Archives par étiquette : Archives

Consulter les archives du BIT à Genève : retour – heureux – d’expérience

Il n’est pas toujours simple de se lancer dans la consultation d’archives qu’on ne connaît pas, dans un lieu où l’on a jamais mis les pieds, a fortiori si on n’est pas tout à fait sûr de ce qu’on vient chercher. C’était mon cas lorsque je suis parti trois jours fin octobre 2015 pour Genève et l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Retour pragmatique sur quelques enseignements.

J’ai réalisé cette visite aux archives dans le cadre de mon doctorat qui porte sur l’émergence de la politique des droits de l’homme. Ma thèse part des arènes et des forums dans lesquelles la France se trouve impliquée pour montrer que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 n’est qu’une séquence prolongeant un mouvement plus large. Ce moment commence dans l’entre-deux-guerres par la protection internationale de populations définies comme vulnérables au nom d’une politique d’humanité d’un côté, et la promotion de l’émancipation par la dignité du travail de l’autre.

Continuer la lecture

De l’usage des dossiers de carrière dans l’histoire des enseignantes d’Éducation physique et sportive

Ce billet méthodologique s’appuie sur un travail de doctorat, soutenu en juin 2014 et intitulé : « Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements séparés à la mixité des concours (1941-1989)1 . Pour mener à bien ce projet d’histoire sociale, au sein duquel le genre constitue une catégorie utile d’analyse critique, les dossiers de carrière ont constitué, au début de notre recherche, les sources privilégiées.

Des dossiers de carrière conservés aux Archives nationales

Versés par le Ministère de la Jeunesse et des Sports pour la période considérée, les dossiers de carrière des enseignant-e-s d’EPS sont conservés aux Archives nationales (AN). Les versements concernent différents statuts de personnels : professeurs hommes et femmes, moniteurs et monitrices, maîtres et maîtresses, professeurs-adjoints hommes et femmes, chargé-e-s d’enseignement, agents contractuels, auxiliaires. Classés alphabétiquement en fonction du cadre de fin de carrière, les dossiers sont en revanche rarement différenciés selon le sexe, femmes et hommes étant regroupés sous les mêmes cotes. Continuer la lecture

  1. SZERDAHELYI Loïc (2014), « Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements séparés à la mixité des concours (1941-1989), Thèse de doctorat en STAPS et Histoire, sous la co-direction de Michelle ZANCARINI-FOURNEL et Philippe LIOTARD, Université Lyon 1. Thierry TERRET a également été co-directeur de cette thèse, avec Michelle ZANCARINI-FOURNEL, jusqu’à sa nomination comme recteur de l’académie de la Réunion en janvier 2013 []

Entre histoire et actualité : Les Archives par S. Cœuré & V. Duclert

Depuis le rapport Braibant demandé par le premier ministre Édouard Balladur en 1996, qui a dressé un bilan de la loi sur les Archives de 1976, les archivistes militent, soutenus par les historiens, pour remettre en question un système particulièrement complexe et peu efficace, manquant de transparence et de praticité.

Les ArchivesC’est dans ce contexte qu’a été écrit, et qu’agit, un petit livre de 128 pages, Les Archives, paru en 2001 aux éditions La Découverte et réédité en 2011 en réaction à l’évolution permanente de son propos. L’ouvrage de Sophie Cœuré et de Vincent Duclert affiche une ambition plurielle, et tient une place particulièrement importante au sein de l’historiographie des archives françaises.

Sophie Cœuré est une historienne française, spécialisée dans l’histoire du communisme et de la Russie aux XIXe et XXe siècles. Elle a enseigné à l’ENS, puis à l’université Paris Diderot. Les Archives constituent son premier ouvrage spécialisé dans ce domaine. Elle l’explore à nouveau en 2007 dans La mémoire spoliée : Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Payot, Paris, 2007. La réédition de 2011 s’enrichit ainsi d’exemples tirés de l’histoire des archives soviétiques, et de cette histoire des archives françaises, dont fait partie l’exemplaire original du traité de Versailles. Continuer la lecture

Où trouver les sources historiques de la communauté sourde ?

Les sources sont le principal ingrédient d’une bonne recherche historique. Leur choix et leur analyse dépendent fortement de leur contenu et, par conséquent, une question se pose d’emblée à tout chercheur : vaut-il mieux avoir beaucoup de sources ou en avoir de qualité ?

Dans mon domaine de recherche, la réponse à cette alternative s’impose quasiment d’elle-même du fait de la difficulté de trouver des sources à laquelle j’ai rapidement été confronté. En effet, j’étudie l’histoire des sourds à la Belle Époque, qui jusqu’à présent, a surtout été étudiée sous un angle éducatif. Mon objectif est différent : je souhaite étudier cette histoire sous un angle plus social, afin de comprendre la vie des sourds dans le passé. J’ai été confronté à deux principales difficultés pour ma recherche : trouver des références bibliographiques ayant trait aux sourds, et les sources spécifiques à la vie sociale. Ces difficultés n’avaient pas été remarquées car je me contentais de ce qui avait déjà été écrit, et donc, dès que je voulais sortir des sentiers battus, cela devenait une vraie exploration.

Avant tout, il faut savoir que le volume de productions écrites issue de la communauté sourde est assez variable dans le temps. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les écrits qui concernent des sourds sont exclusivement produit par des observateurs extérieurs. C’est en 1778 que Pierre Desloges écrit un livre intitulé Observations d’un sourd et muet, dans lequel il donne son point de vue concernant l’éducation des enfants sourds : selon lui il fallait mieux éduquer par la langue des signes ou par l’oral. L’intervention de Desloges a été la première où un sourd revendique clairement sa position en faveur de la langue des signes dans un ouvrage.

Par la suite, entre 1794 et vers 1830, les sourds semblent ne pas avoir publié d’ouvrages jusqu’à l’explosion des années 1830. Cette explosion est survenue au moment où les professeurs sourds se sont mobilisés pour la préservation de l’éducation par la langue des signes qui allait être supprimée par le directeur de l’institution des sourds de l’époque, Désiré Ordinaire. Donc, Ferdinand Berthier, professeur sourd, fondateur de la Société Centrale des sourds-muets en 1838, une société de défense des droits des sourds, a été l’un de ceux qui ont le plus publié1. Après un creux dans les années 1860-1880, où les sources semblent se tarir, les écrits de sourds redeviennent abondants au cours de la période 1880-1930 ; en particulier grâce au développement de la presse dite «sourde», avec une augmentation du nombre de journaux édités par les sourds. Une nouvelle diminution a lieu après les années 1930 pour atteindre son minimum dans les années 1980, avant de reprendre une croissance régulière2.
Ces fluctuations s’expliquent par les variations de la capacité des sourds à écrire. En effet, sans plonger dans le militantisme, il est frappant de constater la corrélation, en particulier au XXe siècle, entre la qualité de l’éducation et la quantité de sources écrites par les sourds eux-mêmes. Le rapport Gillot, écrit en 1998, faisait état de 80% de sourds illettrés, à la fin du XXe siècle. Ce chiffre indique le déclin des sources écrites de la part des sourds au cours du XXe siècle.3

Les références bibliographiques

Quand on souhaite ouvrir un domaine de recherche très peu exploré, la principale difficulté est que l’on ne peut pas réellement s’appuyer sur les recherches des autres chercheurs dans ce domaine précis. On peut certes s’inspirer pour ce qui est plus général, ce qui englobe la société dans son ensemble. Mais, dans le cas précis de l’histoire sociale des sourds à la Belle Époque, il n’y a quasiment pas d’articles ou d’ouvrages qui puissent vous guider, ou mettre sur la piste.

Comme je l’évoquais au début de ce billet, la plupart, sinon tous, des travaux sur l’histoire des sourds se concentrent sur l’éducation. Ainsi, l’histoire de ce que sont devenus ces élèves à la sortie des écoles : vie familiale, travail, vie sociale… reste à écrire.

Si l’on peut s’appuyer sur des articles ou des ouvrages portant sur l’éducation des enfants sourds, qui sont donc majoritaires, pour avoir des débuts de pistes ou des références dans les archives, et ainsi démarrer les recherches, il est parfois nécessaire de s’appuyer sur des recherches faites par les historiens amateurs, par des associations de sourds, pour avoir des indications.

Néanmoins, la recherche doit commencer par les lieux les mieux connus et explorés. Donc, dans mon cas, c’est l’éducation des enfants sourds au XIXe siècle qui me sert, comme on dit «de camp de base». De là, on peut établir plusieurs voies d’exploration. Ainsi, il existe de nombreux travaux tels que L’administration des faveurs François Buton4, ou Signes et institution des sourds de Jean-René Presneau5 que je considère comme une référence.

Les sources écrites

Il existe deux grands types de sources écrites permettant de faire l’histoire de la communauté sourde. La première que je nommerais «sources directes» provient des sourds eux-mêmes : presse, courrier associatif, ouvrages. Et la seconde, les «sources indirectes», résulte d’un regard extérieur à la communauté : enseignants, journalistes…

Ces deux types de sources se complètent, mais, leur quantité n’est pas comparable. En effet, les «sources directes» ont une quantité très variable selon la période étudiée. Comme je l’écrivais plus haut, elles sont très rares jusqu’aux années 1830 et dans les années 1910-1980, elles sont relativement abondantes dans les années 1840-1910 et depuis les années 1980. Cette variation de la quantité s’explique par un fait simple, mais, assez peu admis. Il s’agit d’une conséquence de la décision d’un congrès, organisé à Milan en septembre 1880, où des directeurs, des enseignants, et des fonctionnaires de différents pays se sont réunis afin de décider de la marche à suivre concernant l’éducation des enfants sourds. La décision finale a été prise en faveur de l’éducation orale pure, qui consiste à se concentrer uniquement sur la démutisation des enfants sourds lors des deux premières années. En conséquence, l’éducation intellectuelle est réduite puisqu’elle est considérée comme moins essentielle. Cela a une conséquence à long terme : les jeunes sourds qui sortent des écoles après 1880 présentent un niveau à l’écrit nettement plus faible par rapport à leurs aînés qui étaient éduqués avec une méthode différente, basée sur la langue des signes. Ainsi, la quantité des archives écrites de la part des sourds eux-mêmes a dépendu de choix institutionnels relatifs à leur éducation.

  • La presse sourde et les ouvrages

Une couverture du Journal des sourds-muets (photo de l'auteur)

Ce déclin à l’écrit s’observe facilement avec une disparition progressive des ouvrages publiés par les sourds eux-mêmes, et par un fort déclin de la presse dite «sourde». En effet, celle-ci était extrêmement prolifique à la Belle Époque, avec l’existence de plus d’une dizaine de journaux «sourds» pendant une trentaine d’années. Ainsi, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, on remarque une disparition relative de la presse «sourde» : quelques titres consensuels ont subsisté tandis que les journaux les plus militants se sont évaporés.

La presse est précieuse à plus d’un titre, car je la considère comme le pouls du bouillonnement intellectuel d’une communauté à un temps donné. On peut constater des débats, des polémiques, des réflexions et même des passions qui ont traversé une communauté.

Les archives de cette presse dite «sourde» ne se trouvent que dans deux lieux à l’heure actuelle : l’Institution Nationale des Jeunes Sourds, à Paris, et la Bibliothèque nationale de France (sur le site François Mitterrand). Néanmoins, il en existe également chez les particuliers âgés qui en conservent précieusement.

La Gazette des sourds-muets et le Journal des sourds-muets sont les journaux les plus connus, et pouvant donner des débuts de réflexion, et même des informations assez riches sur les associations sourdes.
Néanmoins, la qualité du papier employé fait que l’accès à ces sources est aléatoire, ainsi Le journal des sourds-muets des années 1890 est inaccessible à la BNF du fait de sa fragilité.

Il est toutefois possible de contourner en partie cette difficulté en utilisant les archives en ligne et bibliothèques numériques. Cela représente un gain de temps énorme, avec un grand nombre d’ouvrages numérisés, accessibles via Gallica, mais également avec Google Books et Internet Archive qui recense toutes les numérisations effectuées.

Enfin, une source précieuse est constituée par les archives de l’université Gallaudet, l’unique université sourde au monde.

  • Les archives associatives

Une archive associative (photo de l'auteur)

Ce type d’archives est le plus difficile à atteindre, puisque la plupart des associations sourdes, de ma période de recherches, ont disparu, et il n’existe pas, à l’heure actuelle, de lieu de conservation dédié aux archives associatives sourdes.

C’est pourquoi elles se trouvent le plus souvent chez des particuliers, les anciens présidents ayant gardé chez eux la correspondance de l’association. Hélas, la situation est toutefois extrêmement aléatoire : il arrive régulièrement que leur descendance se séparent de ces archives, les trouvant encombrantes, et les détruisent.

Cependant, il existe quelques lieux qui ont préservé ce type de sources, en particulier celui de l’association des sourds de Reims, fondée en 1894 et qui existe toujours. Elle a la particularité de disposer d’un foyer de sourds où les archives sont préservées. Par conséquent, le foyer des sourds de Reims représente une source d’informations importantes sur les associations de l’époque via la correspondance qui y est gardée.

Mais, ce type d’archives reste encore minoritaire pour l’instant au vu de sa dispersion et de sa destruction partielle.

Par contre, il y a d’autres types d’associations, non sourdes, comme le Salon des artistes, la Société des Gens de Lettres, etc. auxquelles il est très recommandé d’avoir recours pour comprendre le parcours d’une personnalité.

  • Une archive privée, Lyon 1918 (Photo de l'auteur)

    Les archives privées

Ces archives sont, la plupart du temps, celles des personnalités de l’époque, que leur descendance, le plus souvent sourde, a préservé. Leur accès est assez difficile puisqu’il exige d’avoir recours à des relations au sein de la communauté sourde.

Étant moi-même sourd, et issu d’une famille de sourds, je sais ainsi où se trouvent des familles anciennes de sourds. Mais, il m’arrive aussi de découvrir l’existence de familles encore plus anciennes et très discrètes, par le biais d’amis par exemple. L’utilisation des réseaux communautaires constitue ainsi une condition essentielle pour avoir accès à ces archives qui sont réellement précieuse puisque ce sont souvent des archives au contenu unique.

  • Les archives départementales et nationales

Ces archives sont essentielles pour les recherches d’ordre administratif. Il est intéressant de remarquer que quasiment toutes les séries des archives disposent des documents qui concernent les sourds. La difficulté est de les trouver. C’est souvent par le biais d’un article de journal, d’une correspondance, ou bien, en reconstituant le parcours d’un personnage que l’on découvre des documents qui n’avaient pas été cités dans les références bibliographiques.

Les séries les plus fréquentes, dans mes recherches sont celles de la justice, la Série U, avec les procès, en diffamation, que les personnalités sourdes se faisaient entre elles, ceux de l’État-Civil, la série Q avec les permis de construire. Mais, il ne faut aussi pas oublier les archives particulières comme celles de la Légion d’Honneur avec la base Léonore, et les archives des hôpitaux.

Les témoignages en noétomalalien6

Ce type de sources est ce que l’on peut qualifier de sources orales.

Ainsi, ces témoignages, le plus souvent issu de sourds âgés qui ont rencontré d’autres anciens quand ils étaient jeunes, sont très précieux puisqu’ils peuvent pallier l’absence de sources écrites, ou même des événements qui ne sont pas couchés sur papier. Il est particulièrement important, d’autre part, de recueillir les témoignages des personnes âgées : la langue des signes française est en constante évolution et les anciens signes plongent progressivement dans l’oubli. Dans le cadre de ma propre recherche doctorale, je constitue ainsi un corpus précieux pour les recherches ultérieures, en particulier linguistiques. De ce que je vais faire de ce corpus recueilli, je n’ai pas encore la réponse, ni même envisagé le lieu où je pourrai les déposer, puisque si dépôt il y a, il faudrait que je demande l’autorisation aux témoins pour l’ouverture de ce corpus aux autres chercheurs, ce que je n’ai pas encore fait. Il faudra y réfléchir à l’avenir : un lieu d’archives en langue des signes ne semble pas réellement exister actuellement à une plus grande échelle que les archives privées, associatives…

Les informations recueillies par le biais de témoignages permettent, assez souvent, de débloquer certaines questions, et d’ouvrir de nouvelles pistes de recherches. Ils compensent également la disparition des sources écrites, et du déclin de l’écrit chez les sourds au cours du XXe siècle.

Néanmoins, la principale difficulté est d’éviter d’influencer le témoin. Enfin, il est important d’essayer de recueillir ces témoignages avec une caméra afin d’en assurer la pérennité. Je recommande de suivre les conseils de Thomas Gomart qui a publié un article sur la question7.

Conclusion

Pour faire une histoire sociale de la communauté sourde, il existe donc une multiplicité de possibilité d’accès aux sources. La vrai difficulté relève donc de l’identification de ces accès et il se peut que l’on aboutisse parfois à une impasse. Il est vraiment essentiel de garder à l’esprit que l’on peut trouver des informations dans des archives qui pourraient parâtre, au premier abord, très improbables, c’est pourtant souvent celles-ci qui permettent d’ouvrir de nouvelles voies…

La recherche doit être une aventure dit mon directeur, Mr Gerard Jorland, et je dois admettre que c’est une réelle exploration !

  1. Plus d’une dizaine d’ouvrages, avec, entre autres Histoire et statistique de l’éducation des sourds-muets, Paris, chez l’auteur,1836 et les sourds-muets avant et depuis l’abbé de l’Épée, Paris, Ledoyen, 1840 []
  2. Ce constat a été fait par une analyse personnelle des publications d’ouvrages recensés dans le catalogue général de la BNF, analyse faite avant mon exposé à une séance du séminaire du groupe ESOPP, consultable ici : http://cernach.free.fr/travaux/educationsourd.pdf
    []
  3. Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/984001595/index.shtml#book_presentation []
  4. François BUTON, L’administration des faveurs. L’État, les sourds et les aveugles (1789-1885), Rennes, PUR, 2009 []
  5. Jean-René PRESNEAU, Signes et institution des sourds, XVIIIe-XIXe siècles, Seyssel, Éditions Champ Vallon, 1998. Il y a également les ouvrages de Yves DELAPORTE qui permettent de pouvoir démarrer la recherche : Aux origines du mouvement sourd, Ferdinand Berthier (1803-1886), Second volume, Louhans, CLSFB, 1999, et Moi, Armand, né sourd et muet, Paris, Plon, 2002. []
  6. Définition ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Noétomalalier []
  7. Thomas GOMARD, « Quel statut pour le témoignage oral en histoire contemporaine ? », Hypothèses. Travaux de l’école doctorale d’histoire, 1999, pp. 103-111. Accessible sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-1999-1-page-103.htm []

Faire parler des dossiers de condamnés à mort

Comment faire « parler » les archives ? Et qu’en tirer pour la thèse ? Il n’existe guère de questions plus fondamentales au début d’un projet de recherche. On chercherait pourtant en vain une réponse simple à ce problème essentiel.

Ma thèse (voir ici) a pour objet l’étude du processus judiciaire conduisant à l’exécution d’un condamné à mort en Californie. Elle s’intéresse d’abord aux pratiques judiciaires et administratives au travers du procès, puis l’incarcération et enfin l’exécution. Un des paris de cette étude a consisté à choisir une durée d’étude longue, plus d’un siècle entre 1893 – le moment où l’État décide de retirer aux sheriffs de chaque comté la responsabilité des exécutions et d’organiser directement les exécutions – et la période contemporaine. Une des conclusions majeures à laquelle je suis arrivé, c’est que le processus se complexifie parce que plusieurs des acteurs dont la responsabilité est directement engagée dans cette mise à mort légale (juges, gouverneur), décident de prendre toujours plus de précautions avant l’exécution.

Or peu de documents sont plus à même de montrer cette complexification que les dossiers pénitentiaires des condamnés à mort. Il s’agit d’une série de 304 dossiers individuels datant de 1913 à 1967 ; les premiers ne présentent que quelques pièces très simples : mandat d’exécution, certificat de décès, etc. Mais par la suite la bureaucratisation croissante et la multiplication des dispositifs de surveillance et de précaution à l’œuvre entraînent de plus en plus de rapports et de documents de tout type. Pour faire une histoire des pratiques judiciaires et pénitentiaires de la peine de mort, s’approcher au plus près des condamnés jusque dans leurs derniers instants, on ne pouvait rêver meilleur corpus.

Un préalable concernant la langue

Doc. 1. Document passionnant mais difficile d’accès : écriture manuscrite, orthographe et syntaxe incertaine. Comment interpréter ? Ensuite comment traduire correctement ?

Mes dossiers, produits par l’administration pénitentiaire et la justice de l’État de Californie, sont évidemment en anglais. Ayant étudié aux États-Unis et travaillé en anglais, je n’avais pas d’inquiétude sur ma compréhension globale des sources. Toutefois, je n’étais et ne suis toujours pas bilingue mais j’ai un niveau suffisant pour travailler sur ces documents. Le recours au dictionnaire reste toujours nécessaire pour vérifier la justesse de la compréhension et pour s’assurer que connotation et sous-entendu sont bien justes (voir doc. 1).

C’est évidemment ce qui peut échapper au lecteur étranger. Toutes les opérations de transcription se révèlent donc un peu plus complexe. Travailler à partir d’une lettre manuscrite dont l’écriture est incertaine prend un temps plus important lorsque la langue est étrangère (voir doc. 2). Par la suite se pose toute la démarche de la rédaction. J’ai adopté une méthode assez fastidieuse mais qui m’a semblé la plus rigoureuse : toutes mes citations sont en français dans le texte de la thèse avec en note de bas de page la version originale américaine intégrale. Cela permet de garder toujours à l’œil le texte original et de pouvoir revenir sur la traduction, après l’avoir par exemple montré à un angliciste. Au-delà, cela me semble une démarche d’honnêteté vis-à-vis du lecteur, surtout lorsque l’on travaille en anglais, qui reste la langue étrangère la plus commune pour les lecteurs francophones.

Lire et relire avec l’esprit libre

Doc. 2. Document là-aussi hors du commun, unique dans le corpus. L’imagination d’un bandit qui prépare l’évasion qui n’aura jamais lieu.

Le premier objectif devrait être de parvenir à une connaissance intime de ses sources. Après une première étape de dépouillement – que vous ayez pris des notes à la main ou avec l’ordinateur, ou même que vous ayez photographié des corpus entiers sans faire de sélection – je crois qu’une première étape d’immersion assez longue est indispensable. Il faudrait pouvoir s’y mettre sans trop d’idées préconçues. C’est rarement possible puisque dès le début de la formalisation du projet de recherche, on a commencé à construire des hypothèses et l’on a parfois des objectifs assez clairs. Je suis parti dans ces dossiers, après un premier examen exploratoire, à la recherche d’éléments systématiques sur l’histoire sociale de ces condamnés ou à la recherche de la « pépite » : le récit plus ou moins structuré d’une « affaire », apte à me permettre de refaire une « micro-histoire » éblouissante à la Foucault dans Moi, Pierre Rivière… Ces désirs d’archives, la volonté plus ou moins avouée de vouloir imiter les maîtres sont difficilement évitables. L’étude de cas à partir du seul dossier n’a jamais été possible. Il a toujours fallu que je mette en résonnance un dossier avec la demande de grâce (contenant souvent au moins partie des minutes du procès, des lettres écrites au gouverneur, etc.), les décisions de justice et les coupures de presse. Par cette accumulation se dessine alors des cas. J’en ai ébauché une demi-douzaine dans ma thèse, un par grande période, comme exemple des transformations dont je retraçais les contours généraux. Par exemple, dans ma thèse, le cas de Theodore Durrant apparaît dans la partie procès (p. 67-70) puis dans celle sur l’incarcération (p. 393) et à nouveau brièvement dans la dernière partie sur l’exécution (p. 638-650).

D’autres fils m’intéressaient également : les conditions de vie des condamnés à mort dans le « couloir », les droits dont ils disposaient, réduits mais non inexistants, leur capacité de résistance allant de la révolte à la contestation en passant par des incartades diverses; tout ce qui avait trait au contentieux autour de leur condamnation, leur capacité à solliciter les tribunaux, notamment… Mais je ne crois pas que tout cela ait été véritablement structuré ou même clairement formulé dans mon esprit, il y avait des linéaments, le début de choses éparses à l’état d’ébauches. Un long temps de lecture et de fréquentation des sources me paraît donc indispensable même et surtout si vos sources présentent, comme les miennes, un aspect apparemment assez répétitif et routinier.

La pépite et l’infime

Doc. 3. Le formulaire est pré-imprimé et invite les médecins à vérifier le passage de chaque étape dans la mise à mort par le gaz, notez l’inconscience qui est mise en avant. Les médecins multiplient les remarques sur l’avant exécution.

Deux tendances opposées viennent à l’esprit avec ce type de sources que l’on peut qualifier de bureaucratiques ou tout du moins de systématiques :

– La recherche d’une bonne étude de cas : un dossier particulièrement riche offre du contenu digne d’être longuement analysé et entrant même en résonnance avec d’autres types de sources (type sources imprimées : coupures de presse & témoignages publiés dans mon cas).

– À l’inverse, le dossier en lui-même n’offrant pas immédiatement quelque chose vous semble banal et presque sans intérêt. Pourtant, vous découvrirez après un certain temps qu’il peut s’insérer dans une série, qu’il présente une déclinaison de quelque chose dont vous n’avez pas encore tout à fait la clé. Cela peut parfois être infime ou presque : une ou deux phrases, la mention d’un petit fait mais qui permet ensuite de construire un panorama varié et significatif de votre objet global (voir doc. 3).

Une orientation importante pour moi aura aussi été de réfléchir à la source elle-même et son évolution : la simple croissance matérielle de « mes » dossiers au fil des années a constitué un point de départ essentiel pour ma démarche puisqu’elle démontre que la gestion du « couloir » et le suivi des condamnés sont devenus de plus en plus bureaucratiques et précis (comparez doc. 4 et doc. 5).

Regarder les dossiers se transformer, devenir plus importants, présenter des expertises plus élaborées, de cette simple évolution découlait déjà un important travail d’analyse et d’interprétation. Pourquoi ? Comment ? Vers qui ? etc.

Moissonner

Doc. 4. À la veille de l’exécution, le condamné est surveillé en continu, ses repas et ses occupations sont soigneusement notés. Au début tout est manuscrit.

Une stratégie assez utile consiste ensuite à se créer 4 ou 5 grands thèmes que l’on souhaite exploiter et à « moissonner » systématiquement ses sources, à les passer au peigne fin ou au tamis, choisissez votre métaphore.

On retrouve ici l’idée du petit élément, la phrase, la paillette qui fera votre grosse pépite. J’avais ainsi choisi après la réflexion menée en DEA à partir de la bibliographie existante : discipline, psychiatrie, défense, etc. J’accumulais d’abord l’ensemble avant d’exploiter et de mettre en perspective. Il s’agit de recueillir toutes les citations, passages, situations se rapportant au thème. Sur la discipline, j’ai relevé ainsi toutes les situations ayant donné lieu à la production d’un rapport d’incident. Dans ces rapports, j’ai relevé les citations les plus intéressantes concernant le condamné, la faute commise et la peine octroyée. C’est de cette manière que l’on peut convoquer et mobiliser à l’appui de sa démonstration les éléments de sources.

Réfléchir à ce qui manque

Doc. 5. Mais vite, l’administration commence à produire de jolis formulaires ronéotypés.

Une dernière dimension, plus complexe mais sans doute très utile, consiste à réfléchir négativement sur nos sources. Qu’est-ce qu’on n’y trouve pas ? Et pourquoi ?

Dans ma démarche, la confrontation avec les « rapports d’exécution » rédigé par le corps médical a été ainsi particulièrement utile. L’exécution est toujours surveillée par deux médecins qui en suivent le déroulement. Ils sont chargés à la fin de certifier le décès du condamné. La répétition de remarques similaires sur des formulaires préremplis, la faiblesse des remarques concernant le condamné lui-même, la surabondance d’annotations sur ce qui précédait immédiatement l’exécution, tout cela indiquait un regard mécanique et comme obturé sur les exécutions (doc. 3).

De même, le faible nombre de rapports ayant trait à des incidents quant aux derniers moments des condamnés m’a poussé à m’interroger sur l’efficacité de cet encadrement. Je me suis interrogé sur les dispositifs de surveillance qui produisent cette obéissance ultime pour aller presque volontairement vers sa mise à mort.

En guise de conclusion

On le voit, l’histoire s’écrit péniblement par de longues séances de confrontations avec ses sources prises collectivement, individuellement, en groupe par tranche périodiques, par groupement géographique ou tout autre assemblage significatif. De ces difficultés, on tire cependant à la fin le grand plaisir de proposer une certaine intelligibilité à ce qui apparaissait au premier abord une confusion complète.

.

Sources des documents

  1. Lettre de sa mère au condamné Dewey CLARK, in dossier d’exécution « Dewey CLARK, #65615 », Department of Corrections, San Quentin Execution Files ci-après DC-SQEF, California State Archives, Sacramento, Calif. (ci-après CSA) F3918 :142.
  1. Plan d’évasion versé au dossier du condamné John SANTO in « John SANTO, #A26468 », DC-SQEF, CSA, F3918 :317-318.
  1. Rapport médical pour l’exécution du condamné Johnson CALDWELL in « Johnson CALDWELL #A28886 », DC-SQEF, CSA, F3918 :329.
  1. Rapport de veillée d’exécution pour le condamné Robert DESSAEUR, février 1953 in « Robert DESSAEUR, #A18425 », DC-SQEF, CSA, F3918 :278.
  1. Rapport de veillée d’exécution pour le condamné Harvey GLATMAN, septembre 1959, in « Harvey GLATMAN, #A50239 », DC-SQEF, CSA, F3918 :378.

Premiers pas aux Archives Nationales (CARAN)

Archives nationales (Paris) Grands dépôts (salle de l'Armoire de fer)

Source : Archives nationales/Atelier de photographie (Paris) en cc 3.0 via Wikicommons

« [Le président de salle] lui donne une fiche de plastique rose portant le même numéro que sa table. Elle y retourne. Le manuscrit dont elle a besoin et dont elle connaît la cote ne peut être livré par un magasinier à blouse grise que si elle remplit une fiche blanche. Elle ne sait pas où sont les fiches et ne voit rien qui les signale. Elle observe en silence. Elle les aperçoit dans un panier d’enfant en plastique vert, dans la première salle où on lui a demandé pour la deuxième fois une carte. Elle s’y dirige, en prend une, retourne à sa place, sort un stylo pour la remplir en double exemplaire. Elle devine qu’il faut déposer cette fiche quelque part et repart d’un même pas vers le panier d’enfant de la première salle. Ce n’est pas ici ; il lui faut aller maintenant vers un petit bureau, derrière lequel se tient un homme, aussi en blouse grise. Il veut bien de sa fiche, mais il s’enquiert aussi de son carton de plastique rose. Cela lui donne un peu de mal de retrouver sa table, mais elle aperçoit très vite le plastique rose laissé sur ses papiers. Elle ramène le tout, fiche blanche en double et plastique rose à l’homme gris qui lui confie en retour un carton bleu vif portant le même numéro que le rose ». (Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, coll. « La librairie du XXe siècle », 1989, p. 61-62)

Dans un livre incontournable pour tout-e jeune historien-ne, Arlette Farge observe à plusieurs reprises les hésitations de nouveaux et nouvelles arrivé-e-s aux archives. Leurs incertitudes en poussant la porte des salles de lecture sont visibles dans leurs gestes gauches, qui contrastent avec l’aisance des historien-ne-s rompu-e-s aux subtilités des lieux après des années de pratique. Aujourd’hui, les cartons roses ont disparu, et la recherche comme la réservation des documents semblent s’être simplifiées grâce aux outils en ligne. Néanmoins, personne n’échappe à ce premier état d’hésitation, car commencer une recherche dans un centre d’archives suppose de comprendre son fonctionnement particulier. Un centre d’archives a peu à voir avec, par exemple, une bibliothèque : les techniques de recherche, les conditions de consultation des documents sont différentes. Aussi, les repères acquis en fréquentant d’autres centres de documentation se révèlent, au départ, insuffisants. Pour autant, ces lieux n’ont rien de particulièrement mystérieux, et sont au contraire organisés de façon très logique : l’objet de ce billet est précisément de donner quelques éléments pour s’y repérer. Il porte, non pas sur la Bibliothèque de l’Arsenal que décrit Arlette Farge dans cet extrait, mais sur le Centre d’Accueil et de Recherche des Archives Nationales (CARAN). Il s’agit de livrer quelques indispensables informations pratiques, mais aussi d’insister sur un aspect qui se révèle capital au commencement d’une recherche : l’utilisation des instruments de recherche (inventaires).

Entrée du CARAN

Entrée du CARAN, rue des Quatre Fils. Source : Parisette en cc 3.0 via Wikicommons

Les Archives Nationales conservent avant tout les archives des services de l’État. Elles sont réparties sur plusieurs sites (un troisième est actuellement en construction à Pierrefitte-sur-Seine) : le Centre des Archives Contemporaines à Fontainebleau, qui conserve les archives des administrations centrales de l’État depuis le début de la Ve République, et le site de Paris, situé 11, rue des Quatre Fils (IIIe). Par ailleurs, les archives militaires sont disponibles au Service Historique de la Défense à Vincennes, et les archives des Affaires étrangères, à La Courneuve.

Le CARAN, bâtiment inauguré en 1988, se compose de trois étages : au rez-de-chaussée se trouvent les consignes ; au 1er, la salle des inventaires et la salle multimédia ; au 2e, la salle de lecture des documents originaux ; enfin la salle de lecture des microfilms au 3e.

Premières étapes

Avant toute chose, attention aux horaires d’ouverture… et surtout de fermeture : les salles de lecture doivent être libérées relativement tôt, à 16 h 45. En revanche, elles ouvrent le matin à 9 h, du lundi au samedi.

Se faire établir une carte de lecteur 

Selon la loi du 7 messidor an II (25 juin 1794) définissant notamment le principe de publicité des Archives, « tout citoyen pourra demander dans tous les dépôts, aux jours et aux heures qui seront fixés, communication des pièces qu’ils renferment ». Toute personne majeure, sans condition de nationalité, peut obtenir une carte de lecteur. La procédure est beaucoup plus simple qu’à la BNF : il suffit de se présenter au bureau de délivrance des cartes, situé au rez-de-chaussée, avec une pièce d’identité, et de s’acquitter de la somme de 10 € (tarif étudiant) pour recevoir une carte annuelle.

Immédiatement après avoir franchi le seuil du bâtiment, il est demandé de présenter son sac ouvert à la personne chargée de contrôler son contenu. Il faut ensuite se diriger vers la consigne (à gauche sous l’escalier) pour laisser ses effets personnels dans un casier. La plupart de ces casiers fonctionnent avec un code (le mode d’emploi est affiché à l’intérieur de la porte), cependant ce mécanisme peut avoir tendance à s’enrayer : en cas de problème, il est possible d’utiliser un casier à pièce ou à jeton. Les objets interdits en salle de lecture doivent être laissés dans ce casier, c’est-à-dire tout, à l’exception des crayons à papier, feuilles volantes, carnets de notes, ordinateurs et appareils photo (sans leurs housses). On peut éventuellement prendre avec soi des livres, mais il faut le signaler au président ou à la présidente de salle en entrant dans la salle de lecture. Un sac de plastique transparent, disponible dans chaque casier, permet d’emporter tout ce matériel avec soi.

Suivre la visite du CARAN peut constituer une bonne entrée en matière : elle a lieu le lundi à 14h, et dure environ deux heures, consacrées à la visite du bâtiment et à la présentation de l’espace multimédia. Si la taille du groupe est restreinte, vous pourrez bénéficier de conseils personnalisés adaptés à votre sujet de recherche.

Il peut être aussi utile de se tenir au courant des formations proposées sur un fonds particulier, les « conférences d’aide à la recherche », d’une durée d’une heure trente, qui se déroulent le mardi après-midi, une à deux fois par mois. On peut consulter la rubrique « Colloques, conférences, journées d’étude » sur le site des Archives Nationales et guetter les annonces affichées dans le hall.

Réserver des documents

Il est possible de réserver des documents à distance, sur le site internet des Archives Nationales, mais ils seront seulement consultables le lendemain. Ils doivent être commandés la veille avant 15 h pour une communication le lendemain matin en semaine, et le vendredi avant midi pour le samedi.

Priorité est donnée aux lecteurs et lectrices qui se déplacent au CARAN : les documents demandés sur place avant 15 h sont disponibles le jour même. Il est possible de les réserver en salle de lecture, depuis les ordinateurs situés dans la salle vitrée qui se trouve à gauche de la présidence de salle, côté jardins.

On peut réserver en ligne jusqu’à quatre documents, microfilms compris. En revanche, il est possible de demander sur place cinq documents et huit microfilms pour le jour même. Dans tous les cas, on ne peut consulter plus de huit originaux et huit microfilms par jour.

Comment saisir la cote des documents ?

Cela n’a rien d’évident. Par exemple, H1 5 se tape h5 mais AD II 1A devient ad/II/1/a… Il n’y a pas de règle générale, cela peut changer d’une série à l’autre, tout dépend en fait de la personne qui s’est chargée du classement. En cas de doute, il existe le précieux dictionnaire des cotes.

Les salles de lecture 

On accède à la salle de lecture du 2e étage en passant sa carte devant le lecteur, à gauche de la porte. Le premier guichet se trouve dans le renfoncement à droite de la présidence de salle : on s’y présente en arrivant pour obtenir une plaque indiquant un numéro de place et, le cas échéant, les cartons d’archives qui ont été demandés.

Hall d'entrée du CARAN

Hall d'entrée du CARAN. Source : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/caran-paris/index.html

Dans un premier temps, une place sur deux ou sur trois seulement est attribuée, ce qui permet de disposer de suffisamment d’espace pour installer sur la table son carton et ses outils de travail. En revanche, vous vous installerez sur un large siège en bois massif, très beau mais particulièrement inconfortable pour le dos, le dossier étant incliné en arrière.

Sauf exceptions (les fonds privés consultés en places « rouges » et les archives consultées sur dérogation), il est possible de photographier les documents avec son propre appareil photo, à la condition de ne pas utiliser de flash. Contrairement à la procédure qui a cours dans d’autres centres d’archives, il n’y a pas d’autorisation à demander pour faire des photographies, en revanche pour les publier ou les mettre en ligne, il faut remplir une fiche de demande de réutilisation des données publiques.

Les cartons consultés peuvent être prolongés. Ils seront alors gardés au guichet pendant une semaine. Un nouveau contrôle intervient au moment de quitter la salle : il faut présenter son ordinateur ouvert, et confier ses feuilles de notes ou son carnet à un-e agent-e chargé-e de les compulser.

La salle de lecture des microfilms, au dernier étage, propose des lecteurs de microfilms, d’un maniement assez simple (ils fonctionnent de la même manière que les agrandisseurs pour développer des photographies). Certains documents ont été microfilmés en raison de leur état de conservation ou de leur fragilité, on consulte donc le microfilm et non l’original. Au moment de la réservation, une fenêtre indique si le document est microfilmé. La qualité des photographies de microfilms est rarement probante : reste la possibilité d’imprimer une partie de la bobine, mais cette solution est onéreuse (30 centimes par copie A 4 noir et blanc).

La salle des inventaires

La salle des inventaires est à explorer absolument de fond en comble. Si cette salle vous rebute au premier abord, vous serez de toute façon nécessairement amené-e-s à y revenir longuement. En fonction de votre sujet de recherche et de vos questions de départ, vous devrez en effet construire un corpus de sources en repérant les documents utiles à votre recherche, le but étant de parvenir à dresser un état des lieux de l’ensemble (ou presque) de ce corpus. Ce travail suppose de se familiariser avec le classement des fonds d’archives, de manière à savoir où chercher et à comprendre pourquoi tel document se trouve dans tel fonds. De ce point de vue, s’intéresser à l’histoire de la constitution et de la conservation des fonds peut être particulièrement éclairant. Le propre de la recherche en archives réside dans le fait qu’il s’agit non pas d’une recherche par sujet, mais par producteur, ce qui signifie qu’il faut commencer par repérer les institutions susceptibles d’avoir produit des documents en rapport avec le sujet traité. Ce principe de recherche par producteur suppose un travail sur le fonctionnement des institutions (ministère, juridiction…) qui ont créé ces documents.

La salle des inventaires contient plus de 2 000 instruments de recherche : il ne faut pas hésiter à prendre le temps de circuler dans cette salle pour étudier ce que contiennent les rayonnages. On peut commencer ce travail à distance, grâce aux nombreux instruments de recherche disponibles en ligne, la politique des Archives Nationales étant de numériser une grande partie des inventaires pour constituer à terme une « salle des inventaires virtuelle », prévue pour 2013. En salle, les instruments de recherche numérisés sont signalés par l’étiquette « PDF » sur le dos du livre, cependant certains existent seulement en version papier, c’est pourquoi cette recherche en ligne ne peut se substituer à une recherche sur place. De plus, il importe de ne pas négliger les instruments de recherche anciens. Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, les inventaires anciens ne sont pas forcément moins intéressants : pour certains fonds, un inventaire de la fin du XIXe siècle s’avèrera plus détaillé qu’un inventaire récent. Encore une fois, il est donc indispensable d’observer tout ce qui est disponible sur les rayonnages correspondant aux séries que vous projetez de consulter.

Organisation de la salle

Un plan de la salle est consultable au bureau de la présidence de salle. Aux extrémités de la salle se trouvent des inventaires de fonds d’archives qui ne sont pas conservés sur place : les inventaires des archives départementales et communales, des archives de la Défense et des Affaires étrangères, du CAC (Fontainebleau), de Roubaix (Archives nationales du monde du travail, qui regroupent des archives d’entreprises, d’associations, de syndicats, de presse), d’Aix-en-Provence (Archives nationales d’Outre-Mer, c’est-à-dire les archives des anciennes colonies et protectorats français).

Les instruments de recherche qui se rapportent aux archives conservées sur le site de Paris sont classés en fonction de l’organisation de ces fonds, c’est-à-dire par section :

  • Section ancienne : archives d’Ancien Régime
  • Section du XIXe siècle : 1789-1914
  • Section du XXe siècle : 1914-1958
  • Minutier central des notaires : archives des études notariales de Paris, fin XVe-début XXe siècles
  • Section des Archives privées
  • Section des cartes et plans

Ces ensembles sont divisés en séries, qui peuvent elles-mêmes se décliner en sous-séries. Par exemple, les archives du Ministère de la Justice constituent la série BB. Celle-ci se subdivise en sous-séries, ainsi BB20 correspond aux archives des Cours d’assises. Il convient donc de garder à l’esprit ce système de classement hiérarchisé pour éviter de se perdre par la suite dans le détail des articles.

Avant même de consulter les inventaires, les fiches de recherche peuvent constituer un point d’entrée utile dans les archives. Des archivistes ont en effet conçu quelques fiches générales d’orientation, et surtout une soixantaine de fiches spécifiques proposant des points de méthode et une première orientation vers des fonds concernant des thèmes précis (par exemple : « Rechercher une carte, un plan ou un document figuré aux Archives Nationales », « Les sources relatives à l’Algérie (1945-1969) », « Les métiers sous l’Ancien Régime »…). Ces fiches sont disponibles en version papier en salle des inventaires, sous le bureau de la présidence de salle, mais aussi en ligne.

Les instruments de recherche

Il existe plusieurs types d’instruments de recherche. Voici quelques points de repère.

  • Les instruments de recherche synthétiques :

Les guides de recherche sont regroupés face à la porte d’entrée et repérables à leurs reliures rouges. Thématiques, ils abordent des sujets très divers (Guide des sources de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions ; Les sources de l’histoire de l’art aux Archives Nationales ; Guide des sources de la Commune de Paris et du mouvement communaliste[1]). Parmi ces ouvrages, on peut tout simplement commencer par compulser le Guide de l’utilisateur des inventaires des Archives Nationales [2].

Les cinq volumes de l’État général des fonds (reliure verte) correspondent au premier niveau de description des fonds : ils offrent une présentation sommaire des séries. On retrouve en ligne, pour chaque série, le découpage de l’État général des fonds correspondant, qui présente l’avantage d’être actualisé, contrairement aux exemplaires papier. La base EGERIE, également accessible en ligne, permet d’interroger l’État général des fonds par mot-clé.

  • Les instruments de recherche dits « analytiques » :

L’archivistique distingue les répertoires, qui décrivent le contenu des articles en indiquant leur cote, leur intitulé et leur date, des inventaires, qui offrent une description plus détaillée des pièces que contiennent ces articles, c’est-à-dire des feuillets qui composent les liasses.

Il existe plusieurs types d’inventaires, ici encore ordonnés selon le niveau de description qu’ils proposent : l’inventaire sommaire décrira donc chaque pièce, mais brièvement, alors que l’inventaire analytique donnera plus d’informations sur ces pièces, notamment sur l’état de conservation matériel du document, son support, son format. On trouvera enfin des inventaires méthodiques, qui, par opposition aux inventaires numériques qui suivent l’ordre des cotes, présentent les documents dans un ordre logique différent.

Il existe un outil précieux pour se repérer dans ces instruments de recherche : l’État des inventaires, ou « l’inventaire des inventaires » (reliure à l’italienne de couleur marron), qui liste les instruments de recherche correspondant à un ensemble de séries. Toujours selon la même logique, il décline les guides, puis les « instruments de recherche généraux », enfin les « instruments de recherche sélectifs ». En face de chaque référence est mentionnée la cote de l’exemplaire physique ou celle du microfilm (les lecteurs de microfilms se trouvent au fond de la salle), et si l’instrument a été numérisé (il se trouve alors en ligne). Chaque instrument de recherche est brièvement commenté, et il est indiqué s’il a été corrigé ou mis à jour.

L’État des inventaire permet également de repérer, pour chaque ensemble de cotes de la série concernée, l’inventaire correspondant. Comme pour l’État général des fonds, on retrouve en ligne le découpage de l’État des inventaires correspondant à chaque série.

La recherche d’instruments de recherche en ligne peut s’effectuer, pour les fonds d’Ancien Régime, de deux manières : soit en utilisant le Guide général d’orientation, qui dresse le tableau des institutions et renvoie, pour chacune d’entre elles, aux instruments de recherche appropriés ; soit en accédant directement aux instruments de recherche dans l’ordre du cadre de classement.

  • Les ressources de l’Intranet :

On trouve en salle des inventaires, face à la présidence de salle, et en salle multimédia (au même étage), des ordinateurs donnant accès aux ressources en ligne mais aussi à des bases de données consultables uniquement sur place, via l’Intranet [3]. Attention : l’utilisation d’une clé usb n’est pas autorisée avec ces ordinateurs. Les bases de données disponibles sur l’Intranet sont signalées par un carré bleu. On trouve parmi celles-ci :

– la base TEC, qui permet de rechercher les cotes des thèses de l’École des Chartes ;

– la base PUBLIC, un catalogue des usuels (dictionnaires, guides de recherche) disponibles au CARAN en salle des inventaires, mais aussi en salle de lecture ;

– la base QUIDAM, qui est, pour le XIXe siècle, la grande base nominative des Archives Nationales ;

– et MINUTES, qui permet de lancer une recherche par nom dans le Minutier des notaires (avant 1870). Les minutes des notaires ne concernent pas seulement les propriétaires : elles renferment également des contrats de mariage, d’apprentissage, des inventaires après décès…

Parmi les bases de données accessibles en ligne, on peut consulter, en bas de cette page :

– BORA, le catalogue des archives privées, qui indique les conditions de communicabilité de ces documents ;

– la base PRIAM 3, pour les archives conservées à Fontainebleau ;

– ARCHIM, qui propose quelques dossiers iconographiques thématiques ;

– la base PROF permet enfin d’effectuer une recherche nominative dans les lettres de provisions d’offices qui constituent la sous-série V1, sur la période 1720-1755.

Portail des Archives nationales, rue des Francs-Bourgeois, Paris

Entrée de la rue des Francs-Bourgeois. Source : Rama en cc 2.0 via Wikicommons

Dans la mesure où les Archives Nationales, pas plus que les historien-ne-s qui viennent y effectuer leurs recherches, ne se situent hors du monde (et en l’occurrence du pays) dans lequel nous vivons, il me semble impossible de conclure sans dire un mot sur la situation actuelle du quadrilatère des Archives. Depuis plus d’un an, le personnel des Archives Nationales se mobilise contre le projet présidentiel de musée (« Maison de l’histoire de France ») dont l’implantation est prévue sur le site actuel des Archives.

Les salarié-e-s dénoncent le projet de musée en lui-même, à travers les orientations politiques qu’il traduit, ainsi que ses conséquences prévisibles sur leurs emplois, mais aussi sur les conditions de conservation des archives anciennes, qui ne permettraient plus aux Archives Nationales de remplir pleinement leurs missions de conservation et de communication des documents. Ils et elles ont choisi de proposer à toutes les personnes qui le souhaitent, et en premier lieu aux « étudiants, chercheurs, historiens, intellectuels, généalogistes… », de les soutenir au moyen d’une pétition. Des informations sur cette mobilisation sont affichées chaque jour devant l’entrée de l’hôtel de Soubise, rue des Francs-Bourgeois, sur des panneaux présentant les articles parus dans la presse à ce sujet.

La Fabrique de l'histoire

L’émission La Fabrique de l’Histoire, sur France Culture, consacre aux Archives Nationales un court feuilleton hebdomadaire, la « Ballade des Archives Nationales », d’une durée d’environ sept minutes, chaque lundi à 9h07. L’épisode du 17 octobre dernier rend compte de ce mouvement et donne la parole aux personnels.

__________________________

[1] Claire Sibille (dir.), Guide des sources de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions, Paris, La Documentation française, 2007, 625 p. ; Mireille Rambaud, Les sources de l’histoire de l’art aux Archives Nationales, Paris, Imprimerie nationale, 1955, 173 p. ; Association des Amis de la Commune de Paris, Guide des sources de la Commune de Paris et du mouvement communaliste (1864-1880), Paris, La Documentation française, 2007, 731 p.

[2] Isabelle Carbonnel, Ghislain Brunel, Guide de l’utilisateur des inventaires des Archives Nationales, Paris, Chadwyck-Healey France, 1990, 112 p.

[3] Je remercie Sophie Olive, chargée d’études documentaires au Département de l’orientation et de la communication des Archives Nationales, pour ses précisions sur les ressources électroniques offertes par cet Intranet.


L’historien-ne et les archives

[Ce billet a été initialement publié sur La boîte à outils des historiens. Son objet entrant dans les centres d’intérêts des lecteurs de ce blog, je me permets à titre quasi exceptionnel – voir aussi par là – de le reprendre ici]

Dans la série des petits incontournables pour l’apprenti historien-ne (pour l’historien-ne plus confirmé-e ainsi que pour l’enseignant-e d’historiographie et de méthodologie de la recherche en histoire…) voici Les archives de Sophie Coeuré et Vincent Duclert.

Une première version de l’ouvrage avait été publiée en 2001. Cette nouvelle édition « entièrement refondue et mise à jour », selon l’expression consacrée, est disponible depuis fin mars 2011. Ici la formule n’est pas usurpée : les familiers de la première édition auront tout intérêt à se procurer cette nouvelle version.

 Outre la reprise des éléments relatifs à l’histoire des archives, aux bases de la critique historique des documents (etc.), vous y trouverez une utile mise à jour des chapitres relatifs à l’organisation pratique des services (qui tient compte, par exemple, des évolutions en cours aux archives nationales) et à la législation (qui permet, notamment, de faire le point sur les changements intervenus depuis les réformes de 2008). C’est aussi l’occasion pour les auteurs d’évoquer brièvement la question des musées d’histoire, ainsi que les controverses nées suite à l’annonce de la création d’une « maison de l’histoire de France » et de son installation sur le site historique des archives nationales (voir aussi ici)

 Sans que cela ne soit l’objet principal de l’ouvrage, les auteurs tiennent aussi compte des transformations du rapport aux archives qu’entraîne l’avènement de l’ère numérique ; tant du point de vue des archivistes que des usagers. Sont ainsi évoqués : l’archivage électronique et la numérisation ; le rôle d’internet dans le renforcement de certains projets internationaux ; la réalisation de bases de données et d’expositions en ligne…

Le chapitre intitulé « publics des archives, usages des archives » donne des indications très intéressantes concernant les fréquentations respectives des archives nationales et départementales et de leurs sites internet (très légère baisse pour les premières, explosion pour les seconds).

 Je ne saurais donc trop vous recommander la consultation de cet ouvrage qui, un peu sur le même modèle que le « repères » de Claire Lemercier et Claire Zalc permet d’accéder à un vaste panorama d’une question qu’il vous faudra approfondir ensuite par vous même, sur le terrain…

 *

 J’en profite pour vous indiquer la mise en ligne d’une conférence d’Annette Wieviorka sur la bibliothèque numérique de l’ENSIB.

 Intitulée « De l’usage de l’archive et du livre dans la fabrique du récit historique » (voir ici). Elle a été prononcée le 12 avril 2011 dans le cadre du cycle de conférences « Lire les livres » : cliquez ici pour écouter en ligne (env. 1h30), et là pour télécharger le fichier (env. 83Mo).