traces des maîtres à croire et à penser : ici, une photographie d’un homme politique, autel domestique d’une figure mythique de laquelle on se revendique. Elle capte encore la documentation adjacente : une carte faisant revivre l’évolution d’un théâtre d’opération, une correspondance (ou son absence) attestant des sociabilités (positives/négatives) et des réseaux (utiles/toxiques).

Mais les points négatifs figurent aussi, voire s’imposent, quand ils font basculer le témoin dans la lumière crue de la prétendue médiatisation qui starifie celui qui parle, qui l’oblige – en résistance ou collaboration, collaborationnisme aussi parfois – à singer et à grossir le trait au prétexte d’un public imaginaire (jamais neutre), qui l’incite « à faire le show » à coup de petites phrases ou d’anecdotes faciles. Alors – et les dangers sont multiples et palpables – l’image cannibalise le discours, jouant les prédatrices pour celui qui soudain se met à jouer sa vie quand on lui demande, en sincérité, de tenter de la reparcourir.

En définitive, le duo Histoire du temps présent/Histoire orale compose bien un attelage séduisant tout autant qu’une sédimentation de freins ou d’obstacles pour l’historien. Il appartient à ce dernier de dilater son territoire en travaillant sur l’avant-hier et en faisant taire ses préjugés ontologiques sur le concept d’immédiateté presque un oxymore de l’histoire ; il lui faut dilater ses pratiques en mutualisant les disciplines et en écoutant ledit avant-hier comme s’étant joué à hauteur d’hommes et de femmes, témoins oculaires et auriculaires des faits ; il doit enfin dilater ses outils en écrivant l’histoire dans le périmètre d’un triangle isocèle Objet/Historien/Témoin qui sollicite, pour réussir, toutes les sources du temps présent (écrites, iconiques, audiovisuelles) en sorte l’archive traditionnelle héritée se déclive et se réinvente, « nouvelle vague » comme un témoignage fabriqué par un historien et ses thèses face à un témoin et ses souvenirs.


Pour aller plus loin :

Agnès Callu et Hervé Lemoine, Le Patrimoine sonore et audiovisuel français : entre archives et témoignages, guide de recherche en sciences sociales [préfaces de Jean Cluzel et d’Emmanuel Le Roy Ladurie, postface de Jacques Rigaud], Paris, Belin, 2005, 7 vol., 2500 p.[Prix Osiris de l’Institut de France/Académie des Sciences morales et politiques, Prix de la Recherche du Comité d’histoire de la Radiodiffusion, Prix spécial de l’Inathèque de France]. Voir une bibliographique critique sur le témoignage oral, T1, p. 323-347.

Agnès Callu (dir.), Le Mai 68 des historiens : entre identités narratives et histoire orale [avant-propos de Michel Zink, préface de Jacques Revel et postface de Daniel Roche], Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2010, 312 p.

Pascal Cordereix, Autour du français parlé : de Brunot à nos jours, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2007, 160 p.

Myriam Chimènes (dir.), La vie musicale sous Vichy,  Bruxelles, Complexe, 2001, 420 p.

Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2007, 120 p.

Damon Mayaffre, Le discours présidentiel sous la Ve République: Chirac, Mitterrand, Giscard, Pompidou, de Gaulle, Paris, les Presses de Sciences Po,  2012, 384 p.

Danièle Voldman (dir.), La bouche de la vérité ? : la recherche historique et les sources orales, Paris, CNRS, 1992, 161 p.

 

  1. Ce billet reprend le texte d’une intervention au colloque « Temps présent et contemporanéité » tenu  les 24, 25 et 26 mars 2011 et organisé par l’IHTP au Centre international d’accueil et d’échanges des Récollets. Présentation ; Programme []

Histoire orale, témoignages et archives : quelques conseils de lectures

Un billet très (très) bref pour signaler la mise en ligne, en libre accès sur Revues.org (depuis octobre 2011) d’un ouvrage fondamental pour quiconque s’intéresse à l’histoire orale d’un point de vue général, et à la constitution d’un corpus archivistique en particulier : Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la construction de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, coll. « Sources », 2005, 888 p. [toujours disponible en version papier, 30€, ou Kindle, 11€].

L’auteure, spécialiste d’histoire orale et d’histoire des administrations (voir un aperçu de sa bibliographie sur Cairn.info), maître de conférences à l’École pratique des hautes études,  a contribué à la constitution d’un fond très riche d’archives orales pour le CHEFF, dont vous pouvez consulter le catalogue en suivant ce lien.

Dernière précision, après la lecture du billet de Yann Cantin (« Où trouver les sources historiques de la communauté sourde ?« ) vous l’aurez compris, il faut parfois ajouter le caméscope à l’équipement du récolteur de témoignage…

Je vous recommande aussi quelques lectures qui vous permettront de prendre connaissance des différentes approches de l’histoire orale. La liste n’est absolument pas exhaustive bien entendu, n’hésitez pas à la compléter en commentaires…

  • « Archives orales et entretiens ethnographiques. Un débat entre Florence Descamps et Florence Weber, animé par Bertrand Müller », Genèses. Sciences sociales et histoire, n°62, 2006, pp. 93-109. Librement accessible sur Cairn
  • Vincent Duclert, « Archives orales et recherche contemporaine. Une histoire en cours », Sociétés et représentations, n°13, 2002, pp. 69-86. Librement accessible sur Cairn

Agnès Callu, dont vous avez probablement lu le petit entretien ici même, nous avait offert une séance très intéressante du séminaire de méthodologie de la recherche sur l’historiographie et les pratiques historiennes de l’histoire orale en 2011.  Ces trois articles faisaient partie des lectures préparatoires de la séance.

Je vous encourage aussi à lire un article de Marc Bloch sur la question du témoignage : « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre« , Revue de synthèse historique, t. 33, 1921. Accessible via Wikisource et, théoriquement, sur Gallica (cet article avait fait l’objet d’une édition sous forme d’un petit ouvrage par les éditions Allia en 1999).

Enfin, Rémy Besson (qui lui aussi était intervenu au séminaire de méthodologie, mais en 2010, pour un exposé passionnant sur « le visuel en histoire, entre source et objet », à partir de l’exemple de sa recherche doctorale sur la mise en récit de Shoah, le film de Claude Lanzmann – thèse soutenue en mars 2012) a publié récemment un billet sur le carnet Cinemadoc. Images animées, archives visuelles et dispositifs qu’il tient sur la plateforme Culture Visuelle : « De l’articulation entre histoire orale et archive » qui mérite aussi un petit détour…

visuel en histoire, entre source et objet

Où trouver les sources historiques de la communauté sourde ?

Les sources sont le principal ingrédient d’une bonne recherche historique. Leur choix et leur analyse dépendent fortement de leur contenu et, par conséquent, une question se pose d’emblée à tout chercheur : vaut-il mieux avoir beaucoup de sources ou en avoir de qualité ?

Dans mon domaine de recherche, la réponse à cette alternative s’impose quasiment d’elle-même du fait de la difficulté de trouver des sources à laquelle j’ai rapidement été confronté. En effet, j’étudie l’histoire des sourds à la Belle Époque, qui jusqu’à présent, a surtout été étudiée sous un angle éducatif. Mon objectif est différent : je souhaite étudier cette histoire sous un angle plus social, afin de comprendre la vie des sourds dans le passé. J’ai été confronté à deux principales difficultés pour ma recherche : trouver des références bibliographiques ayant trait aux sourds, et les sources spécifiques à la vie sociale. Ces difficultés n’avaient pas été remarquées car je me contentais de ce qui avait déjà été écrit, et donc, dès que je voulais sortir des sentiers battus, cela devenait une vraie exploration.

Avant tout, il faut savoir que le volume de productions écrites issue de la communauté sourde est assez variable dans le temps. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les écrits qui concernent des sourds sont exclusivement produit par des observateurs extérieurs. C’est en 1778 que Pierre Desloges écrit un livre intitulé Observations d’un sourd et muet, dans lequel il donne son point de vue concernant l’éducation des enfants sourds : selon lui il fallait mieux éduquer par la langue des signes ou par l’oral. L’intervention de Desloges a été la première où un sourd revendique clairement sa position en faveur de la langue des signes dans un ouvrage.

Par la suite, entre 1794 et vers 1830, les sourds semblent ne pas avoir publié d’ouvrages jusqu’à l’explosion des années 1830. Cette explosion est survenue au moment où les professeurs sourds se sont mobilisés pour la préservation de l’éducation par la langue des signes qui allait être supprimée par le directeur de l’institution des sourds de l’époque, Désiré Ordinaire. Donc, Ferdinand Berthier, professeur sourd, fondateur de la Société Centrale des sourds-muets en 1838, une société de défense des droits des sourds, a été l’un de ceux qui ont le plus publié1. Après un creux dans les années 1860-1880, où les sources semblent se tarir, les écrits de sourds redeviennent abondants au cours de la période 1880-1930 ; en particulier grâce au développement de la presse dite «sourde», avec une augmentation du nombre de journaux édités par les sourds. Une nouvelle diminution a lieu après les années 1930 pour atteindre son minimum dans les années 1980, avant de reprendre une croissance régulière2.
Ces fluctuations s’expliquent par les variations de la capacité des sourds à écrire. En effet, sans plonger dans le militantisme, il est frappant de constater la corrélation, en particulier au XXe siècle, entre la qualité de l’éducation et la quantité de sources écrites par les sourds eux-mêmes. Le rapport Gillot, écrit en 1998, faisait état de 80% de sourds illettrés, à la fin du XXe siècle. Ce chiffre indique le déclin des sources écrites de la part des sourds au cours du XXe siècle.3

Les références bibliographiques

Quand on souhaite ouvrir un domaine de recherche très peu exploré, la principale difficulté est que l’on ne peut pas réellement s’appuyer sur les recherches des autres chercheurs dans ce domaine précis. On peut certes s’inspirer pour ce qui est plus général, ce qui englobe la société dans son ensemble. Mais, dans le cas précis de l’histoire sociale des sourds à la Belle Époque, il n’y a quasiment pas d’articles ou d’ouvrages qui puissent vous guider, ou mettre sur la piste.

Comme je l’évoquais au début de ce billet, la plupart, sinon tous, des travaux sur l’histoire des sourds se concentrent sur l’éducation. Ainsi, l’histoire de ce que sont devenus ces élèves à la sortie des écoles : vie familiale, travail, vie sociale… reste à écrire.

Si l’on peut s’appuyer sur des articles ou des ouvrages portant sur l’éducation des enfants sourds, qui sont donc majoritaires, pour avoir des débuts de pistes ou des références dans les archives, et ainsi démarrer les recherches, il est parfois nécessaire de s’appuyer sur des recherches faites par les historiens amateurs, par des associations de sourds, pour avoir des indications.

Néanmoins, la recherche doit commencer par les lieux les mieux connus et explorés. Donc, dans mon cas, c’est l’éducation des enfants sourds au XIXe siècle qui me sert, comme on dit «de camp de base». De là, on peut établir plusieurs voies d’exploration. Ainsi, il existe de nombreux travaux tels que L’administration des faveurs François Buton4, ou Signes et institution des sourds de Jean-René Presneau5 que je considère comme une référence.

Les sources écrites

Il existe deux grands types de sources écrites permettant de faire l’histoire de la communauté sourde. La première que je nommerais «sources directes» provient des sourds eux-mêmes : presse, courrier associatif, ouvrages. Et la seconde, les «sources indirectes», résulte d’un regard extérieur à la communauté : enseignants, journalistes…

Ces deux types de sources se complètent, mais, leur quantité n’est pas comparable. En effet, les «sources directes» ont une quantité très variable selon la période étudiée. Comme je l’écrivais plus haut, elles sont très rares jusqu’aux années 1830 et dans les années 1910-1980, elles sont relativement abondantes dans les années 1840-1910 et depuis les années 1980. Cette variation de la quantité s’explique par un fait simple, mais, assez peu admis. Il s’agit d’une conséquence de la décision d’un congrès, organisé à Milan en septembre 1880, où des directeurs, des enseignants, et des fonctionnaires de différents pays se sont réunis afin de décider de la marche à suivre concernant l’éducation des enfants sourds. La décision finale a été prise en faveur de l’éducation orale pure, qui consiste à se concentrer uniquement sur la démutisation des enfants sourds lors des deux premières années. En conséquence, l’éducation intellectuelle est réduite puisqu’elle est considérée comme moins essentielle. Cela a une conséquence à long terme : les jeunes sourds qui sortent des écoles après 1880 présentent un niveau à l’écrit nettement plus faible par rapport à leurs aînés qui étaient éduqués avec une méthode différente, basée sur la langue des signes. Ainsi, la quantité des archives écrites de la part des sourds eux-mêmes a dépendu de choix institutionnels relatifs à leur éducation.

  • La presse sourde et les ouvrages

Une couverture du Journal des sourds-muets (photo de l'auteur)

Ce déclin à l’écrit s’observe facilement avec une disparition progressive des ouvrages publiés par les sourds eux-mêmes, et par un fort déclin de la presse dite «sourde». En effet, celle-ci était extrêmement prolifique à la Belle Époque, avec l’existence de plus d’une dizaine de journaux «sourds» pendant une trentaine d’années. Ainsi, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, on remarque une disparition relative de la presse «sourde» : quelques titres consensuels ont subsisté tandis que les journaux les plus militants se sont évaporés.

La presse est précieuse à plus d’un titre, car je la considère comme le pouls du bouillonnement intellectuel d’une communauté à un temps donné. On peut constater des débats, des polémiques, des réflexions et même des passions qui ont traversé une communauté.

Les archives de cette presse dite «sourde» ne se trouvent que dans deux lieux à l’heure actuelle : l’Institution Nationale des Jeunes Sourds, à Paris, et la Bibliothèque nationale de France (sur le site François Mitterrand). Néanmoins, il en existe également chez les particuliers âgés qui en conservent précieusement.

La Gazette des sourds-muets et le Journal des sourds-muets sont les journaux les plus connus, et pouvant donner des débuts de réflexion, et même des informations assez riches sur les associations sourdes.
Néanmoins, la qualité du papier employé fait que l’accès à ces sources est aléatoire, ainsi Le journal des sourds-muets des années 1890 est inaccessible à la BNF du fait de sa fragilité.

Il est toutefois possible de contourner en partie cette difficulté en utilisant les archives en ligne et bibliothèques numériques. Cela représente un gain de temps énorme, avec un grand nombre d’ouvrages numérisés, accessibles via Gallica, mais également avec Google Books et Internet Archive qui recense toutes les numérisations effectuées.

Enfin, une source précieuse est constituée par les archives de l’université Gallaudet, l’unique université sourde au monde.

  • Les archives associatives

Une archive associative (photo de l'auteur)

Ce type d’archives est le plus difficile à atteindre, puisque la plupart des associations sourdes, de ma période de recherches, ont disparu, et il n’existe pas, à l’heure actuelle, de lieu de conservation dédié aux archives associatives sourdes.

C’est pourquoi elles se trouvent le plus souvent chez des particuliers, les anciens présidents ayant gardé chez eux la correspondance de l’association. Hélas, la situation est toutefois extrêmement aléatoire : il arrive régulièrement que leur descendance se séparent de ces archives, les trouvant encombrantes, et les détruisent.

Cependant, il existe quelques lieux qui ont préservé ce type de sources, en particulier celui de l’association des sourds de Reims, fondée en 1894 et qui existe toujours. Elle a la particularité de disposer d’un foyer de sourds où les archives sont préservées. Par conséquent, le foyer des sourds de Reims représente une source d’informations importantes sur les associations de l’époque via la correspondance qui y est gardée.

Mais, ce type d’archives reste encore minoritaire pour l’instant au vu de sa dispersion et de sa destruction partielle.

Par contre, il y a d’autres types d’associations, non sourdes, comme le Salon des artistes, la Société des Gens de Lettres, etc. auxquelles il est très recommandé d’avoir recours pour comprendre le parcours d’une personnalité.

  • Une archive privée, Lyon 1918 (Photo de l'auteur)

    Les archives privées

Ces archives sont, la plupart du temps, celles des personnalités de l’époque, que leur descendance, le plus souvent sourde, a préservé. Leur accès est assez difficile puisqu’il exige d’avoir recours à des relations au sein de la communauté sourde.

Étant moi-même sourd, et issu d’une famille de sourds, je sais ainsi où se trouvent des familles anciennes de sourds. Mais, il m’arrive aussi de découvrir l’existence de familles encore plus anciennes et très discrètes, par le biais d’amis par exemple. L’utilisation des réseaux communautaires constitue ainsi une condition essentielle pour avoir accès à ces archives qui sont réellement précieuse puisque ce sont souvent des archives au contenu unique.

  • Les archives départementales et nationales

Ces archives sont essentielles pour les recherches d’ordre administratif. Il est intéressant de remarquer que quasiment toutes les séries des archives disposent des documents qui concernent les sourds. La difficulté est de les trouver. C’est souvent par le biais d’un article de journal, d’une correspondance, ou bien, en reconstituant le parcours d’un personnage que l’on découvre des documents qui n’avaient pas été cités dans les références bibliographiques.

Les séries les plus fréquentes, dans mes recherches sont celles de la justice, la Série U, avec les procès, en diffamation, que les personnalités sourdes se faisaient entre elles, ceux de l’État-Civil, la série Q avec les permis de construire. Mais, il ne faut aussi pas oublier les archives particulières comme celles de la Légion d’Honneur avec la base Léonore, et les archives des hôpitaux.

Les témoignages en noétomalalien6

Ce type de sources est ce que l’on peut qualifier de sources orales.

Ainsi, ces témoignages, le plus souvent issu de sourds âgés qui ont rencontré d’autres anciens quand ils étaient jeunes, sont très précieux puisqu’ils peuvent pallier l’absence de sources écrites, ou même des événements qui ne sont pas couchés sur papier. Il est particulièrement important, d’autre part, de recueillir les témoignages des personnes âgées : la langue des signes française est en constante évolution et les anciens signes plongent progressivement dans l’oubli. Dans le cadre de ma propre recherche doctorale, je constitue ainsi un corpus précieux pour les recherches ultérieures, en particulier linguistiques. De ce que je vais faire de ce corpus recueilli, je n’ai pas encore la réponse, ni même envisagé le lieu où je pourrai les déposer, puisque si dépôt il y a, il faudrait que je demande l’autorisation aux témoins pour l’ouverture de ce corpus aux autres chercheurs, ce que je n’ai pas encore fait. Il faudra y réfléchir à l’avenir : un lieu d’archives en langue des signes ne semble pas réellement exister actuellement à une plus grande échelle que les archives privées, associatives…

Les informations recueillies par le biais de témoignages permettent, assez souvent, de débloquer certaines questions, et d’ouvrir de nouvelles pistes de recherches. Ils compensent également la disparition des sources écrites, et du déclin de l’écrit chez les sourds au cours du XXe siècle.

Néanmoins, la principale difficulté est d’éviter d’influencer le témoin. Enfin, il est important d’essayer de recueillir ces témoignages avec une caméra afin d’en assurer la pérennité. Je recommande de suivre les conseils de Thomas Gomart qui a publié un article sur la question7.

Conclusion

Pour faire une histoire sociale de la communauté sourde, il existe donc une multiplicité de possibilité d’accès aux sources. La vrai difficulté relève donc de l’identification de ces accès et il se peut que l’on aboutisse parfois à une impasse. Il est vraiment essentiel de garder à l’esprit que l’on peut trouver des informations dans des archives qui pourraient parâtre, au premier abord, très improbables, c’est pourtant souvent celles-ci qui permettent d’ouvrir de nouvelles voies…

La recherche doit être une aventure dit mon directeur, Mr Gerard Jorland, et je dois admettre que c’est une réelle exploration !

  1. Plus d’une dizaine d’ouvrages, avec, entre autres Histoire et statistique de l’éducation des sourds-muets, Paris, chez l’auteur,1836 et les sourds-muets avant et depuis l’abbé de l’Épée, Paris, Ledoyen, 1840 []
  2. Ce constat a été fait par une analyse personnelle des publications d’ouvrages recensés dans le catalogue général de la BNF, analyse faite avant mon exposé à une séance du séminaire du groupe ESOPP, consultable ici : http://cernach.free.fr/travaux/educationsourd.pdf
    []
  3. Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/984001595/index.shtml#book_presentation []
  4. François BUTON, L’administration des faveurs. L’État, les sourds et les aveugles (1789-1885), Rennes, PUR, 2009 []
  5. Jean-René PRESNEAU, Signes et institution des sourds, XVIIIe-XIXe siècles, Seyssel, Éditions Champ Vallon, 1998. Il y a également les ouvrages de Yves DELAPORTE qui permettent de pouvoir démarrer la recherche : Aux origines du mouvement sourd, Ferdinand Berthier (1803-1886), Second volume, Louhans, CLSFB, 1999, et Moi, Armand, né sourd et muet, Paris, Plon, 2002. []
  6. Définition ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Noétomalalier []
  7. Thomas GOMARD, « Quel statut pour le témoignage oral en histoire contemporaine ? », Hypothèses. Travaux de l’école doctorale d’histoire, 1999, pp. 103-111. Accessible sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-1999-1-page-103.htm []