Archives par étiquette : bibliographie

Lire pour chercher, quelques réflexions

Je vous propose dans ce billet quelques réflexions sur les différents types de lecture qui jalonnent un processus de recherche, que ce soit dans le cadre d’un master ou d’une thèse. C’est un retour d’expérience très personnel et inachevé puisque je commence ma 3e année de thèse et je n’ai pas terminé de lire la bibliographie1 . Ma thèse porte sur les formes de direction de conscience au XIXe siècle en France, entre histoire du genre et histoire du fait religieux. Pour plus de détails, mon carnet de thèse est en ligne. J’accumule notes de lecture diverses depuis maintenant plus de deux ans et je partageais récemment sur Twitter cette impression d’être parfois noyée sous la masse documentaire. J’ai donc entrepris une sorte de typologie des lectures pour y voir plus clair. Que dois-je lire ? Que faut-il lire ? Quelle lecture pour quel usage ? Continuer la lecture

  1. Si tant est qu’on puisse finir de lire sa bibliographie un jour. Peut-être qu’il faudrait commencer par là : l’obligation de renoncer à tout lire… []

Une bibliographie : pourquoi ? Comment ? [2/2]

Cahiers d'un livre ancien visibles en l'absence du dos (L'échelle sainte ou Les Degrez pour monter au Ciel, composez par s. Jean Climaque, abbé du monastère du mont Sinaï, traduit du grec en françois par M Arnauld d'Andilly, Paris, Pierre Le Petit, 1661) par Remi Mathis en cc sur Wikicommons[Dans un précédent billet –  “Mais par où vais-je bien pouvoir commencer ?” – trois exercices permettant de bien démarrer ont été évoqués : chercher des définitions ; établir une bibliographie de travail ; procéder à une première prospection de sources. Chacune de ces activités doit faire l’objet de billets spécifiques Sur Devenir historien-ne.  Après les définitions provisoires et la première partie du billet sur la bibliographie qui a été publiée le 25 octobre, en voici la suite (et fin), co-écrite par Amaury Catel et Sophie Cinquin]

La bibliographie comme outil : travail et réflexion bibliographiques

Une fois celles des moyens d’alimenter sa bibliographie abordée, quelques grandes questions relatives à l’exercice bibliographique demeurent : celle de son usage, déjà évoqué ; celle des pratiques de lecture associées à la constitution d’un tel document, qu’on ne peut éluder ; et celle enfin, toujours épineuse, des pratiques de hiérarchisation et de classement, qui contribuent à faire d’une bibliographie sommaire une « bonne » bibliographie – pensée, organisée, structurée. Continuer la lecture

Une bibliographie : pourquoi ? Comment ? [1/2]

par Lin Kristensen from New Jersey, USA - en CC 2.0 sur Wikicommons[Dans un précédent billet –  “Mais par où vais-je bien pouvoir commencer ?” – trois exercices permettant de bien démarrer ont été évoqués : chercher des définitions ; établir une bibliographie de travail ; procéder à une première prospection de sources. Chacune de ces activités doit faire l’objet de billets spécifiques Sur Devenir historien-ne.  La question des définitions provisoires ayant été traitée, c’est au tour de la bibliographie. Ce billet (publié en deux parties) est co-écrit par Amaury Catel et Sophie Cinquin]

Les guerres de religion du XVIe siècle ont donné lieu à des disputes théologiques entre  catholiques et protestants. Celles-ci s’appuyaient sur d’anciennes querelles dogmatiques auxquelles chacune des deux parties faisait référence. Ce retour constant au passé, et par là même à la tradition, a donné naissance aux notes de bas de page, mais aussi à la bibliographie, document destiné à synthétiser en une simple liste (souvent très longue) tous les travaux ultérieurs auxquels il était fait référence Continuer la lecture

« Mais par quoi vais-je bien pouvoir commencer ? »

Tandis que l’idée d’un sujet de recherche original a commencé à germer pendant l’été, et que se profile l’inscription en master, une question existentielle vient souvent jouer les trouble-fête : « mais par quoi vais-je bien pouvoir commencer ? »

Bien entendu, la première chose à faire consiste à prendre rendez-vous avec son directeur ou sa directrice de recherche pour discuter du projet. Mais l’idéal, quand c’est possible, consiste à ne pas arriver les mains vides… L’objectif de ce billet est de fournir quelques conseils à celles et ceux qui se demandent par où commencer leur recherche. Il est basé, en partie, sur des exercices donnés l’an dernier au cours du premier semestre du séminaire de méthodologie.

Commencez par les dictionnaires !

Les dictionnaires sont des outils incontournables, quel que soit le niveau d’avancement d’une recherche. C’est une étape qui est trop souvent négligée alors que cet exercice est excellent moyen d’amorcer une réflexion sur un sujet. Usuels (Robert ou Larousse) et encyclopédies généralistes (comme Universalis ou Wikipedia), mais surtout dictionnaires spécialisés :

Commencez donc par identifier ceux qui vous seront utiles en fonction de vos centres d’intérêt.  « Ceux » et non « celui » : la distinction est importante car il ne s’agit pas de définir un terme une fois pour toute, mais de prendre conscience de la variété des définitions possibles d’un même phénomène et d’élaborer, en recoupant différentes sources, des définitions provisoires qui vous permettront de commencer à travailler.

Constituez ainsi des fiches pour l’ensemble des termes de votre sujet, des concepts que vous envisagez d’utiliser et des individus que vous pourrez rencontrer au fur et à mesure de la recherche.

Élaborez une bibliographie de travail…

Commencez, dès le début de la recherche, par recenser l’ensemble des travaux qui vous semblent utiles a priori pour la mener à bien. Pour cela, vous disposez de nombreux outils de recherches en ligne, de bibliographies thématiques et des appareils critiques (notes de bas de pages et bibliographie) de vos lectures.

Une bibliographie de travail vous permettra de commencer à prendre connaissance de l’historiographie du sujet et de mettre en place un programme de lecture. Pour cette seconde étape, je vous conseille faire, dès que possible, un premier sondage de l’ensemble des titres identifiés (introductions, conclusions, tables des matières et comptes rendus des ouvrages ; résumés des articles). Vous pourrez ainsi vous assurer que les contenus correspondent bien aux titres repérés et procéder à une première sélection les lectures prioritaires.

Une bonne solution consistera à faire une fiche par titre, idéalement avec Zotero, en notant tout ce qui vous semble utile (au minimum : thèmes abordés d’après la table des matières, thèse(s) de l’auteur d’après l’introduction et la conclusion, type de sources utilisées, lieux de conservation et date de première consultation). Vous compléterez ensuite ces fiches suite aux lectures approfondies – tout comme vous agrémenterez la bibliographie au fil de vos découvertes…

…et procédez à une première prospection de sources.

Il est très important, dès le début de la recherche, de procéder à une première prospection afin d’identifier les sources potentielles de la recherche. Ici encore, il ne s’agit pas d’établir une liste définitive, mais de commencer à vous assurer de la faisabilité de la recherche envisagée.

Commencez par identifier le ou les centres où se trouvent des sources qui pourraient vous être utiles pour mener à bien votre recherche ; repérez ensuite le ou les types de sources qui s’y trouvent, et qui devraient vous être utiles. Vous disposez, ici encore, de nombreux instruments de recherche en ligne (voir, par exemple, ceux que proposent les Archives nationales) et vous trouverez des indications précieuses au fil de vos lectures, en étudiant attentivement les appareils critiques. (Et si vous vous demandez ce que peut bien être une « source »… continuez à lire ce carnet car un prochain billet fera le point sur la question.)

Tenez un carnet de bord, et révisez votre projet de recherche

Quel que soit le chemin que vous déciderez d’emprunter pour commencer votre recherche (ce qui précède ne constitue qu’une piste possible parmi d’autres…), tenir un « carnet de bord » pourra vous être très utile. Quelle qu’en soit la forme, il doit vous permettre de faire régulièrement le point du l’avancement de vos travaux.

L’exercice pourra vous sembler inutile et fastidieux les premières semaines, mais vous changerez probablement d’avis lorsque, au bout de quelques mois, vous pourrez vous y référer afin de comprendre pourquoi diable vous vous êtes lancé dans le dépouillement de telle série d’archive ou dans la lecture des œuvres complètes de tel auteur…

Dans un même ordre d’idée, ces premières étapes doivent vous conduire, au fil de vos lectures, à revoir votre projet de recherche, à le reprendre, le réécrire et, surtout, le repenser. Et si vous vous demandez à quoi cela pourrait vous servir… je vous encourage à lire un précédant billet intitulé « Comment (et pourquoi) écrire un projet de recherche ?« 

Enfin, vous pouvez lire régulièrement La boîte à outils des historiens où vous trouverez, notamment, les conseils de Franziska Heimburger pour bien commencer l’année, en prenant de bonnes habitudes

*

Et vous ? Par quoi avez-vous commencé ? Faites-nous partager votre expérience en commentaires…

Crédits images d’en-tête : By User:Stannered via Wikimedia Commons

Comment citer un ouvrage, un article ou un chapitre d’ouvrage collectif ?

Citation needed par http://www.futureatlas.com sur Wikimedia commons

Source : http://www.futureatlas.com via Wikimedia commons

En ces temps de rédaction de mémoires (pour celles et ceux qui achèvent leur master) ou de préparation de projets de recherche (pour celles et ceux qui vont l’entamer), il me semble utile de publier ici un petit rappel des normes de citation des références bibliographiques.

Notez d’emblée que vous trouverez peut-être autant de « normes » que d’interlocuteurs. En effet, il n’y a pas de véritable consensus sur les normes de citations en sciences humaines et sociales : elles sont différentes en fonction des disciplines, des publications, etc. Les indications proposées ici sont donc basées sur ce que nous demandons aux étudiants des cours de méthodologie et d’historiographie du master histoire de l’EHESS. Elles peuvent donc être différentes de ce qui pourrait vous être demandé au sein de vos propres institutions.

Il y a toutefois deux règles immuables Continuer la lecture