Archives de catégorie : Sources

Comment utiliser les Mémoires d’Ancien Régime ?

Mémoires de Marguerite de Valois (édition de 1629)

Mémoires. Ce terme masculin, pluriel, avec une majuscule, caractérise une écriture de soi rétrospective et constitue un témoignage posthume légué à la postérité, un appel à des juges inconnus et désintéressés.

Étudier ces textes est une entreprise captivante. Ils constituent des recueils quasi inépuisables de ressources pour le chercheur qui, en les lisant, se place au cœur même de la vie de ces hommes – et ces femmes – qui jouèrent un si grand rôle dans le royaume de France. Les Mémoires regorgent de passion, de reproches, d’amour, de haine de la part de leur auteur qui, puisque le plus souvent il ne destine pas ses écrits à la publication, du moins de son vivant, peut se permettre d’exprimer ses sentiments sans crainte. Le mémorialiste peut ainsi se dévoiler et user de critique, parfois de manière cinglante, envers le pouvoir, les favoris ou la cour. Tous ces éléments, mêlés à la pleine implication de l’auteur dans le récit par le biais du moi, suscitent la curiosité du lecteur et le plaisir du chercheur.

Pourtant, étudier ces morceaux d’histoire, fourmillant d’idées, de personnages, d’anecdotes, représente un travail minutieux et nécessite une attention particulière. Parce qu’ils sont le fruit de vies différentes, d’époques différentes, parce qu’aucune forme rédactionnelle particulière ne leur est imposée, l’étude de Mémoires est une tâche qui peut s’avérer complexe1.

Un intérêt renouvelé

Après une période d’engouement spectaculaire pour les Mémoires au XIXe siècle, entrainant l’émergence de quelques importantes séries de publication2, l’intérêt pour ces textes s’est étiolé. Il ne reprit que dans les années 1970, lors du renouvellement des problématiques d’histoire sociale plutôt dirigées vers les classes populaires.

La disparition des grands paradigmes marxistes et structuralistes qui sous-tendaient bien des travaux d’après-guerre a transformé l’histoire sociale dans les années 1990. Ainsi, la volonté de travailler sur l’individu a été mise en avant, étudié pour lui-même dans sa trajectoire ou son parcours de vie, au fil desquelles le chercheur tente de discerner son ou ses identités, sa capacité d’intervention sur le monde, et les différences qui le singularisent des autres individus de son milieu. Le développement de la micro-histoire, au moment de l’essoufflement des enquêtes quantitatives, contribua à valoriser les documents qui permettent de retrouver chaque individu3. Aussi, un nouveau temps de l’historiographie de ces écrits est apparu. Il se distingue d’abord par une grande sensibilité à l’interdisciplinarité. Alors que la plupart des documents anciens n’occupent que les historiens, presque convaincus de leur monopole sur les témoignages du passé, ces écrits à caractère personnel intéressent les spécialistes d’autres disciplines (sociologues, littéraires, linguistes, anthropologues), tous prêts à bondir sur ces sources et à les soumettre aux modes d’interrogations propres à leurs démarches spécifiques. Il se caractérise également par un double recentrage de l’analyse : vers le scripteur d’abord, qui n’est plus considéré comme une voie d’accès à une psychologie collective mais bien comme une conscience individuelle qui doit être scrutée pour elle-même ; vers le document ensuite à la fois comme objet matériel dont l’aspect extérieur doit être étudié avec attention, et comme un texte qui n’est pas uniquement une source pour l’histoire des événements relatés4.

Cette vague d’intérêt est corroborée par la multiplication des études qui portent sur les récits de soi, à la fois dans le domaine de la vie privée, mais également vers des aspects plus intérieurs, plus personnels, voire confidentiels des individus. Elle est également appuyée par l’attrait des historiens pour la littérature dès les années 19905. En effet, depuis une vingtaine d’années, des œuvres majeures – pensons aux travaux de Henri-Jean Martin, Roger Chartier ou Noé Richter – ont donné au livre une place essentielle dans le champ d’étude des pratiques culturelles et tracé de nouvelles perspectives méthodologiques6. Au fil des travaux rassemblant des littéraires et des historiens, dépassant la simple matérialité de l’objet et s’intéressant également aux pratiques qu’il recouvre, toute la littérature est devenue un champ d’analyse historique7. Cela permet désormais d’approcher le « littéraire » comme réalité sociale ou sociopolitique, de traiter de l’histoire de la littérature, et de l’histoire des points de vue des littératures sur des réalités qui leur sont extérieures.

Les Mémoires, un témoignage de son temps

L’étude des Mémoires d’Ancien Régime fait transparaître un trait particulier de leur écriture, essentiel à une juste appréciation du genre : le caractère massivement posthume de ces textes. Tout semble en effet se passer comme s’ils n’étaient pas destinés à une publication, du moins immédiate, et leur état laisse parfois penser à aucune publication du tout. Si l’écrasante majorité des Mémoires est posthume, c’est pour une raison simple : écrit pour soi ou pour des proches, c’est le plus souvent par une trahison des dépositaires ou des héritiers que le texte devint un imprimé. Ces réflexions nous entraînent à considérer les Mémoires comme des objets littéraires spécifiques, boudant les règles du royaume des lettres. Ce sont au départ des manuscrits, dont il existe une ou plusieurs copies, envoyées à des destinataires bien précis. Ainsi, tout un espace de parole libre et sans sanction est créé, dans le contexte de censure de l’époque. Le mémorialiste peut ainsi s’exprimer sans crainte d’éventuelles représailles de la part de ceux qui auraient pu être froissés par le contenu de son œuvre, et dévoiler plus aisément le fond de ses pensées.

En outre, que le mémorialiste soit le centre de sa narration donne au lecteur l’impression de découvrir un témoignage, le récit d’événements vécus, donc authentiques. Ce sentiment est renforcé lorsque l’auteur parle de lui à la troisième personne.

Les Mémoires apparaissent ainsi comme un lieu propice aux évocations, personnelles ou plus générales, d’un temps révolu. Il ne s’agit pas d’une autobiographie, mais bien de l’écriture de l’histoire, dans laquelle on s’octroie la place que l’on croit mériter. Naturellement, il convient à l’historien de ne pas accorder trop de crédit aux éléments évoqués par le mémorialiste, dont l’œuvre est éminemment subjective. Pourtant, si la vérité historique ne peut être appréhendée seulement à partir de Mémoires, leur auteur témoigne d’une époque, d’une manière de vivre et d’écrire8.

Scruter le texte

La première étape nécessaire à l’étude de ces textes consiste à les replacer dans leur contexte. Naturellement, il faut veiller à ne pas les investir de la teneur globale d’une période, de ne pas en faire le réceptacle de tout et de préserver l’irréductible originalité de l’individu9. Outre une connaissance des grands événements de la période abordée dans les textes, considérer l’environnement dans lequel évolua l’auteur est un élément primordial qui doit se faire avant même l’étude de l’œuvre, afin de mieux la comprendre. S’agissant des XVIe et XVIIe siècles, le chercheur se doit de s’informer notamment sur la religion de l’auteur, sur ses positions politiques, sur ses fonctions militaires, mais également, puisqu’une telle étude concernerait l’écriture, sur l’éducation de l’auteur et son environnement culturel. La famille est également une notion à ne pas négliger : les ancêtres représentent le nom qu’il faut glorifier, les descendants sont très souvent les destinataires. De cette manière, une fois le mémorialiste mieux connu du chercheur, celui-ci pourra se pencher sur l’étude proprement dite de l’œuvre concernée.

L’étude de Mémoires nécessite une prise en compte de leur morphologie et de leur matérialité, lorsque l’original est consultable. A ce titre, il s’agit de prendre en compte de multiples entrées telles que la pagination, le format, la reliure, les ratures, les réécritures, autant de renseignements qui, généralement, sont visibles sur le document. Ces informations permettront de replacer ces textes dans le contexte de leur écriture, et d’envisager l’importance que ces pages revêtirent pour leur auteur : des corrections de mots peuvent laisser supposer un désir de s’exprimer correctement, et probablement d’être lu ; des corrections à propos de faits témoignent d’une réflexion au sujet de ce qui fut déjà écrit.

Sur cette double page manuscrite des Mémoires de Bassompierre (1579-1646), il est possible d’observer non seulement les ratures et corrections de l’auteur, mais également les ajouts dans la marge. Cela prouve l’attention portée le mémorialiste à son écrit, dans le probable espoir d’être lu, voire publié.

Toutes ces propositions ne sont en rien exhaustives, et l’anatomie des Mémoires originaux pourrait susciter bien d’autres remarques. Néanmoins, même en l’absence du manuscrit, il est possible d’évaluer le temps mobilisé par le travail d’écriture et de déduire la place qui lui est accordée, en considérant par exemple le nombre de pages. Notons également que l’analyse de l’original permet également de se rendre compte si les Mémoires ont été rédigés en une seule fois, et même, dans certains cas, s’ils sont le fruit d’une seule et même personne, par l’analyse de la graphie10. En outre, le titre est un indice précieux afin de déterminer dans quel état d’esprit les scribes rédigent leurs textes. La recherche des intitulés originels, trop souvent gommés par les éditeurs du XIXe siècle, est un préalable indispensable à l’étude du contenu. En effet, durant cette période de vaste (ré)édition des Mémoires d’Ancien Régime, certaines œuvres qui n’en étaient pas ont été classés sous ce vocable par erreur, pour plus de simplicité, ou, et c’est le cas le plus fréquent, parce qu’ils correspondaient à la « mémoire » de leur auteur, au récit de sa vie11. C’est de cette manière que certains chercheurs, pour lesquels l’aspect rétrospectif de l’écriture ne semble pas essentiel, n’ont pas fait cette distinction, qui nous semble pourtant indispensable. Enfin, il convient de noter que certains éditeurs ne se sont pas seulement contentés de rassembler les écrits du mémorialiste, mais firent également œuvre d’historiens. En effet, certaines notes de bas de page, des explications sur d’éventuels manques au manuscrit original ou sur des passages illisibles, la rédaction de tables détaillées aident le chercheur dans son travail d’investigation, et il nous semble utile de faire apparaître dans le travail de recherche, afin qu’il soit complet, ces éléments de l’œuvre imprimée.

Écouter le mémorialiste

L’analyse du contenu des Mémoires est sans doute l’étape la plus délicate, mais également la plus captivante d’une telle étude. Il s’agit enfin d’écouter ce que ces hommes ont eu à nous dire, d’entrer dans leur vie, de combattre à leurs côtés, de partager leurs exploits, de subir leur disgrâce. La situation d’exil ou de retraite volontaire favorise la rétrospection et l’introspection.

Il semble tout d’abord essentiel de déterminer, à partir du texte, les raisons exactes de l’écriture et le destinataire, préalables indispensables à une étude cohérente. C’est une question bien légitime : qu’est-ce qui a pu pousser ces gens d’arme à prendre la plume, à une époque où justement, ils méprisent les gens de lettres ?12 Lorsqu’il y eut disgrâce, quelles en furent les conditions ? Souvent cet aspect fut négligé par les chercheurs qui ne voyaient dans les Mémoires qu’un recueil d’exemples concrets, susceptibles de venir étoffer des études aux corpus de sources plus large. Quant au destinataire, sa connaissance sert à envisager pour qui le mémorialiste cherche à se justifier de ses actes : le duc de La Force par exemple, rédigea ses Mémoires pour son fils, utilisant son œuvre comme un manuel d’instruction pour une descendance qui se destinait à la même carrière que lui. Ces informations sont souvent explicitement fournies par les auteurs, qui utilisent dans bien des cas les premières pages du récit pour développer ces aspects. La possibilité de l’existence d’un éventuel destinataire non avoué doit également être prise en compte, notamment pour cerner ou non le désir du mémorialiste que son œuvre soit connue.

Il est également d’une importance cruciale de prêter une attention particulière à la teneur subjective du genre des Mémoires. En effet, puisqu’il s’agit d’une écriture de justification, que les actions doivent être mises en valeur, le mémorialiste ne peut s’en tenir aux faits, et ainsi agir en historien13.

La multiplication des promesses du mémorialiste de ne dire que la vérité et de garantir l’exactitude historique de la narration doit conduire l’historien à redoubler de méfiance et de ruse lorsqu’il aborde ces œuvres. Cet aspect est justement la raison principale de la réticence, durant de nombreuses années, des historiens vis-à-vis des Mémoires, dans lesquels le récit des événements était forcément faussé par les sentiments de l’auteur. Cela ne doit pourtant pas constituer une limite de l’analyse, bien au contraire : c’est justement dans les Mémoires que l’on peut appréhender l’opinion, la mentalité, la religiosité, et bien d’autres éléments que l’historien retrouvera dans les écrits de soi, plus aisément que dans d’autres types de sources.

  1. Les analyses proposées dans se billet s’inscrivent dans une réflexion plus globale issue d’une recherche doctorale en cours dont je rends compte sur mon propre carnet. Pour prendre connaissance de mon projet de thèse, je me permets de vous inviter à lire : « Projet de thèse – La mise en valeur de soi chez les mémorialistes des Guerres de Religion », Les Mémoires aux XVIe siècle, 28 novembre 2012 : http://memoires16.hypotheses.org/23. J’ai par ailleurs publié une proposition de grille d’analyse dans « Proposition de grille de recherche – Mémoires d’Ancien Régime », Les Mémoires aux XVIe siècle,  28 novembre 2012 : http://memoires16.hypotheses.org/33. []
  2. Pour n’évoquer que les deux plus retentissantes, citons la Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, depuis l’avènement de Henri IV jusqu’à la paix de Paris conclue en 1763, publiée par Petitot et Monmerqué entre 1820 et 1829 qui compte trente-huit titres, ou la Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, depuis le XIIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe, de Michaud et Poujoulat, composée de quarante-deux œuvres publiées entre 1836 et 1839. []
  3. Carlo GINZBURG, Carlo PONTI, « La micro-histoire », Le Débat, décembre 1981, p. 136. Ces tenants de cette micro-histoire expliquent « qu’un document vraiment exceptionnel (c’est-à-dire statistiquement infréquent) peut être beaucoup plus révélateur que mille documents stéréotypés ».

    []

  4. A ce propos, voir Jean-Pierre BARDET et François-Joseph RUGGIU (dir.), Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2005, p. 7-13.

    []

  5. Christian JOUHAUD (dir.), « Littérature et histoire », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 49e année, numéro 2, 1994.

    []

  6. Henri-Jean MARTIN, Histoire et pouvoirs de l’écrit, Paris, Perrin, 1988 ; Roger CHARTIER, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987 ; Noé RICHTER, La lecture et ses institutions, Le Mans, Presses de l’Université du Maine, 1984. []
  7. [1] C’est ce constat qui a entrainé la création du Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur l’Histoire du Littéraire (GRIHL). []
  8. Christian JOUHAUD, Dinah RIBARD et Nicolas SCHAPIRA, Histoire, Littérature, Témoignage, Paris, Gallimard, 2009, p. 31. Ces auteurs présentent le mémorialiste comme le témoin privilégié de son temps, et les Mémoires comme exprimant le rapport qu’il entretient avec l’histoire.

    []

  9. Sur cette posture méthodologique, voir Nicole LEMAITRE, Le Scribe et le Mage. Notaires et société rurale en Bas-Limousin aux XVIe et XVIIe siècles, Ussel, Musée du Pays d’Ussel, 2000. []
  10. Les Mémoires de Richelieu, pour ne citer qu’eux, ont été rédigés par de nombreux secrétaires. []
  11. [1] Ainsi, des journaux qui ne portaient pas de nom lors de leur rédaction ont pu être rebaptisés au moment de leur publication, et devinrent alors des « Mémoires », classés comme tels dans les catalogues. Le Journal de Pierre de l’Estoile, publié en 1875 est une parfaite illustration de ce phénomène : qualifié de « registre » par son auteur, il se trouve dans la catégorie « Mémoires » dans les Sources de l’Histoire de France de Louis André et Emile Bourgeois. []
  12. Nous faisons ici une généralité d’une notion qui, quoique très fréquente, doit tout de même être nuancée : Théodore Agrippa d’Aubigné, par exemple, était à la fois un militaire qui rédigea ses Mémoires, et un poète. []
  13. Georges GUSDORF, Les écritures du moi, Paris, Odile Jacob, 1991, p. 251. []

Carnet de dessins : esthétique et recherche

Les enjeux d’une plateforme collaborative sur le dessin comme objet historique dont il faut questionner l’identification, la qualification, la fonction sociale, le capital symbolique sont d’importance. A priori, rien d’approchant en sciences sociales alors même que le sujet, méritant l’interprétation transdisciplinaire, le réclame.

Aussi bien, le parti pris retenu est le suivant : adossé à une masse critique au taux de représentativité admis (en l’espèce, la collection de dessins du musée des Arts décoratifs), il est proposé de réfléchir, collectivement, à des pratiques de travail inscrivant le musée comme lieu de recherche évident pour lire et comprendre le « geste graphique » (sic), élément cardinal du processus créateur.

 

Page d’accueil du carnet au 30 novembre 2012

De fait, le blog distribue les informations dans trois directions correspondant aux trois axes de travail premiers.

La connaissance des collections

Proposer, sur le temps court, un panorama raisonné des dessins conservés est l’évidence. Cet opus générique, prévu pour 2014, espère offrir une cartographie iconique et critique des fonds d’ateliers et unica composites de la collection dans la mesure où il présentera les ensembles en retraçant, chaque fois, leur historicité et traçabilité. Cette première brique posée, une analyse plus fine, par corpus (thématiques, chronologiques, par écoles) trouvera tout son sens parce que chaque lot et/ou pièce – désigné, attribué, réattribué, complété, conforté par une historiographie mise à jour – pourra dès lors être replacé au titre de fragment d’une unité plus large dont les modes d’enrichissement sont posés en amont.

Connaître l’existant, c’est truisme de le dire, autorise une politique d’acquisition intelligible et intelligente. A l’évidence, pointer les richesses mais aussi les angles morts d’une collection permet d’ordonner les priorités. En l’espèce, elles sont ici de trois ordres : d’abord, acquérir des pièces majeures quand elles participent à l’explicitation (et non obligatoirement à l’explication) d’une œuvre ; ensuite, en tradition avec le principe accumulatif de la « série » inscrit dans l’ADN du musée des Arts décoratifs, l’objectif est, sur le court terme, de combler les années 1970-1980. C’est pourquoi, par le biais d’une enquête sociologique menée auprès des créateurs produisant massivement post 1968 et jusqu’au coude des années 1980-1985, le choix est fait de sélectionner, avec les artistes – par ailleurs interrogés sur le mode du récit biographique autant que sur leur pratique du dessin et la/les fonctions sociales et esthétiques qu’ils lui affectent – des dessins imaginés, imaginaires, à l’allure d’un « premier jet » ou presque aboutis avant la réalisation de l’objet, rêvés et/ou abandonnés etc. La méthode quantitative ici fait ses preuves car elle autorise les croisements validant ou invalidant les hypothèses. Enfin, on espère rendre compte du travail « in progress » de l’actuelle génération de dessinateurs qui, s’appropriant le graphe, propose un/des nouveaux geste(s), souvent en frontière avec l’écriture.

 

L’exposition des collections

Un musée donne à voir des collections et la création d’un contact direct espéré empathique entre une œuvre et son public oblige à montrer le dessin. Exercice réputé difficile car à la fois ardu et ressenti aride, il est utile sitôt que la démonstration recherchée est évidente. Ici, le propos, simple, consiste à présenter l’abstract d’une production créatrice en contexte. De la sorte, une vingtaine de dessins, jamais à la manière de chefs d’œuvres cumulés mais toujours telles des pièces qui, en rapprochements, en combinaisons, en imbrications, en « solidarité de fabrique », rendent compte d’un artiste, d’un atelier, d’une manufacture au travail. Et là, dans un « univers » dès lors reconstitué par une scénographie qui convoque la couleur, l’écriture et la musique symboliques, c’est une production entière qui se présente au regard. Elle s’apprécie pour elle-même, qualitativement, quantitativement aussi : par l’usage d’une virtualité intelligente, les vingt/ trente dessins sont désormais compris à l’échelle des quelque cent, mille ou plus qui composent la collection originelle défilant sur écran, tels des filigranes, pour rappeler la socio-genèse des feuilles présentées.

Actuellement, sont visibles :

À venir, fin 2012-premier trimestre 2013 (couvrant ainsi la Semaine du dessin du 11 au 14 avril 2013) sur les mêmes stances chronologiques, se succèderont :

  • la donation David David Weill et une sélection de dessins d’Augustin Dupré

Modèle de vase, Louis-Joseph Le Lorrain, France, 18e siècle, sépia, inv. 20825.B. © Les Arts Décoratifs

 

Projet d’ornement : amour soutenant une chandelle, Augustin Dupré (1748 – 1833), France, 18e/19e siècle , sanguine, inv. 1009.23. © Les Arts Décoratifs

 

  • les créations graphiques d’Eugène Grasset et d’Eugène Lami

Femme dans un jardin au soleil couchant, Eugène Grasset (1841 – 1917), France, aquarelle, inv. 38192, © Les Arts Décoratifs

 

Projet de plafond, Eugène Lami (1800 – 1890), France, 19e siècle, encre brune, aquarelle, inv. CD 5732.3. © Les Arts Décoratifs

 

  • Les dessins préparatoires d’André Arbus et d’Emilio Terry

 

Projet de fauteuil, André Arbus (1903 – 1969), France, 1942/1944, sanguine, inv. 997.95.19. © Les Arts Décoratifs

 

Projet: pavillon en feuillages, Emilio Terry y Sanchez (1890 – 1969), France, 1932, encre noire et lavis, inv. 47773.66. © Les Arts Décoratifs

 

L’étude des collections

A côté de l’ouvrage de synthèse présentant une vision cavalière des collections est en préparation une bio-monographie du « proto-designer » Jean Burkhalter :

À paraître : Agnès CALLU, avec Hélène ANDRIEUX, Pauline JUPPIN et Morgane LANOUE, Jean Burkhalter (1895-1982) : « construire, c’est donner une forme utile à la matière », Paris, Les Arts décoratifs 2014.

À l’écart de la monographie linéaire, du seul catalogue des œuvres ou d’un florilège de pièces réputées remarquables, l’ouvrage espère restituer la trajectoire d’un artiste autant que les lignes de forces d’une production plurielle en s’adossant au fonds d’atelier (dessins et manuscrits) de Jean Burkhalter confié au département des Arts graphiques (Cabinet des Dessins) du musée des Arts décoratifs en 2008 par les héritiers Burkhalter.

Construit à la manière d’une monographie, l’ouvrage, sur un rythme ternaire, s‘ouvre sur un essai de portrait distribué en deux directions. D’abord, en bref, les singularités culturelles de l’homme : ses origines sociales, sa formation, le panorama de sa création et le rôle de transmission qui fut le sien dans ses activités professorales. Ensuite, autour du triptyque « Penser, Suivre, Rencontrer », s’exposent son engagement et sa conception esthétique de l’Art ; l’unicité de son parcours dans le même temps que l’influence de ses modèles, classiques comme contemporains ; son insertion dans des cercles de sociabilités générationnels. Une seconde partie est, à raison, consacrée à la carrière de « directeur d’école d’art » de Jean Burkhalter, marquée par l’établissement d’un programme pédagogique original et son application, à l’échelle locale, car à Grenoble, Auxerre, Saint-Étienne et Limoges s’inventent, successivement, des rites et pratiques de travail au profit d’une formation novatrice – presque expérimentale – pour les étudiants. En clausule, mais dès lors contextualisée, s’affiche enfin, selon une trame chrono-sectorielle, la création de Jean Burkhalter, un artiste qui se saisissant de multiples supports, toujours reprend et reproduit un « univers des formes » auquel s’identifie, en longue durée, une signature artistique singulière.

Par ailleurs, un séminaire de recherche, porté par l’École des Chartes et le CNRS (IHTP, Institut d’histoire du temps présent) sur « l’épistémologie du dessin » – dont les résultats seront publiés – réfléchit à la production, la nature, l’organisation et l’évolution des connaissances sur le Dessin de 1850 aux années 2010 (voir : http://dessins.hypotheses.org/493)

Les enjeux de « Carnet de dessins : esthétique et recherche » sont évidents. Par-delà le récit singulier d’une équipe de recherche au travail, c’est, dans un état d’esprit résolument pluridisciplinaire, l’échange de connaissances qui est attendu. Le dessin, encore aujourd’hui, catégorisé du côté de l’hyper érudition ou, à l’inverse, de l’illustration sèche de l’œuvre « monumentalisée », seule digne d’intérêt et de reconnaissance, attend les explications plurielles et croisées, issues aussi bien de la recherche universitaire que de l’auto-discours proposé par les créateurs eux-mêmes.

Pourquoi s’intéresser à l’histoire du fait religieux ?

Madeleine en prière par Jean-Baptiste-Camille Corot (1796–1875)

Madeleine en prière par Jean-Baptiste-Camille Corot (1796–1875) – Domaine public via Wikimedia Commons

L’histoire religieuse souffre aujourd’hui d’une image plutôt négative au sein du monde universitaire. Le fait religieux ne justifierait plus d’études approfondies tant il serait passé de mode. Cela peut paraître paradoxal au vu des débats qui agitent l’actualité, notamment autour de la place de la religion dans nos sociétés. Cette thématique continue d’irriguer les débats publics : il existe une demande sociale de réflexion scientifique à ce sujet. Malgré cela, la place de cette approche « tend à s’amoindrir depuis quelques années, ce qui pose la question de la spécificité de l’histoire religieuse contemporaine »1. Ce recul s’explique notamment par un regard critique très fort sur cette histoire, sur ses méthodes et le choix de ses objets, plutôt que sur le bien fondé d’une réflexion sur le fait religieux lui-même.

Face à ces critiques et à ce constat d’une « crise » de l’histoire religieuse, j’aimerais proposer dans cette contribution un aperçu modeste des renouvellements historiographiques du champ, tout en évoquant l’usage que je fais de l’étude du fait religieux dans mes propres recherches.. Cependant, je concentrerai mon propos sur ce que je connais : l’histoire du catholicisme2

Les hasards de la recherche

À titre personnel, j’ai longtemps partagé cette perception d’une histoire religieuse poussiéreuse, éloignée des problématiques scientifiques centrales. Mes goûts s’orientaient clairement vers l’histoire des femmes et du genre, et j’ai commencé à m’intéresser à l’histoire religieuse par hasard. À la recherche d’un sujet de mémoire en première année de master, Anne-Marie Sohn me suggère alors de travailler sur les jeunes filles et leurs pratiques religieuses au XIXe siècle. J’ai d’abord trouvé l’idée ennuyeuse : je m’intéressais au départ aux sociabilités des femmes tenant des salons. Mais ma directrice avait l’air convaincue de la fécondité d’une approche des jeunes femmes du XIXe par le fait religieux. Je me suis donc emparée du sujet, par défi, mais aussi parce que la perspective d’utiliser un corpus de journaux personnels m’enthousiasmait. Au fil de l’année, j’ai découvert les différentes branches de l’histoire religieuse française, ses classiques incontournables. J’ai exploré un nouveau continent de savoirs : n’appartenant pas à un univers social familier du catholicisme, il s’agissait de me forger une culture minimale des spiritualités et de leurs écoles, de l’histoire des catholiques et de leurs institutions. Dans un article récent, Jacques Boudon souligne cette particularité de l’histoire religieuse : « la génération des historiens du religieux qui émerge alors {depuis les années 1970} est encore très marquée par la culture religieuse reçue dans le milieu familial »3.

Ces lectures furent parfois âpres : je ne comprenais pas l’approche extrêmement descriptive qui prévalait dans de nombreux ouvrages, et je n’étais pas à l’aise avec la méthode quantitative. Cette approche était souvent le fait de « prêtres historiens » qui s’attachaient à l’étude détaillée d’une paroisse ou d’un diocèse. Il me manquait également des repères nécessaires pour comprendre les informulés de certaines démonstrations. La dimension datée des problématiques abordées par l’histoire religieuse m’est apparue très claire au cours de ces lectures. Cependant, ce long travail de familiarisation a abouti à des questionnements féconds : comment pouvait-on mobiliser le genre pour nuancer et complexifier l’étude du fait religieux ? Inversement, que pouvait apporter l’histoire religieuse à la compréhension de la construction des relations de genre ?

Une histoire en renouvellement

L’étude du fait religieux pouvait dès lors trouver un nouvel intérêt à condition de changer la manière dont on l’envisageait. Je ne l’aborde pas seulement comme un ensemble de pratiques et de croyances à décrire : je le mobilise en tant que facteur explicatif, parmi d’autres, des comportements des acteurs En première année, mon intérêt portait ainsi sur les pratiques religieuses des jeunes femmes du XIXe siècle, mais aussi et surtout sur la façon dont elles intégraient leurs convictions religieuses dans la construction de leur identité sociale et de leur identité de genre. Il m’est apparu que la pratique religieuse leur permettait de construire des réseaux de sociabilités, de se confronter à des classes sociales différentes par le biais des œuvres de charité. De même, certaines jeunes femmes valorisaient leurs convictions religieuses pour légitimer leur désir de parler de politique, er exprimer leurs positions ultramontaines. Dans ce cas, la mise en avant de la foi justifie la prise de parole politique des jeunes femmes, et annule sa dimension transgressive. Il reste que la religion était pour elles l’occasion d’adopter des attitudes qui échappaient aux modèles normatifs de genre.

Dans cette perspective, je me suis largement inspirée des approches d’une nouvelle génération de chercheurs s’intéressant au fait religieux. L’histoire religieuse est en cours de transformation, d’abord parce que ceux qui l’écrivent ont changé. Ils se sont largement autonomisés par rapport aux institutions ecclésiales, et ne sont plus nécessairement issus de milieux sociaux marqués par la pratique religieuse. Le renouvellement est aussi disciplinaire : sociologues et littéraires proposent des études novatrices. On peut notamment citer les travaux de sociologie de Céline Béraud autour du « métier de prêtre »4, ou ceux d’Elisabeth Pillet en histoire de l’art, sur le vitrail5. L’appellation même « d’histoire religieuse » est questionnée : on lui préfère désormais « histoire du fait religieux ». Cela souligne que la démarche s’attache au religieux comme « fait » en interaction avec d’autres (économiques, sociaux, culturels) et non à la description de « mondes » religieux dont l’organisation s’expliquerait par les croyances religieuses uniquement.

Des thématiques neuves

Cette nouvelle prise en compte du fait religieux enrichit nos connaissances au sujet de thématiques qui ne recoupent pas forcément les intérêts traditionnels de l’histoire religieuse. L’histoire du corps et des sexualités est un domaine peu investi par l’histoire religieuse traditionnelle. Dans le cadre de ma thèse, je m’intéresse aux discours que les directeurs de conscience tiennent aux femmes à propos du corps. Ce sont des prêtres qui sont chargés de guider les catholiques sur la voie du progrès spirituel, dans le cadre d’une relation très personnelle. Ces conseils sont dispensés à l’oral lors des rencontres entre le prêtre et son « dirigé », mais aussi par le biais de correspondances suivies. Ce dialogue porte sur des thèmes très variés : la spiritualité, le couple, les œuvres de charité, la vie mondaine, le corps et la sexualité. Par leurs prescriptions, les directeurs de conscience produisent des modèles de comportement liés aux questionnements spirituels et moraux. La construction de ces modèles est centrale pour comprendre la perception que les femmes ont d’elles mêmes, mais aussi pour élucider les logiques qui sous-tendent leurs attitudes. Par exemple, je m’étonnais dans mon mémoire de master de la fréquence du discours sur la souffrance dans les journaux personnels de jeunes filles. À première vue, la problématique était donc d’ordre médical, s’inscrivant plutôt dans une histoire de la santé ou de la perception de la souffrance. Or, j’ai compris un peu plus tard que mon questionnement était incomplet : en réalité, la souffrance est présentée par les directeurs spirituels, et par le clergé en général, comme une voie d’accès privilégiée à Dieu6. Dans cette perspective, la dimension spirituelle du discours des jeunes femmes sur leur corps souffrant m’apparaissait évidente, encore fallait-il avoir posé la question en ces termes !

Redonner une place au fait religieux au sein d’études plus générales

Plus directement, l’étude de certains champs historiques ne peut se passer d’une véritable analyse de ce qui se joue dans les pratiques religieuses. Ainsi, il serait vain d’occulter la place de la direction de conscience dans le processus de création d’œuvres sociales majeures dans le tissu associatif français, comme l’a montré Anne Cova au sujet de la Ligue des femmes françaises7. Les directeurs spirituels sont présents à toutes les étapes de la création de ces associations. Des pratiques personnelles de piété dépassent ainsi largement ce qu’on a appelé la « sphère privée », et façonnent la manière dont les catholiques agissent dans le monde. Centrée sur la direction de conscience, ma recherche n’entend pas faire l’historique de cette pratique religieuse particulière mais bien plutôt comprendre en quoi elle est le lieu de l’élaboration d’un rapport au monde qui dépasse les problématiques spirituelles. De ce fait, je préfère dire que je travaille sur l’histoire du genre à partir d’une pratique religieuse, plutôt que de me présenter comme une historienne du fait religieux.

Il faut d’ailleurs souligner que la prise en compte du fait religieux en histoire du genre est encore rare, malgré les recherches suggestives auxquelles ont abouti cette démarche8. La revivification du champ de l’histoire religieuse vient de cet apport d’autres façons de d’écrire l’histoire et d’autres disciplines.

*

L’histoire religieuse connaît des bouleversements majeurs depuis quelques années, et évolue plus vite que son image désuète. Ces mutations ne sont pas sans lien avec les questionnements religieux contemporains : quelle est la place de l’Eglise dans les sociétés contemporaines ? Comment celle-ci définit cette place à l’aune de considérations multiples ? Comment les croyants reçoivent le discours du Pape ? Comment les femmes et les hommes perçoivent leur rôle au sein de la communauté catholique? Un sacerdoce féminin est il envisageable ? Comment comprendre les réactions des ecclésiastiques au projet de loi sur le mariage pour tous ? Toutes ces interrogations ne peuvent se passer de mises en perspective historiques. D’autre part, de nombreuses thématiques de recherche gagneraient à intégrer davantage l’étude du fait religieux dans leur approche ; citons pêle-mêle l’histoire des jeunes, l’histoire du corps et des sexualités, l’histoire du sport, l’histoire des migrations, l’histoire de la santé.

  1. Jacques-Olivier Boudon, « L’histoire religieuse en France depuis le milieu des années 1970 », Histoire, économie et société, 2012/31e année, p 71-86. []
  2. Ma thèse porte sur la direction de conscience, ou direction spirituelle, entre 1830 et le début des années 1920. Cette pratique ne concerne que les catholiques. []
  3. Jacques-Olivier Boudon, « L’histoire religieuse en France depuis le milieu des années 1970 », op. cit. []
  4. Céline Béraud, Le métier de prêtre. Approche sociologique, Paris, Éditions de l’Atelier, 2006. []
  5. Elisabeth Pillet, Le vitrail à Paris au XIXe siècle : entretenir, conserver, restaurer, PUR, Rennes, 2010. []
  6. A ce propos, on peut évoquer les travaux de Richard Burton, Holy Tears, Holy Blood, Women, Catholicism and the culture of suffering in France (1840-1970), Ithaca, Cornell University Press, 2004, ou ceux, plus datés, de Marcel Denis : La spiritualité victimale en France, Rome, Studia dehoniana, 1981. []
  7. Anne Cova, « Au service de l’Église, de la patrie et de la famille ». Femmes catholiques et maternité sous la IIIe République, Paris, L’Harmattan, 2000. []
  8. On peut penser par exemple aux travaux de Dominique-Marie Dauzet sur l’écriture des femmes mystiques : La mystique bien tempérée. Écriture féminine de l’expérience spirituelle (XIXe-XXe siècles), Paris, Cerf, 2006. Plus récemment : Anne Cova, Bruno Dumons (éd.), Destins de femmes. Religion, culture et société (France, XIXe-XXe siècles), Paris, Letouzey et Ané, coll. « Mémoire chrétienne au présent », 2010. []

L’acculturation d’un attelage disciplinaire : Histoire du temps présent/Histoire orale

Exposition virtuelle Mai 68 et les historiens. Autour de l’histoire orale réalisée par Agnès Callu & Patrick Dubois

Au rang des grilles d’interprétation de l’histoire du temps présent s’inscrit – centrale – l’histoire orale1. Outil théorique transdisciplinaire agissant en frontière avec la sociologie et l’ethnologie quand elle repose sur l’enquête de terrain, privilégie l’observation participante et admet la synchronie, elle s’affiche toutefois, singulière, par son identité, son périmètre d’investigation, sa méthode de travail. C’est pourquoi, afin de mesurer l’attelage que nécessairement elle compose avec l’histoire du temps présent (en confluence et croisement, toujours, évidemment, avec la masse critique traditionnelle), il est fondateur, sur une rythmique ternaire : d’abord, de réfléchir à l’émergence dans les pratiques de travail du nouveau trio objet/historien/témoin et, plus encore, d’en évaluer les problématiques et les ouvertures ; ensuite, d’entendre la fonction sociale et le capital symbolique du témoignage ; enfin, d’intégrer la signature intellectuelle d’un vecteur technique, socle d’une source qui parle et, dans un premier mouvement, s’interdit presque consubstantiellement de s’écrire.

Le trio objet/historien/témoin

Pour s’extraire d’une historiographie très balisée, depuis les années 1980, à l’échelle internationale de l’Oral History comme à celle des questionnements français (ceux de l’Institut d’histoire du temps présent, l’IHTP, précisément, aux fondements), il est nécessaire de définir, au départ, un certain « courage » historiographique.

De fait, au regard du positivisme français, du scientisme d’une histoire profondément classicisante car de culture latine et au point cardinal de laquelle s’érige le monument d’écriture, seul gage de foi et de preuve, l’histoire orale (celle-là même qui renseigne, au plan psycho-historique, sur ceux qui fréquentèrent l’hier, l’avant-hier, le presque immédiat), oblique dès l’origine puisque – c’est truisme de le dire – elle accepte de sortir du cercle de travail initial pour s’installer non plus « contre » mais « en face » de son objet d’étude afin d’engager le dialogue.

Ce pas de côté – à réfléchir un instant aux habitus académiques fortement enracinés – est, en soi, une expérience, sinon traumatique, audacieuse pour le moins, quand elle ne recule pas devant l’étrangeté d’une « invention » ; et c’est vrai, cela en compose une, et pas des moindres, lorsque l’on décide d’imaginer l’outillage d’une relation diachroniquement dialoguée pour encadrer, afin de la mieux comprendre, une question du temps présent. Effectivement, d’ordinaire, l’objet historique, placé sur la table de travail, s’analyse sous les lignes d’un texte – iconique parfois, trop rarement – examiné dans l’intimité de la sphère historiens/traces écrites. Là, les conditions originelles sont changées : certes, l’objet demeure posé sur l’écritoire mais il est convoqué/invoqué par la parole rétrospective d’un tiers en sorte que dès lors tout bascule. L’intermédiation, hors du fait intrinsèque qu’elle casse la courroie directe entre le sachant et sa documentation, installe le propos dans un « u topos », un ailleurs intellectuel – autant sur le registre de l’événement que sur celui du discours. Et c’est ce bouleversement-là, soit l’instauration d’un trinôme de fait, secouant, voire dénonçant, les pratiques, les modes, les attentes, les aspirations et les codes universitaires qui dérange tant. Il faut y insister même si l’affaire est bien connue : la règle générique suppose le lien presque biologique du savant et de ses textes pour, en légitimité, avancer une proposition historique. Or soudain, surgit ici l’intermédiaire – impur par essence, intrusif car originellement greffé – et les ressorts acculturés sur un temps multiséculaire sont mis en déroute.

Dire/redire cette évidence-là de façon séminale l’installe à sa place, c’est-à-dire au premier plan. En effet, et il faut bien en mesurer les conséquences, ce schéma ternaire demeure aujourd’hui encore, sinon culturellement inédit, au moins approprié de façon fragmentée, et son acceptation fondamentale est toujours difficultueuse.

En plus d’entendre un changement chiffré : soit compter non plus jusqu’à deux dans l’espace de réflexion mais brusquement jusqu’à trois, l’historien doit, bien sûr, formuler la place assignée à chacun et, là encore, la répartition des rôles, leur verbalisation, est tendue. Au cœur, l’objet historique installé dans un présent compliqué/complexe car aux processus incomplets et inaboutis ; autour de lui, théoriquement en duo équitable, c’est-à-dire partagé dans l’harmonie et/ou en confrontation, l’historien et le témoin.

Le premier, l’historien, héritier de connaissances, expert dans leur exploitation et énonciations critiques, consolidé par l’acquisition continue de savoirs in progress, problématise le donné ; l’autre, le témoin, matérialité humaine d’une mémoire vive en soi à questionner, s’impose TESTIS obligé d’un présent-passé qui ne s’écrit qu’à hauteur d’hommes.

Reconnaître cette distribution, admettre ce postulat, c’est se dépouiller volontairement de peaux successives issues de terreurs intellectuelles presque irraisonnées mais très fortement enracinées : c’est déjouer le mythique empêchement dirimant de Duroselle qui affirme que seule la mort des témoins assainit la place historique ; c’est, en écho, redéfinir les concepts de recul et d’objectivité historiques sans les invalider au prétexte de leur inscription commune dans la contemporanéité ; c’est accepter le « handicap de l’a posteriori », jugé, un temps, insurmontable par Jean-Jacques Becker qui lui accole l’absolue caractéristique d’un discours toujours « T+1 » et, par définition, jamais « live » ; c’est repousser les multi-craintes, par ailleurs justifiées : de la construction/reconstruction, de la mémorialisation fragmentée, de l’absorption d’éléments externes sur la couche de souvenirs purement individuelle, de la collectivisation d’un récit oscillant du JE vers le NOUS, en conscience ou non, sous-maîtrisé ou non, de l’interaction qui suscite la conformité d’un discours mémoriel à l’attente du questionnement individuel de l’historien-enquêteur, de la restitution langagière, élitiste, acclimatée, brouillonne, nerveuse, sensible, maladroite etc. Denis Peschanski, singulièrement, a pointé les dérives possibles, il y a longtemps déjà.

Aussi bien la clarification des mises en place de chacun : objet historique et sujets au pluriel de son interprétation : l’historien et le témoin est-elle nécessaire pour caler un dispositif analytique qui intègre la prise de parole, la mise en parole comme facteurs fondateurs.

La fonction sociale et le capital symbolique du témoignage

De fait – énoncer les évidences est admis – parler permet de dire tout ce qui n’est pas écrit. Cela suppose – pour faire un instant de l’exégèse – tout ce qui ne s’écrit pas et tout ce qui n’a pas pu être écrit. Cette différenciation, un peu spécieuse à l’oral au moins, est cependant significative.

De fait le parler, on le sait bien, passe par des schèmes cognitifs, très différents de ceux de l’écrire. Parler, dire JE, instaure, sur le fond, la verbalisation d’un discours individuellement riche parce que, en épaisseur, identitaire. C’est vrai, parler fait avancer un MOI qui pense à, croit en, reproduit selon, invente en fonction de, s’engage pour, se questionne en faveur de etc.; en un mot, parler propulse les fondations socio-culturelles d’un individu. Mais, dans le processus énonciatif, le MOI ne circule pas tout seul : il convoque les AUTRES : ceux avec lesquels il est en frottement, en conjonction, ceux tels qu’il se les imagine, ceux tels qu’il croit les voir, ceux tels qu’il suppute qu’ils le voient etc. ; les AUTRES pour qui, par exemple, il est le suiveur d’un groupe ou a contrario l’initiateur d’un collectif. Enfin, dire JE inscrit le MOI dans une chronologie : celle-là propre de celui qui reparcourt sa vie devant un tiers racontant son enfance, ses vingt ans, sa maturité, son début de déclin peut-être ; celle aussi, surtout, qui répond, en miroir, à des classes d’âges solidarisées, consolidées par le facteur générationnel, dont on sait bien qu’il fait partager les valeurs, qu’il soude autour des traumas, qu’il invoque les figures référentes.

Et puis, mais le capital de dangerosité est extrême, l’histoire orale comblerait aussi les lacunes de périodes troublées, fracturées, clandestines aussi, par nature, peu propices à l’écriture : les renouvellements historiographiques des années 1990, cassant le mythe résistentialiste à la française, grâce à la création de corpus de témoignages « d’anciens » de Réseaux et Mouvements en est une des manifestations balisée. Toutefois la prudence est de mise car (tout est connu mais s’agit-il encore de le dire pour bien s’en pénétrer) si l’histoire orale couvre le champ de l’opinion, s’affiche comme un récit d’expérience, unique donc irremplaçable, on comprend combien il ne saurait être question de l’employer à des fins informatives. Par empirisme, de façon impressionniste et à la condition de compter sur l’intravalidité offerte par la puissance du corpus et des confrontations prosopographiques, elle peut renseigner sur des faits (à vérifier par ailleurs, toujours, c’est l’évidence) mais sa fonction première est autre : l’histoire orale trouve sa place dans un espace, sinon à délimiter, au moins fortement caractérisé par les notions « psychiques » d’impressions sur, de ressenti pour, d’humeurs contre, de jugements autour etc. Pour autant, l’histoire orale renseigne parfois – et nous sommes bien là alors dans le registre de l’information – quand elle inscrit dans la lumière les seconds couteaux, les n-2, -3, -4, bref ceux qui travaillent à l’ombre, dans l’ombre, sous l’ombre des puissants sans jamais signer en bas des pages. L’énarchisation des pratiques, la propulsion des hiérarques au premier plan – avec l’accélération administrative hypertrophiée que l’on connaît depuis le tournant des années 1970 -, rejetant dans le gris, voire le nulle part, tous les « non-premiers », rend d’évidence l’usage historien du témoignage fondamental. Avec lui s’éclaire au pluriel les processus de décision, les mouvements de mise en application qui, bien sûr, ne reviennent jamais à un seul mais sont le résultat d’actions groupées, cohérentes ou non, d’individus au travail.

Une interprétation des vecteurs pour une compréhension de la source

Cependant, on ne peut s’imaginer un seul instant apprécier la valeur du témoignage qu’à la condition d’accepter, en postulat de départ, que le vecteur qui le porte n’est jamais une plateforme neutre : par essence, l’outil-socle participe fortement à la configuration finale de la source fabriquée (jamais héritée, c’est là sa marque) et, de fait, à l’exploitation qui peut en être faite.

Aussi bien, parler du témoignage « tout court » ne veut-il rien dire car selon qu’il soit écrit, oral ou audiovisuel, son usage historien diffère.

Un instant sur ces trois variantes, bien connues, mais utiles à poser en cascade, se justifie.

Le témoignage écrit peut être direct ou indirect. Dans le premier cas, sans intermédiaire, il se lit à la manière des Confessions de Saint-Augustin, des démarches diaristes qui consistent en la rédaction d’un journal, de mémoires ou d’une autobiographie. Indirect, il est la transcription postérieure (par un tiers ou l’enquêteur lui-même) de l’entretien réalisé préalablement : démarche banalisée, modélisée, on le sait, notamment, par les disciples de Bourdieu ; indirect, il l’est encore, lorsque l’échange, est a posteriori mis en écriture, non plus au format d’un dialogue, alternant les locuteurs, mais à la manière d’un auto-récit produit par celui qui raconte la vie de « son témoin » : les volontaires du Mouvement ATD Quart-Monde, composant ce type d’écriture à valeur et projections mémorielles et identitaires, attestent, par leurs écrits rétrospectifs des combats et douleurs de populations sur-marginalisées, « oubliées de l’histoire » dès lors qu’installées hors des circuits de l’écriture.

Aussi bien pour le seul témoignage écrit, un travail de génétique textuelle s’avère donc absolument nécessaire afin d’effectuer la traçabilité du document « légué » : trace du premier jet manuscrit et analyses des ratures ; conditions phonétiques et/ou littéraires de la transcription ; schémas de la création pure enracinée dans la militance d’une attestation personnelle.

Ensuite, le témoignage oral. Dans un absolu intellectuel imaginaire, il s’affiche brut, apuré des scories, car par la magie d’un appareil (certes, ni neutre, ni invisible mais parfois rêvé comme tel), l’échange témoin/historien est soudain capté en direct. Ce « collage » au réel (en incise, il faut se souvenir que le philologue Ferdinand Brunot en connexion avec les industries Pathé, l’a fantasmé avant la Grande Guerre pour son Atlas linguistique de France et que Georges-Henri Rivière, en 1937, « vendant » à Jean Zay son futur musée des Arts et Traditions populaires, inventait un « musée de synthèse […] muséographiant l’évocation orale des réalités sociales et des croyances »), ce collage-là, envoûtant en raison même de cette proximité originelle, réclame toutefois un travail d’interprétation extrêmement long et difficile car transdisciplinaire. Entendre l’autre, sans le biais de l’écrit, exige de l’historien qu’il s’ouvre, se transforme en chercheur en sciences sociales, en homme pluriel qui soudain, doit réussir la combinatoire entre Histoire, Sociologie, Ethnologie, Linguistique, Philologie, Lemmatologie, Lexicographie : il s’imprègne d’une signature vocale, il entend la musicalité d’un phrasé, il s’approprie le tempo d’un discours, il écoute la scansion d’une conviction, il se familiarise avec les tics de langage, il mesure la rythmique d’une grammaire, il compte les occurrences, bref il absorbe et s’approprie les habitus d’un langage en son entier comme l’expression d’une pensée individuelle mais, au-delà, d’un milieu, d’une époque. Les réflexions récentes de Claire Zalc et Claire Lemercier autour des utilisations pointues et renouvelées du logiciel Hyperbase et surtout les très remarquables travaux de l’historien Damon Mayaffre sur le discours politique, les conditions de son énonciation et ses significations incarnent la tendance à suivre, à modéliser plus encore.

Quant au témoignage audiovisuel, faisant basculer le trio objet/témoin/historien vers un quatuor : objet/témoin/historien/réalisateur vs cameraman, sponte suo il enchante autant que, « à froid » ou « semi chaud », il fait craindre les dérives.

Assurément, au plan positif, on note, une sorte de mirage, comme l’alchimie d’une coagulation totale corps/parole/image/identité car la prise d’image, à la manière d’un sérum de vérité, ferait tout voir y compris les mensonges grâce au décryptage serré de la communication non verbale : les équipes de Yale, travaillant beaucoup au tournant des années 1980 sur les survivants de l’Holocaust, espéraient beaucoup, on s’en souvient, de ces « corps parlants » soudain lisibles car exprimant « pour de vrai » la transmission physique de la douleur. Toujours de ce côté-là, la caméra fouillante, explorante d’un environnement donné séduit : elle se saisit, par exemple, de l’imagerie d’une bibliothèque, vitrine elle-même des fondations intellectuelles des sujets pensants. Elle s’attarde sur des photographies, traces des liens sociaux (ceux du cercle de famille, témoins d’une socialisation) ; traces des maîtres à croire et à penser : ici, une photographie d’un homme politique, autel domestique d’une figure mythique de laquelle on se revendique. Elle capte encore la documentation adjacente : une carte faisant revivre l’évolution d’un théâtre d’opération, une correspondance (ou son absence) attestant des sociabilités (positives/négatives) et des réseaux (utiles/toxiques).

Mais les points négatifs figurent aussi, voire s’imposent, quand ils font basculer le témoin dans la lumière crue de la prétendue médiatisation qui starifie celui qui parle, qui l’oblige – en résistance ou collaboration, collaborationnisme aussi parfois – à singer et à grossir le trait au prétexte d’un public imaginaire (jamais neutre), qui l’incite « à faire le show » à coup de petites phrases ou d’anecdotes faciles. Alors – et les dangers sont multiples et palpables – l’image cannibalise le discours, jouant les prédatrices pour celui qui soudain se met à jouer sa vie quand on lui demande, en sincérité, de tenter de la reparcourir.

En définitive, le duo Histoire du temps présent/Histoire orale compose bien un attelage séduisant tout autant qu’une sédimentation de freins ou d’obstacles pour l’historien. Il appartient à ce dernier de dilater son territoire en travaillant sur l’avant-hier et en faisant taire ses préjugés ontologiques sur le concept d’immédiateté presque un oxymore de l’histoire ; il lui faut dilater ses pratiques en mutualisant les disciplines et en écoutant ledit avant-hier comme s’étant joué à hauteur d’hommes et de femmes, témoins oculaires et auriculaires des faits ; il doit enfin dilater ses outils en écrivant l’histoire dans le périmètre d’un triangle isocèle Objet/Historien/Témoin qui sollicite, pour réussir, toutes les sources du temps présent (écrites, iconiques, audiovisuelles) en sorte l’archive traditionnelle héritée se déclive et se réinvente, « nouvelle vague » comme un témoignage fabriqué par un historien et ses thèses face à un témoin et ses souvenirs.


Pour aller plus loin :

Agnès Callu et Hervé Lemoine, Le Patrimoine sonore et audiovisuel français : entre archives et témoignages, guide de recherche en sciences sociales [préfaces de Jean Cluzel et d’Emmanuel Le Roy Ladurie, postface de Jacques Rigaud], Paris, Belin, 2005, 7 vol., 2500 p.[Prix Osiris de l’Institut de France/Académie des Sciences morales et politiques, Prix de la Recherche du Comité d’histoire de la Radiodiffusion, Prix spécial de l’Inathèque de France]. Voir une bibliographique critique sur le témoignage oral, T1, p. 323-347.

Agnès Callu (dir.), Le Mai 68 des historiens : entre identités narratives et histoire orale [avant-propos de Michel Zink, préface de Jacques Revel et postface de Daniel Roche], Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2010, 312 p.

Pascal Cordereix, Autour du français parlé : de Brunot à nos jours, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2007, 160 p.

Myriam Chimènes (dir.), La vie musicale sous Vichy,  Bruxelles, Complexe, 2001, 420 p.

Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2007, 120 p.

Damon Mayaffre, Le discours présidentiel sous la Ve République: Chirac, Mitterrand, Giscard, Pompidou, de Gaulle, Paris, les Presses de Sciences Po,  2012, 384 p.

Danièle Voldman (dir.), La bouche de la vérité ? : la recherche historique et les sources orales, Paris, CNRS, 1992, 161 p.

 

  1. Ce billet reprend le texte d’une intervention au colloque « Temps présent et contemporanéité » tenu  les 24, 25 et 26 mars 2011 et organisé par l’IHTP au Centre international d’accueil et d’échanges des Récollets. Présentation ; Programme []

De l’image source à la culture visuelle

Interno di un sala da cinema, en CC 3.0 par Sailko via Wikimedia Commons

Pour un historien travaillant sur un objet qui ne relève pas directement de la culture visuelle, une séquence filmée ou une série de photographies1 constituent-elles des sources légitimes ? Le fait que lesdites séquences ou séries d’images aient été mises en scène, puis montées dans un film ou agencées dans la maquette d’un journal, constitue-t-il un aspect que l’historien peut étudier ?

Depuis longtemps, une réponse positive a été apportée à ces deux questions liminaires (cf. notamment Sadoul dès 1961), si bien qu’en 2012 Christian Delage peut écrire, « dès 2004, dans L’Historien et le film, Vincent Guigueno et moi-même considérions que la question du film comme source d’histoire était largement résolue. » En fait, comme les autres types de sources, les photographies et les images filmées acquièrent une valeur documentaire quand elles sont documentées. Pour cela, les chercheurs doivent non seulement connaître les conditions de production (appareil utilisé, auteur, période et  lieu de la prise de vue), mais aussi mener une étude attentive à la matérialité des images diffusées. Tout comme un document textuel ou une série statistique, ces images dites d’enregistrement n’offrent, en effet, pas un accès direct au réel passé. Il n’y a pas de transparence du médium et l’impression d’une mise en contact directe relève du domaine de l’illusion référentielle. Dit autrement, en l’absence d’informations contextuelles, c’est-à-dire de données portant aussi bien sur les conditions de leur production que de leur reproduction, les images restent muettes pour les historiens (cf. Ilsen About et Clément Chéroux, 2001).

Ce constat fait, d’autres champs d’investigation se sont ouverts pour les historiens intéressés par les articulations entre histoire et images dites d’enregistrement. Par exemple, le type de sujets envisageables s’est sensiblement élargi quand les historiens du culturel ont pris pour objets d’étude d’autres formes que celles canonisées par l’histoire de l’art et par les écrits cinéphiles. Ainsi, toutes les productions culturelles, des installations d’artistes et des films dits d’auteur, aux séries télévisées, aux films de série B et aux vidéos partagées en ligne sont aujourd’hui analysée2. Par ailleurs, les historiens se sont rendus aux archives (film et non film) afin d’appréhender la genèse de ces productions culturelles (de la première idée du scénario au tournage, puis du montage au tirage de la copie).3 Ils ont fait de la photographie et du film non plus seulement des sources, mais aussi des objets d’étude à part entière.4 En plus de cette approche génétique, les chercheurs se sont également demandé : est-ce que la circulation d’une bobine de pellicule et les multiples appropriations par les spectateurs, sont à prendre en compte ? Depuis une dizaine d’années de nombreux travaux sont venus apporter une réponse positive à cette nouvelle question.5 Ainsi, une véritable histoire du regard (ou plus justement des études du temps de la diffusion) est venue compléter l’archéologie des images (étude du temps de la production). Les questions posées aux films et aux photographies ont aussi changé. Les questions, – De quoi cette image est-elle le reflet ? Que représente-t-elle du réel ? – ont ainsi été, le plus souvent remplacées par une bien plus intéressante interrogation sur les conditions de l’inscription d’une forme visuelle dans un espace public en perpétuelle transformation.6 Dès lors c’est moins le contenu (audio)visuel des films et des photographies, qui est étudié que leur influence, leur performativité, leur fonction, leur utilité, en somme, leur rôle dans la société (présente et passée).7 Les historiens intéressés par ces nouveaux champs n’ont pas tant essayé de renouveler l’esthétique et l’histoire du cinéma et de la photographie (qui se sont également transformées), que d’intégrer ces nouveaux objets à leur discipline.

Ces questionnements sur la diffusion ont aussi conduit à s’intéresser à l’articulation entre productions culturelles et écriture de l’histoire. Cette articulation peut être résumée ainsi : un chercheur a-t-il à prendre en compte le fait que la réalisation d’une forme visuelle est influencée par le moment historiographique où elle est produite et, en retour, une forme visuelle peut-elle influencer la manière dont un ensemble d’actions ou d’idées sont représentées par les historiens ? De nouveau, à ces deux questions, une réponse positive peut être apportée.

En parallèle de ces recherches sur le temps de la diffusion, des historiens ont dégagé un autre objet d’étude : le cinéma – et non plus seulement les films (ou les photographies).8 Ils se sont d’abord interrogés sur le rôle des salles de cinéma et sur la place du public, puis sur l’influence des médias généralistes et spécialisés sur le devenir référence d’un film ou encore sur la façon dont les discours portant sur une forme culturelle peuvent circuler en ligne. La manière dont certaines productions sont diffusées, accompagnées ou non de textes explicatifs, au sein de l’Éducation nationale, dans des musées ou lors de représentations théâtrales, est alors devenue un objet d’étude digne d’intérêt. De même, en plus des supports classiques (le cinéma, la télévision et la presse), la vente de produits dérivés et les appli pour smartphone aussi bien que la conception de parodies ou d’hommages par les usagers d’Internet, sont, de plus en plus, pris en considération par les chercheurs qui étudient la culture visuelle.9 Ainsi, les productions des industries et leurs multiples appropriations par les usagers sont aujourd’hui des objets d’étude à part entière. L’historien ne peut plus se contenter d’un face à face avec la forme visuelle (le film ou la série de photographies), ni même d’intégrer à l’étude de celle-ci les seules archives rendant compte de ses conditions de production. Le cinéma et la photographie sont devenus, pour les chercheurs, un fait social total, dont la forme visuelle est un élément parmi d’autres.

  1. Par la suite, pour une lecture plus fluide, on fait usages des termes, forme visuelle (quand il s’agit du contenu de l’objet) et production culturelle (quand il s’agit des conditions de sa production), pour désigner les photographies et les films dans leur ensemble. []
  2. Sur ce point, lire notamment : « Pour une histoire cinématographique de la France », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 51-4, 2004, 192 p. (en particulier l’introduction de Pascal Ory). []
  3. En histoire, les différentes recherches menées par Christian Delage sont particulièrement représentatives de ce type de démarche. La génétique s’est également développée en tant que sous-champ des études cinématographique ; pour une première synthèse lire : « Cinéma », Genesis, no 27, 2007, 192 p. []
  4. En France, à partir des années 1970, Marc Ferro a joué un rôle essentiel pour l’institutionnalisation de ce champ de recherche. Par la suite, le modèle proposé par ce chercheur a été sensiblement complété, des textes essentiels ont été publiés à ce sujet aussi bien dans Vingtième siècle (on pense en particulier au no 46, 1995), que dans 1895, Les Annales et Études Photographiques. []
  5. Les travaux actuels de Sylvie Lindeperg pour le cinéma et de Frédéric Rousseau pour la photographie, ou encore ceux de Jacques Walter pour les médias en général sont particulièrement représentatifs de ce type de démarche. Les travaux de jeunes chercheurs tels que Julie Maeck pour le cinéma ou Audrey Leblanc pour la photographie s’inscrivent également dans ce type de perspective. []
  6. Ce déplacement a notamment été initié dès les années 1970 par Pierre Sorlin ; lire entre autres, Pierre Sorlin « Clio à l’écran, ou l’historien dans le noir », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1974, n°4-6, pp. 252-278. []
  7. Chacun de ces termes mériteraient d’être définis, le choix d’utiliser tel ou tel vocable ne faisant aucunement consensus dans le champ des études culturelles portant sur les formes visuelles. En France, l’un des principaux lieux du débat autour de l’usage de ces termes est le média collaboratif d’enseignement et de recherche Culture Visuelle. Pour des réflexions d’ordre plus anthropologiques ou philosophiques, il est possible de se reporter aux textes de François Albera, d’Hans Belting, de Georges Didi-Huberman, de Thomas Elsaesser, de Nicolas Mirzoeff, de W.J.T. Mitchell ou encore de Jacques Rancière. []
  8. Si le texte fondateur de l’histoire culturelle du cinéma date de la fin des années 1950 (Robert Mandrou, 1958), ce champ d’étude s’est principalement développé depuis une dizaine d’année. Le séminaire collectif, « Histoire culturelle du cinéma », tenu par Christophe Gauthier, Anne Kerlan et Dimitri Vezyroglou est l’un des lieux d’échange les plus intéressants autour de ce sujet. Pour une synthèse, lire l’introduction de Dimitri Vezyroglou, Le cinéma en France à la veille du parlant, Éditions du CNRS, Paris, 2011, 381 p. []
  9. En France, les travaux menés par les jeunes chercheurs réunis autour d’André Gunthert au sein du Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (EHESS) s’inscrivent pour la plupart dans cette perspective. Pour ne citer que les plus historiens, il est possible de mentionner les travaux engagés par Gil Bartholeyns, Estelle Blastchke, Marie-Ève Bouillon, Pierre-Olivier Dittmar, Alexie Geers, Fanny Lautissier, Patrick Peccate, etc. []

Histoire orale, témoignages et archives : quelques conseils de lectures

Un billet très (très) bref pour signaler la mise en ligne, en libre accès sur Revues.org (depuis octobre 2011) d’un ouvrage fondamental pour quiconque s’intéresse à l’histoire orale d’un point de vue général, et à la constitution d’un corpus archivistique en particulier : Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la construction de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, coll. « Sources », 2005, 888 p. [toujours disponible en version papier, 30€, ou Kindle, 11€].

L’auteure, spécialiste d’histoire orale et d’histoire des administrations (voir un aperçu de sa bibliographie sur Cairn.info), maître de conférences à l’École pratique des hautes études,  a contribué à la constitution d’un fond très riche d’archives orales pour le CHEFF, dont vous pouvez consulter le catalogue en suivant ce lien.

Dernière précision, après la lecture du billet de Yann Cantin (« Où trouver les sources historiques de la communauté sourde ?« ) vous l’aurez compris, il faut parfois ajouter le caméscope à l’équipement du récolteur de témoignage…

Je vous recommande aussi quelques lectures qui vous permettront de prendre connaissance des différentes approches de l’histoire orale. La liste n’est absolument pas exhaustive bien entendu, n’hésitez pas à la compléter en commentaires…

  • « Archives orales et entretiens ethnographiques. Un débat entre Florence Descamps et Florence Weber, animé par Bertrand Müller », Genèses. Sciences sociales et histoire, n°62, 2006, pp. 93-109. Librement accessible sur Cairn
  • Vincent Duclert, « Archives orales et recherche contemporaine. Une histoire en cours », Sociétés et représentations, n°13, 2002, pp. 69-86. Librement accessible sur Cairn

Agnès Callu, dont vous avez probablement lu le petit entretien ici même, nous avait offert une séance très intéressante du séminaire de méthodologie de la recherche sur l’historiographie et les pratiques historiennes de l’histoire orale en 2011.  Ces trois articles faisaient partie des lectures préparatoires de la séance.

Je vous encourage aussi à lire un article de Marc Bloch sur la question du témoignage : « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre« , Revue de synthèse historique, t. 33, 1921. Accessible via Wikisource et, théoriquement, sur Gallica (cet article avait fait l’objet d’une édition sous forme d’un petit ouvrage par les éditions Allia en 1999).

Enfin, Rémy Besson (qui lui aussi était intervenu au séminaire de méthodologie, mais en 2010, pour un exposé passionnant sur « le visuel en histoire, entre source et objet », à partir de l’exemple de sa recherche doctorale sur la mise en récit de Shoah, le film de Claude Lanzmann – thèse soutenue en mars 2012) a publié récemment un billet sur le carnet Cinemadoc. Images animées, archives visuelles et dispositifs qu’il tient sur la plateforme Culture Visuelle : « De l’articulation entre histoire orale et archive » qui mérite aussi un petit détour…

visuel en histoire, entre source et objet

Où trouver les sources historiques de la communauté sourde ?

Les sources sont le principal ingrédient d’une bonne recherche historique. Leur choix et leur analyse dépendent fortement de leur contenu et, par conséquent, une question se pose d’emblée à tout chercheur : vaut-il mieux avoir beaucoup de sources ou en avoir de qualité ?

Dans mon domaine de recherche, la réponse à cette alternative s’impose quasiment d’elle-même du fait de la difficulté de trouver des sources à laquelle j’ai rapidement été confronté. En effet, j’étudie l’histoire des sourds à la Belle Époque, qui jusqu’à présent, a surtout été étudiée sous un angle éducatif. Mon objectif est différent : je souhaite étudier cette histoire sous un angle plus social, afin de comprendre la vie des sourds dans le passé. J’ai été confronté à deux principales difficultés pour ma recherche : trouver des références bibliographiques ayant trait aux sourds, et les sources spécifiques à la vie sociale. Ces difficultés n’avaient pas été remarquées car je me contentais de ce qui avait déjà été écrit, et donc, dès que je voulais sortir des sentiers battus, cela devenait une vraie exploration.

Avant tout, il faut savoir que le volume de productions écrites issue de la communauté sourde est assez variable dans le temps. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les écrits qui concernent des sourds sont exclusivement produit par des observateurs extérieurs. C’est en 1778 que Pierre Desloges écrit un livre intitulé Observations d’un sourd et muet, dans lequel il donne son point de vue concernant l’éducation des enfants sourds : selon lui il fallait mieux éduquer par la langue des signes ou par l’oral. L’intervention de Desloges a été la première où un sourd revendique clairement sa position en faveur de la langue des signes dans un ouvrage.

Par la suite, entre 1794 et vers 1830, les sourds semblent ne pas avoir publié d’ouvrages jusqu’à l’explosion des années 1830. Cette explosion est survenue au moment où les professeurs sourds se sont mobilisés pour la préservation de l’éducation par la langue des signes qui allait être supprimée par le directeur de l’institution des sourds de l’époque, Désiré Ordinaire. Donc, Ferdinand Berthier, professeur sourd, fondateur de la Société Centrale des sourds-muets en 1838, une société de défense des droits des sourds, a été l’un de ceux qui ont le plus publié1. Après un creux dans les années 1860-1880, où les sources semblent se tarir, les écrits de sourds redeviennent abondants au cours de la période 1880-1930 ; en particulier grâce au développement de la presse dite «sourde», avec une augmentation du nombre de journaux édités par les sourds. Une nouvelle diminution a lieu après les années 1930 pour atteindre son minimum dans les années 1980, avant de reprendre une croissance régulière2.
Ces fluctuations s’expliquent par les variations de la capacité des sourds à écrire. En effet, sans plonger dans le militantisme, il est frappant de constater la corrélation, en particulier au XXe siècle, entre la qualité de l’éducation et la quantité de sources écrites par les sourds eux-mêmes. Le rapport Gillot, écrit en 1998, faisait état de 80% de sourds illettrés, à la fin du XXe siècle. Ce chiffre indique le déclin des sources écrites de la part des sourds au cours du XXe siècle.3

Les références bibliographiques

Quand on souhaite ouvrir un domaine de recherche très peu exploré, la principale difficulté est que l’on ne peut pas réellement s’appuyer sur les recherches des autres chercheurs dans ce domaine précis. On peut certes s’inspirer pour ce qui est plus général, ce qui englobe la société dans son ensemble. Mais, dans le cas précis de l’histoire sociale des sourds à la Belle Époque, il n’y a quasiment pas d’articles ou d’ouvrages qui puissent vous guider, ou mettre sur la piste.

Comme je l’évoquais au début de ce billet, la plupart, sinon tous, des travaux sur l’histoire des sourds se concentrent sur l’éducation. Ainsi, l’histoire de ce que sont devenus ces élèves à la sortie des écoles : vie familiale, travail, vie sociale… reste à écrire.

Si l’on peut s’appuyer sur des articles ou des ouvrages portant sur l’éducation des enfants sourds, qui sont donc majoritaires, pour avoir des débuts de pistes ou des références dans les archives, et ainsi démarrer les recherches, il est parfois nécessaire de s’appuyer sur des recherches faites par les historiens amateurs, par des associations de sourds, pour avoir des indications.

Néanmoins, la recherche doit commencer par les lieux les mieux connus et explorés. Donc, dans mon cas, c’est l’éducation des enfants sourds au XIXe siècle qui me sert, comme on dit «de camp de base». De là, on peut établir plusieurs voies d’exploration. Ainsi, il existe de nombreux travaux tels que L’administration des faveurs François Buton4, ou Signes et institution des sourds de Jean-René Presneau5 que je considère comme une référence.

Les sources écrites

Il existe deux grands types de sources écrites permettant de faire l’histoire de la communauté sourde. La première que je nommerais «sources directes» provient des sourds eux-mêmes : presse, courrier associatif, ouvrages. Et la seconde, les «sources indirectes», résulte d’un regard extérieur à la communauté : enseignants, journalistes…

Ces deux types de sources se complètent, mais, leur quantité n’est pas comparable. En effet, les «sources directes» ont une quantité très variable selon la période étudiée. Comme je l’écrivais plus haut, elles sont très rares jusqu’aux années 1830 et dans les années 1910-1980, elles sont relativement abondantes dans les années 1840-1910 et depuis les années 1980. Cette variation de la quantité s’explique par un fait simple, mais, assez peu admis. Il s’agit d’une conséquence de la décision d’un congrès, organisé à Milan en septembre 1880, où des directeurs, des enseignants, et des fonctionnaires de différents pays se sont réunis afin de décider de la marche à suivre concernant l’éducation des enfants sourds. La décision finale a été prise en faveur de l’éducation orale pure, qui consiste à se concentrer uniquement sur la démutisation des enfants sourds lors des deux premières années. En conséquence, l’éducation intellectuelle est réduite puisqu’elle est considérée comme moins essentielle. Cela a une conséquence à long terme : les jeunes sourds qui sortent des écoles après 1880 présentent un niveau à l’écrit nettement plus faible par rapport à leurs aînés qui étaient éduqués avec une méthode différente, basée sur la langue des signes. Ainsi, la quantité des archives écrites de la part des sourds eux-mêmes a dépendu de choix institutionnels relatifs à leur éducation.

  • La presse sourde et les ouvrages

Une couverture du Journal des sourds-muets (photo de l'auteur)

Ce déclin à l’écrit s’observe facilement avec une disparition progressive des ouvrages publiés par les sourds eux-mêmes, et par un fort déclin de la presse dite «sourde». En effet, celle-ci était extrêmement prolifique à la Belle Époque, avec l’existence de plus d’une dizaine de journaux «sourds» pendant une trentaine d’années. Ainsi, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, on remarque une disparition relative de la presse «sourde» : quelques titres consensuels ont subsisté tandis que les journaux les plus militants se sont évaporés.

La presse est précieuse à plus d’un titre, car je la considère comme le pouls du bouillonnement intellectuel d’une communauté à un temps donné. On peut constater des débats, des polémiques, des réflexions et même des passions qui ont traversé une communauté.

Les archives de cette presse dite «sourde» ne se trouvent que dans deux lieux à l’heure actuelle : l’Institution Nationale des Jeunes Sourds, à Paris, et la Bibliothèque nationale de France (sur le site François Mitterrand). Néanmoins, il en existe également chez les particuliers âgés qui en conservent précieusement.

La Gazette des sourds-muets et le Journal des sourds-muets sont les journaux les plus connus, et pouvant donner des débuts de réflexion, et même des informations assez riches sur les associations sourdes.
Néanmoins, la qualité du papier employé fait que l’accès à ces sources est aléatoire, ainsi Le journal des sourds-muets des années 1890 est inaccessible à la BNF du fait de sa fragilité.

Il est toutefois possible de contourner en partie cette difficulté en utilisant les archives en ligne et bibliothèques numériques. Cela représente un gain de temps énorme, avec un grand nombre d’ouvrages numérisés, accessibles via Gallica, mais également avec Google Books et Internet Archive qui recense toutes les numérisations effectuées.

Enfin, une source précieuse est constituée par les archives de l’université Gallaudet, l’unique université sourde au monde.

  • Les archives associatives

Une archive associative (photo de l'auteur)

Ce type d’archives est le plus difficile à atteindre, puisque la plupart des associations sourdes, de ma période de recherches, ont disparu, et il n’existe pas, à l’heure actuelle, de lieu de conservation dédié aux archives associatives sourdes.

C’est pourquoi elles se trouvent le plus souvent chez des particuliers, les anciens présidents ayant gardé chez eux la correspondance de l’association. Hélas, la situation est toutefois extrêmement aléatoire : il arrive régulièrement que leur descendance se séparent de ces archives, les trouvant encombrantes, et les détruisent.

Cependant, il existe quelques lieux qui ont préservé ce type de sources, en particulier celui de l’association des sourds de Reims, fondée en 1894 et qui existe toujours. Elle a la particularité de disposer d’un foyer de sourds où les archives sont préservées. Par conséquent, le foyer des sourds de Reims représente une source d’informations importantes sur les associations de l’époque via la correspondance qui y est gardée.

Mais, ce type d’archives reste encore minoritaire pour l’instant au vu de sa dispersion et de sa destruction partielle.

Par contre, il y a d’autres types d’associations, non sourdes, comme le Salon des artistes, la Société des Gens de Lettres, etc. auxquelles il est très recommandé d’avoir recours pour comprendre le parcours d’une personnalité.

  • Une archive privée, Lyon 1918 (Photo de l'auteur)

    Les archives privées

Ces archives sont, la plupart du temps, celles des personnalités de l’époque, que leur descendance, le plus souvent sourde, a préservé. Leur accès est assez difficile puisqu’il exige d’avoir recours à des relations au sein de la communauté sourde.

Étant moi-même sourd, et issu d’une famille de sourds, je sais ainsi où se trouvent des familles anciennes de sourds. Mais, il m’arrive aussi de découvrir l’existence de familles encore plus anciennes et très discrètes, par le biais d’amis par exemple. L’utilisation des réseaux communautaires constitue ainsi une condition essentielle pour avoir accès à ces archives qui sont réellement précieuse puisque ce sont souvent des archives au contenu unique.

  • Les archives départementales et nationales

Ces archives sont essentielles pour les recherches d’ordre administratif. Il est intéressant de remarquer que quasiment toutes les séries des archives disposent des documents qui concernent les sourds. La difficulté est de les trouver. C’est souvent par le biais d’un article de journal, d’une correspondance, ou bien, en reconstituant le parcours d’un personnage que l’on découvre des documents qui n’avaient pas été cités dans les références bibliographiques.

Les séries les plus fréquentes, dans mes recherches sont celles de la justice, la Série U, avec les procès, en diffamation, que les personnalités sourdes se faisaient entre elles, ceux de l’État-Civil, la série Q avec les permis de construire. Mais, il ne faut aussi pas oublier les archives particulières comme celles de la Légion d’Honneur avec la base Léonore, et les archives des hôpitaux.

Les témoignages en noétomalalien6

Ce type de sources est ce que l’on peut qualifier de sources orales.

Ainsi, ces témoignages, le plus souvent issu de sourds âgés qui ont rencontré d’autres anciens quand ils étaient jeunes, sont très précieux puisqu’ils peuvent pallier l’absence de sources écrites, ou même des événements qui ne sont pas couchés sur papier. Il est particulièrement important, d’autre part, de recueillir les témoignages des personnes âgées : la langue des signes française est en constante évolution et les anciens signes plongent progressivement dans l’oubli. Dans le cadre de ma propre recherche doctorale, je constitue ainsi un corpus précieux pour les recherches ultérieures, en particulier linguistiques. De ce que je vais faire de ce corpus recueilli, je n’ai pas encore la réponse, ni même envisagé le lieu où je pourrai les déposer, puisque si dépôt il y a, il faudrait que je demande l’autorisation aux témoins pour l’ouverture de ce corpus aux autres chercheurs, ce que je n’ai pas encore fait. Il faudra y réfléchir à l’avenir : un lieu d’archives en langue des signes ne semble pas réellement exister actuellement à une plus grande échelle que les archives privées, associatives…

Les informations recueillies par le biais de témoignages permettent, assez souvent, de débloquer certaines questions, et d’ouvrir de nouvelles pistes de recherches. Ils compensent également la disparition des sources écrites, et du déclin de l’écrit chez les sourds au cours du XXe siècle.

Néanmoins, la principale difficulté est d’éviter d’influencer le témoin. Enfin, il est important d’essayer de recueillir ces témoignages avec une caméra afin d’en assurer la pérennité. Je recommande de suivre les conseils de Thomas Gomart qui a publié un article sur la question7.

Conclusion

Pour faire une histoire sociale de la communauté sourde, il existe donc une multiplicité de possibilité d’accès aux sources. La vrai difficulté relève donc de l’identification de ces accès et il se peut que l’on aboutisse parfois à une impasse. Il est vraiment essentiel de garder à l’esprit que l’on peut trouver des informations dans des archives qui pourraient parâtre, au premier abord, très improbables, c’est pourtant souvent celles-ci qui permettent d’ouvrir de nouvelles voies…

La recherche doit être une aventure dit mon directeur, Mr Gerard Jorland, et je dois admettre que c’est une réelle exploration !

  1. Plus d’une dizaine d’ouvrages, avec, entre autres Histoire et statistique de l’éducation des sourds-muets, Paris, chez l’auteur,1836 et les sourds-muets avant et depuis l’abbé de l’Épée, Paris, Ledoyen, 1840 []
  2. Ce constat a été fait par une analyse personnelle des publications d’ouvrages recensés dans le catalogue général de la BNF, analyse faite avant mon exposé à une séance du séminaire du groupe ESOPP, consultable ici : http://cernach.free.fr/travaux/educationsourd.pdf
    []
  3. Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/984001595/index.shtml#book_presentation []
  4. François BUTON, L’administration des faveurs. L’État, les sourds et les aveugles (1789-1885), Rennes, PUR, 2009 []
  5. Jean-René PRESNEAU, Signes et institution des sourds, XVIIIe-XIXe siècles, Seyssel, Éditions Champ Vallon, 1998. Il y a également les ouvrages de Yves DELAPORTE qui permettent de pouvoir démarrer la recherche : Aux origines du mouvement sourd, Ferdinand Berthier (1803-1886), Second volume, Louhans, CLSFB, 1999, et Moi, Armand, né sourd et muet, Paris, Plon, 2002. []
  6. Définition ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Noétomalalier []
  7. Thomas GOMARD, « Quel statut pour le témoignage oral en histoire contemporaine ? », Hypothèses. Travaux de l’école doctorale d’histoire, 1999, pp. 103-111. Accessible sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-1999-1-page-103.htm []

Classement et sauvegarde des données : quelle stratégie documentaire en fin de thèse ?

J’entame actuellement ma dernière ligne droite doctorale : il me faut rédiger ma thèse suffisamment rapidement pour envisager une soutenance en décembre 2012. En gros, cela me laisse 90 jours pour rédiger ma thèse.

[Edit. Bon, finalement, 90 ce n’était vraiment pas assez large… j’ai fini 1 ans après ce billet !]

Tout le monde n’adopte pas forcément le même type de stratégie, mais en ce qui me concerne, cela passe d’abord par un désengagement maximum de toute autre activité pendant le temps qu’il me reste. Ainsi, j’ai dû renoncer à mon inscription au ThatCamp Paris 2 qui s’annonce pourtant très intéressant (d’autant plus que je n’avais pu assister au premier, à l’origine du manifeste des Digital humanities…), à diverses autres manifestations scientifiques et, surtout, je me prépare tranquillement à une déconnexion (quasi-)totale de Twitter, Devenir historien-ne et de La boîte à outils des historiens

Organiser ses données pour préparer efficacement l’écriture

Une liasse au CAEF (photo de l’auteur, CC BY-NC-ND 3.0)

Malgré cette résolution, je me décide à écrire un billet après avoir rencontré un problème de sauvegarde de données aujourd’hui.

Pour préparer la rédaction de ma thèse, j’ai pris quelques jours pour opérer un classement de l’ensemble de ma documentation selon une répartition par chapitre du plan de thèse.

En effet, utilisateur tardif de Zotero, l’ensemble de ma documentation ne se trouve pas dans cet outils désormais incontournable. Le tout se trouve donc, sinon dispersé, conservé sous plusieurs formes : photocopies dans diverses chemises cartonnées, photographies dans mes ordinateurs et supports de sauvegarde, documents originaux dans ma bibliothèque…

En vue d’une rédaction un peu accélérée, l’opération qui m’a paru la plus pertinente a consisté en un regroupement et un classement de l’ensemble en deux étapes :

  • d’abord une répartition de l’ensemble de la documentation (sources originales et imprimées d’un côté ; références bibliographiques de l’autre) selon un classement chronologique correspondant au plan de ma thèse ;
  • ensuite, un nouveau tri devait me permettre de procéder à un classement « thématique » correspondant aux enjeux soulevés dans chacun des chapitres.

Trois jours à temps plus que complet m’ont permis de classer l’ensemble de mes sources originales et imprimées selon le classement que j’avais choisi d’opérer pour la première étape… 30 secondes ont suffit pour réduire à quasi néant ce travail.

Les 3 commandements de la sauvegarde efficace

Je commencerai ici par rappeler les quelques conseils de base que je me suis efforcé de prodiguer ces dernières années, de séminaire de méthodologie en formation à l’utilisation de Zotero, concernant la sauvegarde des données de recherche. (Voir aussi les billets de Franziska Heimburger à ce sujet sur La boîte à outils des historiens ici et )

1. Trace de tout ce que tu écriras ou classeras tu garderas

Il est, par exemple, courant d’écrire trop long pour un article, un exposé, un projet de recherche, voire un chapitre de mémoire ou de thèse. Avant de passer à la réduction drastique, il est important de garder une trace de cette première version, qui pourrait s’avérer utile par la suite… Il est aussi possible qu’une opération de réécriture, de reclassement de la documentation etc. s’avère finalement peu pertinente. Bien entendu, le « tout » est un peu excessif, à chacun de voir ce qu’il est pertinent de garder…

2. Chacune des versions successives tu identifieras

Qu’il s’agisse d’un document texte ou d’une dossier contenant un classement de vos photos d’archives, offrez-vous la possibilité de ne pas confondre deux versions en indiquant directement dans le nom du document la date du jour. (Dans l’exemple ci-contre vous voyez que pour l’un des fichier, la date du titre ne correspond pas à celle de l’ordinateur qui apparaît en grisé. C’est parce que je n’ai pas apporté de réelle modification au fichier malgré un enregistrement ultérieur, je n’ai donc pas jugé nécessaire de modifier la date dans le nom. Ici l’écart n’est pas très grand, mais cela prend tout son intérêt quand il se creuse…)

La première fois que je n’ai pas respecté ce conseil, je préparais un cours de deuxième année sur l’utilisation d’un tableur en histoire économique. Après deux bonnes heures de saisie de chiffres dans divers tableaux devant servir aux exercices et examens des étudiants, j’ai remplacé par erreur la version finale du document par sa version initiale (et vide) sur ma clé usb… Par chance (quoique?) j’ai ensuite découvert que ce que je venais de saisir se trouvait finalement en ligne… (d’où l’intérêt d’apprendre à bien chercher sur Internet). Pour mémoire, il s’agissait des très utiles séries longues macro-économiques de Pierre Villa (indispensables à quiconque travaille sur la France du XXe siècle…).

La seconde fois c’était aujourd’hui, en milieu d’après-midi : après avoir passé 3 jours à répartir ma documentation, j’ai voulu effacer une copie « secondaire » du dossier d’origine (où la documentation se trouvait bien, mais non classée selon mes choix). Je disposais déjà de trois sauvegardes de ce dossier original (en plus du classement initial par fonds d’archives – auquel je ne toucherai sous aucun prétexte): en plus du non respect de la règle n°2 mon erreur est liée à une application un peu trop drastique des règles n°1 et n°3…

3. Sur au moins TROIS supports tu sauvegarderas

Une bonne sauvegarde suppose l’existence d’au moins trois copies. Pour être honnête, je n’ai aucune idée du fondement « scientifique » d’un tel précepte. Je l’ai entendu pendant les premières étapes de ma formation, en maîtrise ou en master, et toutes les anecdotes entendues depuis le début de ma thèse me l’ont confirmé.

Extrait du tutoriel d’introduction à Zotero 3.0 : http://goo.gl/70X7x

Pas besoin que je revienne, j’espère, sur l’inefficacité de l’utilisation d’un seul support (votre ordinateur) pour vous assurer de la « pérennité » de vos données. Notez surtout qu’un disque dur peut tomber pendant que vous réinstallez votre système d’exploitation (expérience vécue qui m’a été rapportée) deux supports de suffisent donc pas… De plus, disposer de deux copies sur deux supports différents est totalement inutile si vous les conservés rangés exactement au même endroit. Sans être paranoïaque, pensez aux éventuels petits dégâts des eaux ou incendies qui pourraient endommager une partie de votre bureau… que faire si les deux disques externes étaient dans le même tiroir ?

Un commentaire sur ce billet posté sur Facebook

Personnellement, je procède à plusieurs copies de sauvegardes :

  • la copie « de secours », qui relève du long terme et que je révise de façon régulière mais pas compulsive. Je sauvegarde l’ensemble des données sur un disque dur externe « de bureau » (qui nécessite un branchement électrique pour fonctionner)que je range à distance de tout équipement informatique (dans mon armoire à vêtement en l’occurrence)
  •  la copie « régulière », sur un disque dur externe portable (alimenté par le port usb de l’ordinateur auquel il est branché). J’y copie dès que possible les dernières avancées…
  • la copie quasi-instantanée sur mon compte Dropbox Pro, innovation de ma stratégie documentaire de fin de thèse. Heureux propriétaire d’un compte gratuit depuis assez longtemps, je n’y copiais que les travaux en cours : un exposé, un compte-rendu, un article ou un chapitre en cours d’écriture, etc. Pour m’assurer d’une capacité de travail en tout lieu et à toute heure dans les mois à venir, j’ai comparé les différentes possibilités qui s’offraient à moi dans le cloud… Mes dernières hésitations portaient sur le choix suivant : Zotero et ses solution de stockage payant des fichiers joints ou le compte pro de Dropbox. Ce dernier l’a emporté pour deux raisons : d’abord, utilisateur tardif de Zotero (j’avais déjà commencé ma thèse, après un master sur le même objet), je n’y ai jamais stocké mes articles en PDF et mes photos d’archives ; ensuite, et surtout, l’argument financier l’a emporté : 50Go pour 99$ annuels chez Dropbox (78€ environ) contre 10Go pour la même somme chez Zotero. Les avantages/inconvénients des deux solutions dépendent ensuite de votre utilisation « extra-documentation-de-thèse »… Enfin (promis je ne suis pas payé par Dropbox ! Toutefois si vous l’installez en suivant l’un de ces liens, vous gagnerez un peu d’espace gratuit, et moi aussi ;o)) j’ai eu l’heureuse surprise d’apprendre aujourd’hui que l’offre Pro a évolué : pour 99$ annuels vous disposez désormais de 100Go de stockage…
  • l’autre copie quasi-instantanée, car je travaille sur au moins deux ordinateur : un fixe à la maison (avec deux écrans, explication dans un prochain billet de La boîte à outils des historiens) et un portable en bibliothèque, archives et partout où c’est possible… Pour cela, j’ai les synchronisations Dropbox et Zotero ainsi que mon disque dur externe.

Intelligemment tu appliqueras ces commandements

La difficulté que j’ai rencontrée aujourd’hui est liée à une application un peu irréfléchie de ces trois commandements : je disposais déjà d’une copie de mon dossier de sources sur deux disques durs et un pc portable… Pourtant, alors que je procédais à mon classement chronologique, j’ai décidé de garder une autre copie sur mon pc fixe (application des commandements 1 et 3) en ne prenant pas la précaution de les différencier par leurs noms (oubli du commandement 2). Après 3 longues journées, une fois le classement effectué, j’ai décidé d’effacer le dossier source… et je me suis trompé.

Le temps de m’en rendre compte et d’annuler la procédure, la quasi-totalité du contenu était effacée, sans passer par la case « corbeille ».

Grâce à un outil de récupération de données (voir mon billet complémentaire sur La boîte à outils des historiens), j’ai pu finalement récupérer la quasi-totalité de ce que j’avais perdu : pas les photographies d’archives, dont les sauvegardes ne manquent pas, mais le temps passé à les classer selon une répartition qui me permettent de mieux construire mes chapitres de thèse…

Détail d’un document conservé dans la série F60 des Archives nationales (photo de l’auteur, CC BY-NC-ND 3.0)

Tout est dans le « quasi » : il n’y a pas d’outil de récupération magique qui permettrait d’effacer mon erreur et de reprendre le tout là où je l’avais laissé cet après-midi. J’ai récupéré 25 Go de fichiers effacés pour un dossier qui pesait 37Go… et j’ai ce qui me restait après l’effacement partiel (17Go), le tri sera plus rapide qu’une remise à 0 des compteurs… Surtout parce que j’ai récupéré l’arborescence de mon classement, ce qui constituait la seule véritable perte : bien sauvegarder, ce n’est pas seulement copier des fichiers, c’est aussi s’assurer de ne pas avoir passer 3 jours à penser pour rien…

*

J’espère que ce petit retour d’expérience vous donnera des idées de classement et de sauvegarde de votre documentation en vue de la rédaction… N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques et expériences en commentaires !

[Edit. du 12-07-2012 : corrections de « quelques » fautes d’orthographe et ajouts de liens et autres petits compléments]

Comment citer un document d’archives, une thèse ou un mémoire ?

Source : http://xkcd.com/285/

L’un des premiers billets publié sur Devenir historien-ne concernait la citation d’un ouvrage, un article ou un chapitre d’ouvrage collectif.

Voici quelques éléments complémentaires concernant d’autres ressources.

.Citer une thèse ou un mémoire universitaire

Dans le cadre d’une recherche, il est important de ne pas négliger les travaux universitaires qui pourraient vous être utiles. D’autant plus qu’il est désormais plus facile d’identifier les thèses en cours ou soutenues sur des sujets précis (voir, par exemple, le moteur de recherche « theses.fr » ou le serveur TEL (thèses en ligne) de HAL-SHS). Continuer la lecture

Faire parler des dossiers de condamnés à mort

Comment faire « parler » les archives ? Et qu’en tirer pour la thèse ? Il n’existe guère de questions plus fondamentales au début d’un projet de recherche. On chercherait pourtant en vain une réponse simple à ce problème essentiel.

Ma thèse (voir ici) a pour objet l’étude du processus judiciaire conduisant à l’exécution d’un condamné à mort en Californie. Elle s’intéresse d’abord aux pratiques judiciaires et administratives au travers du procès, puis l’incarcération et enfin l’exécution. Un des paris de cette étude a consisté à choisir une durée d’étude longue, plus d’un siècle entre 1893 – le moment où l’État décide de retirer aux sheriffs de chaque comté la responsabilité des exécutions et d’organiser directement les exécutions – et la période contemporaine. Une des conclusions majeures à laquelle je suis arrivé, c’est que le processus se complexifie parce que plusieurs des acteurs dont la responsabilité est directement engagée dans cette mise à mort légale (juges, gouverneur), décident de prendre toujours plus de précautions avant l’exécution.

Or peu de documents sont plus à même de montrer cette complexification que les dossiers pénitentiaires des condamnés à mort. Il s’agit d’une série de 304 dossiers individuels datant de 1913 à 1967 ; les premiers ne présentent que quelques pièces très simples : mandat d’exécution, certificat de décès, etc. Mais par la suite la bureaucratisation croissante et la multiplication des dispositifs de surveillance et de précaution à l’œuvre entraînent de plus en plus de rapports et de documents de tout type. Pour faire une histoire des pratiques judiciaires et pénitentiaires de la peine de mort, s’approcher au plus près des condamnés jusque dans leurs derniers instants, on ne pouvait rêver meilleur corpus.

Un préalable concernant la langue

Doc. 1. Document passionnant mais difficile d’accès : écriture manuscrite, orthographe et syntaxe incertaine. Comment interpréter ? Ensuite comment traduire correctement ?

Mes dossiers, produits par l’administration pénitentiaire et la justice de l’État de Californie, sont évidemment en anglais. Ayant étudié aux États-Unis et travaillé en anglais, je n’avais pas d’inquiétude sur ma compréhension globale des sources. Toutefois, je n’étais et ne suis toujours pas bilingue mais j’ai un niveau suffisant pour travailler sur ces documents. Le recours au dictionnaire reste toujours nécessaire pour vérifier la justesse de la compréhension et pour s’assurer que connotation et sous-entendu sont bien justes (voir doc. 1).

C’est évidemment ce qui peut échapper au lecteur étranger. Toutes les opérations de transcription se révèlent donc un peu plus complexe. Travailler à partir d’une lettre manuscrite dont l’écriture est incertaine prend un temps plus important lorsque la langue est étrangère (voir doc. 2). Par la suite se pose toute la démarche de la rédaction. J’ai adopté une méthode assez fastidieuse mais qui m’a semblé la plus rigoureuse : toutes mes citations sont en français dans le texte de la thèse avec en note de bas de page la version originale américaine intégrale. Cela permet de garder toujours à l’œil le texte original et de pouvoir revenir sur la traduction, après l’avoir par exemple montré à un angliciste. Au-delà, cela me semble une démarche d’honnêteté vis-à-vis du lecteur, surtout lorsque l’on travaille en anglais, qui reste la langue étrangère la plus commune pour les lecteurs francophones.

Lire et relire avec l’esprit libre

Doc. 2. Document là-aussi hors du commun, unique dans le corpus. L’imagination d’un bandit qui prépare l’évasion qui n’aura jamais lieu.

Le premier objectif devrait être de parvenir à une connaissance intime de ses sources. Après une première étape de dépouillement – que vous ayez pris des notes à la main ou avec l’ordinateur, ou même que vous ayez photographié des corpus entiers sans faire de sélection – je crois qu’une première étape d’immersion assez longue est indispensable. Il faudrait pouvoir s’y mettre sans trop d’idées préconçues. C’est rarement possible puisque dès le début de la formalisation du projet de recherche, on a commencé à construire des hypothèses et l’on a parfois des objectifs assez clairs. Je suis parti dans ces dossiers, après un premier examen exploratoire, à la recherche d’éléments systématiques sur l’histoire sociale de ces condamnés ou à la recherche de la « pépite » : le récit plus ou moins structuré d’une « affaire », apte à me permettre de refaire une « micro-histoire » éblouissante à la Foucault dans Moi, Pierre Rivière… Ces désirs d’archives, la volonté plus ou moins avouée de vouloir imiter les maîtres sont difficilement évitables. L’étude de cas à partir du seul dossier n’a jamais été possible. Il a toujours fallu que je mette en résonnance un dossier avec la demande de grâce (contenant souvent au moins partie des minutes du procès, des lettres écrites au gouverneur, etc.), les décisions de justice et les coupures de presse. Par cette accumulation se dessine alors des cas. J’en ai ébauché une demi-douzaine dans ma thèse, un par grande période, comme exemple des transformations dont je retraçais les contours généraux. Par exemple, dans ma thèse, le cas de Theodore Durrant apparaît dans la partie procès (p. 67-70) puis dans celle sur l’incarcération (p. 393) et à nouveau brièvement dans la dernière partie sur l’exécution (p. 638-650).

D’autres fils m’intéressaient également : les conditions de vie des condamnés à mort dans le « couloir », les droits dont ils disposaient, réduits mais non inexistants, leur capacité de résistance allant de la révolte à la contestation en passant par des incartades diverses; tout ce qui avait trait au contentieux autour de leur condamnation, leur capacité à solliciter les tribunaux, notamment… Mais je ne crois pas que tout cela ait été véritablement structuré ou même clairement formulé dans mon esprit, il y avait des linéaments, le début de choses éparses à l’état d’ébauches. Un long temps de lecture et de fréquentation des sources me paraît donc indispensable même et surtout si vos sources présentent, comme les miennes, un aspect apparemment assez répétitif et routinier.

La pépite et l’infime

Doc. 3. Le formulaire est pré-imprimé et invite les médecins à vérifier le passage de chaque étape dans la mise à mort par le gaz, notez l’inconscience qui est mise en avant. Les médecins multiplient les remarques sur l’avant exécution.

Deux tendances opposées viennent à l’esprit avec ce type de sources que l’on peut qualifier de bureaucratiques ou tout du moins de systématiques :

– La recherche d’une bonne étude de cas : un dossier particulièrement riche offre du contenu digne d’être longuement analysé et entrant même en résonnance avec d’autres types de sources (type sources imprimées : coupures de presse & témoignages publiés dans mon cas).

– À l’inverse, le dossier en lui-même n’offrant pas immédiatement quelque chose vous semble banal et presque sans intérêt. Pourtant, vous découvrirez après un certain temps qu’il peut s’se,cher/de c-stonaldoirps qu’is présehé uns d bi Ms mns nt quelque chons dose voje n ayes pi rectuou tont reien lrmuale. Cela toer parfo’êt’influs et presqas :exte o">Dephqueennens let satiot se, us pe reiese mais qme perpi la suins inconstruie, unnxplns vs plysé su dertifiectif de votur objon glotes (voir do3cas).

remiergee

Do4. 1; e laavail:oà l’exécutioe, lincondamgue eet laavalysr unt snendparsve-s pi Mars’opentattres so be didieatemex, prste. le débou toui ese manuscion.

Bibliograpuronexisterte incultiiennpsyde aes ennis fr lenns, etn. Je accum prit s’aboà lo;ensemb’avait sro;explsr i :oy metton entipobjelsivIl Il s’agit jevéavauloou tarsnt les citatinnpe passfoihéuentattret je rappassait e thg>3. Se incultiiennis j’et eà elazut ou tarsnt lhéuentattr> payanemi eut lié e s, prlectiit se, je rapprit ses uo;id. 2/de dancde rappooist s qui eà ent les citatisnt let pluintérasst lee concernan, lincondamnens » faleemst misien la peioleoys :ues. C’e:out met deremièresq t ss mil peee voresr i moas b aché t sple e:oar la dinconentatint l’élémpl: pe sourier.

Do5.… Ma invnent s’administratie, connané e, proettre jo b la fcumuvrncdécos ( prs85/

Dees médecion qon la vplient la st uillemivIltres sode r cins e la fiell, certachcella procre du condamlese npo( ppéts m:oes remarqueir umuvrncle st:itLe formulaées pes ltifoie laossi p: t:ites remarquee concernan, lincondam en lui-moie le ’ tendairs dtx, nts tree sience qes prpon c as immédiatemeà l’exécutioou tout cenc iut c e, jede gees cderresqi e, codesructuree snt l’exécutprcir do3cas).

.

Éctures, Sources, , , , , ,-individtés.

a/p> a/> a d"pa mcle p="rcnles hyp-us ">p/"pa >U:5uantema:ojevh chhe e, e e-sr b). hrefref="htpses hyp-the.’urFlux1:oet au nits ere< - ). hrefref="htps:sh s.es hyp-the.’/crestt ">Cnpostt ere< - ISSN: 2259-8553
<. hrefref="httpswatnt psk’/23tittit"Ptte- Fi tctatemepstp si e-sr WatPt psere< a/p> < /p> s 0vsr _paq =l_paq || []; 0// sencks ly éte ttke "patCe jomDsatests 5 should bnbcastad bn r!-- EedePiwik Cth --> 0 0srr;nuspp>s<> 0<> 0 0 0<> <> 0 00000<> 00000000<. hrefref="htpsw//wodéestits .’">OanEstits ere< 000000 pulole p="subrenu nav- oggnu-show">00000000 000000000<;OanEstits B5okuim"pa >000000 00000dull000000 00000 0000000000000<;r"pa mcle p="titti">OanEstits B5okuim"pa >Livctp i uconsc h phu dintp it pebsocetageEntarnoulopleuimlrr;OanEstits Ju aaluim"pa >000000 00000dull000000 00000 0000000000000<;r"pa mcle p="titti">OanEstits Ju aaluim"pa >Reen p i uconsc h phu dintp it pebsocetageEntarnoulopleuimlrr;Cgr daim"pa >000000 00000dull000000 00000 0000000000000<;r"pa mcle p="titti">Cgr daim"pa >As s ctp conscntirres imlrr;Acc&eac co;se aux1ss s ctpimlrr;Entarnoulopleuimlrr;Hypo e&egent ;us im"pa >000000 000000000dull000000 00000 000000 0 00000000000<;r"pa mcle p="titti">Hypo e&egent ;us im"pa >Caaieev:ojevh chheimlrr;Carslores dtp caaiee imlrr; <>000000 0 000<> 00000000 0 00000pulole p="subrenu">00000000 000000000<;Lsttre &a &;onsrrts im"pa >000000 00000r"pa mcle p="titti">Lsttreim"pa >S'ornar &agent ; t; Lsttre d'OanEstits imlrr;Asrrts &a &;onornaatem im"pa >Acc&eac co;se au servicaere00000000 000000000< 00000000 00 0 000000000 <> 0 0000000000 0 0000000000000dinputvesme="q23typit"le t150" 0 0000000000000d> 00 0 000000000000000dinputvid="thetoujdrlradio"vesme="ul"0vslue=" : htps:sh s.es hyp-the.’50hecksd="nhecksd23typit"radio"v0" 0 000000000000000del5 eesl sibcaaieees;abell00eesl OanEstits imelns0000000000000000 <>0000000000000000000000000000000000000000000000000000 0 0000000000000Revh chherim"pa >r/btts l0000r!--[ectl e IE 9]l00000000 0<;0000rr> <>sssim"nuspt>sss